Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

S’installer au Sud

Les entreprises de construction européennes dans les villes du canal de Suez

European construction companies in the towns along the Suez Canal

Claudine Piaton

Texte intégral

Figure 1 : Ismaïlia : plan général de la ville en 1903

Figure 1 : Ismaïlia : plan général de la ville en 1903

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

Figure 2 : Port-Saïd : premier projet de plan de la ville dressé par l’ingénieur Voisin en 1860

Figure 2 : Port-Saïd : premier projet de plan de la ville dressé par l’ingénieur Voisin en 1860

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

1Le fonds d’archives de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, la société par actions fondée en 1858 par Ferdinand de Lesseps pour construire, entretenir et exploiter le futur canal destiné à unir les eaux de la Méditerranée à celles de la mer Rouge, compte parmi les plus riches fonds d’entreprises conservés en France.

  • 1 Juliette Gallois, « Le patrimoine archivistique de Suez », Cahier de l’association du souvenir de F (...)
  • 2 Voir par exemple : Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869), Paris : Presses de l’(...)

2Ce fonds privé, déposé en 1977 aux Archives nationales de France par l’Association du souvenir de Ferdinand de Lesseps et du canal de Suez, est conservé depuis 1995 aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix1. Source principale de plusieurs travaux universitaires de référence sur l’histoire des techniques et l’histoire économique2, il reste encore peu exploité par les historiens de l’architecture. Le patrimoine bâti constitué par la Compagnie durant sa présence en Égypte (1859-1956) représente pourtant un cas d'étude exemplaire des modes de diffusion des modèles de l'architecture patronale européenne au sud de la Méditerranée aux xixe et xxe siècles.

3La Compagnie, qui n’avait pas vocation à construire autre chose que le canal et ses ports, fut très vite confrontée à la question du logement de ses employés. Le tracé du canal parcourait en effet des zones désertiques où il fallait créer de toutes pièces des campements destinés à abriter les hommes mais aussi à stocker et entretenir les machines utilisées sur le chantier. Après l’inauguration du canal en 1869, la compagnie dut se lancer dans de nouveaux programmes de construction destinés à pérenniser le séjour de ses services administratifs puis, tout au long du xxe siècle, de ses nombreux employés européens expatriés (comptables, ingénieurs, pilotes et ouvriers spécialisés, etc.).

  • 3 Terme utilisé par la Compagnie pour désigner toute entreprise extérieure à ses services.

4Si les plans des villes sont attribués aux ingénieurs de la Compagnie, celle-ci eut en revanche systématiquement recours aux services de « l’entrepreneur3 » pour réaliser ses programmes de construction. De même, jusqu’en 1921, la Compagnie, qui ne disposait pas d’architecte au sein de ses bureaux, faisait appel à des architectes libéraux pour dessiner les projets, dont elle confiait ensuite le suivi à ses ingénieurs.

  • 4 Les entreprises égyptiennes y sont également nombreuses, notamment dans le domaine des terrassement (...)

5Ainsi, les archives de la Compagnie permettent d’appréhender diverses facettes du monde entrepreneurial en Égypte entre 1860 et 1950. Elles mettent d’une part en lumière le rôle de la Compagnie comme concepteur puis gestionnaire des villes : à l’instar des villes patronales françaises du xixe siècle, Port-Saïd et Ismaïlia sont nées de l’entreprise qui en a établi le plan, défini le zonage, concédé les parcelles et administré l’espace public avant que le gouvernement égyptien, à partir de 1869, ne les réintègre dans le droit commun égyptien. Ces archives livrent d’autre part un abondant matériau qui documente les constructions (plans d’architectes, plans techniques, marchés de travaux, photographies) et fait émerger le vivier des entreprises européennes du bâtiment qui gravitait autour de la Compagnie : petites entreprises détentrices de brevets innovants, succursales égyptiennes de grandes entreprises européennes, petites entreprises traditionnelles dirigées par des Européens installés en Égypte4. Avant de s’intéresser plus particulièrement à ces entrepreneurs, il convient de rappeler brièvement le rôle de la Compagnie dans la conception du plan des villes.

