Version classiqueVersion mobile

De la sphère privée à la sphère publique

 | 
Pauline Prevost-Marcilhacy
, 
Laura de Fuccia
, 
Juliette Trey

Perspectives nationales

La collection de pipes d’Alice de Rothschild à Grasse

André Leclaire

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Expliquer les motivations d’un individu à réaliser une collection reste une entreprise hasardeuse et aux ramifications multiples. Son histoire personnelle peut parfois apporter des indices sur l’acquisition, la réunion et la conservation d’objets qui ne possèdent qu’une valeur subjective. Issu de la pratique des cabinets de curiosités apparue à la Renaissance, l’acte de collectionner s’ouvre, à l’époque moderne, à un nombre croissant de personnes. Concernant les objets liés au tabac, les premières collections apparaissent notamment sous l’impulsion des fabricants ou des négociants de cette plante. Les premiers musées voient le jour afin de séduire une nouvelle clientèle et de promouvoir des articles et des usages neufs. Si les pipes en terre du xviie siècle offrent des formes simples, l’apparition de matériaux modernes va stimuler l’intérêt des fumeurs et faire naître chez eux le désir d’en posséder plusieurs modèles de conception différente. L’utilisation du bois, de la porcelaine lors du xviiie siècle ou de l’écume de mer par les pipiers va amplifier cette quête d’exemplaires aux formes attrayantes, collectionnés par des personnalités telles quel qu’Armand Emmanuel du Plessis, duc de Richelieu (1766-1822), Auguste Frédéric de Sussex (1773-1843) ou le septième président des États-Unis, Andrew Jackson (1767-1845), pour ne citer que ces personnages1. William Bragge (1823-1884) de Birmingham laisse notamment une trace indélébile dans le domaine de la collecte de ces objets, puisqu’il s’est composé une prestigieuse bibliothèque d’ouvrages sur ce thème et qu’il a rassemblé 7 000 pipes ou objets liés au tabac, issus du monde entier. Certaines de ces pipes, mises en vente en 1882 à Londres, apparaissent dans la collection évoquée ci-dessous2.

  • 3 Christian Zerry, Alice de Rothschild. Une hivernante passionnée sur la French Riviera, Sophia-Antip (...)
  • 4 Francine Guibert et Luc Buchet (dir.), Collection Alice de Rothschild, Pipes, cat. exp. (Grasse, Bi (...)

2Notre collectionneuse, Alice Charlotte de Rothschild, voit le jour le 17 février 1847 dans la demeure familiale du 45 Neue Mainzer Straße, à Francfort. Ses parents, le baron Anselm Salomon et Charlotte de Rothschild, accueillent avec bonheur ce septième enfant, promis à un bel avenir. En 1855, Anselm doit reprendre en main les affaires familiales et déménage avec toute sa famille à Vienne. Quatre années plus tard, Charlotte décède, et l’éducation de la jeune Alice est confiée à Cécile Hofer, une gouvernante française qui deviendra, pendant de longues années, son inséparable dame de compagnie. Son enfance et son adolescence sont vécues dans deux pays différents, qui auront vraisemblablement une influence sur le choix des objets qu’elle collectionnera à sa majorité. En 1867, Alice réside en Grande-Bretagne, avec son frère Ferdinand, qui entreprend, en 1874, la construction du manoir de Waddesdon. Elle décide, en 1875, d’acquérir le domaine d’Eythrope, situé dans une boucle de la Tamise. Sujette à des problèmes de santé, Alice passera désormais toutes les saisons hivernales sur la Côte d’Azur, où plusieurs membres de sa famille possèdent des résidences : Laura Thérèse à Cannes et Béatrice Ephrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat. Elle découvre ainsi la ville de Grasse, qu’elle apprécie plus particulièrement pour la richesse de sa végétation méditerranéenne3. Lors d’un séjour en 1887, alors âgée de 40 ans, elle décide d’acquérir une modeste parcelle de 13 ares contenant la Villa Césarie. À chacune de ses villégiatures, Alice achète de nouvelles parcelles jusqu’à posséder une propriété de 135 hectares. Elle peut ainsi de nouveau, après les aménagements des jardins de Waddesdon et d’Eythrope, laisser libre cours à sa passion pour l’horticulture. Cette demeure prendra le nom de Villa Victoria à la suite de la réception, en ses murs, de la souveraine britannique en 1891. Dès septembre 1889, Alice de Rothschild commence une collection d’objets liés au tabac : principalement, les boîtes d’allumettes et les pipes4. Elle s’y consacrera avec passion et sans partage, même si nous ignorons ses motivations exactes. Seuls ses invités ont la possibilité d’admirer ces pipes, lorsqu’ils accèdent au fumoir de la demeure. Si la presse locale relate ses déplacements dans la ville et ses diverses actions sociales, elle n’évoque jamais la collection de la baronne. Celle-ci semble se préserver d’éventuelles critiques de ces objets, principalement utilisés par les hommes et non par une dame de la bonne société.

