Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

S’installer au Sud

À la recherche des villes patronales : les petites villes minières marocaines dans les archives européennes

Excavating the company town: Small Moroccan mining cities in european archives

Tom Avermaete

Texte intégral

Figure 1 : Khouribga (1924-1950), Office chérifien des phosphates entr. : vue d’ensemble du quartier des villas, vers 1950

Figure 1 : Khouribga (1924-1950), Office chérifien des phosphates entr. : vue d’ensemble du quartier des villas, vers 1950

Source : Collection privée

  • 1 Les sources qui concernent entre autres les logiques d’installation des villes minières fondées sou (...)
  • 2 Dès le début du xixe siècle, des « missions géographiques » avaient été lancées au Maroc par des pa (...)
  • 3 Pour les politiques coloniales liées à l'exploitation minière, voir : Yusif A. Sayigh, The Economie (...)
  • 4 Le Bureau de recherches et de participations minières (brpm) a été créé par un décret royal du 15 d (...)

1Une part importante de la modernisation du Maroc au xxe siècle, et aussi de son développement urbain et architectural, est liée à l’exploitation de ses vastes ressources minières : le charbon, le plomb, le zinc et le phosphate1. Bien avant l’époque coloniale, les mines avaient déjà attiré l’attention des puissances étrangères2. Les années qui ont précédé et suivi l’instauration du Protectorat en 1912 témoignent d’une course effrénée pour l’obtention de concessions minières. C’est pourquoi, en 1920, le premier résident général (de 1912 à 1925), Hubert Lyautey, « nationalise » les réserves de phosphates et place les activités d’extraction et de commercialisation sous contrôle de l’Office chérifien des phosphates (ocp)3. En 1928, une autre institution est créée, le Bureau de recherches et de participations minières (brpm)4, dont les fonctions étaient l’exploration et l’exploitation des minerais autres que les phosphates.

  • 5 Concernant les divers acteurs actifs dans l'économie du Protectorat, voir : Georges Hatton, Les Enj (...)
  • 6 Pour cette dernière catégorie d'acteurs, voir par exemple : René Gallissot, Le Patronat européen au (...)

2Durant le Protectorat, sept acteurs, directement ou indirectement liés aux mines, ont joué un rôle capital dans l’essor de l’environnement bâti au Maroc5. Au côté de l’ocp et du brpm, on trouve des sociétés publiques comme la Société chérifienne des charbonnages de Jérada (sccd) et les Charbonnages nord-africains (cna), associées à des groupes financiers tels que la Banque de Paris et des Pays-Bas (Paribas), l’Omnium nord-africain (ona) et la Banque d’État du Maroc (bem)6.

  • 7 Des sources sur ces collaborations se trouvent aux Archives nationales (série F14 : Travaux publics (...)

3Jusqu’à l’Indépendance en 1956, ces acteurs ont travaillé avec les services de l’administration coloniale spécialisés dans la planification tels que les services des Ponts et Chaussées coloniaux (1920), des Ponts et Chaussées d’outre-mer (1949) ou des Travaux publics coloniaux (1952 à 1955)7.

  • 8 Sur le rôle des ingénieurs des Ponts et Chaussées dans cette entreprise, voir Jean-Charles Fredenuc (...)
  • 9 Sur l’importance de la dimension sociale des mines comme facteur de modernisation, voir l’attention (...)

4Dans ce contexte, l’urbanisme et l’architecture n’étaient pas l’apanage d’architectes et d’urbanistes mais étaient le plus souvent confiés à des ingénieurs de diverses spécialités8. Chacun avec sa propre rationalité – du raisonnement purement économique jusqu’aux idées plus éclairées prônant des logements de qualité et des services collectifs pour les ouvriers –, ils sont à l’origine de bon nombre des ensembles urbains et architecturaux liés aux activités minières9.

  • 10 Le nombre d'habitants provient du recensement général de la population et de l’habitat de 2004.

