Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

L’artisanat d'art

L’art et le luxe dans le détail. La production des entreprises italiennes de décoration dans l’Égypte moderne (1859-1967)

Art and luxury in the details: Italian interior decorators in modern Egypt, 1859-1967

Paola Ricco

Texte intégral

Figure 1 : Porte d’entrée d’une banque, Le Caire, Berté & Gaeta ferronniers (non daté)

Figure 1 : Porte d’entrée d’une banque, Le Caire, Berté & Gaeta ferronniers (non daté)

Source : Archives privées Renato Gaeta

Figure 2 : Siège de l’entreprise Giuseppe Parvis, Le Caire (non daté)

Figure 2 : Siège de l’entreprise Giuseppe Parvis, Le Caire (non daté)

Source : Archives privées Roberto Parvis

  • 1 Je remercie l’Institut italien de culture du Caire et le Centre archéologique pour avoir facilité l (...)

1L’apport des architectes et des ingénieurs italiens dans la construction de l’Égypte moderne est aujourd’hui bien connu grâce aux nombreuses recherches menées ces dernières années, mais les informations concernant l’activité des industries d’art qui ont collaboré aux divers projets architecturaux restent plus fragmentaires. Parce que de nombreux entrepreneurs étrangers ont été contraints, par les événements politiques, à quitter soudainement le pays, leurs archives ont été dispersées, ce qui rend plus difficile la recherche. Les principales sources d’information sont à l’heure actuelle d’ordre bibliographique et suggèrent une activité florissante qui mériterait une enquête plus approfondie : journaux, guides, catalogues d’expositions, annuaires, publicités d’époque sont autant d’outils utiles pour connaître les entrepreneurs italiens actifs dans le secteur de la décoration d’intérieur, dont certains ont apporté une contribution concrète dans la construction d’architectures qui ont renforcé l’image d’un pays à la recherche de sa modernité1.

Figure 3 : Club des constructeurs, Le Caire : vue du mobilier du bar, Fernando Parvis entr. [non daté]

Figure 3 : Club des constructeurs, Le Caire : vue du mobilier du bar, Fernando Parvis entr. [non daté]

Source : Archives privées Roberto Parvis

Figure 4 : Club des constructeurs, Le Caire : vue du mobilier de l’entrée, Fernando Parvis entr. [non daté]

Figure 4 : Club des constructeurs, Le Caire : vue du mobilier de l’entrée, Fernando Parvis entr. [non daté]

Source : Archives privées Roberto Parvis

Figure 5 : Portrait du roi Fouad d’Égypte, Berté & Gaeta ferronniers (non daté)

Figure 5 : Portrait du roi Fouad d’Égypte, Berté & Gaeta ferronniers (non daté)

Source : Archives privées Renato Gaeta

  • 2 Voir L. A. Balboni, Gli Italiani nella civiltà egiziana del secolo xix, Alexandrie : Penasson, 1906 (...)
  • 3 Archives historiques de la Fondation nationale des Cavalieri del Lavoro (ascl), dossier concernant (...)
  • 4 L. A. Balboni, op. cit., p. 99 et G. Corona, Giuseppe Parvis, dans L’esposizione italiana del 1884 (...)
  • 5 G. Corona, op. cit., p. 273.
  • 6 ascl, dossier concernant Giuseppe Parvis.
  • 7 Voir Giulia Fava-Parvis Bernocco, A bordo del Persia: impressioni e ricordi, Turin : G. B. Paravia (...)

2L’entreprise de Giuseppe Parvis occupe une place de choix dans la production du mobilier d’intérieur2. Parvis, né à Breme dans la province de Pavie en 18313, étudie et fait son apprentissage à Turin4, puis s’établit à Paris en tant que sculpteur ; en 1859, il arrive au Caire et y installe son atelier d’ébénisterie. Il est probable que le consul d’Italie Giuseppe De Martino a plaidé en faveur de sa venue car il « désirait le retenir au Caire, persuadé qu’en y installant son atelier, il ferait honneur à l’Italie5 ». Sa production attire bientôt l’intérêt et les faveurs d’Ismaïl pacha « qui l’aida dans ses recherches sur l’art arabe en matière de mobilier6 » ; le khédive lui offre en effet la possibilité de visiter des monuments et des lieux habituellement inaccessibles. Parvis a ainsi l’occasion d’étudier de près et de reproduire les décorations les plus caractéristiques et significatives de l’art arabe, qu’il réinterprète avec création et imagination dans ses projets de meubles. Après s’être attaché, dans un premier temps, aux ornements arabisants, il se tourne vers les motifs du répertoire égyptien ancien et ceux d’origine gréco-romaine, et transpose dans ses meubles l’approche éclectique qui guidait les choix architecturaux de son temps7.

