Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

Les réseaux des entreprises à l’étranger

L’organisation de la firme Hennebique dans les pays du bassin méditerranéen : implantation et stratégies de communication

The organization of the Hennebique firm in the countries of the Mediterranean Basin: Establishment and communications strategy

Christel Frapier et Simon Vaillant

Texte intégral

Figure 1 : Agence Hennebique, Le Caire [1899] : vue des membres de l’équipe à l’intérieur de l’agence (cliché Lekegian et Compagnie)

Figure 1 : Agence Hennebique, Le Caire [1899] : vue des membres de l’équipe à l’intérieur de l’agence (cliché Lekegian et Compagnie)

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

Figure 2 : Agence Hennebique, Le Caire [1899] : vue des membres de l’équipe sur le balcon de l’agence (cliché Lekegian et Compagnie)

Figure 2 : Agence Hennebique, Le Caire [1899] : vue des membres de l’équipe sur le balcon de l’agence (cliché Lekegian et Compagnie)

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

  • 1 Voir la correspondance du dossier d’étude « Immeuble à bureaux et comptoirs (Istanbul) », Fonds Hen (...)
  • 2 Lettre de procuration de François Hennebique à Émile Servin, 2 août 1901, 1 p. manuscrite, fonds He (...)

1La volonté d’un entrepreneur du béton armé comme François Hennebique de s’implanter dans les pays du Maghreb s’explique aisément. Ces pays représentent en effet pour lui, non tant la possibilité d’expérimenter son procédé, que celui de développer le système économique et organisationnel qu’il met alors en place à partir de sa nouvelle agence centrale parisienne en 1896. En concurrence ouverte avec un certain nombre d’autres systèmes constructifs en métropole, il pense sans doute que son implantation dans les dépendances françaises lui permettra d’y obtenir facilement des commandes officielles de l’État, et que ce nouveau terrain lui ouvrira également de nouveaux marchés. La « conquête française » de ces pays est en effet récente et les besoins immenses, le développement économique, industriel et touristique ne se faisant sentir que dans le premier tiers du xxe siècle. De fait, Hennebique s’implante très tôt dans cette région, ouvrant l’une de ses premières agences à Alger en 1893, en même temps que ses agences française, suisse et italienne (Naples). Le cas du bureau égyptien, établi au Caire en 1898 sous la direction de l’ingénieur Émile Servin, se démarque des autres pays par l’avancée de son organisation, se posant en exemple auprès des autres pays du bassin méditerranéen1. En obtenant une procuration2 de la part d’Hennebique en 1901, Émile Servin jouit en effet d’une autonomie totale quant au fonctionnement de l’agence et à l’administration de ses affaires. Cette liberté d’action – fait assez rare chez les agents – n’est peut-être pas anodine puisqu’elle intervient juste au moment où des défectuosités sont observées dans les toitures-terrasses du musée des Antiquités égyptiennes du Caire, exécuté deux ans plus tôt.

2La relation entre les agents et les concessionnaires de la firme Hennebique se tisse autour de l’étude de l’exécution des travaux en béton armé que l’entrepreneur-concessionnaire confie à l’ingénieur-agent. Ce dispositif est le seul moyen pour Hennebique d’asseoir son autorité et de contrôler sa production, en particulier à l’étranger. De manière générale, la pénétration de son système hors métropole repose sur la personnalité des ingénieurs-agents et leur capacité à équilibrer la liberté de manœuvre sur le terrain et le respect intégral des prescriptions du bureau central, même si l’on note – sans doute pour des questions de distance géographique – l’absence des agents représentant les territoires éloignés de la métropole aux réunions biannuelles des agents de la firme.

  • 3 À partir de 1904 sont signalés les ingénieurs-agents MM. Seigle-Goujon pour l’Algérie et Reymond po (...)
  • 4 « La Turquie. Dix ans de béton armé (1902-1912) », Le Béton armé, n°180, mai 1913, p. 66.
  • 5 Projets dont la nature publicitaire tend à légitimer l’emploi du béton armé, notamment lors de chan (...)