5Il en résulte aujourd’hui un paysage de villes minières de tailles très diverses comme Bangrir (62 872 hab.) Bouarfa (25 947 hab.), Boubkere (1 942 hab.), Boujniba (15 041 hab.), Boulanouare (10 469 hab.), Ganfouda (5 748 hab.), Hattane (10 284 hab.), Jérada (43 916 hab.), Khouribga (166 397 hab.), Laâyoune (183 691 hab.), Ouad Zam (83 970 hab.), Oued el-Heimer (1 997 hab.), Touissite (3 429 hab.) et Youssoufia (64 518 hab.).10

Figure 2 : Khouribga (1924-1950), Office chérifien des phosphates entr. : plan de zonage

Figure 2 : Khouribga (1924-1950), Office chérifien des phosphates entr. : plan de zonage

Source : Collection privée

Figure 3 : Khouribga (1924-1950), Office chérifien des phosphates entr. : vue de la piscine et de la salle des fêtes (années 1930)

Figure 3 : Khouribga (1924-1950), Office chérifien des phosphates entr. : vue de la piscine et de la salle des fêtes (années 1930)

Source : Collection privée

L’ocp : la taylorisation des mines et des villes

  • 11 Une bonne source d’information sur les activités de l’ocp est disponible au Centre de recherches et (...)

6L’Office chérifien des phosphates11 est de loin le plus important acteur du développement des villes minières du Maroc. Il fut créé en 1920 par décret royal (dahir) en tant que compagnie d’État détentrice du monopole dans le domaine minier. Cependant, bien qu’il fût un organisme public, son management et ses méthodes de production s’appuyaient largement sur ceux des compagnies privées européennes. La mécanisation était un credo, et un système tayloriste était appliqué pour gérer les ressources naturelles et humaines tout autant que le temps et l’espace. Toutes les exploitations minières de l’ocp étaient régies par des règles très simples. La première était que chaque centre minier était considéré comme une entité autonome qui pouvait fonctionner indépendamment des autres villes.

7Cela signifiait que chaque ville minière était dotée d’infrastructures propres (centrale électrique et alimentation en eau), mais aussi que les équipements de la vie quotidienne (éducation, santé, culture) étaient disponibles sur place. Une deuxième caractéristique des villes minières de l'ocp est leur étroite corrélation avec le développement des infrastructures de transport. Les chemins de fer en particulier étaient considérés comme les plus adaptés au transport des ressources minières. La voie ferrée devient, dans la plupart des villes, non seulement une infrastructure importante mais aussi un élément de structuration et de différentiation spatiale et sociale. Il faut ajouter que le chemin de fer qui était construit pour la mine, souvent avec l’aide des ingénieurs des Ponts et Chaussées coloniaux (1920) et des Ponts et Chaussées d’outre-mer (1949), traversait de vastes territoires et permettait l’électrification de nombreuses zones retirées comme les douars et les petits centres ruraux. Les villes minières répondent aussi à une troisième logique : la déconcentration des fonctions. Chaque installation de l'ocp se caractérise ainsi par une délimitation très claire des différentes fonctions urbaines. La production, le traitement, le stockage, le transport, le dépôt des résidus miniers, l’administration et l’habitation sont chacun clairement situés dans des zones distinctes. La taylorisation des hommes et des processus de fabrication n’est pas seulement le credo de l’activité minière mais guide aussi les principes de planification des premières installations.

  • 12 Une analyse approfondie de Khouribga est donnée par Mohammed Sahsah, Khouribga : genèse d'une ville (...)

8En conséquence, la plupart de ces villes ont une structure urbaine extrêmement claire et compartimentée qui peut être interprétée d’un côté comme une déclinaison spatiale des principes généraux du management minier, et en même temps comme une forme de contrôle social et culturel. La ville de Khouribga, située au centre du pays à 120 km au sud-est de Casablanca12 et par ailleurs la plus grande ville minière fondée par l'OCP, en est l’un des meilleurs exemples.

9Avant 1921, cette région désertique était occupée par une population semi-nomade pratiquant l’élevage extensif, un mode de production et une structure sociale qui évitaient toute concentration durable de population. La découverte et l’exploitation des phosphates changera drastiquement cette situation et introduira non seulement une ligne de chemin de fer pour le transport mais aussi un modèle d’installation permanente de cols blancs et d’ouvriers. La première fondation majeure créée en 1921 par l'ocp était située près de la carrière à ciel ouvert dans les environs de Boujniba, mais la grande extension de la ville fut réalisée à partir de 1924 avec la planification de plusieurs nouveaux quartiers.

