Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

Annexes : Aperçu des fonds

Les archives de la Société égyptienne des phosphates

The Fosfati archives

Antonella Cabassi

Texte intégral

Figure 1 : Bureau de la direction de la Société égyptienne des phosphates à Kosseir, vers 1935

Figure 1 : Bureau de la direction de la Société égyptienne des phosphates à Kosseir, vers 1935

Source : Archives Pellegrini, Belluno

1Les archives de la Société égyptienne des phosphates ne sont pas rassemblées et ne l’ont jamais été en raison des changements continuels survenus dans l’organisation de l’entreprise. Chaque administration ayant produit ses propres archives, les ensembles ont rarement été classés et inventoriés.

2La recherche menée jusqu’à présent a permis d’identifier les divers sièges administratifs conservant encore une riche documentation. Il s’agit, en majorité, de séries conservées par les directions administratives de la Société des phosphates aujourd’hui dispersées entre l’Italie et l’Égypte. Il existe également des archives professionnelles et personnelles des protagonistes (dirigeants, chefs de projet ou autres) et des fonds spécifiques conservés par les archives des organismes, institutions et services qui fournissaient les divers permis.

  • 1 L’IRI fut fondé le 24 janvier 1933 comme institution publique temporaire, afin de faire face à la t (...)

3Les archives administratives de la Società egiziana per estrazione & commercio fosfati font partie des archives historiques du Banco di Roma et sont conservées au Palazzo del Monte di Pietà. En raison de travaux de restauration de l’édifice, les archives ont réintégré le siège et les fonds ne sont pas encore tous accessibles. La documentation concernant la Société des phosphates – qui n’a jamais été étudiée jusqu’à présent – se divise en quarante catégories. Il n’existe pas de fonds spécifique : les documents sont disséminés dans les dossiers en fonction des postes comptables auxquels ils se réfèrent ou des bureaux compétents. Les documents couvrent une période allant de 1900 à 1961, qui peut être partagée en trois temps : le premier, jusqu’en 1912, documente la participation du Banco di Roma à l’exploitation des phosphates à travers les sociétés qu’il contrôle ; le second, de 1912 à 1927, concerne la période durant laquelle la banque est propriétaire de la société ; le troisième, jusqu’en 1961, témoigne de celle où l’État italien contrôle la société à travers l’Istituto per la Ricostruzione Industriale (iri)1 et à l’Istituto di liquidazioni en charge des nationalisations, puis la vend au gouvernement égyptien. Les archives conservent en outre la correspondance relative au financement obtenu par la société Marconi en 1908 pour établir une station radiotélégraphique à Kosseir.

  • 2 Le règlement de la vente à la République arabe unie n’est conclu qu’en 1971. Une partie des actions (...)

4Les archives historiques de l’iri, qui appartiennent à la fondation homonyme constituée lors de la suppression de l’institut, conservent les documents régulièrement produits dans le cadre de l’exercice du contrôle sur la Società egiziana fosfati (sef). Ces archives, couvrant une période comprise entre 1933 et la transmission au gouvernement égyptien2, sont en passe d’être versées à l’Archivio centrale dello Stato, après informatisation.

5La documentation concernant la Société des phosphates est plutôt abondante, aussi bien dans l’Archivio generale pratiche societarie – numerazione rossa, considérées comme les archives officielles de l’Institut, que dans l'Archivio ii – numerazione nera, qui rassemble les dossiers des bureaux. Des matériaux iconographiques très intéressants ont été trouvés regardant les approvisionnements depuis l’Italie (pompes, turbines, groupes électrogènes, etc.) et la cartographie minière. Par contre, tout ce qui touche aux travaux de construction réalisés à Kosseir n’est que rarement, sinon pas du tout, figuré ; on trouve plutôt des états de frais ou des inventaires.

  • 3 Ildo Pellegrini, Agordini a Kosseir. Storia di una comunità nelle miniere di fosfati in Egitto, Fel (...)

6Il nous a été également possible d’étudier les archives personnelles de Pellegrino Pellegrini, enseignant à l’école primaire de Kosseir entre 1931 et 1958, qui représentait le consulat italien de Port-Saïd et était secrétaire de la section du Parti national fasciste de Kosseir. Ces archives, sorte de grand journal africain, ont été conservées et enrichies par son fils Ildo, en tant que témoignage de l'émigration en Égypte d'habitants d’Agordo3.

  • 4 Je remercie Renza Maroso Pellegrini pour cette information. Expert dans le domaine des mines, diplô (...)
  • 5 Le dessin perdu de la façade de l’église de Kosseir est publié dans Centenario dell'Istituto tecnic (...)

