Version classiqueVersion mobile

L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs

 | 
Nabila Oulebsir
, 
Mercedes Volait

I. Apprentissages

Les fondements de l’orientalisme architectural en France. Les cours d’histoire de l’architecture de Jean Nicolas Huyot à l’École des beaux-arts (1823-1840)

Laying the Foundations of Architectural Orientalism in France: Jean-Nicolas Huyot’s Courses in Architectural History at the École des beaux-arts, Paris, 1823-1840

Pierre Pinon

Résumé

While it does not represent a major segment of 19th century architectural production, Neo-Moorish architecture did develop at the time in France. As such, it raises the question of how the architects who designed such buildings acquired the knowledge to do so. Did they travel to the East, did they look at portfolios of drawings, or were they taught the history of Oriental architecture? The latter question can be answered. In his course at the Ecole des Beaux-Arts during the years 1823-1841, Jean-Nicolas Huyot devoted his tenth and eleventh lessons to "Arab architecture". Having toured Asia Minor and Egypt from 1817 to 1821, Huyot was capable of discussing the monuments of Cairo and Constantinople at first hand, rather than from reading notes.

Entrées d'index

Mots clés :

orientalisme, architecture

Géographique :

France, Égypte, Asie Mineure

Chronologique :

XIXe siècle

Texte intégral

  • 1 Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes et moresques de Cordoue, Séville et Grenade, (...)
  • 2 Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe d'après les monuments du Caire : depuis le viie siècle jusqu'à (...)
  • 3 Voir infra notes 44 et 45.
  • 4 Comme Henry Swinburne, Travels through Spain, in the years 1775 and 1776, Londres : P. Elmsly, 1779 (...)
  • 5 Comme Pablo Lozano y Casela, Antiguedades arabes de España. Granada y Cordoba, Madrid : Real Academ (...)
  • 6 Nommé le 10 juillet 1819 ; cf. Pierre Pinon, « L'Orient de Jean-Nicolas Huyot : le voyage en Asie-M (...)
  • 7 Passage de l'Académie d'architecture à l'École des beaux-arts, malgré une courte interruption.
  • 8 Paris, Bibliothèque de l'Institut de France, ms. 4474.
  • 9 D'ailleurs des notes de Dufourny et Huyot figurent dans un dossier de Lebas, rassemblé pour la prép (...)
  • 10 Sur le cours de Louis-Pierre Baltard, cf. Pierre Pinon, Louis-Pierre et Victor Baltard, Paris : Édi (...)
  • 11 Voir Pierre Pinon, « L'Orient de Jean-Nicolas Huyot : le voyage en Asie-Mineure, en Égypte et en Gr (...)
  • 12 Paris, BENSBA, ms. 805. Y, no 15.
  • 13 Les notes pour ses cours privés sont à la BENSBA (ms. 805). Cf. Pierre Pinon, « L'insegnamento dell (...)
  • 14 Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy, Dictionnaire historique d'architecture, Paris : Librairie (...)
  • 15 « Note écrite dans la voiture entre Strasbourg et Paris » (Paris, BENSBA, ms. 807. Y, no 75).

1Dans l’architecture française, l’orientalisme s’est manifesté assez tardivement, essentiellement à partir du milieu du xixe siècle. On a généralement supposé que les références employées par les architectes étaient plus ou moins fantaisistes, surtout dans un premier temps, c’est-à-dire avant la publication des ouvrages bien documentés et illustrés de Joseph-Philibert Girault de Prangey (1837 et 1846)1 et d’Émile Prisse d’Avennes (1877)2, sans oublier ceux de Pascal Coste (1837-1839) ou de Jacob Ignaz Hittorff (1835)3. Mais c’est oublier l’Itinéraire descriptif de l’Espagne (1806) d’Alexandre de Laborde ou, bien antérieur, le Voyage dans plusieurs provinces de la Barbarie et du Levant de Thomas Schaw (1743, 1738 pour l’édition originale anglaise), et d’autres ouvrages anglais4 ou espagnol5. Les monuments d’Égypte et d’Andalousie étaient donc assez bien connus. C’est surtout oublier que dans son cours d’histoire de l’architecture professé à l’École des beaux-arts de 1823 à 1840, Jean-Nicolas Huyot6 consacrait plusieurs leçons à l’architecture « arabe ». C’est même oublier que le professeur de théorie dans la même école, mais avant Huyot, c’est-à-dire de 1803 à 1818, Léon Dufourny, avait longtemps séjourné en Sicile, était bon connaisseur de l’architecture « arabo-sicilienne », et ne devait pas manquer de l’évoquer dans son cours. Il est à noter qu’une grande continuité, au-delà des personnalités des professeurs et des changements de cadres institutionnels mêmes7, a marqué l’enseignement de l’architecture de la fin de l’Ancien Régime à la monarchie de Juillet. D’ailleurs, Hippolyte Lebas, dans l’« Introduction » à son premier cours d’histoire de l’architecture (1841)8, établit explicitement une lignée allant de Jacques-François Blondel, David Leroy, Léon Dufourny et Jean-Nicolas Huyot, à lui-même. On sait que Lebas a utilisé les notes des cours de Dufourny et de Huyot pour préparer le sien (1841-1863)9, même si Lebas intègre dans une filiation unique les cours de théorie et d’histoire, disciplines délicates à séparer strictement à l’époque, il est vrai. Le successeur de Dufourny, dans le cours de théorie, n’est pas Huyot, mais Louis-Pierre Baltard (de 1818 à 1846)10, que Lebas oublie ostensiblement. La chaire d’histoire a été créée pour Huyot, à la demande, sans doute, d’Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy, pour compenser son échec, en 1818, à la chaire de théorie face à Baltard11. En réalité, bien qu’exclu de la liste de Lebas, Baltard parlait aussi d’histoire dans son cours de théorie. C’était en quelque sorte l’application de l’idée de Dufourny selon laquelle la connaissance de l’architecture passe par celle de son histoire : « La vraie manière d’enseigner un art, c’est d’en faire l’histoire12 ». Pour celui-ci, comme pour Huyot, qui par ailleurs donnait des cours de composition architecturale dans son atelier privé13, l’architecture s’aborde par sa généalogie. Car l’histoire fait connaître les « types » (au sens défini par Quatremère14), et par là les formes « premières », celles sur lesquelles l’architecture est de tout temps fondée. Dans un texte passionnant écrit dans une voiture, entre Strasbourg et Paris15, Dufourny explique que la formation d’un jeune architecte doit commencer par un voyage initiatique parcourant à la fois l’espace géographique et le temps historique. Partir vers le Tyrol pour y voir les chalets en bois (« maisons rustiques », « cabane type de l’architecture »), continuer avec la Vénétie « sans trop s’arrêter aux ouvrages de Palladio », prendre le bateau pour la Grèce (« à Sunium il auroit l’enfance de l’art », au temple de Thésée à Athènes, la « magnificence » et la « perfection » du dorique), puis visiter l’Asie Mineure et l’Égypte, « terre de tous les arts ».