Figure 6 : Mobilier de Giuseppe Parvis exposé à l’Exposition universelle de Paris en 1878

Figure 6 : Mobilier de Giuseppe Parvis exposé à l’Exposition universelle de Paris en 1878

Source : L’Esposizione di Parigi del 1878 illustrata, Milan : Sonzogno, 1878, vol. I, p. 632

Figure 7 : « Salle égyptienne » présentée par Giuseppe Parvis à l’exposition de Turin en 1884

Figure 7 : « Salle égyptienne » présentée par Giuseppe Parvis à l’exposition de Turin en 1884

Source : L’Esposizione di Parigi del 1878 illustrata, Milan : Sonzogno, 1878, vol. I, p. 272

  • 8 Voir Il signor Parvis. Industriale italiano domiciliato al Cairo, dans L'Esposizione universale di (...)
  • 9 Voir Uno sguardo all’Esposizione egiziana, dans L’Esposizione universale di Filadelfia del 1876. Il (...)
  • 10 Voir I mobili dell’italiano Parvis, dans L’Esposizione di Parigi del 1878. Illustrata, vol. I, Mila (...)
  • 11 Voir G. Corona, I mobili, dans L'Esposizione italiana del 1881 in Milano. Illustrata, Milan : Sonzo (...)
  • 12 Voir L’esposizione italiana del 1884 in Torino. Illustrata, Milan : Sonzogno, 1884, p. 310.
  • 13 Voir Esposizione nazionale del 1898. Catalogo generale, Turin : Roux Frassati, 1898, p. 370 et « Gl (...)
  • 14 Voir Manfredo Cagni, Egitto, Turin : C. Clausen, 1897, p. 216-219. Dans Quaderni dell’Istituto di S (...)
  • 15 Voir « Al palazzo di Koubba », L’Imparziale, n°302, 29 oct. 1897. Dans le cadre de la rénovation du (...)

3La notoriété de Parvis auprès de la société égyptienne est renforcée par les expositions internationales. À l’Exposition universelle de Paris en 1867, il réalise et expose sur commission d’Ismaïl pacha le « mobilier d’un salon arabe » qui vaut à l’Égypte une médaille d’or. En 1873, pour le pavillon égyptien construit à l’exposition de Vienne, véritable pavillon résidentiel qui aurait dû héberger le khédive durant la manifestation, Parvis dessine la porte du mândara, trois armoires et plusieurs autres pièces de mobilier, parmi lesquelles des kursi, à savoir des tabourets, des trépieds aux fonctions diverses, des lutrins pour la lecture du Coran et une collection d’objets en cuivre ciselé8. À Philadelphie en 1876, il propose « le mobilier pour une maison égyptienne », comprenant deux armoires au décor particulièrement raffiné9 ; en 1878, il expose à Paris quelques meubles10 et en 1881 à Milan il remporte la médaille d’argent pour un « salon égyptien »11. En 1884, on lui décerne la médaille d’or à l’Exposition italienne de Turin pour une « salle égyptienne » décorée de statues en forme de sphinx et un « salon arabe »12 ; il participe à l’Exposition de Turin de 1898 dans la section des Italiens de l’étranger mais, comme il est membre du jury, ses travaux sont hors compétition13. La bibliographie fait état, en dehors de sa présence dans les expositions internationales, d’autres réalisations telles que la décoration de maisons et de palais pour Ismaïl pacha, les travaux réalisés pour les palais de Gezireh et d’Abdin, pour l’opéra du jardin de l’Azbakiyya14 et pour le palais Qubba15.

