Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

Annexes : Aperçu des fonds

Les archives des entreprises du secteur de la construction en France : un état des lieux

The archives of French construction companies

Dominique Barjot

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Dominique Barjot, La Grande entreprise française de travaux publics (1883-1974), P (...)

1Les entreprises françaises du bâtiment et des travaux publics constituent l’un des grands secteurs d’activité de l’économie française : en 2007, par exemple, leur chiffre d’affaires s’élevait à 201,2 milliards d’euros (dont 70% pour le bâtiment et 30% pour les travaux publics)1. Il s’agit en outre d’un secteur relativement exportateur (12,8% du chiffre d’affaires total), mais pour l’essentiel dans les travaux publics (33,8% du chiffre d’affaires total) plutôt que dans le bâtiment (3,2%). Cette importance se retrouve à l’échelle européenne. Le bpt français se situe à la troisième place en Europe derrière l’Allemagne et l’Espagne. Il se caractérise aussi par un haut niveau de concentration. Dominent un très petit nombre de très grands groupes, à savoir Vinci, Bouygues, Eiffage et, loin derrière, Spie, Fayat et Spie Batignolles. Les deux premiers font figure de leaders européens, devant acs Dragados, groupe espagnol, Hochtief, groupe allemand dont acs Dragados détient désormais une partie du capital, et Skanska, groupe suédois.

2Historiquement, et cela se retrouve dans l’inégale insertion internationale soulignée plus haut, le btp français a été dominé par les entreprises de travaux publics : ce que l’on observe pour les entreprises se retrouve d’ailleurs du côté des administrations, puisque le ministère des Travaux publics, notamment son administration des Ponts et Chaussées, a produit beaucoup plus d’archives historiques que celui de la Reconstruction, du Logement et de l’Urbanisme. La spectaculaire ascension de Bouygues, depuis 1950, constitue une exception.

3Ces caractéristiques du bâtiment et des travaux publics français expliquent pourquoi la plus grande partie des archives d’entreprises sont aujourd’hui accessibles dans les fonds publics ou, plus sûrement encore, dans ceux des grands groupes. Par le jeu des prises de contrôle et de participation, des fusions et des absorptions, ceux-ci ont fait entrer dans leur orbite nombre d’entreprises moyennes ou moyennes/grandes dont l’histoire mérite à l’évidence l’intérêt des chercheurs. Il est ainsi possible de couvrir l’essentiel des spécialités techniques qui constituent la branche travaux publics (grands ouvrages de génie civil, terrassements généraux, travaux d’étanchéité et de fondations spéciales, constructions métalliques, travaux routiers et d’aéroports, travaux ferroviaires, travaux maritimes et fluviaux, installation de réseaux de transport et de télécommunications, travaux d’adduction d’eau et d’assainissement, etc.), mais aussi les grands métiers du bâtiment (gros œuvre et second œuvre).

4Du point de vue des archives d’entreprises, c’est le groupe Vinci qui constitue l’ensemble le plus riche. Ses deux principaux concurrents nationaux, Bouygues et Eiffage, offrent aussi de vastes, mais inégales perspectives aux chercheurs. Cependant, il existe de nombreux fonds d’importance variée et d’accessibilité plus ou moins facile, qui peuvent être exploités pour des travaux scientifiques.

Un leader historique : Vinci

  • 2 Dominique Barjot, La trace des bâtisseurs : histoire du Groupe Vinci, Paris : Vinci, 2003, 623 p.

5Dirigé aujourd’hui par Xavier Huillard, le groupe Vinci mise sur l’histoire, comme l’indique son site internet et la publication, en 2003, d’un important ouvrage publié à l’occasion du centenaire du groupe : la Société générale d’entreprises naît en 1908, mais c’est en 1899 qu’a été fondée la société en nom collectif Giros et Loucheur, dont elle est issue2. Cet ouvrage a été le fruit d’un immense travail de dépouillement d’archives. Préparés par une vaste thèse de doctorat d’État, elle-même reprise dans un ouvrage récent, ces dépouillements ont été menés par une équipe réunie autour de Dominique Barjot, grâce à laquelle il a été possible de couvrir l’ensemble des métiers où intervient le groupe.