  • 13 Edmond Brion (1885-1973) fait ses études d'architecte à l'École nationale supérieure des beaux-arts (...)
  • 14 Les archives d'Émile Aillaud contiennent des documents sur le projet de Khouribga ; elles sont cons (...)

10La structure urbaine de Khouribga suit clairement la logique tayloriste d’une séparation stricte des fonctions et est ainsi divisée en quatre zones distinctes. La première renferme les diverses unités de production ainsi que les usines de l'ocp. La deuxième zone comprend la ville dite « des cadres » qui est composée de villas identiques réservées aux employés de l'ocp. La troisième zone située au centre est le quartier administratif. Elle joue un rôle de zone tampon entre la ville des colonisateurs et celle des colonisés. La quatrième est séparée des autres par les équipements sportifs, les zones vertes et la ligne de chemin de fer : elle est la zone de « l’habitat économique » (quartier de Lebyoute et Hay Salam) où sont logés les ouvriers des mines. Ce dernier quartier fut aussi l’objet d’expérimentations typologiques. Dès 1929, sous l’impulsion du docteur Lamielle, l'ocp expérimente de nouvelles formes d’habitat et introduit le concept de « périmètre de stabilisation ». Cette notion se réfère à une typologie innovante de logements qui recherche un statut intermédiaire entre les modes de vie des zones rurales, d’où sont originaires les ouvriers, et les pratiques du milieu urbain des villes minières. Chaque unité s’étend sur un carré de 4 ha qui contient en son centre un bâtiment de quatre logements de deux pièces. Chaque famille pouvait cultiver un quart du carré, soit un hectare, qui était bordé par des oliviers. Sur cette terre, l’ouvrier pouvait élever du bétail ou même construire une nouala traditionnelle. L’idée était qu’en apportant des éléments de la vie rurale, les paysans s’adapteraient mieux à la vie urbaine. Cette expérience fut un échec car le modèle d’urbanisation des « périmètres de stabilisation » impliquait la dispersion de l’habitat et engendrait de trop grandes distances entre le logement et l’école, le centre de la ville et le lieu de travail des habitants. Les logements d’ouvriers suivants seront donc développés selon des modèles plus denses, comme ce fut le cas en 1938 à la cité Boujniba proposée par l’architecte Edmond Brion13 et, bien plus tard, dans le quartier projeté par Émile Aillaud en 197714.

  • 15 Des documents sur la formation continue au sein de l'ocp qui font également référence aux écoles pr (...)

11L'ocp n'a pas seulement conçu des logements pour ses ouvriers mais a aussi essayé de promouvoir l’éducation. Ainsi, dès l’origine, le plan de Khouribga comprenait la conception d’équipements scolaires15. Plus important encore était le bien-être physique des ouvriers et des employés des mines. Les plans contiennent de vastes zones pour le sport et les activités récréatives. Dans sa phase initiale, Khouribga possédait une piscine en plein air, et l’association sportive de l’ocp était dotée d’installations sportives du dernier cri. En tant que symbole du bien-être spirituel, l’église érigée au centre de la ville représentait l’ambition de l’ocp de contrôler toutes les facettes de la vie de ses employés.

Figure 4 : Jérada, Société chérifienne des charbonnages de Jérada entr. : vue d’ensemble

Figure 4 : Jérada, Société chérifienne des charbonnages de Jérada entr. : vue d’ensemble

Source : Collection privée

Figure 5 : Jérada, Société chérifienne des charbonnages de Jérada entr. : quartier des européens

Figure 5 : Jérada, Société chérifienne des charbonnages de Jérada entr. : quartier des européens

Jérada et Bou Tazoult : acteurs transnationaux et approches constructives pragmatiques

  • 16 La Société anonyme d'Ougrée-Marihaye était une compagnie belge axée sur la production du charbon et (...)

12Si une grande partie des villes minières du Maroc coïncident avec les initiatives et les perspectives de l’ocp, dans certains cas des combinaisons plus complexes d’acteurs et d’intérêts transnationaux sont à l’œuvre. La création de la ville de Jérada dans les Beni Snassen en est un bon exemple. Elle trouve son origine dans la découverte d’un gisement de charbon, qui faisait suite à une vaste exploration du nord-est du Maroc effectuée en 1927 par des géologues de la compagnie minière belge Ougrée-Marihaye16. À la suite de ces prospections est créée en 1929 la Société chérifienne des charbonnages de Jérada (sccd), un partenariat entre Ougrée-Marihaye et le Bureau de recherches et de participations minières. En 1946, cette collaboration débouche sur la création de la nouvelle compagnie des Charbonnages nord-africains dont les principaux actionnaires sont la Belgique, la France et le Maroc.

