Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire 1895

 | 
Ezio Godoli
, 
Mercedes Volait

Un concours pour un nouveau musée

Concours pour l’érection d’un musée des Antiquités égyptiennes au Caire

Rapport au jury par M. Daumet, 20 mars 1895

Honoré Daumet

Note de l’éditeur

Rapport conservé à Paris (France), Institut de France, fonds Gaston Maspero, manuscrit Ms. 4053 (2), fol. 82-101

La syntaxe et les unités de mesures mentionnées (ou non) par l’auteur ont été conservées. Seules les trop nombreuses majuscules, gênantes pour le lecteur actuel, ont été unifiées avec les autres chapitres.

Texte intégral

1La réunion plénière du jury a délégué à une sous-commission technique le soin d’examiner chacun des 73 projets exposés, réserve expresse étant faite d’un nouvel examen détaillé au moment où la sous-commission rendrait compte du mandat dont elle était investie ; après six séances successives, le 18 mars 1895, elle était en mesure d’exposer les motifs de ses propositions. La sous-commission a procédé par élimination en examinant les projets par ordre numérique de l’exposition : 57 de ces projets n’ont pas été considérés comme réunissant les qualités de composition correspondant aux demandes du programme ou à l’intérêt architechnique [sic] à rechercher pour un édifice de l’ordre le plus élevé, devant servir à exposer aux yeux du public, aux savants, aux artistes des collections présentant le plus haut intérêt pour l’histoire et pour l’art.

2Quoique présentant quelques qualités, deux des projets, les n° 60 et 67A, n’ont pas tenu compte de l’orientation de la façade principale sur l’avenue de 20 mètres comme le prescrit le programme ; il y a donc lieu d’en proposer la mise hors du concours.

3Le n° 29, quoique présentant des qualités de composition, étant incomplet comme nombre de dessins et les coupes étant indiquées à trop petite échelle, est également proposé pour la mise hors du concours. Il en est de même pour le n° 34 dont les dessins ne sont pas à l’échelle prescrite, projet d’ailleurs très faible comme composition.

4Le n° 51 a ses dessins incomplets ; le n° 57 est exprimé avec talent, mais il n’a pas de plan d’ensemble indiquant les augmentations possibles des bâtiments ni l’emplacement de ceux d’administration.

5Les 13 projets maintenus ont été examinés de nouveau et désignés comme pouvant prétendre aux récompenses à décerner ; ils ont été classés par ordre numérique en deux catégories, la première comprenant les n° 8. 33. 38. 46. 48. 49. et 62 ; la seconde les n° 2. 4. 21. 28. 71. Ces projets comprenant les études les plus intéressantes ont été l’objet d’appréciations détaillées de leurs divers dessins et, après les avoir comparés entre eux en tenant compte d’une manière aussi précise que possible des exigences du programme, il a été reconnu que, si les projets réservés l’emportaient de beaucoup sur ceux éliminés, ils laissaient tous à désirer à des degrés divers et ne réalisaient pas tout ce que l’on pouvait attendre du talent très réel de certains des concurrents au point de vue de la coordination des services, d’une facile surveillance des salles du musée, de la bonne répartition de la lumière suivant la nature des objets exposés.

6Un nouvel examen fait des projets dont la nomenclature précède a eu lieu et, après la comparaison des surfaces réclamées par le programme avec celles de ces projets, la sous-commission a maintenu ses appréciations en ce qui concerne les n° 33. 38. 46. 48. 49 et 62 pour la 1re catégorie, les n° 8. 28 & 71 pour la seconde.

7Le même examen a été fait en ce qui concerne les surfaces et la valeur au mètre superficiel et au mètre cube pour les projets 33. 38. 46. 48. 49 & 62. La sous-commission s’est particulièrement préoccupée de la valeur de ces projets au point de vue de la disposition générale des bâtiments, de la disposition des services principaux, du parcours facile des salles par les visiteurs, de la classification par grandes époques de l’art égyptien, de la conformité des périmètres, enfin de tout ce qui pouvait être la confirmation de ses décisions successives. Il a été tenu compte également des facilités offertes par la disposition des bâtiments pour l’agrandissement du musée, ce qui était l’une des prescriptions du programme.

