Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

S’installer au Sud

Le camp du chantier de l'entreprise Félix Paponot dans l’isthme de Suez

Félix Paponot’s canal-construction camp in the Isthmus of Suez

Bertrand Paponot et Véronique Laurent

Texte intégral

1En 1869, après l’inauguration du canal de Suez, de nombreux ingénieurs qui avaient travaillé au percement de l’'isthme sont licenciés avec indemnités. Félix Paponot (Cosne-sur-Loire, 1835 – Chartrettes, 1897), ancien chef de la section des travaux du canal à Kantara, s’adresse alors à Ferdinand de Lesseps, le directeur de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, dans l’espoir de réaliser des terrassements ou de participer à l’entretien de canaux en Égypte. Sa démarche n’est pas vaine puisque, en créant sa propre entreprise en 1870, il bénéficie du soutien de Lesseps et participe activement jusqu’en 1877 au percement d’un canal d’eau douce destiné à relier le Nil au canal maritime.

2De ces réalisations et projets, la famille conserve des archives demeurées propriété de l’entrepreneur. Outre l’intérêt de ces archives (contrats, lettres officielles, documents techniques) pour l’histoire politique et économique de l’isthme de Suez, deux albums de photographies et des lettres privées constituent un témoignage tout à fait inédit de la vie et de l’organisation d’un camp sur un grand chantier de travaux publics dans l’est du delta du Nil à la fin du xixe siècle.

Le parcours professionnel de Félix Paponot

  • 1 Sur l'organisation des chantiers, voir Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869), P (...)

3À partir de 1852, après des études au collège de Cosne-sur-Loire, Félix Paponot se forme au métier de dessinateur puis d’architecte auprès de son cousin Guillaume Robert, architecte à Paris. Fort de son expérience de conducteur de travaux acquise sur le chantier du pont de Solférino à Paris, il est embauché en 1860 par l’entreprise Hardon, chargée par la Compagnie du canal maritime de Suez d’exécuter les travaux de percement de l’isthme. Puis en 1863, lorsque le contrat de l’entreprise Hardon est résilié, il est recruté par la Compagnie de Suez. Il gravit les échelons de la hiérarchie et, de conducteur de 2e classe, il devient chef de section1.

4À la fin des travaux du canal de Suez, Félix Paponot crée donc sa propre entreprise de travaux publics afin de s’engager dans le grand chantier de percement du canal d’eau douce du Caire à Ismaïlia, qui comprend la réalisation de gigantesques terrassements et la construction des ouvrages d’art associés (ponts et écluses).

  • 2 Ce canal reliait une branche du Nil aux eaux de la mer Rouge. Il fut probablement creusé à la xxvie(...)
  • 3 N. Montel, op. cit., p. 53 et Nicolas Michel, « La Compagnie du canal de Suez et l’eau du Nil », da (...)

5Ce canal, dont la réalisation fut moins médiatisée que celle du canal maritime, n’en est pas moins un élément majeur du dispositif imaginé dès 1855 par Ferdinand de Lesseps pour mettre en valeur le territoire de l’isthme de Suez. Ce canal d’irrigation, d’alimentation et de navigation qui emprunte le wadi Toumilat jusqu’au lac Timsah (où sera créée la ville d’Ismaïlia), avait même été conçu comme un préalable à l’ensemble des travaux de l’isthme. Mais, en raison des difficultés que posait le chantier, notamment à cause des expropriations qu’il nécessitait, sa construction fut repoussée après l’ouverture du canal maritime. La Compagnie de Suez se contenta donc dans un premier temps de prolonger jusqu’à Timsah un petit canal préexistant, le canal de l’Ouady, dont le tracé s’appuyait sur celui d’un canal antique2. En 1866, à la suite du différend qui l’opposait au gouvernement égyptien, la Compagnie de Suez fut contrainte de rétrocéder le canal (désormais appelé canal Ismaïlieh) à l’Égypte, mais imposa au gouvernement d’en achever le creusement pour lui donner une hauteur d’eau et un gabarit suffisants pour l’alimentation des villes et la navigation3. En dépit de sources lacunaires à ce sujet, il semble que Lesseps, fort des études préalables qu’il avait conduites pour définir le tracé du nouveau canal, a largement pesé sur le choix de l’entreprise Paponot pour en exécuter les travaux.