Une âme de collectionneuse

  • 5 Paul Eudel, L’Hôtel Drouot et la curiosité en 1883-1884, Paris, Charpentier, 1885, p. 185.
  • 6  « Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises » : collections.rothschild (...)
  • 7 Christian Zerry, Alice de Rothschild. Une hivernante passionnée sur la French Riviera, op. cit., p. (...)

3L’auteur d’un ouvrage publié en 18855 mentionne que Mlle Alice, son frère Ferdinand et son cousin Alfred de Rothschild recherchaient avec passion, chez les marchands de Bond Street, des pièces anciennes en porcelaine de Sèvres. Au-delà des divers aménagements de leurs demeures, les membres de la famille Rothschild manifestaient une réelle motivation pour trouver et acquérir des objets d’art, quête enthousiaste proche de la chasse aux trésors6. La baronne Alice incarne ainsi le type de la collectionneuse à la recherche de l’objet insolite digne de valoriser ceux qui sont déjà en sa possession. Elle apprécie les beaux objets, même si ceux-ci sont utilitaires et réservés habituellement aux hommes. Si les femmes n’étaient pas admises dans le fumoir du manoir de Waddesdon, Alice profite pleinement de celui de sa demeure, en y fumant le cigare ou la pipe7. Il s’agit vraisemblablement de pipes plus ordinaires que celles exposées sur les murs de la Villa Victoria. D’ailleurs, nombre d’entre elles sont incomplètes, comme le précise son inventaire, ou possèdent des fourneaux d’une grande capacité, susceptible de décourager les plus enthousiastes des fumeurs.

  • 8 Ibid., p. 148.

4Trente-six pièces proviennent de la collection de William Bragge, vendue par Sotheby’s à Londres en 1882, et d’autres sont acquises lors de la vente des biens de Sir Goldsmid chez Christie’s ou lors de celle des frères Goncourt à Paris, en 1897. Ces achats personnels s’ajoutent aux présents reçus des nombreux visiteurs de la Villa Victoria : outre la reine Victoria, le shah de Perse, l’impératrice d’Autriche Élisabeth (Sissi), le prince et la princesse de Galles, MM. de Vilmorin et Chamberlain honorent de leur visite le domaine grassois8. Comme beaucoup de collectionneurs, Alice devait aussi posséder un carnet d’adresses spécifique, rassemblant de nombreux contacts et relations capables de lui fournir des éléments intéressants pour sa collection. Récemment, une facture adressée à Alice de Rothschild fut proposée à la vente sur Internet, concernant une pipe ancienne en porcelaine cédée par un marchand d’antiquités berlinois.

  • 9 Document conservé à la Villa Saint-Hilaire, bibliothèque patrimoniale de la ville de Grasse : Regis (...)
  • 10 Plaque photographique réalisée par le photographe grassois J. Weyer (collection Villa Saint-Hilaire (...)
  • 11 Villa Saint-Hilaire : 1, impasse Ernest-Boursier-Mougenot 06130 Grasse (Alpes-Maritimes).
  • 12 Cet inventaire est consultable à partir du portail Rothschild de l’INHA à l’adresse suivante : coll (...)
  • 13 Voir le blog de la Villa Saint-Hilaire : pipesrothschild.wixsite.com/alice/blog.

5Alice de Rothschild notera méticuleusement chacune de ses acquisitions sur un petit cahier d’écolier, où figure la description de chaque pipe avec, parfois, ses observations personnelles sur leur origine9. Jusqu’à son décès à Paris, le 3 mai 1922, elle complétera les sept panneaux en bois qui ornent le fumoir de la Villa Victoria. Certains de ces présentoirs adoptent une forme d’écu à la manière des trophées présents à Waddesdon, rappelant l’intérêt porté par Alice aux armes et aux armures. Une photographie10 de l’un d’entre eux fut prise lors de la donation des collections de pipes et de boîtes d’allumettes, faite en 1927 par le baron Edmond de Rothschild, à la ville de Grasse (fig. 1). Ce legs fut effectué sous la condition que les pièces soient exposées dans un bâtiment public. Si les panneaux de présentation n’ont pu être conservés, le souhait du baron Edmond est encore aujourd’hui respecté, puisque la préservation des pièces revient à la Villa Saint-Hilaire, bibliothèque patrimoniale de la ville de Grasse11. Son ancien conservateur, Yves Cruchet, a fait réaliser en 2013 un inventaire exhaustif de ces pipes et valorisé sa publication sur la base de données nationale Joconde12. Depuis 2018, la Villa Saint-Hilaire a mis en place un blog coopératif proposant chaque mois aux chercheurs une nouvelle pièce de la collection, en vue d’en préciser l’origine ou d’en identifier le fabricant13. Ces informations enrichiront ainsi les fiches d’identification individuelles établies pour l’ensemble de la collection lors de l’inventaire de 2013, démarche qui n’avait pas été réalisée depuis la donation.

