Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

Organiser le territoire

L’entreprise Porcheddu et les projets de réservoirs d’eau en béton armé : modèles constructifs et expériences de chantier (1912-1933)

The Porcheddu company and the projects for reinforced concrete water tanks: Building models and construction site experiences (1912-1933)

Vilma Fasoli

Texte intégral

  • 1 Giovanni Antonio Porcheddu (1860-1937), ingénieur civil et industriel diplômé à Turin en 1890 et en (...)
  • 2 Il Cemento, n°1, 1912.
  • 3 Date particulièrement significative parce qu’elle coïncide avec la grande Exposition internationale (...)

1L’entreprise de l’ingénieur Giovanni Antonio Porcheddu1 débute son activité à Turin dans le secteur des constructions civiles et industrielles en 1894, s’imposant en tant que concessionnaire, du brevet Hennebique pour le béton armé pour l’Italie du nord, avant d’en devenir, à partir de 1914, l’unique détenteur national. G. A. Porcheddu et François Hennebique étaient liés par une estime et une confiance réciproques. Ce dernier soutint l’entreprise italienne dans sa phase initiale, aidant aux opérations de calcul depuis ses bureaux de Bruxelles, tandis que dès 1897 il lui accorde une autonomie progressive qui varie en fonction des difficultés de l’intervention. D’autre part, l’entreprise Porcheddu expérimente un nouveau type de fer à béton à section particulière (autre que ronde) et à l’adhérence améliorée, dont le brevet fut déposé en 1906 et diffusé aussitôt dans une publicité de la revue Il Cemento2. Quelques données chiffrées permettent de comprendre, et la croissance de l’entreprise, et son succès dans l’application du brevet Hennebique en Italie : de 12 interventions en 1895, elle passe à 424 en 19023 et, en 1909, l’entreprise a à son actif 1 307 chantiers réalisés. L’entreprise Porcheddu sera mise en liquidation entre 1934 et 1935 mais dès 1933 ses activités s’étaient déjà fortement réduites. Au cours des années 1894-1933, elle réalise 2 600 projets, dont seulement cinq hors d'Italie : un dépôt de locomotives et un réservoir d’eau à Tripoli (Libye) en 1912, deux écoles italiennes à Rhodes et à Antalya (Turquie) en 1922, l’hôpital italien et un réservoir d’eau à Tanger (Maroc) en 1926.

Figure 1 : École italienne de filles, Antalya, Turquie (1922) : plan de la structure en béton armé des extensions

Figure 1 : École italienne de filles, Antalya, Turquie (1922) : plan de la structure en béton armé des extensions

Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali

Figure 2 : Dépôt de locomotives de la gare de Tripoli, Libye (1912) : plan de la structure en béton armé

Figure 2 : Dépôt de locomotives de la gare de Tripoli, Libye (1912) : plan de la structure en béton armé

Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali

2L’entreprise s’affirme dans le secteur de la construction de réservoirs d’eau potable en béton armé dès 1903. Il s’agit alors d’un projet inhabituel et audacieux dont la réalisation n’est pas sans grandes difficultés. Elle construit deux réservoirs cylindriques superposés (un réservoir inférieur de 480 m3 et un réservoir supérieur de 1 600 m3) à l’intérieur de la tour circulaire sud du Castello Sforzesco de Milan. L’intervention de l’entreprise Porcheddu répondait au projet de restructuration élaboré par l’architecte Luca Beltrami qui avait adapté les deux tours du château pour y placer des réservoirs de service, selon le plan de réorganisation du réseau hydraulique de la ville de Milan. D’autres réservoirs, de dimensions beaucoup plus réduites, seront construits par Porcheddu au cours des années suivantes, pour quelques administrations publiques locales.

  • 4 Le Béton armé, n°21,1900, p. 4.
  • 5 « Relevé de travaux exécutés », Le Béton armé, 1900.

