Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

L’art de la reprise

Imagination, conception, technique : trois projets européens pour Abou Simbel

Imagination, design, technique: three European projects for Abu Simbel

Cristina Pallini et Annalisa Scaccabarozzi

Texte intégral

Figure 1 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani, entr. : relevé des fissures du rocher sur la façade

Figure 1 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani, entr. : relevé des fissures du rocher sur la façade

Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan

  • 1 Johann-Ludwig Burckhardt, Travels in Nubia, Londres : John Murray, 1819, p. 91. Johann-Ludwig Burck (...)

1Mars 1813. Rentrant de Nubie, Johann-Ludwig Burckhardt apercevait, affleurant le sable, quatre statues « tournées vers le nord, vers la zone la plus fertile de l’Égypte […]. Sur la paroi rocheuse, au centre des quatre statues, se trouve la figure d’Osiris à tête de faucon, surmontée d’un globe ; s’il était possible de dégager le sable, on découvrirait un gigantesque temple dont les figures colossales servent probablement de décor à l’entrée1. »

  • 2 Giovanni Battista Belzoni, Voyages en Égypte et en Nubie, tome 1, Paris : À la librairie française (...)

2Août 1817. Giovanni Battista Belzoni franchit le seuil du temple d’Abou Simbel, dégagé après un très dur labeur. « Ce temple était enseveli à peu près aux deux tiers dans le sable que nous enlevâmes à la profondeur de 31 pieds [près de 10 m] avant d’arriver à la porte. […] Tout l’édifice a été taillé dans le roc ; c’est le dernier de ce genre qu’on rencontre en se rendant de l’Égypte en Nubie. Élevé à cent pieds au-dessus du Nil, il est tourné vers l’est-sud-est, et à environ une journée et demie de voyage de Wadi-Halfa ou la seconde cataracte en Nubie. Nous employâmes vingt-deux jours aux travaux d’ouverture, sans compter six jours que j’y avais consacrés l’année précédente2. »

  • 3 Sur la construction et la signification des temples, voir Christiane Desroches-Noblecourt, The worl (...)

3Sculptés à l’époque de Ramsès ii (1279-1213 av. J.-C.) au pied de la falaise sur la rive gauche du Nil, les deux temples d’Abou Simbel marquent la frontière sud de l’Égypte, montrant le pouvoir3 et le visage du pharaon à tous ceux qui arrivent par le sud.

Le barrage supérieur : la mobilisation pour des monuments en danger

  • 4 En 1946, quand le niveau de l'eau du Nil dépassa la hauteur du barrage construit par les Britanniqu (...)
  • 5 Avant le barrage supérieur, le niveau du Nil à Abou Simbel était de 120 mètres au-dessus de la mer  (...)

4Après la révolution de juillet 1952, l’Égypte entreprit un programme de développement fondé sur la relance de l’agriculture et sur l’industrialisation. Le barrage supérieur d’Assouan, dont l’idée avait été lancée pour la première fois en 19464, devint alors un projet stratégique dont les études techniques furent finalement mises au point entre 1953 et 1956. On comptait sur le barrage pour permettre la création d’un lac dans cette partie de la vallée du Nil : à la fois source d’énergie et réserve d’eau pour l’agriculture, il impliquait aussi l’engloutissement de villages et d’anciens monuments de Nubie5.

  • 6 La décision fut approuvée lors d'une réunion du conseil exécutif tenue à Paris du 27 novembre au 4  (...)

5En 1954, Moustapha Amer, directeur du département des Antiquités, et Kamal el-Din Hussein, ministre de la Culture, invitèrent les égyptologues et ingénieurs étrangers en Nubie pour leur montrer les trésors que le pays recélait encore. En 1958, Sarwat Okacha, le nouveau ministre de la Culture, y accompagna lui-même l’égyptologue Christiane Desroches-Noblecourt et René Maheu, directeur général de l’unesco : c’est en effet l’institution internationale qui sera à la tête de la campagne pour la sauvegarde des monuments de Nubie6.

  • 7 Figure marquante du milieu de l'action sociale catholique en Italie, Vittorino Veronese (1910-1986) (...)
  • 8 Appel mondial de Vittorino Veronese, Directeur général de l'Unesco, 8 mars 1960. Voir www.numibia.n (...)

