Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

L’art de la reprise

La « mise en état » de la mosquée Mohammad Ali au Caire (1931-1938)

The restoration of the Muhammad Ali Mosque in Cairo, 1931-1938

Mercedes Volait

Texte intégral

Figure 1 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue de l’échafaudage intérieur lors des travaux de restauration des années 1930

Figure 1 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue de l’échafaudage intérieur lors des travaux de restauration des années 1930

Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich

Figure 2 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue des fissures au sommet du mur nord

Figure 2 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue des fissures au sommet du mur nord

Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich

  • 1 Paula Sanders, Creating Medieval Cairo, Empire, Religion and Architectural Preservation in Nineteen (...)
  • 2 Fonds Hennebique, cnam/siaf/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'Architecture du xxe (...)
  • 3 Alaa El-Habashi, « The preservation of Egyptian cultural heritage through Egyptian eyes : the case (...)

1Les constructeurs européens n’ont pas seulement été sollicités outre-Méditerranée pour des ouvrages d’art, des constructions industrielles, l’architecture publique ou l’habitation moderne. Ils ont également été amenés à prendre en charge des travaux de restauration, voire de reconstruction, des monuments historiques. Dès les années 1870, des mesures ont été prises par les autorités locales ou coloniales pour tenter de protéger les centres anciens des grandes villes de la région, tout en y menant des travaux de modernisation. Au Caire, des reconstructions partielles, des reculs d’alignement, voire des déplacements d’édifices historiques, sont entrepris dès la fin du xixe siècle1. Les archives Hennebique ont gardé trace iconographique de la reconstruction en béton armé du dôme de la mosquée sépulcrale de Qalawûn (1284) en 1904-1905, ainsi que de la restitution des merlons du couronnement de la mosquée Sultan Hasan (1356-1362) en 19092. On sait qu’un concours pour la reconstruction de la mosquée Amr Ibn al-Ass (827, multiples remaniements ultérieurs) fut lancé en 19253.

  • 4 Charles Andreae, « Umbau der Mohammed Ali Moschee auf der Zitadelle von Kairo », Schweizerische Bau (...)
  • 5 Travaux en 1899-1900 ; ccmaa, exercice 1899, 260e rapport de la section technique, et Rapport…, p.  (...)

2L’un des chantiers de grande envergure les mieux documentés, pour peu de croiser les sources4, concerne les travaux de « mise en état » de la mosquée Mohammad Ali conduits durant les années 1930. Édifié un siècle plus tôt sur ordre du souverain régnant, le bâtiment constitue le principal monument de style turc de la capitale égyptienne. Sa salle de prières est couverte d’une grande coupole centrale reposant sur quatre demi-coupoles, elles-mêmes appuyées sur quatre arcs et piliers ; les deux minarets suivent le gabarit effilé en vigueur à Istanbul. Le souverain avait vu grand : les minarets culminent à 82 m, la coupole a une hauteur à la clé de 52 m, soit 10 m de plus que celle de son modèle stambouliote, la mosquée Sultan Ahmet (1616), les parements des murs sont faits d’albâtre. Surdimensionnée, la mosquée montre des signes de faiblesses dès la fin du xixe siècle ; on tente alors de renforcer la maçonnerie des piliers soutenant la coupole en les chemisant ; des colliers en fonte sont placés aux naissances des arcs principaux5.

  • 6 Il était jusque là assuré par le bureau des Mosquées, autre service du ministère des Waqf, instance (...)

3Après la promulgation de la loi n° 8 de 1918 pour la protection des monuments de l’art arabe, qui élargit le périmètre des protections à toute construction antérieure à la fin du règne de Mohammad Ali (1849), la mosquée est inscrite sur la liste des édifices classés (n° 503) et dès lors confiée au Comité de conservation des monuments de l’art arabe, l’organe de protection des monuments historiques établi en 1881, pour qu’il en surveille l’entretien6. C’est à cette occasion qu’un examen attentif du bâtiment est conduit, lequel fait apparaître des détériorations préoccupantes. La mosquée est lézardée de toutes parts, certaines fissures se déploient sur toute la hauteur du bâtiment ; d’autres, situées à la base des piliers, atteignent quasiment 10 cm de large. Une intervention d’urgence s’impose.

