Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

L’architecture

Hôpitaux et écoles dans les archives de l’anmi

The documentation concerning hospitals and schools in the ANMI archives

Anna Nuzzaci

Texte intégral

  • 1 Le siège de l’association est situé 256, via Cavour à Rome.
  • 2 Sur l’œuvre complète de l’anmi, voir Ezio Godoli et Anna Nuzzaci, L’Associazione nazionale per socc (...)

1Les archives relatives aux réalisations de l’Association nationale de secours aux missionnaires italiens (anmi) entre 1890 et 1940 sont conservées au siège de l’institution à Rome1. La documentation rassemble un matériau très varié qui permet de suivre pas à pas la réalisation des ouvrages, de leur conception à leur achèvement et, dans certains cas, jusqu’à leur restauration. L’anmi, fondée en 1887 à Florence, reste de fait, jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, le promoteur italien le plus important de tout le Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (à l’exception de la Libye)2. Dès les années 1920, en raison du grand nombre d’édifices à construire, elle crée deux bureaux techniques de projet, l’un à Turin et l’autre à Rhodes (le Dodécanèse est italien de 1912 à la Seconde Guerre mondiale) ; ce dernier restera actif au moins jusqu’en 1925.

  • 3 L’État italien trouve pratique de déléguer à l’association la responsabilité de l’assistance scolai (...)

2Les principaux champs d’activité de l’anmi sont les bâtiments scolaires et hospitaliers3. Les archives conservées à Rome, qui proviennent des bureaux de Turin et qui furent transférées à l’occasion du déménagement du siège, sont extrêmement intéressantes dans la mesure où elles fournissent des informations détaillées sur un vaste échantillon de projets. Les premiers édifices hospitaliers et scolaires furent conçus par les missionnaires qui supervisèrent également leur construction, en étroite collaboration avec l’association. L’augmentation constante du nombre de projets à réaliser conduisit à la création de bureaux techniques pour la mise au point des plans d’exécution ; c’est alors que la direction des travaux est confiée à des architectes et à des ingénieurs qui en fixent l’orientation en Italie, après avoir effectué un voyage préliminaire sur place, et qui en coordonnent la réalisation sur place. Un vaste réseau de compétences est ainsi mis en place. Le directeur du bureau technique reste constamment en contact par voie épistolaire avec plusieurs interlocuteurs (le président de l’association, le directeur des travaux, le gestionnaire, le personnel responsable des instituts) et supervise, même à distance, les travaux de construction. Les projets élaborés par les professionnels à l’étranger sont envoyés à Rome et soumis à l’examen du secrétaire général et des ingénieurs du bureau technique, qui les retournent avec leurs observations. La documentation conservée témoigne donc d’un transfert de compétences conséquent : les professionnels qui collaborent régulièrement avec l’association, comme Carlo Buscaglione, Piero Molli, Giulio et Antonio Barluzzi, sont déjà forts de précédentes expériences en Italie et à l’étranger lorsqu’ils entament leur collaboration avec l’anmi. C’est Carlo Buscaglione, directeur du bureau technique de Turin entre 1923 et 1940, qui signera le plus grand nombre de projets.

Figure 1 : École de garçons, Mansoura, Égypte (1928), Carlo Buscaglione ing., Del Core entr. : vue d’ensemble

Figure 1 : École de garçons, Mansoura, Égypte (1928), Carlo Buscaglione ing., Del Core entr. : vue d’ensemble

Source : Archives anmi, Rome

Figure 2 : École de garçons, Mansoura, Égypte (1928), Carlo Buscaglione ing., Del Core entr. : plans des menuiseries

Figure 2 : École de garçons, Mansoura, Égypte (1928), Carlo Buscaglione ing., Del Core entr. : plans des menuiseries

Source : Archives anmi, Rome

3En Égypte, l’anmi débute dans le secteur des bâtiments scolaires en 1889 avec la réalisation de l’école de filles de Louxor. Durant les dernières années du xixe siècle, l’association fonde six écoles en Haute-Égypte (à Louxor, Madinat el-Fayoum, Ghirga, Beni Souef, Assiout et Qena) puis, dans les années 1920, elle réalise un autre édifice scolaire à Mansoura. De nombreux documents relatifs à la restauration des écoles italiennes d’Assiout et de Louxor sont conservés : les devis de leur extension, la correspondance entre les chargés de projets, ainsi que plusieurs documents iconographiques comprenant des plans, des articles de journaux d’époque et des photographies de chantier. De l’école de garçons de Mansoura, projetée en 1928 par Carlo Buscaglione, les archives conservent notamment la convention signée entre l’entreprise et l’association qui fournit une description détaillée des fondations, des maçonneries, des toitures et des différents composants de l’édifice, y compris les enduits, les décors, les huisseries, les sols, et va jusqu’à la mention des couleurs. Les descriptifs sont complétés par des plans, des perspectives, des coupes, des plans de fondations et de nombreux dessins de détails, aussi bien des façades que des intérieurs.

