Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

L’artisanat d'art

Quelques ferronniers français actifs dans l’arc sud-est méditerranéen au xxe siècle

French metal craftsmen active in the southeast Mediterranean area during the twentieth century

Karin Blanc

Texte intégral

1Cet article s’appuie sur une recherche sur le travail de ferronnerie d'architecture et d'art d'une trentaine de ferronniers français à Paris, à Lyon et à Bordeaux pour la période, très riche en ce domaine, de 1890 à 1960, marquée essentiellement par l'Art nouveau et l'Art déco. Si la ferronnerie d'art, généralement signée ou estampillée, permet une recherche assez simple, la ferronnerie d'architecture peut susciter plus d’intérêt, car elle n'est pas souvent signée et l'on ne sait plus grand chose sur ceux qui l'ont réalisée.

2De nombreux liens unissent les ferronniers présentés. C'est Émile Robert qui remet le fer forgé à l'honneur dans les années 1890 après un siècle de décoration en fonte. Il lance la revue L'art de la ferronnerie ancienne et moderne, qu'il rédige et illustre presque seul, et s'associe en 1910 avec l'industriel Ernest Borderel pour créer la société Borderel et Robert. Il reçoit des élèves, dont Jean Schwartz et Adalbert Szabo. Les frères Nics et Paul Kiss étudient et travaillent un temps chez Edgar Brandt. Jean Prouvé fait de même chez Émile Robert et Adalbert Szabo. Raymond Subes est dessinateur chez Émile Robert dès 1910 puis apprend à forger avec lui après la guerre. En 1919, Subes succède à Émile Robert comme directeur du bureau de dessin et chef de l'atelier de ferronnerie chez Borderel et Robert.

3Ce ne sont pas de grandes entreprises de constructions métalliques mais des ateliers ou des sociétés de ferronnerie, allant de 25 à 300 ouvriers. Les ferronniers présentent leur travail au Salon des artistes français, au Salon des Indépendants, au Salon de la Société nationale des beaux-arts, au Salon d'automne, au Salon des artistes décorateurs, au Salon des Tuileries, et aux expositions de travail des métaux qu'Henri Clouzot organise au musée Galliera. La plupart de ces artistes participent aux grandes expositions internationales de 1900, 1925, 1931 et 1937 à Paris ainsi qu'à beaucoup d'expositions internationales dans d'autres villes du monde. Les entreprises parisiennes travaillent également dans d'autres villes de France. Certains ferronniers provinciaux participent aux expositions internationales et travaillent un peu à Paris. Plusieurs entreprises travaillent aussi à l'étranger, notamment sur le pourtour méditerranéen : ce sont Baguès frères, Edgar Brandt, Paul Kiss, Nics frères, Jean Prouvé, Émile Robert, Jean Schwartz, Raymond Subes, Adalbert Szabo et Georges Vinant. Ils sont mentionnés ci-après par ordre alphabétique pour plus de lisibilité mais leurs dates sont indiquées pour chacun.

Baguès frères

  • 1 Maurice Culot et Anne Lambrichs, Albert Laprade, jardinier, urbaniste, dessinateur, serviteur du pa (...)

4Les frères Baguès sont les auteurs en 1913 à Paris de toutes les rampes, des balustrades et même du lustre monumental du théâtre des Champs-Élysées avec les architectes Auguste et Gustave Perret. Victor (1876-1934) et Robert (1880-1942) Baguès ont un bureau au Caire jusqu'en 1934. Dans les années 1930, ils produisent surtout du luminaire et des tables basses. C'est donc à l'intérieur des palais, des immeubles et des hôtels particuliers que l'on peut retrouver leurs œuvres. Au Caire, ils réalisent notamment le luminaire de l'hôtel de ville. À Ankara en 1937, ils sont les auteurs avec l'architecte Albert Laprade des rampes de l'escalier d'honneur et du luminaire de l'ambassade de France sur la rue de Paris1. Les frères Baguès ont également des bureaux à New York, à Londres et à Bruxelles.

Edgar Brandt

  • 2 Joan Kahr, Edgar Brandt, Master of Art Deco Ironwork, New York : Abrams, 1999, p. 220.
  • 3 Martin Fraudeau, Ambassades de France, Le Quai d'Orsay et les trésors du patrimoine diplomatique, P (...)