Les villes d’une entreprise

6En 1861, les plans d’ensemble des premiers campements, établis le long du tracé du futur canal et régulièrement espacés du nord au sud, sont dessinés par les ingénieurs de la Compagnie, sous la direction de l’ingénieur des Ponts et Chaussées François-Philippe Voisin dit Voisin bey, qui fut le directeur général des travaux et agent supérieur de la Compagnie entre 1861 et 1870. Les deux principaux campements, qui abritaient chacun une division des travaux, seront à l’origine de deux des trois villes de l’isthme : Port-Saïd, située au débouché du canal dans la Méditerranée, et Ismaïlia, cette dernière étant implantée à mi-chemin entre Port-Saïd et Suez, le petit port sur la mer Rouge qui préexistait au canal.

  • 5 Voir par exemple les villes minières de l’ouest des États-Unis ou d’Amérique du sud. John S. Garner (...)

7Les plans empruntent au génie militaire le principe du tracé des camps en damier mais sans en conserver les enceintes. En revanche, à l’instar de ceux des Company towns5, ils opèrent une ségrégation entre les diverses communautés qui composent la main d’œuvre du canal. Sont ainsi juxtaposés les ateliers de dépôt et d’entretien des machines, les quartiers de logements des cadres et des ouvriers européens et d’équipements communautaires : cantines, dispensaires, etc., tandis qu’à l’écart se dresse le « village arabe » destiné à l’hébergement de la main-d’œuvre égyptienne.

  • 6 Le canal d’eau douce, projeté en même temps que le canal maritime, reliait le Nil à Ismaïlia et ser (...)
  • 7 Nathalie Montel, « Ismaïlia (Égypte) : une ville d’ingénieurs », Revue du monde musulman et de la M (...)
  • 8 Plan de Port-Saïd : croquis dans le rapport du directeur général des travaux au comité de direction (...)

8Le premier plan d’Ismaïlia – ville située à mi-parcours du canal et destinée à devenir la capitale de l’isthme – est composé d’une série de modules carrés répétitifs (le carré grec, le carré européen, le carré arabe) qui peuvent selon les besoins de l’entreprise se déployer sans limite le long du canal d’eau douce6 et d’un grand port dont le projet sera finalement abandonné. Ce plan est, selon Nathalie Montel, un « manifeste sans égal de l’application à l’échelle de l’ensemble d’une ville des logiques de l’ingénieur (français) du Second Empire7 ». Moins connues car non mises en œuvre sur le terrain, les premières esquisses du plan de Port-Saïd n’en sont pas moins représentatives d’un même état d’esprit : les ingénieurs projettent dès 1859 une ville en damier organisée autour du bassin du port qui, en tant que cœur de l’aménagement, sépare les quartiers européens des quartiers arabes8.

Figure 3 : Anciens logements des ouvriers européens de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1922), Paul Albert arch., Almagià entr.

Figure 3 : Anciens logements des ouvriers européens de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1922), Paul Albert arch., Almagià entr.

Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)

Figure 4 : Anciens ateliers de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1930), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr.

Figure 4 : Anciens ateliers de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1930), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr.

Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)

Des entrepreneurs dans les villes

9Entre le début du chantier et 1956, le profil des entrepreneurs (nationalités, aire géographique d’intervention, etc.) et leur mode de sélection évoluent : au choix des débuts de privilégier des entreprises françaises quelle que soit la commande, succède une plus grande différenciation du recrutement selon le type d’ouvrage à réaliser.

Figure 5 : Bureaux de la direction de la Compagnie de Suez, Ismaïlia (1863), Fréret et Cie entr. : vue de la véranda en bois

Figure 5 : Bureaux de la direction de la Compagnie de Suez, Ismaïlia (1863), Fréret et Cie entr. : vue de la véranda en bois

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

  • 9 Campements 1861-1869, anmt 1995 060 4390

10En 1858, en prévision de l’ouverture du chantier, la Compagnie lance les premiers appels d’offres pour la fourniture de « chalets ouvriers » auxquels une vingtaine d’entreprises, françaises pour la plupart, répondent. Certaines sont des fournisseurs de l’armée, telle l’entreprise Godillot qui, outre les chaussures des militaires auxquelles elle a donné son nom, fabrique des tentes. D’autres propositions sont plus inattendues comme la construction de huttes en paillassons (« système Guillot breveté sgdg ») d’un certain Frédéric Latour installé à Clichy, celle de l’entreprise Stierlin et Cie qui présente des réalisations en papier feutre sablé, celles encore de l’entrepreneur Émile Revest spécialiste du carton bituminé pour toiture, ou de la British Caoutchouc Company, Beck et Peupin, spécialisée dans la mise en œuvre du caoutchouc9.