1. J. Weyer, Panneau en bois de présentation des pipes pour le fumoir de la Villa Victoria, vers 1927, photographie, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

1. J. Weyer, Panneau en bois de présentation des pipes pour le fumoir de la Villa Victoria, vers 1927, photographie, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

© Villa Saint-Hilaire, Grasse

6Présenter les 407 éléments de cette collection nécessite d’opérer un choix. Comment privilégier telle pièce plutôt qu’une autre et sur quels critères : esthétique, fonctionnalité, rareté ou ancienneté ? L’évocation des matériaux entrant dans la fabrication des fourneaux permet finalement d’aborder ce corpus dans son ensemble, en indiquant en même temps la période de création de ces objets ainsi que leur origine géographique.

La porcelaine

7Les 202 fourneaux en porcelaine, soit la moitié de la collection, proviennent majoritairement des ateliers allemands de Saxe ou de Thuringe en activité à la fin du xviiie siècle. Des exemplaires issus des fabriques de Meissen, Limbach, Nymphenburg, Berlin ou Wallendorf sont identifiables dans la collection, notamment par leur marque apposée sur la douille des fourneaux. Ces objets sont ainsi parmi les premières productions européennes de pipes en porcelaine, matière qui vit le jour dans l’électorat de Saxe. D’autres marques peuvent apparaître sur un fourneau en porcelaine, telles que celle du mouleur (signe souvent énigmatique) ou du décorateur (initiales dans le décor).

8Des fourneaux anthropomorphes illustrent des visages anonymes ou des personnages en pied, moulés en relief et parfois issus de la mythologie, tels que Neptune ou une sirène représentée en cariatide (fig. 2). Mais on trouve aussi des exemplaires zoomorphes qui figurent des animaux domestiques (chien, chat ou oiseau), voire plus exotiques, tels que des ours ou des singes. Les thèmes restent très variés et abordent fréquemment les sujets d’actualité de l’époque, comme celui des conflits. Représentations de chefs d’armées (Napoléon Ier, Frédéric II) ou de soldats côtoient les évocations de conflits militaires ou de traités internationaux (célébration de la Confédération germanique ou illustrations de la Sainte-Alliance). Quelques fourneaux en porcelaine possèdent des dimensions impressionnantes, avec une hauteur de 26 à 30 cm pour un diamètre maximal de 10,8 cm.

2. Pipes en porcelaine allemande, fin du xviiie siècle, porcelaine, émail et métal, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

De gauche à droite et de haut en bas : Satyre, Allemagne, porcelaine, 6,8 cm, 1760/1780 ; Neptune, Brückberg (Allemagne), porcelaine, 6,8 cm, 1760/1780 ; Pipe à décor floral, Allemagne, porcelaine, 18 cm, 1780/1820 ; Sirène, Volkstedt (Allemagne), porcelaine, 11,3 cm, 1795/1815.

© Villa Saint-Hilaire, Grasse

9Les tuyaux, parfois absents des exemplaires de la collection, offrent une ornementation intéressante. Généralement simples et en merisier, ils peuvent aussi être exécutés en d’autres matières. La corne, les bois de cervidés sont également travaillés par des artisans spécialisés, qui fournissent en tuyaux les fabriques de porcelaine. Ces objets s’agrémentent de diverses bagues en argent ou d’éléments décoratifs en ivoire ou en nacre. Le métal intervient pour la confection des diverses viroles ou ornements, mais surtout pour celle des couvercles en laiton, en métal argenté et très souvent en argent. Cette dernière matière présente parfois des poinçons indiquant le titre de l’argent et le chiffre de l’orfèvre. Ces mentions restent difficilement lisibles, car elles sont souvent mal frappées ou usées par l’utilisation de la pipe et donc par ses fréquents nettoyages. Parmi les poinçons identifiés figure une marque de Nuremberg (du xviiie siècle) et une seconde de la ville de Vienne (1830).

  • 14 André Leclaire, « Les fourneaux de pipes en porcelaine de Paris », Journal of the Académie Internat (...)

