Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire 1895

 | 
Ezio Godoli
, 
Mercedes Volait

Les principales participations

Résultat du concours et exposition des projets dans les commentaires de L'Imparziale

Ezio Godoli
Traduction de Fabio Palmiri

Texte intégral

  • 1  Parmi les principaux titres de journaux publiés au cours de l’année nous citons Cairo Times, Egypt (...)
  • 2  Voir « Il nuovo museo », L’Imparziale, année 4, n° 74, 15 mars 1895, p.n.n. et « Il nuovo Museo », (...)
  • 3  C’est à Carla Burri que revient le mérite d’avoir recueilli, à l’époque de son mandat de directeur (...)

1L’impossibilité de trouver les années complètes des quotidiens publiés en Égypte en 1895, en anglais, français et italien1, ne permet pas de brosser un tableau exhaustif des commentaires sur l’exposition des 73 projets admis au concours pour la construction du musée des Antiquités égyptiennes au Caire, exposition ouverte du 14 mars au 15 avril2, ni de rendre compte des réactions polémiques au verdict du jury parues dans cette presse périodique. La conservation à la bibliothèque de l’Institut culturel italien du Caire de la collection intégrale de l’année 1895 de L’Imparziale – principal quotidien en italien publié dans la capitale égyptienne – mérite d’être signalée comme un fait exceptionnel3. En plus des observations sur les dernières phases du concours, les articles parus dans ce quotidien révèlent les attentes de la communauté italienne en Égypte au sujet de cette compétition internationale, ainsi que la déception provoquée par les résultats.

  • 4  « Il nuovo museo », L’Imparziale, année 4, vol. 73, 14 mars 1895, p.n.n.

2Le jour même de l’ouverture de l’exposition, on pouvait lire dans L’Imparziale que le ministère égyptien des Travaux publics avait nommé, par décret du 5 mars, Ernesto Basile membre du jury chargé d’examiner les projets « à la place de M. Manescalco bey, démissionnaire ». On précisait également que ce même ministère avait ajouté aux membres du jury, par décret du 6 mars, « MM. Brugsch bey, conservateur du Musée, et Manescalco bey, ingénieur en chef de 1re classe des immeubles de l’État, à titre consultatif »4.

  • 5 « I progetti », ibid., année 4, vol. 76-77, 17-18 mars 1895, p. 1.
  • 6  Ibid.

3Quelques jours après, un article à la une, dont le ton railleur caractérisait également tous les articles que le journal consacra ensuite à la question du concours, introduisait deux sujets qui prirent un poids prépondérant au fur et à mesure que le débat s’amplifiait : l’absence du « Messie de l’architecture italienne » et le soupçon que le jury n’ait été mis sur pied que dans le but de parvenir à un résultat prédéterminé, sans tenir nullement compte des avis donnés par les visiteurs de l’exposition. À propos de l’absence de Basile, le rédacteur anonyme expliquait : « C’est Notre Seigneur qui devait venir jouer au moins un rôle de figurant, de valet de scène, ne serait-ce que pour prouver au bord du Nil que lorsqu’on nous appelle à faire partie d’une représentation nous jouons le beau rôle : celui du figurant. Il devait venir ; mais un temps brumeux l’a obligé de rester dans son pays [...] »5. Après avoir mis l’accent sur le rôle marginal revenant au représentant italien, l’auteur souhaitait que le jury se fît « l’interprète, le très grand interprète de l’opinion publique sincère et spontanée » ; s’il soulignait également l’importance que revêtait l’exposition des projets, permettant ainsi à un vaste public d’apprécier l’authenticité du verdict, il regrettait déjà qu’à différentes occasions, au Caire, dans un domaine aussi important que l’architecture censée intéresser la collectivité, on n’ait pas tenu compte des jugements formulés par le public6.

  • 7  « La Cinquina del ‘Journal Officiel’ », L’Imparziale, année 4, vol. 78, 19 mars 1895, p.n.n.
  • 8  Concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport au jury par MrDau (...)