13Le plan d’urbanisme de Jérada est dû aux ingénieurs de la sccd et est fondé sur des principes pragmatiques aussi bien que sur un zonage social et une ségrégation stricte. La zone de production minière, les cités ouvrières et les quartiers résidentiels des cols blancs sont installés sur les divers plateaux d’un paysage montagneux et seulement reliés entre eux par une route principale.

14Quartier ouvrier et quartier de cols blancs sont tous deux conçus sur une trame géométrique, mais de deux façons différentes. Celui des ouvriers est un modèle d’habitat à patio à forte densité et est ceint d’un mur. Il offre l’image d’une médina avec en son centre une place équipée de commerces et d’autres services collectifs. Le quartier résidentiel des cols blancs évoque les cités-jardins européennes avec ses villas pourvues de jardin privatif. Il possède un centre propre avec des magasins, une école et des bâtiments administratifs. Le plan de Jérada juxtapose plusieurs centres autarciques connectés entre eux par des infrastructures routières.

Figure 6 : Bou Tazoult (fin des années 1940), Société Anonyme Chérifienne d’Etudes Minières,entr. : Villas des ingénieurs français

Figure 6 : Bou Tazoult (fin des années 1940), Société Anonyme Chérifienne d’Etudes Minières,entr. : Villas des ingénieurs français

Source : Collection privée

Figure 7 : Vue de la Kissaria (marché) du quartier marocain

Figure 7 : Vue de la Kissaria (marché) du quartier marocain
  • 17 Un grand nombre de photographies de la ville et des installations minières de Imini Bou Tazoult son (...)
  • 18 Des sources sur la sacem sont conservées au cadn, notamment dans le fonds intitulé « Protectorat Ma (...)

15Imini Bou Tazoult, situé entre Marrakech et Ouarzazate, est un autre exemple de la façon dont des acteurs privés et publics peuvent s’associer pour concevoir une ville pour l’exploitation du manganèse17. Dans cet exemple, c’est la vieille compagnie minière française Mokta el-Hadid, active en Algérie, Tunisie, France et Russie, qui engage une collaboration avec le Bureau de recherches et de participations minières pour fonder la Société anonyme chérifienne d’études minières (sacem)18. Les forages commencent durant la Seconde Guerre mondiale mais s’accélèrent vraiment à partir de 1947. À cette époque, le bureau d’études de la sacem commence à élaborer, à proximité immédiate des carrières, une ville comprenant 350 maisons ouvrières, mais aussi une série de 100 villas individuelles, alignées le long de la route principale dans la partie montagneuse ou regroupées sur les plateaux. De plus la sacem prévoit un nombre important d’équipements collectifs : une clinique, trois écoles élémentaires, deux piscines, des terrains de sport, un hôtel-restaurant, trois pensions, un cinéma, une église, deux mosquées, trois épiceries, un commissariat et un bordj militaire pour la sécurité.

16À la fin des années 1940, le bureau d’études de la sacem lance l’idée d’adapter le logement à la culture de ses habitants. Ainsi, les villas des ingénieurs français présentent un style moderniste sobre. Ce même style rationaliste est utilisé pour les équipements collectifs tels que le cinéma, les épiceries et l’école. Les logements collectifs des ouvriers marocains racontent en revanche une autre histoire. Bien que le plan et la composition des constructions soient conçus de façon aussi rationaliste que les villas, et en dépit de techniques de construction modernes en béton ou pierre naturelle, ils font référence à l’architecture des montagnes de l’Atlas et de la vallée de l’Imini. La typologie des constructions se réfère autant aux formes traditionnelles des casbahs fortifiées qu’à celles des modèles décoratifs vernaculaires.