10Peu représentatifs de l’ensemble, quelques exemplaires en porcelaine sont issus d’ateliers français et autrichiens (fig. 3). En ce qui concerne la France, il s’agit de productions de la manufacture de Sèvres, rehaussées notamment de la couleur qualifiée de « vert empire » et mise au point par le chimiste Nicolas Louis Vauquelin en 179814. Une scène de chasse (avec un chien couché sur le couvercle) orne une forme de pipe dite « hongroise », issue des ateliers autrichiens.

3. Fourneaux en porcelaine produits en France et en Autriche, début xixe siècle, porcelaine, émail et métal, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

De gauche à droite : Jeu de cartes, France, porcelaine, 8,8 cm, 1820/1850 ; Napoléon Ier, France, porcelaine, 14 cm, 1820/1840 ; Scène de chasse, Hongrie, porcelaine, 9,8 cm, 1830/1860.

© Villa Saint-Hilaire, Grasse

Les bois

11Le bois représente le deuxième matériau privilégié par la baronne Alice, avec 123 éléments, dont la moitié date du xviiie siècle. L’analyse de ces pièces reste délicate, car leur fabrication n’est plus réservée seulement aux ateliers de pipiers professionnels, mais aussi aux sculpteurs occasionnels et relève de l’art populaire. Si l’attrait de la baronne Alice pour les fourneaux en porcelaine peut s’expliquer par leur origine géographique (l’Allemagne est son pays natal), les pipes en bois lui font apprécier la dextérité de leurs créateurs, exercée parfois sur des fourneaux de petite taille (4,5 cm de hauteur pour l’un des plus petits). Par l’intermédiaire de ces pièces sculptées avec minutie, elle peut appréhender des univers très variés, où les épisodes mythologiques côtoient des scènes de la vie quotidienne ou des représentations héraldiques.

  • 15 Jacques Cole, « Pipes en bois, avec une attention plus particulière pour le merisier », dans Le Liv (...)

12La liste des divers bois sculptés ou tournés pour confectionner des pipes reste impressionnante. Dès 1880, au moins 36 essences de bois différentes sont utilisées par cet artisanat15. Néanmoins, pour leur résistance à la combustion du tabac, les artisans préfèrent essentiellement travailler le buis, le noyer ou certains bois fruitiers, avant l’avènement de la racine de bruyère au début du xixe siècle. Contrairement aux pipes en porcelaine ou en terre cuite, moulées et donc reproduites à de nombreux exemplaires, celles en bois demeurent des pièces uniques. Sculptés avec minutie, les thèmes abordés prouvent la dextérité de leurs auteurs, qui n’hésitent pas à recouvrir l’intégralité de la surface du fourneau en mettant en scène divers acteurs, hommes ou animaux. Les têtes de personnages de la précédente catégorie apparaissent moins fréquemment au profit de scènes comportant de multiples acteurs. Scènes de la vie quotidienne, parties de chasse (fig. 4) ou combats militaires révèlent ainsi les tenues vestimentaires typiques des protagonistes de l’époque. Parfois le thème développé sur le fourneau trouve une continuité sur le tuyau, lorsque celui-ci est réalisé dans le même bois. Le couvercle devient un élément indispensable sur les pipes ornées de scènes de chasse, vraisemblablement réservées aux adeptes de cette activité. Il évite ainsi l’envol de menues braises par l’orifice du fourneau et, donc, tout risque de mettre le feu à la végétation environnante.

4. Pipes avec scènes de cabaret et de chasse, xixe siècle, bois sculpté ou tourné et métal, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

De gauche à droite et de haut en bas : Scène de Cabaret, Allemagne, bois, 4,5 cm, 1780/1800 ; Chasse à l’autruche, Autriche/Hongrie, bois, 8,4 cm, 1790/1820 ; Chasse au sanglier, Autriche, bois, 14,8 cm, 1790/1820.

© Villa Saint-Hilaire, Grasse

13Certaines scènes demeurent plus délicates à interpréter, car elles se composent d’images symboliques créées par les pipiers ou à la demande des fumeurs destinataires de ces objets. Eux seuls connaissent le sens profond de ces représentations, souvent énigmatiques pour un non-initié, telle cette allégorie de ville évoquée par une tête féminine reposant sur un dauphin ailé et par une couronne en guise de couvercle, constituée par des remparts crénelés surmontés d’un canon (fig. 5). Une autre pipe représente un singe anthropomorphe jouant de l’orgue, dont la tige sort de la gueule d’un dauphin, alors qu’un atlante sous le fourneau porte des armoiries dont l’écu est resté vierge. Sur l’exemplaire suivant, deux chevaux cabrés entourent une corbeille de fruits surmontée d’une tête de taureau ; sur le couvercle, un rapace dévore un serpent. Sur le dernier exemplaire, on aperçoit l’évocation d’une scène biblique avec un animal marin serpentiforme qui engloutit l’infortuné Jonas, située sous la tête d’un personnage, munie de cornes et d’oreilles proéminentes.