  • 7 Indications biographiques dans Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1 (...)
  • 8 Biographie en ligne sur le site de l’École polytechnique fédérale de Zurich, avec le signalement de (...)
  • 9 Spécialiste de génie hydraulique d’origine russe, qui fit toute sa carrière en Égypte, où il avait (...)
  • 10 Ils sont confiés notamment à l’ingénieur civil d’origine russe Grégoire Tschebotarioff (1899-1985), (...)
  • 11 Andreae, op. cit., p. 95.

4Le 29 décembre 1931, une commission technique est instituée sous la direction de l’architecte Sayyid Metoualli bey7, directeur du service technique et des « monuments arabes » au ministère des Waqf, avec pour membres le professeur Charles Andreae (1874-1964), ingénieur civil suisse qui dirige depuis 1928 l’École polytechnique du Caire8, trois ingénieurs civils du ministère des Travaux publics : Serge Leliavsky (1891-1963)9, Ismaïl Omar bey et Ahmed Fahmy Ibrahim effendi, et un architecte : Farag Amin, inspecteur des Bâtiments royaux. La commission doit procéder à un examen approfondi de l’état de la mosquée, émettre un avis sur les causes des désordres observés et présenter des propositions de remise en état, alors même qu’on ignore tout de la façon dont le bâtiment a été construit et que les plans d’exécution, si tant est qu’il y en ait eu, font défaut. Des sondages et fouilles sont faits dans les fondations de la mosquée. Une analyse des matériaux de construction est commandée. Des calculs de pression sont engagés10. Des témoins sont posés. Leur contrôle 16 mois plus tard, en mai 1933, comme les fouilles effectuées, dégage les fondations de toute responsabilité dans les désordres observés. L’analyse chimique menée par Ismaïl Omar montre que les causes des fissures ne dépendent pas des matériaux employés pour les coupoles (briques et mortier), mais des dispositions de leurs supports : arcs, tambours, pendentifs et piliers. La vérification de verticalité signale que le bâtiment s’ouvre vers l’extérieur ; sur les murs la déformation est de 10 cm pour 11 m de hauteur tandis que dans les minarets, la flèche observée est de l’ordre de 20 cm. Le calcul des pressions moyennes conduit à conclure que la statique du bâtiment souffre sous la poussée de forces horizontales. Par élimination, la Commission en vient à identifier l’insuffisance d’ancrage des tirants placés à la naissance des arcs, ainsi que la rouille, comme causes structurelles des déformations et des arrachements constatés. Les fers scellés au plomb entre les pierres pour les tenir ensemble, comme la ceinture métallique placée au niveau du tambour, révèlent des sections très érodées. Il apparaît aussi que le bâtiment a été fragilisé par un tremblement de terre ancien, l’explosion ultérieure d’un magasin de munitions ainsi que les températures cairotes11.

  • 12 Ministère des Wakf, Projet de mise en état de la mosquée du Grand Mohammad Ali Pacha à la Citadelle (...)
  • 13 Ibid. ; Office international des musées, La Conservation des monuments d'art et d'histoire [Travaux (...)

5De mai 1932 à février 1933, la Commission travaille à un projet de reconstruction. Deux scénarios sont étudiés : soit reconstruire toute la partie inférieure de la structure (les piliers) sans toucher aux coupoles, soit refaire la partie supérieure (les coupoles) et les piliers. Dans les deux cas, l’ensemble doit être échafaudé de l’intérieur. La première solution est écartée après étude du coût d’un échafaudage capable de soutenir une superstructure dont le poids est évalué à 4 000 t (dont 1 750 t pour la coupole centrale). La disposition retenue pour reconstruire les coupoles est une ossature en béton armé dont on avait initialement imaginé le remplissage avec des briques comme dans la construction initiale ; ce sont finalement des dalles préfabriquées, recouvertes de feuilles de plomb, qui remplissent les nervures horizontales et verticales de la structure12. La décision s’appuie sur les conclusions du tout récent congrès international sur la conservation des monuments d’art et d’histoire qui admettent « le principe d’utiliser des matériaux modernes pour la reconstruction des bâtiments anciens13 » ; il y avait été beaucoup question du relèvement des principaux monuments de l’Acropole d’Athènes par le procédé de l’anastylose.