Laâyoune : la ville minière « à l'espagnole »

Figure 8 : Laâyoune : vue d’un lotissement ouvrier

Figure 8 : Laâyoune : vue d’un lotissement ouvrier

Source : Cliché Rafa (www.micamara.es)

Figure 9 : Laâyoune, vue d’ensemble du quartier des ouvriers

Figure 9 : Laâyoune, vue d’ensemble du quartier des ouvriers

Source : Collection privée

  • 19 Henry Marchat, « La France et l'Espagne au Maroc pendant la période du Protectorat (1912-1956) », R (...)

17La colonisation française n’est pas toujours à l’origine de la création des villes minières marocaines, comme cela est confirmé par l’exemple de Laâyoune ou Aaiún dans le Sahara occidental19. Cette cité a été officiellement fondée en 1938 pour servir de centre administratif, militaire et de peuplement européen pour la province du Sahara espagnol. Laâyoune servait de ville-dépôt pour le phosphate qui était extrait à Craa (Bou Craa) au sud-est. La firme allemande Krupp devait y construire un convoyeur à bande de 105 km pour transporter le minerai jusqu’à un quai de chargement situé au port de Laâyoune.

18La croissance de la ville de Laâyoune commença véritablement entre 1940 et 1946 lorsque la population atteignit 2 000 habitants. Durant cette période, l’État espagnol engagea 226 nouveaux projets de logement.

  • 20 Les archives sur les villes fondées au Maroc espagnol en général et sur l'urbanisme et l'architectu (...)
  • 21 Parmi les concepteurs : Alejandro Tiana González (logements, hôtel du Comandante Delegado), Cayetan (...)

19Les quartiers et les constructions étaient dessinés par les ingénieurs et services du génie militaire. Les chantiers étaient souvent dirigés par des maîtres maçons des îles Canaries, tandis que les ouvrages étaient exécutés par des soldats20. Les maisons sont de plain-pied avec exceptionnellement un étage et sont construites en maçonnerie traditionnelle. La toiture est faite de dalles de béton armé, souvent complétées par des coupoles traditionnelles. Toutes les maisons sont pourvues de carrelage et de portes et fenêtres en bois. Les murs sont badigeonnés à la chaux, conférant à la ville un aspect uniforme et blanc. Dans le même esprit sont prévus des services collectifs : édifices administratifs, bâtiments culturels et églises, ainsi que des espaces publics comme la Plaza de España21.

  • 22 Pour une présentation de ces nouveaux types, voir : J. P. Capote, R. Estalella et J. Serrano Suñer, (...)

20Bien que la majorité de la ville ait été dessinée par des ingénieurs et des militaires, des architectes étaient parfois invités à construire à Laâyoune, qui était aussi un lieu d’expérimentation typologique pour l’habitat ouvrier. Les maisons dites « pour indigènes » conçues par les architectes Capote, Estalella et Serrano Súñer en 1966 en sont un bon exemple22.

Figure 10 : Laâyoune (1966), Capote, Estalella & Serrano-Súñer, arch. : vue des placettes dans le quartier des ouvriers

Figure 10 : Laâyoune (1966), Capote, Estalella & Serrano-Súñer, arch. : vue des placettes dans le quartier des ouvriers

Source : J.P Capote, R. Estalella, J. Serrano Súñer, « Viviendas de nativos en El Aaiún », Cuadernos de arquitectura, n° 70, 1967

Figure 11 : Laâyoune (1966), Capote, Estalella & Serrano-Súñer, arch. : vue d’ensemble du lotissement

Figure 11 : Laâyoune (1966), Capote, Estalella & Serrano-Súñer, arch. : vue d’ensemble du lotissement

Source : J.P Capote, R. Estalella, J. Serrano Súñer, « Viviendas de nativos en El Aaiún », Cuadernos de arquitectura, n° 70, 1967

Une acculturation pragmatique

21L’urbanisme et l’architecture des villes minières marocaines se démarquent par le fait que ses principaux protagonistes ne sont pas des urbanistes ou des architectes mais des bureaux d’études, des ingénieurs et des techniciens des grandes compagnies minières et d’ingénierie. Aussi, elles sont de vraies villes patronales qui reflètent les schémas de production et d’organisation de leurs fondateurs. Comme la majorité de ces villes ont été créées dans un contexte colonial, les administrations et les sociétés publiques françaises et espagnoles, aussi bien que les ingénieurs militaires et les soldats qui les ont construites, ont été des acteurs décisifs de leur développement.