7Les archives professionnelles du directeur de la Société des phosphates, Riccardo Decima4, qui vécut à Kosseir entre 1921 et 1939, renferment, quant à elle, les plans des mines, de nombreux rapports concernant l’état des travaux (miniers et de construction), des expertises, de la correspondance et des photographies ; il manque toutefois les dessins du projet de l’église de Kosseir5.

  • 6 Les documents relatifs aux autorisations pour la construction de l’église de Kosseir sont conservés (...)

8L’analyse des documents concernant Kosseir conservés dans les archives de la Congrégation pour les Églises orientales a également commencé6. Des éléments ultérieurs pourraient également émerger des archives de la province franciscaine d’Égypte.

  • 7 Ces archives ont fourni jusqu’à présent : Poste e telegrafi, n°133, Società Marconi, 1912, p. 15-18 (...)

9Une première enquête conduite aux archives du ministère des Affaires étrangères (Rome) a mis en évidence quelques pièces intéressantes concernant l’ambassade d’Italie et la Chambre de commerce italienne en Égypte. Ce sont des pistes que nous entendons suivre. Les dossiers analysés jusqu’à présent ne contiennent pas de documents iconographiques, mais livrent une correspondance précieuse permettant de comprendre les événements7.

Notes

1 L’IRI fut fondé le 24 janvier 1933 comme institution publique temporaire, afin de faire face à la très grave crise bancaire (dont les trois banques principales d’Italie furent les protagonistes : Banca commerciale italiana, Banco di Roma, Credito italiano) et industrielle italienne, produite par la réévaluation de la lire (1927) et par la crise de 1929. Elle se chargea de restructurer le secteur bancaire et de réorganiser la participation des banques au capital des entreprises, en séparant les banques commerciales des banques d’affaires. Ayant survécu au fascisme, elle fut l’un des principaux outils de la reconstruction de l’après-guerre et un moteur de développement du pays jusque dans les années 1970. Elle a été dissoute en 2000.

2 Le règlement de la vente à la République arabe unie n’est conclu qu’en 1971. Une partie des actions de la sef (50 %) reste aux mains de l’Italie et est rachetée en 1968 par la Sofin. La plus-value apparaît dans les bilans de l’iri jusqu’en 1985.

3 Ildo Pellegrini, Agordini a Kosseir. Storia di una comunità nelle miniere di fosfati in Egitto, Feltre : Agorà, 2011.

4 Je remercie Renza Maroso Pellegrini pour cette information. Expert dans le domaine des mines, diplômé de l’école d’Agordo, Decima a étudié la construction avec Bibolini, professeur à l’École polytechnique de Turin. Voir aussi l’article le concernant dans Chi è ? Dizionario degli italiani d’oggi, Rome : Formiggini, 1936.

5 Le dessin perdu de la façade de l’église de Kosseir est publié dans Centenario dell'Istituto tecnico minerario, Agordo 1867-1967, Agordo : Comitato per le celebrazioni centenarie, 1967, p. 97.

6 Les documents relatifs aux autorisations pour la construction de l’église de Kosseir sont conservés parmi ceux de Propaganda Fide, Fonds Copti 1480/28. La correspondance débute en 1928, dix ans avant la construction de l’église. La correspondance entre la Congregatio pro Ecclesia Orientali, le délégué apostolique et le vicariat franciscain met en lumière un problème concernant la possibilité de garantir la propriété de l’édifice à l’Église catholique plutôt qu’à l’Église copte qui a juridiction sur le territoire. La question se résoudra à travers un accord complexe.

7 Ces archives ont fourni jusqu’à présent : Poste e telegrafi, n°133, Società Marconi, 1912, p. 15-18. Dans la section Affari commerciali : Radiocollegamento Italia-Egitto, 1924-26, p. 18/1-18/5 et Fosfati in Egitto, n°4, 1919-1923. Dans la section Ambasciata Cairo : Trasporto di fosfati (Istanza Banco di Roma), n°155, 1916, p. T ; Missione francescana di Kosseir, n°237, 1930, p. A/54 ; Fascismo Kosseir, n°265, 1932, Stampa/5 ; Ferrovia Kosseir, n°261, 1932, p. B/7 ; Forniture Tosi, n°313, 1938, p. B/7. Les dessins de l’école de Kosseir, dans asmae, Fondo disegni architettonici inediti, p. Egitto, coll. prov., découverts par M. C. Migliaccio, sont publiés dans Ezio Godoli, Milva Giacomelli, Architetti e ingegneri italiani dal Levante al Magreb 1848-1945, Florence : Maschietto, 2005, p. 163.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Bureau de la direction de la Société égyptienne des phosphates à Kosseir, vers 1935
Crédits Source : Archives Pellegrini, Belluno
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search