Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

S’installer au Sud

La cité des mines de phosphates à Kosseir

Kosseir, a phosphate-shipping town

Antonella Cabassi

Texte intégral

Figure 1 : Kosseir : plan général des installations minières (vers 1939)

Figure 1 : Kosseir : plan général des installations minières (vers 1939)

Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)

Figure 2 : Chalet pour les prospections dans la vallée du Wadi Umm Semiuki (1930)

Figure 2 : Chalet pour les prospections dans la vallée du Wadi Umm Semiuki (1930)

Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)

Figure 3 : Mine du Gebel Duwy : section sur le banc de la concession 52

Figure 3 : Mine du Gebel Duwy : section sur le banc de la concession 52
  • 1 Le nom El Quseir ou Al-Qusayr (selon les diverses translittérations de l’arabe) est, d’après le dic (...)
  • 2 Le nom apparaissant dans le statut de 1912 restera tel quel sur le papier à lettres jusqu’en 1949. (...)
  • 3 Le Banco di Roma était une banque mixte qui était à la fois une banque commerciale et une banque d’ (...)
  • 4 Cette transcription anglaise est utilisée dans les documents de la société, comme il est d'usage en (...)

1Kosseir1 est une petite ville portuaire très ancienne située sur la côte occidentale de la mer Rouge. Son image est le fruit de l’interaction de nombreuses cultures. Une grande partie de la façade littorale de la ville a pris forme dans la première moitié du xxe siècle suite à une opération italienne qui découlait de l’exploitation des mines de phosphates égyptiennes. L’acteur en fut la Società egiziana per estrazione & commercio fosfati2, une société italienne fondée en Égypte par le Banco di Roma3, et dont les sièges se trouvaient à Alexandrie et au Caire, les usines et les mines à Kosseir4 et le bureau de représentation à Rome.

  • 5 L’ensemble le plus significatif est celui de Wadi Semiuki. L’édifice principal, la Villa Italia, es (...)

2L’ensemble prendra la forme d’un village-usine juxtaposé à la ville ancienne. Établi sur 1 500 ha, une surface très vaste si on la compare à l’étendue de Kosseir à l’époque, il occupe une langue de sable littorale et est séparé de la ville historique à l’ouest par une enceinte qui ouvre vers le port au sud. Des travaux ultérieurs ajouteront, à l’intérieur même de la ville ancienne, un hôpital, une station radiotélégraphique, des quartiers pavillonnaires, et apporteront l’éclairage public et bien d’autres services. L’activité de construction intense transforme également le territoire environnant : une nouvelle ligne de chemin de fer relie la cité aux mines, où de nouveaux villages voient le jour ainsi que des chalets dispersés, qui sont utilisés pour les prospections5.

3Nous sommes face à une formation urbaine très complexe, qui débute au début du xxe siècle avec l’aventure égyptienne du Banco di Roma et se construit lentement tout au long de la première moitié du xxe siècle, par ajouts continuels, avec quelques coups d’accélérateur, des changements idéologiques profonds et des protagonistes différents : la société, plusieurs fois au bord de la banqueroute, sera rachetée par le Trésor public italien en 1927, elle passera aux mains de l’Istituto per la ricostruzione industriale (iri) à partir de 1933 et sera finalement nationalisée en 1958 par le gouvernement égyptien qui fermera l’usine de Kosseir en 1964.

Figure 4 : Pavillons du Wadi Umm Semiuki : vue d’ensemble

Figure 4 : Pavillons du Wadi Umm Semiuki : vue d’ensemble

Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)

L’affaire des phosphates à Kosseir : histoire des travaux et des gestionnaires

  • 6 Les ruines du port historique sont encore visibles à ce jour, de même que celles de la ville antiqu (...)

4C’est sa position géographique stratégique qui a permis à Kosseir de jouer, durant plus de 4 000 ans, un rôle important dans la géographie politique et commerciale de l’Égypte. Cette ville, que les historiens reconnaissent comme le plus ancien port d’Égypte6, a un passé illustre : elle a été Tjau pour la reine Hatchepsout, Myos Hormos pour les Ptolémées et Leucos Limen pour les Romains. Depuis la conquête arabe, elle est restée le port du commerce avec l’Orient et le point d’embarquement pour La Mecque ; en tant que tel, elle figure à la fin du xve siècle dans les premiers portulans portugais des routes orientales vers les Indes. La ville croît à la suite de la conquête ottomane (1517) : Sélim ier ordonne la construction d’une forteresse en face du nouveau port, plus grand et mieux protégé des vents que le port antique situé plus au nord. En 1798, les troupes de Bonaparte conquièrent la forteresse à laquelle elles ajoutent des casemates. En 1801, après avoir chassé les Français, les Anglais ouvrent une nouvelle porte dans l’enceinte. Le port conserve son rôle stratégique jusqu’à l’ouverture du canal de Suez, en 1869, et à la construction de la ligne ferroviaire Alexandrie-Le Caire-Suez.