8La sous-commission a formulé par des notes les observations sur chacun des projets réservés et les a fait connaître verbalement à la commission plénière, dans la séance du 18 mars, aussi bien que les motifs des éliminations proposées, et il a été décidé que des rapports seraient présentés sur les projets 33. 38. 46. 48 et 49, et 62 comme étant l’intérêt principal du concours. Une séance ultérieure a été fixée au mercredi suivant pour prendre les décisions définitives.

9Projet n° 33. [Z. N., H. Fivaz] Ce projet est étudié clairement pour les plans, mais il a donné un aspect archaïque aux façades absolument en désaccord avec l’objet du musée qui est d’exposer des œuvres servant à l’histoire et à l’art mais ne devant pas revêtir une décoration difficile à bien exécuter par beaucoup de considérations esthétiques, plus difficile à conserver avec le climat du Caire très différent de celui de la Haute-Égypte. La partie centrale du plan est occupée par un escalier monumental dont la disposition est toute décorative ; des cours intérieures sont favorablement placées, néanmoins des rencontres de salles sont obscures, l’auteur du projet a supposé possible de placer les magasins en sous-sol et d’y loger le personnel ; ces conditions médiocres seraient à modifier.

10Le mémoire explicatif et le devis sont clairs et bien dressés.

11La surface occupable par les objets exposés est insuffisante, de 263 m au rez-de-chaussée, et de 28m seulement au 1er étage, à celles demandées ; mais d’autres services tels que magasins, numismatique, bibliothèque, dépassent les surfaces réclamées pour ces divers locaux.

12Le volume des constructions est de 264,640 mcc ; la dépense évaluée au devis de 119 958 £ et fait ressortir le prix du mètre superficiel à 9.06 et celui du mètre cube à 0,39 mill de £, évaluations relativement faibles pour un pareil édifice.

13Projet n° 38. [Kaffir, J. Bréasson] Le projet n° 38 est bien étudié dans toutes ses parties ; le plan est distribué simplement par grandes divisions se prêtant favorablement à la classification des objets à exposer ; il pourra être augmenté dans une mesure assez large sans déformer l’ensemble. Une erreur a été commise par son auteur : l’administration, quoique indépendante par des accès en sous-sol du rez-de-chaussée du musée, est éloignée de son entrée ; la salle de vente isolée de l’accès facile du public ; mais on peut admettre que les deux principaux reproches faits au plan du rez-de-chaussée pourraient être atténués et même disparaître par une étude développée ; les façades sont bien conçues, elles ne sont plus archaïques mais empruntent au caractère, au climat du Caire ses principes de décorations, terrasse et coupoles ; la polychromie y est discrète, elle pourrait être encore atténuée et disparaître ; les coupes sont heureusement comprises, les éclairages latéraux ou par le haut des salles bien disposés pour éviter la lumière trop directe et l’élévation de la température pendant la saison chaude ; tout dans ce projet décèle un architecte artiste distingué. Le mémoire explicatif est clairement rédigé, les moyens de construction applicables au pays, l’ossature serait en acier enveloppé de béton & formerait un tout incombustible ; ce système, devenu pratique en quelques parties de l’Orient, pourrait être admis à condition, comme le propose l’auteur de projet [sic], de le revêtir de stuc.

14Ce projet, réunissant de grandes qualités, donne toute la surface demandée et au-delà ; les salles du rez-de-chaussée dépassent de 1.300m, mais celles du 1er étage sont inférieures de 50m seulement ; la dépense excède celle prescrite de 800 £ mais le devis est bien dressé : il fait ressortir la construction pour la surface de 10 £ par mètre carré ; le volume est de 292.000 Mcc et le prix du mètre cube est de 0,413 mill. de £.