5. Pipes avec représentations allégoriques et biblique, xixe siècle, bois sculpté ou tourné, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

De gauche à droite et de haut en bas : Allégorie de ville, France, bois, 9,5 cm, 1800/1820 ; Singe jouant de l’orgue, Autriche, bois, 10,6 cm, 1780/1820 ; Scène allégorique, Allemagne, bois, 11 cm, 1780/1820 ; Jonas, Allemagne, bois, 26 cm, 1780/1800.

© Villa Saint-Hilaire, Grasse

  • 16 Pierre Durand, « Revue de Paris », Le Compilateur, Paris, 1843, p. 141.

14Un fourneau, issu de la collection Bragge et contenu à l’origine dans un étui en cuir aux armes du duc de Sussex, oncle de la reine Victoria, évoque la mythologie (fig. 6). Sculpté dans du buis, ce fourneau présente des dieux romains sur ses flancs : Mars, Vénus, Jupiter et Mercure. Des têtes de grotesques ornent le couvercle et les deux orifices qui permettaient d’adapter le tuyau suivant les désirs du fumeur, soit verticalement, soit horizontalement. Les diverses montures et chaînettes sont en or. Il s’agit d’une pièce intéressante, car son ancien propriétaire, Auguste Frédéric de Sussex, figure parmi les éminents collectionneurs de pipes. Dans sa demeure, ces objets recouvraient les murs d’un salon, alors que deux autres pièces étaient consacrées respectivement aux tabatières et aux cigares16. Plus spectaculaire par sa taille (17 cm) et sa facture, nous pouvons mentionner un jockey dont le corps bascule vers l’avant, avec la partie antérieure du cheval, pour dévoiler l’orifice du fourneau situé au niveau de la sangle de la selle (fig. 7). La tête négroïde associe diverses matières : le bois avec des rehauts de peinture, l’argent pour les montures et les divers ornements, des plaquettes de nacre pour le turban, sur lequel est serti un rubis. Un fourneau en bois, sculpté de feuillages et recouvert d’une mince feuille d’or, complète cet objet.

6. Pipe en buis du duc de Sussex, fin xviiie siècle-début xixe siècle, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

Dieux romains, France, bois de buis, 13 cm, 1740/1780.

© Villa Saint-Hilaire, Grasse

7. Pipes figurées, début xixe siècle, bois sculpté, métal et pierres, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

De gauche à droite et de haut en bas : Jockey, France, bois, 17 cm, 1770/1800 ; Nègre, Autriche, bois, 9,9 cm, 1800/1830 ; Feuillages, France, bois, 8,3 cm, 1840/1870.

© Villa Saint-Hilaire, Grasse

Des matières fort diverses

  • 17 Peter Davey, Snake Pipes, Coiled Pipes and Pipe Figures: an Introductory Note, Isle of Man, Curragh (...)

15La terre cuite est principalement représentée par des pipes vernissées originaires de Grande-Bretagne, issues de la collection Bragge (fig. 8). Les 21 pièces de cette catégorie, qualifiées de « pipes enroulées » ou de « pipes serpentines » et présentes à Grasse, constituent la plus importante collection européenne de ces objets décoratifs produits au début du xixe siècle17. Plus ancienne, une pièce réalisée vraisemblablement par un potier (non moulée) s’orne d’initiales couronnées et de la date de 1748. Quelques pièces moulées en terre cuite proviennent de divers ateliers européens (Italie, France et Belgique).

8. Pipe serpentine en terre vernissée, fourneaux en argent, fer, et pierre de Kelheim, xixe siècle, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

De gauche à droite et de haut en bas : Pipe serpentine, Grande-Bretagne, céramique, 32 cm, 1790/1830 ; Grotesque, argent, Italie, 6,5 cm, 1800/1830 ; Tête d’homme barbu, Allemagne, pierre de Kelheim, 7,2 cm, 1830/1870 ; Clé, France, fer, 120 cm, 1800/1850.

© Villa Saint-Hilaire, Grasse

  • 18 André Leclaire, « Les pipes en métal en forme de clés », Journal of the Académie Internationale de (...)

