Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire 1895

 | 
Ezio Godoli
, 
Mercedes Volait

Les principales participations

Musée Égyptien. Compte rendu critique des projets exposés au concours

Note de l’éditeur

Compte rendu publié dans Pro Museo, Le Caire, typographie Wm. Cumbo, 1895 par Ernesto Basile.

À propos de l’original annoté, dont nous donnons la transcription avec les annotations de l’auteur indiquées entre crochets, voir en dernier lieu : Milva Giacomelli, Ernesto Basile e il concorso per il museo di antichità egizie del Cairo (1894-1895), Florence : Polistampa, 2010. Nous avons volontairement conservé la graphie de l’auteur, en particulier les majuscules pour les styles architecturaux.

Texte intégral

1Le compte rendu critique des projets du Musée admis au concours est trop long pour être reproduit dans la presse, où il occuperait trop de place ; nous le publions en entier dans cette brochure, car nous ne voulons pas renoncer à participer à cette manifestation artistique en Égypte.

2Étude détaillée du dessin, des façades et des détails : le contrôle effectué pour voir si tout était conforme aux consignes du programme a demandé beaucoup de temps, vraiment beaucoup de temps. Il s’agit là du travail d’un critique qui ne juge pas pour décerner une récompense mais pour chercher ce qu’il y a de bon ou de défectueux, rien d’autre. En revanche, le jury serait dans l’obligation d’effectuer un examen plus rigoureux, s’appuyant sur des bases plus solides pour pouvoir rendre un verdict assurant au concurrent lauréat que le jugement a été donné en toute équité par les membres du jury.

3Pourtant on dit que demain on jugera. Je ne sais comment cela pourrait se faire ; je crois qu’il s’agit d’un poisson d’avril avant terme. En ce cas, il y a lieu de supposer que la décision a été préparée avant l’exposition des travaux, car en cas contraire il aurait fallu un mois environ pour examiner les projets réservés.

4Quoi qu’il en soit, voici notre compte rendu impartial, dicté par la réflexion et le bon sens, exempt de toute idée préconçue, sans flagornerie à l’égard de quiconque, sans esprit partisan ou de clocher.

5L’art relève-t-il du monde entier ?

6[Anacleto Vio, Venezia]
N° 1 Le projet est en Style Égyptien. La surface couverte du bâtiment est plus grande que celle demandée ; l’espace perdu est excessif. L’éclairage indirect est insuffisant, l’éclairage direct est exagéré et délétère. La façade se présente comme un fond de coulisses d’une production d’Aïda. Tout détail à l’appui du projet fait défaut ; le travail est mal fondé dans son ensemble.

7[L. Vincent, Paris]
N° 2 Voici un projet dans un style qui n’en est pas un. On y trouve du style Égyptien, du Moscovite et sans doute un peu de Tartare. Dans ce cas aussi la surface a été mal étudiée à cause de l’espace excessif perdu. La façade ressemble tout à fait à celle dessinée par un collégien ; dans l’ensemble le travail est déplorable.

  • 1  Maamar/Mimar signifie « architecte » en arabe.
  • 2  Jeu de mot difficile à traduire : « Lo stile esterno sarà magari l’arabesco, l’interno è senza dub (...)

8[Maamar]1
N° 3 Ce projet doit être le produit d’un élève de l’académie. Il s’agit probablement d’un dilettante, quelqu’un qui n’a jamais construit, qui n’a pas voulu comprendre le programme. Si le style extérieur est arabisant, l’intérieur est sans aucun doute enragé2. L’éclairage est direct, comme dans une serre chaude. Le concepteur a fait preuve d’un tel zèle au point qu’il a envisagé deux façades ; mais ces deux façades ne valent rien. Aucune cohésion, aucune stabilité, aucun détail de construction ; beaucoup de prétentions et peu de pratique.

9[G. O. Fotter (Paris)]
N° 4 Vouloir et ne pas pouvoir, voici une devise qui conviendrait au concepteur qui a développé le sujet. Son travail est un temple Égyptien, un décor de théâtre mal présenté, peu digne ; la lumière vient directement d’en haut. La charpente métallique, à peine esquissée, est mal étudiée et n’est pas fonctionnelle. Il s’agit absolument d’un travail de dilettante qui ne mérite aucune attention.

10[Ashbee (London)]
N° 5 En présentant ce projet l’auteur a sans aucun doute voulu faire une blague à l’américaine. Le sens commun fait défaut dans ce travail !

11[J. Hibbert & son]
N° 6 Projet en style classique passablement présenté ; exécution honorable en ce qui concerne le dessin académique, mais non réussi et non conforme au programme. Raté pour ce qui est de l’éclairage.

12[Zuzzanini]
N° 7 Projet indiqué pour une mascarade de mardi gras.

13[Isis (motto) (menzione)]
N° 8 Travail étudié mais non réussi. Les défauts sont à rechercher dans le style approximatif, mais qui peut être adapté au programme. Le seul élément positif de cet avant-projet réside dans les frais de construction qui ne doivent pas être trop élevés. Mais dans ce cas aussi les détails font défaut, tout est difficile à déchiffrer ; un critique impartial ne saurait prendre sérieusement ce travail en considération.