Figure 3 : École italienne de filles, Tripoli, Libye (1924), Andrea Torasso arch., Gasperini & Rossi entr. : coupes longitudinales

Figure 3 : École italienne de filles, Tripoli, Libye (1924), Andrea Torasso arch., Gasperini & Rossi entr. : coupes longitudinales

Source : Archives anmi, Rome

  • 4 L’entreprise Ernesto De Farro se chargera en 1928, pour le compte de l’anmi, du projet, de la réali (...)

4Pour la construction des écoles, l’association privilégie les entreprises italiennes installées sur le territoire (dans les pays du sud, la concurrence entre l’Italie, la France et l’Angleterre est assez forte), mais elle fait également appel, à l’occasion, à des entreprises locales. Il est plus rare que, comme dans le cas de la nouvelle école de filles de Louxor en 1928, l’entreprise de construction se charge elle-même du projet d’exécution et de la direction des travaux4.

Figure 4 : École italienne de filles, Smyrne (Izmir), Turquie (1903-1906), Stefano Molli ing., Luigi Rossetti entr. : vue d’ensemble

Figure 4 : École italienne de filles, Smyrne (Izmir), Turquie (1903-1906), Stefano Molli ing., Luigi Rossetti entr. : vue d’ensemble

Source : Archives anmi, Rome

5En Turquie, l’anmi débute ses activités à Smyrne en 1896 avec la construction du nouveau jardin d’enfants dans le quartier de la Pointe et les poursuit avec la construction de l’école « centrale » de filles, réalisée entre 1903 et 1906 d’après un projet de Stefano Molli. Le quotidien local Courrier de Smyrne citera cette architecture moderne comme l’une des plus représentatives de la ville avec la résidence du consul de France. L’école sera détruite par l’incendie qui dévasta la ville en septembre 1922, puis reconstruite.

6En 1924, Andrea Torasso signe le projet de l’école de filles de Tripoli (Libye) tandis qu’en 1926, Carlo Buscaglione, qui à cette époque a déjà conçu le projet de l’école de garçons de Rhodes en collaboration avec Florestano Di Fausto, est l’auteur du nouvel institut pour filles dans le centre de Benghazi. Contrairement aux projets précédents, ces deux derniers portent la trace de l’influence orientale.

Figure 5 : Institut pour filles, Beyrouth (1937), Carlo Buscaglione ing., Gasperini Rossi entr. : vue perspective signée Buscaglione

Figure 5 : Institut pour filles, Beyrouth (1937), Carlo Buscaglione ing., Gasperini Rossi entr. : vue perspective signée Buscaglione

Source : Archives anmi, Rome

Figure 6 : Institut pour filles, Beyrouth (1937), Carlo Buscaglione ing., Gasperini Rossi entr. : façade principale

Figure 6 : Institut pour filles, Beyrouth (1937), Carlo Buscaglione ing., Gasperini Rossi entr. : façade principale

Source : Archives anmi, Rome

  • 5 En 1925, de nouvelles règles techniques pour la construction des établissements scolaires sont prom (...)

7Aussi bien le dessin de la façade que la composition et la typologie structurelle des écoles réalisées par l’anmi durant cette première période s’inspirent des modèles adoptés en Italie à la fin du xixe siècle dans la construction des bâtiments scolaires5. Située en général au centre de la composition, la travée de l’entrée est marquée par des éléments classiques (tympans, colonnes, corniches, volutes). À l’intérieur, les salles de classe sont desservies par de longs couloirs, la chapelle se trouve en position privilégiée et les escaliers dans l’axe de l’édifice ou à ses extrémités. Les projets de l’école pour garçons et du petit hôpital de Damas signés par Buscaglione ont encore une apparence néoclassique : la travée de l’entrée est marquée par la présence d’un ordre colossal constitué de pilastres accolés reposant sur un haut stylobate. Pour l’école de garçons de Beyrouth en 1931, Buscaglione dessine en revanche un bloc unique sur un plan en U dont la partie centrale de la façade présente une tripartition et, au premier étage, une suite de triples baies selon une libre interprétation de la serlienne. Entre 1930 et 1937, Carlo Buscaglione, en collaboration avec son frère Enrico, élabore les projets d’une école de garçons et d’une école de filles à Haïfa en Palestine.

