Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

Les réseaux des entreprises à l’étranger

L’agence-entreprise Perret et l’Afrique du Nord

Perret Frères, architect/contractors in Northern Africa

David Peyceré

Texte intégral

Une structure de conception et de réalisation unique

1L’agence-entreprise Perret frères est, des années 1895 à la fin des années 1950, une structure de production architecturale unique en France. Elle se caractérise par une union hors normes entre une pratique architecturale (qui s’appuie sur l’une des pensées architecturales les plus fortes, originales et cohérentes de son temps en France, celle d’Auguste Perret, 1874-1954) et une pratique d’entrepreneur en béton armé, également parmi les plus innovantes de son époque.

  • 1 Guy Lambert, L’architecte et la figure de l’expert au service de l’État sous la iiie République. Cu (...)

2Que ces deux compétences soient réunies dans des structures dirigées, de façon revendiquée, par un même groupe de personnes – trois frères –, cela heurte le principe de séparation absolue entre architecture et entreprise, fondement du « code Guadet » qui régit la profession d’architecte depuis 18951. Les deux professions sont censées ne jamais se confondre, pour éviter toute dérive commerciale de l’architecture. Mais cela permet aux Perret des expériences constructives uniques et décisives pour les progrès du béton armé en France et dans le monde.

3Or ces expériences, et la coexistence même de ces entités, n’auraient sans doute pas été possibles sans une implantation forte et précoce des Perret hors de l’Hexagone, et tout particulièrement en Afrique du Nord. S’ils n’abordent ni la Tunisie, ni les protectorats français du Proche-Orient, ils ont en revanche des relations très étroites avec l’Algérie, où ils créent une entreprise filiale pour édifier des dizaines de réalisations ; et avec le Maroc, où ils édifient pendant la Première Guerre mondiale plusieurs projets pionniers, qui joueront un rôle important dans la communication de l’agence, dès le début de l’après-guerre, en vue d’applications en France. Les Perret tentent aussi, à plusieurs reprises, de profiter des occasions offertes par la jeune République turque, et construisent aussi quelques immeubles et villas de prestige en Égypte.

  • 2 Données au Conservatoire national des arts et métiers en 1959, elles ont été déposées par celui-ci (...)
  • 3 À travers les deux ouvrages Maurice Culot, David Peyceré, Gilles Ragot (dir.), Les Frères Perret, l (...)

4Riches notamment de 30 000 documents graphiques, leurs magnifiques archives, conservées depuis 1990 au Centre d’archives d’architecture du xxe siècle (Cité de l’architecture et du patrimoine2), sont un témoignage irremplaçable de ces stratégies – expérimentales et promotionnelles – qui incluent cet aller-retour constant entre centre et périphéries, entre métropole et territoires dépendants (protectorat marocain ou départements algériens en particulier). C’est un processus désormais assez bien étudié et connu3.

Les débuts des Perret en France

5Il faut d’abord présenter en quelques mots cette famille et son rayonnement. Auguste (1874-1954), Gustave (1876-1952) et Claude (1880-1960) sont les trois fils d’un entrepreneur de maçonnerie bourguignon que ses prises de position pour la Commune ont contraint à l’exil. C’est ainsi que les trois frères naissent à Bruxelles. La famille regagne Paris en 1880. L’entreprise générale que fonde alors le père prospère rapidement, tandis que les deux aînés font des études d’architecture (très brillantes, surtout pour Auguste) aux Beaux-Arts. Les deux frères se laissent absorber par l’entreprise paternelle – qui devient Perret et fils, puis Perret frères en 1905 – sans avoir passé le diplôme d’architecte. C’est avec une certaine forfanterie qu’Auguste Perret jouera de ce pedigree douteux d’« entrepreneur-devenu-architecte » lorsqu’il lancera sa carrière, dans les années 1910 et au début des années 1920. Pour autant, ils fréquentent dès le début de grands architectes tenants de l’approche structuraliste, dans la lignée de Viollet-le-Duc : ils sont élèves de Julien Guadet, leur père est ami d’Albert Ballu, qu’ils retrouveront en Algérie.

6Leurs premiers édifices parisiens sont une série de propositions novatrices et radicales, parfois dans la forme, surtout dans le concept, toutes basées sur une structure en béton armé. Leur immeuble de la rue Franklin (1903) est encore confié à une autre entreprise de construction en béton, mais c’est bien l’entreprise Perret qui bâtit le garage automobile rue de Ponthieu (1905), puis surtout le théâtre des Champs-Élysées (1911-1913) : ils s’insinuent, en tant qu’architectes, sur ce projet – qu’ils raflent à Henry Van de Velde – après avoir démontré, en tant qu’entrepreneurs, la rationalité économique du béton armé pour son édification.

