Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire 1895

 | 
Ezio Godoli
, 
Mercedes Volait

Les principales participations

La participation italienne et l’affaire Basile

Milva Giacomelli
Traduction de Fabio Palmiri

Texte intégral

Les informations sur le concours en Italie

  • 1  Cette conclusion est le résultat du dépouillement de 25 périodiques, parmi lesquels des quotidiens (...)
  • 2  « Concorso », L’Edilizia moderna, vol. 3, n° 6, 1894, 3e de couverture.
  • 3  « Lavori e concorsi in Egitto », La Tribuna, 12-14 août 1894, p. 4.
  • 4  « Concorsi », Annali della Società degli ingegneri e degli architetti italiani. Bullettino, 2, 1er(...)
  • 5  « Concorsi », Annali della Società degli ingegneri e degli architetti italiani. Bullettino, 2, 16 (...)
  • 6 « Concorso per Museo », L’Architettura pratica, vol. 3, n° 12, 1894, p. 47.

1Au moment de sa publication, le programme du concours international pour la construction d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire fut en général ignoré par la presse italienne, à un petit nombre d’exceptions près. Seuls quelques périodiques annoncèrent le concours1, bien que tardivement et de façon très succincte. L’Edilizia moderna signala que le Journal officiel du gouvernement égyptien venait de publier en juin 1894 le programme d’un concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire ouvert aux architectes de toutes nationalités, fixant la date limite de présentation des dossiers (1er mars 1895), les récompenses, le barème des prix des constructions au Caire et le catalogue du musée2. Le quotidien romain La Tribuna, dans son édition du 14 août 1894, annonça que « Le gouvernement égyptien a lancé un concours ouvert aux architectes de toutes nationalités portant sur le projet d’un musée des antiquités égyptiennes à ériger au Caire [...]. Pour tous renseignements, pour prendre connaissance des plans et des programmes, s’adresser au Museo commerciale de Milan »3. Ensuite, le Bullettino des Annali della Società degli ingegneri e degli architetti italiani4 invita les intéressés à « se renseigner sur les conditions de participation au concours et à prendre connaissance des plans s’y rapportant auprès du ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce (division de l’Industrie et du Commerce) ou bien auprès du Museo commerciale à Milan » (alors qu’un traitement spécial était accordé aux « membres pouvant s’adresser au secrétariat de la Société pour tous renseignements sur le programme du concours »5). Par ailleurs, L’Architettura pratica, à Turin, invita les futurs concurrents à s’adresser directement au « ministère des Travaux publics, lequel fournit sur demande le barème des constructions au Caire ainsi que le catalogue du musée6 ».

  • 7  Lettres de F. Savino au ministère des Travaux publics des 11 et 27 novembre 1894, Rome (Italie), A (...)
  • 8  W. E. Garstin au ministre des Travaux publics, lettre du Caire en date du 5 décembre 1894, Rome (I (...)

2Le Programme du concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire, portant la date du 10 juillet 1894, parut au Journal officiel du gouvernement égyptien, n° 79 du 18 juillet 1894. À la divulgation du Programme, un débat fut lancé en Europe par les Français et les Anglais et auquel les Italiens ne semblent pas avoir participé, au vu des revues spécialisées d’architecture et d’ingénierie de l’époque. Ce débat faisait ressortir quelques-uns des points délicats du programme. On pouvait néanmoins consulter les principales revues d’architecture françaises et anglaises dans les bibliothèques spécialisées italiennes et dans certains bureaux importants. Malgré l’assistance des Français, l’inexpérience des Égyptiens en matière de concours se manifeste dans les imperfections du programme soulignées par la presse spécialisée, mais aussi dans quelques défaillances à l’égard des concurrents, comme l’atteste un dossier de précieux documents conservés dans les Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères à Rome. À titre d’exemple, l’ingénieur napolitain F. Savino, en novembre 1894, s’était adressé au ministère des Affaires étrangères italien pour réclamer l’envoi par le ministère égyptien des Travaux publics de la série des prix de la construction au Caire et du catalogue des collections du futur musée, pour lequel il avait déjà envoyé au Caire l’argent demandé dans le programme du concours. À défaut de ces renseignements, il ne pouvait pas être en mesure d’élaborer l’étude du projet7. En décembre, il reçut une réponse du Caire à son rappel, prétextant que les deux fascicules n’étaient pas disponibles à cause du nombre élevé de fautes typographiques de la première édition et que par conséquent ils avaient été détruits8.

  • 9  Enrico Rossetti au consul général d’Italie au Caire, lettre datée du 8 septembre 1894 à Côme, Rome (...)

3Quelques architectes et ingénieurs italiens s’adressèrent au consul général d’Italie au Caire pour obtenir des détails sur la distribution et la construction du nouveau musée, informations absentes du programme du concours. Enrico Rossetti, responsable d’un bureau d’ingénieurs à Côme, envoya une lettre au consul le 8 septembre 1894, le priant de demander au ministère des Travaux publics si le rapport et les devis pouvaient être rédigés en italien ; si le plafond des grandes salles d’exposition larges de 12 m pouvait être soutenu par des piliers en fonte ; s’il était nécessaire, en vue d’une meilleure disposition des collections, de dégager les salles d’exposition sur toute leur largeur ; enfin, quel système de couverture était recommandé par rapport au climat (toit recouvert de tuiles, d’ardoise, en terrasse, etc.)9. Ces questions techniques font ressortir la pénurie de renseignements accompagnant le programme du concours. Il faut souligner, car cela est très significatif, que ces questions sont posées par des ingénieurs auxquels, en raison de leur formation, les aspects fonctionnels ainsi que la distribution et la construction du projet tiennent à cœur ; ils se désintéressent complètement de tout exploit purement académique qui revient plutôt aux architectes.

La désignation d’un membre italien de la commission

4Les documents des archives romaines fournissent aussi des éléments utiles à la connaissance des démarches qui aboutirent à la mise en place du jury et à la désignation du membre italien.

  • 10  Coupure de journal en date du 21 décembre 1894, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques (...)

5Dans les dossiers conservés figure une coupure de journal en français, sans indication de provenance, sur laquelle on a inscrit à l’encre la date du 21 décembre 1894. On y apprend que le Conseil des ministres égyptien, dans la séance de la veille, avait nommé les membres du jury du concours, dont faisaient partie « S. E. Moustapha Pacha Fahmy, Sir Elwin Palmer, S. E. Yacoub Pacha Artin, M. Garstin, M. Barois et M. de Morgan, ainsi que les six commissaires de la Dette publique », auxquels s’ajoutaient « quatre architectes européens dûment qualifiés ; il n’est pas improbable que M. Somers Clarke, qui se rendra en Égypte à temps, soit de ce nombre »10. Le procédé singulier adopté pour désigner ces architectes nous a été révélé par une lettre adressée le 11 novembre 1894 à la Caisse de la Dette publique par le ministre des Finances égyptien, proposant de les recruter ainsi :

  • 11  Extrait de la lettre adressée le 11 novembre 1894 à la Caisse de la Dette publique par le ministre (...)

« Comme il en vient tous les ans en Égypte, il sera facile de s’assurer les services de deux ou trois d’entre eux gratuitement, soit moyennant une rétribution à chacun d’eux de 50 à 100 £E. Ces architectes formeraient avec ceux du gouvernement une délégation technique au sein du jury et soumettraient leurs propositions, après examen des projets, à l’appréciation du jury tout entier »11.