8Les projets d’écoles de l’anmi prennent un tournant à partir de 1937, s’affranchissant des formules Renaissance ou néoclassiques : à Beyrouth, Buscaglione entreprend la construction d’un institut pour filles qui s’inspire du travail de Marcello Piacentini avec lequel il était en contact depuis Benghazi. Il en résulte un volume à la structure raffinée qui, ayant de nombreuses fonctions – jardin d’enfants, école primaire, collège, lycée, internat et logements pour les sœurs –, est constitué d’un sous-sol et de trois niveaux. Le bâtiment, formé de deux ailes articulées par une rotonde d’angle dont le dessin a fait l’objet de nombreuses variantes, exprime une volonté d’épuration formelle, selon une interprétation personnelle des thèmes de l’architecture fasciste.

9Le séminaire franciscain de Piero Molli à Gîza, commencé au printemps 1939 et achevé en octobre de la même année, manifeste également dans ses lignes l’influence du langage de l’architecture rationaliste, sans toutefois renoncer à des références classiques d’inspiration fasciste. Sa structure est en béton armé, et du côté nord, une façade en pavés de verre éclaire la cage d’escalier.

  • 6 Diffusée en France à partir de la fin du xviiie siècle, la typologie pavillonnaire répond à des cri (...)
  • 7 Sur le sujet des bâtiments hospitaliers, voir Hermann Distel, « La moderna edilizia ospedaliera », (...)

10Les hôpitaux de l’anmi sont projetés et réalisés entre 1910 et 1940, mais la typologie de leur plan remonte toutefois au siècle précédent, sans qu’aucune modification importante n’ait été introduite, exception faite du passage progressif du type à cours fermées au plan avec pavillons6, et, de ce dernier, au type en bâtiment unique7.

  • 8 Ettore Signori, Relazione e Progetti presentati dall’ing. Ettore Signori al Consiglio degli Istitut (...)

11Les projets les plus anciens de l’association, comme l’étude pour un hôpital destiné aux missions en Chine, due à Stefano Molli et datée de 1904, l’hôpital Saint-Antoine de Smyrne, signé par son fils Piero en style néo-médiéval en 1921 et le petit hôpital Hippocrate à Cos (Dodécanèse) de 1926 par Carlo Buscaglione et Florestano Di Fausto, sont encore des constructions à cours fermées. En Italie, la typologie des pavillons a du mal à s’affirmer même si l’on peut déjà lire en 1892 dans le rapport sur le projet pour la rénovation du plus grand hôpital de Crémone8 que « les constructions à cours fermées sont désormais dépassées et le système qui prévaut définitivement est celui des pavillons isolés […]. Il est souhaitable d’éviter la superposition des étages, puisque l’air vicié, sortant des fenêtres de l’étage inférieur, pourrait infecter les salles de l’étage supérieur. […] En ce qui concerne le raccord entre les pavillons, l’emploi de portiques et de galeries est conseillé pour une meilleure circulation de l’air. »

Figure 7 : Institut pour filles, Benghazi, Libye (1926), Carlo Buscaglione ing., Marcello Piacentini arch., Gasperini Rossi entr. : plan de détails de l’entrée principale

Figure 7 : Institut pour filles, Benghazi, Libye (1926), Carlo Buscaglione ing., Marcello Piacentini arch., Gasperini Rossi entr. : plan de détails de l’entrée principale

Source : Archives anmi, Rome

Figure 8 : Institut pour filles, Benghazi, Libye (1926), Carlo Buscaglione ing., Marcello Piacentini arch., Gasperini Rossi entr. : vue de l’édifice en construction

Figure 8 : Institut pour filles, Benghazi, Libye (1926), Carlo Buscaglione ing., Marcello Piacentini arch., Gasperini Rossi entr. : vue de l’édifice en construction

Crédit : Archives anmi, Rome

12Le premier projet d’hôpital réalisé par l’anmi dans les pays de la rive méridionale de la Méditerranée remonte à 1911. Les frères Giulio et Antonio Barluzzi projettent à Jérusalem l’hôpital italien, inauguré en 1919, inspiré du Palazzo pubblico de Sienne. Cet hôpital, d’une capacité de 150 lits, se spécialisera dans la chirurgie féminine et infantile, avec des services modernes de mécanothérapie, radiothérapie, un laboratoire d’orthopédie et un laboratoire de recherche chimique et microscopique. Du plan d’ensemble se détache la chapelle, surdimensionnée et située au centre de la composition, flanquée des deux ailes de l’édifice. Giulio Barluzzi reproduira sur une échelle moindre le même schéma un an plus tard pour l’école et le petit hôpital de Damas. Repensé par Stefano Molli en 1913, il ne sera finalement réalisé qu’en 1924, selon le projet de son fils Piero qui appliquera le schéma initial de son père en réunissant toutes les fonctions en un unique bâtiment articulé le long d’un couloir central.

