Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire 1895

 | 
Ezio Godoli
, 
Mercedes Volait

Un concours pour un nouveau musée

Le concours dans la presse internationale

« The Proposed New Museum at Cairo. » Projet de nouveau musée pour Le Caire

Traduction de Denis Griesmar

Note de l’éditeur

Publié dans The Builder (Londres), 6 avril 1895, p. 251-252.

Texte intégral

1Les projets envoyés pour le concours du nouveau musée du Caire peuvent être consultés par le public depuis le jeudi 14 mars. Ce ne sont pas moins de 73 ensembles de dessins qui sont présentés de manière accessible dans les salles spacieuses d’une ancienne école [voir ci-dessous la disposition des projets dans les salles]. Pourtant, on ne peut pas dire que cette exposition soit satisfaisante. Loin de là. Certains des projets sont totalement ridicules, d’autres totalement extravagants, et l’on peut y voir en détail tous les styles de construction, en dehors du gothique médiéval. Mais ce qui est manifestement absent, c’est l’architecture authentique. Les lourdes colonnes et massives architraves de Karnak, les larges voûtes des thermes de Rome et les minces parois et nobles dômes des constructions musulmanes : dans les projets présentés, tout cela tient grâce à des nervures de fer, à des poutrelles laminées et à des structures métalliques ; on a peine à trouver un seul morceau d’architecture dans toute l’exposition. Le concours est international ; le nom et la devise des divers concurrents ont été cachés. Cependant, comme les descriptions sont tantôt rédigées en italien, tantôt en anglais, et la plupart du temps en français, il est clair que ces trois pays au moins sont représentés. Une ou deux séries de dessins sont évidemment « made in Germany », et une autre, le n° 28, doit sûrement provenir de Chicago.

2Il est curieux de voir le nombre de projets que l’on doit supposer avoir été envoyés par des amateurs, ou par des élèves de première année ; en tout cas, par des gens aussi entièrement ignorants des principes les plus élémentaires de la construction que de ceux du dessin. Il est dit que le génie du lieu est représenté, ce qui pourrait expliquer certaines de ces bien curieuses présentations. Dans cet amas déprimant de médiocrités, il n’est pas difficile de trier rapidement les quelques envois dont la qualité ressort d’un océan d’indifférence. La série n° 8 [Isis, J. Deperthes], joliment dessinée, est vraisemblablement l’œuvre d’un Français. Elle a le grand mérite d’exprimer dans sa façade la principale caractéristique du plan. Le hall d’entrée se compose de trois nefs à voûtes parallèles, qui se poursuivent en galeries d’exposition. C’est l’extrémité de ces dernières qui commande le dessin de la façade, ce qui se traduit par des portes d’entrée surmontées, sur le reste de la section, par un remplage de pierre. Les murs latéraux de la façade sont dépourvus d’ouvertures. Un décor de faïence polychrome est suggéré, mais sans insister. Il est douteux que ce plan soit adapté à un musée, mais la conception n’en est pas sans mérite, et le dessin est plaisant.

3Pour la plupart des concurrents, l’écueil réside dans l’effort malheureux pour insérer des détails empruntés à l’Égypte ancienne. Ramsès, sinon l’un des siens, ou de ses ennemis intimes, parsème les façades, les obélisques poussent comme champignons – en vérité, si de tels projets aboutissaient, on verrait surgir, à l’extérieur, toute une floraison de faux monuments répondant à la récolte d’antiquités véritables conservées à l’intérieur. Et pourtant, certains de ces projets bizarres sont admirablement dessinés, avec beaucoup de soin.

4À proximité du dossier n° 8, on peut voir un exemple de faux temple égyptien, et au n° 17 [L. E. Matelebr[?]], dans le même style, les colonnes sont si nombreuses qu’elles laissent peu de place à l’exposition des objets.

5Le n° 9 [non identifié], qui est probablement l’œuvre d’un Italien, reproduit le plan d’une vaste église, rappelant le projet de Sangallo pour Saint-Pierre de Rome.