14[Motto]
N° 9 Un dessin ou plutôt des dessins mal présentés ; c’est l’œuvre d’un dessinateur qui n’a jamais construit. On n’y voit rien de défini à part des murailles fantastiques qu’il serait difficile de justifier sur le plan pratique.

15[C. Junior]
N° 10 Il ne fallait pas exposer ce travail. Probablement le concepteur a cru faire du style Égyptien ; mais avant de s’occuper du style il aurait mieux fait de suivre le programme.

16[Grack Olanda]
N° 11 Projet en style Tartare sans aucun détail pouvant servir de base au jury chargé de l’examiner. Le plan fait penser à une école primaire, sans élégance et sans aucun élément pratique en matière de construction.

17[I. G. Okem]
N° 12 Ce projet n’a rien de remarquable. Les fondations sont bien disposées mais les différentes parties de l’édifice présentent des défauts et n’apparaissent absolument pas reliées entre elles. D’une manière générale le dessin est raté ; le style Égyptien retenu est minable. Il s’agit en somme de la parodie d’un art qu’on voudrait reproduite là où ce n’est pas possible pour différentes raisons aussi pratiques qu’esthétiques.

18[G :W :P : (Caire)]
N° 13 Projet dans un style mauresque dépourvu de détails ; produit d’un esprit orgueilleux mais pas assez élevé.

19[Ch. Freno...]
N° 14 Ce projet se présente assez bien et la main qui a usé du tire-ligne sur le papier est une main habile et sûre, mais mal dirigée. Si rien n’est justifié, les consignes spéciales du programme n’ont pas été observées pour ce qui concerne la lumière et la ventilation.

20[Lotus (motto) Muggia (italiano)]
N° 15 Dans ce projet, on comprend immédiatement qu’il y a un défaut d’éclairage. Très grave. Les cotes d’encombrement dans les salles d’exposition principales sont inesthétiques et compliquées. La masse des murs est exagérée. Sous l’angle monumental, le style Égyptien est réussi, mais si on l’étudie dans le détail, il ne se révèle que comme un détour pour faire plus vite. La pyramide, soutenue par une charpente en fer, mal étudiée et insuffisante, est inconcevable. Elle n’est visible d’aucun côté. La surface couverte dépasse de beaucoup les crédits alloués. En tout cas les détails, qui pourraient faire juger favorablement le projet si les calculs étaient rigoureux, font défaut. L’ensemble est très approximatif. Le premier soubassement est tellement exagéré qu’on ne saurait nullement le justifier. Il représente à lui seul plus d’un cinquième de la dépense accordée par le programme.

21[F. S. Diesman]
N° 16 Il s’agit là aussi de l’un de ces projets que Malebranche n’aurait pas hésité à condamner à l’enterrement dans la fosse commune ! !

22[Mires L.E.Matelebr[?]]
N° 17 Les architectes qui ont élaboré ce dessin ont probablement oublié que les murs occupent de la place !! Ici tout est maçonnerie et la surface nécessaire n’est nullement représentée. Par ailleurs, le dessin montre clairement que l’édifice conçu sera comme une masse fondue. Les auteurs ont oublié les creusets pour fondre les matériaux !!... La lumière envisagée dans ce projet suffirait à éclairer des chambres funéraires et non pas les salles d’un musée où il faut étudier les moindres détails des objets exposés pour pouvoir les admirer.

23[Silvagni]
N° 18 Projet sans prétention ; mal conçu, mal étudié, avec des détails ornementaux que l’on voit habituellement dans les albums les plus courants d’œuvres égyptiennes.

24[motto]
N° 19 Les dessins de ce projet sont assez bien présentés, avec une profusion de décoration intérieure mal conçue qui ne s’accorde pas aux exigences d’un Musée Égyptien et aux consignes du programme. La surface couverte de l’immeuble est inférieure à la demande ; l’aménagement général du projet dépasse les limites imparties par le budget. En tout état de cause on ne remarque rien d’original et dans ce cas aussi la question de l’éclairage n’a pratiquement pas été résolue. C’est un projet de musée que l’on présente habituellement à chaque concours académique mais sans envisager des solutions pratiques tenant compte des exigences du site et du budget arrêté.

25[J. (sic) Martin London]
N° 20 Voici un autre projet où trop d’espace a été sacrifié dans les cours. Les masses ornementales extérieures sont mal distribuées. Tout détail justificatif est absent ; la dépense pour la construction est vraisemblablement plus élevée que les prévisions. Dans ce cas aussi le défaut principal tient à la lumière.

26[Locati Milano]
N° 21 La surface couverte est supérieure à celle demandée par le programme. Le style extérieur est Égyptien et se distingue par une application pratique parmi les plus réussies. Dessin très correct d’un artiste de premier ordre. Dans ce cas également, ce beau projet ne répond pas dans son ensemble aux conditions du site. L’étude des détails est insuffisante pour permettre d’apprécier sa valeur réelle dans un immeuble achevé. C’est vraiment dommage que l’auteur s’obstine à imposer un style qu’on ne pourra jamais adopter dans un monument public.