6Les demi-coupoles et les petites coupoles devaient être construites au sol puis levées ; la grande coupole devait être reconstruite en place. Le travail est évalué à 60 000 livres égyptiennes (LE), dont 50 000 LE pour le seul échafaudage métallique chargé de soutenir la structure durant les travaux. L’ouvrage est délicat à mettre en place, car il ne peut pas prendre de points d’appui susceptibles de fragiliser encore la mosquée.

Figure 3 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : projet de mise en état (1933), coupe verticale de la mosquée

Figure 3 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : projet de mise en état (1933), coupe verticale de la mosquée

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle

  • 14 Charles Andreae, op. cit., p. 99.
  • 15 Fonds Hennebique, 76 ifa 3306/1.
  • 16 L’entreprise est toujours en activité à Aarau en Suisse.
  • 17 Voir la notice qui lui est consacrée dans Dictionnaire historique de la Suisse (dhs), http://www.hl (...)
  • 18 ccmaa, Procès-verbaux des séances du Comité et rapports de la section technique, Exercices 1933-193 (...)
  • 19 Charles Andreae, Auszug aus Notizbüchlein, manuscrit conservé à Zurich, eth, Bibliothek, Archive un (...)
  • 20 ccmaa, 1940, p. 114. Léon Rolin signale que l’entreprise Rothpletz & Lienhard avait repris les affa (...)
  • 21 Fonds Hennebique, 76 ifa 3349.

7Les travaux sont mis en adjudication en septembre 1933. Onze entreprises répondent à l’appel d’offres14. Avec l’aide de son agent sur place, le Belge Léon Rolin, la société Hennebique présente une proposition15. Le 27 décembre 1933, la Commission décide d’appuyer l’offre de l’entreprise suisse Rothpletz & Lienhard16. Le tandem est constitué des ingénieurs Ferdinand Rothpletz (1872-1949)17 et Friedrich Lienhard (1873-1952), avec lesquels Andreae a déjà travaillé, tous trois étant issus de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Avec 53 095 LE (y compris l’établissement d’échafaudages en fer pour toute la mosquée en une seule fois), c’est l’offre la mieux-disante, devant celles de l’entreprise italienne Garozzo (54 034 LE) et du muallim (maître-maçon) Siyam Mohammad (54 061 LE)18. La satisfaction donnée au ministère égyptien des Travaux publics par Rothpletz & Lienhard, en association avec les entreprises Almagià (italienne) et Ruegg (suisse)19, sur leur premier chantier égyptien, le creusement du tunnel d’el-Ahaywa en Moyenne-Égypte, semble avoir joué20. La maison Hennebique reconnaîtra par la suite avoir mal évalué le coût de l’échafaudage métallique et avoir été trop chère21.

Figure 4 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : les protagonistes de la « mise en état », vers 1935

Figure 4 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : les protagonistes de la « mise en état », vers 1935

Source : Archives privées Pierre Rothpletz, Aarau

  • 22 Albums photographiques conservés à Zurich, eth, Bibliothek, Archive und Nachlässe, Fonds Charles An (...)
  • 23 Ibrahim Adham el-Damirdash, Das Stahlgerüst für den Umbau der Mohammed Aly-Moschee auf der Citadell (...)

