Version classiqueVersion mobile

De la sphère privée à la sphère publique

 | 
Pauline Prevost-Marcilhacy
, 
Laura de Fuccia
, 
Juliette Trey

Objets d’art et Beaux-Arts et curiosités

La collection de porcelaines chinoises de l’hôtel Salomon de Rothschild

Pauline d’Abrigeon

Texte intégral

  • 1 L’inventaire et l’analyse des collections de la baronne Salomon de Rothschild et notamment de la sa (...)
  • 2 Sur la collection d’objets d’Extrême-Orient de Salomon et Adèle, voir Béatrice Quette, « Objets d’a (...)
  • 3 Sur la place de l’art asiatique dans le marché de l’art parisien à cette époque, voir Léa Saint-Ray (...)
  • 4 Sur l’architecture des maisons construites par la famille Rothschild, voir Pauline Prevost-Marcilha (...)
  • 5 La disposition d’époque n’a pas été préservée jusqu’à nos jours. Beaucoup d’œuvres ont été déplacée (...)
  • 6 Sur les 448 porcelaines chinoises mentionnées dans l’inventaire réalisé par Georges Vigne, 260 étai (...)

1L’écrin feutré que forme la salle des curiosités de l’hôtel Salomon de Rothschild, actuelle Fondation des artistes, renferme une centaine de porcelaines chinoises disposées dans d’imposantes vitrines en chêne doré. Les œuvres que l’on peut voir aujourd’hui représentent une partie seulement d’une collection bien plus vaste rassemblée par le couple Salomon (1835-1864) et Adèle-Hannah-Charlotte, dite Adèle de Rothschild (1843-1922)1. Salomon de Rothschild, fils du fondateur de la branche française des Rothschild, le baron James de Rothschild, entreprend une collection d’œuvres d’art qu’il rassemble entre 1862 et 1864, année de sa mort soudaine à l’âge de 29 ans. L’Extrême-Orient occupe une place considérable dans cette première collection, ce qui témoigne à la fois d’un goût2et du contexte d’épanouissement des arts asiatiques dans les ventes aux enchères parisiennes de la seconde moitié du xixe siècle3. Devenue veuve en 1864, Adèle de Rothschild quitte sa demeure familiale du 25, rue du Faubourg-Saint-Honoré pour faire construire un hôtel situé au 11, de la rue Berryer, lequel sera achevé en 18784. Elle y installe la collection de son mari qu’elle continue d’enrichir et de valoriser, en l’exposant ponctuellement jusqu’à sa mort en 1922. Dans son testament, elle lègue la majeure partie de sa collection à diverses institutions françaises, principalement le musée du Louvre, le musée de Cluny, la Bibliothèque nationale de France et le musée des Arts décoratifs. Seule subsiste une partie du décor de la salle des curiosités, destinée par dispositions testamentaires en 1922 à être conservée telle quelle avec les œuvres qu’elle contient5. C’est là que, à la mort d’Adèle, se trouvait exposée plus de la moitié des porcelaines chinoises de la collection6.

  • 7 L’inventaire de la collection de porcelaines se trouvant dans la salle des curiosités de l’hôtel Sa (...)

2Fondé sur le remarquable travail d’inventaire réalisé à l’INHA pour l’identification et la localisation des œuvres initialement contenues dans cette salle des curiosités, le présent article se focalise principalement sur les objets actuellement conservés à la Fondation des artistes7. J’effectuerai néanmoins quelques excursus, en incluant aussi à cette analyse des pièces qui, quoiqu’actuellement présentées dans la salle des curiosités, étaient à l’origine destinées au musée du Louvre et ont finalement repris place dans l’hôtel Salomon de Rothschild au titre de dépôts. Cela devrait permettre de donner une vision plus globale de la collection au moment où elle a été rassemblée.

  • 8 Pour l’inventaire après décès de Salomon, voir Paris, Archives nationales MC/ET/CXVIII 1091, 2 nov. (...)
  • 9 Ce nombre se base sur tous les objets désignés comme de la porcelaine chinoise dans l’inventaire. O (...)