27[I. Cerasuolo]
N° 22 Projet absolument raté. Le dessin également est mal présenté. L’étude trop sommaire de l’éclairage et de la ventilation révèle l’incompétence de l’auteur en la matière. La distribution des socles des fondations témoigne aussi du jeune âge du concepteur et de son ignorance totale quant aux exigences pratiques du site.

28[Galeota (Ital.]
N° 23 L’auteur du projet a voulu établir personnellement son programme. Il a imaginé une distribution tant bien que mal, il a conçu des cours plus qu’il ne fallait ; il a traité la question de l’éclairage de façon arbitraire ; il a confondu le projet d’un Musée Égyptien avec celui d’une exposition temporaire.

29[Zekeri (Cairo)]
N° 24 Ce projet est bien étudié ; l’on suppose que l’auteur a travaillé avec application, malheureusement il ne l’a pas réussi. Il s’agit d’un style vaguement Égyptien avec une coupole en verre et une charpente en fer laminé pouvant faire office de serre chaude. On comprend que l’auteur est un débutant ; sa bonne volonté et sa diligence méritent d’être louées, c’est tout. Les détails joints au projet sont jolis, de très bonne qualité et utiles à former des maîtres maçons ; malheureusement ils sont trop ordinaires et ne répondent pas aux exigences réelles du site de construction ; en tout cas ils ne sont pas nécessaires. En revanche, les détails qu’il aurait fallu étudier font défaut. Si le principal mérite de ce projet réside dans la stricte observation des limites accordées par le budget, il présente aussi d’une manière générale une surface conforme aux consignes du programme.

30[London]
N° 25 Projet non conforme au programme, mauvaise présentation et conception encore pire, à blâmer en tout cas.

31[Padus (motto) Frigerio (Milano)]
N° 26 Projet qui relève d’une composition architecturale élégante et originale. Dommage que cet ouvrage dans son ensemble ne réponde ni aux exigences du climat local ni du programme. Pour une ville très poussiéreuse comme Le Caire, exposée à un soleil brûlant, la décoration extérieure s’avère trop minutieuse, avec un excès de dentelles et de rubans ; tout y est en surabondance. Dans chaque détail l’auteur a pris à cœur la question de la ventilation mécanique. Voilà qui est une grave erreur ; de grands frais inutiles qui ne tiennent pas compte du résultat pratique. Pourquoi recourir à la ventilation forcée si l’aération naturelle est plus que suffisante dans un projet bien rédigé ? L’auteur n’a pas envisagé les frais d’entretien et l’impossibilité, dans ce climat sec, de laisser les ventilateurs du plafond allumés. Dommage qu’une bonne partie de la surface totale de ce projet ait été perdue dans les cours. L’éclairage est entièrement raté et, d’une manière générale, le programme n’a pas été suivi. Il s’agit d’un beau projet, j’ajouterais même que l’auteur peut être fier de son travail ; seulement ce projet n’est pas indiqué pour notre Musée. Les détails sont insuffisants ; les fondations reposent en partie sur pilotis contrairement aux consignes pour ce bâtiment, ce qui enlève quelques bons points au projet.

32[motto]
N° 27 Voilà un projet monumental, comme à l’occasion des expositions annuelles des cours académiques. Des entrecolonnements à l’extérieur et à l’intérieur et une cour centrale qui occupe plus de 50 % de la surface du bâtiment. Le style évoque l’arabesque de la Renaissance, avec un peu de gothique et beaucoup de lombard ; l’ensemble est imaginatif, imposant et admirablement dessiné. Si les détails font défaut, l’auteur a bien fait de ne pas se donner la peine de les dessiner, car son projet ne serait pas en harmonie avec les ressources locales ; il n’est pas réalisable compte tenu de la superficie disponible ; par ailleurs il n’est pas réalisable car il s’éloigne trop des consignes imparties aux concurrents.

33[Arnaud (Paris) (menzione)]
N° 28 Ce projet se distingue par l’originalité du plan et par l’élégance du parti, au cas où des agrandissements seraient nécessaires à l’avenir. Mais combien cela coûte-t-il ? Ce projet, admirablement présenté, se compose d’une ossature métallique porteuse à partir des fondations. Il s’agit là d’un ouvrage exagéré qui ne répond nullement aux exigences du site. Dans son élan créateur l’auteur a tout oublié, aussi dans le souci de concevoir quelque chose d’absolument original. Il n’y a pas réussi, ce qui fait que ce projet est déjà condamné parce qu’il n’a aucun ancrage qui puisse le sauver d’un naufrage. Toute la lumière vient d’en haut, brûlante, irritante, éblouissante ; par ailleurs l’agencement général n’assure pas une ventilation efficace.