Cinq entités fondatrices

6Vinci est né en effet de la fusion entre cinq entités majeures. La première est la Société générale d’entreprises, fondée par deux polytechniciens, Alexandre Giros (1870-1937) et Louis Loucheur (1872-1931). Après le départ en 1916 de Louis Loucheur pour de hautes fonctions ministérielles (secrétaire d’État à l’Artillerie et aux munitions, puis ministre de l’Armement), Alexandre Giros dirige l’entreprise avec un staff de managers et avec ses gendres, dont Jean Matheron, pdg de 1945 à 1971, mais aussi du groupe belge sofina resté au capital de l’entreprise jusqu’en 1963. En 1966, la sge passe dans l’orbite de le Compagnie générale d’électricité, puis, en 1983, de Saint-Gobain, et enfin, en 1988, de la Générale des Eaux. sge se libère de cette tutelle en 2000 à l’occasion de sa fusion avec le groupe gtm. La sge dispose d’un remarquable fonds d’archives, que la compétence des hommes de Saint-Gobain notamment, a permis de préserver jusqu’à nos jours. Il est particulièrement riche sur les travaux d’électrification ou les grands ouvrages de génie civil.

7Le passage de sge au sein du groupe Saint-Gobain s’est traduit par la fusion, en 1986, de sge-btp, principale filiale de sge, avec Sobea, qui regroupe l’ensemble des activités bâtiments-travaux publics de Saint-Gobain. De toutes, la plus importante est Eau et Assainissement (ou Société d’Eau et Assainissement, socea), fondée en 1918, et dont le groupe Vinci a repris les archives. Elles offrent des possibilités certaines pour l’étude des travaux d’adduction d’eau et d’assainissement tant en France qu’outre-mer ou à l’étranger, directement ou à travers les filiales (socoman, Compagnie française des conduites d’eau). De la fusion précitée naît sogea, l’une des composantes essentielles de l’actuel Vinci Construction.

8Une autre de ces composantes est Campenon Bernard, avec qui sge fusionne en 1988. Fondée en 1920 par Edme Campenon (1872-1962), homme d’affaires atypique, la société doit son succès à son association avec Eugène Freyssinet (1879-1962). Elle forme de remarquables ingénieurs, dont Jean Muller (né en 1925). Campenon Bernard s’impose ainsi comme un leader mondial de la précontrainte des bétons et un acteur majeur du progrès technique en matière de construction des ponts. Les archives de cette société apparaissent donc d’un intérêt historique majeur.

9En 2000, sge fusionne avec Groupe gtm pour donner naissance à Vinci. Or les Grands Travaux de Marseille (gtm) ont disputé à sge, depuis le début du xxe siècle, le leadership en matière de travaux publics. Fondé en 1891, en vue d’assainir le port de Marseille, les gtm se sont imposés ensuite, grâce à Charles Rebuffel (1861-1942), dans les travaux d’aménagement hydroélectrique et le génie civil portuaire. Ils ont constitué autour d’eux un puissant groupe, très engagé dans l’Empire colonial. Ils ont su s’en désengager après la Seconde Guerre mondiale, notamment sous l’impulsion de René Gonon (1906-2001), pour s’orienter avec succès vers le parapétrolier (etpm, puis fusion en 1982 avec Entrepose) et vers la précontrainte des bétons. Cette histoire peut être analysée à travers des archives réduites, mais d’un grand intérêt.