Les enjeux de la connaissance de l’enseignement de l’architecture « arabe »

  • 16 Voir Pierre Pinon, « L'insegnamento dell'architettura presso l'École des beaux-arts di Parigi nella (...)
  • 17 Pour Paris, par exemple, voir Marie-Jeanne Dumont, Paris arabesques : architectures et décors arabe (...)
  • 18 Celle de Besançon, par Pierre Marnotte, élève à l'École des beaux-arts à partir de 1816, qui a donc (...)
  • 19 « Un plan à peu près semblable est sur la route d'Andrinople » (Paris, BENSBA, ms. 805, J, no 53).
  • 20 Paris, Archives nationales de France, AJ52 141.

2Il s’agit de comprendre l’appréhension de l’architecture « arabe » dans la perspective de l’orientalisme chez les architectes français du xixe siècle, même si le cours de Huyot visait aussi la diffusion d’une pure connaissance historique. Il est d’ailleurs clair que Huyot ne prétendait absolument pas entraîner ses élèves dans la moindre pratique d’une architecture néo-arabe. L’éclectisme qui consiste à adopter les différents styles historiques selon les programmes et les lieux des édifices, que commencera à théoriser Abel Blouet un peu plus tard16, n’est pas encore à l’œuvre. D’ailleurs, en France, le « néo-mauresque » ne connaîtra, même plus tard, que des usages fort restreints, limités à des programmes très spécifiques (folies, villas, pavillons d’exposition17, synagogues18). Néanmoins, dans les exposés thématiques de ses cours privés destinés à préparer des projets, Huyot parlait des synagogues et des mosquées. Dans sa leçon sur les édifices d’hospitalité, il présentait même comme modèle possible les caravansérails, en prenant comme exemple le plan du célèbre han de Lüleburgaz de l’architecte Sinan (xvie siècle)19. Des programmes « orientaux » étaient quelquefois proposés par L.-P. Baltard, comme « un Caravansérail » (en août 1831) ou « un Bazar » (en juin 1833)20 dans les concours mensuels d’émulation.

3En dehors de ces cas particuliers, l’enjeu est donc plus largement de mieux comprendre comment, dans le « système Beaux-Arts », s’articulent les connaissances historiques et les pratiques historicistes. D’une certaine manière, c’est la qualité de l’enseignement donné à l’École des beaux-arts durant la première moitié du xixe siècle que nous voudrions réhabiliter. Marginalement, sera abordé le thème de l’origine arabe supposée de l’architecture gothique, thème récurrent dans l’enseignement de Dufourny et de Huyot, qui remonte à la fin du xviiie siècle.

Huyot, l’Orient et la théorie de l’architecture

  • 21 Voir Paul Dufournet, « Jean-Nicolas Huyot, 1780-1840, ou la carrière exemplaire d'un architecte et (...)
  • 22 Sa « restauration » a porté sur le temple de la Fortune à Palestrina : cf. Pierre Pinon, « Jean-Nic (...)
  • 23 Pierre Pinon, « L'Orient de Jean-Nicolas Huyot : le voyage en Asie-Mineure, en Égypte et en Grèce ( (...)
  • 24 Markus Kohl, « Les relations inédites du séjour pergaménien de J.-N. Huyot », in Hervé Duchêne (dir (...)
  • 25 Pierre Pinon, « Le voyage d’Orient de l'architecte Jean-Nicolas Huyot (1817-1820) et la découverte (...)

4Jean-Nicolas Huyot (1780-1840)21, Grand Prix d’architecture en 1807, pensionnaire à l’Académie de France à Rome de 1808 à 181322, a voyagé en Orient de 1817 à 182123 : il a visité l’Asie Mineure, l’Égypte, puis à nouveau l’Asie Mineure et la Grèce après avoir appris sa nomination à l’École des beaux-arts (en 1819). Il s’est particulièrement intéressé aux cités grecques antiques de la région égéenne (Pergame24, Éphèse, Magnésie du Méandre, Héraclée du Latmos), mais aussi à bien d’autres architectures25, y compris à l’architecture islamique, à Constantinople et au Caire surtout.

  • 26 Les manuscrits de son cours d'histoire sont conservés à la Bibliothèque de l'Institut national d'hi (...)
  • 27 Que l'on peut partiellement reconstituer par sa bibliothèque connue par le Catalogue des livres sur (...)
  • 28 Voir supra note 13.
  • 29 « Leçons à faire pour l'atelier » : « 1re leçon », 1825 et « 2e leçon », 1826-1827 (Paris, BENSBA, (...)
  • 30 Ibid., « 3e leçon », 1826-1827 (no 11).
  • 31 Ibid., « 6e leçon » (no 11). Cf. aussi « 7e » et « 8e leçon » : « Les sujets », « De la formulation (...)
  • 32 Huyot donne aussi cette définition de la composition en trois parties : « 1o. Le sujet ; qui est l' (...)

5De retour en France en 1822 après avoir séjourné à Rome, il a commencé son cours d’histoire à l’École des beaux-arts en 182326. Il s’agit d’un cours à la fois chronologique (architectures de Mésopotamie, d’Égypte, de Grèce, des Pélasges, de Rome, des Byzantins, des Arabes, gothique, Renaissance, du siècle de Louis XIV) et thématique. Il utilise pour ses « leçons » les auteurs anciens, ses lectures27, les récits de voyage et sa propre expérience de voyageur. Ses « leçons pour l’atelier28 » permettent de préciser sa conception de la théorie de l’architecture à l’œuvre dans son interprétation de l’architecture « arabe ». Elle s’articule d’abord autour des notions de « disposition29 » (la composition comme traduction d’un programme), de « distribution30 » (l’écriture architecturale), de « sujets » (« les différents espaces couverts ou découverts31 »). Les espaces sont envisagés selon leur géométrie, leurs dimensions, leurs relations (la « composition32 »). Dans son atelier privé, chacune de ces notions faisait l’objet d’exercices pédagogiques pratiques.

  • 33 Cours d'histoire de l'architecture (Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 6).
  • 34 Ibid., vol. III, fo 2-3.

6Il ressort de ces cours une conception de l’architecture, qu’il partageait avec beaucoup de ses contemporains, et qui était fortement influencée par Charles-Louis de Montesquieu et Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy. Les origines de l’architecture sont à rechercher dans des causes physiques et morales, dans les climats, les institutions, les usages : il existe autant d’« architectures locales » que de « premiers peuples ». L’histoire de l’architecture ne se conçoit que dans une évolution. À l’origine de chaque architecture, il y a un « type ». Huyot donne d’ailleurs dans son cours plusieurs définitions complémentaires de la notion de « type » (le type comme origine ou comme modèle pour les programmes33, le type comme manière de construire34).