8Les travaux devaient s’échelonner sur 22 mois, du 1er mars 1934 au 31 décembre 1935. Ils durèrent deux mois de plus. Les photographies du chantier prises par l’entreprise et le compte rendu qu’en donne Charles Andreae permettent d’en suivre la chronologie22. La première étape est la conception de l’échafaudage intérieur en acier, qui est en place le 1er mars 1935. Pesant 650 t, il est réalisé par la société Goganian, entreprise locale de serrurerie, sur les plans de deux professeurs de l’École polytechnique du Caire, H. Schwyzer et I. El-Demerdash23. La tour centrale de l’échafaudage est équipée d’un ascenseur pour les personnels (construit par l’entreprise Schindler à Schlieren près de Zurich) et d’un paternoster (chenille continue fournie par la firme suisse Oehler installée à Aarau) pour acheminer le béton et le mortier. En parallèle, la consolidation des minarets par des dalles triangulaires est conduite en juillet 1934. Les coffrages en bois pour la grande coupole sont préparés au sol (6 septembre 1934). L’échafaudage extérieur est monté simultanément ; la démolition de la grande coupole en briques démarre dès février 1935 ; les travaux de démolition, piliers inclus, sont terminés en juillet 1935. Les petites coupoles sont achevées le 24 décembre 1935, la coupole centrale le 6 février 1936, les demi-coupoles une semaine plus tard. La plupart retrouvent la couverture initiale en plomb ; la grande coupole reçoit de nouvelles feuilles de plomb de 3 mm d’épaisseur. Une partie des pierres de taille des revêtements extérieurs est réemployée ; les éléments manquants sont remplacés par de la pierre factice.

Figure 5 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue du chantier de démolition de la grande coupole, février 1935

Figure 5 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue du chantier de démolition de la grande coupole, février 1935

Source : Archives privées Pierre Rothpletz, Aarau

Figure 6 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue d’ensemble de l’édifice après la démolition des coupoles, juillet 1935

Figure 6 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue d’ensemble de l’édifice après la démolition des coupoles, juillet 1935

Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich

  • 24 Charles Andreae, op. cit., p. 100.
  • 25 ccmaa, 1940, p. 186.

9La maîtrise d’ouvrage déléguée est assurée par l’architecte Farag Amin bey, inspecteur des bâtiments royaux, Serge Leliavsky et Charles Andreae. Le budget alloué est scrupuleusement respecté ; l’échafaudage (16 110 LE) et le béton armé (21 260 LE) en sont les principaux postes. Un montant quasi équivalent (40 000 LE) est dépensé pour la réfection des décors, qu’Andreae juge d’une valeur très inférieure à la qualité de la structure24. Le ministère des Waqf avait pris la peine d’allouer en 1934 au Comité de conservation des monuments de l’art arabe, 1 000 LE pour l’exécution de dessins en couleur, photographies et estampages des décors de la mosquée; des moulages en plâtre avaient également été réalisés25. Au moins les décors sont-ils reproduits à l’identique.

Figure 6 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue du chantier de pose des coffrages en bois de la grande coupole en béton armé, automne 1935

Figure 6 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue du chantier de pose des coffrages en bois de la grande coupole en béton armé, automne 1935

Source : Archives privées Pierre Rothpletz, Aarau

Figure 7 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue du chantier de pose des dallettes en béton de la demi-coupole ouest, janvier 1936

Figure 7 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue du chantier de pose des dallettes en béton de la demi-coupole ouest, janvier 1936

Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich

  • 26 Nicholas Warner, The Monuments of Historic Cairo, Le Caire : auc Press, 2005, p. 163.

10La mosquée a connu une nouvelle restauration à la fin du xxe siècle : en 1999 le couvrement des dômes a été refait, et un ravalement des minarets a été exécuté26.

  • 27 ccmaa, exercice 1941-1945, p. 269-270 ; Kamel Osman Ghaleb, Le Mikyas ou nilomètre de l’île de Roda (...)

11La mise en état de la mosquée Mohammad Ali vaut à l’entreprise Rothpletz & Lienhard une autre intervention similaire, la restauration du Nilomètre, un ouvrage daté de 861, placé à la pointe de l’île de Rawda qui servait à mesurer la crue du Nil. L’entreprise en assure l’imperméabilisation permanente par un gainage complet en béton armé. Le dimensionnement de l’ouvrage a été calculé, gracieusement, par Serge Leliavsky. Menés en 1937-1938, les travaux sont complétés en 1945 par la reconstruction de la coupole du Nilomètre, sujet longuement débattu, au sein du Comité de conservation des monuments de l’art arabe, entre ceux qui voulaient rappeler le couvrement que le Nilomètre avait pu avoir au moment de sa construction à l’époque fatimide et ceux qui proposaient de s’appuyer sur le relevé précis fait en 1737 par le voyageur danois Frédéric Norden pour restituer la curieuse coupole pyramidale d’influence seldjoukide, probablement construite au début de l’époque ottomane. Ce sont les seconds qui eurent gain de cause27.