  • 7 La découverte est due aux géologues T. Barron e W. F. Hume.

5À partir de la fin du xixe siècle, des entreprises minières s’installent sur les côtes de la mer Rouge, en raison des nouvelles possibilités de transport maritimes et ferroviaires : ce ne sont plus l’or et les émeraudes qui les attirent, mais le pétrole, le manganèse et les phosphates, découverts en Haute-Égypte7 dès 1898, dans la région de Qena. L’Écossais Andrew White Crookston sera le premier à tenter l’exploitation de ces matières premières, mais il abandonnera bientôt l’entreprise pour se consacrer à de nouveaux gisements découverts entre-temps à Safâgâ.

  • 8 Crookston vend à l’entreprise Panelli & figli, qui n’a pas suffisamment de moyens financiers. Le Ba (...)
  • 9 Déjà membre du Regio servizio minerario italiano, auteur de la carte géologique d’Italie, il quitte (...)

6Les concessions passent ainsi au Banco di Roma8 qui est à la recherche de nouvelles opportunités d’investissement. Mais les mines sont loin, le transport est onéreux et il faut donc lancer de nouvelles prospections géologiques : la première, dans le Wadi Hammamat, a lieu entre 1910 et 1911 sous la direction de l’ingénieur Emilio Cortese9.

7Le Wadi Hammamat est un défilé à mi-chemin entre Qena et Kosseir avec des parois rocheuses ornées de dessins et d’inscriptions remontant à 4 000 av. J.-C. et des montagnes de coquillages fossiles. Le wadi représente l’ancien chemin, court et naturel, entre le Nil et la mer. La vallée, d’où était extraite la pierre de Bekheny, d’abord fortifiée par les Romains, conserve encore intactes les tours de garde, les puits, les forteresses anglaises, les anciennes carrières et mines.

Figure 5 : Mine d’Hamadât : plan général

Figure 5 : Mine d’Hamadât : plan général

Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)

8Cortese la parcourt à dos de chameau depuis Qena plus d’un demi-siècle après Flaubert et observe les mêmes étapes : Bir Inglisi, Bir Hammamat, et un peu plus au nord, Bir Umm Fawakhir, avec les ruines des mines d’or byzantines des ve et vie siècles. Arrivé à Kosseir, il raconte la ville et les gens, nous fournissant de précieuses informations : « […] On boit de l’eau de mer distillée dans une installation spéciale, qui à vrai dire n’est plus très neuve mais plutôt bien entretenue par le responsable technique de la distillation, qui est un Italien, M. Scoccimarra. Mis à part cet Européen, les seuls habitants de Kosseir sont : le gouverneur de la place et du port, qui est un Maltais, et un médecin grec, chargé du Service de la santé maritime […]. On pourrait très bien profiter de l’eau des puits, qui sont très nombreux, le long de la plage, et employer le vent avec des aéromoteurs, pour activer des pompes et irriguer les potagers et les jardins […]. »

  • 10 « Traversata del deserto arabico da Chena a Cosseir. Note di viaggio del socio corrispondente, ing. (...)
  • 11 Archives historiques du Banco di Roma, iii. Conseil d’administration, registre des procès-verbaux, (...)

9La description du voyage et de ses trouvailles est publiée par Cortese l’année suivante dans le Bollettino della Società geografica10. La même année (1912), le Banco di Roma fonde à Alexandrie la Società egiziana per estrazione & commercio fosfati11, dont Cortese sera le premier directeur technique et chef de projet pour les édifices et les installations techniques.

10L’entrée en activité de l’usine transforme Kosseir. Outre l’usine, on voit naître un hôpital, des pavillons, une station radiotélégraphique et le système éolien décrit plus haut. À partir de 1914, commence au Gebel Nakheil, à seulement 12 km de Kosseir, l’extraction de phosphates qui se révèlent aussi riches que ceux de Safâgâ et dont le chargement se fait désormais au port de Kosseir. La construction du chemin de fer à voie étroite, assurée par des maîtres d’œuvre sardes et piémontais, et du nouveau quai de chargement débute également. Au déclenchement de la guerre, Cortese est toujours engagé dans les travaux. Il quitte la direction des mines en 1917 et, malgré son âge, rentre en Italie pour s’enrôler en tant que volontaire. La direction des mines sera alors confiée à l’ingénieur Rolfo, celle des installations urbaines à l’expert Cagnati.