Figure 8 : Salle d’exposition de l’entreprise Giuseppe Parvis au Caire (non daté)

Figure 8 : Salle d’exposition de l’entreprise Giuseppe Parvis au Caire (non daté)

Source : Archives privées Roberto Parvis

Figure 9 : Porte, Berté & Gaeta ferronniers (non daté)

Figure 9 : Porte, Berté & Gaeta ferronniers (non daté)

Source : Archives privées Renato Gaeta

  • 16 Voir Giulia Fava-Parvis Bernocco, op. cit., p. 33-45 et S. Romano, op. cit., p. 15-16.
  • 17 Voir Edoardo D. Bigiavi, Dell’opera degli Italiani in Egitto. Relazione presentata al Comitato « It (...)
  • 18 Voir S. Romano, op. cit., p. 15-16.
  • 19 Voir L. A. Balboni, op. cit., vol. III, p. 353-354, E. D. Bigiavi, op. cit., p. 47-48, C. Myntti, P (...)
  • 20 Voir L. A. Balboni, op. cit., vol. III, p. 355-357, G. B. Danovaro, L’Égypte à l’aurore du xxe sièc (...)

4Au début du xxe siècle, l’atelier de Parvis emploie environ cent personnes16. Les sources mettent en évidence son aptitude à se distinguer dans le secteur de l’ébénisterie : « Il mit la passion d’un artiste [...] pour régénérer l’art arabe perdu17 » et « en observant les monuments arabes, il comprit immédiatement comment tirer parti de ces lignes bizarres, à première vue incompréhensibles, mais dont l’enchevêtrement offre des élégances inégalables, et pensa les appliquer au mobilier d’intérieur18. » Les moucharabiehs, les arabesques, les muqarnas et les mosaïques deviennent les éléments ornementaux d’une production d’objets destinée à répondre aux usages et aux coutumes locales ainsi qu’aux modes d’habiter européens. Parvis dicte ainsi une méthode de travail et un goût, offrant au marché des modèles qui se prêtent à l’imitation et qui sont diffusés par les ébénistes formés dans son établissement, au nombre desquels les frères Furino19 et les frères Jacovelli20. Les premiers produisent le mobilier des salons des hôtels Continental et Savoy du Caire, remportent la médaille de bronze à l’Exposition d’Alexandrie en 1884 et sont nommés membres de l’Académie des arts et industries de Bruxelles. Les seconds sont chargés par le Comité de conservation des monuments de l’art arabe de la restauration de mosquées et de monuments divers. Ils coordonneront en 1893 l’installation de la Cairo Street à l’Exposition de Chicago et participeront en 1911 à l’Exposition internationale de Turin.

  • 21 S. Romano, op. cit., p. 15-16.
  • 22 L’Imparziale, n°88, 29 mars 1898.
  • 23 « L’arte italiana in Egitto », L’Imparziale, n°291, 1er avril 1897.
  • 24 S. Di Monsanquirico, « L’arte italiana in Egitto », L’Imparziale, n°9, 8 mars 1892.
  • 25 Voir « La visita del Re del Siam allo stabilimento Parvis », L’Imparziale, n°318-319, 14-15 nov. 18 (...)

5Parvis est un personnage en vue aussi bien pour la communauté italienne du Caire que pour la société égyptienne. L’attention qu’il a portée à la vie culturelle locale, en contribuant à enrichir les collections du Musée arabe21 et du musée de la Société de géographie22 et en cédant certains objets pour la cérémonie de pose de la première pierre du musée des Antiquités égyptiennes23, ont représenté autant d'occasions de renforcer ses rapports avec quelques-unes des plus importantes institutions de la capitale et d’accroître sa notoriété. Les critiques envers ses travaux24 n’ont pas manqué, mais les sources mettent surtout en lumière l’admiration partagée pour ses meubles et décrivent son établissement comme une étape obligatoire pour quiconque visite Le Caire25.

Figure 10a : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : détail du plafond en bois peint

Figure 10a : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : détail du plafond en bois peint

Source : Archives privées Enrico Nistri

Figure 10b : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : frise du plafond

Figure 10b : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : frise du plafond

Source : Archives privées Enrico Nistri

Figure 10c : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : frise des poutres du plafond

Figure 10c : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : frise des poutres du plafond

Source : Archives privées Enrico Nistri

Figure10d : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : coupole et stalactites

Figure10d : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : coupole et stalactites

Source : Archives privées Enrico Nistri

  • 26 Giuseppe Parvis est nommé Chevalier de la Couronne en Italie en 1872 et Chevalier du Travail en 190 (...)
  • 27 Voir « Una visita di S. E. Paternò e del conte Volpi allo stabilimento Parvis », L’Imparziale, 14 f (...)
  • 28 Voir Michele Cennamo, Materiali per l’analisi dell’architettura moderna. La prima Esposizione itali (...)
  • 29 Voir R. P., « Cronache romane. La mostra d’arte marinara », Emporium, n°398, 1928, p. 118-124. Parv (...)
  • 30 Voir G. Galassi, « Un problema egiziano. Cerco stanza », Il Giornale d’Oriente, 30 nov. 1932 et F.  (...)
  • 31 Pour les œuvres de F. Parvis voir : « L’inaugurazione del galleggiante sul Nilo della Sezione Nauti (...)