3Le développement exponentiel des réalisations d’Hennebique à l’étranger passe bien évidemment par la multiplication de ses concessionnaires locaux au fil des années, surtout après les années 1910. Se limitant au départ le plus souvent à une agence et deux concessionnaires par pays – ce qui est le cas pour l’Algérie, la Tunisie et l’Égypte en 1904 – Hennebique multiplie, surtout autour de 1913, le nombre de ses concessionnaires, tandis qu’il regroupe ses agences algérienne et tunisienne3. Si l’on compte neuf concessionnaires en Algérie et Tunisie, six au Maroc et cinq en Égypte, c’est toutefois en Turquie que cette expansion est la plus flagrante : ne comptant qu’une seule agence sans aucun concessionnaire en 1904, l’agence de Constantinople dirige 28 concessionnaires en 1913, permettant une expansion et une exploitation du système Hennebique jusqu’en Syrie. Consécutive au tremblement de terre qui ébranle la Turquie en 1912 et au début de la guerre des Balkans qui touche l’Empire ottoman depuis octobre de la même année, l’implantation d’Hennebique en Turquie à cette période montre toute la stratégie commerciale de la firme qui vise avant tout l’opportunité de conquérir de nouveaux marchés par une implantation locale. En construisant précisément en 1912 son agence dans le quartier de Galata, Hennebique guette les opportunités économiques et constructives d’un proche retour à la paix. Il explique bien que, si la personnalité et l’« activisme » de son agent local A. George ont permis l’expansion de son système sur place, ce sont aussi les soutiens officiels – de la part des ministères notamment – qui lui ont permis de faire face, sur le terrain, à une importante concurrence4. Le cas turc est également représentatif de la situation de la plupart des agents actifs à l’étranger entre 1900 et 1920. À une première période, où la compétitivité et les projets stratégiques5 – pas toujours réalisés – visent à implanter le système Hennebique à l’étranger, succède une phase d’accélération des réalisations, qui s’accompagne d’un dysfonctionnement logistique de la part de l’agence centrale. Autour des années 1920, en effet, la correspondance fait état de nombreuses réclamations des agents envers le bureau central qui accuse un retard dans le traitement et l’envoi des commandes, entraînant l’incapacité des agents à répondre à toutes les commandes locales.

  • 6 « La construction en Afrique du Nord », Le Béton armé, n°322, déc. 1934, p. 1150.

4En Algérie, où il est implanté dès la fin du xixe siècle, Hennebique investit tout d’abord les secteurs du génie civil et militaire, construisant des ponts et des ouvrages hydrauliques (estacades, quais, etc.), avant de répondre à de nombreuses commandes publiques (hôpitaux, écoles, mairies), industrielles (silos, réservoirs, usines, etc.) et civiles (hôtels et quelques immeubles d’habitations). C’est pourtant dans l’entre-deux-guerres, concomitamment à la construction de l’agence algéroise, dont Hennebique affirme qu’elle est la première construction algérienne entièrement en béton armé6, qu’il diffuse plus largement son procédé et étend son champ d’action à d’autres typologies, et en particulier aux immeubles de bureaux et d’habitations. Comme l’agence de la rue Danton à Paris, la construction de l’agence Hennebique à Alger offre une vitrine susceptible de montrer les possibilités d’applications du béton armé dans le cadre des constructions civiles. Et c’est bien là toute l’originalité de la firme Hennebique par rapport à ses concurrents, et en particulier par rapport aux autres entreprises françaises de béton armé implantées en Afrique du Nord : installée plus tôt que ses concurrents, et en particulier que Fourré & Rhodes, elle ne cantonne pas sa production au domaine des grands travaux publics, mais la diversifie grâce à l’application du système Hennebique à toutes les typologies d’édifices, faisant du béton armé l’un des acteurs essentiels de la construction civile en Afrique du Nord principalement, mais aussi au Moyen-Orient.

Figure 3 : Agence Hennebique, Alger (1927), Régnier et Guion arch., Louis Grasset entr. : vue de l’immeuble côté rue (cliché H. Besson)

Figure 3 : Agence Hennebique, Alger (1927), Régnier et Guion arch., Louis Grasset entr. : vue de l’immeuble côté rue (cliché H. Besson)

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

Figure 4 : Agence Hennebique, Alger (1927), Régnier et Guion arch., Louis Grasset entr. : vue du bureau de M. Dop (agent Hennebique) en 1933 (cliché Henri Eichacker)

Figure 4 : Agence Hennebique, Alger (1927), Régnier et Guion arch., Louis Grasset entr. : vue du bureau de M. Dop (agent Hennebique) en 1933 (cliché Henri Eichacker)

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

  • 7 Nous pensons en particulier à Clamar et Allens, installés à Marseille, à l’Italien Porcheddu et à l (...)
  • 8 « Grande mosquée de Damas (Syrie) : reconstruction », fonds Hennebique, 76 ifa 1001/14.