Figure 8 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue des ferraillages de la dalle en béton armé de la base du minaret nord, août 1934

Figure 8 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue des ferraillages de la dalle en béton armé de la base du minaret nord, août 1934

Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich

Figure 9 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue des coffrages en bois d’une partie de la grande coupole, septembre 1934

Figure 9 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue des coffrages en bois d’une partie de la grande coupole, septembre 1934

Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich

12Ces deux chantiers ne sont que le sommet de l’iceberg d’un secteur d’intervention qui, dans une région pétrie de patrimoine monumental, a sans doute été beaucoup plus important qu’on ne l’imagine aujourd’hui faute de disposer d’une vue d’ensemble sur le sujet. Il faut souhaiter que les historiens de l’architecture investissent à l’avenir l’étude de cette production qui, de reconstructions en déplacements d’édifices historiques, a requis non moins d’inventivité que la construction neuve, et demeure un champ significatif d’activité pour l’expertise européenne et son transfert aux professionnels locaux.

Figure 10 : Nilomètre de Rawda, Le Caire : vue du chantier de restauration (1937-1938)

Figure 10 : Nilomètre de Rawda, Le Caire : vue du chantier de restauration (1937-1938)

Source : Archives privées Pierre Rothpletz, Aarau

Notes

1 Paula Sanders, Creating Medieval Cairo, Empire, Religion and Architectural Preservation in Nineteenth-Century Egypt, Le Caire : auc Press, 2008 ; Mercedes Volait, Fous du Caire : excentriques et amateurs d’art islamique en Égypte (1867-1914), Forcalquier : L’Archange Minotaure, 2009.

2 Fonds Hennebique, cnam/siaf/Cité de l'architecture et du patrimoine/Archives d'Architecture du xxe siècle, 76 ifa 14/7

3 Alaa El-Habashi, « The preservation of Egyptian cultural heritage through Egyptian eyes : the case of the Comité de conservation des monuments de l'art arabe », dans Joe Nasr et Mercedes Volait (dir.), Urbanism – Imported or Exported ? Native aspirations and foreign plans, Chichester : Wiley-Academy, 2003, p. 155-183.

4 Charles Andreae, « Umbau der Mohammed Ali Moschee auf der Zitadelle von Kairo », Schweizerische Baukunst, vol. 110, n° 9, 1937, p. 95-101 (dont je dois l’identification et la traduction à Maryse Bideault) ; Fonds Hennebique, 76 ifa 3306/1, ministère des Wakf, Projet de mise en état de la mosquée du Grand Mohammad Ali Pacha à la Citadelle, Collection de dessins, Le Caire, 1933, et correspondances ; Paris, collection de l’auteur, ministère des Wakf, Projet de mise en état de la mosquée du Grand Mohammad Ali Pacha à la Citadelle, Rapport, 1931-1933, Le Caire ; Procès-verbaux des séances du Comité de conservation des monuments de l’art arabe [ccmaa] (1882-1951).

5 Travaux en 1899-1900 ; ccmaa, exercice 1899, 260e rapport de la section technique, et Rapport…, p. 11, 33.

6 Il était jusque là assuré par le bureau des Mosquées, autre service du ministère des Waqf, instance équivalente à une administration des Cultes.

7 Indications biographiques dans Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950) : genèse et essor d'une expertise locale, Paris : Maisonneuve et Larose, 2005, p. 421.

8 Biographie en ligne sur le site de l’École polytechnique fédérale de Zurich, avec le signalement des archives disponibles.

9 Spécialiste de génie hydraulique d’origine russe, qui fit toute sa carrière en Égypte, où il avait émigré après la révolution d’Octobre 1917 (Nécrologie sur le site ice).

10 Ils sont confiés notamment à l’ingénieur civil d’origine russe Grégoire Tschebotarioff (1899-1985), spécialiste de la mécanique des sols. À l’issue de sept ans passés au service des Bâtiments de l’État en Égypte, Tschebotarioff émigra aux États-Unis. Il enseigna à Princeton, puis s’illustra comme consultant sur de grands projets internationaux ; « Gregory P. Tschebotarioff, Dr Ing 1899–1985 », Géotechnique, vol. 36, n° 1, mars 1986, p. 137-138.