6Quand le travail commença sur le barrage supérieur, le nouveau directeur de l’unesco, Vittorino Veronese7, lança son appel : « Des édifices prodigieux, qui comptent parmi les plus admirables de la planète, sont menacés d’être submergés par les eaux, dont la retenue donnera la fertilité à de vastes étendues de désert. Mais à quel prix effrayant risquent d’être payés les nouveaux champs livrés aux tracteurs, les sources d’énergie promises aux futures usines [...]. Entre le legs du passé et le sort immédiat d’une population déshéritée à l’ombre d’un des plus somptueux héritages de l’histoire, entre les moissons et les temples, il n’est certes pas facile de décider. Pour moi, en tout cas, je plaindrais celui qui, ayant à prendre la décision, choisirait sans angoisse, et qui, la décision prise, et quelle qu’elle ait été, pourrait en porter sans remords la responsabilité8. »

7Des demandes furent adressées aux gouvernements égyptien et soudanais, qui ouvrirent aux archéologues étrangers toute l’étendue de la Nubie et consentirent à ce que la moitié des œuvres à découvrir aillent enrichir les musées étrangers.

  • 9 Figure majeure dans le débat artistique et culturel du xxe siècle, André Malraux (1901-1976), égale (...)
  • 10 Discours de A. Malraux à l’Unesco, Paris, 8 mars 1960.
  • 11 Voir « Statement by President Gamal Abdel Nasser of 20 June 1961 on the preservation of Abu Simbel (...)

8André Malraux9, le ministre français des Affaires culturelles, insista sur la nature exceptionnelle du soutien du monde civilisé pour reconnaître l’art comme un patrimoine collectif et indivisible10. Les universités, les musées et les communautés scientifiques du monde entier répondirent à son appel. Le président Nasser déclara que la sauvegarde des temples d’Abou Simbel méritait des efforts aussi importants que ceux nécessaires au progrès économique, social et scientifique11.

De nouveaux problèmes de conservation et de conception

9L’unesco mit en place un comité ad hoc pour décider des compétences requises par ceux qui coordonneraient les missions d’urgence en Égypte et au Soudan. Cela ne concernait pas seulement l’étude des monuments menacés, à l’intérieur ou à l’extérieur de la zone qui allait être submergée, mais aussi le choix des monuments qui seraient déplacés.

10De nombreux experts furent appelés pour identifier les alternatives possibles à la conservation des temples de Philae et Abou Simbel sur leur site originel. Cela donna lieu à un vif débat autour du concept d’« intégrité du monument » ; les archéologues impliqués – Abdel Moneim Abou Bakr, Joe Brew, Christiane Desroches-Noblecourt, Sergio Donadoni – s’accordèrent sur l’importance du maintien d’une relation étroite entre le monument et son environnement.

11Dans le cas d’Abou Simbel, la monumentalité de l’architecture et de la statuaire rivalisait avec l’immensité du paysage environnant ; deux fois par an le soleil baignait toute la longueur du temple, éclairant le visage des trois divinités et de Ramsès assis au fond du sanctuaire.

  • 12 Fondé en 1947, le bureau d’études Coyne & Bellier était spécialisé dans la conception des grands ba (...)
  • 13 Fondée en 1957 à Rome, Italconsult est l'une des principales entreprises d'ingénierie spécialisée d (...)

12Vu sous cet angle, le problème semblait quasiment insoluble. Parmi les projets présentés lors du concours d’idées lancé pour le sauvetage des monuments par Vittorio Veronese en conjonction avec la campagne destinée à attirer des experts et à lever des fonds, l’unesco examina le projet élaboré par le bureau d’études parisien André Coyne & Jean Bellier12 et celui présenté par trois firmes italiennes d’ingénierie : Italconsult13, Imprese italiane all’estero, Ing. Lodigiani S.p.A.

Figure 2 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), André Coyne & Jean Bellier ing. : vue en plan du barrage

Figure 2 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), André Coyne & Jean Bellier ing. : vue en plan du barrage

Source : Bibliothèque de l’unesco, Paris

Figure 3 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), André Coyne & Jean Bellier ing. : coupe type du barrage

Figure 3 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), André Coyne & Jean Bellier ing. : coupe type du barrage

Source : Bibliothèque de l’unesco, Paris

Figure 4 : Projet André Coyne & Jean Bellier ing. : perspective d’ensemble

Figure 4 : Projet André Coyne & Jean Bellier ing. : perspective d’ensemble

Source : Bibliothèque de l’unesco, Paris

Un barrage pour protéger les temples

  • 14 Voir André Coyne et Joseph Duffaut, « Considérations techniques concernant la conservation sur plac (...)