6La Caisse de la Dette publique répondit à cette proposition le 28 novembre en observant :

  • 12  Extrait de la réponse de la Caisse du 28 novembre 1894, Rome (Italie), Archives historiques diplom (...)

« Nous croyons nécessaire […] que plusieurs architectes, dont le nombre pourrait être fixé à quatre, soient inscrits au nombre des jurés. Mais nous verrions des inconvénients à décider et à faire annoncer que le choix de ces architectes fût subordonné au hasard des arrivées en Égypte. Il serait désirable de les désigner aussitôt que possible parmi ceux qui se trouvent dès à présent dans le pays, ou dont le séjour au Caire, en avril 1895, pourra être à bref délai considéré comme certain »12.

7Le procédé adopté ne s’écartera pratiquement pas des recommandations de la Caisse de la Dette publique, comme l’atteste un courrier envoyé le 28 novembre par Alberto Pansa, titulaire de l’Agenzia Italia au Caire, à Giulio Adamoli, sous-secrétaire aux Affaires étrangères dans le cabinet Crispi et vice-président de la Société géographique italienne, que nous citons longuement ci-dessous :

  • 13  Alberto Pansa à Giulio Adamoli, lettre du Caire portant la date du 28 novembre 1894, Rome (Italie) (...)

« Je prends la liberté de m’adresser à vous en privé pour une affaire d’intérêt public mais que je préfère ne pas traiter officiellement pour les raisons que je vous expliquerai. Comme vous le savez, le gouvernement égyptien a ouvert un concours pour l’étude d’un édifice destiné au musée des Antiquités au Caire. Vous trouverez ci-joint un exemplaire du programme s’y rapportant. Le jury chargé de choisir les projets qui seront soumis du monde entier, sera composé premièrement de huit à dix fonctionnaires ayant voix au chapitre (ministres des Finances et des Travaux publics, sous-secrétaires d’État, conservateurs de musées, etc.), mais l’on voudrait compléter ce comité officiel par la présence de quelques architectes et artistes étrangers, qui par leur renom professionnel pourraient conférer davantage d’autorité au jury et assurer en même temps une plus grande garantie d’impartialité aux concurrents de chaque pays. Les Français ont soutenu l’idée d’un véritable jury international (avec d’innombrables questions liées à la présidence, à la vice-présidence, aux comités et sous-comités), mais les Anglais ayant subodoré d’autres fins politiques qui finissent par l’emporter en Égypte, ont insisté pour imposer une méthode plus simple [...]. Monsieur Garstin (sous-secrétaire d’État aux Travaux publics) m’a fait savoir en toute confidence que l’idée serait d’appeler en tant que membres du jury trois ou quatre architectes en renom de différentes nationalités, qui se trouveraient comme par hasard en Égypte au moment de sa réunion : l’un d’entre eux pourrait être italien. Bien entendu, cette invitation s’accompagnerait de la proposition d’une indemnité apte à couvrir les frais du voyage et du séjour en Égypte. Pourriez-vous m’envoyer quelqu’un qui ferait parfaitement notre affaire ? Si j’ai exposé avec quelques détails la méthode qu’on entend adopter en la circonstance pour désigner les membres du jury en question, c’est pour mieux vous expliquer que le choix de notre membre doit se faire absolument en privé, évitant toute publicité. Venons-en au fait. Je vous envoie ci-joint une liste de cinq noms de personnes qui, d’après les renseignements qui m’ont été soumis, pourraient convenir à parfaitement notre affaire. Naturellement il n’y a là aucune intention de ma part de limiter votre choix, je tiens seulement à préciser qu’il faudrait quelqu’un d’assez connu, qui voyagerait en Égypte pour son plaisir, justifiant de ce fait l’intention du gouvernement égyptien de l’appeler au sein du jury. Sous ce profil, M. Boito serait peut-être le plus indiqué, et aussi M. Sacconi et M. Beltrami. Si je ne m’abuse, M. Calderini et M. Basile sont des ingénieurs plutôt que des architectes. Mais je m’en remets à votre avis car je ne connais personnellement aucun de ces messieurs. Ainsi, si l’un d’entre eux, ou quelqu’un de votre connaissance, serait disponible pour se rendre en Égypte pendant cinq ou six semaines entre février et mars, il me semble que les choses pourraient s’arranger à la satisfaction générale […]. Je vous le répète, la personne qui accepterait de partir devrait s’abstenir de révéler le but de son voyage, une excursion en Égypte étant du reste très plausible en hiver, que ce soit pour des raisons de santé ou d’étude [...] »13.

8L’éventail des candidats pris en considération proposait une sélection incontournable des représentants le plus en vue de l’architecture contemporaine en Italie : Camillo Boito, Ernesto Basile, Luca Beltrami, Guglielmo Calderini et Giuseppe Sacconi.

9Après avoir demandé l’avis du sénateur Carlo Brioschi, le 17 décembre M. Adamoli communiqua à M. Pansa que « sans hésitation, parmi les cinq noms que vous avez proposés, il a choisi M. Beltrami en premier, et deuxièmement M. Basile » et il ajouta :

  • 14  Giulio Adamoli à Alberto Pansa, lettre de Rome portant la date du 17 décembre 1894, Rome (Italie), (...)

« J’ai parlé tout de suite avec l’architecte Beltrami […] qui a accueilli de bon gré la proposition, mais il n’est pas en mesure de donner son accord avant de recevoir quelques renseignements sur l’époque des élections administratives à Milan. Nous nous sommes mis d’accord que M. Beltrami vous écrira personnellement d’ici quelques jours […]. Au cas où M. Beltrami ne serait absolument pas disponible, nous retiendrons M. Basile. Il est entendu que tous les intéressés observeront la plus grande réserve. Je vous suis très reconnaissant de la confiance que vous m’avez accordée dans cette affaire capitale pour l’honneur de notre pays »14.

10Ce n’était pas un hasard si Beltrami avait été choisi, car en 1890 il avait été élu député au parlement, dont l’architecte Sacconi était également membre.

  • 15  Giulio Adamoli à Alberto Pansa, lettre de Rome portant la date du 4 février 1895, Rome (Italie), A (...)
  • 16  Ibid.

11Le 2 janvier 1895, M. Adamoli fit part à M. Pansa de la défection de Beltrami et l’informa aussi qu’il avait pris contact avec Basile. Le 13 du même mois, il lui confirma que ce dernier avait accepté le mandat. Occupé à la direction des chantiers du Teatro Massimo à Palerme, Basile s’adressa directement à Pansa le 31 janvier et lui fit savoir qu’il désirait « s’éloigner de l’Italie le moins possible » et lui demandait des éclaircissements sur la rémunération prévue par le gouvernement égyptien pour les membres du jury. En l’absence d’un engagement ferme de la part du gouvernement égyptien en ce sens, le ministère des Affaires étrangères italien – comme l’atteste un courrier de M. Adamoli à M. Pansa en date du 4 février, qui a informé M. Basile en même temps – décida de lui-même d’accorder « une indemnité de 1 500 lires à l’architecte qui se rendra en Égypte, au cas où il ne recevrait aucune allocation du gouvernement de ce pays »15. Il est évident que ce traitement modeste pouvait inciter l’architecte Basile à se soustraire à l’engagement : « Espérons néanmoins que le professeur Basile accepte notre proposition – écrit-il – car il est trop tard et bien difficile de trouver un remplaçant, l’idée de renoncer à faire valoir aussi la présence de l’Italie en pareille circonstance me désole ». C’est ainsi qu’il s’empressa de suggérer à M. Pansa à titre de précaution : « En attendant, je vous conseille de maintenir la désignation de M. Maniscalco »16.