  • 10 Rapport du directeur général des travaux 15 novembre 1859, anmt 1995 060 4390.

11La Compagnie opte finalement pour les constructions en bois de l’entreprise Victor Fréret & Cie de Fécamp, car « il a été le seul qui a accepté de se charger à forfait du transport et du montage sur place [...], qu’il avait en outre une connaissance parfaite de l’Égypte où il faisait des fournitures de baraques [...], et qu’il était actionnaire de la Compagnie10 ». Outre la fourniture des chalets qui seront installés le long de la plage de Port-Saïd et du chalet de Ferdinand de Lesseps à Ismaïlia, l’entreprise est chargée en 1863 de la fourniture et de la pose de l’imposante véranda orientalisante des bureaux de la direction à Ismaïlia. Les lettres échangées avec l’ingénieur de la Compagnie James Pouchet témoignent des difficultés rencontrées au quotidien pour la simple mise au point des détails techniques. La phase de chantier s’avère elle aussi difficile car l’entreprise française peine à dépêcher des ouvriers pour le montage des pièces préfabriquées.

12Cette expérience explique peut-être l’abandon rapide des importations de logements préfabriqués : après l’ouverture du canal, la mise en œuvre se fait sur place avec des matériaux importés, comme le bois du Nord, la chaux du Teil, les tuiles et briques de Marseille, puis, de plus en plus, produits localement : briques de ciment, moellons de pierre, tuiles égyptiennes « Sornaga ».

  • 11 Constructions à Port-Saïd (1904-1951), anmt 1995 060 3153.
  • 12 Constructions à Ismaïlia (1885-1955). Marchés du cercle de la Compagnie et de l’extension des burea (...)
  • 13 Lettre de l’agent supérieur au directeur, 7 février 1914, anmt 1995 060 3230.
  • 14 Archimède Petraia réalise pour la Compagnie la coopérative ouvrière de Port-Saïd et la villa de l'i (...)
  • 15 anmt 1995 060 3139 et 1995 060 3230.

13Dans le cas des chantiers de construction des logements et bâtiments du personnel engagés à partir des années 1900, le mode de passation des marchés laisse peu de place à l’innovation. Les marchés de travaux sont préparés par le bureau de la Compagnie (qui, le cas échéant, impose les matériaux, comme les moellons et caillasses produits dans ses propres carrières11) puis mis en adjudication restreinte, ou attribués de gré à gré à une entreprise lorsqu’il s’agit d’un marché moins important, ce que s’attache à obtenir la Compagnie en échelonnant les opérations. Ainsi, le contrat revient souvent à l’entreprise locale concessionnaire des travaux d’entretien des bâtiments de la Compagnie, dont l’aire géographique d'intervention ne dépasse guère l’est du Delta. C’est le cas des entreprises J.W. Williamson puis Marino & Bevilacqua d’Ismaïlia12 ou de l’entreprise R. Lomolino figlio et Cie à Suez, qui est retenue sans adjudication pour un marché de 1911 parce que, écrit l’agent supérieur de la Compagnie, « nous estimons qu’à plusieurs points de vue il y a avantage à faire travailler nos entrepreneurs ordinaires qui connaissent bien nos méthodes, dont les ouvriers, parmi lesquels nous avons éliminé les moins bons, sont aujourd’hui les meilleurs du pays, et enfin parce que, travaillant constamment pour nous, ils ne cherchent pas à nous exploiter, car ils savent que dans ce cas la sanction serait la résiliation du contrat pour les réparations, que nous renouvelons au commencement de chaque année13. » Cette méfiance vis-à-vis des entreprises locales explique sans doute le peu de marchés confiés aux grands entrepreneurs de Port-Saïd de l’entre-deux-guerres, comme les Italiens Archimede Petraia et Spiro Scarpa et le Suisse Alberti, ou de Suez comme Ugo Roccheggiani, pourtant tous auteurs de très nombreux immeubles de rapports pour les particuliers et d’équipements pour le gouvernement égyptien ou les communautés étrangères14. Le marché de gré à gré est aussi utilisé pour réaliser des opérations très économiques liées à un procédé de construction spécifique. L’entreprise A. Bos (domiciliée à Dordrecht aux Pays-Bas) qui exploite les carrières de l’Attaka à Suez est ainsi choisie pour réaliser des logements pour ouvriers indigènes à Port-Fouad en 1919 grâce « au type intéressant en 3 groupes de 16 logements qu’elle a étudié », puis en 1931 à Suez car « elle a réduit encore le prix des 24 logements en adoptant un type économique de construction en béton maigre et poreux [qui] a été appliqué surtout aux Pays-Bas et en Belgique15 ».