6L’activité de l’entreprise Paponot sur ce grand chantier peut être classée en trois périodes : deux sont relatives au chantier du canal Ismaïlieh et la dernière à l’étude du projet du canal Tewfickieh, branche de dérivation destinée à conduire l’eau douce entre Ismaïlia et Port-Saïd, qui ne sera finalement pas réalisé par l’entreprise.

7La première période, qui s’étend de 1870 à 1872, concerne la réalisation du tronçon ouest du canal Ismaïlieh entre les marais d’Abascé (ou Abbasa) et le village de Gassassine, situé à une quarantaine de kilomètres d’Ismaïlia. L’entreprise Paponot est alors sous-traitante de l’entreprise de M. Brocard, ingénieur de la Marine et représentant de la Société des forges et chantiers de la Méditerranée (entreprise de La Seyne-sur-Mer, à côté de Toulon, qui s’était illustrée dans la construction des engins de chantier du canal maritime), qui a signé le marché des travaux avec le gouvernement égyptien.

  • 4 Lettre de Félix Paponot au prince Hussein pacha, ministre des Travaux publics, 29 avril 1874, archi (...)
  • 5 Convention du 2 juillet 1874 (18 Gawadaweh 1291) entre le ministère de la Guerre, division des Trav (...)

8La période 1874-1877 marque une nouvelle phase de développement de l’entreprise. En 1874, après le refus par le conseil d’administration de la Compagnie de Suez d’approuver la convention signée par Lesseps pour la réalisation du dernier tronçon du canal Ismaïlieh (avec l’entreprise Paponot sous-traitante), Lesseps suggère au gouvernement égyptien de traiter directement avec Félix Paponot. Ce dernier propose alors au ministre égyptien des Travaux publics de réaliser le percement en « prenant à [sa] charge tous les frais d’étude, tracé, piquetage, et installations en général4 ». Pour obtenir le contrat, il fonde une nouvelle société de droit égyptien et s’installe au Caire dans une maison dont il est propriétaire. Après un dépôt de garantie auprès du gouvernement, le contrat est signé le 2 juillet 1874 par Hussein pacha qui représente la division des Travaux publics au ministère égyptien de la Guerre. Le contrat rédigé en français est un contrat à forfait, le premier signé en Égypte5.

Figure 1 : Canal Ismaïlieh (1874-1877) : plan des installations et des chantiers

Figure 1 : Canal Ismaïlieh (1874-1877) : plan des installations et des chantiers

Source : Collection famille Paponot

Figure 2 : Écluse de Gassassine (1874-1877), Paponot ent. : vue des installations à la fin du chantier avant la mise en eau du canal

Figure 2 : Écluse de Gassassine (1874-1877), Paponot ent. : vue des installations à la fin du chantier avant la mise en eau du canal

Source : Collection famille Paponot

  • 6 Société pour l’étude pratique de la participation du personnel aux bénéfices de l’entreprise, Bulle (...)

9C’est sur ce grand chantier que Félix Paponot va pouvoir tirer profit de l’expérience acquise sur celui du canal maritime et développer de nouvelles techniques de terrassement. Il dépose ainsi plusieurs brevets comme l’adaptation d’un wagon de marchandises aux terrassements et le coussinet auto-coinceur, puis en 1883, les pieux palplanches en fer. Le chantier sera mené à bien en un temps record, sans doute parce que l’entrepreneur avisé avait pris, comme lors de la période des travaux de 1870-1872, l’heureuse initiative d’intéresser son personnel aux produits de l’exploitation6.

  • 7 Élargissement du canal de Suez, Cosne-sur-Loire : Imp. Bourra, 1883 ; L’Égypte, son avenir agricole (...)

10Après 1877, Félix Paponot, encouragé par Ferdinand de Lesseps, se lance dans l’étude du canal Tewfickieh qui devait relier Ismaïlia à Port-Saïd. Il en étudie tous les aspects aussi bien techniques que financiers. Les études terminées, il attend pendant plusieurs années le contrat qui lui permettrait d’engager les travaux et, à la demande de Ferdinand de Lesseps, conserve sur place son matériel de terrassement. De retour en France, il publie plusieurs études sur la question hydraulique en Égypte et sur le canal de Panama7. Il est maire de la ville de Cosne de 1884 à 1886. En 1887, apprenant que la Compagnie de Suez a décidé en 1883 que son entreprise ne réaliserait pas les travaux de percement du canal Tewfickieh, il vend son matériel de chantier qui était stocké sur des terrains loués à la Compagnie. Félix Paponot fut administrateur et membre de différentes sociétés d’ingénierie et de géographie et grand officier des Ordres khédiviaux.

