Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

Annexes : Aperçu des fonds

Le fonds Baume & Marpent

The Baume & Marpent archive collection

Isabelle Sirjacobs

Texte intégral

1L’Écomusée du Bois-du-Luc, installé depuis 1983 sur l’ancien site minier du Bois-du-Luc (Belgique), a fait du sauvetage et de la transmission de l’expérience industrielle l’une de ses missions fondatrices. Parmi ses collections figure le fonds d’archives Baume & Marpent. Riche de plus de 100 m linéaires (ml) d’archives, ce précieux fonds comprend de nombreux plans (1 200 portefeuilles), des photographies (dont plus de 800 clichés sur verre) ainsi que des archives administratives (20 ml). Il reflète l’expansion internationale acquise par la société fondée à Haine-Saint-Pierre (La Louvière) en 1853. Spécialisée à l’origine dans la construction ferroviaire, l’entreprise diversifie dès 1871 son programme de fabrication et conquiert de nouveaux territoires : Chine, Proche et Moyen-Orient, Congo belge, Brésil, Argentine, Égypte, etc. Outre des ouvrages de génie civil, elle fabrique des charpentes pour bâtiments civils et industriels ; des gazomètres ; des réservoirs à eau, pétrole et acide ; des appareils de grosse mécanique, de voie ferrée, etc. Toutes ces réalisations sont documentées par le fonds d’archives Baume & Marpent, dont l’intérêt pour le domaine architectural est indéniable. Les portefeuilles des plans techniques renferment ainsi tout le processus d’élaboration des ouvrages, depuis les sondages de terrains pour la construction d’un pont jusqu’aux détails des rivets ou encore des rosaces décoratives du garde-corps qui le composent.

2Les archives sélectionnées dans le cadre de cet ouvrage illustrent des réalisations entreprises par Baume & Marpent en Égypte. Ces témoignages démontrent combien la société hainuyère a œuvré dans cette partie du bassin méditerranéen. Les archives administratives de la société complètent les informations fournies par les plans techniques, à l’instar notamment de la riche correspondance échangée entre la maison mère à Haine-Saint-Pierre et la division égyptienne (1948-1958). Les archives décrivent en outre les étroites relations tissées entre la Belgique et l’Égypte par l’intermédiaire notamment des ingénieurs belges et égyptiens qui collaborent sur de nombreux projets. Au-delà des exploits techniques réalisés par l’entreprise, c’est précisément cet autre regard qui nous fascine et qui nous ouvre de nouvelles perspectives.

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search