5Edgar Brandt (1880-1960) est le ferronnier le plus important de l'Exposition internationale de 1925, en particulier pour la grille d'entrée de l’exposition ainsi que pour les grilles extérieures et intérieures de l'hôtel du Collectionneur (Pierre Patout, arch. et Jacques-Émile Ruhlmann, décorateur). Brandt a aussi un bureau au Caire et aurait exécuté vers 1930 de la ferronnerie dans le palais Gezireh du prince Georges Lotfallah avec l'architecte Ferdinand Negm2. Il s’agirait du bâtiment entre les deux tours de l'hôtel Marriott. Edgar Brandt est aussi l'auteur en 1932 des trois grilles monumentales, décorées de feuilles de laurier et de coqs, pour le consulat de France à Jérusalem (Marcel Favier, arch.)3. Mais Brandt travaille de façon plus importante à New York, Montréal et Londres.

Paul Kiss

  • 4 Archives Paul Kiss, Fontenay-sous-Bois.

6Paul Kiss (1886-1962) est l'auteur de la très belle grille aux faisans aujourd'hui exposée dans les galeries du musée des Arts décoratifs de Paris. Il exécute en 1927-1928 d’importants travaux pour le roi Fouad ier et la reine Nazli dans le palais Qubba (Ernesto Verrucci bey, arch.) au nord du Caire, aujourd’hui la résidence des hôtes étrangers du gouvernement égyptien. D'après les images conservées dans les archives de Paul Kiss, le ferronnier produit pour le couple royal des balcons au motif de volutes, de fleurs, de feuilles et d'un grand drapé ; deux lustres aux nombreuses volutes pour le hall de réception ; un lampadaire en cuivre et fer forgé avec volutes et billes ; un autre lampadaire avec volutes, feuilles, billes et abat-jour carré pour le jardin d'hiver ; ainsi qu'une grille de séparation avec un motif de jeunes femmes et d'animaux dans un décor de triangles pour les appartements de la reine Nazli4.

7Paul Kiss a très vraisemblablement été introduit auprès de la société égyptienne par son ami le peintre et décorateur Edmond Soussa (1898-1989), fils d'un grand fabricant de cigares. Champion international de billard, Soussa réalise avec Kiss un trophée pour le championnat du monde de billard cadre 45/1 en mai 1927 à Paris. C'est une sphère décorée d'une carte du monde reposant sur un support illustré d'un sphinx égyptien, de la statue de la Liberté et de la tour Eiffel. Kiss et Soussa exécutent encore ensemble un trophée présenté par le roi Fouad ier en mai 1928 au Challenge des Pharaons au Caire. C'est une coupe décorée de feuillages reposant sur trois personnages en costumes de l'Égypte ancienne entourés de motifs égyptiens.

Figure 1 : Trophée offert par le roi Fouad d’Égypte, Edmond Soussa artiste, Paul Kiss ferronnier

Figure 1 : Trophée offert par le roi Fouad d’Égypte, Edmond Soussa artiste, Paul Kiss ferronnier

Source : Archives privées entreprise Paul Kiss

  • 5 Catalogue de vente de Me Bernard Oger et Me Étienne Dumont, Paris, 21 mai 1990.

8Edmond Soussa dirige au Caire la boutique-vitrine La Forge, fondée par l'architecte Henri Solé. La vente après le décès d'Edmond Soussa en 1990 à Paris, contenait dix-huit dessins de ferronnerie, qu'il exécuta pour Paul Kiss mais dont un seul a été photographié5. D'après ce dessin, il est possible que la grille de séparation réalisée pour la reine Nazli ait été dessinée par Edmond Soussa.

Figure 2 : Palais de Lozy bey, Le Caire, Paul Kiss ferronnier : lustre de la salle de billard

Figure 2 : Palais de Lozy bey, Le Caire, Paul Kiss ferronnier : lustre de la salle de billard

Source : Archives privées entreprise Paul Kiss

  • 6 Archives Paul Kiss, Fontenay-sous-Bois.

9Paul Kiss travaille aussi dans l'hôtel particulier de Lozy bey, probablement un cousin du roi, à Zamalek. Il exécute la double grille d'entrée aux danseuses et musiciennes (présentée à l'Exposition coloniale de 1931 à Paris) ; une grille de séparation au motif de grands losanges entourant deux femmes au milieu de volutes ; et deux lustres de style géométrique pour la salle de billard6. Une grille semblable a été vendue par Sotheby's à New York en 2009.