4Deux entrefilets de faits divers dans le numéro suivant du quotidien expriment des doutes pour ce qui concerne le travail du jury. Le premier censure le Journal officiel du gouvernement égyptien, qui a signalé cinq projets avant que le verdict du jury ne soit rendu : « [...] Le Journal officiel n’a pas discuté des projets ; il semblerait qu’il ne les a même pas examinés, il s’est juste appliqué à observer où les visiteurs compétents s’attardaient et [...] il a formulé son quinté gagnant – 28.33.69.56 et 49. Il serait vraiment curieux que le verdict du jury porte sur l’un des numéros du quinté officiel. Ce serait un peu bizarre, mais ce n’était pas à exclure. [...] »7. Seul le projet portant le n° 49 (Marcel Dourgnon) figura parmi les quatre projets récompensés ex æquo avec 225 £E chacun, alors que les projets portant les n° 28 (Jacques Drevet et Édouard Arnaud) et 33 (Henri Fivaz) reçurent une « mention honorable »8.

  • 9  « È possibile ? », L’Imparziale, année 4, vol. 78, 19 mars 1895, p.n.n.

5L’autre entrefilet, publié à la suite du premier, révèle la rumeur selon laquelle le jury a décidé de rendre son jugement le lendemain, mercredi 20 mars, et blâme cette précipitation : « [...] il est difficile d’admettre que pendant la courte durée de l’exposition des projets le Jury ait pu les examiner et les étudier avec attention etc., avant de se résoudre à faire un choix. Par ailleurs, serait-il correct de ne pas tenir compte de l’opinion publique, dont les avis vont être diffusés à travers la presse locale ? [...] »9.

  • 10  Ibid.

6Cette contestation est précédée d’une attaque visant ouvertement le président du jury Honoré Daumet (dont le nom est constamment estropié en Daumè), tenu pour responsable de l’accélération des travaux à la suite d’un télégramme le rappelant dans son pays10.

7Le lendemain, un autre article à la une revient sur le thème du quinté du Journal officielet accuse avec véhémence ce dernier d’assumer improprement le rôle d’un organe d’opinion, se soustrayant ainsi aux obligations d’un journal officiel. Considérant qu’il s’agit d’une publication officielle, il devrait se limiter à effectuer « l’enregistrement des actes du gouvernement » sans « exprimer des opinions en attendant qu’un jugement soit rendu » :

  • 11  « Il giudizio dell’‘Officiel’ », L’Imparziale, année 4, vol. 79, 20 mars 1895, p. 1.

« Nous savons bien qu’en Égypte on regarde les choses à l’envers ; mais ce n’est pas parce que l’Égypte est l’Égypte, qu’elle doit se permettre des choses bizarres, voire immorales. Face à l’opinion publique, face aux intérêts de la collectivité, il faut qu’en Égypte aussi on s’en tienne aux consignes d’ordre pratique, telles qu’elles s’imposent dans une vie sociale correcte »11.

8Par ailleurs, cette invective avait été précédée par la réitération de questions déjà soulevées au sein de la querelle : à commencer par la défection de Basile qui avait abandonné les concurrents italiens « comme de pauvres orphelins », jusqu’à l’accusation du jury coupable d’avoir accéléré les travaux, sans oublier « la comédie de la dépêche télégraphique adressée à l’ingénieur Daumè ». Il existe aussi un appel à l’intention des architectes italiens – qui ne passera pas sous silence – les incitant à demander des explications au gouvernement italien au sujet de leur délaissement provoqué par le comportement de Basile.

9L’importance que L’Imparziale prête aux événements liés au concours est soulignée par la parution dans le même numéro du journal, à la page 2, d’un premier compte rendu des projets exposés (voir infra p141 sqq.). Jusqu’au 2 avril, le journal continue à passer en revue les caractéristiques stylistiques et la distribution des locaux d’une grande partie des projets exposés, grâce à la plume d’un homme du métier ; ces comptes rendus alternent avec des attaques contre le jury et certains de ses membres et tournent parfois aux insultes. À titre d’exemple, il faut citer un article paru à la une du 21 mars, accusant les membres du jury d’être « incompétents », les qualifiant de « pantins aux propos artistiques décousus », d’un « mélange d’esprits sans vie » dont le verdict démontrerait :

« deux choses : ou bien l’art, en passant à travers les vicissitudes d’un nouveau transformisme, est la manifestation esthétique du laid et du baroque ; ou bien l’art, en Égypte, sert aussi à alimenter la spéculation par les gros bonnets de la politique devant lesquels tout le monde se prosterne ».