  • 17  The Architect & Contract Reporter, 25 janvier 1895 ; L’Architecture, 29 janvier 1895 ; La Construc (...)

12Le 20 décembre 1894, avant de contacter Ernesto Basile, le Conseil des ministres égyptien avait achevé la composition du jury en désignant quatre architectes comme membres d’un « sous-comité technique chargé de l’étude et de l’examen des projets »17 : le Français Honoré Daumet ; l’Anglais Somers Clarke ; l’Allemand Julius Heinrich Franz qui, depuis 1861 résidait en Égypte où, à l’époque du concours, il était ancien architecte en chef des Waqfs ; l’Italien Alfonso Maniscalco, ou Manescalco, né en 1853 dans la province de Naples, parti pour l’Égypte avec sa famille en 1862, titulaire d’un diplôme d’architecte de l’École des beaux-arts de Paris, où il avait fréquenté l’atelier de Julien Guadet entre 1873 et 1877.

  • 18  La lettre de Basile est citée dans une dépêche qu’Adamoli adresse à Pansa le 10 février 1902, Rome (...)
  • 19  Giulio Adamoli à Alberto Pansa, lettre de Rome portant la date du 13 février 1895, Rome (Italie), (...)
  • 20  Paris (France), Institut de France, fonds Gaston Maspero Ms. 4053 (2), fol. 73.

13La rémunération était effectivement un sujet de mécontentement pour Basile selon lequel « la somme de 1 500 lires pour quelqu’un qui doit quitter l’Italie et rester trois ou quatre semaines en Égypte ne suffit pas à couvrir les dépenses indispensables », comme il l’écrivit à M. Adamoli, tout en lui confirmant son « acceptation préalable » et son intention de se rendre au Caire « le 1er mars prochain ». Mais dans sa lettre il souhaitait également que « notre gouvernement demande au gouvernement égyptien que l’on me verse une indemnité proportionnée à l’importance du concours, aux crédits alloués à la construction de l’édifice, aux récompenses considérables accordées aux meilleurs projets ; indemnité qu’il faut établir compte tenu non seulement des frais effectifs de voyage, mais aussi en fonction du temps nécessaire à effectuer un travail profitable. Une telle indemnité ne devrait pas être inférieure à 5 000 lires »18. Lorsque le 10 février il fit part à M. Pansa de ces prétentions, M. Adamoli n’était pas encore tout à fait sûr de l’accord de Basile, mais ses doutes étaient définitivement dissipés le 13 février quand il télégraphia une dépêche au consul : « [...] M. Ernesto Basile m’a télégraphié qu’il accepte le mandat ; il sera au Caire début mars »19. C’est Basile lui-même qui le 19 février assura M. Pansa de sa participation aux travaux du jury ; M. Garstin, sous-secrétaire du ministère des Travaux publics égyptien, fut mis au courant de cette décision. Basile fut nommé membre du jury par le gouvernement égyptien par arrêté du 5 mars20. Mais le 11 mars, à l’avant-veille de la date fixée pour la réunion du jury, Ernesto Basile fit savoir que pour cause de maladie (une grippe qui l’avait frappé pendant son séjour à Messine) il était obligé de reporter son départ au lendemain. Entre le 11 et le 18 mars, de nombreux télégrammes furent échangés entre le ministère des Affaires étrangères à Rome et l’agence diplomatique d’Italie au Caire. Le 18 mars, personne n’avait aucune nouvelle de l’arrivée de Basile qui s’était déjà probablement rendu au Caire, en retard, pour participer aux travaux du jury. Mais il n’avait pas manqué l’occasion de visiter l’exposition des projets soumis au concours, ouverte du 14 mars au 15 avril 1895.

La participation italienne au concours

14Les sources bibliographiques ne permettent pas d’établir avec certitude le nombre de projets parvenus au ministère des Travaux publics au Caire à la date du 1er mars 1895, dernière limite pour la présentation.

  • 21  Francesco Paolo Rivas à Mazza, consul italien au Caire, lettre de Palerme portant la date du 3 avr (...)

15L’identification de la plupart des noms des concurrents (60 entre noms et devises) a été possible grâce à la consultation des épreuves annotées d’un document rare intitulé Museo Egiziano. Rivista critica dei progetti esposti al concorso. Il s’agit des épreuves d’une brochure de l’imprimeur Wm. Cumbo au Caire contenant les commentaires des 73 projets exposés, avec des corrections manuscrites, brochure qui n’a jamais été publiée pour des raisons diplomatiques. Ce texte porte la date du 19 mars 1895, c’est-à-dire la veille de l’officialisation de la décision du jury (20 mars)21. La description critique des 73 projets est précédé d’un bref avant-propos ironisant sur la rapidité des travaux du jury :

  • 22 Ernesto Basile, « Pro Museo Rivista Critica dei Progetti ammessi al Concorso », inMuseo Egiziano. R (...)

« Pourtant on dit que demain on jugera. Je ne sais comment cela pourrait se faire ; je crois qu’il s’agit d’un poisson d’avril avant terme. En ce cas, il y a lieu de supposer que la décision a été préparée avant l’exposition des travaux, car en cas contraire il aurait fallu un mois environ pour examiner les projets exposés »22.

16Dans une apostille au bas du compte rendu des critiques des projets, il est précisé :

  • 23  Ibid., p. 22.

« Au moment de mettre sous presse la brochure, on nous communique la décision du jury ; cette décision est d’une partialité effrontée, voire le fruit de l’incompétence absolue des membres du jury. Ce jugement digne des âges préhistoriques ne change en rien notre opinion sur les projets exposés et soumis au concours23 ! »

17Le texte et l’apostille sont paraphés E. B. On ne peut douter du nom qui se cache derrière ces initiales. Dans une lettre qu’Ernesto Basile adressa le 29 mars du Caire à son ancien élève Francesco Paolo Rivas, qui figurait parmi les concurrents, on peut lire :

  • 24  Ernesto Basile à Francesco Paolo Rivas, lettre du Caire portant la date du 29 mars 1895, Rome (Ita (...)
  • 25  Ibid.

« À mon arrivée ici, j’eus la surprise de constater que le jury avait déjà terminé ses travaux. En toute hâte et sans motif, sans attendre l’arrivée annoncée de la personne chargée de sauvegarder les intérêts des 23 concurrents italiens, le jury n’a rendu son verdict qu’après trois brèves séances portant sur les 73 projets soumis. Tu peux imaginer ma colère. Surtout que le verdict est très arbitraire. Aucun projet n’a été retenu pour l’exécution ; neuf artistes, tous Français, ont été récompensés. L’architecte Daumet, représentant de la France, a été fort habile et s’est imposé grâce à l’aide du ministre ; et il est vraiment pénible de constater que personne n’ait pu l’entraver ou faire en sorte que l’on attende mon arrivée. J’ai étudié les projets attentivement et j’en publierai les résultats dès mon retour en Italie ; je puis affirmer que ton travail, pour les vues en plan et en élévation, est meilleur que bien des projets français et qu’il devait justement figurer parmi les lauréats »24. En post-scriptum : « Il est inutile d’ajouter que je garde l’original à disposition »25.

  • 26  Francesco Paolo Rivas au ministre égyptien des Travaux publics, lettre de Palerme portant la date (...)