Figure 6 : Port de Kosseir : schéma du transporteur aérien pour le chargement du minerai dans les bateaux (vers 1930)

Figure 6 : Port de Kosseir : schéma du transporteur aérien pour le chargement du minerai dans les bateaux (vers 1930)

Source : Archivio Centrale dello Stato, Roma

Figure 7 :Port de Kosseir : schéma du transporteur aérien pour le chargement du minerai dans les bateaux (vers 1930)

Figure 7 :Port de Kosseir : schéma du transporteur aérien pour le chargement du minerai dans les bateaux (vers 1930)

Source : Archivio Centrale dello Stato, Roma

  • 12 Archives historiques du Banco di Roma, xi. Bureaux, 9. Personnel, 7. Dossiers du personnel, 1/C, fa (...)

11Après le conflit, de 1918 à 1920, Cortese est à nouveau consultant auprès de la Société des phosphates, dépendant cette fois-ci directement du Banco di Roma12. La guerre et d’autres bouleversements ont produit une très grave crise économique et la Société des phosphates est au bord de la faillite. La situation se résoudra avec l’acquisition, par la Società finanziaria per l’industria e il commercio, d’une part importante des actions de la société.

12Dotée d’un nouveau capital et d’un nouveau conseil, la société cherche un nouveau directeur et de nouvelles concessions : elle acquiert, auprès d’un syndicat anglais, les droits d’exploitation des gisements du Gebel Duwy, à seulement 20 km dans l’arrière-pays et engage Riccardo Decima à la direction au début de 1920.

13Decima, qui étudie les possibilités d’exploitation, dirige les prospections, fait des relevés, des projets, envoie à Rome de fréquents rapports. L’exploitation intensive des mines du Gebel Duwy débute en 1923, tandis qu’ailleurs, on lance de nouvelles recherches. Les concessions précédentes, mal situées et qui contiennent des phosphates plutôt pauvres, sont peu à peu abandonnées. Le Gebel Duwy est, en 1926, le patrimoine le plus important de la Société des phosphates, mais est toutefois encore dépourvu de solides moyens techniques.

  • 13 Les lettres inédites sont conservées dans les archives de Riccardo Decima.

14Jusqu’alors, deux sociétés assurent l’extraction et le commerce des phosphates de la mer Rouge : la société anglaise Egyptian Phosphate Company et la Società egiziana per estrazione & commercio fosfati, qui est italienne. La vie de cette dernière est désormais directement liée à la finance italienne (la société financière qui détient les actions est contrôlée par le Consorzio per sovvenzioni sui valori industriali) ainsi qu’au gouvernement : le ministre Giacomo Acerbo visite les mines de Kosseir en 1926 lors de son voyage en Égypte. Le nouveau port est en cours de construction, ainsi que nous le révèle la correspondance entre le concepteur du projet, l’ingénieur Luigi Luiggi, et Decima13.

  • 14 Dans une lettre à Mussolini du 11 avril 1927, le ministre de l’Économie Giuseppe Belluzzo se vante (...)
  • 15 asiri, Documents des entreprises, Numérotation rouge, sef Société égyptienne pour l’extraction et l (...)

15En 1927, toutes les actions de la Société des phosphates sont cédées au Trésor public italien14. La cession sera coordonnée par l’Istituto delle Liquidazioni15. La même année est fondée la Società anonima fertilizzanti naturali Italia (safni), dotée d’un capital de 38 millions de lires italiennes. Dans les années 1930, l’intensification rapide de l’amendement au moyen de fertilisants à base de phosphates conduit la Société des phosphates à signer des accords avec la Fédération italienne des coopératives agricoles : la phosphorite produite, broyée par des moulins Raymond, est testée dans des stazioni sperimentali governative, des « chaires ambulantes » gérées en collaboration avec les instituts de recherche des universités agraires. Les résultats des applications en agriculture de la Fosforite Kosseir – qui à partir de ce moment s’appellera Fosforite Italia – sont divulgués par le bureau de propagande de la safni.

16Ce sont là les années les plus marquantes de l’expansion coloniale italienne, durant lesquelles seront réalisés le plus grand nombre d’infrastructures, la transformation des centres urbains, la construction de nouveaux édifices publics et la fondation de nouvelles agglomérations. Kosseir ne fait pas exception : elle a un nouveau port, un éclairage public, un transporteur aérien pour acheminer le minerai vers le port et tandis que les travaux se poursuivent, des projets de nouveaux édifices arrivent de Rome. Au Gebel Duwy, un village est en construction.