7Si la riche production des Perret après la guerre – un autre chapitre en soi – n’a pas sa place ici, il faut noter qu’à plusieurs reprises, de 1924 à sa mort, Auguste Perret enseignera et formera des architectes appartenant à plusieurs générations du xxe siècle. Nous allons en croiser certains à Alger. D’autres, comme Henri Tastemain et Éliane Castelnau à Rabat, comme Élie Azagury, Gaston Jaubert, Isaac Lévy ou Louis Riou à Casablanca, transmettront, au Maroc, l’empreinte de Perret à l’architecture de l’après-Seconde Guerre mondiale.

Une décisive excursion marocaine

8L’expérience des Perret au Maroc est brève mais fondatrice. Ils y interviennent de 1913 à 1920, et créent d’emblée une filiale marocaine quand ils reçoivent la commande des grands magasins Paris-Maroc (Hippolyte Delaporte, arch.), pivot commercial du centre de Casablanca. Pour le reste, ce sont surtout des entrepôts (dont leur propre entrepôt de matériaux) qu’ils édifient en périphérie de Casablanca : parmi ceux-ci, les entrepôts Wallut seront longuement célébrés – par les Perret comme par toute la critique du temps – pour leur emploi de voûtes exceptionnellement minces. Les Perret reprendront ces voûtes pour l’église du Raincy en 1923, et souligneront explicitement le lien entre le programme industriel au Maroc et le programme monumental en France.

9Il semble que Perret place de grands espoirs dans le Maroc de Lyautey, au point de déclarer en 1920 que les « villes de demain » doivent être créées dans « des pays neufs », en évidente référence à Casablanca notamment. Mais Perret se concentre alors sur la conquête de Paris, et c’est le moment où l’entreprise achève son activité dans le pays.

Figure 1 : Docks Wallut, Casablanca (1914-1917) : vue des bâtiments en fin de chantier

Figure 1 : Docks Wallut, Casablanca (1914-1917) : vue des bâtiments en fin de chantier

Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012

L’Algérie en deux temps

  • 4 Jean-Paul Cêtre et Franz Graf, « Oran : le chantier de la cathédrale comme leçon structurelle et co (...)

10Ami des Perret (et en premier lieu du père), l’architecte Albert Ballu confie à leur entreprise la construction de plusieurs pavillons de l’Algérie lors d’expositions internationales, de 1889 à 1908. En Algérie même, l’entreprise Perret frères reprend dès 1908 – à l’époque de ses premiers succès d’estime à Paris – le chantier délicat et mal engagé de la coupole de la cathédrale d’Oran, également d’Albert Ballu. La construction de la cathédrale (adjudication en 1902) aurait dû être menée d’emblée par l’entreprise Perret, mais son concurrent Cottancin, auteur d’un brevet de brique armée alors prometteur, avait emporté le chantier in extremis. Son système de murs minces se prêtait cependant mal au contrebutement d’une coupole, et les Perret eurent ainsi l’occasion de tester des solutions basées sur le béton armé et de démontrer la supériorité de leur approche. De ce chantier mouvementé il ressort4 que s’ils avaient remporté le marché dès le début, les Perret auraient eu du béton armé une expérience substantiellement différente. Le premier contact avec le pays s’arrête là, le projet des Perret (en tant qu’architectes) pour le théâtre d’Oran (1902) n’ayant pas été retenu.

Figure 2 : Aménagement de la place du Maréchal Foch, Alger (1935-1941), Jacques Guiauchain et Maurice Rotival arch. : vue de la structure du garage souterrain en fin de chantier (cliché Chevojon)

Figure 2 : Aménagement de la place du Maréchal Foch, Alger (1935-1941), Jacques Guiauchain et Maurice Rotival arch. : vue de la structure du garage souterrain en fin de chantier (cliché Chevojon)

Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012

11Ce n’est qu’en 1930 que les Perret remettent pied, toujours comme entrepreneurs, en Algérie. Jacques Guiauchain, un architecte qu’ils ont dû connaître aux Beaux-Arts et qui s’est installé à Alger, incite Auguste Perret à lui envoyer des élèves : ceux-ci, Denis Honegger et Pierre Forestier, puis Michel Luyckx, seront un lien constant entre l’agence-entreprise et le territoire algérien jusqu’à la guerre. Tous ces architectes, et surtout Guiauchain, permettront à l’entreprise de remporter de nombreux concours, appels d’offres ou marchés de gré à gré, tandis que l’agence d’architecture, à son tour, se lance dans des projets à Alger, ou ailleurs dans le pays. Perret frères ouvre en 1934 une succursale à Alger, dirigée depuis Paris par Claude, le plus jeune des trois frères, qui deviendra la société Perret frères Algérie en 1948. Bien après la mort des frères Perret, juste avant d’être rapatriée en France, elle réalise un dernier coup d’éclat en construisant les paraboloïdes hyperboliques de la basilique du Sacré-Cœur d'Alger, achevée en 1963 (Paul Herbé et Jean Le Couteur arch., René Sarger ing.). Ce sont au total des dizaines d’interventions que l’agence-entreprise effectue, essentiellement dans ou autour d’Alger, et parfois très importantes : s’en détachent notamment, exactement contemporains, l’immeuble du Gouvernement général d’Algérie (Jacques Guiauchain arch., 1929-1934) ou la Maison de l’agriculture (Jacques Guiauchain arch., 1929-1934), ainsi que des édifices dont les Perret sont également architectes, comme l’hôpital Barbier-Hugo (1936-1955) ou un immeuble de studios rue Desfontaines (1939-1948). Leur aménagement souterrain et terrassé de l’esplanade du Forum (place du Maréchal-Foch) devant le Gouvernement général (1937-1938) est aussi un jalon important de l’architecture de l’époque.

Figure 3 : Aménagement de la place du Maréchal-Foch, Alger (1935-1941), Jacques Guiauchain et Maurice Rotival arch. : perspective sur la place

Figure 3 : Aménagement de la place du Maréchal-Foch, Alger (1935-1941), Jacques Guiauchain et Maurice Rotival arch. : perspective sur la place

Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012

Figure 4 : Cathédrale du Sacré-Coeur, Oran (1908-1912), Albert Ballu arch. ; P. Cottancin ing. ; Perret entr. : vue perspective sur l’ossature du choeur au-dessus du transept

Figure 4 : Cathédrale du Sacré-Coeur, Oran (1908-1912), Albert Ballu arch. ; P. Cottancin ing. ; Perret entr. : vue perspective sur l’ossature du choeur au-dessus du transept

Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012

12Les archives contiennent une correspondance suivie et serrée entre la filiale algérienne et l’entreprise parisienne, qui révèle le détail des stratégies tentées pour s’imposer sur un marché de la construction très actif. Dès la fin de la guerre, alors que les frères Perret, à plus de 70 ans, s’attaquent au grand chantier de la reconstruction du Havre, leur présence à Alger est mise en question : la concurrence paraît forte et l’entreprise s’engage moins. La filiale restera cependant présente jusqu’à l’indépendance, dirigée par Antoine Perret, le fils de Claude.

L’Égypte et la Turquie, une expansion esquissée

  • 5 Pour une présentation fine de ces réseaux et une argumentation sur les emprunts de Perret à l’Égypt (...)

13Si l’entreprise ne construit pas en Égypte, l’architecte Auguste Perret y édifie plusieurs résidences au Caire et à Alexandrie, pour deux réseaux issus de deux commanditaires principaux, Gustave Aghion et Élias Awad bey5. Perret rêve aussi de projets monumentaux (dont un couvent dominicain) qui n’aboutissent pas. Deux des « signatures » de son style des années trente seraient inspirées de motifs égyptiens, le claustra triangulaire (ce qui paraît faux) et la colonne tronconique utilisée au musée des Travaux publics en 1936, que Perret lui-même fait remonter à son voyage en Égypte en 1927.

Figure 5 : Grand Théâtre, Istanbul (1939-1940) : perspective sur les façades ouest et sud

Figure 5 : Grand Théâtre, Istanbul (1939-1940) : perspective sur les façades ouest et sud

Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012

Figure 6 : Couvent de la mission dominicaine, Le Caire (1930-1932) : croquis en plan, élévations, perspective

Figure 6 : Couvent de la mission dominicaine, Le Caire (1930-1932) : croquis en plan, élévations, perspective

Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012

  • 6 İzik Aydemir, « Turquie », Encyclopédie Perret, op. cit., p. 367-368.

