Version classiqueVersion mobile

Jules Bourgoin (1838-1908)

 | 
Maryse Bideault
, 
Sébastien Chauffour
, 
Estelle Thibault
, 
et al.

Architectures contemporaines. Détails et ornements

Estelle Thibault

Texte intégral

1De novembre 1859 à décembre 1860, la brève formation de Jules Bourgoin en tant qu’élève architecte à l’École des beaux-arts s’effectue dans l’atelier de Simon Claude Constant-Dufeux. Si ses carnets et esquisses relatifs à cette période montrent un intérêt pour les œuvres d’architectes de la génération de son maître, ils privilégient surtout les détails et l’ornementation. Certains édifices parisiens retiennent son attention: notamment la façade de l’École spéciale de dessin et de mathématiques, rue Racine, conçue par Constant-Dufeux, ou de celle de l’École des beaux-arts sur le quai Malaquais, par Félix Duban (1801-1875). Plusieurs dessins évoquent les exercices de composition ornementale développés par Victor-Marie Ruprich-Robert, professeur à l’École spéciale de dessin. L’ensemble témoigne de la sensibilité de Bourgoin aux renouvellements que connaît, dans le contexte architectural du milieu du xixe siècle, la réflexion sur la symbolique ornementale ainsi que sur ses sources, qu’elles soient historiques ou naturelles.

2La médaille conçue par Constant-Dufeux pour la Société centrale des architectes, officiellement fondée en 1843, fait l’objet d’un agrandissement minutieux. Surmontant la devise « le Beau, le Vrai, l’Utile », la figure allégorique de l’Architecture, coiffée d’une couronne de monuments de différentes époques, est entourée par des motifs de fleurs, de fruits et de végétaux (fig. 2.1). Au sein des carnets de Bourgoin, les compositions ornementales de Félix Duban sont relevées attentivement, en particulier l’ensemble réalisé pour la salle des Sept Cheminées au Louvre (1848-1853) dont il reproduit notamment les panneaux décorant l’embrasure des portes, aujourd’hui disparus. Divers détails du plafond, où les motifs végétaux, animaux et figures, fusionnent avec les éléments architectoniques, sont également décrits (fig. 2.2). Une frise de ce plafond sera reproduite dans une planche de la Théorie de l’ornement (1873) consacrée aux « Dispositions récurrentes ».

Fig. 2.1. Jules Bourgoin. Dessin de la médaille de la Société centrale des architectes, s. d.

Fig. 2.1. Jules Bourgoin. Dessin de la médaille de la Société centrale des architectes, s. d.

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Fig. 2.2. Jules Bourgoin. Détail d’ornementation du plafond de la salle des Sept Cheminées au Louvre réalisée par Félix Duban, s. d.

Fig. 2.2. Jules Bourgoin. Détail d’ornementation du plafond de la salle des Sept Cheminées au Louvre réalisée par Félix Duban, s. d.

Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).

Table des illustrations

Titre Fig. 2.1. Jules Bourgoin. Dessin de la médaille de la Société centrale des architectes, s. d.
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/4584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 2.2. Jules Bourgoin. Détail d’ornementation du plafond de la salle des Sept Cheminées au Louvre réalisée par Félix Duban, s. d.
Crédits Paris, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Archives 67).
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/4584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search