Figure 3 : Wagons de marchandises utilisés pour les travaux de terrassement, brevet Paponot, vers 1874

Figure 3 : Wagons de marchandises utilisés pour les travaux de terrassement, brevet Paponot, vers 1874

Source : Collection famille Paponot

Figure 4 : Camp d’Abou Hammad, vue de la maison de Félix Paponot, vers 1870

Figure 4 : Camp d’Abou Hammad, vue de la maison de Félix Paponot, vers 1870

Source : Collection famille Paponot

L'organisation des camps de l'isthme

  • 8 Lettre de Paponot à sa mère, 8 janvier 1861, archives Paponot.

11C’est dans une lettre adressée à sa mère en janvier 1861 que l’on trouve les premières impressions de Paponot à son arrivée dans l’isthme. Elle nous livre une brève description des villages égyptiens et des premiers camps : « Les villes et villages arabes sont construits dans le genre des huttes de cantonniers qu’il y a sur les routes de France. […] J’ai pour habitation un chalet en bois. Lequel j’ai divisé avec des oripeaux en 4 parties. Je me suis fait une chambre assez jolie, j’en ai laissé une pour mon chef de chantier, un bureau et un magasin où je mets mes comestibles8. » Cette correspondance révèle aussi les conditions de vie difficiles sur le chantier : « Les mauvais temps commencent maintenant et durent 2 mois, ce sont des ouragans épouvantables qui entraînent tout avec eux. Il y a 8 jours il en fit un tellement violent qu’il enleva toutes les tentes et chez moi une partie de la toiture de ma baraque. »

12Mais ce sont les photographies conservées dans deux albums et les plans de diverses installations qui offrent les données les plus précises sur l’organisation et l’architecture des camps. Deux chantiers du canal d’eau douce, Abou-Hammad et Rhamsès, sont documentés. Ils représentent chacun un type différent. Abou-Hammad, lieu de résidence de Paponot entre 1870 et 1872, lorsqu’il est le sous-traitant de Brocard, est un camp de section, tandis que Rhamsès est le camp principal de l’entreprise Paponot entre 1874 et 1877 et contient donc plus de bâtiments. Ils ont en commun d’être des installations provisoires destinées à disparaître à la fin du chantier et sont tous deux situés sur des éminences qui les protègent de l’inondation lors des grandes crues du Nil.

  • 9 N. Montel, op. cit., p. 183.

13L’organisation des camps le long du canal d’eau douce est en tout point calquée sur celle mise au point par les ingénieurs des Ponts et Chaussées actifs sur le chantier du canal de Suez9.

14À l’instar du chantier du canal maritime, le chantier du canal d’eau douce est divisé en sections. Chaque section possède un camp dont le règlement de l’entreprise Paponot définit précisément la composition : « Chaque campement se compose d’un corps de bâtiment de cinq pièces : une pièce pour le chef de section (s’il est marié il en établira deux à sa volonté) ; une pièce pour le piqueur ou chef conducteur ; une pièce pour le surveillant principal ; une pièce pour la salle à manger ; une pièce pour le bureau. Les surveillants auxiliaires résideront sur les chantiers et habiteront dans des maisons à panneaux mobiles, là où le chef de section croira devoir les placer. Chaque campement sera clos avec un entourage en roseaux pour former magasin, il y aura dans l’enclos un abri pour les animaux. »

15Le personnel d’encadrement (chef de section, piqueur ou conducteur de travaux) est donc logé dans un corps de bâtiment unique. Selon l’importance des travaux réalisés dans la section (avec ou sans ouvrages d’art), ce bâtiment est plus ou moins important. Il peut s'agir d'un simple bâtiment avec pièces accolées ou bien d’une véritable villa. La maison du chef de section à l’écluse de Gassassine et celles de Félix Paponot à Abou-Hammad et à Rhamsès peuvent ainsi être rapprochées des imposantes villas construites par la compagnie de Suez pour loger ses cadres dans les villes du canal. Elles sont construites en maçonnerie et sont entourées d’une véranda de bois recouverte de feuillages destinés à en assurer l’ombrage.