18La nouvelle de la publication des commentaires critiques de l’architecte sicilien avait été diffusée aussi au Caire grâce à une lettre de Rivas adressée le 26 avril 1895 au ministre égyptien des Travaux publics, dans laquelle on lit : « Il [Basile] ajoute qu’il prépare une publication donnant une appréciation scrupuleuse de tous les projets »26.

19Sur les épreuves, en regard des appréciations, figurent des annotations qui ressemblent à l’écriture de Basile avec les noms ou les devises de 59 concurrents, alors qu’en regard de 14 autres appréciations figurent l’indication générale « motto [devise] » (13) ou des initiales (1).

20Au début de l’avant-propos l’auteur précise :

  • 27 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 3.

« Le compte rendu critique des projets du musée admis au concours est trop long pour le reproduire dans la presse, où il occuperait trop de place ; nous le publions en entier dans cette brochure, car nous ne voulons pas renoncer à participer à cette manifestation artistique en Égypte »27.

21Incidemment, il faut souligner l’expression « projets [...] admis au concours », pouvant indiquer l’existence de projets non admis et par conséquent non exposés. Si elle est correcte, cette interprétation expliquerait les divergences sur le nombre de participants fournies par les revues. Mais pour l’instant, la question est de savoir pourquoi l’auteur n’a pas publié la brochure. Une réponse est à rechercher dans une lettre adressée le 9 avril par Adamoli à Pansa lequel, à la suite des protestations des concurrents italiens, avait contacté Basile afin qu’il procédât « pour son compte à l’examen des projets, de manière à donner un avis compétent sur le verdict du jury ». Le sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères écrivait :

  • 28  Giulio Adamoli à A. Pansa, lettre de Rome portant la date du 9 avril 1895, Rome (Italie), Archives (...)

« Bien entendu, il faut que cet avis concoure absolument à calmer les esprits de la colonie italienne, tout en confirmant le discernement et l’équité des juges, et des architectes étrangers, plus vigilants que notre représentant dans l’exécution de leur mandat, et en ratifiant leur verdict. Ce serait déplorable que l’avis de M. Basile, en critiquant l’action du jury, nous procure un surcroît de difficultés et nous entraîne dans une avalanche de récriminations. Je compte sur votre bon sens afin de nous éviter un grand malheur. Sur ce, je n’ai rien à ajouter »28.

22Les dispositions du haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères à Rome étaient rigoureuses, dans le souci de prévenir toute contestation et désaccord avec le gouvernement égyptien et la concurrence française, selon une tactique qui donna ses fruits au bout de quelques années : elle s’est traduite par une réparation partielle de la participation italienne, c’est-à-dire l’adjudication des travaux de construction du nouveau musée à l’entreprise de Garozzo et Zaffrani.

  • 29  Francesco Paolo Rivas au ministre égyptien des Travaux publics, lettre de Palerme portant la date (...)

23Le mécontentement des concurrents italiens quant aux résultats du concours, exacerbé par le doute que leur exclusion était imputable à la défection de Basile, se manifesta à travers des formes de protestation insolites, visant d’abord les autorités consulaires italiennes en Égypte et aussi le premier ministre Crispi, auquel Rivas avait adressé une lettre de plaintes que le président du Conseil avait transmise au ministère des Affaires étrangères29. Dès qu’il apprit le verdict du jury, Rivas manifesta personnellement son insatisfaction dans une lettre envoyée au consul d’Italie au Caire en date du 27 mars :

  • 30  Francesco Paolo Rivas au comte Mazza, lettre de Palermo portant la date du 27 mars 1895, Rome (Ita (...)

« Les lauréats ex æquo ont été 5 et d’autres ont eu la mention honorable. Quelle coïncidence ! Tous les neuf chanceux sont des Français et du meilleur cru, c’est-à-dire des Parisiens pur sang. Or, je déplore que l’architecte italien, membre dudit jury et qui devait représenter nos intérêts dans ce concours, se trouvât encore à Palerme jusqu’au 14 ou au 15 de ce mois ; par conséquent il ne put pas gagner Le Caire avant le 20, c’est-à-dire deux jours après que la décision eût été prise ; il est donc évident que nous les Italiens n’avons pas été représentés. Si le départ de notre Commissaire après le 14 était dûment autorisé et qu’il comptait arriver à temps, tout laisse supposer qu’il s’agit là d’un parti pris pour faire triompher les Français et faire subir un affront à l’art italien pour lequel ils n’ont aucun respect, surtout que le jury, où le poids français était prépondérant, n’a pas été en mesure de trouver un projet digne du premier prix et a partagé en famille le montant des récompenses. Je ne prétends certainement pas que mon projet soit le meilleur à partir du moment où je n’ai pas pris connaissance des autres, mais je suis convaincu que mon projet, étudié dans les moindres détails, répond à toutes les exigences du programme et qu’il a été jugé très favorablement par des personnes compétentes qui l’ont vu. En conséquence, je proteste contre cette décision qui, à la lumière de ce que je viens d’exposer, me paraît partiale et illégitime, ainsi je vous prie vivement de vous faire l’interprète officiel de ma protestation dans l’intérêt de tous nos compatriotes injustement laissés pour compte, dont l’appréciation n’a pas été effectuée en conscience à défaut d’un représentant [...] »30.

24L’insolence du ton caractérise la lettre rédigée en français qu’un autre concurrent, Giovanni Paciarelli, adressa le 2 avril au ministre égyptien des Travaux publics :

  • 31  Giovanni Paciarelli au ministre égyptien des Travaux publics, lettre de Florence portant la date d (...)

« J’ai appris [...] par les journaux égyptiens la nouvelle que les prix ont été adjugés, après un examen de douze heures en tout, à quatre concurrents dont les travaux ont été auparavant signalés à l’attention du public par le Journal officiel du Vice-Royaume. Je ne suis pas du tout au courant des mœurs et coutumes de votre Pays, mais je tiens à vous préciser en toute liberté que chez nous un pareil procédé provoquerait sans aucun doute la plus vive récrimination de l’ensemble du public [...] »31.

25Rivas adressa également une lettre de protestation au ministre égyptien en date du 26 avril :

  • 32  Francesco Paolo Rivas au ministre égyptien des Travaux publics, lettre de Palerme en date du 26 av (...)

« J’ai reçu la liste des lauréats qui m’a affecté d’une vive impression. Le hasard du résultat de neuf Français, tous Parisiens, est plutôt étrange ! Il semble évident qu’il s’agit là, surtout, d’une issue politique. C’est vraiment décourageant ! Nous les Italiens n’avons pas été représentés, sans doute à cause de la négligence de notre commissaire. Si je m’en tiens à votre appréciation, la décision me paraît fort injuste car mon projet, ne serait-ce que pour les vues en plan et en élévation, aurait dû figurer en toute objectivité au nombre des lauréats, car il s’est révélé meilleur que plusieurs projets français. C’est ce que m’écrit l’architecte Basile [...] il est pénible de constater que la politique s’insinue dans un concours artistique, sacrifiant les intérêts de ceux qui, par leur travail et leur génie, cherchent à se frayer un chemin avec honnêteté et finissent par y perdre leur santé et leur argent injustement ! Désormais tout le monde sait comment se terminent ces concours ; ils ont bien de la chance les Français qui, à tort ou à raison, ont appris à s’imposer partout. Malheureusement nous sommes mal représentés ! [...] »32.