5Si ces territoires constituent une véritable opportunité pour la firme Hennebique, c’est aussi le cas pour les agents et concessionnaires qui dépendent du système. Ainsi, il n’est pas rare de percevoir dans les différents projets les stratégies personnelles d’entrepreneurs ou d’ingénieurs implantés non pas de l’autre côté de la Méditerranée, mais dans le sud de la France, en Espagne ou en Italie7. À cette volonté manifeste des agents de trouver des débouchés commerciaux en dehors de leur propre circonscription s’ajoute pour Hennebique la difficulté de faire réaliser certaines spécificités techniques par une main d’œuvre locale qui, bien qu’elle soit « éduquée » au savoir-faire de la firme, n’en demeure pas moins sceptique, sinon hermétique, face au nouveau matériau et surtout à certaines prescriptions. Ainsi, Hennebique fait parfois intervenir d’autres agences, en fonction des savoir-faire que convoquent les différents chantiers. Devant consolider des structures, les couvrir ou leur conférer une résistance accrue, il fait par exemple intervenir ponctuellement des agents européens comme le Suisse Samuel de Mollins pour la restauration de la grande mosquée de Damas (1894)8, mais aussi pour des ponts (Tizi-Ouzou, 1909).

Figure 5 : Avant-projet de restauration de la grande mosquée (après l’incendie du 14 octobre 1893), Damas (1894), Edmond Béchara arch.-ing., Samuel de Mollins ing., P. Poujoulat entr., Francillon et Compagnie entr. : élévation et coupe longitudinale

Figure 5 : Avant-projet de restauration de la grande mosquée (après l’incendie du 14 octobre 1893), Damas (1894), Edmond Béchara arch.-ing., Samuel de Mollins ing., P. Poujoulat entr., Francillon et Compagnie entr. : élévation et coupe longitudinale

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

Figure 6 : Avant-projet de restauration de la grande mosquée (après l’incendie du 14 octobre 1893), Damas (1894), Edmond Béchara arch.-ing., Samuel de Mollins ing., P. Poujoulat entr., Francillon et Compagnie entr. : vue perspective de trois variantes de plafonds 

Figure 6 : Avant-projet de restauration de la grande mosquée (après l’incendie du 14 octobre 1893), Damas (1894), Edmond Béchara arch.-ing., Samuel de Mollins ing., P. Poujoulat entr., Francillon et Compagnie entr. : vue perspective de trois variantes de plafonds 

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

Figure 7 : Avant-projet de restauration de la grande mosquée (après l’incendie du 14 octobre 1893), Damas (1894), Edmond Béchara arch.-ing., Samuel de Mollins ing., P. Poujoulat, entr., Francillon et Compagnie entr. : détail de la porte principale

Figure 7 : Avant-projet de restauration de la grande mosquée (après l’incendie du 14 octobre 1893), Damas (1894), Edmond Béchara arch.-ing., Samuel de Mollins ing., P. Poujoulat, entr., Francillon et Compagnie entr. : détail de la porte principale

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

  • 9 Voir notamment le dossier d’étude « Pont-route non identifié (Tunisie) », fonds Hennebique, 76 ifa (...)
  • 10 Lettre de Paul Piketty à Armand Considère du 2 décembre 1903, fonds Hennebique, document non coté.
  • 11 Propos de M. Leflot (agent Hennebique de Marseille) lors de la réunion des agents du 26 juin 1922 ( (...)
  • 12 G. Fréville, « Le Béton armé aux colonies », Le Béton armé, n°48, mai 1902, p. 172-175.

