Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

Organiser le territoire

D’une rive à l’autre… Les ponts égyptiens de Baume & Marpent

From one shore to the other: Baume & Marpent’s Egyptian bridges

Isabelle Sirjacobs

Texte intégral

Figure 1 : Pont de Kocheicha pour l’Egyptian State Railways, au nord de Beni Souef (1909) : vue du chantier de construction des piles foncées à l’air comprimé.

Figure 1 : Pont de Kocheicha pour l’Egyptian State Railways, au nord de Beni Souef (1909) : vue du chantier de construction des piles foncées à l’air comprimé.

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 2 : Pont de Demerdache, Le Caire (1894) : plan et élévation du tablier métallique

Figure 2 : Pont de Demerdache, Le Caire (1894) : plan et élévation du tablier métallique

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

1L’entreprise Baume & Marpent (1853-1956) est mondialement connue pour ses ponts. De la Chine (ponts sur le fleuve Jaune, 1906) au Brésil (pont sur le rio Uruguay, 1910), en passant par l’Europe (ponts pour le chemin de fer du Simplon en Italie, entre 1883 et 1885), la production de ponts de tous types (qu’ils soient fixes, mobiles, basculants ou suspendus) et de tous tonnages, est assurément une spécialité de la firme belge. L’apparition de l’acier dans le courant du xixe siècle sera à cet égard déterminante pour la construction métallique et plus particulièrement pour la réalisation d’ouvrages d’art : les unités de production de Baume & Marpent basées en Belgique (La Louvière) et en France (Marpent) façonnent dans leurs ateliers des ouvrages d’art de plusieurs milliers de tonnes d’acier laminé, moulé, coulé ou forgé, avant de les exporter aux quatre coins du monde.

  • 1 Dès 1898, l’usine Cockerill de Seraing fournit à l’Égypte les premières locomotives belges. Dix ans (...)

2En Égypte, Baume & Marpent intervient dans la réalisation de nombreux ouvrages d’art qui participent à la réputation mondiale de la société. Entre 1894 et 1952, la société fournit à ce pays 158 ponts, dont le fameux pont d’Embabeh (1912-1924), ouvrage emblématique de l’entreprise. Parmi ces ouvrages d’art, sept des grands ponts sur le Nil ont été entièrement exécutés par elle. La société s’illustre aussi en Égypte par la fourniture de matériel roulant (voitures, wagons et châssis) et de charpentes métalliques pour divers bâtiments (hangars, réservoirs, pylônes, estacades, etc.). La Société se démarque ainsi des autres entreprises belges qui s’introduisent dans le pays essentiellement par le matériel roulant1. En 1892, Baume & Marpent reçoit ses premières commandes égyptiennes et construit les ponts de Sahel Boulaq, Demerdache, Farkha et Difrah. Ces ponts font partie du programme de modernisation des ouvrages d’art engagé par le service égyptien des Ponts. En raison de l’augmentation du poids des trains, cette administration entame une série de travaux de consolidation des ouvrages existants ainsi que des travaux de construction de nouveaux ponts enjambant les nombreux cours d’eau et canaux sillonnant le pays. Ce programme profite aux entreprises de construction métallique européennes, en particulier wallonnes, qui investissent en masse dans tout le pays, dans un climat de féroce concurrence.

3Pour Baume & Marpent, les commandes se poursuivent à l’aube du xxe siècle, et la société belge intervient de plus en plus en territoire égyptien. En 1909, elle entreprend le pont de Kocheicha, dont les piles et culées sont foncées à l’air comprimé. Cet ouvrage d’art apparaît très vite comme une prouesse technologique et fait partie de la propagande de l’entreprise qui l’exhibe dans ses catalogues de production.

  • 2 Rapport général de Baume & Marpent, 1910 (écomusée du Bois-du-Luc, fonds Baume & Marpent, baum 15).

4Le pont de Mansourah, construit entre 1911 et 1913, fait aussi la réputation de Baume & Marpent en Égypte. Long de 300 m, ce pont tournant constitue à l’époque le plus grand pont que l’entreprise belge ait érigé2. Néanmoins, il sera largement devancé par le pont d’Embabeh dont les travaux débutent en parallèle.

  • 3 Karima Haoudy, « De la Haine au Nil, ou sur les traces du géant industriel Baume & Marpent », dans (...)