34[Lefèvre]
N° 29 Les dessins n’ont pas été bien présentés ; ils affichent une couleur trop vive, du bleu tirant sur le violet ; l’effet est sans doute artistique mais inadapté sous l’angle technique. La surface couverte est conforme aux consignes du programme. Cependant, le visiteur se perdrait et s’impatienterait dans cette salle centrale trop grande avant même de commencer sa visite pour admirer les pièces exposées. Ce projet, tout comme les précédents, présente un défaut d’éclairage qui est assuré par une lumière directe. Le style est forcément Égyptien mais incomplet, dépourvu de détails aptes à le justifier. En plus il n’est pas beau.

35[Greis]
N° 30 Projet très mal présenté et incomplet. On n’y remarque que les détails du chevron emprunté à la salle des machines de la dernière Exposition à Paris. Il suffit d’imaginer le ridicule des monuments Égyptiens exposés dans ce hangar ! L’auteur de ce projet, incompétent sur le plan artistique aussi bien que technique, aurait pu éviter les frais postaux d’envoi.

36[Mustafà Ranzi]
N° 31 Ce projet, avec des cours intérieures très spacieuses, affecte un plan qu’on pourrait ranger parmi les plus prétentieux et manqués. D’innombrables détails plus ou moins justifiés et des ossatures métalliques complètent le projet, mais ils sont tous maladroits, exagérés et dignes d’un forgeron. Dans ce projet également l’éclairage venant d’en haut est raté. Il n’est pas suffisant à éclairer comme il faut les détails des belles antiquités égyptiennes conservées ici. Le style Égyptien est imaginatif, avec de nombreux détails originaux bien dessinés, mais dans l’ensemble c’est peine perdue.

37[motto]
N° 32 Projet en style Arabe avec des dessins mal présentés, incomplets et sans détail. Les salles principales ne correspondent pas au programme, l’éclairage est raté et, dans son ensemble, ce projet ne présente aucun avantage pratique.

38[Z. N. menzione]
N° 33 Monotones, les dessins en style Égyptien ne manquent pas de lasser le regard de l’observateur. La surface couverte occupe presque 13 000 mètres carrés ; l’agencement n’est pas réussi. Il s’agit là d’un des nombreux projets qui laissent à penser mais qui en fin de compte finissent par révéler l’énormité de leur coût, la carence de la forme et de toute maîtrise.

39[Etruria]
N° 34 Projet présenté de façon presque indécente, très mal conçu et à blâmer à tous les égards.

40[motto]
N° 35 Projet plutôt bien présenté, avec une planimétrie originale, avec une cour centrale inutile. Tous les détails à l’appui font défaut. Dans l’ensemble ce projet figure parmi les plus médiocres.

41[Carlo Sani Italiano]
N° 36 La surface couverte de ce projet est conforme aux consignes du programme. Le style Égyptien imaginatif révèle la maîtrise de l’artiste, cependant le plan est alourdi par le parti pris stylistique. Complexe et coûteux, il ne va pas plaire. Dommage qu’un artiste aussi habile se soit laissé fourvoyer par un style qui n’est pas prescrit et qui n’est pas digne des architectes les plus expérimentés, contribuant seulement à faire monter les prix jusqu’à atteindre un budget non autorisé par le programme.

42[Campanaki (Costantinopoli)]
N° 37 Ce projet aussi est en style Égyptien, avec des couleurs très chaudes, voire violentes. Malheureusement l’auteur a élaboré un programme très personnel. L’éclairage vient d’en haut, la lumière est directe. L’auteur n’a pas pris en compte les 65 c/g [degrés centigrades] et peut-être davantage qui se condensent dans les salles dès les premières heures du matin. Il y a tout lieu de croire que même les momies s’élèveraient contre lui si les frais exagérés ne suffisaient à eux seuls à éliminer ce projet qui, pourtant, a été dessiné avec finesse.

43[Hafri Paris (premiato) M. J. Bresson (Paris)]
N° 38 Pour ce qui est de la surface de ce projet, elle entre dans les limites prescrites par le programme. Le projet affecte une espèce de style égyptien. Si l’on observe les partis pris pour l’éclairage, il est évident que l’auteur récite une leçon. Sous cet aspect, il a réussi mieux que les autres auteurs des projets enregistrés, mais il est encore loin d’imaginer comment il faut garantir le musée du soleil brûlant et de la lumière éblouissante de notre ciel. À part cela, les fondations sont insuffisantes et les détails requis par le programme sont inexistants. On comprend que l’auteur de ce projet est fort connu, mais en tant que critique impartial nous devons faire ressortir les défauts de tous les concurrents, en particulier pour justifier les coûts. Comment serait-il possible d’imaginer la construction de cet édifice avec un budget de 120 000 livres ?