6L’une des contraintes de la réalisation de chantiers à l’étranger réside dans les surcoûts qu’entraîne par exemple l’acheminement des matériaux (ciment, aciers et bois de coffrage). Grevant le budget de certains projets, ils contraignent l’agent du bureau central à économiser sur les frais de conception9. Mais parfois, ce surcoût de l’exécution est compensé par le prix de la main d’œuvre locale. Représentant au moins 25 % du prix d’établissement d’un ouvrage en 190610, cette main d’œuvre « bon marché » est alors une aubaine pour réduire les coûts, ou du moins les rééquilibrer. L’organisation et la coordination du chantier ainsi que la qualification de la main d’œuvre apparaissent comme déterminantes dans le choix de solutions techniques. Faisant appel à un savoir-faire spécifique, ces prescriptions peuvent dans certains cas être abandonnées au profit de solutions plus simples : « Étant donné que cette construction est à faire au Maroc, dans un pays où il n’y a pour ainsi dire pas de main d’œuvre spécialiste, nous avons étudié une seconde solution…11 ». L’absence de qualification ne semble donc pas être un obstacle au mode de construction développé par Hennebique et à son expansion. Cet inconvénient permet même au constructeur d’avoir un ascendant supplémentaire pendant la phase d’exécution : « Un chef de chantier intelligent, doublé d’un bon charpentier, aura rapidement transformé quelques indigènes en brasseurs de mortiers12. »

  • 13 Jean-Michel Leniaud, Béatrice Bouvier, Les Périodiques d’architecture, xviiie-xxe siècle : recherch (...)
  • 14 « Le Béton armé en Égypte », Le Béton armé, n°48, mai 1902, p. 171.

7La communication sur les ouvrages réalisés par Hennebique dans ces pays est localement relayée par la revue Les Chantiers nord-africains (1928-1950)13. Ce périodique illustré portant sur la construction en Afrique du Nord est un appui très important pour la firme dans la mesure où de nombreux articles vantent les caractéristiques fonctionnelles et esthétiques des bâtiments réalisés par celle-ci. Dès 1902, des journaux locaux francophones comme Le Phare de Port-Saïd se font un écho plus populaire des mérites du béton armé, mettant en avant son adoption officielle par le ministère des Travaux publics et incitant même à une généralisation de son utilisation pour sa solidité et son faible coût14.

8La revue Le Béton armé, organe officiel de la firme, consacre également entre décembre 1934 et avril 1935 cinq numéros à la construction en Afrique du Nord. Concernant presque exclusivement les réalisations algériennes, ces numéros constituent un dossier spécial montrant un éventail des typologies réalisées par Hennebique depuis l’implantation du bureau algérois en 1893 jusqu’aux années 1930, décrivant soigneusement les qualités architectoniques de chaque bâtiment et nommant les différents protagonistes des affaires.

9Mais la firme dépasse le stade du discours promotionnel, exercice qu’elle maîtrise depuis longtemps au moment de la publication de ce dossier, au profit d’un discours plus politique : en se présentant comme l’alliée indispensable des autorités pour le développement « industriel et commercial » d’un territoire, qui plus est colonial, la firme bâtit son autorité sur d’autres bases que celles inscrites dans son procédé de béton armé. Elle se fait l’écho de valeurs colonialistes où l’esprit de conquête des « indigènes » et la lutte contre une concurrence déloyale seraient les préceptes, alors qu’elle profite d’une situation de quasi-monopole dans l’Algérie de 1935.

10Globalement, les stratégies de communication de la firme Hennebique à l’étranger sont les mêmes que celles qu’utilisait l’entrepreneur en Belgique puis en France dès la fin du xixe siècle. Se positionnant en particulier contre l’expansion des filières métalliques par exemple, elle communique toujours sur les qualités mécaniques du béton armé et en particulier sur sa résistance au feu en cas d’incendie, de la même manière que François Hennebique communiquait au tournant du siècle pour les régions textiles du nord de la France. C’est ainsi que la revue Le Béton armé continue, en 1927, à évoquer de grands incendies désastreux, aussi bien en métropole que dans les pays du pourtour méditerranéen, alors que l’on pourrait penser que la communication, surtout après le décès de l’entrepreneur en 1921, s’articulerait sur des arguments plus nouveaux. Le cas des magasins Cicurel au Caire est en ce sens éclairant : la revue explique que le bâtiment a été entièrement construit en 1912 par l’entreprise Rolin – concessionnaire au Caire depuis 1904 –, sauf le grand escalier central qui a été construit, pour des raisons purement esthétiques, et malgré l’opposition de la maison Hennebique, en bois et fer forgé. Victime d’un violent incendie en 1920, l’ensemble de la structure a bien évidemment résisté, le grand vide de l’escalier détruit suffisant à exprimer toute la supériorité du béton armé sur le métal.