15Projet n° 46. [Ibis, É. Loviot, J. M. Cassien Bernard] Ce projet très brillamment présenté offre des dispositions somptueuses tout autres que les compositions qui ont ou vont être analysées ; l’ensemble des bâtiments est élevé sur un étage de soubassement utilisable dans la partie centrale, suivant l’auteur de projet [sic], pour y exposer les objets qui n’ont pas besoin de la grande lumière ; les parties éclairables sur le périmètre de ce soubassement serviraient de magasins ; bien que le programme exprime nettement les inconvénients qui peuvent résulter de la proximité du sol humide, il ne prescrivait pas absolument l’interprétation qui a été adoptée pour le projet 46 ; au rez-de-chaussée, un escalier central très décoratif prend une importance considérable, il est entouré de galeries d’exposition ; le premier étage présente le même avantage de dégagements faciles et d’un grand effet architectural ; la surface occupable par des objets exposés est moins considérable au rez-de-chaussée que ne prescrit le programme ; le 1er étage, ayant pareille importance, il y a une sorte de compensation qui ne pouvait être que favorablement accueillie par l’administration du musée ; l’accumulation des surfaces utilisables atteint 14.245 ; elle est donc supérieure aux demandes du programme.

16Les élévations, la coupe, la perspective sont présentées avec talent ; la grande plate-forme qui précède l’entrée serait sans objet bien justifiable : on ne peut admettre, en effet, que l’on puisse la meubler de colosses qui n’offrent leur plus grand intérêt que lorsqu’ils sont à leur place d’origine ; quelle que soit la richesse de la composition rendue très dispendieuse par cette plateforme, on peut admettre qu’une étude nouvelle permettrait d’avancer l’édifice sur son emplacement afin de réserver l’espace nécessaire à l’accroissement futur du musée, espace qui, sans cette modification, lui ferait défaut quelle que soit l’ingéniosité des combinaisons proposées par l’auteur pour le complément à prévoir.

17Ce mouvement en avant donné au bâtiment principal permettrait aussi de mettre en place favorable les bureaux administratifs & la salle de ventes qui doivent être facilement à portée du public.

18La surface du bâtiment construit consacré au musée est de 8040m; la surface occupable, comme cela a été dit, est de 14 245m; le cube, en tenant compte de la hauteur trop considérable, est de 321 600mcc; la dépense excède la somme prévue au programme de 3 400 £ ; le prix du mètre superficiel, ressort à 152.347m/m, le mètre cube à 0.384m/m.

19Projet n° 48. [G. Guilhem] Le projet 48 présente des dispositions simples dans leur ensemble : la plus grande partie des services pour l’exposition trouverait place dans un rez-de-chaussée surmontant un sous-sol d’aération, car il est impossible d’admettre que l’on puisse y exposer, avec sécurité pour leur conservation, des objets de collections à cause de l’humidité du terrain. Le plan du rez-de-chaussée est élevé de 1,50m au-dessus du niveau du sol extérieur ; il est largement disposé ; un vestibule ouvert accompagné de deux portiques décoratifs sans accès, ce qui est une faute, forme le milieu de la façade ; deux avant-corps d’extrémité contiennent la salle de vente et la bibliothèque ; on ne parvient à ces pièces et ses accès insuffisants par une galerie intérieure longeant les bureaux et diverses pièces, ce qui n’en permet pas l’indépendance désirable, indépendance qu’il serait d’ailleurs facile d’obtenir en avançant légèrement toute cette partie antérieure de l’édifice. Une vaste galerie longeant la partie dont il vient d’être question conduit à deux escaliers principaux ; les salles d’exposition juxtaposées sont entourées de trois côtés par une galerie de circulation un peu étroite ; 20 chambres secondaires pourraient contenir autant de collections ; une pareille disposition ne se prêterait pas facilement à une classification rationnelle des objets, la surveillance y serait difficile ; il vaudrait mieux supprimer la galerie et une partie des murs afin d’obvier au grave inconvénient qui vient d’être signalé et qui se reproduit à la partie formant le 1er étage. L’éclairage de la galerie de circulation du rez-de-chaussée serait faible, celui des salles en général a lieu par des châssis placés dans la toiture même ; cette disposition est regrettable mais la modification pour créer des lanterneaux prenant le jour verticalement serait facile.