5Le pont d’Embabeh (Le Caire), construit entre 1912 et 1924, constitue de facto une prouesse de l’ingénierie de la première moitié du xxe siècle. Il remplace l’ancien ouvrage construit en 1892 par la firme française Daydé & Pillé et enjambe le Nil sur 490 m. Il donne passage à la navigation fluviale grâce à une travée tournante de 1 500 t (pour un ensemble de 10 000 t) et permet la circulation de trains par le biais de deux voies de chemin de fer qui sont couplées à deux chaussées carrossables surmontées de trottoirs pour piétons. Le défi du chantier d’Embabeh réside aussi dans le creusement des fondations des caissons métalliques des piles et des culées, également effectuées à l’air comprimé. Scellant la réputation mondiale de l’entreprise, le pont d’Embabeh sera présent dans de nombreux outils de promotion de la société (catalogues, cartes postales, maquettes, etc.)3.

  • 4 Voir supra la contribution de Karima Haoudy, « Au-delà de la Haine… Itinéraire de l’entreprise wall (...)

6À la suite de cette fructueuse expérience, les commandes se succèdent surtout au cours des années 1930. Les ponts de tous systèmes (ponts-routes, ponts basculants du système Strauss, ponts suspendus, ponts tournants, ponts-rails, etc.) se multiplient en Égypte. Citons notamment les ouvrages de Bahr el-Aama (1900), Zagazig (1930), Kafr-el-Badamas (1935), Kantara sur le canal de Suez (à partir de 1917), Nag-Hammadi (1936), Samanoud, Kafr el-Zayat (1937), Kandak el-Sharki (1946), Deirout (1951), Sawagha (1951), etc. Ces ponts, érigés pour la plupart sur le Nil et les grands canaux, sont étudiés, construits et montés par Baume & Marpent en collaboration avec des ingénieurs et des ouvriers égyptiens 4.

  • 5 Jean-Édouard Goby, « Farid Boulad bey (1872-1947) », Bulletin de l’Institut d’Égypte, vol. 29-30, 1 (...)
  • 6 Karima Haoudy, « Poursuite de l’itinéraire : un faisceau de dons qui convergent vers le Nil », dans (...)

7Nombre de ces ouvrages ont notamment été menés en collaboration avec le célèbre mathématicien et ingénieur égyptien Farid Boulad bey (1872-1947) qui occupe le poste de chef du bureau technique du service des Ponts et travaux5. Chargé de la vérification des calculs, celui-ci avait assisté la construction des deux ponts d’Embabeh par Daydé & Pillé en 1892 puis par Baume & Marpent en 1912. Baume & Marpent prolonge sa collaboration avec les services techniques égyptiens et va plus loin en conseillant ceux-ci sur de nouveaux procédés en matière d’ingénierie civile6.

Figure 3 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924) : vue depuis les berges du Nil

Figure 3 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924) : vue depuis les berges du Nil

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 4 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924) : plan, coupe et élévation de la travée tournante, 1912

Figure 4 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924) : plan, coupe et élévation de la travée tournante, 1912

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 5 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924) : élévation des candélabres de l’escalier et de l’angle des passerelles, 1919

Figure 5 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924) : élévation des candélabres de l’escalier et de l’angle des passerelles, 1919

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 6 : Vue de la fabrication de la travée tournante dans les ateliers Baume & Marpent d’Haine-Saint-Pierre, Belgique

Figure 6 : Vue de la fabrication de la travée tournante dans les ateliers Baume & Marpent d’Haine-Saint-Pierre, Belgique

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

8Des collaborations se mettent également en place avec d’autres entreprises belges, comme ce sera le cas avec Léon Rolin & Cie lors de la construction du pont de Kantara. Cet ouvrage est construit à la demande de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez et assure la liaison ferroviaire entre l’Égypte, la Palestine et la Syrie. D’une longueur de 163 m, ce pont comprend deux parties mobiles permettant le passage des navires. Il sera cependant détruit peu de temps après sa construction.

Figure 7 : Pont tournant de Kantara sur le canal de Suez (1938) : plan et élévation

Figure 7 : Pont tournant de Kantara sur le canal de Suez (1938) : plan et élévation
  • 7 L’Ossature métallique, n°1, janv. 1940, p. 7.