13Entre 1924 et 1931, Carlo Buscaglione est l’auteur de la plupart des projets d’hôpitaux de l’association. Il est à la fois le directeur du bureau technique et l’expert pour toute question technique, en raison de sa longue expérience dans ce type de projets. Au cours des années 1920, il réalise les hôpitaux de Rhodes et de Cos, le premier en collaboration avec Amedeo Favero, le second suivant un projet commun avec Florestano Di Fausto. En janvier 1927, il signe encore le projet d’un hôpital à Antalya en Turquie et, entre 1930 et 1932, il réalise un hôpital à Tripoli au Liban et l’extension de l’hôpital italien d’Istanbul (1931). Il signe enfin l’hôpital italien d’Haïfa en Palestine, inauguré en octobre 1933 et spécialisé en chirurgie, tandis que trois ans plus tard, durant son séjour en Afrique orientale, il élabore les projets de deux hôpitaux pour Om Ager en Érythrée et pour Jimma en Éthiopie.

Figure 9 : Hôpital italien, Jérusalem (1911), Giulio et Antonio Barluzzi arch. : façade latérale

Figure 9 : Hôpital italien, Jérusalem (1911), Giulio et Antonio Barluzzi arch. : façade latérale

Source : Archives anmi, Rome

Figure 10 : Hôpital italien, Jérusalem (1911), Giulio et Antonio Barluzzi arch. : vue d’ensemble à la fin du chantier

Figure 10 : Hôpital italien, Jérusalem (1911), Giulio et Antonio Barluzzi arch. : vue d’ensemble à la fin du chantier

Source : ANMI archives, Rome

  • 9 Concernant les hôpitaux de Rhodes, Tripoli du Liban et Haïfa, voir « I nuovi ospedali chirurgici di (...)

14Les plans de l’hôpital civil de Rhodes et de celui d’Antalya (non réalisé) sont structurés en pavillons, mais ils pallient les inconvénients résultant de distances excessives en regroupant les édifices et en les reliant au bloc central par de courts passages vitrés. À Tripoli du Liban et à Haïfa en Palestine, Buscaglione préfère regrouper les fonctions dans un système qui se développe horizontalement, formant un U et constitué d'un bloc principal unique auquel sont reliées deux ailes latérales9. Comme les lois italiennes le prescrivent, ces deux hôpitaux sont situés dans une zone périphérique de la ville et se composent d’une construction de trois niveaux et d’un sous-sol dédié aux services. Le tout est construit en maçonnerie de pierre locale insérée entre des poteaux en béton et est couvert de toitures également en béton armé. Si l’équipement technique, le mobilier et les infrastructures fournis sont à l’avant-garde, le langage architectural s’inspire encore du classicisme. Seule la façade de l’hôpital d’Haïfa et, d’une façon encore plus marquée, la maison du docteur – un volume isolé construit à côté de l’hôpital – expriment, par le dessin de leurs balcons et par l’émergence du volume cylindrique de la cage d’escalier, une recherche de mouvement des masses et une volonté de renouvellement du langage. Les entreprises de construction engagées, toutes deux italiennes, emploient des matériaux provenant de leur pays d’origine et font venir d’Italie des maîtres d’œuvre spécialisés pour la réalisation des sols et des revêtements.

15En 1927 et en 1934, l’anmi réalise aussi, sur des projets d’Antonio Barluzzi et sous la supervision de Carlo Buscaglione, deux hôpitaux à Amman et à El Kerak en Transjordanie.