20La disposition prise d’étendre la plus grande partie des salles dans un rez-de-chaussée trop peu élevé au-dessus du sol a pour conséquence d’étendre démesurément la construction et d’empêcher une extension suffisante aux salles d’exposition dans l’avenir ce que le plan révèle d’ailleurs en ne présentant comme accroissement qu’une construction en partie adossée au mur de clôture du fond, construction qui, n’étant pas reliée au palais du musée, ne pourrait servir à son extension. L’habitation du directeur est bien placée mais sans les dépendances utiles ; le plan est lourd et conviendrait mal aux usages modernes.

21Après les remarques qui précèdent et dont plusieurs ont une importance majeure, on doit reconnaître un grand talent à l’auteur du projet : le plan principal, tout en étant empreint de lourdeur, est bien étudié ; la façade trop archaïque est d’un éclectisme savant ; les coupes dénotent une habileté de dessinateur qu’il convient de louer.

22La surface du bâtiment principal est de 11 400m, le volume de 273 690m, la dépense excède de 25 000 £ le chiffre fixé. Le prix du mètre superficiel ressort à 12 £ 720, celui du mètre cube à 0,530m/m. Il y a insuffisamment de surfaces occupables pour l’exposition des objets du musée de 1380m. Le mémoire est clairement rédigé ; il indique que l’auteur du projet connaît les ressources et les obligations de la construction au Caire ; l’auteur entend utiliser partie du sous-sol car il propose des moyens de construction dispendieux dont il ne tient pas compte dans le devis : asphalte pour hourdé des murs, double chape en même matière pour empêcher l’humidité du sous-sol. Aucune somme n’est prévue pour la décoration intérieure et elle est indiquée inutilement magnifique. Aucune dépense n’est prévue pour W.Cts, les fosses, les canalisations [sic] ne sont pas comptées ; il y aurait de ces diverses omissions un dépassement important qu’il convient de signaler, aussi bien que la tendance à créer du colossal comme décorations accessoires.

23Quoi qu’il en soit des écarts signalés, le projet est remarquable et le talent de son auteur peut être loué sans réserves.

24Projet n° 49. [Eurêka, M. Dourgnon] Le plan de ce projet, dans sa partie principale, est d’une grande clarté de dispositions : un vestibule donne accès au musée et en même temps, à l’aide de portiques, à deux avant-corps contenant la bibliothèque, la salle de vente et quelques pièces accessoires, le tout relié à une large galerie aux extrémités de laquelle sont deux escaliers d’une forme polygonale un peu molle ; les galeries d’exposition sont heureusement disposées alternativement ; elles n’ont qu’un rez-de-chaussée ou sont surmontées d’un étage, ce qui permettrait une aération des salles de l’étage supérieur.

25Le grand hall monte de fond ; il est entouré de galeries ; si les deux galeries perpendiculaires à la façade peuvent s’éclairer facilement et latéralement au rez-de-chaussée, il n’en serait plus ainsi si on construisait les bâtiments complémentaires que le programme réclame pour agrandir le musée ; il eût mieux valu ménager des cours et éviter d’avoir des bâtiments trop compacts ; les salles de l’accroissement, si elles étaient construites comme elles sont proposées, rendraient la surveillance très difficile ; l’harmonie du plan en serait très fâcheusement troublée.

26Le musée, suivant l’auteur du projet, devrait être en contact avec le bâtiment de l’administration et l’habitation du directeur ; des facilités de service résulteraient d’une pareille disposition, mais un inconvénient se produirait aussi au point de vue de l’effet décoratif : une partie du musée se trouverait masquée par des bâtiments d’un aspect familier, l’habitation du directeur n’aurait pas l’indépendance qui lui convient par suite de cette disposition ; la composition souffre, d’ailleurs, d’une sorte de malaise aussi bien au plan qu’en élévation. Il semble que les bâtiments d’administration et du directeur ont été ajoutés après coup par un architecte peu soucieux de l’œuvre principale.