  • 35 Ibid., vol. III. fo 3-4.

7Dans sa « 1re leçon » de l’année 184035, Huyot livre sa conception de l’histoire de l’architecture :

« L’histoire fait connaître l’origine et le type de chaque genre, elle indiquera les transformations successives qui forment comme autant d’espèces dans un même genre, elle fixera le caractère propre de chacune des espèces. Enfin l’étude de l’histoire particulière des différents genres d’édifices indiquera à l’architecte qu’il doit rester dans les limites que les convenances imposent à la disposition, à la construction et à la décoration qui forment le caractère spécial de chaque genre d’édifice. »

8Pratiquement, pour Huyot, les choses s’enchaînent ainsi :

  • 36 Ibid., vol. III, fo 30.

« Je démontrerai qu’il y a toujours un type originel et constitutif dans chaque genre d’édifice d’où dérivent la disposition, la construction et la décoration de toutes les espèces d’un même genre36. »

  • 37 Ibid., vol. III, fo 12.
  • 38 Dans ses « Leçons à faire pour l'atelier » (Paris, BENSBA, ms. 805. J, no 11, « 6e leçon »), Huyot (...)

9Par exemple, l’architecture « arabe » est un « genre », ses styles successifs sont des « espèces » et son origine orientale est un « type37 ». Les « types » comme formes premières évoluent : il y a donc un enchaînement, grâce à l’imitation. En effet, si les autres arts imitent la nature, l’architecture s’imite elle-même, en imitant les « types38 ». Il n’y a donc pas d’architecture sans évolution à partir des « types ». Huyot illustre cet enchaînement par l’exemple de l’évolution de l’architecture islamique.

  • 39 L'idée est que les premiers Ottomans (dont Huyot confond, par ailleurs, l'architecture avec celle d (...)
  • 40 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 177-178.

« Car alors, les Turcs étant maîtres de Brousse, d’Andrinople et de Constantinople [aux xive et xve siècles], les arts grecs [antiques] et byzantins [grecs « modernes »] exercèrent toute leur influence sur l’architecture arabe, que les Turcs introduisirent dans l’empire grec [« moderne », c’est-à-dire byzantin] dont ils s’étaient rendus maîtres39. C’est pourquoi, il faut encore distinguer ces deux espèces, dans un même genre d’architecture, c’est-à-dire l’architecture arabe proprement dite, et l’architecture turque.40 »

10Notons que ces notions de « genre » et d’« espèce » sont alors communes au langage architectural et à celui des sciences naturelles. Georges Cuvier les emploie dans ses Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes. Discours préliminaire, publié en 1812. Si les naturalistes les ont inventées, Cuvier établit lui-même la relation avec ceux qui étudient l’architecture, et se présente étonnamment comme leur continuateur :

  • 41 Paris : Deterville 1812, p. 1. Nous nous permettrons de renvoyer aux travaux de Kerim Salom qui pré (...)

« Antiquaire d’une espèce nouvelle, il m’a fallu apprendre à déchiffrer et à restaurer ces monuments [les fossiles], à reconnaître et à reprocher dans leur ordre primitif les fragments épars et mutilés dont ils se composent ; à reconstruire les êtres antiques auxquels ces fragments appartenaient41. »

L’architecture « arabe » selon Huyot

  • 42 Ibid., vol. III, fo 96 à 207. Ce cours du 8 avril 1840, conservé, avait sans doute déjà été donné d (...)
  • 43 Voir le récent Yves Laissus, Jomard, le dernier égyptien, Paris : Fayard, 2004, un des rares auteur (...)
  • 44 Pascal Coste, Architecture arabe ou Monuments du Kaire, mesurés et dessinés, de 1818 à 1826, Paris  (...)
  • 45 Jacob Ignaz Hittorff, Architecture moderne de la Sicile, Paris : P. Renouard, 1835. URL : http://ga (...)

11Cette architecture occupe les 10e et 11e leçons de son cours de 1840 (8 avril)42. Huyot ne précise guère ses sources, sinon les textes d’Edme-François Jomard43 dans la Description de l’Égypte. Il connaît évidemment les travaux de Pascal Coste44 et de Jacob Ignaz Hittorff45, mais seulement pour ses derniers cours.

12La recherche sur l’architecture « arabe » montre d’abord que les Arabes ne l’ont pas entièrement inventée. Étant nomades, ils ont beaucoup emprunté aux civilisations urbaines des régions conquises, notamment la Perse.

  • 46 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 100.
  • 47 Ibid., vol. III, fo 149.

« Il serait difficile de dire quel fut le genre d’architecture qui devint l’origine de l’architecture arabe. Cependant on doit présumer que, dans leurs conquêtes sur les villes perses, ils n’eurent d’autres édifices que ceux des Perses, dont ils se servaient pour y établir leurs demeures et leurs mosquées et que, s’ils construisirent de nouveaux édifices, ce ne fut qu’avec le secours des ouvriers du pays. C’est en effet le premier pas que fit ce nouveau peuple46 […]. Les dômes semblent avoir été un des signes caractéristiques de l’architecture des Arabes ; car leurs tombeaux, leurs mosquées, leurs portiques sont couverts avec des dômes. C’est probablement une coutume qu’ils ont contractée en Asie, où le dôme était déjà en usage, et dans la Perse […]. Cet usage des anciens peuples de l’Asie aura d’abord été un objet de la vénération des Arabes, et aura rendu les dômes sacrés, ainsi que tous leurs édifices sociaux. Par conséquent ils ont dû s’approprier ce genre de décoration, en donnant aux dômes une forme particulière, en les parant d’ornements spéciaux, entièrement étrangers à la construction : système tout opposé à celui de l’architecture des Grecs qui faisaient dépendre les décorations des principes constitutifs de la construction.47 »

13À propos de l’« arc ogival », supposé d’origine arabe, Huyot note par ailleurs :

  • 48 Ibid., vol. III, fo 113. Dufourny avait émis une autre hypothèse : « Dans le fond l'architecture ar (...)

« Je ne chercherai pas maintenant comment et pourquoi il paraît d’abord dans l’architecture des Arabes. Je vois qu’ils ne l’ont point inventé, mais qu’ils ont imité en cela, comme en bien d’autres choses, les peuples dont ils faisaient la conquête.48 »

14La décoration elle-même est d’origine orientale.

