Version classiqueVersion mobile

Construire au-delà de la Méditerranée

 | 
Claudine Piaton
, 
Ezio Godoli
, 
David Peyceré

Les réseaux des entreprises à l’étranger

Au-delà de la Haine… Itinéraire de l’entreprise wallonne Baume & Marpent

Beyond the Haine: The growth of the Belgian company Baume & Marpent

Karima Haoudy

Texte intégral

« La modeste fonderie de Baume qui, en 1870, n’occupait que 60 ouvriers et employés, dont les installations ne couvraient, vers 1875, qu’à peine 2 hectares, est devenue cette puissante Société dont les bâtiments et les cours s’étendent sur plus de 60 hectares où plus de 4 000 ingénieurs, techniciens, employés et ouvriers œuvrent journellement. » (Catalogue d’entreprise, vers 1953, fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc).

Figure 1 : Portrait de Léon Moyaux, directeur général de Baume & Marpent de 1871 à 1902 [non daté]

Figure 1 : Portrait de Léon Moyaux, directeur général de Baume & Marpent de 1871 à 1902 [non daté]

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

  • 1 Outre les archives du fonds Baume & Marpent conservées à l’écomusée du Bois-du-Luc, voir : Alain De (...)

1À l’origine de Baume & Marpent, ce géant de la construction métallique au rayonnement international, se trouve un médecin, Clément Delbèque (1810-1893). Originaire de Morlanwelz (province de Hainaut, Wallonie), celui-ci se lance dans le secteur industriel en ouvrant une modeste fonderie en 1853 à Baume, où il possède des terrains, idéalement situés le long de la voie ferrée « Mons-Manage et extension »1. Initialement orientées vers la fabrication d’objets de quincaillerie pour le bâtiment, les fonderies de Baume, Delbèque et Cie se spécialisent dans la production de boîtes d’essieux, de butoirs et de pièces en fonte destinées à équiper les chemins de fer, domaine en pleine expansion en cette seconde moitié du xixe siècle.

  • 2 Jusqu’en 1947, les directeurs successifs sont issus de la dynastie Delbèque-Moyaux. Ginette Kurgan- (...)
  • 3 La fonderie change à plusieurs reprises d’appellation. Elle s’appelle successivement : en 1870, la (...)

2L’envol de la modeste fonderie locale vers une firme aux ramifications internationales est impulsé par le neveu du fondateur, Léon Moyaux (1846-1912)2. Celui-ci est l’acteur majeur de l’ouverture tant productive que commerciale à travers la conquête de nouveaux marchés hors des frontières belges d’une part et la diversification du programme de fabrication d’autre part. Après une formation d’ingénieur des Mines et d’ingénieur civil des Arts et manufactures à l’université de Liège, Léon Moyaux accède, en 1871, au poste de directeur général de la société Delbèque et Cie, qui deviendra en 1913 la société anonyme Baume & Marpent3. Moyaux incarne le modèle du « capitaine d’industrie » qui accomplit des œuvres sociales essentiellement éducatives à des fins industrielles (soutien financier à l’École industrielle de Morlanwelz et à l’Athénée du Centre), et qui est à l’affût des innovations technologiques. Comme la plupart des capitaines d’industrie hainuyers, il assume aussi des fonctions politiques, dont celle d’échevin libéral de l’instruction publique à Morlanwelz, et il tisse des relations avec des personnalités emblématiques du monde des affaires, parmi lesquelles la dynastie des Warocqué ou encore Ferdinand de Lesseps.

3L’appellation de l’entreprise traduit la quête de nouveaux débouchés. La construction, dès 1882, d’une usine à Marpent (faubourg de Jeumont, département français du Nord), dans le but de détourner les mesures protectionnistes adoptées par le ministre français Jules Méline sous la iiie République, encourage Léon Moyaux à s’agrandir et à conquérir d’autres marchés.

4Baume & Marpent implante des usines – qualifiées de « régies » puis de « divisions » – au-delà de la Haine du nom de la rivière qui traverse la région du Centre, en Italie (division provisoire), en Égypte, et, après la Seconde Guerre mondiale, au Congo belge (Baumaco) et au Brésil (association avec la SA União dos Construtores Metálicos de São Paulo).

  • 4 Voir infra, l’article de Karima Haoudy, « Le théâtre d’été de Casablanca par Baume & Marpent ».
  • 5 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 1er mars 1930 au 20 octobre  (...)