  • 33  Le ministre égyptien des Travaux publics au ministre italien des Affaires étrangères, lettre du Ca (...)

26Les lettres de ces deux architectes furent transmises par le ministère des Travaux publics égyptien au ministère des Affaires étrangères italien accompagnées d’une note diplomatique en date du 26 mai les qualifiant d’« irrecevables » en raison de leur ton et de leur teneur33. À la lumière de ces événements, l’action d’Adamoli visant à modérer la protestation et à éviter que le compte rendu de Basile contribue à alimenter la tension n’est nullement injustifiée.

27D’après les annotations manuscrites sur les épreuves de la brochure mise au point par Basile, les projets italiens présentés à l’exposition (fig. 1) sont au nombre de 23 :
n° 1. Vio Anacleto Venise ;
n° 7. Zuzzanini ;
n° 15. Lotus (devise) Muggia (Italien) ;
n° 18. Silvagni ;
n° 21. Locati Milan ;
n° 22. I. Cerasuolo ;
n° 23. Galeota (Ital.) ;
n° 26. Padus (devise) Frigerio (Milan) ;
n° 34. Etruria;
n° 36. Carlo Sani (Italien) ;
n° 39. Cassitto (Naples) ;
n° 42. Scipione Regnoli A. Bencivegna (Rome) ;
n° 44. Winifred (Italie) ;
n° 47. Battigelli (Le Caire) ;
n° 52. Centonze (Le Caire) ;
n° 53. Ranieri Bottai (Florence) ;
n° 57. Triconi (Naples) ;
n° 58. Pacciariello (Florence) ;
n° 59. Rivas ;
n° 61. E. Paoletti E. Angelotti ;
n° 63. Ammon (Italie) ;
n° 66. Stella ;
n° 67. Calderini (Rome).

1. Plans de l'école Alî au Caire, marquant l'emplacement des projets italiens identifiés au rez-de-chaussée

1. Plans de l'école Alî au Caire, marquant l'emplacement des projets italiens identifiés au rez-de-chaussée

1. Plans de l'école Alî au Caire, marquant l'emplacement des projets italiens identifiés au premier étage

1. Plans de l'école Alî au Caire, marquant l'emplacement des projets italiens identifiés au premier étage

28L’orthographe de certains noms n’est pas correcte : par exemple, Pacciariello est Giovanni Paciarelli, Triconi est Arturo Tricomi. Winifred est la devise de Giulio Savarese. Quant aux projets italiens, la revue L’Architettura pratica en signale dix jugés comme les meilleurs et attribués à :

  • 34 « Concorsi. Museo del Cairo », L’Architettura pratica, vol. 4, n° 3, 1895, p. 11.

« Calderini [avec la collaboration d’Ulpiano Enrico Bucci] de Rome, Locati de Milan, Manfredo Manfredi [avec la collaboration d’Oreste Santarelli], Muggia de Bologne, D’Aronco (maintenant à Constantinople), Rignoli [sic], Silvagni, Savarese de Milan [sic], Centonze de Naples, Zaris de Palerme »34.

29Sur dix d’entre eux, trois (Manfredi-Santarelli, D’Aronco [fig. 2], Zaris) ne figurent pas dans la liste rédigée par Basile, mais ils pourraient bien se cacher derrière l’une des devises non encore décryptées.

2. Raimondo D'Aronco, projet pour le musée du Caire ? (D. Barillari, E. Godoli, Istanbul 1900. Architettura e interni Art Nouveau, Firenze, 1996).

2. Raimondo D'Aronco, projet pour le musée du Caire ? (D. Barillari, E. Godoli, Istanbul 1900. Architettura e interni Art Nouveau, Firenze, 1996).

Source : Paris (France), Institut de France, fonds Gaston Maspero, manuscrit Ms. 4053 (2), fol. 81.

30Lors du dépouillement des documents conservés aux archives du ministère des Affaires étrangères à Rome, les noms d’autres concurrents ont été découverts : Enrico Rossetti (qui a certainement envoyé son projet au Caire), Giulio Reibaldi, Domenico Coletta et l’ingénieur Federico Savino de Naples ; il reste à découvrir si les trois derniers ont mis au point et soumis leurs projets. Si l’on compare ces données avec la liste de Basile, le nombre de concurrents italiens est supérieur à 23, ce qui renforce l’hypothèse que le nombre total de concurrents était supérieur à 73.

31Les brèves annotations apposées par Basile sur les projets présentés consistent en une série de critiques sévères à l’égard non seulement des lauréats, mais aussi de la plupart des concurrents italiens. Basile démolit une partie des projets par un jugement lapidaire comme :

  • 35 Ernesto Basile, op. cit, (note 22), p. 5.
  • 36 Ibid., p. 6.
  • 37 Ibid., p. 9.
  • 38 Ibid., p. 9.
  • 39 Ibid., p. 12.
  • 40 Ibid., p. 17.
  • 41 Ibid.

« dans l’ensemble le travail n’est pas correct » (Vio)35 ; « projet pour une mascarade de mardi gras » (Zuzzanini)36 ; « projet complètement raté » (Cerasuolo)37 ; « l’auteur du projet a voulu faire le programme tout seul » (Galeota)38 ; « présentation du projet presque indécente, mal étudié et contestable à tous les égards » (devise : Etruria)39 ; « c’est le travail d’un débutant, mais au stade embryonnaire » (Ranieri Bottai)40 ; « cet auteur a cru résoudre le problème en construisant quelque chose qui ressemble à une poudrière » (Stella)41.

  • 42  Concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport au jury par Mr Da (...)

32Pour le projet Etruria, il est intéressant de lire dans le Rapport les considérations de Daumet qui ne s’écartent guère des appréciations de Basile : « Il en est de même pour le n° 34 dont les dessins ne sont pas à l’échelle prescrite, projet d’ailleurs très faible comme composition »42.

  • 43  Lotus (Ing. Attilio Muggia). Musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport explicatif et just (...)
  • 44 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 7.

33Basile ne ménage pas non plus les concurrents célèbres et réputés, comme Muggia (voir infra, p. 157), Silvagni et Paciarelli. Il reproche au projet du professeur bolonais – dont la devise Lotus43 paraît impudemment avec son vrai nom sur la couverture du Rapport explicatif et justificatif – un défaut d’éclairage (« très grave »), les cotes d’encombrement « inesthétiques et compliquées » dans les salles d’exposition principales, « l’exagération de la masse des murs »44. Il affirme que :

  • 45 Ibid.

« Sous l’angle monumental, le style égyptien est réussi, mais si on l’étudie dans le détail, il ne se révèle que comme un détour pour faire plus vite. La pyramide, soutenue par un bâti en fer, mal étudiée et insuffisante, est inconcevable. Elle n’est visible d’aucun côté. La surface couverte dépasse de beaucoup les crédits alloués. En tout cas les détails, qui pourraient faire apprécier le projet si les calculs étaient rigoureux, font défaut. L’ensemble est très approximatif. Le premier soubassement est tellement exagéré qu’on ne saurait le justifier d’aucune façon. Il représente à lui seul plus d’un cinquième de la dépense accordée par le programme »45.

  • 46 Ibid., p. 8.

34Le « projet sans prétention, mal conçu, mal étudié » de l’ingénieur romain Carlo Virgilio Silvagni (qui fut très actif en Égypte pour effectuer des restaurations) est critiqué à cause des « détails ornementaux que l’on voit habituellement dans les albums les plus courants d’œuvres égyptiennes »46.