  • 12  « Il giudizio finale », ibid., année 4, vol. 80, 21 mars 1895, p. 1.
  • 13  Ibid., p. 1-2.
  • 14  « Il nuovo Museo egiziano », ibid., année 4, vol. 80, 21 mars 1895, p.n.n.

10De plus, on éxécute les projets récompensés, dépeints comme « lourds, maladroits, gauches dans les lignes, dans la conception, dans l’esthétique, ampoulés, guindés, pleins de rhétorique artistique, aux lignes incertaines, au caractère hésitant, exagérés dans leur conception, indigestes dans leur ensemble »12. L’affaire du concours, que l’on soupçonne orchestré en toute hâte par Daumet, « commis voyageur qui se propose de placer un nouvel article », est donc le résultat d’une « indécence artistique » et d’une « morale outragée », autrement dit un « scandale » appelant une intervention du gouvernement égyptien qui se doit d’« annuler le jugement d’un jury illégitime dans la forme et dans le fond » : « Quant à l’illégitimité, il faudrait que le représentant de l’Italie en Égypte la démontre preuves en main »13. Dans le même numéro figure également un entrefilet qui rend compte des prix décernés, qualifiant l’action du jury de « pochade [...] parisienne, pur sang » préjudiciable au « prestige italien », mise en scène de l’« Architecte-Soleil » Daumet avec la complicité de Basile, absent14.

  • 15  « L’effetto del giudizio », ibid., année 4, vol. 81, 22 mars 1895, p. 1.

11Le lendemain, toujours à la une, L’Imparziale réitère l’attaque en égrenant tout un chapelet de critiques à l’égard du résultat du concours (« comble du ridicule », « offense à la morale, à la légalité, à la justice », « action factieuse », « triomphe des coteries », « bacchanale d’esprits partisans ») ; le journal s’adresse au commissaire de la Dette publique lui demandant pourquoi il n’a pas donné sa démission d’un jury qui « allait se mettre hors la loi » et conclut par un appel aux concurrents afin qu’ils s’élèvent contre « l’illégalité du procédé » : « Qu’ils protestent donc ; non pas ici ; qu’ils protestent auprès de leur gouvernement [...] »15.

  • 16  Voir « Il solito tema », ibid., année 4, vol. 82, 23 mars 1895, p. 1.

12La colère exprimée dans le quotidien vise non seulement le jury, mais aussi les organes de presse qui se rallient à ses jugements, par exemple le Journal égyptien qui « débite des hymnes à la joie pour les victoires françaises » et, en particulier, le gouvernement italien jugé responsable de ne pas avoir su représenter et défendre les intérêts italiens en Égypte : « Toute influence politique étant perdue, il ne nous restait que la gloire des arts [...]. La politique nous a fait perdre aussi la valeur artistique qui était l’orgueil de l’Italie »16. De semblables affirmations révèlent des raisons plus profondes qui ont fait mûrir la polémique autour du concours, non sans réactions parfois exagérées en apparence. Polémique qui, en l’occurrence, a servi de prétexte à faire éclater le mécontentement refoulé de la colonie italienne en Égypte, qui ne se sentait pas assez protégée par ses représentants diplomatiques ni par le gouvernement de Rome, et qui vivait avec un sentiment d’infériorité par rapport aux communautés des autres pays européens.

  • 17  « Basilem æquo », ibid., année 4, vol. 83-84, 24-25 mars 1895, p. 1-2.
  • 18 « L’opinione del competente », ibid., année 4, vol. 85, 26 mars 1895, p. 1-2.