17Un inventaire établi en 1932 du patrimoine du Gebel Duwy mentionne des perforateurs, des coupeuses électriques pour l’extraction mécanique du phosphate, des silos d’une capacité de 90 000 t ; et sur le port, de nouveaux silos, une structure pour la production à bas coûts de 100 t d’eau douce par jour, une usine à glace, quatre dépôts de gazole de 1 200 t chacun, des dépôts divers, des moulins pour la préparation de la Fosforite Italia, de nouvelles locomotives et des wagons, des installations pour le tri et le broyage des résidus, des installations pour la dessication du minerai. L’inventaire mentionne aussi : des constructions à l’intérieur de la ville ancienne ; la ligne de chemin de fer Qena-Kosseir, commencée par le gouvernement égyptien avec la participation de la société ; la liste détaillée des nouvelles explorations minières, avec les nouveaux permis ; l’échéancier des permis concédés (d’exploitation des mines et de construction).

  • 16 Les balilla étaient les enfants de 8 à 14 ans du parti fasciste

18Dès 1933, l’entreprise passe sous le contrôle de l’iri tandis que la construction d’édifices publics et sociaux se poursuit. On édifie des logements pour célibataires, une cantine, un espace de loisirs, des installations sportives, une section du Parti national fasciste. Une piccola Italia, selon les journaux de l’époque, avec ses écoliers vêtus en balilla16.

  • 17 Le miniere di fosfato di Kosseir, Milan : Rizzoli & C., 1932.
  • 18 Voir R. Quartararo, « L’altra faccia della crisi mediterranea (1935-1936) », Storia contemporanea, (...)

19Kosseir a un laboratoire photographique qui imprime des cartes postales. La Société des phosphates commande à Rizzoli17 une brochure publicitaire. Entre temps, une autre mine, Hamadât, est devenue active et une nouvelle agglomération y voit le jour. À partir de 1939, l’ingénieur Adolfo Laurenti assure la direction générale de la société. Le port devient un lieu stratégique dans les projets bellicistes de Mussolini18.

Figure 8 : Cité minière de Kosseir : vue d’ensemble des installations depuis un wagonnet du transporteur aérien

Figure 8 : Cité minière de Kosseir : vue d’ensemble des installations depuis un wagonnet du transporteur aérien

Source : Archives Pellegrini, Belluno

Figure 9 : Port de Kosseir : vue d’ensemble des installations depuis un wagonnet du transporteur aérien

Figure 9 : Port de Kosseir : vue d’ensemble des installations depuis un wagonnet du transporteur aérien

Source : Archives Pellegrini, Belluno

20La guerre met un point d’arrêt au développement. En 1942, les Anglais internent tous les Italiens dans le camp de Geneifa. L’usine connaîtra une très brève saison de production sous contrôle anglais mais, avant la fin du conflit et grâce à un patient travail diplomatique, elle repassera sous contrôle italien.

21Après la guerre, l’activité reprend. Dans les années 1950, sept mines sont en activité : Gebel Duwy, Hamadât, el-Asthan, Nakheil, Abou-Tundub (nord et sud), Fara, Hamrawein. Chaque centre minier a son propre village, avec un service des urgences, une infirmerie et une petite mosquée.

22Un rapport adressé en 1952 à l’iri précise que la masse excavée s’élève à 400 000 t par an, la centrale électrique a une puissance de 3 850 hp, les silos une contenance de 150 000 t. Une nouvelle ligne de chemin de fer relie la ville à la mine, avec sa propre gare et un petit train pour les passagers. Le réseau ferroviaire relie d’autre part les mines entre elles et pour réduire le temps de transport du phosphate, le tronçon entre Nakheil et Gebel Duwy est entièrement constitué de tunnels.

23Les villages miniers ont des écoles, deux de filles et trois de garçons. Trois écoles sont annexées aux mines du Gebel Duwy, sous la direction de missionnaires. Le dessalement de l’eau, à Kosseir, produit 150 t d’eau par jour.

Figure 10 : Anciens logements des employés de la Société des phosphates, Kosseir (1906) : vue contemporaine

Figure 10 : Anciens logements des employés de la Société des phosphates, Kosseir (1906) : vue contemporaine

Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)

Figure 11 : Rotonde à locomotives, cité minière de Kosseir : vue contemporaine

Figure 11 : Rotonde à locomotives, cité minière de Kosseir : vue contemporaine

Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)

  • 19 La Société des phosphates publie The phosphate mines of Kosseir, Le Caire-Rome : Editalia, 1954.

24L’arrivée au pouvoir des officiers libres en 1952 met fin à la saison italienne19 : l’usine est nationalisée suivant les mesures du plan économique qui se concrétiseront en une forme de capitalisme d’État ; elle sera définitivement abandonnée en 1964.