9À Nag-Hammadi, le pont-rail réalisé par l’entreprise fait l’objet, en janvier 1940, d’un article dans la célèbre revue mensuelle des applications de l’acier L’Ossature métallique, dans lequel est détaillée toute la construction de l’ouvrage d’art. L’importance de l’entreprise réside ici dans les quantités d’acier mises en œuvre lors des travaux : 2 000 t d’acier laminé, 44 t d’acier moulé pour appuis, 50 t d’acier coulé ou forgé et métaux divers pour les mécanismes, ainsi que 400 t d’acier laminé pour les caissons des fondations7.

  • 8 Catalogue de production, s.d. [1950] (écomusée du Bois-du-Luc, fonds Baume & Marpent, baum 143).

10Le pont-route de Kafr el-Zayat, long de 500 m, est achevé en 1940. La prouesse technique réalisée pour ce pont sur le Nil est de faire reposer le tablier supportant la chaussée sur trois poutres principales reliées entre elles par un système de fermes assurant une répartition des charges égales sur chaque poutre. Il est fait usage, pour répondre à ce programme, d’acier à haute résistance pour alléger les éléments les plus sollicités8.

Figure 8 : Pont tournant de Nag-Hammadi (1938) : plan de montage de la travée tournante

Figure 8 : Pont tournant de Nag-Hammadi (1938) : plan de montage de la travée tournante

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

  • 9 Copies-lettres de F. Gonze, lettre du 31/01/1951 (écomusée du Bois-du-Luc, fonds Baume & Marpent, b (...)
  • 10 Dossier « Situation Baume & Marpent 1954 », 1954-1955 (écomusée du Bois-du-Luc, fonds Baume & Marpe (...)

11Le début des années 1950 est marqué par les difficultés qui entravent les réalisations de Baume & Marpent en Égypte comme partout ailleurs. La société a subi de nombreuses pertes qui l’amènent progressivement à la cessation de ses activités en 1956, du moins dans la région du Centre, son berceau. La situation économique et politique de l’Égypte n’est pas étrangère aux difficultés de l’entreprise, qui doit interrompre les travaux après la commande du pont de Ferdan sur le canal de Suez dont la construction s’échelonne de 1950 à 1954. L’érection de cet ouvrage est notamment perturbée par une pénurie de l’acier qui allonge le délai de construction9. Les pertes engendrées pour ce pont sont estimées en décembre 1953 à 17 000 000 francs belges10. Néanmoins, une fois terminé, celui-ci est considéré avec ses deux travées mobiles de 110 m de longueur chacune comme le plus grand pont tournant du monde. Il sera détruit lors de la guerre des Six Jours en 1967.

12Après l’interruption temporaire des travaux de Baume & Marpent en Égypte en 1954, une nouvelle campagne de construction est lancée par l’entreprise qui décroche encore quelques marchés. Cependant, le pont tournant de Damanhour, entre autres, annonce la fin de l’aventure égyptienne de l’entreprise belge en matière de ponts.

  • 11 En 1962, Baume & Marpent est absorbée par la société Bouchout et Thirion réunis pour former « Baume (...)

13En 1956, la société Baume & Marpent cesse ses activités11. Si sa longévité n’a pas été exceptionnelle, l’entreprise s’est démarquée de ses concurrents par une diversification de ses produits et par la diffusion de ceux-ci à l’échelle mondiale. Ses nombreuses interventions en Égypte ont participé à la réussite de sa renommée. Aujourd’hui, les ponts égyptiens de Baume & Marpent témoignent encore du savoir-faire de l’entreprise. En Belgique, outre les archives sauvegardées par l’écomusée du Bois-du-Luc, la rue « du Pont du Nil » rappelle, à Morlanwelz où Baume & Marpent avait installé une de ses divisions, l’aura que la société avait acquise avec son célèbre pont d’Embabeh.

Figure 9 : Pont de Kafr el-Zayat, branche Rosette du Nil (1938) : plan de détails du garde-corps

Figure 9 : Pont de Kafr el-Zayat, branche Rosette du Nil (1938) : plan de détails du garde-corps

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 10 : Pont de Kocheicha pour l’Egyptian State Railways, au nord de Beni Souef (1909) : vue d’une travée du pont dans l’atelier de montage Baume & Marpent d’Haine-Saint-Pierre, Belgique

Figure 10 : Pont de Kocheicha pour l’Egyptian State Railways, au nord de Beni Souef (1909) : vue d’une travée du pont dans l’atelier de montage Baume & Marpent d’Haine-Saint-Pierre, Belgique

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 11 : Pont de Bahr Moes, Zagazig (vers 1930) : vue du tablier posé sur des piles métalliques