6Après la mort de Giuseppe Parvis26 l’entreprise poursuit son activité sous la direction de son fils Pompeo qui, à son tour, vers la fin des années 1930, en cède la direction à son fils Fernando, né au Caire le 30 juin 190127. Au moment où il reprend l’entreprise familiale, Fernando réorganise la production de manière substantielle. Sa formation à l’École supérieure d’architecture de Rome et ses contacts avec un environnement culturel qui n’était pas tout à fait acquis au plus authentique langage rationaliste, plaident toutefois clairement pour un renouvellement du vocabulaire architectural. Le design inspiré par un modernisme raffiné rompt avec le style qui avait été la marque et avait fait la renommée de l’établissement. Après avoir participé à la Première exposition italienne d’architecture rationaliste avec un projet pour un club de sport à Rome28 puis à la Mostra d'arte marinara29, Fernando rentre en Égypte et relève l’entreprise, tentant par son travail de sensibiliser le public au goût moderne en matière de mobilier30 ; il décore des intérieurs de maisons, de lieux publics et privés, réalise des installations pour des expositions temporaires, souvent en collaboration avec sa femme Anna Balsamadjeva, artiste d’origine bulgare qu’il a connue à Rome, et qui s’occupe de tout ce qui touche aux décors peints ou sculptés31.

Figure 11 : Bureau de l’administration de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)

Figure 11 : Bureau de l’administration de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)

Source : Archives privées Enrico Nistri

Figure 12 : Salle d’exposition de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)

Figure 12 : Salle d’exposition de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)

Source : Archives privées Enrico Nistri

Figure 13 : Personnel de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)

Figure 13 : Personnel de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)

Source : Archives privées Enrico Nistri

Figure 14 : Façade du dépôt de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)

Figure 14 : Façade du dépôt de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)

Source : Archives privées Enrico Nistri

  • 32 Les informations concernant la date de début des activités de l’établissement de Berté sont discord (...)

7L’entreprise Berté et Gaeta a été particulièrement active dans le travail du fer forgé et s’y est distinguée pendant une bonne partie du xxe siècle. Luciano Berté arrive de Sicile au Caire au début du siècle et y crée une petite entreprise qui croît rapidement, s’imposant sur le marché local et passant du statut d’atelier à celui d’usine d’art32. À la mort de Berté, Vincenzo Gaeta (1900-1969) lui succède. Adopté par la famille Berté quand celle-ci vivait encore en Sicile, Gaeta avait étudié le dessin à l’école Dante Alighieri du Caire et avait commencé à travailler à l’usine Berté à la fin des années 1910. En 1932, il est à la tête de l’usine en tant que directeur technique et fait appel à Vincenzo Berté, neveu de Luciano, en tant que directeur administratif.

  • 33 Annuario illustrato della vi Fiera del Levante di Bari, Milan et Rome : Arti grafiche Bertarelli, 1 (...)
  • 34 Voir « La visita del Ministro d’Italia... », art. cit.

8Grâce à cette judicieuse division des rôles, aux capacités techniques et à l’esprit d’entreprise avisé de Gaeta, l’usine atteint un bon niveau de production. En 1931, il obtient la médaille d’or et le diplôme d’honneur à la xive Exposition industrielle du Caire, en 1936 il reçoit un titre de mérite à la Foire du Levant de Bari et est nommé « fournisseur officiel de Sa Majesté le roi Farouk »33. L’augmentation progressive de la quantité de travail rend nécessaire le transfert vers un siège plus vaste. Les salles d’exposition et les ateliers de production précédemment délocalisés, les unes au 12, rue Soliman-Pacha et les autres dans le quartier de Boulaq, migrent vers la nouvelle usine construite sur 5 000 m2 à Ghamra, trouvant sur place des hangars et des machines modernes installés en l’espace de trois mois. Les bureaux et la salle d’exposition ont été réalisés « en style rationaliste » par l’architecte Joseph Rabbat34.

  • 35 Les sources bibliographiques fournissent des appréciations favorables sur la production de mobilier (...)