13Le projet de Coyne & Bellier proposait de ne pas déplacer les temples et de les protéger du niveau des plus hautes eaux par un barrage semi-elliptique. Leur rapport du 22 septembre 195914 décrit les principales caractéristiques de leur proposition : haut d’environ 70 m, le barrage devait être long de 1 500 m, d’un diamètre suffisamment large pour ne pas retarder l’ensoleillement matinal et pour préserver au pied du monument un lac considéré comme essentiel à la beauté du paysage.

14Des levés topographiques précis appuyés par des données géologiques, hydrographiques et climatiques, confirmées par des tests en laboratoire, devinrent impératifs. À ce stade, les premiers doutes se firent jour : on craignait les risques d’infiltration d'eau et d’augmentation du taux d’humidité ainsi que l’isolement des temples par rapport à leur milieu.

  • 15 Pietro Gazzola, « La cultura mondiale e il salvataggio di Abou Simbel », Rivista di studi politici (...)

15Pietro Gazzola, expert de l’unesco pour la préservation du patrimoine culturel, déclara que « seraient alors détruits à jamais tous les éléments d’abstraction du phénomène religieux essentiels à la sublimation des valeurs plastiques15. »

  • 16 Voir Bureau d’études André Coyne et Jean Bellier, Avant-projet des ouvrages de protection des templ (...)

16En avril 1960, Coyne & Bellier entreprirent l’étude technique et financière de leur projet et, en octobre de la même année, firent appel à de nombreux experts16 parmi lesquels Albert Laprade et Gilbert H. Weil.

17En plus de conserver les temples sur leur site originel, le projet présentait l’avantage d'être réalisé avec des matériaux de construction, comme le grès, le gravier et le limon, disponibles localement en grande quantité. Contrairement au béton armé, ces matériaux permettaient de construire un barrage sur les alluvions du lit du Nil. L’installation du chantier nécessitait la construction d’un batardeau avec enrochement pour dévier le cours du fleuve.

18Pour construire les fondations du barrage définitif, un travail difficile et au résultat imprévisible était encore nécessaire. Il comprenait le dragage des couches supérieures de sable du lit du fleuve pour atteindre les limons plus compacts qui seraient ensuite encore compactés par vibration. Les remblais seraient constitués d’un noyau central étanche fait de limon compacté disposé entre deux murs de pierre suffisamment épais pour éviter toute fuite et lié à la zone compacte formée d’alluvions. Une couche imperméable de limon compacté était prévue en amont du noyau central. À la base de la face interne de la digue serait disposée une galerie pourvue de puits filtrants avec des forages sur la rive. Des injections de ciment, d’argile fine et de produits chimiques devaient contribuer à stabiliser le barrage ; une série de drains et de pompes serait ajoutée pour empêcher toute infiltration, un risque qui, avec le temps, irait en s'atténuant en raison des grandes quantités de limon charriées par le fleuve.

19Le chantier devait être conduit durant la phase de remplissage du lac du barrage haut, et l’ensemble du projet achevé en 1967. Le coût (comprenant toutes les mesures de mise en sécurité du site) était estimé entre 59 et 82 millions de dollars avec un coût de maintenance annuelle de près de 370 000 dollars.

20Les vues perspectives du projet montrent un paysage grandiose. Situés à quelque 60 m au-dessous du niveau du Nil, les temples se tiennent face au remblai de la digue parementé de grès local. Les visiteurs y accèdent par le haut d’où ils peuvent embrasser le site d’un seul coup d’œil ; les rampes qui courent le long des flancs du remblai leur offrent une variété de points de vue sur le miroir d’eau dominé par les statues géantes.

Figure 5 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani entr. : perspectives montrant l’enlèvement de la roche et la création du caisson

Figure 5 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani entr. : perspectives montrant l’enlèvement de la roche et la création du caisson

Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan

Figure 6 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani entr. : perspective d’ensemble

Figure 6 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani entr. : perspective d’ensemble

Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan

Figure 7 : Petit temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani entr. : plan, coupes transversale et longitudinale sur le caisson

Figure 7 : Petit temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani entr. : plan, coupes transversale et longitudinale sur le caisson

Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan

Soulever les temples

  • 17 Diplômé en ingénierie civile et en mathématiques, Gustavo Colonnetti (1886-1968) fut un acteur de p (...)
  • 18 Diplômé en architecture à l’École polytechnique (1932) et en arts à l’université de Milan (1934), P (...)
  • 19 Sur Riccardo Morandi (1902-1989), voir Lara Vinca Masini, Riccardo Morandi, Rome : De Luca, 1974 ; (...)