13Dans le numéro suivant, c’est à l’« invisible » Basile17 que revient l’honneur de la une et, aussitôt après lui, c’est au tour d’Alfonso Maniscalco (ou Manescalco), « ingénieur italo-égyptien, en tarbouch et costume stambouliote à la dépendance de l’État égyptien, auquel ne revient qu’une voix à titre consultatif au sein du jury », qui a appris « directement à la source des arts – à Paris – l’art classique du beau », lequel est mis en cause pour avoir déclaré « que tous les projets étaient une profanation de l’architecture, hormis les projets approuvés »18.

  • 19  Voir à ce propos l’article de Milva Giacomelli, supra, p. 107-108.
  • 20  « Nuovo museo », L’Imparziale, année 4, vol. 107, 17 avril 1895, p.n.n.

14La campagne de presse lancée par le quotidien et son appel à la mobilisation des concurrents produisent un certain effet. Bien que publié au Caire, L’Imparziale a trouvé aussi en Italie quelques lecteurs prêts à souscrire à ses accusations, qui vont de pair avec les protestations que plusieurs architectes italiens ont adressées au ministère des Affaires étrangères à Rome19. Une confirmation nous en est fournie par la publication, le 17 avril, d’une lettre que Giovanni Paciarelli adresse au journal. Après avoir expliqué qu’il a été mis au courant de l’affaire grâce à L’Imparziale qu’un ami demeurant à Alexandrie lui a envoyé, il remercie le directeur « comme concurrent et en particulier comme citoyen italien, pour les informations [...] qu’il a généreusement publiées et pour avoir pris la défense de tous les concurrents italiens si malmenés par le jury ». S’il critique lui aussi la précipitation dans la remise du jugement, il demande qu’on l’aide à identifier les noms des « compagnons d’infortune » italiens de manière à présenter une protestation collective au gouvernement égyptien20.

  • 21  « Il nuovo Museo », ibid., année 4, vol. 166, 15 juin 1895, p.n.n.

15Désormais l’affaire du concours n’occupe plus la une ; elle est d’abord reléguée dans les faits divers avant d’être classée. Presque deux mois après la publication de la lettre de Paciarelli, le 15 juin, on annonce que Dourgnon a été chargé de dresser le plan définitif « en tirant profit des meilleurs projets récompensés et conformément aux modifications suggérées par le jury » ; la nouvelle est accompagnée d’un commentaire ironique visant l’architecte français qui va avoir du mal à équilibrer le budget consenti, que les concurrents sélectionnés par le jury ont largement dépassé21. Après cette dernière intervention, on n’entend plus parler de l’affaire du concours, mais les années suivantes, le quotidien ne manque pas de souligner le retard des travaux de construction du nouveau musée, non sans en attribuer parfois la responsabilité aux erreurs de l’architecte français.

  • 22  « Concorsi. Museo del Cairo », L’Architettura pratica, vol. 4, n° 3, 1895, p. 11.

16Cette polémique animée du quotidien cairote, aux accents parfois exacerbés, a été vraisemblablement pilotée, plutôt qu’inspirée, par un expert en architecture. Si les articles les plus polémiques lancent toute une série d’invectives très imagées, lorsque l’on touche à des sujets ayant trait à l’organisation du concours ou bien lorsque l’on porte des jugements sur les projets, c’est à ce moment-là qu’on devine la présence d’un « souffleur », d’un homme du métier qui est également l’auteur – tout en gardant l’anonymat – du compte rendu des projets exposés, que l’on publiera en dix articles du 20 mars au 2 avril. Quant à l’identité de cet architecte, bon connaisseur du secteur du bâtiment en Égypte, il est possible d’avancer une hypothèse à partir d’une supposition liée à la publication d’un article dans le numéro de mars de la revue L’Architettura pratica. En effet, on y lit qu’à cause de la défection de Basile « un appui naturel fit défaut aux Italiens, et la demi-palme, comme nous l’écrit du Caire l’architecte Lasciac, fut décernée aux Français qui s’imposèrent particulièrement par la qualité de leurs plans, plutôt que des façades. M. Lasciac nous a promis de nous faire parvenir un aperçu plus détaillé, que nous allons publier dès sa réception »22. Dans cet article, on apprend qu’à peine rentré en Égypte en 1895, après une absence d’environ sept ans, A. Lasciac se trouvait déjà au Caire au mois de mars, qu’il avait pris connaissance des projets exposés et qu’il avait l’intention d’écrire un « aperçu détaillé » pour L’Architettura pratica. Il est possible que le compte rendu annoncé qui n’a jamais paru dans la revue italienne, ait été publié dans L’Imparziale. En effet, l’exposé des projets, s’attardant constamment sur la disposition des plans, semblerait souligner le contenu de la lettre citée dans L’Architettura pratica, selon laquelle le succès des architectes français serait dû principalement à « la qualité de leurs plans ».