3La revue Le Béton armé, particulièrement intéressée par la question des dimensions et du calcul des structures, affirmait déjà en 1900 que « la construction des réservoirs a été l’une des premières applications du béton armé, et tous les systèmes ont trouvé dans ce genre d’ouvrages un débouché fort important4 ». Cette revue cite aussi bien les travaux antérieurs en France de Joseph Monier – deux réservoirs, l’un de 200 m3 réalisé en 1868 à Maisons-Alfort, et l’autre de 119 m3 construit en 1872 à Bougival – que les réservoirs plus récents de 500 m3 à base cylindrique réalisés en 1897 par François Coignet pour le port de Toulon. À ses débuts, la maison Hennebique construit de préférence des structures à base rectangulaire subdivisées en au moins deux compartiments pour permettre la continuité de l’approvisionnement en eau durant les phases d’entretien qui nécessitent la vidange totale de l’un des deux réservoirs. En 1900, la maison Hennebique a déjà à son actif la construction de plus de 80 réservoirs5 qui diffèrent les uns des autres par la forme (rectangulaire ou circulaire), par la disposition (enterrés ou élevés sur des structures à piliers ou à mur continu) et par la subdivision interne (de un à plusieurs compartiments).

  • 6 Le Béton armé, n°38, 1901, p. 18-19.
  • 7 Le Béton armé, n°226, 1926, p. 209.

4Le réservoir de 260 m3 construit à Saint-Marcel dans l’Aude par Rouverol et Teissier6, agents concessionnaires Hennebique de Montpellier, est l’une des étapes fondamentales en ce qui concerne ce type de constructions. Les dispositifs et solutions techniques mis au point deviendront des références pour les futurs projets de réservoirs de la maison Hennebique et s’appliqueront également au réservoir de 2 500 m3 qu’elle construira en 1926 à La Rochelle7. La forme cylindrique expérimentée à Saint-Marcel permet une meilleure répartition de la pression de l’eau contre la surface interne du réservoir. La cuve repose sur un pylône formé de 28 colonnes en béton armé sur lesquels reposent des poutres organisées selon un système radial. Pour faciliter le contrôle et l’entretien des installations, la tour centrale carrée du pylône dispose d’un escalier, de compartiments d’évacuation des eaux et de compartiments destinés aux tuyaux de distribution. Pour résoudre le problème du réchauffement de l’eau, la toiture, ou terrasse supérieure, est recouverte d’une couche de terre et d’herbe qui est arrosée régulièrement. Une fois la construction achevée, il a été également décidé d’envelopper le réservoir d’une paroi de briques créant un sas destiné à diriger l’eau en excès, évitant ainsi qu’elle suinte le long des parois en béton armé. Des ouvertures judicieusement distribuées le long de la paroi interne de la partie supérieure du pylône permettent d’autre part l’évaporation de l’eau en excès. De plus, l’approvisionnement en Pixoline, un revêtement imperméable dont les qualités furent vantées à plusieurs reprises dans la publicité de la revue Le Béton armé, est réservé aux concessionnaires de la maison Hennebique.

Figure 3 : Réservoir de 2 000 m3 sur le port au sparte, Tripoli, Libye (1912) : étude de la structure en béton armé avec compartiments de 50 m3, coupe et axonométries

Figure 3 : Réservoir de 2 000 m3 sur le port au sparte, Tripoli, Libye (1912) : étude de la structure en béton armé avec compartiments de 50 m3, coupe et axonométries

Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali

Figure 4 : Réservoir de 2 000 m3 sur le port au sparte, Tripoli, Libye (1912) : étude de la structure en béton armé avec compartiments de 50 m3, plan et élévation

Figure 4 : Réservoir de 2 000 m3 sur le port au sparte, Tripoli, Libye (1912) : étude de la structure en béton armé avec compartiments de 50 m3, plan et élévation

Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali

  • 8 Le sparte est une graminée qui sert à fabriquer le cordage des navires, des nattes et des filets.
  • 9 Le réservoir était destiné à collecter les eaux provenant de l’aqueduc de la Boumeliana et d’un des (...)

5Le modèle de Saint-Marcel inspirera également le projet d’un réservoir de 50 m3 de forme hexagonale, destiné à la jetée du port au sparte8 à Tripoli (Libye) 9, et présenté par l’entreprise Porcheddu au ministère des Colonies (Direction générale des Affaires civiles et des œuvres publiques) le 28 mai 1912. Cette proposition ne sera pas retenue, probablement à cause de la nature du marché à forfait et des contraintes financières. En revanche, le ministère des Colonies acceptera le projet d'un réservoir beaucoup plus grand (2 000 m3 d’eau), à la forme moins audacieuse. Le projet d’un réservoir carré constitué de poteaux-poutres en béton armé divisé en quatre compartiments et pouvant recueillir le peu d’eau provenant de l’aqueduc de la Boumeliana, ainsi que celle fournie par un dessalinisateur d’eau de mer encore à réaliser, est donc approuvé.