Figure 5 : Camp de Rhamsès : vue de la maison de Félix Paponot, vers 1875

Figure 5 : Camp de Rhamsès : vue de la maison de Félix Paponot, vers 1875

Source : Collection famille Paponot

Figure 6 : Plan type d’une maison de chef de section : plan, coupe et élévations

Figure 6 : Plan type d’une maison de chef de section : plan, coupe et élévations

Source : Collection famille Papono

  • 10 Le site de Rhamsès est cité dans la Bible (Exode, 1.11) comme l’un des entrepôts construits par les (...)
  • 11 Convention entre Lesseps et Paponot du 25 février 1874, archives Paponot.
  • 12 F. Paponot, L’Égypte, …, op. cit., p. 217 et photographie, archives Paponot.
  • 13 À l’exception du naos de Ramsès ii qui est exposé dans le jardin du musée du Caire depuis 1968.

16Le camp de Rhamsès10 se distingue par l’importance des équipements qu’il contient. Installé sur un terrain remis à l'entreprise Paponot par la Compagnie universelle du canal maritime de Suez11, il est implanté sur une légère éminence. Au cours de l’installation du jardin entourant sa villa, l’entrepreneur mit au jour des monuments, vestiges de la ville de Tjékou, fondée au viie siècle av. j.c. lors du creusement du canal antique. Ces monuments, après avoir été disposés sur la place centrale du camp, furent transportés en 1882 à Ismaïlia avec, selon les termes même de Paponot, « mes propres moyens et dans l’intérêt de la science12 ». Les découvertes, remises à la ville d’Ismaïlia, furent installées sur un terrain de la compagnie de Suez, baptisé à sa mort « square Paponot ». Au début duxxe siècle, elles furent déménagées dans le jardin de l’ancien palais khédivial, qui prit le nom de « jardin des stèles ». Un des sphinx fut placé devant le musée d’Ismaïlia construit en 1934. Les autres monuments, après quelques péripéties, sont regroupés à l’heure actuelle dans le jardin du musée13.

Figure 7 : Camp de Rhamsès : vue de la place des Consuls et des antiquités découvertes lors de l’installation du camp, vers 1875

Figure 7 : Camp de Rhamsès : vue de la place des Consuls et des antiquités découvertes lors de l’installation du camp, vers 1875

Source : Collection famille Paponot

  • 14 Lettre de Félix Paponot au prince Hussein pacha, ministre des Travaux publics, 29 avril 1874, archi (...)
  • 15 Lettre de Félix Paponot à Ferdinand de Lesseps, Rhamsès le 23 janvier 1877, archives Paponot.

17Bien alimenté en eau douce grâce à sa proximité avec le canal de l’Ouady, le lieu est aussi parfaitement relié aux villes du Caire et d’Ismaïlia par l’intermédiaire du chemin de fer et de la ligne télégraphique, car l’entrepreneur avait édifié à ses frais, avant même d’obtenir le contrat du gouvernement, « des constructions pour loger l’agent des postes égyptiennes, l’agent du chemin de fer, ainsi que la gare pour la nouvelle station, et les constructions pour loger mes employés et ouvriers14 ». Ces liaisons sont vitales pour assurer le ravitaillement et le commandement des divers chantiers, comme elles l’avaient été sur le canal de Suez. Ainsi, lorsque « sans avis préalable, soit lettre ou circulaire, le train local a cessé de s’arrêter à Rhamsès, et que l’agent même de la gare a été envoyé ailleurs », ce qui remet en cause l’existence de l’agence postale, Paponot n’hésite pas à plaider sa cause auprès de Ferdinand de Lesseps pour qu’il intervienne directement auprès du gouvernement égyptien : « Ce fait a une conséquence tellement grave pour l’entreprise et le campement que je me verrais forcé : 1° d’abandonner le campement et 2°, ce qui me serait le plus pénible encore, de réclamer au gouvernement des dommages et intérêts15

Figure 8 : Camp de Rhamsès, Paponot entr. : vue du débarcadère des marchandises

Figure 8 : Camp de Rhamsès, Paponot entr. : vue du débarcadère des marchandises

Source : Collection famille Paponot

Figure 9 : Canal Ismaïlieh (1874-1877), Paponot entr. : vue de l’écluse amont d’Ismaïlia lors des travaux de surélévation

Figure 9 : Canal Ismaïlieh (1874-1877), Paponot entr. : vue de l’écluse amont d’Ismaïlia lors des travaux de surélévation

Source : Collection famille Paponot

  • 16 N. Montel, op. cit., p. 221.