3Tout au long de mes investigations, je me suis questionnée sur les raisons qui ont conduit Salomon puis Adèle à acquérir de la porcelaine chinoise, sur le sens et la valeur que les époux ont pu donner à ces objets en particulier. C’est pourquoi il m’a semblé nécessaire d’envisager la collection dans son ensemble, de non seulement comparer les inventaires des deux époux, mais aussi de confronter leurs collections à celles de leurs contemporains. Les porcelaines chinoises restent néanmoins des objets relativement peu décrits dans les inventaires et les catalogues de vente de l’époque, aussi est-il quasiment impossible de retracer un objet de manière précise dans le temps. Il est également impossible de distinguer clairement les pièces acquises du temps de Salomon de celles acquises du temps d’Adèle. Leurs inventaires après décès permettent néanmoins d’établir un décompte approximatif des porcelaines chinoises dans les deux collections8. Dans l’inventaire de Salomon, réalisé en 1864 au 25, rue du Faubourg-Saint-Honoré, on ne dénombre pas moins de 283 porcelaines chinoises9. L’inventaire après décès d’Adèle de Rothschild, réalisé en 1922 dans son hôtel particulier de la rue Berryer, comprend, quant à lui, 448 porcelaines chinoises, dont 260 présentées dans la salle des curiosités. Ces chiffres montrent combien Adèle a continué d’enrichir la collection après la mort de son mari.

Retracer l’histoire de la collection

Des intermédiaires en lien avec le commerce de la curiosité à Paris

  • 10 Ce carnet de comptes a été découvert et identifié par Pauline Prevost-Marcilhacy aux Archives Roths (...)
  • 11 Le montant des sommes versées par Salomon de Rothschild pour chacun de ces intermédiaires correspon (...)

4Pour effectuer ses achats, Salomon de Rothschild fait appel à des intermédiaires. Son carnet de comptes mentionne plusieurs personnalités éminentes du monde du marché de l’art parisien des années 186010. Parmi celles-ci, certaines sont plus particulièrement liées au commerce d’objets d’art asiatique comme le baron Hippolyte Boissel de Monville (1795-1873), Louis Auguste Alfred Beurdeley (1808-1882) et surtout Nicolas Joseph Malinet (1805-1886)11.

  • 12 À ne pas confondre avec son homonyme et contemporain Hippolyte Boissel de Monville ( ? - 1863), bot (...)
  • 13 Manuel Charpy, « Le Théâtre des objets. Espaces privés, culture matérielle et identité sociale. Par (...)
  • 14 Archives de Paris, D.48E3 57, procès-verbal de la vente de M. de Monville, 1866.
  • 15 Albert Jacquemart [attribué à], Catalogue d’objets d’art et de curiosité... composant la collection (...)

5Le baron de Monville est un acteur essentiel du monde de la curiosité dans les années 186012. Dans sa thèse, Manuel Charpy le décrit comme « noble d’Empire désargenté et mandataire des collectionneurs Alfonse et Gustave de Rothschild »13. Le carnet de vente de Salomon de Rothschild montre que le baron de Monville, reçoit des acomptes réguliers pour l’acquisition d’œuvres d’art jusqu’à la mort de Salomon en 1864. Il est lui-même collectionneur, ainsi qu’en atteste la vente de sa collection en 186614. Dans la préface du catalogue, l’expert Carle Delange le décrit succinctement comme le « doyen des collectionneurs […] si connu par le goût avec lequel il a collectionné toute sa vie, tant pour lui que pour ses amis » et indique qu’il « se défait aujourd’hui, bien qu’à regret, de sa dernière collection15 ». Il s’agit d’une collection essentiellement composée de porcelaines de Chine et du Japon, dont l’inventaire et la documentation ont été dressés par Albert Jacquemart.

  • 16 Camille Mestdagh, « La dynastie Beurdeley (1818-1895) : de la boutique à l'atelier. Une histoire du (...)
  • 17 Camille Mestdagh, « Ameublement et luxe au temps de l’éclectisme : le commerce et l’œuvre des Beurd (...)

6Alfred Beurdeley quant à lui, fait partie d’une longue lignée de marchands d’art et de curiosités devenus ensuite fabricants d’objets d’art16. À la manière des marchands-merciers au xviiie siècle, il arrivait qu’Alfred Beurdeley fasse réaliser des montures en bronze pour les porcelaines chinoises qu’il destinait à la vente17. Dans le carnet de comptes de Salomon, on trouve des acomptes concernant des objets, mais aussi des cadres et des socles.

  • 18 Paris, Archives de Paris, acte de décès, AD 075EC/V4E/06247/0069.
  • 19 C’est à Charles Pillet que l’on doit la plupart des informations sur la vie de Malinet, dans son av (...)
  • 20 Catalogue d’une riche et importante collection d’objets d’art et curiosités, porcelaines anciennes. (...)
  • 21 Catalogue d’estampes anciennes principalement de l’école française du xviiie siècle, portraits et e (...)