6C’est peut-être le n° 5 [Ashbee] qui donne à voir l’un des ensembles de dessins les plus curieux parmi ceux qui sont exposés au rez-de-chaussée. Il diffère de tout ce que nous connaissons – et d’ailleurs, pourquoi pas ? – mais cette excentricité est ici si prononcée, et le plan est si mauvais, que l’expérience est difficile à justifier. Les légendes sont en anglais, et la touche de style « Queen Anne » semble confirmer cette origine. Le site est ici entouré, sur toute sa largeur, par une longue galerie un peu étroite. L’extérieur est totalement dépourvu d’ornements, en dehors d’une porte en plein cintre au milieu, et de tours disposées de part et d’autre. En arrière trône une vaste rotonde. Plusieurs variantes sont proposées pour le traitement de cet espace. Ici, il est couvert d’un dôme couronné d’un lanterneau de cuivre très élaboré. Là les murs de la rotonde sont élevés jusqu’à une hauteur considérable, et sont, à l’extérieur, articulés en plusieurs faces par de grands pilastres jouant le rôle de contreforts, surmontés de statues peintes en vert, imitant sans doute le bronze. La couverture est plane, et l’ensemble fait tout à fait penser à un gazomètre. À l’intérieur, la toiture repose en son milieu sur un haut pilier de pierre, à la manière d’une ancienne salle capitulaire. Il serait difficile d’imaginer une pièce plus laide ou plus mal adaptée à sa fonction muséographique. Mais ce projet n’est pas inintéressant, tout excentrique et peu adapté qu’il soit.

7Le projet n° 21 [S. Locati] n’est pas sans mérite, mais son plan souffre de la longueur des couloirs de communication, mal éclairés, qu’il faut emprunter pour atteindre les salles d’exposition. Ce sont les galeries elles-mêmes qui seraient les plus aptes à jouer ce rôle. La même erreur se retrouve chez plusieurs concurrents, qui sacrifient par conséquent de grandes portions de cimaise.

Projet n° 21.

Projet n° 21.

Projet n° 21.

Projet n° 21.

8Le projet n° 27 [non identifié] nous éloigne de l’Égypte ancienne pour nous transporter dans un palais oriental digne des « Mille et une nuits ». Ici, les galeries d’exposition se distribuent autour d’une vaste cour. L’entrée est surmontée d’un dôme de grande hauteur, entouré d’une série de pinacles, pour compenser la sécheresse des murs sans fenêtres qui se trouvent de part et d’autre. On y observe de minces arcades, mais qui ne mènent nulle part.

9C’est sur le premier palier de l’escalier qu’est accroché l’ensemble n° 28 [É. Arnaud, J. Drevet], dont nous avons déjà parlé. Les dessins sont ici très détaillés, et présentés avec ce soin et cette facilité où excellent nos voisins français. Dans le plus bleu des ciels bleus s’élève un pylône avec une corniche gigantesque où se reflète la lumière du soleil. Sur un symbole de disque ailé, de grands mâts où flottent des drapeaux s’avancent devant le pylône massif. Les corniches, comme les colonnes qui entourent la porte, sont polychromes, contrastant avec la majesté des murs nus.

10La grande composition centrale est flanquée de longues ailes, dans le même style que le motif central. À l’intérieur, une grande galerie court le long de la façade, tandis qu’une autre la coupe à angle droit à partir de la porte, formant, en plan, une sorte de « T » renversé. Les dessins en coupe dissipent l’illusion. Tout cet étalage d’appareil égyptien massif est réalisé en un matériau à peine plus épais que le carton-pierre, la construction étant en réalité portée par un réseau de nervures de fer ou d’acier. Revoici donc un bâtiment de l’Exposition de Chicago ! Les galeries du musée sont présentées entièrement couvertes d’une verrière, ce qui en ferait, en été, de véritables fours.

Projet n° 28.

Projet n° 28.

11Le palier supérieur, et les parois de la cage d’escalier, abritent plusieurs présentations extraordinaires [voir le schéma de l’étage de l’exposition, page suivante]. Dans l’une, on trouve un vaste octogone qui rapetisse au fur et à mesure qu’il s’élève, et qui voudrait rappeler les tours de Babylone ; plus loin, nous voici face à un palais dans le style rococo de Saint-Pétersbourg ; et sur la façade d’un troisième projet, Ramsès II domine ses ennemis, représentés la tête en bas comme on les voit au Ramesseum de Thèbes.

