Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

Les réseaux des entreprises à l’étranger

La Société des ateliers Savigliano autour de la Méditerranée

The National Ironworks of Savigliano on the Mediterranean rim

Vilma Fasoli

Texte intégral

1Fondée en 1880, la Société nationale des ateliers Savigliano (snos) s’impose sur le plan international dès 1883 en remportant le projet de construction des wagons de la ligne de l’Orient-Express, avant de devenir, l’année suivante, fournisseur de la Compagnie internationale des wagons-lits. Le capital de la snos se composait de parts italiennes ainsi que de parts d’une société belge, basée à Braine-le-Comte, qui produisait du matériel ferroviaire et était alors présidée par Ernest Rolin (1841-1918). Grâce à l’expérience acquise sur divers chantiers d’Europe centrale, de Russie et d’Égypte et à son statut de président de la Bourse des métaux et des charbons belges, Rolin a probablement joué un rôle déterminant dans la promotion de la snos hors du territoire italien dont elle était déjà l’une des principales industries mécaniques.

2En Italie, l’entreprise est en concurrence directe avec l’Impresa industriale italiana di costruzioni metalliche fondée en 1870 à Castellammare di Stabia, près de Naples, par l’ingénieur Alfredo Cottrau avec le concours du capital de la société belge Finet Charles et Cie et du financier anversois Édouard Cahen. Cottrau avait été élève boursier de la Marine au Collège de Toulon et à l’École préparatoire de la Marine de Paris puis avait notamment travaillé dans le bureau d’études et l’atelier de montage de la société Ernest Goüin & Cie à Paris. Après 1878, il devient le concessionnaire unique pour l’Italie du brevet Eiffel pour la construction des ponts mobiles militaires, puis dépose un autre brevet afin de limiter la diffusion du système Eiffel en Italie. À la mort de Cottrau en 1898, l’entreprise est fermée. La snos devient alors concessionnaire du brevet Eiffel.

Figure 1 : Pont-route sur le Drin, Shkodër, Albanie (1913) : vue du chantier de construction

Figure 1 : Pont-route sur le Drin, Shkodër, Albanie (1913) : vue du chantier de construction

Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura

Figure 2 : Pont-route sur le Drin, Shkodër, Albanie (1913) : vue perspective du projet

Figure 2 : Pont-route sur le Drin, Shkodër, Albanie (1913) : vue perspective du projet

Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura

3En 1914, pour célébrer l’anniversaire de sa fondation, la snos édite un ouvrage intitulé Types de constructions métalliques. Très illustré, ce document dresse aussi une liste complète des travaux précédemment exécutés par l’entreprise. À la veille de la Première Guerre mondiale, la snos possède deux sites de production dans le Piémont (l’un à Savigliano, près de Cuneo, et l’autre à Turin) d’une superficie totale de 170 000 m2, emploie 2 500 personnes, et a déjà mis en œuvre 200 000 t de fer. La publication met surtout en avant ses ponts en charpente métallique qui lui ont valu, dès ses débuts, une renommée internationale. La compétence et la fiabilité de l’entreprise sont reconnues aussi bien dans la phase de construction que dans celles de la conception et des essais.

  • 1 Le pont a été inauguré le 10 juin 1889. Il fait aujourd'hui partie du parc naturel Adda-Nord de la (...)
  • 2 Giuseppe Pistone, Vittorio Nascé, Anna Maria Zorgno, Clara Bertolini, Vincenzo Ilario Carbone, Robe (...)