9L’entreprise a acquis visibilité et notoriété et, à la fin des années 1930, elle compte environ 200 salariés répartis entre employés, techniciens et ouvriers spécialisés. Grâce à sa capacité d’adaptation aux changements du goût et à ses compétences techniques pointues qui autorisent les travaux les plus complexes, l’entreprise offre une production éclectique en mesure de répondre aux demandes les plus variées. Outre les travaux en fer forgé qu’elle exécute pour les palais royaux, elle est appelée à travailler pour la bonne société, pour des banques et des sociétés d’assurances et pour des propriétaires de commerces désireux de rénover leurs magasins35. Parallèlement à sa production artistique, l’entreprise réalise aussi des structures métalliques pour des établissements industriels, prend part aux travaux du barrage d’Assouan et met ses compétences et ses produits au service de la construction de centrales électriques. Les commandes proviennent aussi d’autres pays du Moyen-Orient parmi lesquels l’Irak, la Libye et l’Arabie saoudite. Lorsque la situation politique commence à se détériorer, Gaeta perd le contrôle de l’usine qui sera réquisitionnée à l’arrivée au pouvoir de Nasser. En 1967, il perd l’espoir de pouvoir à nouveau diriger l’entreprise qu’il a fait croître et rentre en Italie avec sa famille.

  • 36 Voir « La visita del Ministro d’Italia... », art. cit.

10En mars 1938, Il Giornale d’Oriente avait consacré un article à la visite d’un ministre italien, le comte Mazzolini, à l’usine Berté et Gaeta. La liste des invités donne une idée de ce qu’était la communauté italienne de l’époque36. Aux côtés des représentants des institutions étaient présents des professionnels qui opéraient dans des domaines variés, parmi lesquels des architectes, des ingénieurs, des entrepreneurs du bâtiment et d’autres, actifs dans le domaine de la décoration intérieure. Parmi ces derniers figurent les frères Jacovelli et l’ingénieur Umberto Bardelli, représentant de l’entreprise Enrico Nistri, une autre entreprise italienne dont la contribution en Égypte aura été importante.

11Giuseppe et Enrico Nistri arrivent au Caire en 1901. Forts des connaissances acquises au cours de leurs expériences précédentes – parmi lesquelles l’apprentissage effectué dans l’atelier familial à Pise jusqu’en 1890 – les deux frères créent, dans la capitale égyptienne, une entreprise spécialisée dans la décoration, la peinture et les dorures qui connaît rapidement le succès et reçoit des commandes de membres de la famille royale, d’institutions et de clients privés. Il est possible que la masse de travail soit à l’origine de la création, en 1906, de deux entreprises autonomes.

  • 37 Voir Annuario degli italiani d’Egitto, Alexandrie, 1933, p. 196 ; Annuario degli italiani d’Egitto, (...)
  • 38 Voir Torino 1911..., op. cit., p. 725.

12Enrico Nistri (1871-1922) 37avait suivi un cours d’ornement à l’Académie des beaux-arts de Florence et, après avoir obtenu l’habilitation à enseigner, avait été professeur de dessin à l’École royale technique de La Spezia. Au Caire, Nistri est bien accueilli, recevant de nombreuses commandes prestigieuses. Au pic de son activité, l’entreprise employait près de 200 personnes. Entre 1906 et 1910, l’entreprise travaille pour des clients publics et privés et collabore avec des entreprises de construction renommées et des concepteurs de projets étrangers actifs au Caire. Elle proposait des décorations inspirées des motifs traditionnels de l’art islamique ainsi que des répertoires figuratifs et typographiques d’origine occidentale. La médaille d’or reçue en 1911 à l’Exposition internationale de Turin pour des modèles décoratifs d’intérieurs de mosquées, de villas et de palais38 est une reconnaissance publique de la riche activité de l’entreprise que Nistri dirigera jusqu’en 1919, date à laquelle lui succèderont son petit-fils Gino Cattani et son gendre Bardelli qui en prendra définitivement la direction en 1932. Durant son séjour au Caire, Nistri maintient de continuels contacts avec l’Italie et il s’éteindra en 1922 à Viareggio où il avait fait construire, dix ans plus tôt, sa résidence, une maison où se manifeste clairement le style oriental dans les motifs décoratifs extérieurs et intérieurs dont certains sont des reproductions des meilleures ornementations des mosquées du Caire.