10Entre 1985 et 1990, les gtm sont progressivement passés sous le contrôle de Dumez, l’un de leurs principaux concurrents. Née en 1890, fondée par Alexandre Dumez (1864-1932), cette société s’est beaucoup développée après 1945 sous l’impulsion des frères Pierre (1901-1970) et André (1903-1998) Chaufour. Elle s’est imposée comme le premier exportateur français de travaux publics et l’un des leaders mondiaux en matière de grands barrages. Puis, en 1990, la famille fondatrice se retire au profit de la Lyonnaise des Eaux. L’incidence de ce retrait n’est pas neutre d’un point de vue archivistique : l’histoire de Dumez demeure ainsi plus difficile à faire que celle des quatre autres entités fondatrices. Un appel à la documentation familiale s’impose donc.

Une vaste palette de métiers

11Le groupe Vinci ne peut se ramener à ces seules entités. Les archives du groupe recèlent bien d’autres richesses, à travers ses différents métiers. Un premier domaine concerne le béton et les travaux spéciaux, grâce aux archives de stup-Freyssinet, fondée en 1943 par E. Freyssinet et leader mondial en matière de précontrainte, de Sainrapt et Brice et, plus récemment, de Solétanche-Bachy, spécialiste mondialement connu des travaux et fondations spéciales, ou d’Entrepose Contracting. Les travaux publics ne sont pas moins riches en archives d’un grand intérêt. On y trouve les travaux de canalisation avec capag cetra, l’entreprise de Louis Ducatel (1902-1999), mais aussi celles d’entreprises de travaux fluviaux et maritimes (entreprises Morillon Corvol et Courbot, Dodin, Caroni) ou de terrassements (Ruvenhorst et Humbert, Deschiron, Chantiers modernes). Ces travaux publics offrent des perspectives très riches en ce qui concerne l’étranger, grâce aux archives de cfe (Compagnie d’entreprises cfe, leader historique en Belgique) et de sa filiale Dredging International (ex Ackermans & Van Haaren), héritées de Dumez, ainsi que de celles de Taylor Woodrow, l’un des cinq majors britanniques, racheté par Vinci en 2008.

12Le groupe Vinci recèle aussi, dans ses archives, de quoi renouveler l’histoire du bâtiment, moins étudiée que celle des travaux publics. En effet, les cinq composantes signalées plus haut ont toutes eu des filiales de bâtiment : sge avec sicra et Thinet ; sobea avec Balency-Béarn et Grands travaux en béton armé ; Campenon Bernard avec Froment Clavier, bateg ; Oger, Génie civil de Lens et, surtout, cbc, devenue un temps le concurrent de sge elle-même ; Grands Travaux de Marseille, avec ute (Union technique d’entreprises), Grands Travaux du Midi et Petit. Les archives correspondantes permettent notamment l’étude de l’industrialisation lourde du bâtiment. Une dimension étrangère peut en être donnée par Norwest Holst, autre filiale britannique de Vinci. Les archives d’Eurovia présentent un égal intérêt. En effet, le groupe Vinci a fusionné en son sein les filiales routières de sge (Cochery, Bourdin et Chaussé), de Campenon Bernard (Vialit et Viasphalte, puis Viafrance) et de gtm (Entreprises Jean Lefebvre avec ses filiales Reveto et Salviam-Brun). L’histoire de la route moderne est ainsi possible.