16Les métaux : prouesse technique de la part du fabricant ou désir des fumeurs de posséder un objet réalisé avec des matériaux insolites, ces pipes en métal ne devaient guère procurer de plaisir à leurs utilisateurs. Outre la fumée plus ardente que dans une pipe en bois, la combustion du tabac provoquait une chaleur intense, transmise par le métal aux doigts du fumeur qui tenaient le fourneau. Le vermeil mais aussi l’argent, le fer et la pierre de Kelheim entrent dans la composition de certains fourneaux, tels que celui d’un exemplaire de pipe serpentine en terre vernissée (fig. 8). Cette tête caricaturale, ornée de pierreries de diverses couleurs, porte un chapeau en bronze constituant le couvercle de la pipe. Deux autres exemplaires en argent de la collection arborent la signature du graveur viennois Franz Detler (1785-1835 ?). Les clés de serrures inspirèrent également les pipiers, puisque, sur les 17 exemplaires recensés dans les diverses collections européennes, trois apparaissent dans la collection de la baronne Alice (deux en fer et une en bronze), datées du début du xixe siècle18.

17Les minéraux : leur utilisation est bien réelle, comme celle de la pierre de Kelheim, variété de calcaire lithographique exploitée en Allemagne (fig. 8), ou du marbre vert sculpté pour une tête de personnage aux yeux en pâte de verre (fig. 9). Matériau plus classique, l’écume de mer n’a apparemment pas retenu l’attention de notre collectionneuse, alors que le xixe siècle fut l’âge d’or de ce type de pipe produit notamment dans les ateliers autrichiens, auteurs de véritables œuvres d’art. Ce silicate de magnésium hydraté, poreux et de couleur blanchâtre, provient d’Anatolie. Facile à sculpter, légère, cette matière avait la particularité de se revêtir d’une magnifique patine après son usage par le fumeur, allant de la couleur crème à un brun-rouge qui faisait la fierté de son propriétaire. Parmi les dix modèles en écume de mer présents dans la collection Rothschild figure un important fourneau non sculpté, mais dont le couvercle en métal argenté s’orne de la figurine d’un hussard fumant la pipe à côté de son cheval (hauteur totale : 21 cm). Sur un de ces exemplaires (fig. 9), un couple de chasseurs évolue dans un décor forestier. À ce propos, l’acquisition par Alice d’objets ayant un rapport avec la cynégétique peut surprendre, alors qu’elle interdisait à tous les Grassois de chasser sur les terres de la Villa Victoria afin d’en protéger la faune.

9. Pipes, matériaux divers : marbre vert, verre de Murano, ivoire, bois de cervidé et écume de mer, xixe siècle, Grasse, Villa Saint-Hilaire.

De gauche à droite et de haut en bas : Tête de diablotin, Autriche, marbre vert, 8,5 cm, 1840/1860 ; Coq aux ailes déployées, Murano (I), verre soufflé, 44 cm, 1820/1860 ; Guirlande de fleurs, France, ivoire, 20,5 cm, 1780/1810 ; Chasse à courre, Allemagne, bois de cervidé, 15,5 cm, 1820/1850 ; Couple de chasseurs, Autriche, écume de mer, 11,8 cm, 1820/1850.

© Villa Saint-Hilaire, Grasse

18Les bois de cervidés : sept exemplaires de la collection sont confectionnés avec ce matériau apprécié des chasseurs. Des scènes de chasse ornent les fourneaux comportant parfois des éléments en ivoire. La fabrication d’objets en bois de cervidés ou en corne remonte à l’Antiquité. Les andouillers de ces mammifères avaient la faveur des artisans pour leur dureté, alors que les cornes des bovidés, après plusieurs traitements, pouvaient prendre diverses formes et être transformées notamment en tuyaux. Des tronçons de bois de cervidés (rondelles décoratives) agrémentent parfois ces derniers.

19L’ivoire : trois pipes de la collection sont confectionnées entièrement en ivoire, articles fabriqués en Allemagne, en France et en Italie. Vu cette matière fragile et peu résistante à la chaleur, une feuille de métal tapisse l’intérieur du foyer de l’une de ces pipes, attestant ainsi son utilisation.

20Le verre : uniquement décoratives, les pipes en verre, au nombre de sept, proviennent de diverses contrées : Bohême, Italie (Venise) et Grande-Bretagne (Bristol ?). En verre soufflé, translucide ou coloré, elles comportent parfois des collages d’éléments décoratifs inspirés des domaines animal et végétal.