44[Cassitto (Napoli)]
N° 39 Nous voici rassuré enfin, après une forte indigestion de Style Égyptien, par un projet plus accessible et réaliste. Dommage qu’il soit si simple ! Ce projet a été exposé clairement et mis au point de manière à assurer le maximum d’économie ; il est bien présenté et louable à tous les égards. Tout en étant l’un des rares projets praticables, il n’est pas exempt de gros défauts. Les trois cours intérieures spacieuses nuisent beaucoup à ce projet et l’éloignent considérablement des consignes du programme. Les murs internes s’avèrent plutôt faibles pour un bâtiment construit avec les matériaux les mieux adaptés et économiques du marché local. Les détails aussi sont insuffisants : la lumière directe vient des baies des façades et des cours. Dommage qu’un tel projet, mieux indiqué pour un hôtel ou un établissement scolaire, n’ait pas été enrichi et développé davantage par l’auteur. Considérant que le coût de ce projet ne devrait pas dépasser les 70 000 livres environ, cela explique son inadéquation dans le cas d’un Musée.

45[H. Maas]
N° 40 Nous avons affaire de nouveau au style égyptien ; heureusement nous pouvons passer outre à ce projet car il ne mérite même pas que le critique s’y attarde.

46[H. Grai (London)]
N° 41 Blague à l’anglaise ou à l’américaine, mauvaise en son genre. C’est une pyramide que l’on remarque surtout par le manque d’esprit de son auteur.

47[Scipione Regnoli A. Bencivegna Roma]
N° 42 Conception superbe, admirable travail d’artiste ; on ne saurait ménager les éloges pour ce type de monument égyptien. Dans ce cas aussi on a sacrifié le plan, qui est tout à fait raté, au profit du style. Mais si l’on analyse le coût, on atteint un chiffre qui est le triple du budget local alloué pour la construction du musée. Naturellement ce n’est pas difficile d’obtenir un si bon résultat quand on néglige l’assiette principale du programme.

48[motto]
N° 43 La surface de ce projet est supérieure à celle arrêtée en fonction du budget. L’aménagement des espaces au rez-de-chaussée est remarquable, mais l’éclairage est manqué. Les charpentes métalliques des coupoles sont erronées, instables, impossibles à mettre en place dans l’optique de l’entrepreneur de construction. Dommage, car la façade est imposante dans son ensemble ; par ailleurs le style est moderne et pas si commun.

49[Winifred (Italia)]
N° 44 L’aménagement des murs principaux de ce projet est défectueux. Le style égyptien, bien illustré, manque de détails et présente un éclairage parmi les plus imparfaits. Voilà un type de projet ni bien, ni mal.

50[motto]
N° 45 Projet... ne pas s’y attarder !

51[motto Ibis (premiato)]
N° 46 Projet en style moderne attrayant, illustré avec grande précision, sagement développé et digne d’éloges. Il manque d’originalité en ce sens qu’il évoque l’un des monuments les plus célèbres de Paris. Les masses des murs s’avèrent insuffisantes ; les coûts n’ont pu être calculés que d’une manière approximative ; en tout cas il dépasse de beaucoup les 120 000 livres allouées.

52[Battigelli (Cairo)]
N° 47 Projet en style moderne, justement simple et agréable à regarder. D’une manière générale les masses sont bien agencées, les plans sont réussis et fonctionnels et la surface couverte est conforme au programme. Dommage qu’on y décèle une petite imperfection : le fronton de la façade trop bas. C’est le premier projet dans lequel la question de l’éclairage a été résolue d’une façon claire. Les trois salles principales sont grandioses, dans l’ensemble tout est bien défini. Si ce projet n’a pas de prétentions, les détails sont très étudiés et tout s’harmonise avec les consignes du programme. Sans rien négliger, l’auteur a mis au point un projet fonctionnel en toute conscience. Il faut admirer le système d’éclairage pratique, avec la lumière indirecte venant d’en haut, et donc facile à régler. Sans difficulté, on peut envisager tout imprévu, s’il y a lieu, dans ce projet minutieux facile à étudier dans le moindre détail. Nous voyons là la première application d’une toiture métallique, dissimulée à l’intérieur et à l’extérieur, de manière à garantir des rayons du soleil aussi bien l’édifice que les objets des collections, sans qu’ils semblent exposés sous la marquise d’une gare de chemin de fer. Très élégants et réussis, les lanternons pour l’éclairage indirect des salles du premier étage. Voilà une solution convaincante qui s’impose par son originalité. La ventilation rapide des locaux ne nécessite pas de liaison directe avec l’extérieur.

53[Guilhem (Paris) premio]
N° 48 Projet en style grec décoré « à l’Égyptienne » et présenté avec une profusion de décorations parmi les plus réussies. Mais le budget, où en est-il ? Où sont les détails ? Si, d’une part, il faut louer l’artiste pour avoir mené à bien ce projet, d’autre part il faut lui reprocher son manque d’attention pour ce qui concerne l’éclairage. L’auteur ne s’est préoccupé que de la grandeur et de la beauté, de tenir la vedette, d’être le meilleur de tous. Mais cela n’est pas suffisant ! L’auteur a oublié de coter les voies d’accès au musée et a négligé la question de la surface totale disponible ; il a manqué d’approfondir l’étude des fondations et n’a pas même pas songé un instant aux frais que la construction entraînerait. Les tambours au plafond destinés à l’éclairage, avec leur hauteur de plus de trois mètres et leur superficie de quatre mètres carrés quel éclairage vont-ils assurer ? Vont-ils projeter une trace de lumière sur le sol, correspondant à la vue en coupe des rayons indirects sur le cylindre principal : la lumière ne sera pas diffusée et tous les murs extérieurs des salles se trouveront dans l’obscurité, dans une obscurité totale.