7Enfin, Nicolas Joseph Malinet est une figure incontournable de la vente d’objets d’Extrême-Orient à Paris. Fils de Nicolas François Malinet, artisan, et de Marie Reine Crevecoeur18, il commence sa carrière comme tailleur et, à l’âge de 37 ans, il ouvre une boutique de curiosités au 25, quai Voltaire, « ce quai qu’on pourrait appeler le quai de la curiosité et du bibelot », à en croire le marchand d’art Charles Pillet19. Dans un premier temps, il se consacre à la vente de tableaux, puis se spécialise dans celle des objets d’art d’Extrême-Orient, à la suite d’une vente qui marque un tournant dans sa carrière, celle de la duchesse de Montebello en 185720 : « Dès lors, les objets de Chine devinrent la principale source de son commerce et en même temps de sa fortune21. » Pour Charles Pillet, Malinet acquiert alors une place incontestable dans le commerce de la curiosité :

  • 22 Ibid.

Il sut donner à ce commerce des objets de l’Extrême-Orient une vive impulsion, il forma des clients et devint le fournisseur attitré de tous ceux qui recherchaient les assiettes coquille d’œuf, les bleus turquoise et les jaspés, il était l’âme de toutes les ventes qui se faisaient en ce genre et on se rappelle combien elles furent, en un certain temps, nombreuses et importantes22.

  • 23 Le terme de Palais d’Été utilisé depuis le xixe siècle en Occident porte à confusion, à la fois par (...)
  • 24 Léa Saint-Raymond, « Les collectionneurs d’art asiatique à Paris : une analyse socio-économique », (...)
  • 25 Catalogues des ventes concernées : Lugt nos 26468, 26514, 26551, 26559, 26597, 26610, 26712, 26744, (...)
  • 26 Le musée du Louvre conserve ainsi deux chandeliers, un portant la marque Qianlong 乾隆, et l’autre Da (...)

8Ainsi, le seul nom des intermédiaires présents dans le carnet de comptes de Salomon montre son vif intérêt pour les objets d’Extrême-Orient et son désir de s’entourer des personnes les plus compétentes de son temps pour prendre en charge ses acquisitions. Il est vrai que, dans les années 1860, les experts dans le domaine des arts asiatiques ne manquaient pas, car il s’agissait d’un commerce florissant auquel les ventes du Yuanmingyuan (圓明園), plus connu en Occident sous le nom de Palais d’Été23, avaient donné une impulsion nouvelle24. La période d’acquisition de Salomon de Rothschild coïncide en effet avec les ventes du Yuanmingyuan, au cours desquelles les objets pillés dans cette résidence palatiale furent dispersés à Paris et à Londres. Le sac du Yuanmingyuan orchestré par les troupes franco-britanniques se produisit en 1860, à la fin de la seconde guerre de l’opium (1856-1860). Entre 1861 et 1869, pas moins de seize ventes comportant une mention explicite de la provenance du Yuanmingyuan eurent lieu à Paris, dont onze entre 1861 et la fin de l’année 186225. Il ne fait guère de doute que plusieurs objets de la collection de Salomon et d’Adèle de Rothschild proviennent de ces ventes, en attestent leur style et la finesse de leur exécution26.

Investisseur ou collectionneur ?

  • 27 Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes, op. cit., vol. II, p. 1 (...)
  • 28 Albert Charles Jacques Jacquemart, après une formation artistique rentre à l’Administration central (...)

9Dans ses travaux de 2016, Pauline Prevost-Marcilhacy a souligné la rapidité et l’anarchie avec laquelle a été rassemblée cette collection du vivant de Salomon ; elle suppose même que l’acquisition d’œuvres d’art était chez lui un investissement, puisqu’il commence déjà à vendre une partie de sa collection, lors d’une vente organisée en 186427. Salomon vend effectivement quelques-unes de ses assiettes de la famille rose, cependant on peut aussi penser qu’il cherche seulement à se défaire d’un certain nombre de doubles, étant donné l’important ensemble qu’il possède déjà. Un autre élément de l’histoire de cette collection pourrait bien contredire l’image d’un acheteur compulsif : celle du catalogue inachevé du fameux historien de la porcelaine Albert Jacquemart (1808-1875)28.

  • 29 Note datée du 26 mai 1864, « à Jacquemart pour soins donnés à la confection d’un catalogue de la co (...)

