Desktop versionMobile Version

Plumes et Pinceaux : Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie

 | 
Anne Lafont

Marie-Camille de G. (? - ?)

Introduction

Amandine Gorse

Volltext

1Les événements qui agitèrent les premiers mois de la monarchie de Juillet créèrent un contexte favorable à l’émergence d’une presse féministe, permettant aux premières journalistes militant en faveur des droits de la femme de trouver dans les colonnes de certains périodiques un lieu de débat où faire valoir leurs points de vue. Ainsi fut publiée, à partir de 1832 et sous la houlette d’un groupe de femmes déterminées à faire respecter leur liberté, La Tribune des femmes, connue auparavant sous le titre de La Femme libre (Mallet 1980, p. 203-212 et Bitoun 2007). Émancipées de la tutelle masculine, ces femmes firent le choix d’utiliser des pseudonymes ou de ne signer que de leur prénom, évitant ainsi toute subordination à un patronyme masculin. Parmi elles se trouvait la journaliste Marie-Camille de G., dont on connaît peu de chose (Harrison, Gaiger et Wood 1998, p. 155). On sait qu’elle prit part à la rédaction de la Tribune des femmes aux côtés de Claire Démar, Marie-Reine Guindorf, Désirée Véret et Suzanne Voilquin, jeunes femmes issues des couches populaires et mues par la doctrine saint-simoniste (Adler 1979 et Riot-Sarcey 2002, p. 27-38). Ce magazine éphémère, si l’on considère la durée de vie moyenne d’un périodique, parut de 1832 à 1834, date à laquelle il fut contraint à la faillite par les mesures répressives du nouveau gouvernement.

2Dans sa critique du Salon de 1834 – le seul écrit qu’on lui connaisse –, Marie-Camille de G. exhortait les artistes à véhiculer les valeurs du saint-simonisme, en particulier l’idée de cohésion sociale (McWilliam 2007, p. 93). Prônant l’égalité entre tous, elle souhaitait voir disparaître la menace d’un système monarchique corrompu et incapable de répondre aux besoins de la population. C’est pourquoi elle choisit de témoigner des drames internes d’une société en proie aux doutes et à la crise en célébrant sur un ton passionné l’expression, le mouvement et la musicalité de la couleur. Elle exalta le pouvoir de la peinture à faire de la misère humaine un sujet du Beau, à la manière de l’art romantique. Marie-Camille de G. élabora alors son texte comme un manifeste politique – le vocabulaire utilisé donne au texte la tonalité d'une harangue –, dans le but d’inscrire les arts dans la doctrine saint-simonienne. Elle convia les artistes à se rassembler dans une morale commune et à créer une œuvre utile à l’Homme. Sous couvert d’une critique de Salon, Marie-Camille de G. livra des commentaires sur la mise en place de la monarchie constitutionnelle et développa sa propre vision du saint-simonisme. Elle défendit le prolétariat face à un gouvernement qu’elle ne cautionnait pas.

Literaturverzeichnis

Adler 1979

Laure Adler, À l’aube du féminisme, les premières journalistes : 1830-1850, Paris, Payot, 1979.

Bitoun 2007

Carole Bitoun, La Révolte au féminin : portraits de femmes exemplaires, Paris, Hugo & Cie, 2007.

Harrison, Gaiger et Wood 1998

Charles Harrison, Jason Gaiger et Paul Wood, Art in theory, 1815-1900: an anthology of changing ideas, Malden, Wiley-Blackwell, 1998.

Mallet 1980

Sylvie Mallet, « Tribune des Femmes : une éducation pour l'indépendance économique », Romantisme, 1980, no 28, p. 203-211.

McWilliam 2007

Neil McWilliam, Rêves de bonheur : l'art social et la gauche française (1830-1850), Dijon, Les Presses du réel, 2007.

Riot-Sarcey 2002

Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, 2002.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search