54[Eureka (motto) Marcel Durgnon (sic) Paris primo premio]
N° 49 La surface couverte de ce projet dépasse de 50 % la valeur prescrite. Au cas où un agrandissement serait nécessaire, toute la surface disponible serait déjà occupée. Si ce projet a bien été conçu pour ce qui concerne les plans et les façades, il a été mis hors concours comme de nombreux autres parce que les auteurs ont exagéré et ont interprété le programme à leur gré. Ce projet affecte un style classique très imposant ; son auteur est certainement un grand esprit, malheureusement le Gouvernement Égyptien ne dispose pas de fonds suffisants pour récompenser ce talent sur le plan pratique.

55[Fabricius (Cairo)]
N° 50 La surface occupée par cette espèce de couvent à l’Égyptienne est quelque peu supérieure aux consignes du programme. Quant au format, l’auteur a fait preuve d’une économie remarquable. Le dessin n’est pas correct ; trop dépouillé pour un concours aussi important ; les plans également sont manqués. La cour intérieure colossale est le prototype d’une gare de chemin de fer de dernier ordre. Tout est trop élémentaire, rudimentaire ; la composition manque de talent. L’éclairage est direct, sans ventilation efficace, ce qui laisse supposer que dans les mois d’été la température ambiante interne pourrait monter au point de faire rôtir les momies. Le style égyptien de ce projet est mal conçu, l’un des moins étudiés et moins réussis.

56[motto]
N° 51 La surface couverte des étages est trop grande par rapport aux consignes du programme et, par conséquent, par rapport aux fonds alloués. Le projet est mal présenté dans son ensemble, rien n’a été défini dans le détail ; le jury devra faire preuve de bonne volonté pour déceler le talent de l’auteur.

57[Centonze (Cairo)]
N° 52 La surface couverte est quelque peu supérieure aux consignes. Les détails de la construction sont absents, l’éclairage est mauvais. Pourtant, ce petit projet a de la valeur, avec sa façade élégante et non imposante. Heureusement, ce projet répond aux directives du budget arrêté ; dommage que l’auteur n’ait pas approfondi l’étude des ossatures métalliques. Le détail de la petite coupole centrale est manqué, voire mal présenté. Il aurait mieux valu agir comme la plupart des concurrents : se contenter d’un avant-projet plutôt que s’attarder dans des détails qui, hâtivement esquissés, ont fait perdre de la valeur à une bonne partie de ce projet. On se demande pourquoi les fondations n’ont pas été prises en compte dans ce projet.

58[Ranieri Bottai (Firenze)]
N° 53 Ce projet présente un plan qui sacrifie excessivement la surface disponible. C’est le travail d’un débutant bien qu’on y décèle une certaine maîtrise dans le traitement de l’éclairage requis pour ce musée. Ce projet aussi est inachevé.

59N° 54 Projet incomplet, sans prétention et sans base de calcul. On voit que l’auteur a commencé avec alacrité, puis il s’est lassé avant de l’achever.

60[Rodolfo Dick (Vienna)]
N° 55 Le plan de ce projet présente une certaine originalité et un certain intérêt. Pour ce qui concerne le coût de l’ouvrage achevé, il est tellement élevé que l’auteur est d’emblée mis hors concours. Cet auteur également, comme celui sous le n° 48, s’est penché sur la question de l’éclairage, mais tous ces tambours ne suffisent pas à répondre aux exigences du programme ; l’éclairage est important pour pouvoir apprécier la finesse des détails des hiéroglyphes sur les monuments. Tout comme les élèves d’une école, l’auteur a fait de son mieux quand il a dessiné les fondations, sans toutefois réfléchir sur le vieil adage « le mieux est l’ennemi du bien ». Si ce projet s’apparente aux modèles de l’école moderne de Vienne dans son ensemble, l’auteur n’a pas observé les consignes du programme, ce qui fait que son projet est un avant-projet et non pas le résultat du travail qu’il s’était proposé de réaliser. Je sais que pour ce qui est de l’éclairage, rares sont les auteurs qui ont réussi car, d’une manière générale, nous assistons à la réitération des artifices habituels retenus pour les bibliothèques et les parlements. Mais le programme était bien clair. Pourquoi ne pas entamer un projet après avoir cherché d’abord la solution du problème ?

61[motto]
N° 56 Projet redondant en style Russe, que l’on pourrait présenter à d’autres concours, finement dessiné, indiqué pour toutes les affectations, hormis celle qui nous occupe. Sa construction ne va pas demander, sans exagération, une somme inférieure à 300 000 livres ! ! Et ce n’est pas rien ! !

62[Triconi (sic) (Napoli)]
N° 57 Superbe travail à la plume en style classique. Ce projet est louable dans son ensemble, mais si nous l’observons dans le détail, la reproduction des motifs est excessive et monotone. Nous sommes d’avis que ce projet ne mérite pas davantage d’attention.