Figure 8 : Grands magasins Cicurel, Le Caire (1909-1912), Émile Servin ing., Rolin et Compagnie entr. : vue du vide de l’escalier central (après l’incendie du 13 octobre 1920)

Figure 8 : Grands magasins Cicurel, Le Caire (1909-1912), Émile Servin ing., Rolin et Compagnie entr. : vue du vide de l’escalier central (après l’incendie du 13 octobre 1920)

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

  • 15 Voir notamment les courriers échangés pour la construction du pont-route de la gare de Gabbari à Al (...)
  • 16 Dans le cadre de la construction du pont-route de la gare de Gabbari à Alexandrie en 1905 par exemp (...)
  • 17 Lettre d’Émile Servin à Hennebique du 26 novembre 1905 au sujet du « Pont de Gabbary », fonds Henne (...)
  • 18 « Projet de construction du Pont-Viaduc de la Gare de Gabbary en béton armé, système Hennebique : d (...)
  • 19 Lettre d’Émile Servin à Hennebique du 26 novembre 1905 au sujet du « Pont de Gabbary », fonds Henne (...)

11La concurrence entre le métal et le béton se joue sur les capacités constructives, mais aussi sur l’esthétique de ces deux matériaux. C’est en se préoccupant notamment de l’aspect esthétique de ses premiers ouvrages d’art à l’étranger qu’Hennebique a pu concurrencer la filière métallique – et en particulier les firmes Daydé, Baume & Marpent et Fives-Lille15 – et ainsi remporter des marchés16. Une âpre bataille s’est en effet livrée dans le domaine de la construction des ouvrages d’art, le métal semblant obtenir plus facilement les faveurs des commanditaires publics au début du siècle17. Outre le fait que le béton ne soit pas encore tombé dans le domaine public, les spectaculaires réalisations d’Eiffel par exemple, encore présentes dans les mémoires, ainsi que les réalisations récentes de différents constructeurs métalliques en Europe y sont sans doute pour beaucoup. L’enjeu du béton armé et d’Hennebique en particulier est donc bien de démontrer qu’il peut égaler esthétiquement la construction métallique tout en dépassant ses capacités mécaniques. L’un des arguments de vente de la « première application du béton armé de [son] système à un grand pont en Égypte18 », le pont-route de la gare de Gabbari à Alexandrie en 1905, ne réside d’ailleurs pas tant dans les feuilles de calcul que peut fournir la firme mais bien dans les photographies et comptes rendus d’essais de ponts qu’elle a déjà réalisés19. Tous les arguments et exemples qu’elle convoque sont alors susceptibles de faire pencher la balance en faveur du béton armé : résistance aux attaques militaires extérieures, exemples d’ouvrages maritimes antérieurs, réalisations à l’étranger, attestations d’administrations ayant déjà commandé des ouvrages, etc.

Figure 9 : Mosquée du sultan Qalawûn, Le Caire (1904-1905), restauration par Max Herz bey arch., Émile Servin ing., Rolin et Padova entr. : vue de la coupole en construction (cliché M. Reiser)

Figure 9 : Mosquée du sultan Qalawûn, Le Caire (1904-1905), restauration par Max Herz bey arch., Émile Servin ing., Rolin et Padova entr. : vue de la coupole en construction (cliché M. Reiser)

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

  • 20 Le gîtage est la poutraison qui supporte les solives d’un plancher.

12À cette période, le béton armé joue également sur la séduction et la possibilité d’offrir aux architectes des éléments décoratifs. Ainsi, c’est en mettant en avant les capacités esthétiques du béton armé qu’Hennebique parvient à obtenir l’un de ses premiers marchés en Afrique du nord : le Musée arabe et la Bibliothèque khédiviale du Caire (1895-1898). Pour valoriser son projet technique (réalisation de gîtages20) auprès des commanditaires, deux possibilités s’offrent à lui : l’argument économique ou l’argument esthétique. Contre toute attente, la firme ne valorise pas l’aspect économique de son système constructif, mais bien la capacité du béton à « décorer facilement et artistiquement » les plafonds des grands salons et du vestibule de l’édifice. Ainsi, ce n’est pas l’architecte qui propose une solution esthétique à l’entreprise, mais bien l’agent napolitain Giovanni Narici qui propose un projet décoratif à l’architecte Alfonso Maniscalco afin que le système Hennebique emporte son adhésion. Tactiquement, l’entreprise cairote Marciano doit donc présenter au gouvernement égyptien les gîtages – élément technique plutôt aride – des pièces publiques les plus en vue, ceux-ci permettant de montrer des caissons de plafonds de style néo-mamelouk. L’argument économique n’arrive que dans un second temps, grâce aux différents degrés de complexité du décor proposé. Modifiant les quantités de matériaux nécessaires pour le réaliser, cette possible complexité décorative entraîne un surcoût que l’architecte peut tout à fait choisir de ne pas accepter.