Figure 11 : Hôpital italien et école de filles, Damas (1931), Piero Molli arch., Taddeo Denti entr. : façade principale sur la rue Salahié

Figure 11 : Hôpital italien et école de filles, Damas (1931), Piero Molli arch., Taddeo Denti entr. : façade principale sur la rue Salahié

Source : Archives anmi, Rome

Figure 12 : Hôpital italien et école de filles, Damas (1931), Piero Molli arch., Taddeo Denti entr. : vue de la façade principale à la fin du chantier

Figure 12 : Hôpital italien et école de filles, Damas (1931), Piero Molli arch., Taddeo Denti entr. : vue de la façade principale à la fin du chantier

Source : Archives anmi, Rome

16Le premier est entièrement revêtu de blocs de pierre et porté par une structure en béton armé ; il est situé sur un terrain cédé à l’association par le patriarcat latin de Jérusalem, sur une colline face au centre-ville. Les permis de construire sont obtenus en 1925 et les travaux qui débutent l’année suivante sont exécutés par l’entreprise italienne De Farro et seront achevés à la fin du mois de juin 1927. L’hôpital d’El Kerak, village situé à environ 150 km d’Amman, est plus intéressant du point de vue architectural. Un dessin en perspective réalisé au crayon par Barluzzi met en évidence les lignes générales de cette construction, située dans une zone de collines. L’édifice est à deux étages avec loggia en partie haute et est précédé au centre par un porche d’entrée massif dont les larges piliers cannelés (ou faisceaux de licteurs) sont de pur style Art déco.

  • 10 Il s’agit de la résidence de l’ex-sultan Moulay Hafid, propriété constituée d’un vaste jardin, d’un (...)
  • 11 Voir supra l’article de Vilma Fasoli, « L’entreprise Porcheddu et les projets de réservoirs d’eau e (...)

17Le dernier hôpital parrainé par l’anmi à l’étranger est celui de Tanger au Maroc. Le gouvernement italien, qui n’a pas le droit d’acheter des terrains en vertu du statut international de la ville, donnera mandat à l’association pour acheter en son nom une vaste propriété10 à l’intérieur de laquelle un nouvel hôpital sera réalisé en 1927 selon un projet de Piero Molli. Il s’agit d’un bâtiment à trois niveaux dont l’architecture méditerranéenne reprend les modèles de l’architecture locale revêtue d’enduit blanc et surmontée d’une terrasse. Il sera construit par l’entreprise italienne Andrea Gasparini et Bergonzo entre 1926 et 1929. Les structures porteuses en béton armé, y compris la tour-réservoir d’eau, sont réalisées par l’entreprise Porcheddu de Turin11.

Figure 13 : Hôpital italien, Tanger (1927-1928), Piero Molli arch., Gasparini, Bergonzo et Porcheddu entr. : façade ouest

Figure 13 : Hôpital italien, Tanger (1927-1928), Piero Molli arch., Gasparini, Bergonzo et Porcheddu entr. : façade ouest

Source : Archives anmi, Rome

  • 12 Voir Milva Giacomelli, « L’Hôpital colonial italien Giuseppe Garibaldi à Tunis de Cesare Valle », d (...)

18En Tunisie, où l’anmi n’avait encore construit aucune école ou hôpital significatif, c’est Cesare Valle qui signe en 1935 le projet pour l’hôpital de Tunis qui doit remplacer le vieil hôpital colonial italien datant de 189912. De par la modernité de son plan et la nouveauté du langage formel employé, celui-ci se situe totalement à l’avant-garde par rapport aux typologies explorées jusqu’à présent. Il s’agit d’un édifice en bloc unique dont l’organisation compacte garantit des économies d’échelle en termes de construction et de gestion.

19L’œuvre de l’anmi dans le domaine de l’architecture scolaire et hospitalière dans les pays de la rive sud de la Méditerranée représente un point de référence pour l’évaluation historique de ce type d’ouvrages et témoigne aussi bien de l’exportation à l’étranger des modèles architecturaux italiens que du travail des entreprises italiennes.

Notes

1 Le siège de l’association est situé 256, via Cavour à Rome.

2 Sur l’œuvre complète de l’anmi, voir Ezio Godoli et Anna Nuzzaci, L’Associazione nazionale per soccorrere i missionari italiani e i suoi ingegneri, Florence : Maschietto editore, 2008.

3 L’État italien trouve pratique de déléguer à l’association la responsabilité de l’assistance scolaire et sanitaire des communautés italiennes à l’étranger. C’est pourquoi l’activité de l’anmi se concentre sur la réalisation d’hôpitaux et d’écoles pour les Italiens.

4 L’entreprise Ernesto De Farro se chargera en 1928, pour le compte de l’anmi, du projet, de la réalisation et de la direction des travaux de l’école de filles de Louxor.