12Le n° 33 [Z. N., H. Fivaz], bien que dans le style égyptien, est par plusieurs aspects un excellent travail, quoiqu’il puisse sembler curieux d’occuper tant d’espace avec un escalier d’honneur, surtout lorsqu’il s’agit de quitter l’étage principal pour mener à des galeries de dimensions tout à fait secondaires. On trouve sous les escaliers, et à chaque angle des cours, des appartements qui seraient pratiquement dépourvus d’éclairage.

13Le n° 38 [Kaffir, J. Bréasson] nous présente là encore un ensemble de dessins d’une facture admirable. Le plan est simple et direct. Un large hall à plafond voûté prolonge l’entrée, et croise une galerie de moindre importance courant sur toute la largeur de la façade. Ce large hall est flanqué de deux grandes cours d’exposition, entourées de galeries au rez-de-chaussée et au premier étage. Les détails de construction sont présentés plus nettement que dans la plupart des autres dessins. L’éclairage est bien réparti, avec de longs lanterneaux, fermés à leur sommet, mais percés de fenêtres sur les côtés, système qui a largement fait ses preuves au vieux musée de Boulaq. Les détails du décor intérieur sont un mélange d’égyptien et de romain. Les plafonds coffrés et voûtés nous rappellent les grandes salles des thermes, impression renforcée par les galeries portées par des colonnes et enjambant les grandes ouvertures cintrées. Mais les chapiteaux des colonnes, et nombre d’autres détails, sont inspirés de l’étude des bâtiments de l’Égypte ancienne. L’extérieur est également remarquable par ce même mélange de détails ou, peut-être plus justement, d’inspirations, car il ne s’agit pas de copie directe. Si la réalisation suit, il n’y a pas de raison pour qu’un tel ouvrage ne rencontre pas un plein succès.

  • 1  En français dans le texte.

14Le n° 41 [H. Gray] ne mérite une mention que par son côté comique. Il présente une pyramide de 100 m de haut et de quelque 150 ou 180 m de large à la base, construite par larges degrés. Des fenêtres sont ménagées dans les contremarches et des tabatières dans les girons ! Cette remarquable construction serait creuse, les marches de la pyramide étant portées par des jambages de fer qui s’allongent au fur et à mesure qu’on se rapproche du centre de la surface. Sur le plan, on découvre plusieurs passages qui ne se retrouvent pas dans la coupe, mais ils sont tellement longs que l’architecte les orthographie « corridors » avec trois « r » ! Toutes les couleurs de la palette sont mises à contribution pour reproduire les beautés de l’édifice, mais malheureusement, les dessins ne sont pas à l’échelle prescrite dans le programme, et il est donc à craindre que leur auteur ne se soit mis lui-même hors concours1.

15Dans les dessins du n° 46 [É. Loviot, J. M. Cassien Bernard], on détecte la main d’un artiste averti. D’une très belle réalisation, les élévations nous présentent un bâtiment en terrasse devant lequel sont déployés de nombreux et imposants spécimens de sculpture, dont il est à supposer qu’ils seraient laissés à l’air libre. La façade du musée est à deux niveaux, celui du bas étant constitué de sept ouvertures voûtées ménagées dans un mur massif à bossage, surmonté d’une colonnade d’ordre corinthien, derrière laquelle on aperçoit quelques décors de couleurs qui ressortent sur le fond. Les sept ouvertures voûtées, rigoureusement identiques, ne sont pas tout à fait logiques, car en réalité elles ne sont pas toutes véritables, tandis que la colonnade qui les domine ne présente aucune utilité, étant simplement mise là « pour la gloire et pour la beauté ». Des éléments de couverture arrondis, en plomb ou en cuivre, s’élèvent au-dessus des balustrades, et couronnent de dômes carrés deux loggias qui donneraient de beaux effets d’ombre sur la façade. Cet architecte, contrairement à tous les autres concurrents, donne davantage d’importance au premier étage qu’au rez-de-chaussée, ce qui justifie la place extraordinaire conférée à l’escalier. Il n’est pas exagéré de dire que le musée se composerait d’une série de pièces adjointes à un escalier. Et le traitement architectural de cette partie est d’une grande intelligence. Colonnes, piliers, arcs et voûtes s’ouvrent de part et d’autre, mais la surface au sol serait très mal éclairée en de nombreux endroits, tandis que l’on cherche partout vainement la longueur de cimaise. Un tel projet serait à la rigueur acceptable pour une galerie de sculpture, mais il semble très mal convenir à un musée d’antiquités égyptiennes.