Figure 10 : Musée arabe et Bibliothèque khédiviale, Le Caire (1895-1898), Alfonso Maniscalco arch., Clifton ing., Émile Servin ing., M. A. Moreau entr. : façade principale (détail de la partie centrale)

Figure 10 : Musée arabe et Bibliothèque khédiviale, Le Caire (1895-1898), Alfonso Maniscalco arch., Clifton ing., Émile Servin ing., M. A. Moreau entr. : façade principale (détail de la partie centrale)

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

Figure 11 : Musée arabe et Bibliothèque khédiviale, Le Caire (1895-1898), Alfonso Maniscalco arch., Clifton ing., Émile Servin ing., M. A. Moreau entr. : élévation de la façade principale

Figure 11 : Musée arabe et Bibliothèque khédiviale, Le Caire (1895-1898), Alfonso Maniscalco arch., Clifton ing., Émile Servin ing., M. A. Moreau entr. : élévation de la façade principale

Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012

  • 21 Voir en annexe l’article de Simon Vaillant présentant les archives Hennebique.

13L’implantation de la firme Hennebique dans les pays du pourtour méditerranéen est sûrement plus complexe qu’il n’y paraît, étant donné l’étendue géographique de la zone et son hétérogénéité politique. Même si les exemples énumérés ci-dessus attestent un mode de fonctionnement ou un type de commande, ils sont l’expression d’un contexte d’exécution singulier, propre à un pays, à un moment donné. Le fait que le classement des archives Hennebique21 soit encore en cours est un obstacle à une approche synoptique de notre aire d’étude : si la période d’activité est nettement jalonnée, des données essentielles comme la connaissance du rôle exact des principaux acteurs ou la chronologie de la production typologique d’une région demeurent lacunaires ou font défaut pour documenter finement les étapes de l’implantation d’un réseau tentaculaire, mais néanmoins mouvant.

Notes

1 Voir la correspondance du dossier d’étude « Immeuble à bureaux et comptoirs (Istanbul) », Fonds Hennebique, cnam/siaf/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 76 ifa 1039/40.

2 Lettre de procuration de François Hennebique à Émile Servin, 2 août 1901, 1 p. manuscrite, fonds Hennebique, document non coté.

3 À partir de 1904 sont signalés les ingénieurs-agents MM. Seigle-Goujon pour l’Algérie et Reymond pour la Tunisie. Dès 1906 et jusqu’à la Première Guerre mondiale, Reymond dirige les deux agences à partir de son bureau de Tunis.

4 « La Turquie. Dix ans de béton armé (1902-1912) », Le Béton armé, n°180, mai 1913, p. 66.

5 Projets dont la nature publicitaire tend à légitimer l’emploi du béton armé, notamment lors de chantiers prestigieux privés ou lors de commandes publiques importantes. Lettre d’Edmond Bechara (ingénieur à Beyrouth) du 19 avril 1894, fonds Hennebique, 76 ifa 1001/14.

6 « La construction en Afrique du Nord », Le Béton armé, n°322, déc. 1934, p. 1150.

7 Nous pensons en particulier à Clamar et Allens, installés à Marseille, à l’Italien Porcheddu et à la Sociedad anónima de Construcciones y Pavimentos basée à Barcelone.

8 « Grande mosquée de Damas (Syrie) : reconstruction », fonds Hennebique, 76 ifa 1001/14.

9 Voir notamment le dossier d’étude « Pont-route non identifié (Tunisie) », fonds Hennebique, 76 ifa 1059/33.

10 Lettre de Paul Piketty à Armand Considère du 2 décembre 1903, fonds Hennebique, document non coté.

11 Propos de M. Leflot (agent Hennebique de Marseille) lors de la réunion des agents du 26 juin 1922 (comptes rendus de la séance du 26 juin 1922, p. 32-33, fonds Hennebique, document non coté).