5Les causes à l’origine de la création des divisions sont diverses : spécialiser la production, assurer des liens avec une clientèle sur place, profiter des nouveaux marchés alors en plein essor à l’instar du marché égyptien, diminuer les coûts de transport, contourner une législation par trop protectionniste, etc. Certaines de ces divisions, comme celle qui est implantée en Égypte, sont équipées d’ateliers qui leur assurent une autonomie plus ou moins importante selon leur position commerciale stratégique. Elles sont dirigées par un régisseur qui dépend du directeur-gérant et du siège central, localisé à Haine-Saint-Pierre (La Louvière, province de Hainaut). Elles doivent régulièrement rendre compte au conseil d’administration de Baume & Marpent de leur production, de l’état de leur équipement, de la conquête régulière de nouveaux marchés, et des aménagements à effectuer. La société a aussi recours à des agents qui servent d’interface entre l’entreprise et les clients, publics ou privés. Certains plans, au moment de leur conception, sont parfois directement associés à un intermédiaire. Ils comportent en effet des observations écrites en dehors du cartouche qui mentionnent les agents. Parfois, c’est un passage des registres du conseil d’administration qui évoque l’obtention d’une commande, le début de la genèse d’un projet. À titre d’exemple, la conception d’un théâtre d’été à Casablanca4 n’est pas sans lien avec le passage de l’ingénieur Bossut, en quête de nouvelles commandes, au Maghreb5.

  • 6 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 21 février 1902 au 27 mai 19 (...)

6De l’analyse des registres du conseil d’administration, nous pouvons aussi retenir le souci constant de la direction de compter sur des agents efficaces. Léon Moyaux insiste à plusieurs reprises sur ce sujet : « Nous tenons nos agents à l’étranger en haleine, malheureusement le nombre de ceux qui sont actifs et compétents reste bien peu considérable, nous devrons organiser un service de mission, par notre personnel, à peu près constant6 ».

  • 7 Voir Michel Thiry « Raccourcir le temps et l’espace : la conquête du rail par Baume & Marpent », da (...)
  • 8 Musée royal de Mariemont, Archives Fonds Faider concernant Baume & Marpent, Historique de l’entrepr (...)

7Si la construction ferroviaire contribue à asseoir la renommée de l’entreprise, c’est surtout à partir de 1871, à mesure qu’elle gagne du terrain en dehors de l’Europe, que Baume & Marpent étend son programme de fabrication à la conception, à la réalisation et au montage d’ouvrages de génie civil. L’entreprise explore également toutes les ressources, foncièrement novatrices de l’architecture métallique (principes de préfabrication, adoption de nouveaux matériaux, architecture démontable, vision syncrétique de l’ingénierie et de l’architecture, etc.). En Belgique, c’est dans le fief fondateur d’Haine-Saint-Pierre que se conjuguent les fonctions d’administration et de production. On y fabrique des ponts de tous systèmes (ponts rivetés ou soudés, fixes ou mobiles), des charpentes (ossatures pour bâtiments civils et industriels), des gazomètres, des réservoirs (à eau, pétrole ou acide), des appareils de grosse mécanique, des moulages en acier produit au convertisseur de type Bessemer et des matériels de voies ferrées. À 5 km de ce centre névralgique est ouverte l’usine de Morlanwelz (anciens ateliers Brison fondés en 1844) qui se spécialise quant à elle dans la construction de matériel roulant à partir de 1896. De ces ateliers sortent des locomotives électriques et Diesel, des trains et voitures Diesel électriques et mécaniques de toutes classes, de l’équipement fixe de voie, des wagons pour trafic général et transports spéciaux, des voitures pour tramways, autobus et trolleybus, etc.7. En France, la division de Marpent condense les deux programmes de fabrication de ses consœurs belges. En 1914, une nouvelle aciérie Siemens-Martin est ouverte à Marpent pour l’approvisionnement en essieux, bandages et aciers moulés de toutes natures, nécessaires pour la construction de matériel roulant8.

S’implanter en Égypte

  • 9 Baume & Marpent réalise la restauration de la plateforme de la tour Eiffel en 1937 à l’occasion de (...)

« Baume & Marpent a été mêlé à la plupart des grandes réalisations techniques des derniers siècles, depuis la Tour Eiffel jusqu’au Canal de Suez. » […] C’est de ses usines belges, qu’est sorti et par sa division d’Égypte qu’est monté le plus grand pont tournant du monde qui sera inauguré prochainement à El Ferdan sur le Canal de Suez9. »

8En 1893, précédant ainsi son extension locale vers Morlanwelz, Baume & Marpent implante initialement un atelier de montage en Égypte. La représentation commerciale de l’entreprise est confiée, au départ, à Lambert & Ralli. Baume & Marpent rompt le contrat au début des années 1900 pour s’associer au bureau Camel Toueg, qui représente alors les intérêts de nombreuses industries wallonnes dans le pays.