63[Pacciariello (Firenze)]
N° 58 Projet en style Égyptien avec d’innombrables pyramides sur le toit, d’un très mauvais effet esthétique et statique. Le plan est fort mal réussi par rapport à la façade. L’assemblage des murs des caves est réussi, mais les fondations proprement dites, où sont-elles ? Cet auteur également a pensé que le gouvernement Égyptien se contenterait d’un avant-projet et qu’il relancerait le concours sur le même sujet à plusieurs reprises. Non, ce n’est pas ainsi, et il fallait que tout soit achevé ; ce qui demeure inachevé ou incomplet ne répond pas aux consignes du programme. La solution adoptée pour l’éclairage est plutôt réussie, mais elle n’est pas tout à fait ce que M. Morgan exige. Trop d’armatures métalliques apparentes non étudiées.

64[Rivas]
N° 59 Dessin sublime en pur style dorique, présenté avec talent et harmonie par un grand artiste. Nul doute que ce projet se distingue par rapport aux autres par l’application et par la forme. La lumière venant d’en haut est franche, avec des tambours en nombre insuffisant ou des toitures métalliques vitrées mal abritées. Les fondations aussi sont insuffisantes. Dommage que les détails fassent défaut, car le jury ne pourra pas apprécier ce travail admirable.

65[Favarger (Cairo)]
N° 60 L’auteur aurait mieux fait de ne pas soumettre ce projet plein d’erreurs de construction et dépourvu de détails à l’appui. Le style est arabe, très outré.

66[E. Paoletti E. Angelotti]
N° 61 La surface occupée par ce projet est inférieure aux directives. L’auteur est sans aucun doute un artiste talentueux, qui connaît la technique des effets scénographiques. Dans l’ensemble, les dessins sont admirablement présentés, mais nous remarquons quelques imperfections dans les vues en coupe ombrées. L’architecture est classique, fort bien réussie et, qui plus est, bien distribuée. Tous les détails de construction sont absents et la lumière est insuffisante. C’est l’un des plus beaux projets, dommage qu’il soit imparfait.

67[en haut de la page : Tronchet & Adrien Bey (sic) II° premio (motto)] [à côté : motto]
N° 62 Bon projet avec une architecture originale, mais imparfait. L’éclairage est complètement raté ; la dépense arrêtée est trop faible pour permettre la mise en œuvre de ces dessins.

68[Ammon italiano]
N° 63 Superbe et monumental colosse Égyptien, bien réussi. S’il est incomplet, il a toutefois été présenté avec un apparat éclatant. L’éclairage, manqué, est en tout cas insuffisant. Et les fondations, où sont-elles ? La dépense pour la construction de ce colosse incomparable dépasse les limites imposées par le budget local ! !

69[Havan]
N° 64 Projet qui ne mérite aucune attention. Il vaudrait mieux de ne pas se présenter plutôt que se présenter ainsi.

70[Z. U]
N° 65 Projet grandiose en style classique, mais trop grandiose pour être conforme aux consignes du programme. Les fondations n’ont pas été bien étudiées. Si elles sont considérables, elles ne conviennent pas au sous-sol du Caire. Aucun détail. L’agencement décalé des salles d’exposition est une solution originale, mais nous sommes d’avis que cet expédient n’est pas le mieux réussi. Quel est la dépense totale pour un tel édifice ? Combien de fois faut-il multiplier la somme de 120 000 livres accordée ??!!

71[Stella]
N° 66 L’auteur a cru résoudre le problème en édifiant quelque chose qui ressemble à une poudrière.

72[Calderini (Roma)]
N° 67 Création diligente d’un artiste talentueux. Avant-projet dépourvu de détails de construction. L’auteur a soumis deux projets, semblables dans leur ensemble, mais qui se distinguent par la décoration architecturale très originale. L’un est plus beau que l’autre, mais le projet répondant mieux au programme affecte une façade parallèle à l’avenue principale. En tant qu’architecte, l’auteur est un grand esprit. Le style pourrait être Égyptien, mais l’auteur a recréé le style Égyptien en l’adaptant à l’art moderne. Il y a cependant un défaut de dimensionnement de la corniche, et ce défaut est lourd. La hauteur des pylônes est trop faible par rapport à la masse qu’ils doivent soutenir. Nul doute que cet auteur s’impose par son originalité et si un diplôme d’honneur était décerné, il récompensera sans aucun doute ce projet, création superbe et inégalable. L’éclairage est raté : les fermes intérieures sont apparentes, communes et mal étudiées. Pourquoi un si grand esprit a créé un projet tellement beau en s’inspirant du style égyptien ? Pourquoi cet artiste vaillant ne s’est-il pas arrêté avant de dépasser les limites imparties par le programme ? Où trouve-t-on un budget capable de couvrir la dépense de cette création ? L’auteur n’a-t-il pas pensé que son ouvrage ne coûtera pas moins de 18 000 livres par mille mètres carrés de surface couverte ? Pourquoi l’auteur, au lieu de développer deux projets, n’a-t-il pas achevé un seul projet dans les délais impartis par le programme ?