Figure 3 : Palais de Losy bey, Le Caire, Paul Kiss ferronnier : grille de séparation

Figure 3 : Palais de Losy bey, Le Caire, Paul Kiss ferronnier : grille de séparation

Source : Archives privées entreprise Paul Kiss

Nics frères

10Les frères Nics réalisent en 1923 avec les architectes Léon Azema, Max Edrei (d'origine égyptienne) et Jacques Hardy la porte d'entrée monumentale et les grilles de la chapelle de l'ossuaire de Douaumont. Ces trois architectes gagnent ensuite en 1924 le premier prix du concours pour le palais de justice du Caire, qu'ils construisent.

  • 7 Henri Clouzot, La Ferronnerie moderne ii, Paris : Charles Moreau, 1928, pl. 30.

11Michel (1870-1950) et Jules (1885-1963) Nics continuent à travailler avec ces trois architectes et exécutent pour eux en 1926 la ferronnerie de l'hôtel particulier du juge Nahas bey7 au 5, rue Ahmed-Pacha, à Garden City. La grille sur rue et la grille d'entrée arborent un même motif de gazelles bondissantes. Les frères Nics auraient également décoré l'intérieur de ferronnerie. L'hôtel particulier est aujourd'hui la résidence de l'ambassadeur du Japon.

  • 8 Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950) : genèse et essor d'u (...)

12Ils auraient également exécuté les ferronneries de l’immeuble Rabbath (1931), à l’angle des rues Cherif et du 26-Juillet, œuvre des architectes Azema, Edrei et Hardy8, et dont la composition des façades s’inspire de l’immeuble qu’ils ont réalisé à Paris au 91-93, quai d'Orsay. Il semble aussi possible que les frères Nics aient réalisé au Caire les lustres de la pâtisserie Groppi vers la fin des années 1920.

Figure 4 : Résidence de Nahas bey, Garden-City, Le Caire, Nics frères ferronniers : porte d’entrée

Figure 4 : Résidence de Nahas bey, Garden-City, Le Caire, Nics frères ferronniers : porte d’entrée

Source : Serrurerie moderne [et] ferronnerie de bâtiment, Paris : C. Moreau, [1931?]

Jean Prouvé

  • 9 Peter Sulzer, Jean Prouvé. Œuvre complète, 1. 1917-1933, Berlin : Wasmuth, 1995, p. 178-182.

13Jean Prouvé (1901-1984), un des grands créateurs et constructeurs du xxe siècle, fut d'abord un ferronnier. En 1931-1934, il réalise à Alger pour le palais du gouvernement général d'Algérie (Jacques Guiauchain, arch.) les portes d'entrée en acier et acier inoxydable et les rampes en profils d'acier avec main courante en acier inoxydable du grand escalier, le tout au motif de croisées9. C'est actuellement le siège du Front de libération nationale (fln).

Émile Robert

14Émile Robert (1860-1924) est, entre autres, l'auteur en 1911 de l'importante ferronnerie des balcons et des panneaux intérieurs de l'hôtel Lutetia à Paris (Louis-Charles Boileau et Henri Tauzin, arch.). La marquise, également en fer forgé, a aujourd'hui disparu.

  • 10 Louis Aubry, « Émile Robert », dans Victor Champier, Les industries d'art à l'Exposition universell (...)

15Avec l'architecte français Bruno Pellissier, Émile Robert réalise à Istanbul autour de 1900 une rampe d'escalier au motif de roses et de chrysanthèmes pour un palais du sultan Abdül Hamid10. Également à Istanbul, Émile Robert pourrait bien être l'auteur des très beaux balcons, au motif de roses, de la maison Botter construite en 1901 (Raimondo d'Aronco, arch.) pour Jean Botter, le couturier du sultan.

Schwartz-Hautmont

16Dirigée par Jean Schwartz (1899-1967), cette importante entreprise de constructions métalliques, travaillant dans le monde entier, possédait également un département de ferronnerie d'art. En 1929, Jean Schwartz avait créé les grands motifs octogonaux, rectangulaires et circulaires emplis de fleurs stylisées entourant le nom de « Samaritaine » sur les façades de ces nouveaux magasins (Henri Sauvage et Frantz Jourdain, arch.). Les catalogues commerciaux de la société Schwartz-Hautmont contiennent des listes de son travail de ferronnerie d'architecture et d'art, malheureusement sans grands détails.

  • 11 Archives Schwartz-Hautmont, Neuilly-sur-Seine.