Figure 5 : Réservoir sur le port au sparte, Tripoli, Libye : projet de reconstruction d’un réservoir en béton armé, plan, coupe et élévation (1932)

Figure 5 : Réservoir sur le port au sparte, Tripoli, Libye : projet de reconstruction d’un réservoir en béton armé, plan, coupe et élévation (1932)

Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali

Figure 6 : Réservoir de 50 m3, Tripoli, Libye (1912) : plan et élévation de la structure en béton armé

Figure 6 : Réservoir de 50 m3, Tripoli, Libye (1912) : plan et élévation de la structure en béton armé

Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali

Figure 7 : Réservoir de 2 000 m3 sur le port au sparte, Tripoli, Libye (1912) : vue des désordres sur les parois du réservoir, vers 1920

Figure 7 : Réservoir de 2 000 m3 sur le port au sparte, Tripoli, Libye (1912) : vue des désordres sur les parois du réservoir, vers 1920

Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali

  • 10 Le contrat est daté du 15 février 1912 et prévoit une livraison le 6 mai. La livraison n’adviendra (...)
  • 11 Archives Porcheddu, Zone diverse, Tripoli 1912, dossier 4167, expertise de l’ingénieur Menlio Lega (...)
  • 12 « Autre rapport d’un autre informateur privé », 12 sept. 1929.

6Les nombreuses difficultés apparues tout au long du chantier retardèrent de 91 jours la fin des travaux10, imposant à l’entreprise le paiement d’une pénalité. Les adjonctions demandées par le ministère concernant la surélévation et l’agrandissement du réservoir, destiné à accueillir des bureaux et le logement du gardien, comportaient un renforcement des structures de la toiture et la mise en place d’un double gainage sur le fond qui entraînèrent une augmentation des coûts. À la fin des travaux, les tests de stabilité et les essais d’étanchéité ne purent être menés à bien car le dessalinisateur d’eau de mer n’était pas encore terminé et l’aqueduc de la Boumeliana ne fournissait pas suffisamment d’eau. Les tests furent donc renvoyés à l’année suivante (mars et avril 1913), laissant le réservoir inactif. En 1913, les tests sur les structures eurent des résultats favorables, tandis que les essais d’étanchéité se révélèrent négatifs. À partir de l’hiver 1920, au moment de payer le solde à l’entreprise Porcheddu, le service des œuvres publiques de Tripoli commença à signaler la présence de nombreuses fissures dans les structures en béton armé des piliers et des poutres. Celles-ci furent notées à la jonction des parois verticales et du fond du réservoir, là où la pression de l’eau n’est pas uniforme et où le cintrage des fers d’armature se révèle particulièrement difficile. De plus, l’enduit s’écaillant, les armatures furent sujettes à la corrosion. Comme la situation semblait s’aggraver, au point de craindre l’écroulement du réservoir, le ministère des Colonies engagea des poursuites à l’encontre de l’entreprise Porcheddu. Au nombre des observations contenues dans les procès-verbaux dressés par les experts nommés par le gouvernement, on trouve principalement des critiques sur les méthodes de construction. On y lit par exemple que « l’entreprise Porcheddu, ayant voulu travailler dans des pays chauds, n’a pas su prendre les mesures nécessaires pour se défendre du climat, et n’a pas, loin de là, suffisamment renforcé certaines procédures dans le travail. Concassage insuffisant des granulats, fer affleurant. La proximité de la mer peut avoir influé en accélérant et en intensifiant les phénomènes évoqués11 » De discrètes enquêtes menées à plusieurs reprises par des techniciens de l’entreprise confirment que la proximité de la mer est à l’origine de l’oxydation du fer, mais rejettent l’accusation d’avoir utilisé de l’eau de mer, des sables ou des gravillons salinisés pour la fabrication des mortiers. L’entreprise avait en effet renoncé à employer les cailloutis d’Aïn Zara, leur préférant des sables plus chers et plus lourds, provenant de Sicile. Jusqu’en septembre 1929 le réservoir fonctionna normalement, et la décision de le démolir à cause de sa « position basse, [qui] ne fournit pas assez de pression, et pour des raisons esthétiques12 » paraît surprenante. Une note, ni datée ni signée, signale que l’entreprise Porcheddu aurait accepté de payer la pénalité de retard, tout en faisant observer que sa présence à Tripoli avait contribué à ce que les entreprises locales baissent leurs tarifs. Celles-ci, à cause du manque de travail, espéraient décrocher les marchés lancés par le gouvernement italien. Aussi, la menace de la concurrence extérieure les poussait à casser leurs prix afin de s’assurer à terme des marchés de travaux plus importants tels que ceux qui seront lancés au début des années 1930 lors de la construction du nouvel aqueduc de Tripoli. Le contentieux entre le ministère des Colonies et l’ingénieur Porcheddu se poursuivra jusqu’en 1939, pour n’être interrompu que par le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, alors que l’entreprise avait déjà cessé son activité depuis six ans. L’entreprise Porcheddu ne parviendra à rétablir ses rapports avec le ministère des Colonies ni par la renonciation à son dû, ni par l’abaissement de ses prix, ni par l’offre de construire à prix coûtant de nouveaux réservoirs cylindriques selon des projets révisés et modernes, présentés le 18 août 1932.