73N° 68 Surface couverte plus grande que celle requise par les consignes. Un temple Égyptien de l’époque romaine, mais sans aucun art. Les toits sont des ossatures métalliques vitrées genre gare de chemin de fer. Projet très coûteux, qui occupe beaucoup de surface et ne va pas plaire.

74[Makman]
N° 69 Surface dépassant de 40 % la valeur requise. Plans, façades et détails trop rudimentaires et conçus avec grande ingénuité. À quoi bon ce mur qui divise la construction en deux parties comme dans les palais indigènes Harem et Selâmlik ? Déplorable dans son ensemble.

75N° 70 Blague à l’anglaise ou à l’américaine. Ce n’est pas sérieux ! ! !

76[Henri Schmit (Paris) menzione]
N° 71 Superbes dessins présentés en style moderne de façon claire. Travail dû à la main d’un artiste insigne. La surface de la construction est conforme aux directives du programme. On y remarque une salle centrale occupant un bon tiers de la surface bâtie. C’est là le plus grand défaut. L’ensemble de ce projet et le dessin très soigné s’imposent, mais cela ne répond pas aux exigences de notre Musée. On comprend bien que l’auteur est un architecte pur, car il se distingue par les détails de l’architecture, mais il affiche quelques défauts dans l’ensemble des ossatures métalliques, à peine esquissées. Quel est le devis estimatif que l’auteur a noté dans son rapport ? Nous ne le connaissons pas : d’après le détail de l’architecture, nous pouvons imaginer qu’il est bien supérieur à la somme arrêtée dans le programme.

77[Passé (Cairo)]
N° 72 La surface couverte de ce projet est supérieure à la valeur arrêtée dans le programme. Les plans sont simples et reflètent un esprit pratique à tel point qu’on lui pardonne volontiers une partie des défauts du pauvre vestibule et des deux escaliers principaux éloignés. Le style des façades est quelque chose d’incompréhensible. La façade opposée à la façade principale tient beaucoup d’une forteresse et n’est nullement justifiée. Très bonnes fondations, mais la lumière est directe, venant d’en haut. Si ce projet n’avait pas des façades extérieures énigmatiques, il figurerait parmi les rares retenus et répondrait aux conditions du site.

78[motto]
N° 73 Projet en style Égyptien, voire un temple Égyptien tout court. Plans très beaux et louables sous tous les aspects. Il s’agit là de l’unique projet qui, tout en s’inspirant à l’extérieur du style Égyptien, a su respecter dans son plan les consignes du programme et les conditions générales du site. Le seul défaut de ce projet, simple seulement en apparence, réside dans la lumière, directe venant d’en haut. La ventilation est assurée naturellement. Le dessin en perspective de ce projet nuit beaucoup à son auteur et amène le critique à donner un avis négatif. Mais il s’agit d’une erreur purement et simplement due à la perspective ; nous sommes convaincus que ce projet est simple, économique et réussi. S’il ne mérite pas le premier prix, il peut justement figurer parmi les tout premiers. Si l’auteur avait approfondi les détails de la construction et avait rectifié prudemment l’éclairage, il aurait pu être récompensé pour son travail soigné.

79Nous voilà à la fin de notre compte rendu pratique de tous les projets qui, dans leur ensemble, constituent le premier événement artistique de l’Égypte et pour lequel les pays les plus avancés dans le domaine de l’architecture se sont affrontés pour remporter le palmarès de la victoire. Nous avons donné notre modeste avis en toute équité ; c’est au jury que revient le verdict honnête et scrupuleux. C’est à lui de se prononcer définitivement car il s’est donné pour tâche de juger le travail d’architectes de talent, d’étudier le travail de ceux qui ont le mieux répondu aux consignes du concours, tout en respectant les directives du programme, les exigences du site et des monuments qu’il faut abriter dans ce musée.

80Les membres du jury devraient être conscients qu’on leur a confié une tâche ardue.

81Nous avons critiqué à plusieurs reprises la composition de ce jury parce que nous l’avons jugé incompétent. Nous serions heureux si leur verdict, juste, consciencieux, impartial et dicté par le sentiment artistique, guidé par les connaissances techniques, soutenu par la pratique, nous démontrait que nous nous sommes trompés. Nous les féliciterions les premiers !! Nos prévisions se seraient accomplies et nous pourrions affirmer que « les pêches ne poussent pas sur un pommier » !

82E.B.

83Le Caire, 19-3-95

84Au moment de mettre sous presse on nous communique le verdict du jury, verdict qui relève d’une partialité effrontée ou qui est le fruit de l’incompétence totale des membres du jury.
Ce jugement digne des âges préhistoriques ne modifie en rien notre opinion sur les projets exposée et admis au concours !

85E.B.

Notes

1  Maamar/Mimar signifie « architecte » en arabe.

2  Jeu de mot difficile à traduire : « Lo stile esterno sarà magari l’arabesco, l’interno è senza dubbio l’arrabiato ».

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access