12 G. Fréville, « Le Béton armé aux colonies », Le Béton armé, n°48, mai 1902, p. 172-175.

13 Jean-Michel Leniaud, Béatrice Bouvier, Les Périodiques d’architecture, xviiie-xxe siècle : recherche d’une méthode critique d’analyse, Genève : Librairie Droz, 2001, p. 174.

14 « Le Béton armé en Égypte », Le Béton armé, n°48, mai 1902, p. 171.

15 Voir notamment les courriers échangés pour la construction du pont-route de la gare de Gabbari à Alexandrie en 1905, fonds Hennebique, 76 IFA 1098/4.

16 Dans le cadre de la construction du pont-route de la gare de Gabbari à Alexandrie en 1905 par exemple, Hennebique écrit à Émile Servin, son agent cairote : « Nous donnerons au pont un aspect agréable afin que l’on le compare avec d’autres ponts en métal », fonds Hennebique, 76 ifa 1098/4.

17 Lettre d’Émile Servin à Hennebique du 26 novembre 1905 au sujet du « Pont de Gabbary », fonds Hennebique, 76 ifa 1098/4.

18 « Projet de construction du Pont-Viaduc de la Gare de Gabbary en béton armé, système Hennebique : description et conditions de l’entreprise », p. 19, fonds Hennebique, 76 ifa 1098/4.

19 Lettre d’Émile Servin à Hennebique du 26 novembre 1905 au sujet du « Pont de Gabbary », fonds Hennebique, 76 ifa 1098/4.

20 Le gîtage est la poutraison qui supporte les solives d’un plancher.

21 Voir en annexe l’article de Simon Vaillant présentant les archives Hennebique.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Agence Hennebique, Le Caire [1899] : vue des membres de l’équipe à l’intérieur de l’agence (cliché Lekegian et Compagnie)
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 2 : Agence Hennebique, Le Caire [1899] : vue des membres de l’équipe sur le balcon de l’agence (cliché Lekegian et Compagnie)
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 3 : Agence Hennebique, Alger (1927), Régnier et Guion arch., Louis Grasset entr. : vue de l’immeuble côté rue (cliché H. Besson)
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 4 : Agence Hennebique, Alger (1927), Régnier et Guion arch., Louis Grasset entr. : vue du bureau de M. Dop (agent Hennebique) en 1933 (cliché Henri Eichacker)
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 5 : Avant-projet de restauration de la grande mosquée (après l’incendie du 14 octobre 1893), Damas (1894), Edmond Béchara arch.-ing., Samuel de Mollins ing., P. Poujoulat entr., Francillon et Compagnie entr. : élévation et coupe longitudinale
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 6 : Avant-projet de restauration de la grande mosquée (après l’incendie du 14 octobre 1893), Damas (1894), Edmond Béchara arch.-ing., Samuel de Mollins ing., P. Poujoulat entr., Francillon et Compagnie entr. : vue perspective de trois variantes de plafonds 
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 7 : Avant-projet de restauration de la grande mosquée (après l’incendie du 14 octobre 1893), Damas (1894), Edmond Béchara arch.-ing., Samuel de Mollins ing., P. Poujoulat, entr., Francillon et Compagnie entr. : détail de la porte principale
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 8 : Grands magasins Cicurel, Le Caire (1909-1912), Émile Servin ing., Rolin et Compagnie entr. : vue du vide de l’escalier central (après l’incendie du 13 octobre 1920)
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 9 : Mosquée du sultan Qalawûn, Le Caire (1904-1905), restauration par Max Herz bey arch., Émile Servin ing., Rolin et Padova entr. : vue de la coupole en construction (cliché M. Reiser)
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 10 : Musée arabe et Bibliothèque khédiviale, Le Caire (1895-1898), Alfonso Maniscalco arch., Clifton ing., Émile Servin ing., M. A. Moreau entr. : façade principale (détail de la partie centrale)
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Figure 11 : Musée arabe et Bibliothèque khédiviale, Le Caire (1895-1898), Alfonso Maniscalco arch., Clifton ing., Émile Servin ing., M. A. Moreau entr. : élévation de la façade principale
Crédits Source : Fonds Hennebique. cnam/siaf/capa/Archives d’architecture du xxe siècle/2012
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12346/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search