Figure 6 : Villa double pour employés de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1906), agence Fabricius pacha arch. : façade

Figure 6 : Villa double pour employés de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1906), agence Fabricius pacha arch. : façade

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

Figure 7 : Groupe de 16 logements indigènes, Port-Fouad, Port-Saïd (1919), A. Bos entr. : plan et vue des constructions à la fin du chantier

Figure 7 : Groupe de 16 logements indigènes, Port-Fouad, Port-Saïd (1919), A. Bos entr. : plan et vue des constructions à la fin du chantier

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

Figure 8 : Immeubles de 16 logements pour les employés de la Compagnie de Suez, Port-Saïd (vers 1919), Paul Albert arch., U. Griffoni entr. : vue des immeubles en construction

Figure 8 : Immeubles de 16 logements pour les employés de la Compagnie de Suez, Port-Saïd (vers 1919), Paul Albert arch., U. Griffoni entr. : vue des immeubles en construction

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

Figure 9 : Cité-jardin de la Compagnie de Suez, Port-Fouad, Port-Saïd (1919-1924)

Figure 9 : Cité-jardin de la Compagnie de Suez, Port-Fouad, Port-Saïd (1919-1924)

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

  • 16 Comité de direction, séance du 1er août 1907, anmt 1995 060 3139.
  • 17 anmt 1995 060 3153.

14Lorsqu’il y a mise en concurrence par adjudication restreinte, la Compagnie s’adresse de préférence à trois ou quatre entreprises européennes bien implantées en Égypte et qu’elle juge capables de tenir des délais très serrés. En 1907, pour la construction à Ismaïlia des villas dessinées en 1906 « par le personnel de l’architecte Fabricius pacha16 », trois entreprises cairotes sont consultées : Garozzo et fils, Guérin, et MM. Padova et Rolin. Garozzo a construit le Musée des Antiquités égyptiennes du Caire et, comme Padova et Rolin (qui deviendra Léon Rolin et Cie), il est l’un des concessionnaires du brevet de béton armé Hennebique en Égypte. Les entreprises installées à Alexandrie sont également présentes sur les gros marchés de logements : l’entrepreneur Fumaroli construit 50 logements pour ouvriers européens à Port-Saïd en 1912 puis est adjudicataire d’une opération de 60 logements en 1921. L’entreprise Lanari et Dessberg réalise 44 logements pour ouvriers indigènes en 191917 et répond à l’appel d’offres pour la construction de deux immeubles pour les pilotes du canal à Port-Saïd, auquel concourt aussi l’entreprise Léon Rolin et Cie.

Figure 10 : Ateliers de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1930), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr. : façade sud

Figure 10 : Ateliers de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1930), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr. : façade sud

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

  • 18 Bertagnol a aussi construit le tribunal mixte de Port-Fouad (anmt 1995 060 3156).
  • 19 anmt 1995 060 3228.

15Le choix d’une grande entreprise ne met cependant pas à l’abri des malfaçons. Ainsi à Suez, la construction en 1930 de l’atelier des eaux par l’entreprise Bertagnol et Cie (devenue Travaux du Midi)18, qui possédait une agence au Caire depuis 1927, se solde par un échec. Deux ans après sa construction, le bâtiment fissuré doit être consolidé. La Compagnie choisit alors d’attribuer le marché à l’entreprise grecque locale dirigée par Terzis et Stavropoulos, qui avait été écartée lors de la première adjudication19.