21Le deuxième projet examiné par l’unesco était celui présenté par un groupe d’entreprises italiennes associé à trois consultants : Gustavo Colonnetti17, Piero Gazzola18 et Riccardo Morandi19. Utilisant les moyens de l’ingénierie moderne, le projet prévoyait de découper la colline, de construire une sorte de caisson autour du rocher découpé qui contenait chaque temple, de soulever les caissons pour mettre en sécurité les temples et de rétablir la colline autour des caissons déplacés. Cela évitait toute intervention directe sur le monument et respectait le lien sacré entre l’architecture et son environnement ; en particulier, le maintien de l’orientation originelle du grand temple permettait de conserver la pénétration des rayons du soleil aux solstices.

  • 20 Italconsult S.p.A, Imprese italiane all’estero S.p.A., Ing. Lodigiani S.p.A., Saving the Temples of (...)

22Les études de faisabilité commencèrent en juin 1960 et la dernière version du projet est datée de novembre 196020. Elle incluait une série de rapports spécifiques : sur la présence de fissures et sur les caractéristiques du grès nubien, sur les travaux de restauration nécessaires avant le levage de l’ensemble et sur la consolidation des fondations des temples dans le rocher dont ils allaient devenir partie intégrante. Le projet devait être conduit par étapes sur une période de six ans. Il fallait, avant toute chose, ériger des parois pour protéger le chantier des eaux du Nil, et creuser un fossé de drainage devant les temples afin de les isoler du rivage. La deuxième étape, hautement délicate, impliquait l’enlèvement du rocher au-dessus des temples pour réduire la masse à soulever.

23Une tranchée devait être ménagée entre le rocher qui contenait les temples et la falaise située à l’arrière tandis qu’à 7 m au-dessous du niveau moyen du sol des temples un même espace (où seraient assemblées les armatures en acier de la dalle de fondation) devait être créé en creusant une série de petites galeries parallèles. À l’intérieur de cette tranchée, des caissons seraient construits pour absorber les sollicitations créées par le levage du temple pris dans sa gangue rocheuse. Le plus grand des caissons devait mesurer 71,50 × 60,70 × 44,10 m. Les temples devaient être ainsi complètement enveloppés dans la structure en grille de poutres de béton armé, dont la paroi frontale protégerait la façade des temples durant la phase de levage, tout en assurant la stabilité complète de la structure. La dalle supérieure du caisson, avec son armature de poutres, pouvait absorber les sollicitations, rôle antérieurement joué par la partie haute de la colline. La base du caisson serait réalisée sous une couche de roche. Les points d’intersection des poutres de la grille de béton armé recevraient la poussée des vérins hydrauliques utilisés pour le levage.

  • 21 La partie intitulée « Operazioni statiche e meccaniche » traite des problèmes relatifs aux opératio (...)

24D’autres galeries seraient utilisées pour construire une plateforme sur laquelle les vérins hydrauliques s’appuieraient pour transférer les charges de la masse rocheuse. Le grand temple, dont le poids avec son caisson atteindrait 253 000 t, serait levé par l’action synchronisée de 308 vérins pouvant exercer une poussée de 500 t chacun21. Le temple et son caisson seraient progressivement élevés de 62 m (de 125 à 187 m au-dessus du niveau de la mer). Une fois la position finale atteinte, les vérins seront retirés et remplacés par des fondations appropriées faites d’une série de murs parallèles en béton armé.

25La dernière étape du travail concernerait la restauration de l’environnement des temples, par la construction de deux collines artificielles recouvertes de blocs de grès de Nubie et la reconstitution du défilé initial entre les deux temples.

26Le 25 octobre 1960, le projet fut présenté sous cette forme au directeur général de l’unesco au nom du gouvernement italien : la fourchette de coût (de 43 à 58 millions de dollars) variait en fonction du soin apporté à la restauration de l’environnement naturel.

27Le rapport d’accompagnement soulignait l’importance de ce dernier aspect, et utilisait la notion de « pierre vivante » – en rapprochant les domaines apparemment antithétiques de la géologie et de la biologie – pour évoquer l’équilibre séculaire entre les monuments et les milieux naturels.

Évaluations

  • 22 Nommés le 19 décembre 1960, les autres experts étaient : Ivan Komzin (urss), Hans Joachim Martini ( (...)

28Les projets français et italiens furent examinés par un groupe d’experts nommé par Vittorino Veronese et qui comptait dans ses rangs l’architecte égyptien Ali Labib Gabr22.

29Le projet français fut jugé trop difficile à réaliser pour des questions techniques car les méthodes de construction innovantes de la digue avaient été proposées sans que l’on connaisse véritablement les propriétés du limon situé sous les remblais ni que l’on sache dans quelle mesure le grès nubien ne serait pas dissous sous le sable. Parmi les risques du projet français, il y avait aussi la possibilité de conditions climatiques défavorables, un risque que les ingénieurs ne pouvaient maîtriser.