35L’auteur porte le même avis sur le travail de l’ingénieur et architecte Paciarelli, célèbre pour ses édifices Art nouveau à Florence, lequel imagine un projet « dans le style égyptien avec plusieurs pyramides sur le toit », projet qui est jugé dans l’ensemble « d’un très mauvais effet esthétique et statique ».

  • 47 Ibid., p. 18.

« Le plan » est « très mal réussi, […] qui est la conséquence de la façade », tandis que « la liaison des murs des caves est réussie, mais les fondations proprement dites où sont-elles ? » ; « plutôt réussie […] la solution de l’éclairage […]. Trop de structures métalliques visibles non étudiées »47.

36À propos du projet de Paciarelli, Basile met l’accent sur un sujet que l’on retrouve tel un leitmotiv dans la plupart des projets examinés :

  • 48 Ibid.

« Cet auteur aussi a cru que le gouvernement égyptien demande un projet de principe et qu’il s’amuse à plusieurs reprises à ouvrir des concours sur le même sujet. Non, ce n’est pas ainsi, et il aurait fallu que tout soit complet ; ce qui est inachevé, ce qui n’est pas fini et détaillé, ne répond pas aux exigences arrêtées dans le programme »48.

  • 49 Ibid., p. 8.
  • 50 Ibid., p. 12.
  • 51 Ibid., p. 13.
  • 52  Ibid., p. 19.
  • 53  Ibid., p. 18.
  • 54  Le « style classique », et notamment « le style [...] de la Renaissance », caractérise le Projet d (...)
  • 55 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 18.
  • 56  Ibid., p. 19.
  • 57  Rapport illustratif sur le projet pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire p (...)
  • 58  Concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport au jury par MrDau (...)

37Dans une partie des projets (et notamment ceux de Locati, de l’ingénieur Federico Frigerio de Côme, de Carlo Sani, de l’ingénieur Umberto Cassitto, de Regnoli et Bencivegna, de Centonze, de Tricomi, de Paoletti et d’Angelotti, de Savarese [fig. 3] et dans celui portant la devise Ammon), Basile trouve quelques solutions qui mériteraient d’être retenues. La plupart de ces auteurs se distinguent par l’adoption du style égyptien. Parmi les meilleurs, se trouvent Locati : « Le style à l’extérieur est égyptien et fait preuve d’une application pratique parmi les plus réussies. Dessin très correct, d’un artiste de premier rang »49 ; Sani : « Le style est égyptien, fantastique, habilement dessiné par un artiste qui connaît son affaire »50 ; Regnoli-Bencivegna : « Conception superbe, travail admirable d’un artiste ; très louable comme type de monument égyptien »51 et enfin Ammon : « Splendide colosse monumental égyptien. Réussi »52. Toutefois, Basile n’apprécie pas le recours au style égyptien. Il observe, par exemple, à propos du projet de Locati : « C’est vraiment dommage qu’un tel maître ait voulu s’obstiner à appliquer un style qui ne saurait être adopté dans un monument public »53. En effet, Basile est d’avis que le « style égyptien », d’une part, ne correspond pas au plan du nouveau musée (c’est le cas, par exemple, des projets de Locati, Sani, Regnoli-Bencivegna, Centonze, Savarese) ; d’autre part, ce style concourt à faire monter le budget dont le montant est fixé à 120 000 £E dans le Programme. À titre d’exemple, le musée imaginé par Regnoli et Bencivegna atteint presque le chiffre de 360 000 £E. Au contraire, le « style classique »54 est adopté par Cassitto, Tricomi (« Superbe travail à la plume en style classique »55) et par Paoletti et Angelotti (« L’architecture classique est fort réussie et, qui plus est, bien distribuée »56). Le « style classique » qui caractérise « la décoration extérieure » du musée imaginé par Cassitto « est inspiré aux imitations des belles formes d’architecture de la Renaissance [...] qui ont eu un si grand éclat au xvie siècle », dont le choix par rapport au style néo-égyptien, néo-grec ou néo-romain – comme l’auteur l’indique dans son Rapport illustratif sur le projet pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire en février 1895 – s’avère être « l’unique qui puisse harmoniser le problème de l’architecture avec un idéal esthétique »57. L’extraordinaire effet graphique du projet d’un musée néo-classique conçu par l’ingénieur Tricomi – lequel participa au concours pour la façade de l’église San Lorenzo à Florence en 1900 (encore une fois Basile fut l’un des membres du jury) et pour le Chicago Tribune en 1922 – fut remarqué par Daumet également, qui note dans son Rapport : « le n° 57 est exprimé avec talent, mais il n’a pas de plan d’ensemble indiquant les augmentations possibles des bâtiments ni l’emplacement de ceux de l’administration »58.

3. Photographie d'une vue perspective d'un projet pour le concours du musée, dédicacée : A. S. E. Yacoub Artin Pasha/Souvenir dévoué/Hy. Jules Savarese/Naples le 27 février 95.

3. Photographie d'une vue perspective d'un projet pour le concours du musée, dédicacée : A. S. E. Yacoub Artin Pasha/Souvenir dévoué/Hy. Jules Savarese/Naples le 27 février 95.

38Le style architectonique, même s’il est admirablement dessiné, ne s’adapte presque jamais à l’environnement et au climat locaux. À propos du projet de Frigerio, Basile observe :

  • 59 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 9-10.

« La décoration extérieure, pour une ville aussi poussiéreuse que le Caire, exposée à un soleil brûlant, est trop délicate, avec trop de “dentelles” et de rubans : tout est un peu exagéré. L’auteur développe dans le détail le thème de l’aération mécanique. Voilà une grande erreur, une grosse dépense inutile et nullement pratique. Pourquoi recourir à la ventilation forcée si l’aération naturelle est plus que suffisante dans un projet bien rédigé ? L’auteur n’a pas envisagé les frais d’entretien et l’impossibilité, dans ce climat sec, de laisser les ventilateurs du plafond allumés »59.

  • 60 Ibid., p. 13.

39Les seuls projets tenant compte des facteurs de nature économique portent la signature de Centonze et de Cassitto, en particulier le second est « l’un des rares […] réalisables, mais – comme Basile le souligne – il n’est pas exempt de gros défauts. Le coût […] ne sera pas supérieur à 70 000 £E environ et d’après ce chiffre on comprend tout de suite la médiocrité du musée qui s’ensuivrait »60.

40Basile ne manque pas d’exprimer des critiques négatives sur 22 des 23 projets italiens, les auteurs n’ayant pas porté une attention suffisante au système d’éclairage, fondamental pour un musée. « En général – observe l’architecte palermitain – le programme n’a pas été suivi » par la plupart des 73 concurrents.

  • 61 Ibid., p. 18.

41Basile donne un avis favorable sur le projet de Rivas : « Dessin sublime en pur style dorique, présenté avec l’harmonie et le talent d’un grand artiste. Il n’y a pas de doute qu’il s’agit là de l’un des projets qui se distinguent par l’application et par la forme »61 ; et à propos de Calderini et de Bucci (voir aussi infra, p. 181-188) :

  • 62 Ibid., p. 20.

« Création diligente d’un artiste insigne [...]. L’auteur a soumis deux projets semblables dans leur ensemble mais qui se différencient par la décoration architecturale très originale. L’un est plus beau que l’autre ; celui qui répond le mieux au programme présente une façade parallèle à l’avenue [...]. Nul doute que cet auteur s’impose par son originalité et si un diplôme d’honneur lui est décerné, il récompensera certainement ce projet, création superbe et incomparable »62.