16La réalisation des ouvrages d’art et des bâtiments industriels se démarque par une plus large ouverture sur le marché des entreprises internationales et le cas échéant sur l’innovation.

  • 20 Projet choisi parmi 18 soumissions et préféré à deux projets de phare en fer soumis par la société (...)
  • 21 http://suezcanal.bibalex.org/ (consulté le 1er décembre 2011) : lettre du 12 octobre 1860, Cie de S (...)
  • 22 N. Montel, op. cit., p. 309-310.

17En 1869, le chantier du nouveau phare de Port-Saïd, destiné à remplacer celui en bois édifié sur la plage en 1859, est confié à l’entrepreneur François Coignet qui expérimente alors un nouveau procédé de construction en béton aggloméré mis au point à Saint-Denis dans la banlieue parisienne20. Les contacts entre la Compagnie et l’entrepreneur sont noués dès 186021 car la Compagnie (qui compte parmi ses fournisseurs d’allumettes l’entreprise lyonnaise de produits chimiques du père de François Coignet !) s’intéresse particulièrement à ses brevets sur les blocs agglomérés. La première expérience de mise en œuvre du matériau en Égypte est réalisée en 1864 par Lavalley, l’un des entrepreneurs sous-traitant, chargé du percement du canal, dans sa propre maison à Port-Saïd22.

  • 23 François-Léonce Reynaud (1803-1880), architecte et ingénieur français, chef du Service des phares e (...)
  • 24 anmt 1995 060 4472.

18Si la technique est innovante, elle ne se traduit pas dans les formes architecturales. Le phare construit par Coignet est une copie du projet que Léonce Reynaud23 a conçu vingt ans plus tôt pour la reconstruction du phare des Baleines (1849-1853) à la pointe de l’île de Ré : « Nous avons cru devoir adopter pour type le phare des Baleines qui réunit l’élégance à la solidité ; nous ne lui avons fait subir que des modifications insignifiantes : réduction d’épaisseur des maçonneries à l’intérieur de 0,20 m et suppression des consoles qui supportent les corniches. La réduction d’épaisseur est fondée sur la nature de la maçonnerie qui, composée d’anneaux monolithiques superposés, sans aucun joint, présente une homogénéité dans la masse que la maçonnerie ordinaire même de pierres de taille ne présente point24

19Entre 1891 et 1894, l’entreprise, alors sous la direction d’Edmond Coignet et avec un nouveau brevet (maçonnerie et fer combinés), réalise la capitainerie de Port-Saïd (Charles Marette arch.) et les constructions associées, puis la résidence administrative de Port-Tawfiq (Suez), ainsi que des maisons d’employés le long du quai de Port-Tawfiq. Mais à cette date, le béton aggloméré fait déjà figure de technique ancienne face aux nouveaux brevets développés en Europe autour du béton armé.

Figure 11 : Bouée sphérique de balisage du canal, Port-Saïd (1905-1909), Baume & Marpent entr. : vue d’une bouée déposée sur un quai

Figure 11 : Bouée sphérique de balisage du canal, Port-Saïd (1905-1909), Baume & Marpent entr. : vue d’une bouée déposée sur un quai

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

  • 25 L’entreprise Charles & Auguste Bazin et Cie assurait le ravitaillement et le transport du matériel (...)
  • 26 Port-Saïd, acte de vente n°53, anmt 1995 060 3576.
  • 27 Voir supra la contribution de Karima Haoudi.

20Concomitamment, la Compagnie fait fabriquer ses premiers ouvrages d’art métalliques par des ateliers européens, comme la passerelle destinée au canal des docks de la compagnie Bazin25 sortie en 1876 des ateliers de l’entreprise Gustave Eiffel à Levallois-Perret26, ou les portes d’écluses et ponts du canal d’eau douce d’Ismaïlia, fournis en 1877 par l’entreprise d’Ernest Goüin et Cie (à l’origine de la Société de construction des Batignolles). En 1893, la Compagnie s’adresse à l’entreprise belge Baume & Marpent, tout juste installée en Égypte, pour la fourniture des structures métalliques destinées à ses grands ouvrages. Elle lui passe commande de réservoirs pour l’usine des eaux de Port-Saïd puis, entre 1905 et 1909, de balises flottantes pour l’entrée du canal et de charpentes métalliques pour les hangars du bassin Cherif de Port-Saïd. À partir de 1913 et jusqu’en 1930, l’ensemble des structures métalliques des hangars, ateliers, garages et entrepôts de la Compagnie à Port-Fouad et Port6Tawfiq, sont fabriquées dans les ateliers cairotes de Baume & Marpent27.