13Les entreprises de Parvis, de Berté et Gaeta et de Nistri sont les fleurons d’un réseau de décorateurs, d’artistes et d’artisans italiens actifs en Égypte et dont les sources laissent penser qu’il est encore plus vaste. Grâce aux nombreuses opportunités de travail facilitées par les conditions économiques favorables dont jouissaient les Occidentaux, des figures isolées ou des familles entières ont pu se créer un style de vie convenable, parfois même aisé. Utilisant un langage qui trouve ses sources dans les motifs orientalistes et arabisants, souvent mêlé d’impressions et de souvenirs de la culture européenne ou atténué par ceux-ci, les entrepreneurs actifs dans le domaine de la décoration ont compris ou influencé le goût de clients particulièrement sensibles à l’art et au luxe. Certains de ces entrepreneurs, plus que d’autres, grâce à leur sagacité et à leur prudence, ont su tirer profit de la conjoncture favorable et ont acquis les qualités qui font les figures entrepreneuriales les plus modernes. Évoquer ceux qui ont opéré dans ce domaine signifie reconstruire graduellement un ensemble de rapports, de connaissances, de compétences qui, à cheval sur deux siècles et pour une grande partie du xxe siècle, ont contribué à la formation d’une nouvelle image caractéristique de quelques-unes des plus importantes villes d’Égypte.

Notes

1 Je remercie l’Institut italien de culture du Caire et le Centre archéologique pour avoir facilité la recherche bibliographique ainsi que Renato Gaeta, Enrico Nistri, Roberto et Guido Parvis pour avoir fourni des informations sur leurs familles.

2 Voir L. A. Balboni, Gli Italiani nella civiltà egiziana del secolo xix, Alexandrie : Penasson, 1906, vol. II, p. 99-102.

3 Archives historiques de la Fondation nationale des Cavalieri del Lavoro (ascl), dossier concernant Giuseppe Parvis. Je remercie Ezio Godoli pour cette indication.

4 L. A. Balboni, op. cit., p. 99 et G. Corona, Giuseppe Parvis, dans L’esposizione italiana del 1884 in Torino illustrata, Milan : Sonzogno, 1884, p. 273. On y lit que Parvis a étudié à l’Académie albertine. On déduit du dossier concernant Parvis conservé auprès des ascl que Parvis fréquenta à Turin l’école de sculpture et de ciselage de Gabriele Capello « Moncalvo ».

5 G. Corona, op. cit., p. 273.

6 ascl, dossier concernant Giuseppe Parvis.

7 Voir Giulia Fava-Parvis Bernocco, A bordo del Persia: impressioni e ricordi, Turin : G. B. Paravia et C., 1900, p. 33-45, S. Romano, Italiani ed istituzioni italiane in Egitto, intervention devant le comité palermitain de la société Dante Alighieri lors de la réunion du 13 août 1905, Palerme, 1905, p. 16-17.

8 Voir Il signor Parvis. Industriale italiano domiciliato al Cairo, dans L'Esposizione universale di Vienna del 1873. Illustrata, Milan : Sonzogno, 1877, p. 355.

9 Voir Uno sguardo all’Esposizione egiziana, dans L’Esposizione universale di Filadelfia del 1876. Illustrata, vol. II, Milan : Sonzogno, 1877, p. 106 et Le rarità della Sezione egiziana nel Main Building, ibid., p. 275.

10 Voir I mobili dell’italiano Parvis, dans L’Esposizione di Parigi del 1878. Illustrata, vol. I, Milan : Sonzogno, 1878, p. 304, 632.

11 Voir G. Corona, I mobili, dans L'Esposizione italiana del 1881 in Milano. Illustrata, Milan : Sonzogno, 1881, p. 193-195 et Il salotto in stile arabo di Giuseppe Parvis, p. 254-255.

12 Voir L’esposizione italiana del 1884 in Torino. Illustrata, Milan : Sonzogno, 1884, p. 310.

13 Voir Esposizione nazionale del 1898. Catalogo generale, Turin : Roux Frassati, 1898, p. 370 et « Gli italiani all’estero premiati », L’Imparziale, n°338-339, 4-5 déc. 1898.

14 Voir Manfredo Cagni, Egitto, Turin : C. Clausen, 1897, p. 216-219. Dans Quaderni dell’Istituto di Studi verdiani, n°4, p. 142, on lit que Parvis fut chargé des miroirs pour l’opéra.

15 Voir « Al palazzo di Koubba », L’Imparziale, n°302, 29 oct. 1897. Dans le cadre de la rénovation du palais, Parvis réalise l’escalier principal en bois.