10À la dernière page du carnet de comptes de Salomon de Rothschild se trouve une mention intéressante : Salomon verse 1 200 francs à Albert Jacquemart pour réaliser le catalogue de sa collection29. Ce catalogue ne sera cependant jamais achevé. La mort de Salomon de Rothschild avait sans nul doute freiné ce projet, mais c’est la mort d’Albert Jacquemart lui-même qui y met un terme définitif. Une lettre inédite d’Adèle de Rothschild conservée à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art indique en effet que celle-ci avait souhaité que Jacquemart reprenne la rédaction de ce catalogue dans le courant de l’année 1875, date à laquelle Jacquemart décède subitement. Peu de temps après sa disparition, Adèle reçoit de Jules Jacquemart, le fils d’Albert, le document inachevé :

  • 30 Lettre de la baronne Salomon de Rothschild à Jules Jacquemart, Paris, 26 novembre 1875, Bibliothèqu (...)

J’avais une estime très grande pour votre excellent Père, et je me faisais un vrai plaisir de mettre sa bonté à contribution en lui demandant de vouloir bien achever cet hiver, le catalogue que je lui ai su un gré infini de faire, de mes objets d’art ! Dieu en a décidé autrement, en le rappelant à lui, ce qui plonge sa famille dans la douleur, afflige ses amis, et prive la science et les arts de ses savantes lumières ! Veuillez recevoir tous mes remerciements, de ce précieux catalogue, qui me sera un souvenir de prix de Monsieur votre père, et se mêlera à celui que je lui garde précieusement dans ma pensée, et qui me parlera souvent de lui30.

11Ce projet de catalogue inachevé conduit à s’interroger : Salomon avait-il fait cette commande à Jacquemart pour préparer la vente de sa collection, ou bien est-ce, au contraire, un moyen de la figer dans son état, de se l’approprier et de la valoriser en la publiant en tant que possession ?

  • 31 Il réalise les catalogues des objets d’art de M. Daigremont (1861), de Mme Malinet (1862), de M. Ch (...)
  • 32 Albert Jacquemart, « Introduction » au Catalogue descriptif et raisonné des porcelaines, grès céram (...)
  • 33 Par deux fois, Albert Jacquemart a publié à propos la collection Rothschild : Albert Jacquemart, «  (...)

12Entre 1861 et 1875, Jacquemart réalise un grand nombre de catalogues pour des collectionneurs ayant en commun de posséder un nombre important de porcelaines orientales31. La plupart devaient servir de catalogues de vente, mais ce n’est pas le cas de tous. Celui de Madame Malinet, par exemple, est resté un ouvrage en soi qui avait pour seul but d’immortaliser la collection, car, comme Albert Jacquemart le souligne dans son avant-propos : « On ne doit pas l’oublier : dès qu’un monument a figuré dans une suite inventoriée avec soin, il appartient à l’histoire32. » Il est donc possible que le catalogue demandé par Salomon de Rothschild à Jacquemart ait été envisagé de cette manière33.

13Grâce au carnet de ventes de Salomon de Rothschild, nous en savons beaucoup sur ses méthodes d’acquisition, ses goûts et la temporalité de ses achats. Aucune source, en revanche, ne permet d’appréhender de manière précise la collection du temps d’Adèle, si ce n’est de façon numéraire, par comparaison des inventaires après décès, comme nous l’avons vu plus haut.

Un ensemble insolite de plats à décors de la famille rose

  • 34 Ce constat se base sur l’étude des collections du Louvre et de la Maison des Artistes. L’étude appr (...)
  • 35 On trouve notamment illustré, Le Récit de la ballade au pip a琵琶記 ex. : R 1121, La Romance au Pavill (...)
  • 36 La couleur rose, obtenue à partir de l’or est rendue opaque par l’adjonction d’oxyde d’étain à la f (...)
  • 37 Les œuvres faites pour l’exportation étaient souvent peintes à Canton (actuelle Guangzhou) : le cor (...)
  • 38 Selon Margaret Medley cela devait permettre d’opacifier la porcelaine rendue trop translucide du fa (...)

14Considérée dans son ensemble, la collection de porcelaines chinoises de Salomon et Adèle de Rothschild se compose principalement de porcelaines émaillées datées entre le xviiiet le xixsiècle34. Les porcelaines de la famille rose forment de loin l’ensemble le plus conséquent de la collection. Dans la salle des curiosités telles qu’elle se présentait en 1922, les assiettes de la famille rose à décors avec personnages sont les plus nombreuses. On trouve principalement deux types d’iconographie : une femme dans un intérieur avec deux ou trois enfants, symbole auspicieux, ou bien un lettré et son serviteur entourés des traditionnels attributs du lettré : la cithare qin, des livres, quelques objets d’art. Plusieurs pièces sont ornées de scènes historiques ou littéraires35. Ces œuvres ont toutes pour caractéristique commune l’emploi d’un émail rose opaque qui fait son apparition sous le règne de l’empereur Yongzheng 雍正 (1723-1735)36. Son utilisation se développe dans un premier temps dans les fours impériaux avant de se diffuser dans les ateliers des décorateurs de Canton qui réalisent des œuvres pour l’exportation37. La plupart de ces plats comportent un revers carmin qui leur a valu en anglais le nom de « ruby-back dishes » (fig. 1a et 1b)38.