Figure 8 : Hôpital italien, Tanger (1927-1928), Piero Molli arch., Gasparini, Bergonzo et Porcheddu entr. : étude de variantes pour la tour réservoir, 1928

Figure 8 : Hôpital italien, Tanger (1927-1928), Piero Molli arch., Gasparini, Bergonzo et Porcheddu entr. : étude de variantes pour la tour réservoir, 1928

Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali

Figure 9 : Hôpital italien, Tanger (1927-1928), Piero Molli arch., Gasparini, Bergonzo et Porcheddu entr. : croquis de la structure en béton armé du réservoir

Figure 9 : Hôpital italien, Tanger (1927-1928), Piero Molli arch., Gasparini, Bergonzo et Porcheddu entr. : croquis de la structure en béton armé du réservoir

Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali

  • 13 Ezio Godoli, Anna Nuzzaci (dir.), L’Associazione Nazionale per soccorrere i Missionari Italiani (an (...)

7Malgré cette expérience négative et ces échecs, l’entreprise Porcheddu parviendra à s’affirmer sur d’autres chantiers en Méditerranée aux côtés de l’Association nationale pour le secours des missionnaires italiens (anmi) fondée par l’archéologue, Ernesto Schiaparelli13. Grâce à une donation personnelle de l’archéologue qui avait acquis pour le compte du gouvernement italien le palais et le parc du sultan Moulay Hafid à Tanger (Maroc), un hôpital italien y fut construit. Celui-ci fut réalisé à partir du projet de l’ingénieur Piero Molli, diplômé de l’École polytechnique de Turin comme Giovanni Antonio Porcheddu, et inauguré en 1927. Les esquisses pour un réservoir d’eau potable à placer sur la toiture de l’hôpital, entièrement conçu suivant le système Hennebique avec une structure poteaux-poutres en béton armé, sont datées de 1927 et 1929. Il s’agit d’une modeste tour qui reproduit à petite échelle les caractéristiques du réservoir de Saint-Marcel. La cuve en béton armé présente une forme interne circulaire à compartiment unique, elle est dotée d’un cylindre creux au centre pour faciliter les inspections. Elle est soutenue par quatre poutres en béton armé qui forment un carré tangent au cylindre central. Un enduit et un décor de fausses bretèches protègent le réservoir en lui conférant des allures de donjon oriental.

8Ainsi, petit à petit, une recherche formelle allait enrichir l’expérimentation technique de la construction de réservoirs d’eau, qui permettrait bientôt de les apprécier comme des architectures phares du paysage urbain.