16 Voir Giulia Fava-Parvis Bernocco, op. cit., p. 33-45 et S. Romano, op. cit., p. 15-16.

17 Voir Edoardo D. Bigiavi, Dell’opera degli Italiani in Egitto. Relazione presentata al Comitato « Italiani all’Estero » all’Esposizione di Milano, Livourne : Stabilimento tipografico S. Belforte & C., 1906, p. 47-48.

18 Voir S. Romano, op. cit., p. 15-16.

19 Voir L. A. Balboni, op. cit., vol. III, p. 353-354, E. D. Bigiavi, op. cit., p. 47-48, C. Myntti, Paris along the Nile: architecture in Cairo from the Belle Epoque, Le Caire : AUC Press, 1999, p. 14.

20 Voir L. A. Balboni, op. cit., vol. III, p. 355-357, G. B. Danovaro, L’Égypte à l’aurore du xxe siècle, avec préface en italien par le prof. L. Balboni, Alexandrie : Lagoudakis Editeur, 1901, p. 84, E. D. Bigiavi, op. cit., p. 47-48; Torino 1911. Esposizione internazionale delle industrie e del lavoro per il 50e anniversario della proclamazione del Regno d’Italia, Catalogo generale ufficiale, Turin : Fratelli Pozzo Arti Grafiche, 1911, p. 535.

21 S. Romano, op. cit., p. 15-16.

22 L’Imparziale, n°88, 29 mars 1898.

23 « L’arte italiana in Egitto », L’Imparziale, n°291, 1er avril 1897.

24 S. Di Monsanquirico, « L’arte italiana in Egitto », L’Imparziale, n°9, 8 mars 1892.

25 Voir « La visita del Re del Siam allo stabilimento Parvis », L’Imparziale, n°318-319, 14-15 nov. 1897 ; « A proposito del laboratorio di Parvis », L’Imparziale, n°356, 22 déc. 1897, qui cite un passage de l’Egyptian Gazette informant que l’atelier de Parvis est visité par les étrangers ; Giulia Fava-Parvis Bernocco, op. cit., p. 42 ; S. Romano, op. cit., p. 15-16 ; Karl Baedeker, Egypt and the Sûdân. Handbook for travellers, Leipzig, 1914, p. 41.

26 Giuseppe Parvis est nommé Chevalier de la Couronne en Italie en 1872 et Chevalier du Travail en 1907, il meurt le 19 septembre 1909 à Saronno.

27 Voir « Una visita di S. E. Paternò e del conte Volpi allo stabilimento Parvis », L’Imparziale, 14 fév. 1930.

28 Voir Michele Cennamo, Materiali per l’analisi dell’architettura moderna. La prima Esposizione italiana di architettura razionale, Naples : Fausto Fiorentino, 1973, p. 261 et Maria Concetta Migliaccio, « Parvis, Fernando », dans Architetti e ingegneri italiani dal Levante al Magreb 1848-1945, par E. Godoli et M. Giacomelli, Florence : Maschietto Editore, 2005, p. 267.

29 Voir R. P., « Cronache romane. La mostra d’arte marinara », Emporium, n°398, 1928, p. 118-124. Parvis participe à l’exposition en présentant le mobilier d’une chambre pour enfants sur un pyroscaphe.

30 Voir G. Galassi, « Un problema egiziano. Cerco stanza », Il Giornale d’Oriente, 30 nov. 1932 et F. Parvis, « Per la modernità della casa », Il Giornale d’Oriente, 3 nov. 1932.

31 Pour les œuvres de F. Parvis voir : « L’inaugurazione del galleggiante sul Nilo della Sezione Nautica delle o.g.i.e. », Il Giornale d’Oriente, 24 avril 1934 ; « Arredamento al Cairo. Arch. Fernando Parvis », L’Architettura, nov. 1935, p. 646-650 ; « Prima visita al Dopolavoro », Il Giornale d’Oriente, 19 fév. 1935 ; « L’inaugurazione degli uffici dell’utras al Cairo », Il Giornale d’Oriente, 8 mai 1938 ; « La cerimonia inaugurale della Mostra italiana del Turismo al Cairo », Il Giornale d’Oriente, 20 fév. 1933.