4Dès l’origine, le bureau technique est dirigé par l’ingénieur suisse Julius Rothlisberger (1851-1911), à qui l’on doit la réalisation du pont sur l’Adda à Paderno (près de Milan) en 18871. Ce pont, qui suscite encore aujourd’hui l’intérêt des chercheurs en sciences et techniques des constructions, est constitué d’un arc parabolique d’une portée de 266 m et d’une flèche de 37,5 m. Le tablier comprend deux niveaux superposés à 80 m au-dessus du fleuve et permet à la fois la circulation ferroviaire et routière. Il témoigne d’une virtuosité structurelle – on l’a souvent comparé au viaduc de Garabit de Gustave Eiffel – car il fut la première œuvre dont la construction est fondée sur la théorie de l’élasticité de l’ellipse, théorie qui suscita de nombreux débats partout en Europe2. Les techniques adoptées dans la phase d’essais du pont pour vérifier le comportement des structures sollicitées par des efforts dynamiques sont tout aussi innovantes. On soumit ainsi la construction à des épreuves de stabilité en y faisant circuler, à une vitesse de 45 km/h, 8 locomotives de 83 t chacune avec 30 wagons chargés de gravier pour un total de 600 t.

  • 3 Louis Petitmermet, « Notes sur quelques travaux maritimes exécutés en Grèce », Bulletin technique d (...)

5Le succès de l’expérimentation technique – tant dans la mise en œuvre que dans la conduite des essais – du pont de Paderno permet de remettre dans son contexte l’essor des chantiers de la snos à l’étranger. En 1895, une nouvelle innovation est introduite dans la construction du pont tournant de Chalcis (Grèce) qui franchit le détroit de l’Euripe. Ce pont, récemment remplacé par un pont plus moderne, « couvrait un vide de 40 m entre culées, au moyen de deux volées égales [porte-à-faux de 21 m] qui ouvraient symétriquement. Chaque volée avait deux groupes d’appuis, l’un pour le pont fermé, l’autre pour l’ouverture. […] La largeur du tablier est de 4 m entre garde-corps et de 2,5 m entre poutres. La nervure inférieure des poutres est parabolique sur le vide. […] La manœuvre du pont […] a lieu à bras d’hommes. Elle exige deux hommes par volée et dure huit minutes quand le graissage est soigné3. »

  • 4 Sur l’histoire de la bibliothèque Vallianos d’Athènes, voir le récent travail de Vassilis Colonas, (...)

6La même année, et malgré la crise économique profonde qui menaçait la Grèce, la snos remporta l’appel d’offres pour la réalisation de la toiture et des rayonnages des magasins de la bibliothèque Vallianos d’Athènes, dont la construction avait commencé en 1887 sous la direction de l’architecte Ernst Ziller et sur la base d’un projet élaboré par l’architecte Theophil von Hansen4. La présence de la snos à Athènes illustre à la fois les premiers pas de l’entreprise à l’étranger dans le domaine de l’architecture, hors du champ des grands travaux d’infrastructures, et fournit une nouvelle preuve du souci permanent de la snos de se confronter à l’expérimentation et à l’innovation, et aussi de l’attention qu’elle porte à la prévention des risques d’incendie.

7L’essor de l’entreprise se poursuivra avec la construction de ponts routiers et ferroviaires, sur le Danube à Újpest (Budapest) en Hongrie (selon le projet et sous la direction de l’ingénieur Giovanni Marsaglia), en Roumanie à Dragasani et Ramnicu-Valcea (1898-1899) et à Shkodër en Albanie construit à la veille de la Première Guerre mondiale.

8La construction de la ligne ferroviaire le long de la côte libyenne, où l’Italie avait entrepris à partir de 1912 sa première phase politique de colonisation, n’a en revanche pas laissé de trace écrite dans les archives de l’entreprise.

  • 5 Francesca Filippi, Da Torino a Bangkok. Architetti e ingegneri nel regno del Siam, Bologne : Marsil (...)
  • 6 En 1930 le Conseil d’administration de la snos se composait de : Paul Doat, Adriano De Sauvage Ver (...)