  • 10 Lionel Wiener, op. cit., p. 176.
  • 11 Voir infra Isabelle Sirjacobs, « D’une rive à l’autre… Les ponts égyptiens de Baume & Marpent ».

9À peine installée en territoire égyptien, la Compagnie universelle du canal maritime de Suez fait appel à ses services pour la fourniture de réservoirs d’eau destinés à équiper l’usine des eaux de Raswa à Port-Saïd. Participant au programme de modernisation des ouvrages d’art engagé par le service des Ponts égyptiens10, Baume & Marpent reçoit sa première commande significative en 1894. Si la plupart des entreprises wallonnes s’introduisent en Égypte par le rail, l’entreprise hainuyère fait ses preuves en construisant les ponts de Sahel Boulaq, de Demerdache, de Farkha et de Difrah dès 189211. Le domaine de la charpenterie métallique et, en particulier, celui de la construction de ponts, permet à Baume & Marpent de se démarquer dans le paysage industriel égyptien.

Figure 2 : Réservoir de 300 m3 sur pylône métallique pour la Compagnie universelle du canal de Suez, Port-Saïd (1914), Baume & Marpent entr. : plan, coupe et élévation

Figure 2 : Réservoir de 300 m3 sur pylône métallique pour la Compagnie universelle du canal de Suez, Port-Saïd (1914), Baume & Marpent entr. : plan, coupe et élévation

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 3 : Atelier de réparation de locomotives, Boulaq, Le Caire, Baume & Marpent entr. : vue intérieure de la grande halle

Figure 3 : Atelier de réparation de locomotives, Boulaq, Le Caire, Baume & Marpent entr. : vue intérieure de la grande halle

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

  • 12 Registre des procès-verbaux du Conseil d’administration du 21 février 1902 au 27 mai 1913, séance d (...)

10« Mr Moyaux expose au Conseil qu’en présence d’une adjudication très importante pour la construction du pont d’Embabeh et étant donné le programme de renforcement de nombreux ponts en Égypte, il pourrait être avantageux de créer, au Caire même, un atelier pour la construction des ponts et charpentes. Mr Rifflart, présent à cette partie de la séance, confirme les observations développées par Mr Moyaux ; d’après lui, la main-d’œuvre indigène sera d’un rendement nous permettant de réaliser une économie importante sur ce qu’elle nous coûterait pour la construction de ces ponts dans nos ateliers belges ; l’approvisionnement des matières, rendu très difficile en Belgique par suite des réceptions par les agents anglais, pourrait se faire en Angleterre avec expédition directement en Égypte ; enfin, le fait d’avoir un atelier sur place nous mettrait dans une situation plus favorable vis-à-vis de nos concurrents12. »

Figure 4 : Brochure publicitaire de Baume & Marpent : photographies des phases du chantier du pont d’Embabeh

Figure 4 : Brochure publicitaire de Baume & Marpent : photographies des phases du chantier du pont d’Embabeh

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 5 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924), Baume & Marpent, entr. : vue de la travée tournante en fin de chantier

Figure 5 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924), Baume & Marpent, entr. : vue de la travée tournante en fin de chantier

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 6 : Egyptian State Railways (1927), Baume & Marpent, entr. : dessin du monogramme pour les voitures de première classe

Figure 6 : Egyptian State Railways (1927), Baume & Marpent, entr. : dessin du monogramme pour les voitures de première classe

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

11La construction du pont d’Embabeh (1912-1924) au Caire, évoquée ci-dessus par Léon Moyaux, constitue une étape emblématique dans l’itinéraire industriel de Baume & Marpent tant en Égypte que dans le reste du monde.

  • 13 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil du 1er mars 1930 au 20 octobre 1939, séance du 7 (...)

12Prouesse de l’ingénierie, ce pont est au cœur de la stratégie et des outils de marketing déployés par les directeurs, de Léon Moyaux, qui a assisté à la pose de la première pierre, jusqu’à Jean Carton de Wiart, qui procédera à la fermeture des usines, amorcée au début des années 1950. Dans ses relations avec les clients égyptiens, Baume & Marpent met systématiquement en exergue cet important ouvrage d’art. Les déclinaisons iconographiques du pont d’Embabeh sont nombreuses et les supports variés (dessins, photographies, cartes postales, scénographie d’entreprise). Présent dans tous les catalogues de vente, c’est également son modèle réduit qui accueille l’éventuel client dans le hall central du siège d’Haine-Saint-Pierre. Au Caire, un autre modèle réduit de ce pont rejoint les collections du musée des Chemins de fer inauguré en 1933, à l’occasion du Congrès international des chemins de fer13.