32 Les informations concernant la date de début des activités de l’établissement de Berté sont discordantes : 1899 (voir Annuario generale delle collettività italiane all’estero e degli importatori e esportatori italiani, Trieste : Stabilimento Tipografico Mutilati, 1935, p. 198), 1904 (voir « Il lavoro degli Italiani all’estero. La ditta V. Berté e V. Gaeta. Premiato stabilimento d’arte per i lavori in ferro », Il Giornale d’Oriente, 8 mars 1936), 1907 (témoignage de Renato Gaeta).

33 Annuario illustrato della vi Fiera del Levante di Bari, Milan et Rome : Arti grafiche Bertarelli, 1936. Indiquée inexactement comme Berle & V. Gaeta, l’entreprise expose sous le n°493. Au sujet du titre de fournisseur officiel de la maison royale, on fait référence au témoignage de Renato Gaeta. Pour les informations concernant les prix remportés par l’entreprise à l’occasion des expositions, « La visita del Ministro d’Italia allo Stabilimento del ferro battuto “Berté e Gaeta” », Il Giornale d’Oriente, 10 mars 1938.

34 Voir « La visita del Ministro d’Italia... », art. cit.

35 Les sources bibliographiques fournissent des appréciations favorables sur la production de mobilier en métal blanc qui était largement apprécié (voir « Il lavoro degli Italiani... », art. cit).

36 Voir « La visita del Ministro d’Italia... », art. cit.

37 Voir Annuario degli italiani d’Egitto, Alexandrie, 1933, p. 196 ; Annuario degli italiani d’Egitto, Le Caire 1939, s.n. ; Annuario generale..., op. cit., p. 232 ; A. Belluomini Pucci, « Presenze, immagini, caratteri dell'Oriente a Viareggio nel Novecento », dans « Presenze straniere e minoranze religiose a Viareggio, figure, documenti, testimonianze », Quaderni di storia e cultura, n°2, 2001, p. 167-185.

38 Voir Torino 1911..., op. cit., p. 725.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Porte d’entrée d’une banque, Le Caire, Berté & Gaeta ferronniers (non daté)
Crédits Source : Archives privées Renato Gaeta
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 2 : Siège de l’entreprise Giuseppe Parvis, Le Caire (non daté)
Crédits Source : Archives privées Roberto Parvis
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3 : Club des constructeurs, Le Caire : vue du mobilier du bar, Fernando Parvis entr. [non daté]
Crédits Source : Archives privées Roberto Parvis
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 4 : Club des constructeurs, Le Caire : vue du mobilier de l’entrée, Fernando Parvis entr. [non daté]
Crédits Source : Archives privées Roberto Parvis
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 5 : Portrait du roi Fouad d’Égypte, Berté & Gaeta ferronniers (non daté)
Crédits Source : Archives privées Renato Gaeta
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Figure 6 : Mobilier de Giuseppe Parvis exposé à l’Exposition universelle de Paris en 1878
Crédits Source : L’Esposizione di Parigi del 1878 illustrata, Milan : Sonzogno, 1878, vol. I, p. 632
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 7 : « Salle égyptienne » présentée par Giuseppe Parvis à l’exposition de Turin en 1884
Crédits Source : L’Esposizione di Parigi del 1878 illustrata, Milan : Sonzogno, 1878, vol. I, p. 272
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 8 : Salle d’exposition de l’entreprise Giuseppe Parvis au Caire (non daté)
Crédits Source : Archives privées Roberto Parvis
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 9 : Porte, Berté & Gaeta ferronniers (non daté)
Crédits Source : Archives privées Renato Gaeta
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 10a : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : détail du plafond en bois peint
Crédits Source : Archives privées Enrico Nistri
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 10b : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : frise du plafond
Crédits Source : Archives privées Enrico Nistri
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 10c : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : frise des poutres du plafond
Crédits Source : Archives privées Enrico Nistri
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure10d : Projet de décoration d’une mosquée, Enrico Nistri (tampon : médaille d’or à l’exposition de Turin, 1911) : coupole et stalactites
Crédits Source : Archives privées Enrico Nistri
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 11 : Bureau de l’administration de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)
Crédits Source : Archives privées Enrico Nistri
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 12 : Salle d’exposition de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)
Crédits Source : Archives privées Enrico Nistri
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 13 : Personnel de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)
Crédits Source : Archives privées Enrico Nistri
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 14 : Façade du dépôt de l’entreprise Enrico Nistri, Le Caire (non daté)
Crédits Source : Archives privées Enrico Nistri
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12496/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search