42Dans l’appréciation de ces deux derniers projets, Basile exprime toutefois quelques réserves qui finissent par modifier son avis initial. À propos du projet de Rivas, il observe :

  • 63  Ibid., p. 18.

« L’éclairage par le haut est direct, mais les tambours s’avèrent insuffisants et les toitures métalliques vitrées sont mal abritées. Les fondations aussi sont insuffisantes. C’est dommage car il s’agit là de détails qui font défaut et la commission ne pourra pas apprécier ce travail admirable »63.

43Pour les projets de Calderini et de Bucci, il remarque :

  • 64  Ibid., p. 20.

« Il y a cependant un défaut dans les dimensions de la corniche, et ce défaut est lourd. La hauteur des piliers est trop faible par rapport aux masses qu’ils doivent soutenir […]. L’éclairage est raté : les fermes intérieures sont apparentes, communes et mal étudiées […]. Où trouverait-on un budget capable de couvrir la dépense de cette création ? L’auteur n’a-t-il pas pensé que son ouvrage ne coûtera pas moins de 18 000 £E par mille mètres carrés de surface couverte ? Pourquoi l’auteur, au lieu de développer deux projets, n’a-t-il pas achevé un seul projet dans les délais impartis par le programme64 ? »

44Des deux projets (67A et 67B) soumis par Calderini et Bucci, le premier – avec une façade non orientée sur l’avenue, que Basile considère comme non conforme au Programme – suscite de l’intérêt de la part de Daumet :

  • 65  Concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport au jury par Mr Da (...)

« Quoique présentant quelques qualités, deux des projets, les n° 60 [Henri Favarger] et 67A n’ont pas tenu compte de l’orientation de la façade principale sur l’avenue de 20 m comme le prescrit le programme ; il y a donc lieu d’en proposer la mise hors du concours »65.

45Le projet indiqué par Basile comme le plus conforme aux directives du programme est celui qu’il attribue à « Battigelli », qui est vraisemblablement le fruit de la collaboration des deux frères Antonio et Francesco. Favorisés par leur résidence au Caire, les Battigelli conçoivent le nouveau musée :

  • 66 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 14-15.
  • 67  Ibid., p. 14.

« dans le style moderne, justement simple et qui attire volontiers le regard. Les masses générales sont bien réparties ; les plans sont réussis et pratiques et la surface couverte correspond à celle du programme […] c’est le premier projet qui résout clairement la question de l’éclairage. Les trois salles principales sont grandioses et, dans l’ensemble, tout y est bien défini. [...] L’auteur n’a rien négligé et a fait preuve d’un sens pratique et d’une bonne connaissance. Il faut admirer la solution pratique d’un éclairage copieux par le haut, non dirigé et facilement réglable. [...] Nous voyons ici la première application de couverture métallique dissimulée, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, garantissant ainsi la construction du rayonnement solaire [...]. Très élégants et fort réussis les lanternons pour l’éclairage indirect des salles du premier étage. Voilà une solution originale qui persuade et qui s’impose. L’aération rapide du local est naturelle et ne nécessite pas d’une communication directe avec l’extérieur »66. « Dommage qu’il y ait une petite imperfection » ajoute-t-il « le fronton de la façade, trop bas »67.

46L’extraordinaire succès remporté par les architectes français ne fut pas noté par la presse spécialisée italienne qui, contrairement aux revues anglaises, austro-allemandes et américaines, ne cita pas non plus le palmarès des lauréats, à l’exception de L’Architettura pratica selon laquelle l’échec des projets italiens était imputable à l’absence de Basile :

  • 68  « Concorsi. Museo del Cairo », L’Architettura pratica, vol. 4, n° 3, 1895, p. 11.

« Malheureusement le commissaire italien du jury, l’architecte Basile, se rendit au Caire quand le jury avait déjà émis son verdict. Ainsi, les Italiens manquèrent d’un soutien naturel et la demi-palme, comme nous l’apprend l’architecte Lasciac du Caire, revint aux Français, qui s’imposèrent en particulier grâce à la qualité de leurs plans, plutôt qu’avec leurs élévations. M. Lasciac nous a promis de nous faire parvenir un compte rendu plus développé que nous publierons aussitôt sa réception »68.

47Mais le compte rendu d’Antonio Lasciac ne parut pas dans les numéros suivants de la revue turinoise. En janvier 1903, Gaetano Moretti, dans les pages de L’Edilizia moderna, à propos de la situation de l’architecture moderne en Égypte, ne manqua pas de critiquer le musée réalisé par Marcel Dourgnon (voir infra, p. 138, 177) récemment inauguré (15 novembre 1902), le définissant « un édifice laid destiné à accueillir le musée des Antiquités égyptiennes » et, en évoquant les aléas du concours, il écrivit à la fin de son article :

  • 69  Gaetano Moretti, « La villa Zogheb in Cairo. Due parole sull’architettura moderna in Egitto », Edi (...)

« Ce nouvel édifice remplaçant l’ancien palais khédivial de Giza qui abrite aujourd’hui la merveilleuse collection des antiquités égyptiennes, a fait l’objet d’un concours international auquel nos artistes ont participé de manière très honorable, mais à l’occasion duquel le membre italien du jury international, en retard du fait que notre gouvernement ne lui avait pas assuré le remboursement des frais, arriva sur place quand cette décision honteuse avait déjà été prise, d’où l’ouvrage tout aussi hideux que nous voyons à présent »69.

48Le nouveau musée imaginé par Dourgnon, selon le compte rendu dressé par Basile en mars 1895, n’était pas, au fond, si « hideux » :

  • 70 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 15-16.

« Ce projet est parmi les plus étudiés dans les plans et dans les façades, mais c’est l’un des nombreux qui se situent hors concours car ils ont trop exagéré et ont traité le programme à leur gré. Le projet affecte un style classique des plus imposants, et celui qui l’a conçu est certainement un grand esprit, mais malheureusement pour lui le gouvernement égyptien ne dispose pas de moyens suffisants pour récompenser un tel talent dans la pratique »70.

49Cette critique laisse voir la conception d’un musée qui, en définitive, ne correspondait pas aux directives, incontournables, du Programme. En fin de compte, la présentation détaillée des plans et des volumes ne semble pas s’appuyer sur une étude conséquente du système de construction pour un édifice à élever en Égypte. Un défaut qui ne manqua pas d’être souligné par L’Imparziale, journal italien imprimé au Caire qui dans le numéro du 29 juin 1898 reproduisait un article paru dans Al-Muqattam, signalant l’arrêt des travaux de construction du nouveau musée du Caire pendant trois mois après que l’ingénieur italien de la société Garozzo et Zaffrani eut remarqué des imperfections dans les calculs des fondations, calculs déjà effectués par l’architecte français Dourgnon qui ne prenaient pas en compte le manque de résistance du terrain. Le choix de confier les travaux de construction à une entreprise italienne était évidemment dicté par le désir de remédier à la déception des Italiens de n’avoir obtenu aucune reconnaissance de la part du jury, en dépit de la participation de nombreux concurrents. C’était aussi le résultat d’une politique accommodante suivie par le ministère des Affaires étrangères à Rome, visant à éviter un contentieux avec le gouvernement égyptien. Si la documentation disponible en Italie sur les projets envoyés au concours est très maigre, il n’en est pas de même de la documentation sur les travaux de construction, amplement illustrés par un album photographique conservé dans les collections Alinari.