  • 14 Voir infra I. Sirjacobs, op. cit.
  • 15 Louis Dupont, « Le Nouveau Pont à deux voies sur le Nil aux abords de la station d’Embabeh », Revue (...)
  • 16 Division d’Égypte. Note de Jean Lemaigre, 1953 (don de Fréderic Vande Vijver, fonds Baume & Marpent (...)
  • 17 Division d’Égypte. Schéma organique de la Division d’Égypte, 1er janvier 1954 (don de Fréderic Vand (...)

13C’est après l’obtention du marché relatif à la construction du pont d’Embabeh que Baume & Marpent décide d’installer en Égypte une organisation importante équivalente à une « division »14. Cette initiative prolonge les efforts amorcés dès 1893 par l’entreprise pour implanter l’atelier du Caire. Le directeur Léon Moyaux, avide d’étendre les marchés de l’entreprise hors des frontières belges, envisage d’y envoyer une partie de son personnel administratif et ouvrier, qui sera renforcée par la présence d’une main-d’œuvre locale, affectée à des tâches variées selon sa spécialisation, comme le montrera la répartition du travail lors du chantier du pont d’Embabeh15. En 1953, lorsque l’entreprise accuse de grosses difficultés en Europe qui mèneront à sa fermeture, Jean Lemaigre, président du conseil d’administration, indique16 que la division égyptienne occupe un directeur, 20 employés et 350 ouvriers. Au cours des périodes d’intenses commandes, la filiale égyptienne pouvait mobiliser près de 600 ouvriers. L’organigramme nous apprend que la direction est confiée à un ingénieur principal de Baume & Marpent qui partage ses responsabilités avec la cellule dite de « prospection commerciale », confiée depuis de nombreuses années au bureau Camel Toueg & Co. Outre les services administratifs (secrétariat et comptabilité), la direction supervise une équipe de contremaîtres responsables des chantiers ; un service de dépôt, géré par Baume & Marpent et le bureau Camel Toueg ; et enfin un service technique composé de trois ingénieurs sélectionnés par Baume & Marpent17.

14La division égyptienne dispose d’un champ d’intervention et d’autonomie plus étendu par rapport aux autres divisions. Elle se charge en effet de tous les travaux de fondation sous caissons à air comprimé, de la construction de culées et piles, de l’érection d’ouvrages en béton armé en partenariat avec d’autres firmes dont la société Rolin & Cie, du montage des structures métalliques ainsi que du matériel de voies ferrées.

Les mécaniques des échanges : Baume & Marpent et les ingénieurs

  • 18 En 1937, la situation change avec le contexte politique. Le traité anglo-égyptien de 1936 et la con (...)
  • 19 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 21 février 1902 au 27 mai 19 (...)
  • 20 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 6 juin 1913 au 30 juin 1923,(...)
  • 21 Ibid., séance du 3 mars 1913 (fonds Baume & Marpent).

15Jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les ingénieurs envoyés par Baume & Marpent sont issus de son sérail18. La direction hainuyère confie à ses ingénieurs les plus méritants la gestion de ses affaires en Égypte. Ainsi, Charles Rifflart, l’un des pionniers de l’implantation en Égypte qui contribua considérablement à influencer les décisions de Moyaux, avait auparavant fait ses preuves dans la division française de Marpent19. Son secrétaire adjoint, l’ingénieur Edmond Bossut, qui le remplacera à son décès aux côtés de Charles Kerihuel, a quant à lui une solide expérience dans la quête de nouveaux clients situés essentiellement en Méditerranée sud-orientale (Grèce, Turquie, etc.)20. Les administrateurs Henri Fauquel et Louis Dupont sollicitent régulièrement Bossut, bien qu’il soit affecté en Égypte, pour effectuer des voyages de prospection commerciale en dehors de l’Égypte. Quant à Charles Kerihuel, il se voit attribuer le poste d’ingénieur en chef de la division égyptienne suite aux travaux de construction d’un pont qu’il a menés avec succès, dans la province du Sichuan (Chine)21.

  • 22 Correspondances du 13 décembre 1929 au 22 mai 1942, courrier du 13 décembre 1929 (fonds Baume & Mar (...)