27Les motifs décorant les avant-corps sont faiblement conçus et étudiés ; cette même décoration adoptée à l’entrée principale du musée est d’un effet regrettable et ne se justifie pas ; le vestibule en devient écrasé de forme ; la coupe exprime une architecture vulgaire et d’un sentiment décoratif absolument nul. Le parti de construction proposé pour le hall a une tendance industrielle regrettable et bien peu d’accord avec le caractère d’un musée permanent des objets à exposer ; les jours pris au haut des combles sont dans une condition convenable, mais ils sont masqués par des murs inutiles qui aideraient à la concentration de la chaleur et causeraient des effets nuisibles.

28Les variantes proposées au projet ne font que nuire à la composition principale et sont à écarter du concours.

29La surface à construire est la plus considérable des projets réservés ; elle est de 13.981 présentant une surface occupable de 16122m Sup. en excédant de 3572m ce qui est réclamé au programme ; le volume des bâtiments est de 300.885mcc, le devis s’élève à 120 354 £, le prix du mètre de construction ressort à 8 £ 608m/m et au mètre cube 0.400m/m ; ces évaluations sont des plus faibles et ne pourraient suffire pour une construction monumentale.

30Projet n° 62. [Phtah, G. Tronchet, A. Rey] Ce projet a un plan bien étudié, les dégagements et la surveillance sont faciles, la lumière bien répartie, mais il conviendrait d’établir des lanterneaux pour donner les avantages d’une lumière verticale. L’administration est mal placée, les salles de vente, la bibliothèque en arrière des escaliers ; ces parties seraient donc indépendantes mais peut-être trop coordonnées.

31Les galeries étroites entre les grandes salles ne seraient éclairables au rez-de-chaussée que par une lumière factice, ce qui empêcherait leur utilisation ; la surveillance y serait très difficile.

32Les salles en sous-sol, au lieu de servir simplement à l’aération, pourraient, suivant le mémoire explicatif, être occupées par des dépôts et quelques pièces pour l’administration ; ce qui est impossible, le niveau de ce sous-sol étant inférieur de 1,50m au moins au sol des jardins.

33Les élévations et les coupes sont faibles d’étude quoique habilement présentées, les ornements y abondent et nuiraient à la gravité de l’édifice, les coupes sont des esquisses indécises comportant même des indications sans concordance avec les plans.

34Le mémoire explicatif révèle une méconnaissance des principes raisonnés de la construction.

35La surface des bâtiments construits est de 8 310m, les surfaces occupables 12 765. La valeur de la construction est de 119 380 £E Le cube total est de 20 7750 ; ces chiffres font ressortir la construction à 14 365 £ le mètre superficiel et le cube à 0,575m/m.

36Après avoir fait connaître en réunion plénière, au jury du concours, par la lecture des notes détaillées, les résultats de l’examen des projets réservés comme pouvant être l’objet des propositions en faveur de leurs auteurs, il reste à résumer la valeur relative de ces projets en faisant remarquer de nouveau qu’aucun d’eux ne s’est tenu rigoureusement dans les conditions exprimées par le programme.

37Dans tous les concours il en est ainsi et, pour celui dont le jury a à s’occuper, il n’en pouvait être autrement : le programme très simple et cependant entièrement rédigé s’adressait à des architectes de diverses nations ne pouvant se faire une idée exacte des conditions de climat et de la nature du sol du Caire, des inconvénients qui résultent à établir des locaux utilisables à un niveau inférieur au sol moyen de la ville ou même à ce niveau, de l’utilité de placer près de l’entrée les bureaux de l’administration, les salles utiles pour la vente des antiquités dont le musée peut disposer et pour la bibliothèque. Il a été aussi difficile de bien saisir la valeur des recommandations du programme en ce qui concerne un bon éclairage des salles et galeries. Quant à la somme de 120 000 £E fixée pour construire les bâtiments du musée, il leur a été plus difficile encore de connaître qu’une construction à établir dans de bonnes conditions ne peut coûter au Caire un prix inférieur à 12 £ le mètre superficiel et 0.550m/m de £E le mètre cube, dépense moyenne des bâtiments de l’État, présentant des analogies avec ceux à édifier pour le musée.