30Le projet italien fut apprécié pour son inventivité et sa précision mais ne pouvait être entrepris sans la certitude absolue qu’il pourrait être achevé dans le délai imparti. Le procédé de levage qui utilisait des vérins hydrauliques requérait un niveau d’habileté et de précision sans précédent et les risques du projet semblaient liés aux problèmes mécaniques et électrotechniques que les ingénieurs auraient à régler.

  • 23 Au vu de la complexité technique du projet italien, le gouvernement égyptien nomma un comité de sup (...)

31En conclusion de leurs travaux, les experts votèrent en faveur du projet italien23 ; ils estimèrent que le barrage du projet français risquait d’amoindrir les proportions des temples et de nécessiter une maintenance continuelle, l’utilisation constante de drains et de système de pompage, avec, comme conséquence, la présence permanente de techniciens. En choisissant la solution de levage des temples, on pensait qu’ils supporteraient mieux l’épreuve du temps.

Figure 8 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1965), Joint Venture Abu Simbel entr. : coupe longitudinale sur le temple et les grues de chantier

Figure 8 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1965), Joint Venture Abu Simbel entr. : coupe longitudinale sur le temple et les grues de chantier

Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan

Déplacer les temples

  • 24 Giuseppe Lodigiani, « Appunto per la serata del Rotary di Milano : Abu Simbel. Il salvataggio del t (...)

32« Après un examen approfondi des deux projets, la décision finale fut prise en faveur d’une troisième idée émise par une entreprise suédoise qui consistait à découper les temples en blocs et à les remonter au-dessus du plus haut niveau que pourraient atteindre les eaux du lac du barrage haut24. » La décision fut prise en juin 1963 et un appel d’offres international fut lancé.

  • 25 Le consortium incluait Grands Travaux de Marseille, Hochtief d’Essen, le groupe italien Impresit-Gi (...)
  • 26 G. Lodigiani, op. cit. note 25, p. 15,16.

33Parmi les consortium d’entreprises en compétition, la Joint Venture Abou Simbel 25décrocha le marché. Conformément au projet, les temples devaient être découpés avec une partie de la falaise et remontés sur un site situé 65 m plus haut. Le travail de découpe et de réassemblage, ainsi que les complexes opérations topographiques afférentes, furent attribués à Impregilo qui recruta des carriers de marbre des Alpes apouanes, « des hommes habitués à manier avec talent les outils traditionnels comme la scie à main, la seule qui permet d’éviter d’endommager les structures26. »

  • 27 Les archéologues demandaient qu'il y ait le moins de découpes possible, même si des blocs plus gran (...)

34Le travail démarra début 1964 avec l’élévation de barrières pour protéger le chantier des eaux du fleuve, suivi par l’enlèvement des rochers autour du monument. Des appareils spéciaux furent utilisés pour limiter les vibrations. Les façades des temples furent protégées avec des sacs de sable, les plafonds et les murs étayés. La gangue rocheuse laissée autour des monuments fut réduite à 80 cm d’épaisseur. Le premier plan de découpe était prêt en juillet 1964 : les statues, les murs et les plafonds des temples devaient être découpés en près d’un millier de blocs d’une taille permettant de les soulever et les déplacer27.

  • 28 En plus des blocs monumentaux, il y avait 6 800 blocs de rocher qui devaient servir à la recréation (...)

35Pour découper le grès avec une rainure de sciage de moins de 6 mm d’épaisseur, on utilisa des scies à main sur les parties qui demeureraient visibles et des scies mécaniques sur les autres. Après enlèvement, les blocs étaient entreposés28 pour être examinés, restaurés et préparés avant d’être remontés. Leur face arrière fut renforcée avec du béton et des barres d’acier insérées pour les ancrer.

  • 29 À la fin de mars de 1966, le High Dam Management Department décida d'élever le niveau maximum du la (...)
  • 30 Des espaces touristiques et un système de ventilation devaient être installés entre les parois des (...)

36Le travail de découpe et d’enlèvement débuta le 21 mai 1965 et fut achevé le 16 avril 196629. Tandis que les derniers blocs étaient découpés, le réassemblage des temples sur leur nouveau site commençait ; à l’aide d’un théodolite, les géomètres et topographes vérifiaient le repositionnement des blocs au millimètre près. Les zones de reconstruction avaient été taillées pour accueillir les fondations des temples et leurs coupoles de béton armé30, couvertes de terre et de débris de grès.