16Dotés d’une formation d’ingénieur obtenue dans les écoles belges ou françaises (université de Liège, Faculté polytechnique de Mons, Faculté polytechnique de l’École royale militaire de Bruxelles, École centrale des arts et manufactures de Paris, etc.), ces agents, promus à une carrière égyptienne, ont également une solide expérience en matière de prospection commerciale. Ils ont l’habitude de traiter avec les administrations non européennes dont ils tentent, non sans failles parfois, de maîtriser les usages et les codes de communications. Au départ de Kerihuel, l’entreprise est contrainte d’engager, en 1929, un ingénieur, Henri Fontaine, qui devra, avant de rejoindre Le Caire, effectuer un stage au sein des ateliers d’Haine-Saint-Pierre (section des Ponts & charpentes) d’une durée qui varie de trois à six mois selon les sources22. Il devra travailler sur les commandes d’ouvrages destinés à rejoindre l’Égypte, afin qu’il puisse s’accoutumer à son futur métier.

Figure 7 : Hangar pour l’aéroport d’Almaza, Le Caire (1933), Baume & Marpent entr. : plans, coupes et élévations

Figure 7 : Hangar pour l’aéroport d’Almaza, Le Caire (1933), Baume & Marpent entr. : plans, coupes et élévations

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

  • 23 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 1er mai 1930 au 20 octobre 1 (...)
  • 24 Ibid., séance du 3 juillet 1937 (fonds Baume & Marpent).
  • 25 Correspondances du 13 décembre 1929 au 22 mai 1942, courrier du 10 mars 1936 (fonds Baume & Marpent (...)

17En mars 1937, les registres du conseil d’administration signalent que compte tenu du contexte politique, Baume & Marpent est contraint d’adjoindre à son personnel dirigeant un ingénieur de nationalité égyptienne23. Quelques mois plus tard, l’ingénieur Ahmed Samy Auf intègre la division24. Un an auparavant, Baume & Marpent avait déjà embauché un ingénieur de nationalité égyptienne, Pierre Bocti, pour des raisons, entre autres, stratégiques, comme le note Henri Fauquel dans le courrier qu’il adresse à son président : « Ce dernier étant déjà installé au Caire et étant de nationalité égyptienne pourrait, s’il était à notre service, nous aider peut-être dans nos relations avec les Égyptiens, mais d’autre part, n’est-il pas à craindre qu’après que monsieur Bossut lui aura appris son métier comme chef de chantier, il ne nous quitte et nous fasse la concurrence, soit en s’abouchant avec des firmes locales, soit en mettant ses services à la disposition de l’un ou l’autre de nos concurrents belges25 ? ».

Figure 8 : Ateliers de la Compagnie universelle du canal de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1930), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr. : vue de l’ossature métallique en cours de chantier

Figure 8 : Ateliers de la Compagnie universelle du canal de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1930), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr. : vue de l’ossature métallique en cours de chantier

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

18Il y a lieu de s’interroger sur la manière dont l’entreprise mène cette opération d’« égyptianisation » de son personnel, car nous découvrons plus tard, dans un diagnostic de la division égyptienne, que le personnel « égyptien » ne parle pas l’arabe couramment.

  • 26 Rapport de Jean Carton de Wiart lors de son séjour au Caire du 15 au 19 mai 1953 (don de Fréderic V (...)

19La tendance à suivre les fluctuations politiques du régime égyptien est une constante. Et ce, jusqu’en 1953, alors que la fermeture s’annonce. Baume & Marpent envisage de remplacer Bocti par un ingénieur de confession musulmane, espérant par cette tactique complaire davantage à l’administration égyptienne26.

  • 27 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 6 juin 1913 au 30 juin 1923, (...)
  • 28 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 1er mars 1930 au 20 octobre  (...)
  • 29 Ibid., séance du 3 décembre 1931 (fonds Baume & Marpent).