Projet n° 46.

Projet n° 46.

16Dans l’ensemble de dessins n° 48 [G. Guilhem], on trouve à nouveau un projet aussi bien tracé qu’étudié avec soin dans tous ses détails. Malheureusement, l’auteur n’a pas mentionné sur les plans la destination des diverses parties du bâtiment, et pour autant qu’on puisse s’en rendre compte, divers départements sont oubliés ou mal pourvus. Le plan est excessivement simple et direct. Un grand hall, de 18 m de large, court sur toute la distance du bâtiment ; il est fermé de part et d’autre par un escalier. À l’extrémité de ce hall s’ouvrent sept salles parallèles, offrant, avec lui, d’amples espaces de cimaise et une surface au sol considérable, parfaitement adaptée à la classification des objets présentés. Sur les côtés nord, ouest et sud du rectangle qu’elles forment, on trouve une série de petites pièces éclairées latéralement (toutes les autres disposant d’un éclairage zénithal). Une seconde série de pièces identiques se retrouve au premier étage. La longueur de cimaise ainsi fournie est très importante, mais il est douteux qu’un si grand nombre de petites pièces se révèle commode. La façade est d’une belle composition. Les colonnades (parfaitement inutiles) qui flanquent le pavillon central de l’entrée sont de type ionique, mais le côté massif et l’ampleur de l’ouvrage sont bien égyptiens, et le léger fruit de certains murs ajoute à l’effet. La conception est celle d’un artiste de grand talent et de goût raffiné.

Projet n° 48.

Projet n° 48.

Projet n° 48.

Projet n° 48.
  • 2  En français dans le texte.

17Les dessins portant le n° 49 [Eurêka, M. Dourgnon] méritent examen. Ils couvrent une large surface au sol. Autour d’un hall central s’élevant jusqu’à un dôme carré, visible au-dessus des bâtiments adjacents, mais qui, en réalité, n’aurait pas le caractère dominant qui apparaît dans les élévations, se pressent cours et galeries, le tout bien éclairé et bien distribué du point de vue muséographique. La bibliothèque fait saillie dans une aile qui s’avance à l’angle du bâtiment sur la gauche, et, tout comme la salle de vente2 disposée de même à droite, est accessible de l’extérieur comme de l’intérieur. Les bureaux de l’administration sont tout aussi bien placés ; en fait, ce plan semble répondre parfaitement aux exigences d’un musée – et peut-être mieux, sur certains points, que celui du n° 48 ; mais du point de vue artistique, il lui est nettement inférieur. L’ouvrage n’a rien de monumental. La façade rappelle celle du Palais-Royal à Paris, tandis que le hall central présente des colonnes et poutrelles en fer trop grêles, qui ne conviennent que pour une structure temporaire.

Projet n° 49.

Projet n° 49.

18Le projet n° 56 [non identifié] est celui d’un étonnant bâtiment dans le style hindou ; certaines parties ont jusqu’à trois étages, et sont surmontées de quantité de petits dômes et minarets, que la direction du musée aurait beaucoup de mal à entretenir.