L'organisation de la cité des phosphates

  • 20 La première leçon a lieu le 19 mars 1932, dans l’édifice inachevé; ce dernier portera bientôt le no (...)

25À l’intérieur de la cité des phosphates, les bâtiments sont édifiés le long d’un axe rectiligne nord-sud qui relie la ville à l’usine. Cette voie construite par les Italiens rejoint la route côtière à l’extrémité nord de la cité tandis qu’au sud, elle se fond dans la trame des quartiers historiques. Dans la partie centrale, la voie s’élargit jusqu’à former une place allongée autour de laquelle se trouvent les édifices communautaires et de représentation. Vers le nord, on entrevoit la carrière. L’école primaire domine la place à son extrémité nord. C’est un édifice d’un seul étage de style fasciste, avec un plan en croix. Le portique de façade adopte la forme d’une serlienne au fronton brisé. Le projet qui date de 1930 est signé par Florestano Di Fausto, architecte du ministère des Affaires étrangères du gouvernement fasciste, qui n’en suivra pas l’exécution20. Dans les années 1950, l’école accueillait 120 enfants.

Figure 12 : Cité minière de Kosseir, école primaire (1930-1931), Florestano Di Fausto arch. ; église Sainte-Barbe (1938), Riccardo Decima ing. : vue d’ensemble depuis la place

Figure 12 : Cité minière de Kosseir, école primaire (1930-1931), Florestano Di Fausto arch. ; église Sainte-Barbe (1938), Riccardo Decima ing. : vue d’ensemble depuis la place

Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)

Figure 13 : Cité minière de Kosseir : vue d’ensemble de la rue centrale ; sur la gauche, les bureaux de la direction

Figure 13 : Cité minière de Kosseir : vue d’ensemble de la rue centrale ; sur la gauche, les bureaux de la direction

Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)

Figure 14 : Maison du directeur, cité minière de Kosseir : vue en 1938

Figure 14 : Maison du directeur, cité minière de Kosseir : vue en 1938

Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)

  • 21 L’église a été démolie en 2007, pour en reconstruire une autre à la place.

26Du côté droit (est) de la place s’élevait une église21 à trois nefs orientée à l’est. L’édifice bâti en 1938 fut la dernière construction réalisée par Riccardo Decima. Il dépendait de l’Église copte, sous l’autorité de laquelle se trouvaient depuis 1927 toutes les missions franciscaines de la bande côtière de Haute-Égypte. L’entrée était précédée d’un narthex pourvu d'un grand arc brisé surmonté d’une rosace et d’une croix latine. La flèche du clocher néogothique était couronnée d’une croix byzantine.

27De part et d’autre de l’église se trouvait un alignement d’édifices des années 1940 : dans l’angle, entre l’école et l’église (au nord), se dressait la Mission franciscaine, tandis que l’internat de filles se trouvait au sud à côté de la maison des sœurs franciscaines arrivées à Kosseir en 1946. Ces immeubles présentaient des caractéristiques similaires : ils étaient de plain-pied, couverts en terrasse, et leurs volumes s’articulaient en géométries élémentaires. Ils représentaient des déclinaisons modernes et rationalistes du thème de la maison coloniale.

28En poursuivant du même côté, on trouve encore la Casa amministrazione, construite en 1931, qui abritait le logement du directeur et des lieux de réception. L‘imposante villa blanche fait face à la mer et tourne le dos à la place. Elle comprend quatre tourelles d’angle reliées par un portique à deux niveaux.

29Du côté de la plage s’érigent d’autres pavillons ainsi que des installations sportives, le tout dominé par un bâtiment rationaliste servant de cantine et d’espace récréatif : la Casa del fascio de Kosseir.

Figure 15 : Cité minière de Kosseir, Casa del fascio (vers 1933) : dopolavoro et mensa (cantine) des employés de la mine, vue d’époque

Figure 15 : Cité minière de Kosseir, Casa del fascio (vers 1933) : dopolavoro et mensa (cantine) des employés de la mine, vue d’époque

Source : Archives Pellegrini, Belluno

Figure 16 : Cité minière de Kosseir, Casa del fascio (vers 1933) : dopolavoro et mensa (cantine) des employés de la mine, vue contemporaine

Figure 16 : Cité minière de Kosseir, Casa del fascio (vers 1933) : dopolavoro et mensa (cantine) des employés de la mine, vue contemporaine

Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)

30Sur le côté opposé de la place est alignée une série de pavillons de plain-pied, tous dotés d’un portique d’entrée. Plus on s’approche de l'usine, plus leurs façades sont dépouillées, révélant ainsi le statut social de leurs habitants.