22C’est pourquoi leur planification et leur architecture sont d’abord définies par une logique de pragmatisme. À la base des villes minières du Maroc, on trouve des considérations sur la distance entre les installations minières et les logements des ouvriers, sur des modes de lotissement réguliers (en grille) et sur la fourniture de services sanitaires. Toutefois, la conception des centres urbains équipés de services collectifs et d’espaces publics révèle une proximité avec le discours sur l’urbanisme qui était alors tenu à l’échelle internationale.

23Au regard des plans, les villes minières affichent une logique de ségrégation. Les divers quartiers sont clairement séparés par les grandes infrastructures comme les chemins de fer, par la topographie naturelle et par des zones non bâties. Les quartiers de logements se distinguent particulièrement avec d’un côté les logements luxueux et modernes des Européens et de l’autre les habitations des ouvriers marocains, rudimentaires et plus denses. Ces villes sont exemplaires des schémas de pensée coloniaux projetés sur le territoire marocain. Cependant, plusieurs organisations minières ont été simultanément promotrices de bon nombre de services collectifs qui étaient le plus souvent destinés à tous les habitants. Il est étonnant de constater que malgré leur localisation dans les régions les plus désolées du Maroc, ces villes minières possédaient des terrains de sport et des piscines ; la richesse de leurs services collectifs était souvent sans précédent. La salle de cinéma de Bou Tazoult fut par exemple la première de la région.

24En conséquence, les villes minières du Maroc apparaissent comme des zones d’« acculturation pragmatique ». Pragmatique, car elles n’étaient pas le résultat de principes ou de schémas de professionnels acquis aux Beaux-Arts mais plutôt de logiques (claires) d’ingénieurs. Acculturation, parce qu'on trouve dans chaque projet un souci d'adapter les logiques de l’ingénierie aux idéaux internationaux de l’architecture et de l’urbanisme, aussi bien qu’au climat et aux modes d’habiter locaux.

Notes

1 Les sources qui concernent entre autres les logiques d’installation des villes minières fondées sous le Protectorat français du Maroc sont disponibles aux Archives nationales d’outre-mer (anom) à Aix-en-Provence, 2 G 51 / 2, Direction fédérale des mines et de la géologie. Une première approche de ces logiques est donnée par Daniel Rivet, « Mines et politique au Maroc, 1907-1914 » Revue d'histoire moderne et contemporaine, vol. xxvi, oct.-déc. 1979, p. 568.

2 Dès le début du xixe siècle, des « missions géographiques » avaient été lancées au Maroc par des pays tels que l'Espagne, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Belgique et la France.

3 Pour les politiques coloniales liées à l'exploitation minière, voir : Yusif A. Sayigh, The Economies of the Arab World: Development since 1945, Londres : Croom Helm, 1978, p. 593-596.

4 Le Bureau de recherches et de participations minières (brpm) a été créé par un décret royal du 15 décembre 1928. Il était destiné à être l'organe spécialisé pourvu de moyens pour donner une forte impulsion à la recherche minière et permettre l'intervention de l'État. Parmi ses dirigeants, on trouve les ingénieurs des mines français Léon Migaux, René Vigier et André Henri Louis Bouillot. Leurs bibliographies et les références des archives sont disponibles sur www. annales.org/archives.

5 Concernant les divers acteurs actifs dans l'économie du Protectorat, voir : Georges Hatton, Les Enjeux financiers et économiques du Protectorat marocain (1936-1956). Politique publique et investisseurs privés, Paris : Publications de la Société française d’histoire d’outre-mer, 2009. Et aussi les publications plus anciennes telles que : Albert Ayache, Le Maroc, bilan d’une colonisation, Paris : Éditions sociales, 1956 ; Charles F. Stewart, The Economy of Morocco, 1912-1962 Cambridge, Mass : Harvard University Press, 1964.

6 Pour cette dernière catégorie d'acteurs, voir par exemple : René Gallissot, Le Patronat européen au Maroc – action sociale, action politique (1931-1942), Rabat : Éditions techniques nord-africaines, 1964 ; Abdel Aziz Belal, L'Investissement au Maroc (1912-1964) et ses enseignements en matière de développement économique, Paris : Mouton, 1968 ; Stuart Michael Persell, The French Colonial Lobby, 1889-1938, thèse de doctorat, Université de Stanford, 1983.