13sge et gtm se sont illustrées dans l’électricité. Il n’est donc guère surprenant que l’installation électrique et le second œuvre du bâtiment puissent constituer un point fort des archives. sge s’est trouvée à l’origine de la constitution en 1971 de cgee-Alsthom, devenue par la suite cegelec et née de la fusion entre son propre service électrique, celui d’Alsthom et, surtout, celui de la Compagnie générale d’électricité (cgee). Or, en 2009, cegelec a réintégré le groupe Vinci, y rejoignant Vinci Énergies. Cette dernière société associe les activités électriques et de réseaux de l’ex gtie, filiale apportée par la Générale des Eaux, et celles de génie climatique de ce même groupe. Au premier ensemble appartiennent des sociétés aussi intéressantes, d’un point de vue historique, que Mors, Jean et Bouchon, Clémançon, Garczynski Traploir, Saunier Duval ou Santerne. Du second relèvent Tunzini et Améliorair en France, Wanner et ses filiales en Suisse, Nickel en Allemagne ou tms au Royaume-Uni. Enfin, Vinci constitue une entrée privilégiée vers la gestion des utilities (transports, grands ouvrages publics). En effet, avant 1946, sge a été la société mère de l’un des plus grands groupes français d’électricité, tandis que gtm a été l’initiatrice en France des concessions de parkings (Parcs gtm) avec sogeparc (société rachetée par sge en 1999). Tout en s’imposant comme un leader européen en matière de parkings (Vinci Park) et d’autoroutes (Cofiroute, asf, Acoba), Vinci a conquis aussi des positions très fortes dans la gestion des aéroports et, surtout, des grands ouvrages (Stade de France, ponts sur le Tage, sur la Severn ou pont de Rion-Antirion en Grèce). L’on comprend l’immense richesse des fonds d’archives du groupe Vinci, réellement incontournable.

Deux concurrents majeurs : Bouygues et Eiffage

14Face à Vinci se dressent en Europe deux importants concurrents français : Bouygues et Eiffage. Leur intérêt historique paraît non moins considérable.

Bouygues : un groupe de construction et de communication

  • 3 Voir Dominique Barjot, Bouygues. Les ressorts d’un destin entrepreneurial, Paris, Economica, 2013, (...)

15Créé par Francis Bouygues (1922-1993), Bouygues est le groupe le plus difficile d’accès, sans doute parce qu’il reste aux mains d’une famille souvent critiquée ou attaquée3. En même temps, il semble moins centré que Vinci sur la construction et les utilities. Dès l’origine, le groupe a associé la promotion immobilière à la construction elle-même : Bouygues Immobilier, par son efficacité technique et financière, offre même un archétype en matière d’action commerciale. De même, le groupe s’est intéressé à l’eau, avec le contrôle de saur, numéro trois français, de 1984 à 2003, à la télévision, avec le rachat de TF1 en 1981, à la téléphonie mobile (Bouygues Telecom) et même à l’industrie (30,8% du capital d’Alstom depuis 2006). Néanmoins, la construction représente la plus grande part (73,6% en 2010).

16Si l’on met à part l’immobilier, dont l’histoire en France ne peut être faite sans Bouygues, les archives se ventilent entre deux ensembles : Bouygues Construction (29,6% du chiffre d’affaires en 2010) et Colas (37,4%). À travers le premier peut être reconstituée l’histoire des débuts du groupe, demeuré, jusqu’en 1986, avant tout un groupe de construction. L’entreprise Bouygues a été fondée au 1er janvier 1952 et a connu ensuite, grâce au bâtiment d’abord, puis, à partir de la fin des années 1960, aux travaux publics, une expansion sans égale en Europe. Le groupe Bouygues s’est développé par croissance interne, mais aussi par croissance externe, avec le rachat de Quille, en 1965, la reprise, en 1973-1974, de la Compagnie française d’entreprises, un géant du secteur des travaux publics alors en dépôt de bilan, puis l’intégration en 1986 de Dragages tp, très fortement implantée en Asie et en Océanie (Hong-Kong, Singapour, Thaïlande, Malaisie, Australie, Nouvelle-Zélande) et historiquement d’un immense intérêt (grâce à ses filiales, Entreprises de grands travaux hydrauliques, Régie générale des chemins de fer, Études et entreprises). Sont venues s’y ajouter ensuite, en 1990, Losinger et vsl, deux entreprises suisses mondialement réputées dont la seconde est le principal concurrent mondial de stup-Freyssinet International. De Bouygues Construction a dépendu, de 1975 à 2001, Bouygues Offshore, à travers qui l’on peut retracer l’histoire du parapétrolier français (reprise d’Amrep, leader français en 1984). S’y trouve toujours rattachée etde, entreprise d’installation électrique assez compétitive.