« Les architectes, ne pouvant introduire ni bas-reliefs, ni statues, ni peintures représentant des figures humaines furent contraints, en se conformant à la religion, de se créer des ornements bien plus en rapport avec ceux des vases, des armes, des tentes, des tapisseries et des vêtements des peuples de l’Asie [Inde et Perse] qu’avec des ornements provenant des sujets tirés de leur histoire sacrée ou profane ; et en se conformant à la manière de bâtir, alors en usage dans les pays où l’architecture grecque était dégénérée [byzantine], ils ne purent avoir aucune connaissance de ces théories sur lesquelles les plus beaux édifices de l’architecture avaient été construits. C’est pourquoi ils ne connurent les ordres d’architecture que par les colonnes enlevées à d’anciens édifices, qu’ils employèrent dans la construction des nouveaux. »

  • 49 Il n'est pas rare de trouver encore aujourd'hui, sous des plumes un peu naïves et abusivement pieus (...)

15Tout ceci concerne la « distribution », les « sujets », la décoration. Pour la « disposition » des édifices arabes, notamment les mosquées, les fondements religieux jouent aussi évidemment un rôle. Une partie du cours nous explique l’apport personnel de Mahomet49 :

  • 50 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 105-106.

« Nous voyons d’abord Mahomet, le jour même qu’il entre dans la Caaba, fixer les principales positions qui composèrent depuis les mosquées, ces édifices principaux de l’architecture sociale des Arabes. Il en fixa la position en faisant une prière entre les deux colonnes qui supportent le plafond de la Caaba, et en se retournant ensuite, il dit : voilà la Kibla, ou la partie du monde vers laquelle il faudra désormais vous tourner en priant […]. Pour prêcher, il fit faire une tribune. La première fut exécutée par un charpentier grec, nommé Naknon, qui était au service d’une dame chrétienne. Ces tribunes avec plusieurs marches [minbar], sont encore un des principaux ornements des mosquées. Il ordonna à Bélal de monter, à midi, sur la Caaba, pour annoncer la prière au peuple ; et dès lors, on fit des minarets, du haut desquels les crieurs avec la même formule appellent le peuple à la prière. C’est ainsi que furent disposées les diverses parties qui composent les mosquées.50 »

16Quelles sont pour Huyot les qualités de l’architecture arabe ?

  • 51 Ibid., vol. III, fo 107. Cette remarque contredit une précédente selon laquelle, dans l'architectur (...)

« On ne retrouvera point, il est vrai, dans leur architecture, les règles de rapport, de proportions, qui constituent essentiellement cet art. Mais les sciences pour lesquelles les Arabes avaient un penchant naturel, contribuèrent beaucoup au perfectionnement de cette partie essentielle de l’architecture qui est la construction, et l’on peut dire que dans les monuments de ce peuple, elle a été au-delà des besoins : elle faisait même une partie de la décoration, soit par l’apparat des pierres, soit par leurs différentes natures, soit par leurs diverses couleurs.51 »

17À propos des monuments normands de Sicile construits par les Arabes, il écrit :

  • 52 Ibid., vol. III, fo 159.

« L’arc aigu, la coupole, le merveilleux et la délicatesse du travail sont les caractères distinctifs de cette architecture, et on les trouve dans tous les monuments mauresques élevés par des architectes étrangers à l’école néo-grecque ou byzantine52. »

  • 53 Huyot cite Murphy, Swinburne et Laborde (Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 191).

18Si Huyot connaît la Sicile, grâce aux notes de Dufourny qu’il avait eu comme professeur, et l’Espagne grâce à de nombreuses publications53, son domaine de prédilection est Le Caire où il a séjourné en octobre 1818 et en juillet-septembre 1819.

  • 54 Huyot ne pouvait évidemment dater correctement les monuments. Néanmoins son érudition était reconnu (...)

19Huyot distingue trois périodes dans l’architecture religieuse du Caire, chacune représentée par un monument majeur : la mosquée omeyyade d’‘Amr (viie siècle), la mosquée-madrasa de Barqûq (xiie siècle, en fait du xive siècle54) et la mosquée-madrasa mamelouke d’Hasan (xive siècle).

  • 55 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 112.
  • 56 Ibid., vol. III, fo 113. Le thème du remploi des matériaux antiques dans les édifices postérieurs e (...)

« La mosquée d’“Amra” offre donc le plus grand intérêt, sous le rapport de l’histoire de l’architecture arabe. Sa disposition simple présente une vaste enceinte carrée, entourée de portiques, destinés à contenir les soldats de la nouvelle secte qui composaient alors l’armée du conquérant de l’Égypte. Sur un côté, six nefs tournées vers La Mecque étaient destinées aux principaux chefs de l’armée. Le portique du Midi n’a que deux rangs de nefs, celui du Nord en a trois à cause de son exposition au soleil. Ces portiques servaient, comme ils servent encore aujourd’hui, d’asile aux pauvres et aux voyageurs qui venaient y passer la nuit et une partie du jour. Au milieu de la cour, qui a 80 mètres de côté, se trouve la fontaine des ablutions […]55. La construction de cet édifice, très simple d’ailleurs, offre quelques particularités. C’est d’abord qu’il fut bâti de débris de monuments romains, ainsi que l’indiquent les 250 colonnes d’un seul morceau, les bases et les chapiteaux corinthiens, placés soit au sommet, soit à la base des colonnes, dans le seul but de les élever toutes à une hauteur de 5 mètres.56 »

20La mosquée-madrasa de Barqûq est plus complexe :

  • 57 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 145.
  • 58 Ibid., vol. III, fo 148.

« À la disposition simple des premières moquées, succéda un autre genre d’édifice qui, indépendamment de la mosquée, renfermait encore des appartements et des logements pour les étrangers, des tombeaux, des hôpitaux, des bibliothèques, des universités et des collèges [madrasa]. C’est une architecture d’une construction solide et savante, et d’une décoration particulière au goût de ce peuple, formé par l’usage des armes, des tentes, des tapis et de tous les équipages de campagne qui, dès l’origine, étaient, avec les trésors enlevés sur l’ennemi, les seuls monuments de leurs conquêtes57. On doit faire remarquer la forme de la salle d’audience, qui se trouve dans chacun des appartements [qa’a]. Au milieu, il y a une petite cour carrée, avec un bassin et un jet d’eau. Sur le côté en face de l’entrée, est un grand renfoncement [iwan], où se tenait le maître : des sophas, des tapis, des armes, des vases précieux, en faisaient tout l’ameublement, ainsi que c’est encore l’usage aujourd’hui.58 »

  • 59 Ibid., vol. III, fo 153.
  • 60 Voir Alain Borie, Pierre Micheloni et Pierre Pinon, Forme et déformation des objets architecturaux (...)
  • 61 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 154.
  • 62 Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe d'après les monuments du Caire, op. cit. (note 2), p. 109-110. (...)
  • 63 Voir Pierre Pinon, « Architektonische Komposition und das Gebot der Regelmäs-sigkeit von Peruzzi bi (...)