Notes

1 Giovanni Antonio Porcheddu (1860-1937), ingénieur civil et industriel diplômé à Turin en 1890 et en 1892. Voir Riccardo Nelva, Bruno Signorelli, Avvento ed evoluzione del calcestruzzo armato in Italia : il sistema Hennebique, Milan : Edizioni di Scienza e Tecnica, 1990, p. 20-26.

2 Il Cemento, n°1, 1912.

3 Date particulièrement significative parce qu’elle coïncide avec la grande Exposition internationale des arts décoratifs modernes de Turin. Les interventions mises en œuvre par Porcheddu passent de 72 en 1901 à 119 au cours de la seule année de l’exposition. Voir Rossana Bossaglia, Ezio Godoli, Marco Rosci, Torino 1902. Le arti decorative internazionali del nuovo secolo, Milan : Fabbri, 1994.

4 Le Béton armé, n°21,1900, p. 4.

5 « Relevé de travaux exécutés », Le Béton armé, 1900.

6 Le Béton armé, n°38, 1901, p. 18-19.

7 Le Béton armé, n°226, 1926, p. 209.

8 Le sparte est une graminée qui sert à fabriquer le cordage des navires, des nattes et des filets.

9 Le réservoir était destiné à collecter les eaux provenant de l’aqueduc de la Boumeliana et d’un dessalinisateur d’eau de mer. Les documents concernant ce chantier sont conservés à l’École polytechnique de Turin, Dipartimento Sistemi Edilizi e Territoriali, Archives Porcheddu, Zone diverse, Tripoli 1912, dossier 4167.

10 Le contrat est daté du 15 février 1912 et prévoit une livraison le 6 mai. La livraison n’adviendra réellement que le 5 août 1912. C’est l’ingénieur Bordoni qui dirigeait et coordonnait les essais pour l’entreprise.

11 Archives Porcheddu, Zone diverse, Tripoli 1912, dossier 4167, expertise de l’ingénieur Menlio Lega déposée auprès du tribunal de Tripoli le 9 avril 1923. Il est aussi très intéressant d’étudier la correspondance entre la maison Hennebique et la revue Le Génie colonial. Revue d’architecture construction, matériel & travaux publics aux colonies dirigée par l’architecte Louis Siffert, publiée à partir de 1900.

12 « Autre rapport d’un autre informateur privé », 12 sept. 1929.

13 Ezio Godoli, Anna Nuzzaci (dir.), L’Associazione Nazionale per soccorrere i Missionari Italiani (anmi) e i suoi ingegneri, Florence : Maschietto, 2009. Schiaparelli était directeur du Musée égyptien de Turin et président de la mission archéologique italienne en Égypte.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : École italienne de filles, Antalya, Turquie (1922) : plan de la structure en béton armé des extensions
Crédits Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2 : Dépôt de locomotives de la gare de Tripoli, Libye (1912) : plan de la structure en béton armé
Crédits Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12394/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 : Réservoir de 2 000 m3 sur le port au sparte, Tripoli, Libye (1912) : étude de la structure en béton armé avec compartiments de 50 m3, coupe et axonométries
Crédits Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 4 : Réservoir de 2 000 m3 sur le port au sparte, Tripoli, Libye (1912) : étude de la structure en béton armé avec compartiments de 50 m3, plan et élévation
Crédits Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12394/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 5 : Réservoir sur le port au sparte, Tripoli, Libye : projet de reconstruction d’un réservoir en béton armé, plan, coupe et élévation (1932)
Crédits Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12394/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 6 : Réservoir de 50 m3, Tripoli, Libye (1912) : plan et élévation de la structure en béton armé
Crédits Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12394/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 7 : Réservoir de 2 000 m3 sur le port au sparte, Tripoli, Libye (1912) : vue des désordres sur les parois du réservoir, vers 1920
Crédits Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12394/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 8 : Hôpital italien, Tanger (1927-1928), Piero Molli arch., Gasparini, Bergonzo et Porcheddu entr. : étude de variantes pour la tour réservoir, 1928
Crédits Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12394/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 9 : Hôpital italien, Tanger (1927-1928), Piero Molli arch., Gasparini, Bergonzo et Porcheddu entr. : croquis de la structure en béton armé du réservoir
Crédits Source : Archivio della Società Porcheddu, Politecnico di Torino, Dipartimento dei Sistemi edilizi e territoriali
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12394/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search