18Outre les logements de l’entrepreneur, des employés et ouvriers, le camp contient une cantine, un dispensaire, des entrepôts et ateliers destinés à l’entretien des engins de chantier. Les entrepôts sont disposés le long du canal de l’Ouady et du chemin de fer par lesquels est acheminé le matériel. On y trouve aussi, un peu à l’écart, un village arabe où est hébergée la main d’œuvre égyptienne. Paponot y a fait construire une mosquée dont le minaret en briques cuites domine le camp. Témoignage de l’intérêt qu’il porte au respect de la diversité des cultes, la construction de la mosquée correspond sans doute aussi, comme cela était le cas sur les camps de l’isthme, à « l’intérêt bien compris » de l’entreprise. La compagnie de Suez avait ainsi dès 1861 noté que « la présence d’une mosquée était un moyen d’attirer et de retenir les ouvriers sur les chantiers mais également de maintenir l’ordre16 ». La sociabilité n’est par ailleurs pas absente du camp : on en trouve étonnamment l’écho dans le journal de Cosne-sur-Loire qui relate en 1876 le bal costumé du carnaval qui vient de se dérouler à Rhamsès !

Figure 10 : Employés de l’entreprise. Assis sur une chaise au centre, Félix Paponot, v. 1875

Figure 10 : Employés de l’entreprise. Assis sur une chaise au centre, Félix Paponot, v. 1875

Source : Collection famille Paponot

  • 17 Lettre de Ferdinand de Lesseps à Félix Paponot, Paris le 19 novembre 1877, archives Paponot.
  • 18 Lettre de remerciement de Ferdinand de Lesseps à Félix Paponot, Paris le 21 novembre 1877, archives (...)

19À la fin du chantier en 1877, les ouvriers ayant quitté les camps, les installations furent utilisées par la Compagnie du canal de Suez pour isoler ses malades victimes de la grande épidémie de paludisme qui sévit alors à Ismaïlia. À la demande d’autorisation de Ferdinand de Lesseps « d’utiliser momentanément les baraquements de Rhamsès pour y installer les fiévreux convalescents d’Ismaïliah17 », Paponot répond immédiatement en mettant à disposition, en novembre 1877, les baraquements des camps de Rhamsès, Gassassine et Néfiche18.

Figure 11 : Camp de Rhamsès : vue de la cantine des employés

Figure 11 : Camp de Rhamsès : vue de la cantine des employés

Figure 12 : Camp de Rhamsès : vue des baraquements et des ateliers depuis le haut du minaret

Figure 12 : Camp de Rhamsès : vue des baraquements et des ateliers depuis le haut du minaret
  • 19 Lettre à Charles de Lesseps, 1887, archives Paponot.

20S’il ne reste rien aujourd’hui des constructions de l’entreprise – détruites par l’entrepreneur en prévision du chantier du canal Tewfickieh19 –, le site de Rhamsès est toujours occupé par le village de Tell el-Maskhoutah. Depuis la redécouverte du site antique par Félix Paponot, les chantiers archéologiques britanniques, français, canadiens, et plus récemment égyptiens, s’y sont succédé, mettant au jour d’importants vestiges archéologiques qui, à défaut d’entretenir la mémoire de l’entreprise, permettent de mieux connaître l’histoire de cette région du Delta située aux marches de l’Égypte, lieu essentiel de contacts et de commerce avec le Moyen-Orient.

Notes

1 Sur l'organisation des chantiers, voir Nathalie Montel, Le chantier du canal de Suez (1859-1869), Paris : Presses de l’enpc/In Forma, 1998, p. 80-85.

2 Ce canal reliait une branche du Nil aux eaux de la mer Rouge. Il fut probablement creusé à la xxvie dynastie (viie siècle av. j.-c.). Dépendant à la fois du niveau de la crue du Nil et de la volonté de la puissance dominante, il demeura plus ou moins en activité jusqu’au début du ixe ap. j.-c

3 N. Montel, op. cit., p. 53 et Nicolas Michel, « La Compagnie du canal de Suez et l’eau du Nil », dans L’Isthme et l’Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, 1859-1956, Le Caire : ifao (à paraître en 2013).