21La mosquée-madrasa d’Hasan était « disposée pour recevoir un corps d’armée ». Ce monument réunit tout à la fois un aspect majestueux à une disposition vaste et commode ; ce qui lui imprime un caractère de grandeur et de sévérité qu’on voit dans tous les monuments d’une architecture, « arrivée à son plus haut point de perfection »59. Une précision concerne la déformation du plan60 : « Les irrégularités qu’on remarque dans le plan ne sont occasionnées que par l’emplacement des rues. Ainsi, par exemple, l’entrée où se trouve un beau vestibule aurait peut-être été placée au milieu de la face principale, si le terrain avait été libre61 ». En effet, l’entrée est désaxée par rapport à la cour et aux quatre iwan [orientés eux par rapport à La Mecque], afin d’être perpendiculaire à la rue. Bien plus tard (1877), Prisse d’Avennes fera une observation semblable : « L’architecte, contraint de bâtir sur un terrain irrégulier, a tracé un plan tout différent de celui des autres mosquées ; mais il a su masquer assez habilement l’irrégularité des lignes obliques qui lui étaient imposées par les rues adjacentes62 ». On sait que depuis le milieu du xviiie siècle, la virtuosité avec laquelle des architectes produisent des plans réguliers dans des parcelles irrégulières, est louée par les théoriciens (l’abbé Marc-Antoine Laugier ou Jacques-François Blondel63).

  • 64 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 191.

22Notons aussi l’intérêt pour les maisons du Caire, d’ailleurs déjà bien connues par la Description de l’Égypte : « Les maisons particulières [du Caire] ont jusqu’à trois étages. Bien qu’elles soient simples à l’extérieur, l’intérieur cependant est souvent riche et somptueux64 ».

L’architecture « arabe » à l’origine de l’architecture « gothique »

23Il s’agit là d’un très vaste thème, mais qui dans l’esprit de Huyot n’est pas indifférent à l’étude de l’architecture « arabe » : il en constitue même semble-t-il un des enjeux, puisque Huyot enchaîne, dans son cours, les architectures « arabes » et « gothiques ». Il illustre cette théorie par de nombreux exemples, et tente de l’expliquer :

  • 65 Ibid., vol. III, fo 156.
  • 66 Ibid., vol. III, fo 176.

« Les Arabes, maîtres de la Sicile et de l’Espagne, construisirent des monuments non moins dignes d’attention que ceux de l’Égypte, et comme les arts de ces contrées exercèrent une grande influence sur l’architecture de l’Occident, au xiiie siècle, je crois utile de donner ici un abrégé de l’architecture arabe en Sicile, en Espagne et en Italie65. […] En Espagne et en Sicile l’architecture arabe ou sarrasine avait encore toute puissance, et elle contribua à répandre, dans une grande partie du Nord de l’Europe, ce goût pour la légèreté et la forme ogivale des voûtes66. »

  • 67 Ibid., vol. III, fo 113.

24Et à propos de la mosquée d’Amr : « Ainsi les Arabes auraient employé l’arc aigu, ou ogival, dans l’Orient avant qu’il fût introduit dans l’Occident67 ». L’évolution de l’architecture « arabe », influencée par l’Orient, a suivi son chemin de l’Égypte, vers la Sicile, la Barbarie (Maghreb) et l’Andalousie, avant de passer dans le nord de l’Italie et de l’Espagne, en France, en même en Angleterre.

25Comment se sont déroulés ces transferts ? Pour Huyot, la première raison réside dans les conquêtes arabes en Europe et aussi dans la présence des Normands en Sicile.

  • 68 Ibid., vol. III, fo 159.

« Les Normands, qui envahirent cette île n’avaient point d’artistes, et ils ne trouvèrent en Sicile que des artistes arabes, habitués à construire des édifices, dans le genre qui leur était particulier. Cette architecture était tellement appropriée au climat, sa richesse, et les commodités de sa disposition convenaient si bien aux conquérants, qu’ils perpétuèrent ainsi l’architecture More.68 »

26Puis les Normands importèrent cette architecture en Angleterre.

  • 69 Un arc aigu est un arc à deux courbes.
  • 70 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 114.

« Cependant l’arcade à plusieurs courbes est devenue le signe caractéristique de l’architecture arabe. Ceux qui se refusent à voir l’influence que les arts d’Orient ont eue sur l’architecture de l’Occident, aux xie et xiie siècles, seront au moins forcés de convenir que c’est de l’époque des conquêtes arabes en Europe que date l’usage de l’arcade aiguë69, dans l’architecture improprement appelée gothique70. »

  • 71 Jacques-Guillaume Legrand, Essai sur l'histoire générale de l'architecture, Paris : Soyer, 1809, p. (...)
  • 72 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 159.
  • 73 Ibid., vol. III, fo 161.

27L’allusion à « ceux qui se refusent » vise probablement Jacques-Guillaume Legrand qui distingue le « gothique barbare » (né en Europe avant Charlemagne) du « gothique arabe », le premier ne pouvant donc être issu du second puisqu’antérieur, et rien ne prouvant que le « gothique normand » (postérieur, auquel il rattache Notre-Dame de Paris) dérive du « gothique arabe »71. Ailleurs, comparant les édifices normands de Sicile et d’Angleterre, Huyot observe : « [Ces] derniers participent beaucoup au goût et au style des premiers. C’est pourquoi on les appelle gothico-mauresques ou sarrasins-normands72 ». Il n’hésite pas à écrire : « La cathédrale d’York n’eut d’autres architectes que des Arabes73 ». L’autre circonstance met en jeu un mouvement inverse, mais dont l’effet est le même : les Occidentaux, en revenant des croisades, ont rapporté cette influence orientale.

  • 74 Ibid., vol. III, fo 164-165.

« Les Croisades étaient la guerre du Christianisme contre l’Islamisme, et elles devaient amener une grande révolution, par les échanges d’idées entre les peuples de l’Asie et ceux de l’Europe. Aussi est-ce de cette époque que date le renouvellement des sciences et des arts, qui précède la Renaissance de l’architecture où l’Antiquité romaine prévalut.74 »

  • 75 Son cours était réputé pour être difficile à suivre par les élèves.

28On notera cette attribution osée des origines de la Renaissance. Mais, pour Huyot qui ne fuit pas les complexités75, les influences ne circulent pas seulement de l’Orient vers l’Occident.

  • 76 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 161.

« Le grand usage du bois, dans la construction des édifices de France et d’Angleterre, a pu avoir aussi de l’influence sur la construction en pierre des Arabes. Ce fut de là sans doute que prirent naissance ces piliers composés d’une infinité de petits fuseaux extrêmement allongés, et d’arêtiers de voûtes. Ce nouveau genre d’architecture remplaça celle lourde de style romain corrompu [le style roman que Huyot place entre le Bas-Empire et les Mérovingiens, et auquel il rattache l’église Saint-Germain-des-Prés].76 »

29Huyot tente même une synthèse :

  • 77 Ibid., vol. III, fo 176.