38Ces diverses considérations n’ont pu échapper aux membres de la sous-commission et, tout en tenant le plus grand compte des prescriptions du programme, le jury doit se montrer indulgent sur des écarts absolument inévitables.

39Les 6 projets réservés ont des qualités diverses ; aucun ne répond complètement ce qui a été remarqué aux conditions très multiples d’une bonne coordination des services ; il s’agit donc non de décerner un prix attribuable à l’auteur d’un projet susceptible d’exécution, mais de considérer le concours comme la recherche d’idées permettant de confier à l’un des auteurs celui qui paraîtra donner le plus de garantie au point de vue des qualités artistiques de l’expérience, qualités indispensables pour la réalisation d’une œuvre faisant honneur au gouvernement égyptien.

40Les membres de la sous-commission technique ont été unanimes pour toutes les propositions présentées au jury et, pour rendre le jugement définitif, ils proposent encore avec la même unanimité de déclarer qu’aucun des projets n’étant dans des conditions conformes aux prescriptions du programme, il n’y a pas lieu de décerner le 1er prix de 600 £E mais, qu’en considération de la valeur des œuvres exposées, du talent des architectes qui ont été l’objet d’une désignation pour participer aux avantages du concours ouvert par le gouvernement khédivial d’Égypte, il y avait lieu de répartir la somme de mille livres dans les rapports suivants savoir : 250 £ à l’auteur du projet n° 38 comme présentant la plus grande somme de qualités, 200 £ à chacun des auteurs des projets suivants : n° 46-48-49 ; Enfin qu’une somme de 150 £E serait attribuée à l’auteur du projet n° 62. Afin de compléter ses propositions, la sous-commission réclame des mentions honorables pour les auteurs des projets n° 8-28-33 & 71 dont les compositions présentent un intérêt qui mérite qu’elles soient signalées par des distinctions secondaires : le n° 8, pour l’harmonie des dispositions du plan ; le n° 28, pour des qualités d’un ordre tout artistique, l’ampleur des indications de la partie principale du plan qu’une construction métallique ne justifiait pas suffisamment ; le n° 33, par des qualités de clarté dans le plan mais qu’un caractère trop archéologique ne recommande pas pour lui attribuer un prix ; enfin, pour le n° 71, en considération des soins apportés à l’étude.

41La sous-commission ayant fait connaître son avis à la réunion plénière du jury dans la séance du 20 mars 1895 par la lecture du rapport dont les termes avaient été adoptés par elle à l’unanimité, une discussion s’est établie sur ses conclusions ; il a été admis qu’aucun projet n’étant complètement satisfaisant ni conforme aux prescriptions du programme, il n’y avait pas lieu de décerner un 1er prix.

42Les membres du jury ont encore admis qu’il y avait lieu de tenir compte de la proposition de la sous-commission de répartir la somme de 1 000 £E entre les 5 projets désignés comme présentant des qualités diverses ; des objections ont été faites sur l’attribution de prix de valeurs différentes pour les 4 projets. Après avoir soutenu avec insistance leurs propositions en faisant valoir la différence qui existait entre la valeur du projet n° 38 et les suivants, les membres présents de la sous-commission se sont ralliés à l’opinion de rendre égaux, les quatre premières récompenses, et il a été arrêté à l’unanimité 1° qu’il y a lieu de modifier la répartition proposée et de considérer comme ex æquo les projets n° 38-46-48 et 49 par ordre numérique 2° que les auteurs de ces projets recevraient chacun des prix de 225 £E 3° que l’auteur du projet n° 62 recevrait une somme de 100 £E complétant le montant des 1 000 £E dont pouvait disposer le jury pour les récompenses 4° que des mentions honorables seraient décernées aux n° 8-28-33 et 71 ; 5° enfin que le présent rapport serait inséré à la suite des procès- verbaux des séances comme pièce à l’appui du jugement rendu ce jour.

43Le Caire, le 20 mars 1895

44Le rapporteur

45Signé : Daumet

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access