20Les échanges que Baume & Marpent tisse avec cette administration sont relatés dans les archives, et s’articulent essentiellement autour de la supervision, par les fonctionnaires égyptiens, des ouvrages d’art érigés par l’entreprise. Occasionnellement, Baume & Marpent renforce ces relations en assurant par exemple la formation des ingénieurs égyptiens, comme elle le fait au Chili et pour les autres contrées où les marchés sont les plus prometteurs. En septembre 1920, Kerihuel se rend à New York en compagnie de Raimondi, ingénieur en chef des chemins de fer égyptiens. Ce voyage a une visée commerciale puisqu’il ambitionne de persuader l’administration égyptienne d’adopter le système Strauss, maîtrisé par Baume & Marpent, pour les ouvrages élevés sur le canal de Suez27. Hormis cette mission d’études et le soutien occasionnel que Baume & Marpent apporte en 1933 à la mise en œuvre du Congrès international des chemins de fer et du musée des Chemins de fer du Caire28, nous n’avons pas trouvé la trace dans les archives d’un soutien, inscrit dans le long terme, aux organismes d’enseignement ou de formation continue des ingénieurs en Égypte. Initiatives que l’entreprise a pourtant prises, de manière régulière, tant en Belgique qu’en France : mécénat pour encourager l’enseignement technique dans les écoles professionnelles régionales, soutien aux associations d’ingénieurs, investissement pour la formation du personnel dans des écoles spécialisées à l’étranger, et notamment à l’École supérieure de fonderie à Paris, etc.29

  • 30 Jean-Édouard Goby, « Farid Boulad bey (1872-1947) », Bulletin de l’Institut d’Égypte, vol. 29-30, 1 (...)
  • 31 Farid Boulad bey, « Sur le calcul des poutres principales des ponts tournants sur couronne de galet (...)

21Au tournant du siècle, les ingénieurs de Baume & Marpent installés en Égypte ont eu l’occasion de travailler aux côtés du célèbre ingénieur et mathématicien Farid Youssef Boulad bey (1872-1947)30, internationalement reconnu grâce à ses études sur la théorie de l’élasticité, sur la résistance des matériaux, et surtout pour ses découvertes en matière de calcul graphique. Inutile de dire que ses recherches sont précieuses pour la construction métallique et en particulier, pour la conception des ponts. Après avoir étudié à l’École nationale des ponts et chaussées à Paris (1893-1898) où il suivit les cours des plus illustres ingénieurs de l’époque (Clément Colson, André Blondel, Auguste Choisy, etc.), Farid Boulad bey, de retour en Égypte, occupera le poste de responsable du bureau technique au sein du service des Ponts et travaux neufs. Durant cette période, il se charge tantôt de la réalisation d’une série de projets de génie civil entièrement conçus par ses soins, tantôt du contrôle des ouvrages bâtis par des entreprises étrangères. Parmi ceux-ci, citons les ponts tournants d’Embabeh (1924), de Mansourah (1913), d’Assiout (1913), d’Abou Zaabal (1911), et de Benha (1904), élaborés et montés par Baume & Marpent. Nous retenons ces ponts car leurs chantiers de construction ont été l’objet d’une étude approfondie, menée par Farid Boulad bey, qui s’est intéressé, en effet, plus particulièrement à l’amélioration de la méthode de calcul de cette typologie de pont, courante dans le paysage égyptien31.

Figure 9 : Pont de Kocheicha sur le Nil, au nord de Beni Souef (1909)), Baume & Marpent entr. : vue d’ensemble

Figure 9 : Pont de Kocheicha sur le Nil, au nord de Beni Souef (1909)), Baume & Marpent entr. : vue d’ensemble

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

Figure 10 : Pont levant de type Strauss sur le canal Albert, Belgique (1954), Baume & Marpent, entr. : vue de la travée basculante

Figure 10 : Pont levant de type Strauss sur le canal Albert, Belgique (1954), Baume & Marpent, entr. : vue de la travée basculante

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

  • 32 Farid Boulad bey, « Compte rendu de ma mission aux deux congrès internationaux du béton et béton ar (...)

22À l’occasion du Congrès international de la construction métallique, tenu à Liège en septembre 1930 lors de l’Exposition internationale de la grande industrie, des sciences et applications, l’ingénieur égyptien préside la section consacrée à son domaine de prédilection : les ponts mobiles et les écluses. Il y présente ses recherches concernant le calcul des poutres principales des tabliers des ponts tournants sur couronne de galets, et sa mise en pratique au travers des chantiers qu’il a supervisés avec Baume & Marpent et d’autres firmes européennes32.