Notes

1  Cette conclusion est le résultat du dépouillement de 25 périodiques, parmi lesquels des quotidiens de large diffusion tels que La Tribuna et Corriere della Sera.

2  « Concorso », L’Edilizia moderna, vol. 3, n° 6, 1894, 3e de couverture.

3  « Lavori e concorsi in Egitto », La Tribuna, 12-14 août 1894, p. 4.

4  « Concorsi », Annali della Società degli ingegneri e degli architetti italiani. Bullettino, 2, 1er septembre 1894, p. 271.

5  « Concorsi », Annali della Società degli ingegneri e degli architetti italiani. Bullettino, 2, 16 septembre 1894, p. 287.

6 « Concorso per Museo », L’Architettura pratica, vol. 3, n° 12, 1894, p. 47.

7  Lettres de F. Savino au ministère des Travaux publics des 11 et 27 novembre 1894, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

8  W. E. Garstin au ministre des Travaux publics, lettre du Caire en date du 5 décembre 1894, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

9  Enrico Rossetti au consul général d’Italie au Caire, lettre datée du 8 septembre 1894 à Côme, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

10  Coupure de journal en date du 21 décembre 1894, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

11  Extrait de la lettre adressée le 11 novembre 1894 à la Caisse de la Dette publique par le ministre égyptien des Finances, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

12  Extrait de la réponse de la Caisse du 28 novembre 1894, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

13  Alberto Pansa à Giulio Adamoli, lettre du Caire portant la date du 28 novembre 1894, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

14  Giulio Adamoli à Alberto Pansa, lettre de Rome portant la date du 17 décembre 1894, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

15  Giulio Adamoli à Alberto Pansa, lettre de Rome portant la date du 4 février 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

16  Ibid.

17  The Architect & Contract Reporter, 25 janvier 1895 ; L’Architecture, 29 janvier 1895 ; La Construction moderne, 2 février 1895.

18  La lettre de Basile est citée dans une dépêche qu’Adamoli adresse à Pansa le 10 février 1902, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

19  Giulio Adamoli à Alberto Pansa, lettre de Rome portant la date du 13 février 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

20  Paris (France), Institut de France, fonds Gaston Maspero Ms. 4053 (2), fol. 73.

21  Francesco Paolo Rivas à Mazza, consul italien au Caire, lettre de Palerme portant la date du 3 avril 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

22 Ernesto Basile, « Pro Museo Rivista Critica dei Progetti ammessi al Concorso », inMuseo Egiziano. Rivista Critica dei Progetti Esposti al Concorso, Cairo : Imprimerie Wm. Cumbo, 1895, p. 3.

23  Ibid., p. 22.

24  Ernesto Basile à Francesco Paolo Rivas, lettre du Caire portant la date du 29 mars 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

25  Ibid.

26  Francesco Paolo Rivas au ministre égyptien des Travaux publics, lettre de Palerme portant la date du 26 avril 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

27 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 3.

28  Giulio Adamoli à A. Pansa, lettre de Rome portant la date du 9 avril 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

29  Francesco Paolo Rivas au ministre égyptien des Travaux publics, lettre de Palerme portant la date du 26 avril 1895, ASDMAE, fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

30  Francesco Paolo Rivas au comte Mazza, lettre de Palermo portant la date du 27 mars 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

31  Giovanni Paciarelli au ministre égyptien des Travaux publics, lettre de Florence portant la date du 2 avril 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

32  Francesco Paolo Rivas au ministre égyptien des Travaux publics, lettre de Palerme en date du 26 avril 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

33  Le ministre égyptien des Travaux publics au ministre italien des Affaires étrangères, lettre du Caire datée du 26 mai 1895, Rome (Italie), Archives historiques diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (ASDMAE), fonds Ambassade d’Égypte, enveloppe 57, posizione 14.

34 « Concorsi. Museo del Cairo », L’Architettura pratica, vol. 4, n° 3, 1895, p. 11.

35 Ernesto Basile, op. cit, (note 22), p. 5.

36 Ibid., p. 6.

37 Ibid., p. 9.

38 Ibid., p. 9.

39 Ibid., p. 12.

40 Ibid., p. 17.

41 Ibid.

42  Concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport au jury par Mr Daumet, 20 mars 1895, Paris (France), Institut de France, fonds Gaston Maspero, Ms. 4053 (2), fol. 82-101.

43  Lotus (Ing. Attilio Muggia). Musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport explicatif et justificatif. Devis descriptif, en date du 20 février 1895, Bologne : Imprimerie Zamorani et Albertazzi,1895.

44 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 7.

45 Ibid.

46 Ibid., p. 8.

47 Ibid., p. 18.

48 Ibid.

49 Ibid., p. 8.

50 Ibid., p. 12.

51 Ibid., p. 13.

52  Ibid., p. 19.

53  Ibid., p. 18.

54  Le « style classique », et notamment « le style [...] de la Renaissance », caractérise le Projet d’un musée des antiquités égyptiennes. Rapport explicatif, daté Rome, février 1895, Tipografia popolare, Rome 1895, dont l’auteur n’est pas mentionné, selon les directives du concours ; malheureusement le nom d’emprunt a été également omis. Les Italiens ayant opté pour le style néo-Renaissance sont peu nombreux, ce qui permettrait d’avancer l’hypothèse d’une attribution à Paoletti et à Angelotti (au sujet desquels aucune information n’a été retrouvée).

55 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 18.

56  Ibid., p. 19.

57  Rapport illustratif sur le projet pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire par l’architecte-ingénieur Umberto Cassitto [daté de Naples, février 1895], Naples : Imprimerie Cav. A. Tocco, 1895.

58  Concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport au jury par MrDaumet, op. cit. (note 42).

59 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 9-10.

60 Ibid., p. 13.

61 Ibid., p. 18.

62 Ibid., p. 20.

63  Ibid., p. 18.

64  Ibid., p. 20.

65  Concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire. Rapport au jury par Mr Daumet, op. cit. (note 42).

66 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 14-15.

67  Ibid., p. 14.

68  « Concorsi. Museo del Cairo », L’Architettura pratica, vol. 4, n° 3, 1895, p. 11.

69  Gaetano Moretti, « La villa Zogheb in Cairo. Due parole sull’architettura moderna in Egitto », Edilizia moderna, vol 12, n° 1, 1903, p. 3.

70 Ernesto Basile, op. cit. (note 22), p. 15-16.

Table des illustrations

Titre 1. Plans de l'école Alî au Caire, marquant l'emplacement des projets italiens identifiés au rez-de-chaussée
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6922/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre 1. Plans de l'école Alî au Caire, marquant l'emplacement des projets italiens identifiés au premier étage
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6922/img-2.png
Fichier image/png, 23k
Titre 2. Raimondo D'Aronco, projet pour le musée du Caire ? (D. Barillari, E. Godoli, Istanbul 1900. Architettura e interni Art Nouveau, Firenze, 1996).
Crédits Source : Paris (France), Institut de France, fonds Gaston Maspero, manuscrit Ms. 4053 (2), fol. 81.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6922/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 3. Photographie d'une vue perspective d'un projet pour le concours du musée, dédicacée : A. S. E. Yacoub Artin Pasha/Souvenir dévoué/Hy. Jules Savarese/Naples le 27 février 95.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6922/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,7M

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access