Figure 11 : Pont de Bahr Moes, Zagazig (vers 1930) : vue du tablier posé sur des piles métalliques

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Notes

1 Dès 1898, l’usine Cockerill de Seraing fournit à l’Égypte les premières locomotives belges. Dix ans plus tard, les entreprises de la région du Centre nouent de nombreux échanges avec le département égyptien de la traction et du matériel roulant. La société franco-belge de La Croyère produit les premières locomotives tenders à simples longerons destinées au service des manœuvres et aux trains suburbains de la ligne de Mataria située à 20 km d’Héliopolis. Entre 1890 et 1900, l’Égypte commande près de 174 locomotives à la société franco-belge. Les Forges, Usines et Fonderies d’Haine-Saint-Pierre et d’autres usines hainuyères participent aussi à l’élan ferroviaire de l’Égypte. La Belgique se place dès lors parmi les principaux fournisseurs de locomotives entre 1852 à 1914.Voir Lionel Wiener, L’Égypte et ses chemins de fer, Bruxelles : éd. Weissenbruch, 1932, p. 260.

2 Rapport général de Baume & Marpent, 1910 (écomusée du Bois-du-Luc, fonds Baume & Marpent, baum 15).

3 Karima Haoudy, « De la Haine au Nil, ou sur les traces du géant industriel Baume & Marpent », dans Marie-Cécile Bruwier (dir.), Mémoires d’Orient. Du Hainaut à Héliopolis, [catalogue de l’exposition], Morlanwelz : Musée Royal de Mariemont, 7 mai-17 oct. 2010, p. 279-288.

4 Voir supra la contribution de Karima Haoudy, « Au-delà de la Haine… Itinéraire de l’entreprise wallonne Baume & Marpent ».

5 Jean-Édouard Goby, « Farid Boulad bey (1872-1947) », Bulletin de l’Institut d’Égypte, vol. 29-30, 1946-1948, p. 22-36.

6 Karima Haoudy, « Poursuite de l’itinéraire : un faisceau de dons qui convergent vers le Nil », dans Baume & Marpent. De la Haine au Nil… Itinéraire d’un géant, La Louvière : Écomusée du Bois-du-Luc, 2008, p. 174.

7 L’Ossature métallique, n°1, janv. 1940, p. 7.

8 Catalogue de production, s.d. [1950] (écomusée du Bois-du-Luc, fonds Baume & Marpent, baum 143).

9 Copies-lettres de F. Gonze, lettre du 31/01/1951 (écomusée du Bois-du-Luc, fonds Baume & Marpent, baum 33).

10 Dossier « Situation Baume & Marpent 1954 », 1954-1955 (écomusée du Bois-du-Luc, fonds Baume & Marpent, baum 13).

11 En 1962, Baume & Marpent est absorbée par la société Bouchout et Thirion réunis pour former « Baume, Marpent & Thirion Réunis » (bmt). bmt poursuit actuellement ses activités en région flamande. Plus rien ne subsiste sur les sites de Haine-Saint-Pierre et de Morlanwelz.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Pont de Kocheicha pour l’Egyptian State Railways, au nord de Beni Souef (1909) : vue du chantier de construction des piles foncées à l’air comprimé.
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 2 : Pont de Demerdache, Le Caire (1894) : plan et élévation du tablier métallique
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 3 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924) : vue depuis les berges du Nil
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 4 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924) : plan, coupe et élévation de la travée tournante, 1912
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Figure 5 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924) : élévation des candélabres de l’escalier et de l’angle des passerelles, 1919
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Figure 6 : Vue de la fabrication de la travée tournante dans les ateliers Baume & Marpent d’Haine-Saint-Pierre, Belgique
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 7 : Pont tournant de Kantara sur le canal de Suez (1938) : plan et élévation
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 8 : Pont tournant de Nag-Hammadi (1938) : plan de montage de la travée tournante
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 9 : Pont de Kafr el-Zayat, branche Rosette du Nil (1938) : plan de détails du garde-corps
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 10 : Pont de Kocheicha pour l’Egyptian State Railways, au nord de Beni Souef (1909) : vue d’une travée du pont dans l’atelier de montage Baume & Marpent d’Haine-Saint-Pierre, Belgique
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 11 : Pont de Bahr Moes, Zagazig (vers 1930) : vue du tablier posé sur des piles métalliques
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12376/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search