« Il faut remarquer qu’avant la construction des édifices appelés gothiques, les églises n’étaient qu’en bois dans les contrées du Nord [architecture « romaïque » antérieure à Charlemagne] […]. C’est en effet des constructions en bois de la Gaule et de la Germanie, combinées avec les formes, la légèreté et le goût de l’architecture sarrasine, que prit naissance ce genre d’architecture appelée improprement gothique.77 »

30L’ensemble de ces phénomènes laisse tout de même planer, pour Huyot, un mystère sur l’origine de l’architecture gothique.

  • 78 Ibid., vol. III, fo 206-207.

« L’architecture gothique n’a pas eu d’origine. Elle ne ressemble en rien aux architectures qui, ayant d’abord pris naissance, de certaines causes naturelles, à l’enfance des sociétés, se sont peu à peu perfectionnées, en conservant des types de leur origine. […] L’architecture gothique a pris sa naissance dans la décrépitude de la société, et pour se composer, elle n’a pu qu’emprunter certains éléments déjà tous formés.78 »

31L’architecture gothique échapperait ainsi au phénomène de l’imitation qui permet aux « types » d’évoluer. Elle est l’effet de combinaisons et non d’une évolution. Ainsi l’architecture gothique, à la fois haïe pour son goût dégénéré et admirée pour sa hardiesse, n’entre pas dans la théorie classique. Elle ne peut être comprise.

  • 79 Ibid., vol. III, non folioté (Pour mettre à la suite de l'architecture arabe).
  • 80 Louis-Pierre Baltard, Introduction au cours de théorie de l'architecture, Paris : ENSBA, 1831, p. 2 (...)

32Ce n’est pas son seul défaut. Outre l’absence de règles dans les proportions, l’architecture gothique, issue des pays méditerranéens, est inadaptée à notre climat car elle met « à l’extérieur toutes les forces de l’édifice [contreforts et arcs-boutants] et l’expose aux intempéries. Depuis le xve siècle, les parties qui en font la force sont prises et combinées avec la construction, elles sont toutes abritées par la construction elle-même79 ». Au même moment, L.-P. Baltard, à la réputation pourtant bien plus réactionnaire, n’écrit pas autre chose quand il prétend que « le système d’échafaudage, qui prédomine si étrangement à l’extérieur d’un grand nombre d’édifices du Moyen Âge, ne diffère pas essentiellement dans sa combinaison de celui dont les enfants font eux-mêmes l’application en élevant en pyramides des châteaux de cartes80 ».

33Il convient enfin de remarquer qu’Huyot n’est pas le premier à voir dans l’architecture « arabe » l’origine de la gothique.

  • 81 Abbé de Lubersac, Discours sur les monumens publics de tous les âges et de tous les peuples connus, (...)
  • 82 Antoine Nicolas Dezallier d'Argenville, Vies des fameux architectes depuis la renaissance des arts (...)
  • 83 Alexandre Lenoir, Musée des monuments français, Paris : Hacquart, 1803, p. 19. URL : http://gallica (...)
  • 84 Cours donné en juin-juillet 1812 à l'École des beaux-arts (Paris, BENSBA, ms. 807, L, no 34-35). Su (...)

34Si l’abbé de Lubersac, auteur d’une des premières histoires de l’architecture81 ignore l’architecture islamique, une dizaine d’années plus tard, Antoine-Nicolas Dezallier d’Argenville82 affirme qu’au xie siècle l’architecture « gothique moderne » est apparue sous l’influence des Maures d’Espagne. Pour Alexandre Lenoir83, à l’architecte « gothique-lombarde » primitive succède le beau gothique, dont le prototype est la Sainte-Chapelle du Palais-Royal, « genre hardi d’architecture imité des Arabes ». La filiation entre l’architecture « arabe » et la gothique est dorénavant entendue. Pour Dufourny, « c’est surtout aux guerres que [Charlemagne] leur livra en Espagne que nous devons cette communication de goût et ces imitations de style arabe qu’on a dans notre architecture gothique des ixe et xe siècles84 ».

  • 85 Paris, Bibliothèque de l'Institut de France, ms. 4474.

35Bien que Lebas, comme nous l’avons vu, se situe dans la continuité de Dufourny et de Huyot, l’enseignement de l’art « arabe » disparaît de son cours85. Pour l’Orient, il n’y parle que de l’architecture byzantine. Une autre histoire.

Notes

1 Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes et moresques de Cordoue, Séville et Grenade, dessinés et mesurés en 1832 et 1833, Paris : Veith et Hauser, 1837 ; Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes d'Égypte, de Syrie, d'Asie-Mineure, Paris : A. Hauser, 1846.

2 Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe d'après les monuments du Caire : depuis le viie siècle jusqu'à la fin du xviiie siècle, Paris : J. Savoy et Cie, 1877. Voir Christine Peltre, Les Arts de l'Islam. Itinéraire d'une redécouverte, Paris : Gallimard, 2006, p. 30-35.

3 Voir infra notes 44 et 45.

4 Comme Henry Swinburne, Travels through Spain, in the years 1775 and 1776, Londres : P. Elmsly, 1779. URL : http://books.google.fr/books?id=1dDSsMi0yv0C. Consulté le 14 octobre 2013. James Cavanah Murphy, The Arabian Antiquities of Spain, Londres : Cadell & Davies, 1815.

5 Comme Pablo Lozano y Casela, Antiguedades arabes de España. Granada y Cordoba, Madrid : Real Academia de San Fernando, 1804.

6 Nommé le 10 juillet 1819 ; cf. Pierre Pinon, « L'Orient de Jean-Nicolas Huyot : le voyage en Asie-Mineure, en Égypte et en Grèce (1817-1821) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 73-74, 1996, Catherine Bruant, Sylviane Leprun et Mercedes Volait (dirs.), Figures de l'orientalisme en architecture, p. 34. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0997-1327_1994_num_73_1_1666. Consulté le 14 octobre 2013.

7 Passage de l'Académie d'architecture à l'École des beaux-arts, malgré une courte interruption.

8 Paris, Bibliothèque de l'Institut de France, ms. 4474.

9 D'ailleurs des notes de Dufourny et Huyot figurent dans un dossier de Lebas, rassemblé pour la préparation de son propre cours (Paris, Bibliothèque de l'École nationale supérieure des beaux-arts, BENSBA, ms. 805-806-807).

10 Sur le cours de Louis-Pierre Baltard, cf. Pierre Pinon, Louis-Pierre et Victor Baltard, Paris : Éditions du patrimoine, 2005, p. 94-103.

11 Voir Pierre Pinon, « L'Orient de Jean-Nicolas Huyot : le voyage en Asie-Mineure, en Égypte et en Grèce (1817-1821) », op. cit. (note 6), p. 43-44.