21Au-delà de l’objet lui-même, il convient de considérer les informations fort diverses offertes par les sujets illustrés par les pipiers. Les événements historiques et leurs acteurs, contemporains de la réalisation de ces objets, sont ainsi mis à l’honneur. Certains thèmes reviennent en permanence lors du xviiie et du xixe siècle, comme la vénerie, les représentations d’animaux (exotiques ou familiers) ou les scènes de la vie quotidienne. Ces dernières apportent ainsi des éléments chronologiques intéressants par l’observation de l’habillement des personnages. D’autres fourneaux évoquent des figures issues de la mythologie (grecque ou romaine), de l’héraldique avec la représentation de blasons, ou des motifs d’inspiration orientale. Quelques sujets plus insolites, que nous qualifierons de « curiosités », restent plus délicats à interpréter. Plusieurs exemplaires illustrent des vanités sous la forme de nombreux objets hétéroclites, dont le seul point commun est de faire référence à la brièveté de la vie sur terre. Chacune de ces pièces mériterait une description individuelle pour apprécier pleinement la richesse de leurs données iconographiques.

Les boîtes d’allumettes

22Alice de Rothschild ne rassemble pas seulement des pipes, mais également des boîtes d’allumettes anciennes. Prochainement, ces dernières vont faire l’objet d’une étude approfondie par la Villa Saint-Hilaire. Cette collecte, plus modeste par le nombre de pièces recueillies (environ 110 éléments), possède néanmoins un intérêt indéniable. Ces objets furent fabriqués à de nombreux exemplaires, mais à une époque plus récente que la majorité des pipes de la collection précédente.

23L’histoire de l’allumette, telle que nous la connaissons, ne date que du début du xixe siècle ; elle résulte des recherches de plusieurs chimistes qui, pendant plusieurs dizaines d’années, vont perfectionner son système d’allumage. En 1809, le français Jean-Joseph-Louis Chancel conçoit l’allumette oxygénée, qui s’enflamme lorsqu’on la trempe dans de l’acide sulfurique. Mais il faudra attendre 1831 et les travaux du Jurassien Charles Sauria pour faire connaissance avec l’allumette phosphorique à friction. L’allumette dite « de sûreté » que nous connaissons aujourd’hui a été inventée par le Suédois Gustaf Erik Pasch en 1844.

24Jusqu’en 1870, les allumettes sont fabriquées par des centaines de petits ateliers. Mais les charges financières, au lendemain de la guerre franco-allemande, poussent l’État français à instituer une série d’impôts, dont une taxe sur les allumettes, établie en 1871 et matérialisée par un timbre fiscal scellant la boîte. De 1875 à 1889, un monopole afferme leur fabrication à la Compagnie générale des allumettes chimique (CGAC). De 1890 à 1935, les usines d’allumettes sont gérées par les manufactures de l’État. Depuis 1935, les allumettes sont réunies aux tabacs et distribuées par la Société d’exploitation industrielle des tabacs et allumettes (Seita).

25L’utilisation d’une boîte (en carton ou en bois) pour contenir ces allumettes devient indispensable, puisque celle-ci comporte le frottoir indispensable à leur combustion. Elle est munie d’une ou de plusieurs étiquettes mentionnant le nom du fabricant associé à une illustration abordant des thèmes variés. Les formes épousées par ces boîtes sont fort diverses : à coulisse (avec tiroir), en portefeuille, tabatière, pochette, cylindrique, etc. Celles rassemblées par Alice de Rothschild appartiennent à tous ces types, issus de multiples fabricants. Dans l’état actuel de nos connaissances, elles furent confectionnées dans la seconde moitié du xixe siècle dans des ateliers situés à Paris, Toulouse, Marseille, ou en Haute-Vienne, etc. Quelques exemplaires proviennent de pays étrangers : Italie, Espagne, Uruguay. L’étude programmée de ces éléments pourrait préciser leur datation et apporter des données essentielles sur certains ateliers méconnus. La fragilité de ces premiers emballages d’allumettes (parfois en papier) a mené à leur presque totale disparition. Ceux sauvegardés dans la collection de Grasse permettent d’apprécier leur diversité, tant dans leur type de conditionnement que dans la richesse de leur iconographie.

26En conclusion, la collection de la baronne Alice de Rothschild offre un attrait indéniable de par la qualité esthétique de ses pièces et un intérêt historique unique, car elle est constituée entre les années 1889 et 1922. Nombre de ses éléments sont des pièces uniques qui apportent un témoignage incontournable pour l’étude des pipes anciennes, puisque la baronne Alice a rassemblé des pipes fabriquées entre les années 1770 et 1850. Ce choix de collecter des pipes anciennes (pour son époque) s’explique vraisemblablement par son goût pour les pièces ornées avec soin, où la maîtrise du fabricant s’exprime pleinement avec les matériaux à sa disposition. Les porcelaines commercialisées après 1850 ne sont plus que rarement peintes à la main, les porcelainiers utilisant dès lors la chromolithographie pour réaliser les décors.