19L’auteur du projet n° 60 [H. Favarger] ne s’est pas plié aux exigences du programme en matière d’implantation. Un long plan cruciforme est disposé en diagonale sur le site, et la façade n’est donc pas disposée le long de la rue principale à l’est, comme il était prescrit. Les dessins sont exécutés sans grand soin, et les détails de construction semblent imparfaitement étudiés ; en réalité, on pourrait douter que certains des bâtiments, tels qu’ils sont présentés, puissent tenir debout. Le décor est plus ou moins mauresque, et les murs comme les arcs sont ponctués de bandes rouges et blanches. Un bloc d’entrée, surmonté d’un petit dôme, mène, par un cheminement peu digne sous les escaliers, à une longue nef, très haute, bordée de part et d’autre par des bas-côtés à galeries. Le raccordement de la nef avec le bâtiment qui la prolonge, et avec les transepts, est surmonté d’un dôme maladroit, de grande hauteur, dont on voit mal sur quoi il repose. Une rangée de petites ouvertures est percée dans la paroi verticale du dôme ; l’espace central ne peut être que très imparfaitement éclairé. Il serait bien difficile de classer les objets dans un bâtiment ainsi distribué. Aucun ajout permettant d’abriter des collections sans cesse croissantes ne semble prévu.

20Le n° 62 [Phta, G. Tronchet, A. Rey] montre un plan très simple et direct, ressemblant, sur certains points, à celui du n° 38, déjà mentionné. L’un de ses traits caractéristiques est l’abondance de pièces qui ne peuvent être éclairées qu’artificiellement, ce que le programme permet. Les façades ne sont pas sans mérite, loin de là. Elles sont dépourvues de toute colonnade inutile et de toute surabondance de détail architectural. L’Égypte ancienne nous est rappelée ici et là, mais l’effet général est celui d’un bâtiment dans le style italien, avec beaucoup de cimaises, et surmonté d’une belle corniche et d’une toiture simple.

21Pour autant qu’on puisse en juger par le style de dessin, etc., les meilleurs projets semblent tous venir de France.

22Une fois connue la décision du jury, les cartels recouvrant le nom ou la devise des concurrents seront retirés.


* * *

23Les notes qui précèdent ont été écrites avant que le prix n’ait été attribué et avant que le nom des participants n’ait été divulgué. Depuis lors, la Commission technique a présenté son rapport à la Commission générale, recommandant de ne pas attribuer de premier prix, aucun ensemble de dessins ne satisfaisant dans une mesure suffisante aux exigences du programme, mais quatre d’entre eux méritant d’être distingués. Par conséquent, les projets suivants ont été recommandés pour l’attribution d’un prix, d’un montant de 225 £E chacun :
Le n° 38, de M. Bréason [sic].
Le n° 46, de MM. E. Loviot et Cassian [sic].
Le n° 48, de MM. Guilhem et Gillet.
Le n° 49, de M. Marcel Dourgnion. [sic]
Toutes personnes venant de Paris.

24Le n° 62, de M. Tranchet [sic], a été recommandé pour un second prix, et les n° 8, 28, 33 et 71 l’ont été pour une mention honorable.

25Les architectes anglais semblent entièrement écartés, et nous sommes au regret d’ajouter que leurs projets ne méritaient pas autre chose. Il est possible que nombre des meilleurs architectes de notre pays aient eu peu d’inclination à entrer dans une compétition pour un bâtiment dont ils n’auraient probablement pas eu la maîtrise, et qui aurait été construit sous la surveillance immédiate de quelque fonctionnaire de second rang.

Notes

1  En français dans le texte.

2  En français dans le texte.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Titre Projet n° 21.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-2.png
Fichier image/png, 45k
Titre Projet n° 21.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-3.png
Fichier image/png, 86k
Titre Projet n° 28.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-4.png
Fichier image/png, 40k
Titre Projet n° 28.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-5.png
Fichier image/png, 131k
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-6.png
Fichier image/png, 37k
Titre Projet n° 46.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-7.png
Fichier image/png, 65k
Titre Projet n° 46.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-8.png
Fichier image/png, 127k
Titre Projet n° 48.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-9.png
Fichier image/png, 37k
Titre Projet n° 48.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-10.png
Fichier image/png, 92k
Titre Projet n° 49.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-11.png
Fichier image/png, 74k
Titre Projet n° 49.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/6895/img-12.png
Fichier image/png, 104k

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access