9Le début de la guerre porte un coup d’arrêt à toutes les activités, et leur reprise sera d’autant plus difficile en raison de la crise économique et de la perte de l’un des principaux collaborateurs de l’entreprise, l’ingénieur Rothlisberger. L’ingénieur Alberto Ballocco, qui avait précédemment occupé le poste de directeur technique des usines Fiat, lui succède. Après la guerre, grâce à de solides relations diplomatiques nouées avec la cour du Siam et à la présence, à Bangkok, d’architectes et d’ingénieurs formés dans les écoles de Turin, la snos reprend entre 1920 et 1922 ses activités de construction de ponts5. La relance des ateliers n’est toutefois pas accompagnée d’une solidité financière suffisante pour faire face à la concurrence étrangère. Entre 1906 et 1930, une part importante des actions est vendue au Crédit général de Belgique et conduit à une forte représentation étrangère au sein du conseil d’administration de l’entreprise6.

Figure 3 : Bibliothèque Vallianos, Athènes (1887-1902), Ernst Ziller et Theophil von Hansen arch., Savigliano entr. : plan des structures métalliques des toitures et des rayonnages (1895)

Figure 3 : Bibliothèque Vallianos, Athènes (1887-1902), Ernst Ziller et Theophil von Hansen arch., Savigliano entr. : plan des structures métalliques des toitures et des rayonnages (1895)

Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura

Figure 4 : Bibliothèque Vallianos, Athènes (1887-1902), Ernst Ziller et Theophil von Hansen arch., Savigliano entr. : vue des rayonnages des magasins

Figure 4 : Bibliothèque Vallianos, Athènes (1887-1902), Ernst Ziller et Theophil von Hansen arch., Savigliano entr. : vue des rayonnages des magasins

Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura

Figure 5 : Pont sur le Nil à Gîrga, Égypte (vers 1930) : vue du pont lors des essais de stabilité

Figure 5 : Pont sur le Nil à Gîrga, Égypte (vers 1930) : vue du pont lors des essais de stabilité

Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura

  • 7 « L’attività delle Officine di Savigliano all’estero (esecuzioni e progetti) », Bollettino tecnico (...)

10En 1926, la publication du premier numéro du Bollettino tecnico Savigliano est destinée à assurer la promotion de l’entreprise à l’étranger, puisque « le marché intérieur n’est plus suffisant pour alimenter le potentiel croissant des ateliers7 ». Bien que les ateliers Savigliano puissent se prévaloir de relations internationales ininterrompues, l’entreprise n’hésite pas, au travers d’articles publiés dans son propre bulletin, à dénoncer la pénurie de matières premières en Italie due aux restrictions douanières et, à partir de 1926, à la réévaluation de la monnaie italienne imposée par le gouvernement fasciste. En écrivant que « l’industrie doit fondamentalement s’aider par elle-même », les dirigeants de la snos adressent une critique à peine voilée au gouvernement qui n’est pas assez attentif à promouvoir et soutenir les entreprises italiennes sur le plan international.

11Dans les années 1920, la snos manifeste un vif intérêt pour le marché égyptien, où elle s’impose dès 1928. La même année, elle entreprend la construction d’une structure couvrante de 17 000 m2 pesant 1 400 t à Abou Zaabal, suivie par celle de deux ponts sur le Nil, l’un à Samanoud et l’autre à Benha dans le Delta. Il s’agit de ponts tournants munis d’une travée tournante de 64 m, constitués de poutres réticulées de section triangulaire d’une hauteur de 6 m. Ce sont des ponts de grande portée, celui de Benha atteignant les 238,5 m sur le vide avec sa travée tournante et quatre travées fixes d’une portée de 54 m chacune, tandis que celui de Samanoud, d’une portée de 240 m, comptait, en plus de sa travée tournante, quatre travées fixes de 43,80 m.

12Sollicitée par les Chemins de fer égyptiens, la snos remporte en 1929 l’appel d’offres pour l’électrification complète à courant continu de 1 500 V de la ligne Le Caire-Helwân. L’été de la même année, elle remporte également l’appel d’offres du ministère égyptien des Communications pour la construction de deux ponts ferroviaires à Gîrga, sur la ligne de la Haute-Égypte Le Caire-Chellal. Cette victoire est un motif de fierté pour les Ateliers Savigliano dans la mesure où ils ont dû affronter des concurrents bien plus confirmés comme les prestigieuses industries métallurgiques belges, françaises, allemandes et anglaises.