37Le front de falaise, à pic sur le lac, fut élevé en prenant appui sur des murs en béton armé tandis que les façades des temples étaient remontées sur des structures de soutènement sur lesquels les blocs des statues colossales pouvaient être mis en place les uns après les autres.

  • 31 Concernant le projet finalement réalisé, voir aussi Karl-Heinz Martini, Abu Simbel, Essen : 2R-Druc (...)

38Compte tenu du nombre de personnes employées sur le site (environ 1 900 ; le chiffre est passé à 3 000 lorsque les familles sont arrivées), l’installation provisoire prévue dans le projet ressemblait à une petite ville qui comptait maisons et bureaux, cantines, installations sportives, hôtels et commerces, une mosquée, un poste de police. Le transport jusqu’au site se faisait en jeep et à dos de chameau. La reconstruction des temples s’acheva à l’automne 1968, plus tôt que prévu, même si les travaux de finition ont continué jusqu’en 1972. Le site a été inauguré le 22 septembre 196931 en présence de membres du gouvernement égyptien et de représentants officiels de l’unesco.

Figure 9 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1965), Joint Venture Abu Simbel entr. : plan général des installations de chantier et du village des entrepreneurs

Figure 9 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1965), Joint Venture Abu Simbel entr. : plan général des installations de chantier et du village des entrepreneurs

Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan

Figure 10 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1965), Joint Venture Abu Simbel entr. : plan du chantier avec localisation du barrage provisoire de protection

Figure 10 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1965), Joint Venture Abu Simbel entr. : plan du chantier avec localisation du barrage provisoire de protection

Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan

39On a beaucoup écrit sur les temples d’Abou Simbel, plus particulièrement dans les années 1960 lorsque les opérations de sauvetage étaient en cours. Les principes énoncés durant la campagne internationale de l’unesco furent codifiés dans la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel. Pour l’Égypte, le chantier d’Abou Simbel, plus que tout autre, témoigna de l'importance des liens renoués avec son histoire : une histoire millénaire spectaculairement remise au premier plan (et qui relança le tourisme international) par la nouvelle géographie de la vallée du Nil et grâce à une opération d'une valeur technique et d’un intérêt sans précédent.

  • 32 Marco Ferrante, « Quando le nostre aziende riuscivano a salvare i Faraoni », Il Sole 24 Ore, 17 fév (...)

40Nous devons ajouter que les concepteurs, experts et carriers confrontés au problème de la sauvegarde des temples d’Abou Simbel, ont de plus renforcé le rôle nouveau des Italiens dans la construction de l’Égypte moderne. En Italie, l’entreprise connut un retentissement équivalent à celui d’un exploit sportif, exprimant une sorte de fierté post-coloniale. Un article récent intitulé « Quand nos entreprises réussissaient à sauver les pharaons32 » affiche sur une demi-page la tête de Ramsès ii soulevée par une grue ; et on peut y lire que les guides égyptiens racontent aux touristes que ce sont les Italiens, « astucieux et intelligents », qui ont déplacé les temples trois cents mètres en arrière et soixante mètres plus haut.

Figure 11 : Temples d’Abou Simbel, Joint Venture Abu Simbel, entr. : vue du chantier de reconstruction du temple et de construction du dôme supportant la colline artificielle, c. 1967

Figure 11 : Temples d’Abou Simbel, Joint Venture Abu Simbel, entr. : vue du chantier de reconstruction du temple et de construction du dôme supportant la colline artificielle, c. 1967

Source : Archives de l’entreprise Impregilo

Notes

1 Johann-Ludwig Burckhardt, Travels in Nubia, Londres : John Murray, 1819, p. 91. Johann-Ludwig Burckhardt (1784-1817) fut un explorateur et orientaliste d’origine suisse, découvreur de Petra en 1812.

2 Giovanni Battista Belzoni, Voyages en Égypte et en Nubie, tome 1, Paris : À la librairie française et étrangère, 1821, p. 343-344. Natif de Padoue, Giovanni Battista Belzoni (1778-1823) est considéré comme un précurseur de l’égyptologie moderne.

3 Sur la construction et la signification des temples, voir Christiane Desroches-Noblecourt, The world saves Abu Simbel, Vienne : Koska, 1968.

4 En 1946, quand le niveau de l'eau du Nil dépassa la hauteur du barrage construit par les Britanniques en 1902 (déjà rehaussé en 1912 et en 1933), plutôt que de le surélever de nouveau, il fut décidé de construire un plus grand barrage à 6 km en amont.