14Enfin, les relations de Perret avec Istanbul6 sont autant d’occasions ratées, sauf tout au début pour l’entreprise, qui construit des projets de Paul Chedanne pour l’ambassade de France (ce qui vaut à Auguste Perret deux séjours à Istanbul, en 1908 et 1910). Par la suite, juste avant la Seconde Guerre mondiale, Perret est invité par Henri Prost à projeter deux théâtres majeurs autour de la place Taksim, qui auront une histoire très décevante, et propose un projet non retenu pour le mausolée de Mustafa Kemal Atatürk en 1942. Pour autant, le rayonnement de Perret en Turquie existe à l’époque, et passe beaucoup plus par des architectes turcs qui étudient ou font des stages chez Perret.

15Il faut souligner que, si l’influence internationale de Perret – notamment dans le monde méditerranéen – est beaucoup plus large, grâce en particulier à son enseignement, ces quatre scènes nationales sont les seules sur lesquelles l’agence ou l’entreprise interviennent concrètement.

Figure 7 : Villa Élias Awad bey, Le Caire (1930-1938) : élévation est sur le Nil

Figure 7 : Villa Élias Awad bey, Le Caire (1930-1938) : élévation est sur le Nil

Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012

Notes

1 Guy Lambert, L’architecte et la figure de l’expert au service de l’État sous la iiie République. Cultures et stratégies professionnelles. Autour de Paul Guadet (1873-1931), thèse de doctorat, François Loyer (dir.), Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, juillet 2007, 2 vol., 745 p.

2 Données au Conservatoire national des arts et métiers en 1959, elles ont été déposées par celui-ci aux Archives nationales en 1989, puis par celles-ci, très peu de temps après, au Centre d’archives d’architecture du xxe siècle, alors dépendant de l’Institut français d’architecture. Elles y sont consultables. On peut lire leur inventaire, et voir un large choix d’images issues du fonds, sur la base de données en ligne Archiwebture. https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_PERAU/inventaire

3 À travers les deux ouvrages Maurice Culot, David Peyceré, Gilles Ragot (dir.), Les Frères Perret, l’œuvre complet, Paris : Norma, 2000 ; et Joseph Abram, Jean-Louis Cohen et Guy Lambert (dir.), Encyclopédie Perret, Paris : Éd. du Patrimoine/Le Moniteur, 2002. Lire dans ce dernier ouvrage les articles de Guy Lambert, Jean-Louis Cohen et Franz Graf (section « Agence-entreprise », p. 47-67, et notamment « Algérie », p. 55-59, « Cathédrale d’Oran », p. 75-87 ; « Maroc », p. 356).

4 Jean-Paul Cêtre et Franz Graf, « Oran : le chantier de la cathédrale comme leçon structurelle et commerciale », Encyclopédie Perret, op. cit., p. 76.

5 Pour une présentation fine de ces réseaux et une argumentation sur les emprunts de Perret à l’Égypte, voir l’article « Égypte » de Mercedes Volait dans Encyclopédie Perret, op. cit., p. 357-360.

6 İzik Aydemir, « Turquie », Encyclopédie Perret, op. cit., p. 367-368.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Docks Wallut, Casablanca (1914-1917) : vue des bâtiments en fin de chantier
Légende Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Figure 2 : Aménagement de la place du Maréchal Foch, Alger (1935-1941), Jacques Guiauchain et Maurice Rotival arch. : vue de la structure du garage souterrain en fin de chantier (cliché Chevojon)
Crédits Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre Figure 3 : Aménagement de la place du Maréchal-Foch, Alger (1935-1941), Jacques Guiauchain et Maurice Rotival arch. : perspective sur la place
Crédits Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12849/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Figure 4 : Cathédrale du Sacré-Coeur, Oran (1908-1912), Albert Ballu arch. ; P. Cottancin ing. ; Perret entr. : vue perspective sur l’ossature du choeur au-dessus du transept
Crédits Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12849/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Figure 5 : Grand Théâtre, Istanbul (1939-1940) : perspective sur les façades ouest et sud
Crédits Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12849/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre Figure 6 : Couvent de la mission dominicaine, Le Caire (1930-1932) : croquis en plan, élévations, perspective
Crédits Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12849/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Figure 7 : Villa Élias Awad bey, Le Caire (1930-1938) : élévation est sur le Nil
Crédits Source : Fonds Perret. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/Auguste Perret/ufse/saif/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12849/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 621k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search