Figure 11 : Bureau d’étude de l’entreprise Baume & Marpent, Belgique : vue de la salle de dessin

Figure 11 : Bureau d’étude de l’entreprise Baume & Marpent, Belgique : vue de la salle de dessin

Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique

23Farid Boulad bey fait la transition entre l’Égypte et la Belgique, mais aussi entre le métal et le béton armé, puisque le Congrès sur la construction métallique est couplé au Congrès du béton et du béton armé, matériau qui retient l’intérêt et l’admiration de l’ingénieur égyptien, conscient des perspectives qu’il offre pour le génie civil. Le parcours singulier de Farid Boulad bey ne reflète pas l’ensemble des échanges que Baume & Marpent a entretenus avec les ingénieurs égyptiens. Une recherche approfondie dans les archives des facultés polytechniques belges et françaises, complétée par l’étude des ressources conservées à l’Écomusée du Bois-du-Luc, permettrait de mieux cerner les mécaniques, complexes, de ces relations. Enfin, si les archives de l’Écomusée recomposent l’itinéraire et la fulgurante expansion géographique de Baume & Marpent, elles traduisent en outre l’importance des industries wallonnes au cours de l’ère industrielle. Le musée des Chemins de fer, situé au cœur de la gare Ramsès du Caire, rappelle la contribution de Baume & Marpent et, plus largement, le rôle déterminant du savoir-faire wallon (en particulier celui des acec, Cockerill, La Brugeoise Nicaise & Delcuve, etc.) dans le paysage industriel égyptien.

Notes

1 Outre les archives du fonds Baume & Marpent conservées à l’écomusée du Bois-du-Luc, voir : Alain Dewier, Karima Haoudy, Jean Puissant et al., Baume & Marpent. De la Haine au Nil… Itinéraire d’un géant, La Louvière : Écomusée du Bois-du-Luc, 2008, p. 21-37 ; Mémoires d’une région : Le Centre, 1830-1914, [cat. de l’exposition], Morlanwelz : Musée royal de Mariemont, 1985, p. 20-26, 28 ; Raymond Dehaen, Georges Place, « Baume et Marpent », dans Nos industries au passé, Haine-Saint-Pierre : Publications du cercle d’histoire et de folklore Henri Guillemin, 1981, p. 73-97 ; Lionel Wiener, L’Égypte et ses chemins de fer, Bruxelles : Weissenbruch, 1932 ; Éric Warte, « Les archives de Baume & Marpent », Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles, n°25, fév. 1993, p. 14-17.

2 Jusqu’en 1947, les directeurs successifs sont issus de la dynastie Delbèque-Moyaux. Ginette Kurgan-Van Henterijk, Serge Jaumain et Valérie Montens, Dictionnaire des patrons en Belgique, Bruxelles : De Boeck, 1996, p. 476.

3 La fonderie change à plusieurs reprises d’appellation. Elle s’appelle successivement : en 1870, la Société Delbèque et Cie ; en 1879, la sa des usines et fonderies de Baume ; en 1882, la sa des usines Baume-Marpent ; et enfin, en 1913, la sa Baume & Marpent (Mémoires d’une région : Le Centre, 1830-1914, op. cit., p. 20).

4 Voir infra, l’article de Karima Haoudy, « Le théâtre d’été de Casablanca par Baume & Marpent ».

5 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 1er mars 1930 au 20 octobre 1939, séance du 2 janvier 1933 (Écomusée du Bois-du-Luc, fonds Baume & Marpent).

6 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 21 février 1902 au 27 mai 1913, séance du 21 mars 1905 (fonds Baume & Marpent).

7 Voir Michel Thiry « Raccourcir le temps et l’espace : la conquête du rail par Baume & Marpent », dans Baume & Marpent. De la Haine au Nil…Itinéraire d’un géant, op. cit., p. 129-164.

8 Musée royal de Mariemont, Archives Fonds Faider concernant Baume & Marpent, Historique de l’entreprise, p. 2.

9 Baume & Marpent réalise la restauration de la plateforme de la tour Eiffel en 1937 à l’occasion de l’Exposition internationale des Arts et des techniques (Dossier sur l'inauguration d'une usine à Élisabethville, s.d. [vers 1953], p. 2, Écomusée du Bois-du-Luc, Fonds Baume & Marpent, don de Fréderic Vande Vijver, Division d’Égypte).

10 Lionel Wiener, op. cit., p. 176.

11 Voir infra Isabelle Sirjacobs, « D’une rive à l’autre… Les ponts égyptiens de Baume & Marpent ».

12 Registre des procès-verbaux du Conseil d’administration du 21 février 1902 au 27 mai 1913, séance du 7 septembre 1912 (fonds Baume & Marpent).

13 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil du 1er mars 1930 au 20 octobre 1939, séance du 7 mars 1932 (fonds Baume & Marpent).

14 Voir infra I. Sirjacobs, op. cit.

15 Louis Dupont, « Le Nouveau Pont à deux voies sur le Nil aux abords de la station d’Embabeh », Revue de l’Association des ingénieurs de l’École des mines de Mons, 1924, p. 573-615.