5 En 1925, de nouvelles règles techniques pour la construction des établissements scolaires sont promulguées en Italie par le décret ministériel du 4 mai 1925 « Approbation des normes d’élaboration des projets d’établissements scolaires ».

6 Diffusée en France à partir de la fin du xviiie siècle, la typologie pavillonnaire répond à des critères de construction qui, après la Révolution, seront exportés et diffusés dans toute l’Europe et constitueront la référence en matière de construction d’hôpitaux jusqu’au milieu du xxe siècle. En Italie, un des premiers exemples de cette typologie est l’hôpital Umberto i de Monza, constitué de pavillons d’un seul étage reliés par un préau en fer, divisés par une grande allée centrale, séparant le côté des femmes de celui des hommes.

7 Sur le sujet des bâtiments hospitaliers, voir Hermann Distel, « La moderna edilizia ospedaliera », Edilizia moderna, 7/21-22, 1936, p. 8-19 et Giulio Roisecco, « Tecnica dell’organismo ospitaliero », Architettura, 19/5, 1940, p. 229-240.

8 Ettore Signori, Relazione e Progetti presentati dall’ing. Ettore Signori al Consiglio degli Istituti Ospedalieri, Crémone : Tipografia Sociale, 1890.

9 Concernant les hôpitaux de Rhodes, Tripoli du Liban et Haïfa, voir « I nuovi ospedali chirurgici di Rodi, Tripoli del Libano e Haifa in Palestina », L’Ospedale Maggiore : rivista scientifico-pratica dell’Ospedale Maggiore di Milano ed Istituti sanitari annessi, n°2, 1934, p. 111-121.

10 Il s’agit de la résidence de l’ex-sultan Moulay Hafid, propriété constituée d’un vaste jardin, d’un grand palais central communiquant avec deux édifices mineurs et de petites constructions indépendantes.

11 Voir supra l’article de Vilma Fasoli, « L’entreprise Porcheddu et les projets de réservoirs d’eau en béton armé : modèles constructifs et expériences de chantier ».

12 Voir Milva Giacomelli, « L’Hôpital colonial italien Giuseppe Garibaldi à Tunis de Cesare Valle », dans Ezio Godoli, Silvia Finzi, Milva Giacomelli et Ahmed Saadaoui (dir.), Architectures et architectes italiens au Maghreb. Actes du colloque international tenu aux Archives nationales de Tunisie, Tunis, 10-12 décembre 2009, Florence  : Edizioni Polistampa, 2011, p. 84-99.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : École de garçons, Mansoura, Égypte (1928), Carlo Buscaglione ing., Del Core entr. : vue d’ensemble
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2 : École de garçons, Mansoura, Égypte (1928), Carlo Buscaglione ing., Del Core entr. : plans des menuiseries
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3 : École italienne de filles, Tripoli, Libye (1924), Andrea Torasso arch., Gasperini & Rossi entr. : coupes longitudinales
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4 : École italienne de filles, Smyrne (Izmir), Turquie (1903-1906), Stefano Molli ing., Luigi Rossetti entr. : vue d’ensemble
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 5 : Institut pour filles, Beyrouth (1937), Carlo Buscaglione ing., Gasperini Rossi entr. : vue perspective signée Buscaglione
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6 : Institut pour filles, Beyrouth (1937), Carlo Buscaglione ing., Gasperini Rossi entr. : façade principale
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 7 : Institut pour filles, Benghazi, Libye (1926), Carlo Buscaglione ing., Marcello Piacentini arch., Gasperini Rossi entr. : plan de détails de l’entrée principale
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 8 : Institut pour filles, Benghazi, Libye (1926), Carlo Buscaglione ing., Marcello Piacentini arch., Gasperini Rossi entr. : vue de l’édifice en construction
Crédits Crédit : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 9 : Hôpital italien, Jérusalem (1911), Giulio et Antonio Barluzzi arch. : façade latérale
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 10 : Hôpital italien, Jérusalem (1911), Giulio et Antonio Barluzzi arch. : vue d’ensemble à la fin du chantier
Crédits Source : ANMI archives, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 11 : Hôpital italien et école de filles, Damas (1931), Piero Molli arch., Taddeo Denti entr. : façade principale sur la rue Salahié
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 12 : Hôpital italien et école de filles, Damas (1931), Piero Molli arch., Taddeo Denti entr. : vue de la façade principale à la fin du chantier
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 13 : Hôpital italien, Tanger (1927-1928), Piero Molli arch., Gasparini, Bergonzo et Porcheddu entr. : façade ouest
Crédits Source : Archives anmi, Rome
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12461/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search