12 Paris, BENSBA, ms. 805. Y, no 15.

13 Les notes pour ses cours privés sont à la BENSBA (ms. 805). Cf. Pierre Pinon, « L'insegnamento dell'architettura presso l'École des beaux-arts di Parigi nella prima metà del XIX secolo », in Maria Giuffrè et Giuseppe Guerrera (dirs.), G.B.F. Basile. Lezioni di Architettura, Palerme : L'Epos, 1995, p. 281-287.

14 Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy, Dictionnaire historique d'architecture, Paris : Librairie d'Adrien Le Clerc et Cie, 1832. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1045594m. Consulté le 14 octobre 2013.

15 « Note écrite dans la voiture entre Strasbourg et Paris » (Paris, BENSBA, ms. 807. Y, no 75).

16 Voir Pierre Pinon, « L'insegnamento dell'architettura presso l'École des beaux-arts di Parigi nella prima metà del XIX secolo », op. cit. (note 13), p. 286-287.

17 Pour Paris, par exemple, voir Marie-Jeanne Dumont, Paris arabesques : architectures et décors arabes et orientalisants à Paris, Paris : E. Koehler, Institut du monde arabe ; Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1988.

18 Celle de Besançon, par Pierre Marnotte, élève à l'École des beaux-arts à partir de 1816, qui a donc peut-être suivi les cours d'Huyot.

19 « Un plan à peu près semblable est sur la route d'Andrinople » (Paris, BENSBA, ms. 805, J, no 53).

20 Paris, Archives nationales de France, AJ52 141.

21 Voir Paul Dufournet, « Jean-Nicolas Huyot, 1780-1840, ou la carrière exemplaire d'un architecte et archéologue », in Les Archéologues et l'Archéologie. Colloque de Bourg-en-Bresse (Archives), 25, 26 et 27 septembre 1992, Tours : Centre de recherches A. Piganiol, 1993 (Cæsarodunum, 27), p. 49-69. Huyot a rédigé son autobiographie, trouvée chez lui après son décès, et copiée par Hippolyte Lebas (Paris, BENSBA, ms. 807. D, no 24-26), document inconnu de Dufournet.

22 Sa « restauration » a porté sur le temple de la Fortune à Palestrina : cf. Pierre Pinon, « Jean-Nicolas Huyot (1780-1840). Temple de la Fortune à Préneste, 1811 », in Annie Jacques, Stéphane Verget et Catherine Virlouvet (dirs.), Italia Antiqua : envois de Rome des architectes français en Italie et dans le monde méditerranéen aux xixe et xxe siècles, catalogue d'exposition (Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 12 février-21 avril 2002, Rome, Villa Médicis, 5 juin-9 septembre 2002), Paris : ENSBA, 2002, p. 370-373.

23 Pierre Pinon, « L'Orient de Jean-Nicolas Huyot : le voyage en Asie-Mineure, en Égypte et en Grèce (1817-1821) », op. cit. (note 6), p. 35-55.

24 Markus Kohl, « Les relations inédites du séjour pergaménien de J.-N. Huyot », in Hervé Duchêne (dir.), Voyageurs et Antiquité classique, Dijon : Éditions universitaires, 2003, p. 145-165.

25 Pierre Pinon, « Le voyage d’Orient de l'architecte Jean-Nicolas Huyot (1817-1820) et la découverte de la maison ottomane », Turcica, no 21, vol. 26, 1994, p. 211-240.

26 Les manuscrits de son cours d'histoire sont conservés à la Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art (Paris, BINHA, ms. 15). Des fragments de ses cours de 1827, 1837 et 1840 sont à la BENSBA (ms. 806, D et F). Sur ce cours, cf. Werner Szambien, « Jean-Nicolas Huyot, professeur d'histoire de l'architecture à l'École des beaux-arts (1819-1840) », in La naissance de l'histoire de l'architecture. France et Allemagne, Paris : École d'architecture de Paris-Belleville, 1988, p. 163-175.

27 Que l'on peut partiellement reconstituer par sa bibliothèque connue par le Catalogue des livres sur l'architecture et les antiquités du cabinet de feu M. Huyot, architecte (Paris, 1841). Le catalogue comporte plus de 280 numéros sur l'architecture, l'archéologie et l'histoire. Mais, notons, que les ouvrages de Montesquieu ou de Cuvier qui probablement l'ont inspiré, en sont absents (en revanche les œuvres complètes de Quatremère sont là), ce qui signifie qu'une bibliothèque n'est pas obligatoirement le reflet total de la culture de son possesseur.

28 Voir supra note 13.

29 « Leçons à faire pour l'atelier » : « 1re leçon », 1825 et « 2e leçon », 1826-1827 (Paris, BENSBA, ms. 805. J). De la leçon du 18 janvier 1825, nous extrayons ce fragment significatif : « Pour bien disposer un plan il suffira de réfléchir avec attention sur le programme, et de se rendre compte de toutes les parties qui doivent entrer dans la composition du sujet proposé, d'observer la situation, la grandeur, la forme et la nature de l'emplacement qu'il doit occuper ».

30 Ibid., « 3e leçon », 1826-1827 (no 11).

31 Ibid., « 6e leçon » (no 11). Cf. aussi « 7e » et « 8e leçon » : « Les sujets », « De la formulation des sujets simples ».

32 Huyot donne aussi cette définition de la composition en trois parties : « 1o. Le sujet ; qui est l'objet, la matière sur laquelle on compose. 2o. Les différents types ; c'est-à-dire la forme première des diverses parties qui composent le sujet. 3o. Les éléments ; ou tous les corps simples qui sont à l'origine de la formation des types » (Ibid., « 5e leçon », n11).

33 Cours d'histoire de l'architecture (Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 6).

34 Ibid., vol. III, fo 2-3.

35 Ibid., vol. III. fo 3-4.

36 Ibid., vol. III, fo 30.

37 Ibid., vol. III, fo 12.

38 Dans ses « Leçons à faire pour l'atelier » (Paris, BENSBA, ms. 805. J, no 11, « 6e leçon »), Huyot précisait : « Il serait inutile de chercher les principes des types ou l'origine de l'architecture dans l'imitation des œuvres de la nature […]. Cependant l'architecture, dans sa construction, a un genre d'imitation qui consiste dans la représentation de ses propres ouvrages […]. Ce genre d'imitation est plus particulier à l'architecture grecque où différents types originairement en bois ont été construits en pierre ». On trouve un exposé similaire dans des notes de L. Dufourny sur la théorie de l'architecture (Paris, BENSBA, ms. 805, A).

39 L'idée est que les premiers Ottomans (dont Huyot confond, par ailleurs, l'architecture avec celle des Mamelouks) ont servi d'intermédiaires entre l'architecture antique et byzantine d'un côté, et l'architecture ottomane classique de l'autre (du xvie siècle). Ainsi, après la conquête de Constantinople, Sainte-Sophie (qualifiée de « grecque dégénérée », œuvre d'ingénieurs plutôt que d'architectes) a pu exercer son influence sur l'architecture ottomane classique.