Figure 12 : Phare, Port-Saïd (1869-1870), François Coignet entr. : plan, coupe et élévation

Figure 12 : Phare, Port-Saïd (1869-1870), François Coignet entr. : plan, coupe et élévation

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

  • 28 anmt 1995 060 3172.
  • 29 anmt 1995 060 3228.

21En 1934, l’architecte de la Compagnie Paul Albert, en s’inspirant des projets de Port-Fouad et Port-Tawfiq, dessine les ateliers d’Ismaïlia. La société, Barthe-Dejean Fils, obtient le marché en tant qu’entrepreneur représentant la compagnie française Fives-Lille qui fournit la partie métallique. L’ingénieur en chef de la compagnie Paul Solente justifie le refus de l’offre plus avantageuse des Ateliers Atmeda au Caire car « la différence (de prix) étant insignifiante, j’ai estimé qu’il était préférable de ne pas faire l’expérience de la construction métallique locale sur un bâtiment de cette importance28 ». De même pour la construction de son usine des eaux de Suez en 1910, la Compagnie fait appel à l’entreprise cairote Léon Rolin et Cie, experte dans la mise en œuvre du béton armé, et associée à Henri Chabal, entrepreneur à Paris spécialisé dans la filtration des eaux, car l’ingénieur en chef Perrier estime qu’ils sont « les seuls entrepreneurs en état de mener rapidement les travaux en consentant les prix les plus avantageux29 ».

Figure 13 : Phare, Port-Saïd (1869-1870), François Coignet entr. : carnet de calculs

Figure 13 : Phare, Port-Saïd (1869-1870), François Coignet entr. : carnet de calculs

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

Les constructions de la Compagnie de Suez : entre innovation technique et conformisme architectural

  • 30 anmt 1995 060 3138 et Archives de l’Autorité du canal à Ismaïlia : des plans et des photographies d (...)
  • 31 Le Caire, archives de l'Heliopolis Oases Company : plan du quartier arabe.
  • 32 On pense notamment aux réalisations des frères Perret au Raincy (1923), de Paul Tournon à Aubergenv (...)

22Alors que le chantier du percement du canal (1859-1869) s’était caractérisé par une innovation technique largement portée par les entrepreneurs de travaux publics engagés par la Compagnie, les réalisations urbaines et architecturales conduites durant près d’un siècle s’inscrivent en revanche dans un relatif conformisme. Les logements pour ouvriers européens construits en maçonnerie traditionnelle dans les années 1920 sont ainsi largement inspirés des modèles patronaux français d’avant-guerre30, tandis que les logements destinés à la population indigène proposent un modèle d’organisation communautaire déjà expérimenté par la compagnie Empain à Héliopolis, dans la banlieue du Caire31. Les grands équipements comme les édifices de culte édifiés entre les deux guerres (Louis-Jean Hulot arch.) affichent un style néo-roman très conventionnel bien éloigné des expériences modernistes menées en Europe32.

  • 33 Olivier Cinqualbre, « Le pavillon de chirurgie d’Ismaïlia. Chronique d’une modernité refusée » dans (...)

23Le phare de Port-Saïd est alors l’unique construction qui, en expérimentant pour la première fois en 1869 une technique du béton à grande échelle, marque une véritable avancée technique. Sa forme est cependant héritée de modèles plus anciens. L’audacieux projet architectural de pavillon de chirurgie de l’hôpital d’Ismaïlia conçu par l’architecte américain Paul Nelson en collaboration avec Vladimir Bodiansky en 1934 n’est quant à lui pas réalisé car trop coûteux33.

24En s’appuyant sur les entreprises locales dont elle connaissait les compétences et les limites, la Compagnie cherchait avant tout à maîtriser la rentabilité de ses opérations de construction et, à défaut de porter des projets architecturaux d’avant-garde, donnait entièrement satisfaction à ses actionnaires. C’est d’ailleurs cette même approche pragmatique qui a guidé ses choix dans le domaine de l’urbanisme.