7 Des sources sur ces collaborations se trouvent aux Archives nationales (série F14 : Travaux publics) et contiennent entre autres des informations très précises sur la construction des voies ferrées et des routes en Afrique du nord. Des sources spécifiques sur les infrastructures de grande échelle et les programmes de construction initiés par le général Lyautey et mis en œuvre par des ingénieurs comme Édouard Joyant (à partir de 1913) à la Direction des travaux publics sont conservées au Centre des archives diplomatiques de Nantes (cdan), dans le fonds « Protectorat Maroc » : à l'intérieur du fonds, les dossiers intitulés « Direction des affaires chérifiennes », « Services territoriaux du Protectorat », et particulièrement le « Fonds iconographique Maroc », sont d'une grande importance pour l'histoire des villes minières.

8 Sur le rôle des ingénieurs des Ponts et Chaussées dans cette entreprise, voir Jean-Charles Fredenucci, « L'Entregent colonial des ingénieurs des Ponts et Chaussées dans l'urbanisme des années 1950-1970 », Vingtième siècle. Revue d'histoire, n°79, juil.-sept. 2003, p. 79-91, et Hélène Vacher, « Les figures de l'ingénieur colonial à la fin du XIXe siècle : la formation de la Société française des ingénieurs coloniaux et de l'École spéciale des travaux publics », Le Mouvement social, n°189, oct.- déc. 1999, p. 47-65. 

9 Sur l’importance de la dimension sociale des mines comme facteur de modernisation, voir l’attention portée dans le champ des sciences sociales, par exemple : Jean-Pierre Trystam, L'Ouvrier mineur au Maroc. Contribution statistique à une étude sociologique, Paris : Larose, 1957.

10 Le nombre d'habitants provient du recensement général de la population et de l’habitat de 2004.

11 Une bonne source d’information sur les activités de l’ocp est disponible au Centre de recherches et d'études sur les sociétés méditerranéennes (cresm) à Aix-en- Provence, où sont conservés des rapports sur le logement dans les centres miniers tels que : C. Jest, Habitat du personnel journalier permanent de l'Office chérifien des phosphates – Centre de Khouribga (1957), et Grigori Lazarev, Paul Pascon, Gestion des villages miniers (Rabat : ocp, 1969). Pour une présentation générale du rôle de l’ocp au Maroc, voir : Mohammed Menouar, Le Rôle de l’entreprise publique au Maroc. Le cas de l’ocp, thèse de doctorat, Université de Lille, 1985. Les rapports du capitaine de La Porte des Vaux présentent un intérêt particulier pour la richesse de leur iconographie : Le Prolétariat marocain et l'Office chérifien des phosphates à Khouribga, 1re partie, Les Conditions du travail ; 2e partie, La Vie dans les Villages, cresm (Doc. 33-1 et 22-2).

12 Une analyse approfondie de Khouribga est donnée par Mohammed Sahsah, Khouribga : genèse d'une ville minière 1921-1994, (Université de technologie de Belfort-Montbéliard, 2010 et Hervé Bleuchot, « Une ville minière marocaine : Khouribga », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, n°6, 1969, p. 29-51. Pour une approche plus générale voir Paul Pascon, Grigori Lazarev, « Les Villages miniers de la région de Khouribga », Notes marocaines de géographie, n°14, 1960, p. 39-58 ; et René Duchac, « Propositions pour une recherche sur le développement de Khouribga », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, n°7, 1970, p. 49-69.

13 Edmond Brion (1885-1973) fait ses études d'architecte à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il travaille à Casablanca entre 1918 et 1960. Il s'associe avec Auguste Cadet de 1920 à 1935. Pour autant que l'on sache, il n'existe pas de sources d'archives publiques sur cet architecte. Pour une présentation de son travail, voir Gislhaine Meffre, Architecture marocaine du XXe siècle : Edmond Brion et Auguste Cadet, Mohammedia : éditions Senso Unico, 2010.

14 Les archives d'Émile Aillaud contiennent des documents sur le projet de Khouribga ; elles sont conservées à la Cité de l’architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du xxe siècle, fonds Émile Aillaud.