40 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 177-178.

41 Paris : Deterville 1812, p. 1. Nous nous permettrons de renvoyer aux travaux de Kerim Salom qui prépare une thèse sous notre direction sur la notion de type, entre sciences naturelles et architecture.

42 Ibid., vol. III, fo 96 à 207. Ce cours du 8 avril 1840, conservé, avait sans doute déjà été donné durant les années précédentes.

43 Voir le récent Yves Laissus, Jomard, le dernier égyptien, Paris : Fayard, 2004, un des rares auteurs à identifier correctement Huyot dans ses relations avec Jean-François Champollion.

44 Pascal Coste, Architecture arabe ou Monuments du Kaire, mesurés et dessinés, de 1818 à 1826, Paris : Firmin-Didot, 1839. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k105839g. Consulté le 14 octobre 2013. Dans sa bibliothèque (voir note 27), les ouvrages sur l'« Architecture orientale » (no 208-211) sont essentiellement des éditions de 1824, 1837 et 1839 de cet ouvrage de Coste. Huyot et Coste se sont d'ailleurs rencontrés au Caire en 1818 (voir Pierre Pinon, « L'Orient de Jean-Nicolas Huyot : le voyage en Asie-Mineure, en Égypte et en Grèce (1817-1821) », op. cit. (note 6), p. 42-43).

45 Jacob Ignaz Hittorff, Architecture moderne de la Sicile, Paris : P. Renouard, 1835. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1074358. Consulté le 14 octobre 2013.

46 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 100.

47 Ibid., vol. III, fo 149.

48 Ibid., vol. III, fo 113. Dufourny avait émis une autre hypothèse : « Dans le fond l'architecture arabe ou More, n'est autre chose que celle des Goths ou Vandales établis dans la Mauritanie, et qui après avoir été transportée en Espagne, se répandit dans le reste de l'Europe » (Paris, BENSBA, ms. 897, L, no 35). Sur ce dernier point, voir plus loin, p. 20 et suivantes.

49 Il n'est pas rare de trouver encore aujourd'hui, sous des plumes un peu naïves et abusivement pieuses, la mention du rôle de la maison de Mahomet dans la formation de la typologie des maisons « arabes » à cour centrale.

50 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 105-106.

51 Ibid., vol. III, fo 107. Cette remarque contredit une précédente selon laquelle, dans l'architecture arabe, la décoration est indépendante de la construction.

52 Ibid., vol. III, fo 159.

53 Huyot cite Murphy, Swinburne et Laborde (Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 191).

54 Huyot ne pouvait évidemment dater correctement les monuments. Néanmoins son érudition était reconnue, puisque Champollion envisageait d'écrire avec lui une « Chronologie égyptienne ».

55 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 112.

56 Ibid., vol. III, fo 113. Le thème du remploi des matériaux antiques dans les édifices postérieurs est fréquemment évoqué par les auteurs de cette époque, comme Louis-Pierre Baltard (voir Pierre Pinon, Louis-Pierre et Victor Baltard, op. cit. (note 10), p. 100).

57 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 145.

58 Ibid., vol. III, fo 148.

59 Ibid., vol. III, fo 153.

60 Voir Alain Borie, Pierre Micheloni et Pierre Pinon, Forme et déformation des objets architecturaux et urbains, Paris : Centre d'études et de recherches architecturales, [1re édition 1978], Marseille : Parenthèses, 2006, p. 100.

61 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 154.

62 Émile Prisse d'Avennes, L'Art arabe d'après les monuments du Caire, op. cit. (note 2), p. 109-110. La suite de la citation n'est pas sans intérêt : « Une vieille tradition, renouvelée à chaque monument important, rapporte que, quand l'architecte a fini son édifice, le sultan Haçan lui fit couper la main droite pour qu'il ne pût [sic], désormais tracer d'aussi beaux plans, mais chaque jour, il envoyait un de ses officiers lui porter toutes sortes de présents ».

63 Voir Pierre Pinon, « Architektonische Komposition und das Gebot der Regelmäs-sigkeit von Peruzzi bis Franque », Daidalos, no 15, 1985, p. 57-70.

64 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 191.

65 Ibid., vol. III, fo 156.

66 Ibid., vol. III, fo 176.

67 Ibid., vol. III, fo 113.

68 Ibid., vol. III, fo 159.

69 Un arc aigu est un arc à deux courbes.

70 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 114.

71 Jacques-Guillaume Legrand, Essai sur l'histoire générale de l'architecture, Paris : Soyer, 1809, p. 66. URL : http://books.google.fr/books?id=oq05AAAAcAAJ. Consulté le 14 octobre 2013.

72 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 159.

73 Ibid., vol. III, fo 161.

74 Ibid., vol. III, fo 164-165.

75 Son cours était réputé pour être difficile à suivre par les élèves.

76 Paris, BINHA, ms. 15, vol. III, fo 161.

77 Ibid., vol. III, fo 176.

78 Ibid., vol. III, fo 206-207.

79 Ibid., vol. III, non folioté (Pour mettre à la suite de l'architecture arabe).

80 Louis-Pierre Baltard, Introduction au cours de théorie de l'architecture, Paris : ENSBA, 1831, p. 24-25.

81 Abbé de Lubersac, Discours sur les monumens publics de tous les âges et de tous les peuples connus, Paris : Imprimerie royale, 1775. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6209478t. Consulté le 14 octobre 2013.

82 Antoine Nicolas Dezallier d'Argenville, Vies des fameux architectes depuis la renaissance des arts avec la description de leurs ouvrages, Paris : Jean Debure, 1787 (Discours sur l'architecture et sur ses progrès sous nos rois). URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1081614. Consulté le 14 octobre 2013.

83 Alexandre Lenoir, Musée des monuments français, Paris : Hacquart, 1803, p. 19. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1041229r. Consulté le 14 octobre 2013.

84 Cours donné en juin-juillet 1812 à l'École des beaux-arts (Paris, BENSBA, ms. 807, L, no 34-35). Sur Dufourny et l'architecture médiévale, cf. Pierre Pinon, « Le voyage de Paris à Richelieu de Léon Dufourny », in Emmanuelle Sarrazin (coord.), L'Architecture et la Ville. Mélanges offerts à Bernard Huet, Paris : Éditions du Linteau ; École d'architecture de Paris-Belleville, 2000, p. 175-183.

85 Paris, Bibliothèque de l'Institut de France, ms. 4474.

Auteur

Il est professeur à l’École d’architecture de Paris-Belleville et membre de l’Institut parisien de recherche architecture, urbanistique, société (CNRS). De 2002 à 2008, il a participé au programme de recherche sur l’histoire de l’archéologie à l’INHA. Ses recherches portent sur l’histoire de l’architecture, de la ville et du territoire, aux xviiie et xixe siècles, en France et en Turquie.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search