17En 1902, Albert Schwartz (1861-1930), père de Jean Schwartz et directeur de Schwartz & Meurer, avait réalisé la ferronnerie du palais Zaafaran au Caire. Il travaille aussi vers la même époque pour le club Mohammad Ali11 (aujourd’hui club des diplomates).

  • 12 La Construction moderne, 19 juillet 1931, p. 671-672.
  • 13 Raymond Subes, Ferronnerie moderne. Un choix de réalisations récentes des maîtres ferronniers, Pari (...)

18Schwartz & Meurer absorbe en 1919 les ateliers de construction, forges et fonderies d'Hautmont et devient la société anonyme des ateliers Schwartz-Hautmont. Jean Schwartz rejoint la société en 1926. Il travaille plusieurs fois en Algérie et au Maroc au début des années 1930. À Alger, il est l'auteur de la ferronnerie du Grand Hôtel et du casino d'Alger avec les architectes Auguste Bluysen et Joachim Richard. Il exécute également dans cette ville la ferronnerie de l'école Dujonchay à Alger, avec les architectes Pierre-André Émery et Charles H. Breuillot. Puis il réalise en 1931 les grilles et balustrades au motif de cercles emplis de volutes des bureaux de la banque d'Algérie à Oran et à Hussein Dey avec l'architecte Gustave Umbdenstock12. Jean Schwartz est également l'auteur, toujours avec Gustave Umbdenstock, des grilles au motif répétitif d'étoiles pour les bureaux de la banque d'Algérie à Skikda13.

  • 14 Antoine Marchisio est, avec Henri Prost, l’auteur en 1923 de l'hôtel La Mamounia à Marrakech, mélan (...)
  • 15 Raymond Subes, op.cit., pl. 28-29.

19À Rabat, Jean Schwartz est l’auteur avec l'architecte Adrien Laforgue de la grille de la Résidence française, au motif de volutes en C, et réalise la grille au motif de fleurs du collège des Orangers avec l'architecte Antoine Marchisio14. Il exécute encore une grande porte et une grille basse aux volutes en C, pour l'hôtel de ville de Kenitra, avec le même architecte15.

Figure 5 : Banque d’Algérie, Skikda (ancienne Philippeville), Schwartz-Hautmont ferronnier : grille

Figure 5 : Banque d’Algérie, Skikda (ancienne Philippeville), Schwartz-Hautmont ferronnier : grille

Source : Raymond Subes, Ferronnerie moderne, i, Un choix des réalisations récentes des maitres ferronniers. M. Bergue. E. Brandt. R. Desvallières etc.ii. R. Subes. Œuvres récentes, Paris : Vincent Fréal & Cie, 1950-1951

Raymond Subes

20Raymond Subes (1891-1970) est l'auteur à Paris de la ferronnerie extérieure et intérieure du siège actuel de la banque bnp-Paribas (Joseph Marrast et Charles Letrosne, arch.), à l'angle des boulevards Haussmann et des Italiens, et va particulièrement travailler avec Joseph Marrast. Il a très vraisemblablement réalisé avec lui la ferronnerie de l'hôtel de ville et celle du palais de justice sur la place Mohammed-V à Rabat.

  • 16 Fonds Paul Tournon, Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du xx(...)

21À Casablanca, Subes exécute en 1930 les grilles de la cathédrale de Casablanca avec l'architecte Paul Tournon16 ainsi que la porte d'entrée de la banque Mas avec l'architecte Charles Abella.

22Si Raymond Subes eut des bureaux au 10 rue Michelet à Alger, on ne connaît rien de ses réalisations en Algérie.

Adalbert Szabo

  • 17 Salon des artistes français, Catalogue des œuvres exposées, 1923.

23Adalbert Szabo (1877-1961) est l'auteur à Paris en 1913 de la célèbre grille et des éléments du vestibule du 65-67, boulevard Raspail avec l'architecte Léon Tissier. Il travaille essentiellement dans plusieurs villes françaises mais présente toutefois au Salon des artistes français à Paris en 1923, des travaux réalisés pour le Palais d'été à Alger.17

Georges Vinant

24Georges Vinant (1866-1943) est l'auteur en 1908-1910 de la belle ferronnerie des portes, au pourtour rempli d'abondantes feuilles et fleurs, du 1-5, avenue Mozart (Maurice du Bois d'Auberville, arch.)

  • 18 Archives Georges Vinant, Montargis.

25En 1890, avec la Compagnie de construction des Batignolles, il exécute un des ponts pour le chemin de fer de Brousse (Bursa) en Turquie18.