11 Andreae, op. cit., p. 95.

12 Ministère des Wakf, Projet de mise en état de la mosquée du Grand Mohammad Ali Pacha à la Citadelle, Rapport, op. cit., p. 46-47.

13 Ibid. ; Office international des musées, La Conservation des monuments d'art et d'histoire [Travaux de la conférence d'Athènes, 21-30 oct. 1931], Paris : Institut international de coopération intellectuelle, 1933.

14 Charles Andreae, op. cit., p. 99.

15 Fonds Hennebique, 76 ifa 3306/1.

16 L’entreprise est toujours en activité à Aarau en Suisse.

17 Voir la notice qui lui est consacrée dans Dictionnaire historique de la Suisse (dhs), http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F4671.php; Hans G. Wägli, « Ferdinand Rothpletz (1872-1949) » dans Robert Kaufmann, Sechs Schweizer Alpeningenieure, Meilen : Verein für Wirtschaftshistorische Studien, 2001, p. 69-83.

18 ccmaa, Procès-verbaux des séances du Comité et rapports de la section technique, Exercices 1933-1935, Le Caire, 1940, p. 114-115.

19 Charles Andreae, Auszug aus Notizbüchlein, manuscrit conservé à Zurich, eth, Bibliothek, Archive und Nachlässe, Hs 100  : 6 au 28 déc. 1929.

20 ccmaa, 1940, p. 114. Léon Rolin signale que l’entreprise Rothpletz & Lienhard avait repris les affaires en Égypte de l’ingénieur W. Stross (Fonds Hennebique) ; elle avait également des chantiers à Beyrouth et à Baalbeck (Charles Andreae, au 15 octobre 1933). W. Stross travaille sur le chantier de la mosquée à titre de consultant.

21 Fonds Hennebique, 76 ifa 3349.

22 Albums photographiques conservés à Zurich, eth, Bibliothek, Archive und Nachlässe, Fonds Charles Andreae, Ms Hs 1002:10 et Hs 1002:11 et archives privées Pierre Rothpletz à Aarau.

23 Ibrahim Adham el-Damirdash, Das Stahlgerüst für den Umbau der Mohammed Aly-Moschee auf der Citadelle zu Kairo, Zurich : Leemann, 1936, 4 p.

24 Charles Andreae, op. cit., p. 100.

25 ccmaa, 1940, p. 186.

26 Nicholas Warner, The Monuments of Historic Cairo, Le Caire : auc Press, 2005, p. 163.

27 ccmaa, exercice 1941-1945, p. 269-270 ; Kamel Osman Ghaleb, Le Mikyas ou nilomètre de l’île de Rodah, Le Caire : imprimerie de l’ifao, 1951.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue de l’échafaudage intérieur lors des travaux de restauration des années 1930
Crédits Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 2 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue des fissures au sommet du mur nord
Crédits Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 3 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : projet de mise en état (1933), coupe verticale de la mosquée
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 4 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : les protagonistes de la « mise en état », vers 1935
Crédits Source : Archives privées Pierre Rothpletz, Aarau
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 5 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue du chantier de démolition de la grande coupole, février 1935
Crédits Source : Archives privées Pierre Rothpletz, Aarau
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 6 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue d’ensemble de l’édifice après la démolition des coupoles, juillet 1935
Crédits Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 6 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue du chantier de pose des coffrages en bois de la grande coupole en béton armé, automne 1935
Crédits Source : Archives privées Pierre Rothpletz, Aarau
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 7 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue du chantier de pose des dallettes en béton de la demi-coupole ouest, janvier 1936
Crédits Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 8 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue des ferraillages de la dalle en béton armé de la base du minaret nord, août 1934
Crédits Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 9 : Mosquée Mohammad Ali, Le Caire : vue des coffrages en bois d’une partie de la grande coupole, septembre 1934
Crédits Source : Fonds C. Andreae, eth, Zurich
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 10 : Nilomètre de Rawda, Le Caire : vue du chantier de restauration (1937-1938)
Crédits Source : Archives privées Pierre Rothpletz, Aarau
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12519/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search