Figure 14 : Ateliers de la Compagnie de Suez, Port- Fouad, Port-Saïd (1919), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr. : vue de l’ossature métallique intérieure et des machines

Figure 14 : Ateliers de la Compagnie de Suez, Port- Fouad, Port-Saïd (1919), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr. : vue de l’ossature métallique intérieure et des machines

Figure 15 : Pont et écluse amont d’Ismaïlia (vers 1877), Félix Paponot entr. : vue du pont, Ernest Goüin entr. (cliché H. Arnoux)

Figure 15 : Pont et écluse amont d’Ismaïlia (vers 1877), Félix Paponot entr. : vue du pont, Ernest Goüin entr. (cliché H. Arnoux)

Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix

Notes

1 Juliette Gallois, « Le patrimoine archivistique de Suez », Cahier de l’association du souvenir de Ferdinand de Lesseps et du canal de Suez, n°1, 2009, La Compagnie de Suez et l’Égypte, p. 6-19.

2 Voir par exemple : Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869), Paris : Presses de l’enpc/In Forma, 1998 ; Caroline Piquet, La Compagnie du canal de Suez. Une concession française en Égypte, Paris : pups, 2008 ; Hubert Bonin, History of the Suez Canal Company (1858-2008), Genève : Droz, 2010.

3 Terme utilisé par la Compagnie pour désigner toute entreprise extérieure à ses services.

4 Les entreprises égyptiennes y sont également nombreuses, notamment dans le domaine des terrassements, mais ne seront pas présentées dans le cadre de cette étude focalisée sur les entreprises européennes.

5 Voir par exemple les villes minières de l’ouest des États-Unis ou d’Amérique du sud. John S. Garner, The Company town, New York : Oxford University Press, 1992.

6 Le canal d’eau douce, projeté en même temps que le canal maritime, reliait le Nil à Ismaïlia et servait à la fois à l’alimentation en eau douce de la ville et à la navigation des petites embarcations.

7 Nathalie Montel, « Ismaïlia (Égypte) : une ville d’ingénieurs », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°73-74, 1994, p. 245-260. Le plan serait dû à trois ingénieurs : Voisin, Viller et de Montaut. Quant au premier plan de Port-Saïd, il est signé Voisin (Roubaix, Archives nationales du monde du travail (anmt) 1995 060 4152).

8 Plan de Port-Saïd : croquis dans le rapport du directeur général des travaux au comité de direction du 1er juillet 1859.

9 Campements 1861-1869, anmt 1995 060 4390

10 Rapport du directeur général des travaux 15 novembre 1859, anmt 1995 060 4390.

11 Constructions à Port-Saïd (1904-1951), anmt 1995 060 3153.

12 Constructions à Ismaïlia (1885-1955). Marchés du cercle de la Compagnie et de l’extension des bureaux pour Marino et Bevilacqua ; Marchés du cercle et de logements pour Williamson, anmt 1995 060 3174.

13 Lettre de l’agent supérieur au directeur, 7 février 1914, anmt 1995 060 3230.

14 Archimède Petraia réalise pour la Compagnie la coopérative ouvrière de Port-Saïd et la villa de l'ingénieur en chef d'Ismaïlia. Associé à A. Impellizzieri, il construit 25 logements ouvriers à Port-Fouad avec récupération des matériaux provenant de la démolition des anciens ateliers (1920-1921).

Alberti obtient en 1914 le marché de la villa du médecin de la Compagnie à Port-Saïd (ANMT 1995 060 3152) et en 1948, le jardin d’enfants et l’établissement balnéaire de Port-Fouad (archives de l'Autorité du Canal) et la remise en état et les travaux d’extension à l’école de Port-Fouad (archives des Frères de Ploërmel, cote 404/3). Il réalise aussi en 1934 l’église de Port-Saïd. Les travaux sont exécutés sous surveillance des services de la Compagnie mais pas sous sa responsabilité (anmt 1995 060 3152).

Spiro Scarpa construit le dispensaire de Port-Saïd en 1936 puis son extension en 1951 (anmt 1995 060 3151).