17Colas reste, de toutes les entités de Bouygues, la plus ouverte au chercheur. Or cette entreprise est de toutes la plus importante pour l’histoire des travaux routiers en Europe et en Amérique du Nord. Fondée en 1929 par Royal Dutch Shell et sge, elle s’est vite libérée de la tutelle de la seconde, avant de passer, entre 1958 et 1983, sous le contrôle du groupe Raveau-Cartier. Dès cette époque la société connaît une croissance rapide tant interne qu’externe (fusion en 1980 avec la Société des grands travaux de l’Est). Rachetée en 1983 par screg, elle-même (avec sa filiale Dragages tp) acquise par Bouygues en 1986, Colas s’impose au sein de ce groupe comme la filiale la plus rentable. Des restructurations successives aboutissant à l’intégration en son sein, en 1996 et 1998, de sacer et screg Routes, deux des plus importantes entreprises routières françaises, puis à sa diversification vers les travaux ferroviaires (rachat de Desquenne et Giral, puis de spie Rail). Elle se caractérise notamment par l’excellence de ses archives techniques.

Eiffage : une culture de l’indépendance

  • 4 Dominique Barjot, Fougerolle. Deux siècles de savoir-faire, Paris : Éditions du Lys, 1992, 288 p. ; (...)

18Eiffage se situe aujourd’hui au cinquième rang européen des groupes de btp4. Comme Vinci, il se caractérise par son attachement à une histoire longue (voir son site internet). Il le doit pour beaucoup à l’intérêt personnel pour l’histoire de son président fondateur, Jean-François Roverato. Ce groupe est né de la fusion en 1992 de Fougerolle et de la Société auxiliaire d’entreprises (sae), deux entreprises dont les archives se caractérisent par leur haut intérêt historique : la première pour l’histoire du génie civil, notamment à travers la saga des frères Fougerolle, puis la relance opérée par Paribas, à partir du milieu des années 1960, la seconde, par sa reconversion réussie des travaux publics au bâtiment à l’époque des trente glorieuses, puis par sa percée internationale.

19Le groupe Eiffage présente une double originalité. La première réside dans le fait que, par deux fois, le groupe a recouru au rachat d’entreprises par les salariés pour préserver son indépendance : en 1991, chez Fougerolle, face à la Générale des Eaux ; en 1992-1993, au moment du rachat de sae. La seconde tient à la variété des métiers qui caractérisent ce groupe. Il s’est imposé comme le leader français, sinon européen, de la charpente métallique. L’on peut ainsi en reconstituer l’histoire à travers ses archives : l’actuelle entreprise Eiffage Constructions métalliques est issue de la fusion au sein de la Compagnie française d’entreprises métalliques (ex-filiale de cfe) de Moisant, Laurent et Savey, des Établissements Daydé, Baudet, Donon et Roussel, d’Eiffel (voir les Archives nationales du monde du travail à Roubaix et le fonds du musée d’Orsay), de la Société de Paris-Argenteuil (ex Établissements Joly), de la Société des ponts et travaux en fer (ex Établissements Joret), et de la société Schwartz-Hautmont.

20Eiffage détient des fonds intéressants concernant l’histoire du béton armé : Entreprises Limousin, établissements Fourré et Rhodes, Société nouvelle de constructions et de travaux (snct), et Travaux hydrauliques d’entreprises générales (theg). Il en va de même, avec plus de lacunes, du bâtiment. Aux filiales de sae (Camus, Dumont et Besson, Labalette, Schwartz-Hautmont), s’ajoutent celle de Quillery qui a rejoint ce groupe en 1985 (Cogetravoc et Société nationale de construction) et de Fougerolle même (Fougerolle Construction, snct, puis l’Avenir, plus importante coopérative ouvrière de production du secteur du bâtiment). Le groupe n’est pas moins riche dans le domaine des travaux publics, du côté de sae (Stribick, Castells frères et surtout André Borie) comme de Fougerolle (Delens et, surtout, Ballot, incontournable pour l’histoire des barrages).