  • 23  Le programme du concours prévoyait que l’on décerne les prix du jury après la fermeture de l’expos (...)

17L’auteur du compte rendu se déclare d’accord avec certaines prises de position du journal, par exemple l’invitation, non sans naïveté, du jury à tenir compte des avis du public (comme s’il existait des moyens sûrs pour les enregistrer) ou bien l’accusation d’illégalité du jury, responsable d’avoir pris des décisions en l’absence de l’un de ses membres officiellement désignés, d’avoir agi en toute hâte23 et de n’avoir pas condamné l’indifférence des architectes français face au dépassement des crédits de construction arrêtés dans le programme du concours. En revanche, il n’approuve pas le sectarisme d’inspiration nationaliste et cherche même à excuser le comportement de Basile, qui aurait refusé de participer aux travaux pour ne pas avaliser, par sa présence, les décisions du jury établies à l’avance. Les appréciations des projets sont rédigées selon le même ordre : après avoir donné un avis sur le style choisi et vérifié sa conformité avec le thème, l’auteur approfondit l’analyse du plan et de l’agencement sous un angle fonctionnel, tout en affirmant que « le point de départ fondamental de tout jugement devrait précisément être le plan, et non la façade et le style », alors que :

  • 24  « Concorso internazionale per un museo di antichità egiziane da erigersi in Cairo. Appunti ed impr (...)

« la plupart des concurrents, contrairement aux exigences du programme, se sont bien davantage préoccupés de la façade de l’édifice plutôt que de la distribution du plan, nous offrant ainsi une belle façade derrière laquelle se cache un véritable labyrinthe »24.

  • 25  « Concorso internazionale per un museo di antichità egiziane da erigersi in Cairo. Appunti ed impr (...)

18Fidèle au principe de « l’impartialité », il fonde notamment ses appréciations sur la vérification des partis pris des architectes et leur conformité aux consignes de l’avis de concours, avec une attention particulière au budget fixé à hauteur de 120 000 £E, aux solutions à adopter pour le système d’éclairage (lumière venant d’en haut ou masquage pour éviter une lumière trop intense), à l’étude de la ventilation et à l’absence de grandes cours intérieures. Il ne cache pas son admiration pour le projet de Guglielmo Calderini (n° 67) « manifestation du génie qui ne copie pas mais invente et crée énergiquement »25 et n’hésite pas de déclarer « très beau » le projet de Francesco Paolo Rivas (n° 59), à son avis apprécié du public également. Malheureusement, il regrette que le projet soit « dénaturé par l’abus de petites coupoles à ossature métallique trop légères » (critique que partageait aussi un autre commentateur du projet, c’est-à-dire Basile) et par la faiblesse de certaines solutions liées à l’agencement. Quant aux projets d’autres concurrents italiens auxquels il attribue des mérites, il ne manque pas toutefois de signaler les éléments qu’il n’approuve pas. Il blâme la pyramide faîtière d’Attilio Muggia, qui avait fait mauvaise impression à Basile aussi ; il critique Sebastiano Locati pour le système d’escaliers et pour les couloirs étroits ; il reproche à Federico Frigerio (n° 26) le grand nombre des cours intérieures (que Basile a également désapprouvé) ; aux frères Battigelli (n° 47) le sous-dimensionnement de l’étage central, l’« uniformité » de la façade latérale, le nombre excessif et le « luxe » des planches ; quant à E. Paoletti et à E. Angelotti (n° 61), il critique certaines solutions liées à l’agencement, la présence de quatre cours et l’étude de l’éclairage qui n’a pas été suffisamment approfondie.