31Plus loin, à une distance convenable, se trouvent les ateliers et l’imposant bureau de la direction, également précédé d’un porche à arcades. Celui-ci s’ouvre sur une petite place bordée par la centrale électrique dont la forme rappelle celle des casernes du xixe siècle, et plus loin, des fabriques, des silos et une rotonde à locomotives construite en ossature métallique et remplissage de briques. La place se referme sur un grand réservoir.

32La succession des bâtiments, distants les uns des autres et très divers, donne à l’espace allongé de la place un sentiment de « moment suspendu », de « fossilisation », renforcé par la présence de la mer. La vue de la place en direction du grand réservoir rappelle ainsi les « villes carrées » endormies de Chirico, en particulier la Tour rouge (1913).

33À la sortie sud de la cité, au croisement entre la corniche aménagée au xixe siècle et la rue conduisant au port, se trouvent la station radiotélégraphique et deux maisons, qui appartenaient jadis à la société Marconi.

  • 22 Le bâtiment a été inauguré en 2007, après quatre années de rénovation sous la direction de l’archit (...)

34En poursuivant vers le sud en direction de la forteresse, on trouve l’édifice qui fut l’hôpital italien. Bâti en 1914, il est de style éclectique, presque orientaliste. Dans les années 1930, il fut pourvu d’une nouvelle salle de radiographie, d’une pharmacie, d’un service d’obstétrique et d’une crèche. Le bâtiment, qui a été récemment rénové22, héberge aujourd’hui le siège d’une fondation qui œuvre dans le domaine de l’éducation.

35En bord de mer, les pavillons construits en 1906 pour les techniciens employés par la société Fosfati sont alignés par six sur deux rangées. Ils sont actuellement occupés par le Département d’extraction minière de Kosseir. Ces maisons d’un seul étage, construites en blocs de pierre de corail, possèdent des cours intérieures avec des jardins. Les façades, en pierres extraites des montagnes proches, produisent un rapprochement surprenant entre cette architecture éclectique d’inspiration philanthropique et la tradition constructive autochtone.

  • 23 Nous en trouvons d’autres exemples à Jeddah en Arabie saoudite, à Suakin au Soudan, et à Massaoua e (...)

36Kosseir est en effet la seule ville de la côte égyptienne qui offre des témoignages tangibles de l’ancienne architecture typique de la mer Rouge23. Les maisons de la vieille ville, à cours intérieures, sont construites avec le seul matériau largement disponible dans cette région : la pierre de corail. La technique de construction, inchangée au cours des siècles, est adaptée au climat local : les murs en pierre offrent une excellente protection contre la chaleur, absorbent l’humidité et la restituent sous forme de fraîcheur.

37L’appareil de pierre des murs des pavillons est reproduit un peu plus loin, dans le bâtiment qui abrite le magasin des vivres et le club des employés, face au port (à côté du grand édifice ottoman de l’administration du Gouverneur), offrant une hybridation de styles sobre et originale.

38La ville de Kosseir semble au premier abord composée de trois parties : la vieille ville, l’ajout italien, l’extension arabe contemporaine. Mais la question est plus complexe. La présence italienne a modifié le tissu urbain historique de manière épisodique mais décisive. De plus, la manière d’appréhender les rapports entre les lieux de résidence et les lieux de travail ainsi que les cultures gouvernant chaque intervention se sont transformées durant le temps long de la réalisation des projets.

39En simplifiant beaucoup, nous pouvons distinguer deux périodes en matière de gestion : la première, qui s’inspire probablement de l’expérience des villages industriels, sépare le quartier résidentiel de celui de l’usine et de la carrière ; la seconde, qui peut être rattachée aux politiques d’urbanisme expansionnistes et coloniales du régime fasciste et à la fondation de nombreuses petites villes, réunit le tout.

40La plupart des édifices sont construits entre les années 1920 et 1936, date de proclamation de l’Empire colonial italien, c’est-à-dire au moment où le débat sur l’architecture coloniale moderne s’amplifie et mûrit, élaborant une idéologie de la ville et des typologies d’habitations qui oppose le classicisme monumental à la redécouverte des traditions locales. Il y a toutefois une continuité spatiale avec la période précédente, que la ville met en scène tout le long de la côte, dans la succession entre le front de mer, le port et le nouveau village, et on peut voir une continuité d’approche dans le fait de ne pas construire de maisons ouvrières, puisque les ouvriers sont indigènes.

41Les bâtiments publics de la petite communauté, les ateliers, les maisons des dirigeants et des notables donnent sur la grande place allongée. Ce sont des édifices divers, reproduisant une hiérarchie de l’habitat bien définie. C’est en premier lieu la présence de loggias et de décors sur les façades qui différencie les résidences qui ne sont accessibles qu’au personnel hautement spécialisé et mieux rétribué et les habitations destinées aux employés.