15 Des documents sur la formation continue au sein de l'ocp qui font également référence aux écoles produites par l'infa (Institut national pour la formation des adultes) et le cuces (Centre universitaire de coopération économique et sociale) sont disponibles au Centre de documentation sur la formation et le travail du cnam, à Paris. Voir entre autres : A. Bercovitz, L'Éducation permanente à l'Office chérifien des phosphates, Nancy : cuces-infa, 1964, et M. Morin, Formation et éducation permanente à l'Office chérifien des phosphates – Attitudes et représentations, Nancy : cues-infa, 1966.

16 La Société anonyme d'Ougrée-Marihaye était une compagnie belge axée sur la production du charbon et du fer, aussi bien que sur le laminage et la fabrication d’objets moulés. Les archives de la société sont conservées aux Archives de l'État à Liège, fonds Cockerill (ael-fc). L'inventaire a été dressé par Anne-Catherine Delvaux, Inventaire des archives de la Société anonyme d'Ougrée-Marihaye (1835-1955), Liège : Archives de l'État à Liège, 2011.

17 Un grand nombre de photographies de la ville et des installations minières de Imini Bou Tazoult sont conservées au Centre des Archives diplomatiques de Nantes (cadn), collections d’origines privées, fonds Jacques Belin, « Maroc », 1940-1961.

18 Des sources sur la sacem sont conservées au cadn, notamment dans le fonds intitulé « Protectorat Maroc », section « Direction des affaires chérifiennes ».

19 Henry Marchat, « La France et l'Espagne au Maroc pendant la période du Protectorat (1912-1956) », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, n°10, 1971, p. 81-109.

20 Les archives sur les villes fondées au Maroc espagnol en général et sur l'urbanisme et l'architecture de Laâyoune en particulier sont conservées à l’Archivo General de la Administración (aga), Alcalá de Henares, fonds África (15) ; à l’Archivo de Historiales de Unidades, Instituto de Cultura Militar, Madrid ; à l’Archivo General Militar, Instituto de Historia y Cultura Militar, Ejército de Tierra, Ministerio de Defensa, Ségovie; à la Capitanía General de Canarias, Servicio Topográfico, Santa Cruz de Tenerife.

21 Parmi les concepteurs : Alejandro Tiana González (logements, hôtel du Comandante Delegado), Cayetano Aguado Saralegui (dispensaire) et don Diego Méndez (église).

22 Pour une présentation de ces nouveaux types, voir : J. P. Capote, R. Estalella et J. Serrano Suñer, « Viviendas de nativos en El Aaiun », Cuadernos de arquitectura, n°70, 1967, p. 40-41.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Khouribga (1924-1950), Office chérifien des phosphates entr. : vue d’ensemble du quartier des villas, vers 1950
Crédits Source : Collection privée
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2 : Khouribga (1924-1950), Office chérifien des phosphates entr. : plan de zonage
Crédits Source : Collection privée
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3 : Khouribga (1924-1950), Office chérifien des phosphates entr. : vue de la piscine et de la salle des fêtes (années 1930)
Crédits Source : Collection privée
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4 : Jérada, Société chérifienne des charbonnages de Jérada entr. : vue d’ensemble
Crédits Source : Collection privée
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 5 : Jérada, Société chérifienne des charbonnages de Jérada entr. : quartier des européens
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6 : Bou Tazoult (fin des années 1940), Société Anonyme Chérifienne d’Etudes Minières,entr. : Villas des ingénieurs français
Crédits Source : Collection privée
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 7 : Vue de la Kissaria (marché) du quartier marocain
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 8 : Laâyoune : vue d’un lotissement ouvrier
Crédits Source : Cliché Rafa (www.micamara.es)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 9 : Laâyoune, vue d’ensemble du quartier des ouvriers
Crédits Source : Collection privée
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 10 : Laâyoune (1966), Capote, Estalella & Serrano-Súñer, arch. : vue des placettes dans le quartier des ouvriers
Crédits Source : J.P Capote, R. Estalella, J. Serrano Súñer, « Viviendas de nativos en El Aaiún », Cuadernos de arquitectura, n° 70, 1967
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 11 : Laâyoune (1966), Capote, Estalella & Serrano-Súñer, arch. : vue d’ensemble du lotissement
Crédits Source : J.P Capote, R. Estalella, J. Serrano Súñer, « Viviendas de nativos en El Aaiún », Cuadernos de arquitectura, n° 70, 1967
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12436/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search