19Parmi les projets récompensés avec les quatre premières primes ex æquo, il déclare que celui qui mériterait la meilleure la récompense appartient à Georges Guilhem (n° 48), plus pour le plan plutôt que pour le style « égyptien bien peu égyptien ». De tous les projets français lauréats (y compris la deuxième prime de Guillaume Tronchet et Adrien Rey), il reconnaît une certaine maîtrise dans l’étude du plan, bien qu’il désapprouve certaines solutions d’agencement adoptées par Marcel Dourgnon ; en revanche, il critique les partis stylistiques et le goût douteux des auteurs, ainsi que leur indifférence aux directives du programme du concours et notamment pour ce qui concerne le coût des travaux de construction. En dépit de quelques concessions, les jugements sur les quatre projets ayant reçu une mention honorable sont encore plus sévères : on ne leur reconnaît même pas le mérite d’avoir trouvé une solution satisfaisante dans l’étude des plans.

20Dans l’avant-propos du compte rendu, le correspondant anonyme de L’Imparziale commente le choix des concurrents qui ont opté largement (« environ six sur dix ») pour des façades évoquant l’architecture de l’Égypte des pharaons, en l’adaptant toutefois à des plans d’inspiration classique conformes aux recommandations pour les musées dans les manuels d’architecture européens, sans se préoccuper d’exprimer des réserves préalables sur « l’opportunité et la possibilité d’adapter le style égyptien à un édifice moderne », réserves que laisse imaginer le pamphlet rédigé par Basile. Mais ce qui mérite d’être souligné, c’est que le collaborateur du quotidien cairote propose une interprétation exempte de toute implication idéologique pour ce qui concerne le choix du style. En effet, ce choix est justifié et partagé à la lumière de l’association logique « style-fonction » qui est propre à l’éclectisme historique du xixe siècle, se traduisant par la recherche d’un rapport de l’« encadrement » au « tableau », autrement dit d’une adéquation du contenant architectonique au contenu (les collections d’antiquités égyptiennes). Mais les différents concurrents ne l’ont pas interprété ainsi, et notamment les concurrents italiens, parmi lesquels se distingue Muggia (n° 15) pour l’authenticité de son programme, lequel annonce clairement :

  • 26  LOTUS (ing. Attilio Muggia), Musée des Antiquités égyptiennes au Caire, Rapport explicatif et just (...)

« Nous pensons qu’à pr[é]sent en Égypte ne sont convenables que deux styles de caractère monumental, à savoir : l’égyptien, qui est propre à l’ancienne civilisation, et l’arabe qui a eu, même en Égypte, une application he[u]reuse par l’entremise de la civilisation mu[s]ulmane. Tous les autres styles sont le résultat d’importations [...] »26.

  • 27  Gaetano Moretti, « La Villa Zogheb in Cairo. Due parole sull’architettura moderna in Egitto », L’E (...)

21Le thème de ce choix stylistique sera repris par un autre architecte italien, Gaetano Moretti, dans un article de janvier 1903, contenant une invitation explicite aux jeunes architectes égyptiens à s’affranchir des influences européennes et à se rallier aux grandes traditions de leur pays27. Mais en 1895, dans son poste d’observation au Caire, l’auteur du compte rendu n’a pas jugé les temps encore mûrs pour soulever la question d’un style national pour l’Égypte moderne, ou il a cru prudent de s’abstenir de toute déclaration à ce sujet.

Notes

1  Parmi les principaux titres de journaux publiés au cours de l’année nous citons Cairo Times, Egyptian Gazette (Alexandrie – Le Caire), Egyptian Herald, Le Journal officiel du gouvernement égyptien : ordonnances, lois, décrets, arrêtés (Le Caire), Le Phare d’Alexandrie (Alexandrie), L’Écho d’Orient (Le Caire), Le Progrès, puis Le Progrès égyptien (Le Caire), L’Imparziale (Le Caire), Il Messaggiere egiziano puis Il Messaggero egiziano (Alexandrie), Elettrico (Port-Saïd), Il Telegrafo (Port-Saïd).