21Eiffage, aujourd’hui encore, pèse beaucoup dans le secteur routier, notamment en matière d’innovation technique. Le groupe a beaucoup contribué à la construction des chaussées en béton (Soliditit Français puis sofra-tp, Gailledrat), en goudron (Lassailly et Bichebois) et en bitume (Société chimique et routière, Gerland), notamment sur les autoroutes (Beugnet). De même, le groupe a été très actif en matière de l’électricité (Forclum, Clémessy) et le devient s’agissant des concessions (viaduc de Millau, parkings, maintenant Autoroutes Paris Rhin Rhône).

Autres fonds : variété, mais inégale valeur

22Au sein du btp français, il existe d’autres groupes intéressants du point de vue historique et, parfois, archivistique. Tel est le cas de spie et des sociétés issues de son groupe.

spie : un héritage historique majeur

  • 5 Jean Monville et Xavier Bezançon, Naître et renaître. Une histoire de spie, Paris : Michel de Maule (...)

23Aujourd’hui, spie n’est plus qu’un groupe d’installation électrique et de réseaux, plutôt tourné vers les process industriels ou de transports et vers le second œuvre5. Cela n’a pas toujours été le cas. spie d’aujourd’hui hérite de spie Batignolles. Cette grande entreprise, qui fut un temps, dans les années 1970, le leader français du btp, naît en 1968 de la fusion de la Société de construction des Batignolles (fonds majeur des Archives nationales du monde du travail à Roubaix), fondée en 1846 par Ernest Goüin (1815-1885), et de sa maison-mère, depuis 1953, la Société parisienne pour l’industrie électrique. En 1972, spie Batignolles absorbe la Compagnie industrielle de travaux (citra), filiale travaux publics du groupe Schneider. Les archives sont conservées au siège de spie. spie Batignolles a attiré dans son orbite de nombreuses et intéressantes sociétés : Truchetet et Tansini dans les travaux publics ; spie dans l’ingénierie ; Coignet dans le bâtiment et le génie civil ; Trindel et ceemtp dans l’installation électrique ; Drouard et Comstock (États-Unis) dans les travaux ferroviaires.

Autres fonds concernant le btp

  • 6 Arnaud Berthonnet, Chagnaud Construction. Histoire et renaissance d’un grand bâtisseur, Paris : Ins (...)

24Un certain nombre de petites et moyennes entreprises conservent encore leurs archives propres, à l’instar de la maison Chagnaud, groupe demeuré indépendant jusqu’à nos jours et dont les archives apparaissent complètes6. Sous l’impulsion de Léon Chagnaud (1860-1930), la maison Chagnaud a joué un rôle majeur dans les travaux souterrains (première traversée du métro sous la Seine entre Châtelet et Saint-Michel) et dans la réalisation des grands tunnels (du Lötschberg, du Rove), avant de lancer l’ère des grands barrages (Éguzon-sur-Creuse). Elle est notamment très active en Algérie (grands barrages en enrochements du Ghrib et de Bou Hanifia, port de Mostaganem) et a réalisé en France métropolitaine de très grands chantiers (coupure du Rhône à Génissiat, centrale de Donzère-Mondragon, barrage de Grandval).

25Dans les archives départementales, l’on trouverait aussi quelques fonds intéressants, ainsi l’entreprise Pascal à Grenoble ou, aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, celles du cabinet Caquot, Pelnard et Considère. Dans les années récentes s’est constitué autour de la famille Fayat un véritable groupe de btp, aujourd’hui au quatrième rang français du btp. Il réunit des entités intéressantes ressortissant tantôt aux constructions métalliques (Castel et Fromaget, Joseph Paris), au compactage (Rincheval et, en Allemagne, Bomag), aux fondations (Franki Fondations, archives très riches en Belgique), et au terrassement (Bec Frères, Razel, qui fut le numéro un européen des années 1970 aux années 1990).