42Le modèle des résidences traduit la position de leurs habitants dans l’échelle sociale, mais celle-ci se reflète aussi dans la structure du logement : entrée, plusieurs chambres, salon séparé de la salle à manger. Comme le recommande la théorie sur l’hygiène des constructions, en vogue au tournant du xxe siècle, on demande à l’architecture de fournir une organisation de l’espace du logement rationnelle, pouvant inspirer des comportements moraux et qui respectent le code éthique défini par la partie « saine » de la société. C’est ce modèle moral qui donne naissance à des structures collectives et des espaces récréatifs fondés sur une utopie sociale, dont la cantine de la cité de Kosseir est un bon exemple.

43D’autres villages ouvriers vont s’installer sur les plateaux, autour des mines, où la distance avec la ville imposera de construire des logements pour chaque classe sociale, des lieux de culte et de récréation. Les édifices suivent le dénivellement et s’articulent autour de la scène figée de la mine. Les ensembles de logements reproduisent le schéma des pavillons de la ville, avec peu de variantes, jusque dans les maisons et appartements.

  • 24 Sabaudia est une ville fasciste d’Italie construite en 1933-1934.

44La ville fasciste est une ville neuve, qu’elle soit créée ou qu’elle vienne s’adapter sur une ville existante. La cité de Kosseir est une œuvre rationaliste, qui, comme l’écrit Moravia, ne parle pas à la raison mais à l’imagination. Sabaudia24 rappelle l’Afrique. Kosseir est l’Afrique, mais une Afrique différente. La ville revendique sa double nature : elle se veut à la fois une ville rationaliste et une ville traditionnelle, au service de la communauté, et qui la représente.

Notes

1 Le nom El Quseir ou Al-Qusayr (selon les diverses translittérations de l’arabe) est, d’après le dictionnaire géographique de Yâqût, Mu'jam  al-Buldan, (première moitié du xiie siècle), un diminutif de qasr, le fort.

2 Le nom apparaissant dans le statut de 1912 restera tel quel sur le papier à lettres jusqu’en 1949. Mais la Société se dénomme aussi autrement : dans les premiers documents, on parle de Società italiana per l’estrazione e il commercio dei fosfati (la précision « Italiana » est encore d’usage parmi les Égyptiens, ce qui crée une certaine confusion) ; après 1933, lorsque la société sera rachetée par l’iri, son nom sera abrégé en sef, soit l’acronyme de Società egiziana fosfati.

3 Le Banco di Roma était une banque mixte qui était à la fois une banque commerciale et une banque d’affaires, participant au capital des entreprises.

4 Cette transcription anglaise est utilisée dans les documents de la société, comme il est d'usage en Égypte depuis l’occupation anglaise.

5 L’ensemble le plus significatif est celui de Wadi Semiuki. L’édifice principal, la Villa Italia, est une sorte de refuge alpin hébergeant les bureaux de représentation, entouré de quelques maisonnettes.

6 Les ruines du port historique sont encore visibles à ce jour, de même que celles de la ville antique, Qusayr al-Qadim (Le vieux Qusayr), située à moins de 8 km au nord de la ville actuelle. Pour une courte synthèse sur l’histoire de la ville voir : Dominique Harre-Roger, « Al-Qusayr, histoire et patrimoine au service du renouveau d’une ville portuaire périphérique », dans Éric Denis (dir.), Villes et urbanisation des provinces égyptiennes. Vers l’écoumènopolis, Paris : Karthala, Le Caire : Cedej, 2007, p. 329-364.

7 La découverte est due aux géologues T. Barron e W. F. Hume.

8 Crookston vend à l’entreprise Panelli & figli, qui n’a pas suffisamment de moyens financiers. Le Banco di Roma relève les concessions à travers une entreprise dont il est actionnaire, la Società romana solfati, qui fondera à cet effet la Società per l’escavazione e il commercio dei fosfati, immobilisant des sommes considérables.

9 Déjà membre du Regio servizio minerario italiano, auteur de la carte géologique d’Italie, il quitte le Bureau géologique en 1892 et se dédie longtemps aux problèmes minéraliers de l’industrie privée. Il gardera une activité intense en tant que membre correspondant de la Société géographique royale italienne.

10 « Traversata del deserto arabico da Chena a Cosseir. Note di viaggio del socio corrispondente, ing. Emilio Cortese (con una cartina nel testo) », Bollettino della Società geografica italiana, n°2, 1912, p. 143-165.