2  Voir « Il nuovo museo », L’Imparziale, année 4, n° 74, 15 mars 1895, p.n.n. et « Il nuovo Museo », ibid., année 4, n° 104 à 106, 14-15-16 avril 1895, p.n.n.

3  C’est à Carla Burri que revient le mérite d’avoir recueilli, à l’époque de son mandat de directeur, les collections, malheureusement incomplètes, des quotidiens L’Imparziale, Il Messaggero egiziano et Il Giornale d’Oriente, qui se sont révélés des sources indispensables à l’étude de l’œuvre des architectes italiens en Égypte. Je tiens à remercier ici Adelia Rispoli, Patrizia Raveggi, la directrice et l’ensemble du personnel de la bibliothèque de l’Institut culturel italien – section archéologique du Caire, pour avoir facilité mes recherches.

4  « Il nuovo museo », L’Imparziale, année 4, vol. 73, 14 mars 1895, p.n.n.

5 « I progetti », ibid., année 4, vol. 76-77, 17-18 mars 1895, p. 1.

6  Ibid.

7  « La Cinquina del ‘Journal Officiel’ », L’Imparziale, année 4, vol. 78, 19 mars 1895, p.n.n.

8  Concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport au jury par MrDaumet, 20 mars 1895, Paris (France), Institut de France, fonds Gaston Maspero, Manuscrit Ms. 4053 (2), fol. 82-101.

9  « È possibile ? », L’Imparziale, année 4, vol. 78, 19 mars 1895, p.n.n.

10  Ibid.

11  « Il giudizio dell’‘Officiel’ », L’Imparziale, année 4, vol. 79, 20 mars 1895, p. 1.

12  « Il giudizio finale », ibid., année 4, vol. 80, 21 mars 1895, p. 1.

13  Ibid., p. 1-2.

14  « Il nuovo Museo egiziano », ibid., année 4, vol. 80, 21 mars 1895, p.n.n.

15  « L’effetto del giudizio », ibid., année 4, vol. 81, 22 mars 1895, p. 1.

16  Voir « Il solito tema », ibid., année 4, vol. 82, 23 mars 1895, p. 1.

17  « Basilem æquo », ibid., année 4, vol. 83-84, 24-25 mars 1895, p. 1-2.

18 « L’opinione del competente », ibid., année 4, vol. 85, 26 mars 1895, p. 1-2.

19  Voir à ce propos l’article de Milva Giacomelli, supra, p. 107-108.

20  « Nuovo museo », L’Imparziale, année 4, vol. 107, 17 avril 1895, p.n.n.

21  « Il nuovo Museo », ibid., année 4, vol. 166, 15 juin 1895, p.n.n.

22  « Concorsi. Museo del Cairo », L’Architettura pratica, vol. 4, n° 3, 1895, p. 11.

23  Le programme du concours prévoyait que l’on décerne les prix du jury après la fermeture de l’exposition (p. 41).

24  « Concorso internazionale per un museo di antichità egiziane da erigersi in Cairo. Appunti ed impressioni », L’Imparziale, année 4, vol 79, 20 mars 1895, p.n.n.

25  « Concorso internazionale per un museo di antichità egiziane da erigersi in Cairo. Appunti ed impressioni IX », ibid., année 4, n° 90-91, 31 mars-1 avril 1895, p.n.n.

26  LOTUS (ing. Attilio Muggia), Musée des Antiquités égyptiennes au Caire, Rapport explicatif et justificatif, Devis descriptif, Bologne : Imprimerie Zamorani et Albertazzi, place Cavour – Palais Silvani, 1895, p. 7 et ici p. 157-168, part. p. 165.

27  Gaetano Moretti, « La Villa Zogheb in Cairo. Due parole sull’architettura moderna in Egitto », L’Edilizia moderna, vol. 12, n° 1, janvier 1903, p. 1-3.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access