  • 8 I. Balbo, art. cité., p. 189-223.

13Les événements politiques et militaires de la seconde moitié des années 1930 conduisent la snos vers d’importants travaux dans les colonies italiennes de l’Afrique orientale8. Dans l’après-guerre, les Ateliers se spécialisent dans la production d’installations électromécaniques pour les énergies alternatives, de charpenterie lourde, et dans la révision de moteurs électriques et de transformateurs, ainsi que dans les systèmes hydrauliques, activités qu’ils conduiront jusqu’en 1975, date à laquelle l’entreprise est rachetée par General Electric.

Notes

1 Le pont a été inauguré le 10 juin 1889. Il fait aujourd'hui partie du parc naturel Adda-Nord de la Région Lombardie (www.parks.it/parco.adda.nord).

2 Giuseppe Pistone, Vittorio Nascé, Anna Maria Zorgno, Clara Bertolini, Vincenzo Ilario Carbone, Roberto Roccati, Il Ponte di Paderno : storia e struttura, Milan : Electa, 1989 ; Vittorio Nascé, « Restoration of a 100 Year Old Iron Bridge, Paderno », Structural Engineering International, vol. 3, n°1, 1993, p. 37-38. Voir aussi la recherche récente de Rosalba Ferrari, Mattia Facheris, Egidio Rizzi, « Structural Analysis of the Paderno d’Adda Bridge (Italy, 1889) », Structural Analysis of Historic Constructions, n°133-134, 2010, p. 459-465.

3 Louis Petitmermet, « Notes sur quelques travaux maritimes exécutés en Grèce », Bulletin technique de la Suisse romande, 30e année, n°1, 1904, p. 1-10.

4 Sur l’histoire de la bibliothèque Vallianos d’Athènes, voir le récent travail de Vassilis Colonas, Ernst Ziller, Architect (1837-1923), [catalogue de l’exposition], Athènes : National Gallery, 22 mars-31 août 2010.

5 Francesca Filippi, Da Torino a Bangkok. Architetti e ingegneri nel regno del Siam, Bologne : Marsilio, 2008.

6 En 1930 le Conseil d’administration de la snos se composait de : Paul Doat, Adriano De Sauvage Vercour, Pierre Liénart, Ernesto Ferro (président), Felice Guidetti Serra, Virgilio Abbona, Amedeo Poli. Voir Ivan Balbo, « La Società Nazionale Officine Savigliano » dans Sergio Soave (dir.), Storia di Savigliano. Il '900, Savigliano (Cuneo) : L'artistica, 2006, p. 194.

7 « L’attività delle Officine di Savigliano all’estero (esecuzioni e progetti) », Bollettino tecnico Savigliano, 3e année, n°4-5, 1929, p. 204.

8 I. Balbo, art. cité., p. 189-223.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Pont-route sur le Drin, Shkodër, Albanie (1913) : vue du chantier de construction
Crédits Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 2 : Pont-route sur le Drin, Shkodër, Albanie (1913) : vue perspective du projet
Crédits Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12339/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3 : Bibliothèque Vallianos, Athènes (1887-1902), Ernst Ziller et Theophil von Hansen arch., Savigliano entr. : plan des structures métalliques des toitures et des rayonnages (1895)
Crédits Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12339/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 4 : Bibliothèque Vallianos, Athènes (1887-1902), Ernst Ziller et Theophil von Hansen arch., Savigliano entr. : vue des rayonnages des magasins
Crédits Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12339/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 5 : Pont sur le Nil à Gîrga, Égypte (vers 1930) : vue du pont lors des essais de stabilité
Crédits Source : Società Savigliano, Politecnico di Torino, Biblioteca Centrale di Architettura
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12339/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 531k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search