15 anmt 1995 060 3139 et 1995 060 3230.

16 Comité de direction, séance du 1er août 1907, anmt 1995 060 3139.

17 anmt 1995 060 3153.

18 Bertagnol a aussi construit le tribunal mixte de Port-Fouad (anmt 1995 060 3156).

19 anmt 1995 060 3228.

20 Projet choisi parmi 18 soumissions et préféré à deux projets de phare en fer soumis par la société des Forges et Chantiers de la Méditerranée et par Sautter et Eiffel. Sautter conserve la fourniture de l’appareil électrique (anmt 1995 060 4472).

21 http://suezcanal.bibalex.org/ (consulté le 1er décembre 2011) : lettre du 12 octobre 1860, Cie de Suez à M. Coignet.

22 N. Montel, op. cit., p. 309-310.

23 François-Léonce Reynaud (1803-1880), architecte et ingénieur français, chef du Service des phares et balises de 1846 à 1878.

24 anmt 1995 060 4472.

25 L’entreprise Charles & Auguste Bazin et Cie assurait le ravitaillement et le transport du matériel de chantier de la Compagnie depuis Marseille.

26 Port-Saïd, acte de vente n°53, anmt 1995 060 3576.

27 Voir supra la contribution de Karima Haoudi.

28 anmt 1995 060 3172.

29 anmt 1995 060 3228.

30 anmt 1995 060 3138 et Archives de l’Autorité du canal à Ismaïlia : des plans et des photographies des cités ouvrières des mines de Dourges étaient conservés dans le bureau d’architecture de la Compagnie.

31 Le Caire, archives de l'Heliopolis Oases Company : plan du quartier arabe.

32 On pense notamment aux réalisations des frères Perret au Raincy (1923), de Paul Tournon à Aubergenville (1928), de H. Petrus Berlage à La Haye (1927) ou de D. Otto Bartning à Cologne (1928), présentées dans J. G. Wattjes, Moderne Kerken in Europa, Amsterdam : Kosmos, 1931.

33 Olivier Cinqualbre, « Le pavillon de chirurgie d’Ismaïlia. Chronique d’une modernité refusée » dans L’Isthme et l’Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, 1859-1956, Le Caire : ifao, 2016.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Ismaïlia : plan général de la ville en 1903
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : Port-Saïd : premier projet de plan de la ville dressé par l’ingénieur Voisin en 1860
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 3 : Anciens logements des ouvriers européens de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1922), Paul Albert arch., Almagià entr.
Crédits Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4 : Anciens ateliers de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1930), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr.
Crédits Source : Cliché Arnaud du Boistesselin (http://apb.free.fr/​)
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 5 : Bureaux de la direction de la Compagnie de Suez, Ismaïlia (1863), Fréret et Cie entr. : vue de la véranda en bois
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 6 : Villa double pour employés de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1906), agence Fabricius pacha arch. : façade
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 7 : Groupe de 16 logements indigènes, Port-Fouad, Port-Saïd (1919), A. Bos entr. : plan et vue des constructions à la fin du chantier
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 8 : Immeubles de 16 logements pour les employés de la Compagnie de Suez, Port-Saïd (vers 1919), Paul Albert arch., U. Griffoni entr. : vue des immeubles en construction
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 9 : Cité-jardin de la Compagnie de Suez, Port-Fouad, Port-Saïd (1919-1924)
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 10 : Ateliers de la Compagnie de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1930), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr. : façade sud
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 11 : Bouée sphérique de balisage du canal, Port-Saïd (1905-1909), Baume & Marpent entr. : vue d’une bouée déposée sur un quai
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 12 : Phare, Port-Saïd (1869-1870), François Coignet entr. : plan, coupe et élévation
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 13 : Phare, Port-Saïd (1869-1870), François Coignet entr. : carnet de calculs
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 14 : Ateliers de la Compagnie de Suez, Port- Fouad, Port-Saïd (1919), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr. : vue de l’ossature métallique intérieure et des machines
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 15 : Pont et écluse amont d’Ismaïlia (vers 1877), Félix Paponot entr. : vue du pont, Ernest Goüin entr. (cliché H. Arnoux)
Crédits Source : Fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, Archives nationales du monde du Travail, Roubaix
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12419/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search