27Si quelques pièces de la collection de la baronne Alice de Rothschild ont participé à de nombreuses expositions temporaires, l’importance quantitative de celle-ci ne permet pas de la présenter dans son intégralité. Plusieurs études, menées par des membres de l’Académie internationale de la pipe dans leur revue annuelle, apportent des compléments d’informations sur ces objets. Les supports de diffusion actuels offrent la possibilité de présenter la richesse documentaire de cet ensemble. Certaines de ces pièces figurent désormais dans la base de données nationale Joconde, sur le site créé par la bibliothèque patrimoniale de Grasse ou sur le portail Rothschild de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), ce qui met à la disposition du public ces modestes objets de consommation que les pipiers ont transformés en œuvres d’art et ce qui réalise pleinement les vœux de leur généreuse donatrice, Alice de Rothschild.

Notes

1 Voir ce site internet : tobaccopipeartistory.blogspot.com/p/famous-collectors.html

2 William Bragge, Bibliotheca Nicotiana: A First Catalogue of Books about Tobacco, Birmingham, J. Allen, 1874.

3 Christian Zerry, Alice de Rothschild. Une hivernante passionnée sur la French Riviera, Sophia-Antipolis, Campanile, 2014.

4 Francine Guibert et Luc Buchet (dir.), Collection Alice de Rothschild, Pipes, cat. exp. (Grasse, Bibliothèque municipale et Photothèque, 1989), Grasse, Bibliothèque municipale et Photothèque, 1989 ; Francine Guibert et Aurélie Dandoy (dir.), La Collection de pipes et de boîtes d’allumettes de la baronne Alice de Rothschild, cat. exp. (Grasse, Bibliothèque municipale, 2004), Grasse, Bibliothèque municipale, 2004. Pour cette collection, voir aussi Bénédicte Rolland-Villemot, « Pipes et boîtes d’allumettes. Don d’Alice de Rothschild à la bibliothèque de Grasse, 1927 », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, 3 vol., Paris, Louvre/BnF/Somogy, vol. II, p. 245-249.

5 Paul Eudel, L’Hôtel Drouot et la curiosité en 1883-1884, Paris, Charpentier, 1885, p. 185.

6  « Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises » : collections.rothschild.inha.fr.

7 Christian Zerry, Alice de Rothschild. Une hivernante passionnée sur la French Riviera, op. cit., p. 146-147.

8 Ibid., p. 148.

9 Document conservé à la Villa Saint-Hilaire, bibliothèque patrimoniale de la ville de Grasse : Registre no 17.

10 Plaque photographique réalisée par le photographe grassois J. Weyer (collection Villa Saint-Hilaire).

11 Villa Saint-Hilaire : 1, impasse Ernest-Boursier-Mougenot 06130 Grasse (Alpes-Maritimes).

12 Cet inventaire est consultable à partir du portail Rothschild de l’INHA à l’adresse suivante : collections.rothschild.inha.fr/fr/institutions/cartographie-des-etablissements/autres-institutions/grasse-bibliotheque-municipale.html?search-keywords=grasse.

13 Voir le blog de la Villa Saint-Hilaire : pipesrothschild.wixsite.com/alice/blog.

14 André Leclaire, « Les fourneaux de pipes en porcelaine de Paris », Journal of the Académie Internationale de la Pipe, vol. 6, 2013, p. 43-50.

15 Jacques Cole, « Pipes en bois, avec une attention plus particulière pour le merisier », dans Le Livre de la pipe, Paris, Académie internationale de la pipe, 2006, p. 37-44.

16 Pierre Durand, « Revue de Paris », Le Compilateur, Paris, 1843, p. 141.

17 Peter Davey, Snake Pipes, Coiled Pipes and Pipe Figures: an Introductory Note, Isle of Man, Curragh Environmental Consultancy, 2015.

18 André Leclaire, « Les pipes en métal en forme de clés », Journal of the Académie Internationale de la Pipe, vol. 8, 2015, p. 55-62.

Table des illustrations

Titre 1. J. Weyer, Panneau en bois de présentation des pipes pour le fumoir de la Villa Victoria, vers 1927, photographie, Grasse, Villa Saint-Hilaire.
Crédits © Villa Saint-Hilaire, Grasse
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1023k
Crédits © Villa Saint-Hilaire, Grasse
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Crédits © Villa Saint-Hilaire, Grasse
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Crédits © Villa Saint-Hilaire, Grasse
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Crédits © Villa Saint-Hilaire, Grasse
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Crédits © Villa Saint-Hilaire, Grasse
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Crédits © Villa Saint-Hilaire, Grasse
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11427/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Crédits © Villa Saint-Hilaire, Grasse
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11427/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Crédits © Villa Saint-Hilaire, Grasse
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11427/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

Auteur

André Leclaire est chercheur indépendant

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search