5 Avant le barrage supérieur, le niveau du Nil à Abou Simbel était de 120 mètres au-dessus de la mer ; fin 1967, le niveau de l’eau atteignait 170 m au-dessus du niveau de la mer, environ 50 m plus haut.

6 La décision fut approuvée lors d'une réunion du conseil exécutif tenue à Paris du 27 novembre au 4 décembre 1959.

7 Figure marquante du milieu de l'action sociale catholique en Italie, Vittorino Veronese (1910-1986) fut directeur général de l'Unesco de novembre 1958 à 1961.

8 Appel mondial de Vittorino Veronese, Directeur général de l'Unesco, 8 mars 1960. Voir www.numibia.net/nubia/salvage2.htm.

9 Figure majeure dans le débat artistique et culturel du xxe siècle, André Malraux (1901-1976), également un temps archéologue en Asie, fut ministre des Affaires culturelles sous Charles de Gaulle de 1958 à 1968.

10 Discours de A. Malraux à l’Unesco, Paris, 8 mars 1960.

11 Voir « Statement by President Gamal Abdel Nasser of 20 June 1961 on the preservation of Abu Simbel Temples » dans unesco/cua/109, Information about the international campaign to save the monuments of Nubia, Progress of the campaign from 1 May to 4 August 1961, Annex iii.

12 Fondé en 1947, le bureau d’études Coyne & Bellier était spécialisé dans la conception des grands barrages, parmi lesquels le barrage de Kariba sur le Zambèze (1959).

13 Fondée en 1957 à Rome, Italconsult est l'une des principales entreprises d'ingénierie spécialisée dans la conception et la réalisation de travaux d'infrastructure de transport et d'hydraulique ; au début des années 1960 elle est intervenue, en tant que consultant pour le ministère de la Réforme agraire, dans les grands travaux de bonification du Delta, le long du cours moyen du Nil et en Haute-Égypte.

14 Voir André Coyne et Joseph Duffaut, « Considérations techniques concernant la conservation sur place des monuments de Abou Simbel et de Philae », compte rendu de la réunion d'experts internationaux tenue au Caire du 1er au 11 octobre 1959.

15 Pietro Gazzola, « La cultura mondiale e il salvataggio di Abou Simbel », Rivista di studi politici internazionali, 2, 1961, p. 195.

16 Voir Bureau d’études André Coyne et Jean Bellier, Avant-projet des ouvrages de protection des temples d’Abou Simbel, Paris, octobre 1960. Le dossier est consultable sur http://www.unesco.org/new/en/unesco/resources/online-materials/publications/unesdoc-database. Il comprend quatre volumes : le rapport, les figures, les dessins généraux et les annexes techniques.

17 Diplômé en ingénierie civile et en mathématiques, Gustavo Colonnetti (1886-1968) fut un acteur de premier plan de l’ingénierie italienne. En 1944, il fut mandaté par le gouvernement provisoire pour relancer la recherche italienne et de 1945 à 1956 il dirigea le Conseil national de la recherche et de la reconstruction (plus tard cnr).

18 Diplômé en architecture à l’École polytechnique (1932) et en arts à l’université de Milan (1934), Pietro Gazzola (1908-1979) a suivi l’enseignement de Camillo Boito, Luca Beltrami, Gustavo Giovannoni et Ambrogio Annoni. En 1952, l’unesco le nomma Spécialiste pour les monuments, les fouilles archéologiques et les sites d’art et d’histoire. En 1960, il débuta sa mission par la campagne archéologique de Nubie. Sur Gazzola, voir Claudia Aveta, Pietro Gazzola. Restauro dei monumenti e tutela ambientale, Naples : Edizioni scientifiche italiane, 2007.

19 Sur Riccardo Morandi (1902-1989), voir Lara Vinca Masini, Riccardo Morandi, Rome : De Luca, 1974 ; Giorgio Boaga (ed.), Riccardo Morandi, Bologne : Zanichelli, 1984 ; Giuseppe Imbesi, Maurizio Morandi et Francesco Moschini (ed.), Riccardo Morandi. Innovazione tecnologia progetto, Rome-Reggio Calabria : Gangemi, 1991.

20 Italconsult S.p.A, Imprese italiane all’estero S.p.A., Ing. Lodigiani S.p.A., Saving the Temples of Abu Simbel, Preliminary Design, 6 vol., Rome, novembre 1960.

21 La partie intitulée « Operazioni statiche e meccaniche » traite des problèmes relatifs aux opérations de levage, décrivant le degré d'interdépendance des structures et de l'action mécanique des vérins hydrauliques.