16 Division d’Égypte. Note de Jean Lemaigre, 1953 (don de Fréderic Vande Vijver, fonds Baume & Marpent).

17 Division d’Égypte. Schéma organique de la Division d’Égypte, 1er janvier 1954 (don de Fréderic Vande Vijver, fonds Baume & Marpent).

18 En 1937, la situation change avec le contexte politique. Le traité anglo-égyptien de 1936 et la convention de Montreux de 1937, qui met fin au système des capitulations, modifient le profil du personnel des entreprises étrangères.

19 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 21 février 1902 au 27 mai 1913, séances du 14 février 1905 et du 14 avril 1905 (fonds Baume & Marpent).

20 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 6 juin 1913 au 30 juin 1923, séance du 27 novembre 1913 (fonds Baume & Marpent).

21 Ibid., séance du 3 mars 1913 (fonds Baume & Marpent).

22 Correspondances du 13 décembre 1929 au 22 mai 1942, courrier du 13 décembre 1929 (fonds Baume & Marpent).

23 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 1er mai 1930 au 20 octobre 1939, séance du 9 mars 1937 (fonds Baume & Marpent).

24 Ibid., séance du 3 juillet 1937 (fonds Baume & Marpent).

25 Correspondances du 13 décembre 1929 au 22 mai 1942, courrier du 10 mars 1936 (fonds Baume & Marpent).

26 Rapport de Jean Carton de Wiart lors de son séjour au Caire du 15 au 19 mai 1953 (don de Fréderic Vande Vijver, fonds Baume & Marpent).

27 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 6 juin 1913 au 30 juin 1923, séances du 18 septembre 1920 ; du 28 octobre 1920 et du 29 novembre 1920 (fonds Baume & Marpent).

28 Registre des procès-verbaux des séances du Conseil d’administration du 1er mars 1930 au 20 octobre 1939, séance du 7 mars 1932 (fonds Baume & Marpent).

29 Ibid., séance du 3 décembre 1931 (fonds Baume & Marpent).

30 Jean-Édouard Goby, « Farid Boulad bey (1872-1947) », Bulletin de l’Institut d’Égypte, vol. 29-30, 1946-1948, p. 22-36.

31 Farid Boulad bey, « Sur le calcul des poutres principales des ponts tournants sur couronne de galets », Congrès international de la construction métallique. Résumés des mémoires, Liège : Techniques des Travaux, 1930, p. 5.

32 Farid Boulad bey, « Compte rendu de ma mission aux deux congrès internationaux du béton et béton armé et de la construction métallique tenus à Liège du 1er au 7 septembre 1930 », Bulletin de l’Institut d’Égypte, vol. 13, 1930-1931, p. 42.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Portrait de Léon Moyaux, directeur général de Baume & Marpent de 1871 à 1902 [non daté]
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 2 : Réservoir de 300 m3 sur pylône métallique pour la Compagnie universelle du canal de Suez, Port-Saïd (1914), Baume & Marpent entr. : plan, coupe et élévation
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Figure 3 : Atelier de réparation de locomotives, Boulaq, Le Caire, Baume & Marpent entr. : vue intérieure de la grande halle
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 4 : Brochure publicitaire de Baume & Marpent : photographies des phases du chantier du pont d’Embabeh
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Figure 5 : Pont d’Embabeh, Le Caire (1912-1924), Baume & Marpent, entr. : vue de la travée tournante en fin de chantier
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 6 : Egyptian State Railways (1927), Baume & Marpent, entr. : dessin du monogramme pour les voitures de première classe
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 7 : Hangar pour l’aéroport d’Almaza, Le Caire (1933), Baume & Marpent entr. : plans, coupes et élévations
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 8 : Ateliers de la Compagnie universelle du canal de Suez, Port-Tawfiq, Suez (1930), Paul Albert arch., Baume & Marpent entr. : vue de l’ossature métallique en cours de chantier
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 9 : Pont de Kocheicha sur le Nil, au nord de Beni Souef (1909)), Baume & Marpent entr. : vue d’ensemble
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 10 : Pont levant de type Strauss sur le canal Albert, Belgique (1954), Baume & Marpent, entr. : vue de la travée basculante
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 11 : Bureau d’étude de l’entreprise Baume & Marpent, Belgique : vue de la salle de dessin
Crédits Source : Fonds Baume & Marpent, Écomusée du Bois-du-Luc, La Louvière, Belgique
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/12329/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search