11 Archives historiques du Banco di Roma, iii. Conseil d’administration, registre des procès-verbaux, 821, Processo verbale 26 ottobre 1912. Le statut est conservé aux Archives historiques du Banco di Roma, vii. Présidence, dans le fasc. n. prov. 9.

12 Archives historiques du Banco di Roma, xi. Bureaux, 9. Personnel, 7. Dossiers du personnel, 1/C, fascicule 96, b. 6. 8, b. 62, et viii. Présidence, 1. Archives Alfredo Benincore, 3. Correspondance des administrateurs, fascicule 96, b. 6.

13 Les lettres inédites sont conservées dans les archives de Riccardo Decima.

14 Dans une lettre à Mussolini du 11 avril 1927, le ministre de l’Économie Giuseppe Belluzzo se vante d’avoir assuré à l’État le contrôle de la mine de phosphorites de Kosseir, en Égypte, en déjouant les projets de Donegani, alors membre du Conseil supérieur des mines et président de Montecatini (Acs, Pres. Cons. 1931-1933).

15 asiri, Documents des entreprises, Numérotation rouge, sef Société égyptienne pour l’extraction et le commerce des phosphates, Documentation sans titulaire, Dossier ex Istituto liquidazioni 1927-1952, Acs 040.

16 Les balilla étaient les enfants de 8 à 14 ans du parti fasciste

17 Le miniere di fosfato di Kosseir, Milan : Rizzoli & C., 1932.

18 Voir R. Quartararo, « L’altra faccia della crisi mediterranea (1935-1936) », Storia contemporanea, vol. 13, n°4-6, 1982, p. 808-810.

19 La Société des phosphates publie The phosphate mines of Kosseir, Le Caire-Rome : Editalia, 1954.

20 La première leçon a lieu le 19 mars 1932, dans l’édifice inachevé; ce dernier portera bientôt le nom de G. B. Belzoni et sera inauguré par le ministre Cantalupo. Il existait déjà une école italienne à Kosseir, fondée par les frères franciscains en 1882.

21 L’église a été démolie en 2007, pour en reconstruire une autre à la place.

22 Le bâtiment a été inauguré en 2007, après quatre années de rénovation sous la direction de l’architecte A. M. Salama.

23 Nous en trouvons d’autres exemples à Jeddah en Arabie saoudite, à Suakin au Soudan, et à Massaoua en Érythrée.

24 Sabaudia est une ville fasciste d’Italie construite en 1933-1934.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Kosseir : plan général des installations minières (vers 1939)
Crédits Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2 : Chalet pour les prospections dans la vallée du Wadi Umm Semiuki (1930)
Crédits Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 3 : Mine du Gebel Duwy : section sur le banc de la concession 52
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 4 : Pavillons du Wadi Umm Semiuki : vue d’ensemble
Crédits Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5 : Mine d’Hamadât : plan général
Crédits Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M
Titre Figure 6 : Port de Kosseir : schéma du transporteur aérien pour le chargement du minerai dans les bateaux (vers 1930)
Crédits Source : Archivio Centrale dello Stato, Roma
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 7 :Port de Kosseir : schéma du transporteur aérien pour le chargement du minerai dans les bateaux (vers 1930)
Crédits Source : Archivio Centrale dello Stato, Roma
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 8 : Cité minière de Kosseir : vue d’ensemble des installations depuis un wagonnet du transporteur aérien
Crédits Source : Archives Pellegrini, Belluno
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 9 : Port de Kosseir : vue d’ensemble des installations depuis un wagonnet du transporteur aérien
Crédits Source : Archives Pellegrini, Belluno
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 10 : Anciens logements des employés de la Société des phosphates, Kosseir (1906) : vue contemporaine
Crédits Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 11 : Rotonde à locomotives, cité minière de Kosseir : vue contemporaine
Crédits Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 12 : Cité minière de Kosseir, école primaire (1930-1931), Florestano Di Fausto arch. ; église Sainte-Barbe (1938), Riccardo Decima ing. : vue d’ensemble depuis la place
Crédits Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 13 : Cité minière de Kosseir : vue d’ensemble de la rue centrale ; sur la gauche, les bureaux de la direction
Crédits Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 14 : Maison du directeur, cité minière de Kosseir : vue en 1938
Crédits Source : Archives privées Riccardo Decima, Agordo (Belluno)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 15 : Cité minière de Kosseir, Casa del fascio (vers 1933) : dopolavoro et mensa (cantine) des employés de la mine, vue d’époque
Crédits Source : Archives Pellegrini, Belluno
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 16 : Cité minière de Kosseir, Casa del fascio (vers 1933) : dopolavoro et mensa (cantine) des employés de la mine, vue contemporaine
Crédits Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12426/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search