  • 19 J. Starkie Gardner, Ironwork, Part ii: Continental ironwork of the Renaissance and later periods, L (...)

26Selon J. Starkie Gardner, ferronnier lui-même et autorité britannique sur le sujet, « en ferronnerie, la palme revient aux Français pour la délicatesse de l'exécution, le raffinement du dessin et le génie de l'invention19 ». La ferronnerie d'art et d'architecture connut un très grand succès en France et à l'étranger dans la première moitié du xxe siècle. Celui-ci fut malheureusement de courte durée, pour des raisons liées en grand partie à la Seconde Guerre mondiale et au coût des œuvres. À l’heure actuelle, la restauration des bâtiments anciens comprend souvent la restauration de leur ferronnerie. La ferronnerie d'art de ces époques est régulièrement présentée dans les grandes ventes et peut atteindre des prix très élevés.

Notes

1 Maurice Culot et Anne Lambrichs, Albert Laprade, jardinier, urbaniste, dessinateur, serviteur du patrimoine, Paris : Norma, 2007, p. 205.

2 Joan Kahr, Edgar Brandt, Master of Art Deco Ironwork, New York : Abrams, 1999, p. 220.

3 Martin Fraudeau, Ambassades de France, Le Quai d'Orsay et les trésors du patrimoine diplomatique, Paris : Perrin, 2000, vol. i, p. 155-163.

4 Archives Paul Kiss, Fontenay-sous-Bois.

5 Catalogue de vente de Me Bernard Oger et Me Étienne Dumont, Paris, 21 mai 1990.

6 Archives Paul Kiss, Fontenay-sous-Bois.

7 Henri Clouzot, La Ferronnerie moderne ii, Paris : Charles Moreau, 1928, pl. 30.

8 Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950) : genèse et essor d'une expertise locale, Paris : Maisonneuve et Larose, 2005, p. 353.

9 Peter Sulzer, Jean Prouvé. Œuvre complète, 1. 1917-1933, Berlin : Wasmuth, 1995, p. 178-182.

10 Louis Aubry, « Émile Robert », dans Victor Champier, Les industries d'art à l'Exposition universelle de 1900, Paris : Bureau de la Revue des arts décoratifs, 1902, p. 71-75.

11 Archives Schwartz-Hautmont, Neuilly-sur-Seine.

12 La Construction moderne, 19 juillet 1931, p. 671-672.

13 Raymond Subes, Ferronnerie moderne. Un choix de réalisations récentes des maîtres ferronniers, Paris : Vincent, Fréal et Cie, 1948, pl. 27.

14 Antoine Marchisio est, avec Henri Prost, l’auteur en 1923 de l'hôtel La Mamounia à Marrakech, mélange d'architecture traditionnelle et d'Art déco.

15 Raymond Subes, op.cit., pl. 28-29.

16 Fonds Paul Tournon, Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du xxe siècle.

17 Salon des artistes français, Catalogue des œuvres exposées, 1923.

18 Archives Georges Vinant, Montargis.

19 J. Starkie Gardner, Ironwork, Part ii: Continental ironwork of the Renaissance and later periods, Londres : Victoria and Albert Museum, 1930 (rééd. 1978), p. 5.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Trophée offert par le roi Fouad d’Égypte, Edmond Soussa artiste, Paul Kiss ferronnier
Crédits Source : Archives privées entreprise Paul Kiss
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12506/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2 : Palais de Lozy bey, Le Caire, Paul Kiss ferronnier : lustre de la salle de billard
Crédits Source : Archives privées entreprise Paul Kiss
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12506/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 3 : Palais de Losy bey, Le Caire, Paul Kiss ferronnier : grille de séparation
Crédits Source : Archives privées entreprise Paul Kiss
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12506/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4 : Résidence de Nahas bey, Garden-City, Le Caire, Nics frères ferronniers : porte d’entrée
Crédits Source : Serrurerie moderne [et] ferronnerie de bâtiment, Paris : C. Moreau, [1931?]
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12506/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 5 : Banque d’Algérie, Skikda (ancienne Philippeville), Schwartz-Hautmont ferronnier : grille
Crédits Source : Raymond Subes, Ferronnerie moderne, i, Un choix des réalisations récentes des maitres ferronniers. M. Bergue. E. Brandt. R. Desvallières etc.ii. R. Subes. Œuvres récentes, Paris : Vincent Fréal & Cie, 1950-1951
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12506/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search