Intérêt des archives des grands groupes concessionnaires de service public

  • 7 Dominique Barjot, « Public utilities and private initiative. The French concession model in histori (...)

26Enfin, un certain nombre d’archives pourraient être trouvées au sein des grands groupes concessionnaires de services publics7. gdf-Suez est issu pour partie de la Lyonnaise des Eaux. Or, dans le giron de celle-ci se trouvent Ineo et Ondeo. La première de ces sociétés résulte d’une fusion entre les groupes gtme (ex-filiale de gtm), Entreprise Industrielle, émanation de l’ancien groupe Durand nationalisé en 1946, spécialisée dans l’installation électrique (gros œuvre et à travers sa filiale Verger Delporte, second œuvre). Cette entreprise a aussi hérité, à travers gtme, de l’installation électrique. Ondeo n’est que le nom nouveau donné à la société Degrémont, leader mondial de l’ingénierie hydraulique. Quant à Véolia Environnement (ex Générale des Eaux), elle offre, avec la sade et les Tuyaux Bonna, des sources remarquables pour l’histoire de l’hydraulique en France.

27En définitive, sans qu’il puisse être possible de parler d’exhaustivité, il est clair qu’existent en France de très nombreuses archives d’entreprises de construction. Le problème en est l’accès souvent difficile, car l’absence de classement et de localisation adéquate, le recours fréquent à des prestataires privés comme le caractère familial de certaines archives constituent souvent un obstacle. L’expérience des archives du groupe Hersent incite à relire Le Petit Prince et plus particulièrement l’épisode du renard : l’accès aux archives requiert souvent une longue approche. Enfin l’on n’oubliera pas l’intérêt, notamment pour l’histoire des techniques, des archives des groupes de matériaux de constructions (Saint-Gobain ou Lafarge par exemple).

Notes

1 Voir notamment : Dominique Barjot, La Grande entreprise française de travaux publics (1883-1974), Paris : Economica, 2006, 944 p. ; Travaux publics de France. Un siècle d'entrepreneurs et d'entreprises, Paris : Presses de l'École des Ponts et Chaussées, 1993, 288 p. ; avec Jacques Dureuil (dir.), 150 ans de génie civil : une histoire de centraliens, Paris : pups, 2008, 270 p.

2 Dominique Barjot, La trace des bâtisseurs : histoire du Groupe Vinci, Paris : Vinci, 2003, 623 p.

3 Voir Dominique Barjot, Bouygues. Les ressorts d’un destin entrepreneurial, Paris, Economica, 2013, 384 p. Voir aussi : Dominique Barjot, « L’ascension d’un entrepreneur : Francis Bouygues (1952-1989) », Vingtième siècle : Revue d’histoire, n°35, juil.-sept. 1992, p. 42-59. https://www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1992_num_35_1_2564

4 Dominique Barjot, Fougerolle. Deux siècles de savoir-faire, Paris : Éditions du Lys, 1992, 288 p. ; Pierre Jambard, Un constructeur de la France du xxe siècle. La Société Auxiliaire d’Entreprises (sae) et la naissance de la grande entreprise française de bâtiment (1924-1974), Rennes : Presses universitaires de Rennes (pur), 2008, 344 p.

5 Jean Monville et Xavier Bezançon, Naître et renaître. Une histoire de spie, Paris : Michel de Maule, 2010, 344 p. Voir aussi : Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles. Des origines à la Première Guerre Mondiale, Paris : pups, 2005, 542 p. ; Anne Burnel, La Société de construction des Batignolles de 1914 à 1939. Histoire d’un déclin, Genève/Paris : Droz, 1995, 366 p.

6 Arnaud Berthonnet, Chagnaud Construction. Histoire et renaissance d’un grand bâtisseur, Paris : Insiglo, 2007, 392 p.

7 Dominique Barjot, « Public utilities and private initiative. The French concession model in historical perspective », Business History, 53, n°5, août 2011, p. 782-800.

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search