4 Lettre de Félix Paponot au prince Hussein pacha, ministre des Travaux publics, 29 avril 1874, archives Paponot.

5 Convention du 2 juillet 1874 (18 Gawadaweh 1291) entre le ministère de la Guerre, division des Travaux publics et l’entreprise Paponot, signée Hussein et Paponot ; lettre à Charles de Lesseps en 1887, archives Paponot.

6 Société pour l’étude pratique de la participation du personnel aux bénéfices de l’entreprise, Bulletin de la participation aux bénéfices, t. 9, n°9, 1887, p. 173.

7 Élargissement du canal de Suez, Cosne-sur-Loire : Imp. Bourra, 1883 ; L’Égypte, son avenir agricole et financier, Paris : Baudry, 1884 ; Sur la mer intérieure d’Afrique, Cosne-sur-Loire : Imp. Bourra, 1886 ; Achèvement du canal de Panama. Étude technique et financière, Paris : Baudry, 1888 ; Suez et Panama, une solution, Paris : Baudry, 1889 ; Doit-on reprendre les travaux avec des capitaux privés, Paris : Baudry, 1889.

8 Lettre de Paponot à sa mère, 8 janvier 1861, archives Paponot.

9 N. Montel, op. cit., p. 183.

10 Le site de Rhamsès est cité dans la Bible (Exode, 1.11) comme l’un des entrepôts construits par les Hébreux. Il est communément localisé à Tell el-Maskhoutah où fut découverte la triade de Ramsès ii par les savants de l’expédition de Bonaparte.

11 Convention entre Lesseps et Paponot du 25 février 1874, archives Paponot.

12 F. Paponot, L’Égypte, …, op. cit., p. 217 et photographie, archives Paponot.

13 À l’exception du naos de Ramsès ii qui est exposé dans le jardin du musée du Caire depuis 1968.

14 Lettre de Félix Paponot au prince Hussein pacha, ministre des Travaux publics, 29 avril 1874, archives Paponot.

15 Lettre de Félix Paponot à Ferdinand de Lesseps, Rhamsès le 23 janvier 1877, archives Paponot.

16 N. Montel, op. cit., p. 221.

17 Lettre de Ferdinand de Lesseps à Félix Paponot, Paris le 19 novembre 1877, archives Paponot.

18 Lettre de remerciement de Ferdinand de Lesseps à Félix Paponot, Paris le 21 novembre 1877, archives Paponot.

19 Lettre à Charles de Lesseps, 1887, archives Paponot.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Canal Ismaïlieh (1874-1877) : plan des installations et des chantiers
Crédits Source : Collection famille Paponot
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 2 : Écluse de Gassassine (1874-1877), Paponot ent. : vue des installations à la fin du chantier avant la mise en eau du canal
Crédits Source : Collection famille Paponot
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3 : Wagons de marchandises utilisés pour les travaux de terrassement, brevet Paponot, vers 1874
Crédits Source : Collection famille Paponot
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4 : Camp d’Abou Hammad, vue de la maison de Félix Paponot, vers 1870
Crédits Source : Collection famille Paponot
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 5 : Camp de Rhamsès : vue de la maison de Félix Paponot, vers 1875
Crédits Source : Collection famille Paponot
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 6 : Plan type d’une maison de chef de section : plan, coupe et élévations
Crédits Source : Collection famille Papono
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 7 : Camp de Rhamsès : vue de la place des Consuls et des antiquités découvertes lors de l’installation du camp, vers 1875
Crédits Source : Collection famille Paponot
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 8 : Camp de Rhamsès, Paponot entr. : vue du débarcadère des marchandises
Crédits Source : Collection famille Paponot
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 9 : Canal Ismaïlieh (1874-1877), Paponot entr. : vue de l’écluse amont d’Ismaïlia lors des travaux de surélévation
Crédits Source : Collection famille Paponot
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 10 : Employés de l’entreprise. Assis sur une chaise au centre, Félix Paponot, v. 1875
Crédits Source : Collection famille Paponot
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 11 : Camp de Rhamsès : vue de la cantine des employés
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 12 : Camp de Rhamsès : vue des baraquements et des ateliers depuis le haut du minaret
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12401/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search