22 Nommés le 19 décembre 1960, les autres experts étaient : Ivan Komzin (urss), Hans Joachim Martini (République fédérale d'Allemagne), Alfred Stucky (Confédération helvétique), Edward E. White (États-Unis), George Radtchenko (urss).

23 Au vu de la complexité technique du projet italien, le gouvernement égyptien nomma un comité de supervision présidé par Hassan Zaky avec trois membres nommés par les gouvernements de Norvège et de Suède : Laurits Bjerrum (Oslo), Anton Brandtzaeg (Trondheim), Arvid Hedvall (Göteborg).

24 Giuseppe Lodigiani, « Appunto per la serata del Rotary di Milano : Abu Simbel. Il salvataggio del tempio di Ramsete ii », 15 janv. 2001, tapuscrit p. 10.

25 Le consortium incluait Grands Travaux de Marseille, Hochtief d’Essen, le groupe italien Impresit-Girola-Lodigiani (Impregilo) de Milan, Skanska et Sentab de Stockholm, et la société égyptienne Atlas.

26 G. Lodigiani, op. cit. note 25, p. 15,16.

27 Les archéologues demandaient qu'il y ait le moins de découpes possible, même si des blocs plus grands induisaient des coûts plus élevés tant en levage qu'en transport. Il fut finalement décidé que les blocs de façade n'excéderaient pas un poids de 30 t et une surface de 15 m2. Les autres blocs pourraient être de 20 t seulement avec des surfaces découpées de 12 m2 (pour les murs) et de 10 m2 (pour les voûtes).

28 En plus des blocs monumentaux, il y avait 6 800 blocs de rocher qui devaient servir à la recréation de l'environnement des temples.

29 À la fin de mars de 1966, le High Dam Management Department décida d'élever le niveau maximum du lac artificiel, ce qui obligea au déplacement des 31 premiers blocs du petit temple déjà mis en place, afin de pouvoir surélever le sol, puis à leur remise en place.

30 Des espaces touristiques et un système de ventilation devaient être installés entre les parois des temples et l’intrados des coupoles. La coupole du Grand Temple constitue une véritable prouesse technique : profonde de 60 m, haute de 25 m, large de 45 m, elle peut supporter une charge de 20 t par m2 au sommet et de 70 t par m2 à la base.

31 Concernant le projet finalement réalisé, voir aussi Karl-Heinz Martini, Abu Simbel, Essen : 2R-Druck, 1965 ; Sergio Frascarelli, « Lo spostamento dei Templi di Abu Simbel », Rivista tecnica dell’Ance – L’Industria delle Costruzioni, mars-avril 1969 ; VBB Vatten-byggnadsbyrån, The Salvage of the Abu Simbel Temples, Concluding Report Stockholm 1976 ; Paola Latini, « Quarant’anni di opere », Progetto & Pubblico, n°20, p. 36-45.

32 Marco Ferrante, « Quando le nostre aziende riuscivano a salvare i Faraoni », Il Sole 24 Ore, 17 fév. 2011, p. 17.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani, entr. : relevé des fissures du rocher sur la façade
Crédits Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 2 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), André Coyne & Jean Bellier ing. : vue en plan du barrage
Crédits Source : Bibliothèque de l’unesco, Paris
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 3 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), André Coyne & Jean Bellier ing. : coupe type du barrage
Crédits Source : Bibliothèque de l’unesco, Paris
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 4 : Projet André Coyne & Jean Bellier ing. : perspective d’ensemble
Légende Source : Bibliothèque de l’unesco, Paris
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani entr. : perspectives montrant l’enlèvement de la roche et la création du caisson
Crédits Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 6 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani entr. : perspective d’ensemble
Crédits Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 7 : Petit temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1960), Italconsult, Impresit et Lodigiani entr. : plan, coupes transversale et longitudinale sur le caisson
Crédits Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 8 : Grand temple d’Abou Simbel, études préliminaires (1965), Joint Venture Abu Simbel entr. : coupe longitudinale sur le temple et les grues de chantier
Crédits Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 9 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1965), Joint Venture Abu Simbel entr. : plan général des installations de chantier et du village des entrepreneurs
Crédits Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 10 : Temples d’Abou Simbel, études préliminaires (1965), Joint Venture Abu Simbel entr. : plan du chantier avec localisation du barrage provisoire de protection
Crédits Source : Archives privées de l’ingénieur Enrico Lodigiani, Milan
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 11 : Temples d’Abou Simbel, Joint Venture Abu Simbel, entr. : vue du chantier de reconstruction du temple et de construction du dôme supportant la colline artificielle, c. 1967
Crédits Source : Archives de l’entreprise Impregilo
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12521/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search