1a. et b. Plat de la famille rose et son revers, porcelaine, d. 20,8 cm, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), première moitié du xviiie siècle, Paris, Fondation des artistes, R 1070.

1a. et b. Plat de la famille rose et son revers, porcelaine, d. 20,8 cm, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), première moitié du xviiie siècle, Paris, Fondation des artistes, R 1070.

© Fondation des artistes

© Fondation des artistes

  • 39 David Sanctuary Howard, Chinese Armorial Porcelain, Londres, Faber and Faber, 1974, vol. I, p. 217, (...)

15La permanence de certains motifs et de certains décors au sein de cet ensemble montre que Salomon et Adèle achètent leurs porcelaines chinoises par lot, voire par service entier. Parmi eux, le service au cerf est l’un des plus conséquents. Il s’agit d’un service de porcelaine famille rose, orné d’une armoirie de sable, un cerf d’or arrêté regardant qui pourrait appartenir à l’Anglais Morris de Caernarvon39. Bien que la plupart des pièces de ce service aient été données au Louvre où elles sont aujourd’hui conservées, une des assiettes était présentée dans la salle des curiosités à la mort de la baronne (fig. 2).

2. Plat famille rose, porcelaine et émaux sur couverte, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), première moitié du xviiisiècle, Paris, Fondation des artistes, R1112.

2. Plat famille rose, porcelaine et émaux sur couverte, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), première moitié du xviiie siècle, Paris, Fondation des artistes, R1112.

© Fondation des artistes

  • 40 Maître Nottin [notaire], Inventaire après-décès de la baronne Salomon de Rothschild, le 25 mars 192 (...)

16À quand remonte l’acquisition de cet ensemble d’assiettes de la famille rose ? L’inventaire après décès d’Adèle fait état d’un ensemble important de pièces chinoises qui se détache du reste de la collection par son homogénéité : soixante-six assiettes à décors variés de personnages, fleurs et oiseaux qui se trouvaient dans la vitrine gauche de l’hôtel Salomon de Rothschild au moment du décès de la baronne40 (fig. 3a et 3b).

3a. et b. A. Gary, vitrines de gauche et vitrine de droite du cabinet de curiosités, hôtel Salomon de Rothschild, 11, rue Berryer, Paris, c. 1880, Paris, Bibliothèque historique de la ville de Paris.

3a. et b. A. Gary, vitrines de gauche et vitrine de droite du cabinet de curiosités, hôtel Salomon de Rothschild, 11, rue Berryer, Paris, c. 1880, Paris, Bibliothèque historique de la ville de Paris.

© BVHP

  • 41 Voir par exemple la représentation du cabinet d’Alexandre Du Sommerard peinte par Louis-Vincent Fou (...)

17Or, on trouve également chez Salomon, en 1864, la mention d’un seul ensemble significatif de « quatre-vingt-une assiettes ou compotiers » disposés dans de « grandes vitrines en bois de chêne » de la galerie de l’appartement rue du Faubourg-Saint-Honoré. Même s’il est impossible de savoir à l’œuvre près s’il s’agit exactement des mêmes pièces, force est de constater que les assiettes en porcelaine émaillées chinoise ont, à deux reprises, été exposées comme un ensemble dans des vitrines individuelles et qu’il pourrait vraisemblablement s’agir en grande partie des mêmes pièces. La cohérence, la continuité recherchée dans les dispositifs d’exposition et le souhait de préserver cet ensemble dans la salle des curiosités semblent démontrer que le couple, du moins Adèle, éprouvait un attachement particulier pour ce type de pièces. S’il n’est pas rare de voir la porcelaine chinoise exposée de cette manière comme dans un vaisselier dans les intérieurs du xixe siècle41, ce qui frappe ici est le nombre particulièrement important et l’unité décorative des pièces.

  • 42 À propos du retour en grâce de ce type d’objet en Grande Bretagne voir : Stacey Pierson, Collectors (...)
  • 43 Objets d’art et de haute curiosité, Paris, 18-19 mars, 1864, lot 33, p. 10.
  • 44 Albert Jacquemart, Edmond Le Blant, Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelai (...)

18Du temps où Salomon de Rothschild fait l’acquisition de ces œuvres, les porcelaines émaillées chinoises profitent d’un véritable retour en grâce dans les collections européennes en général42. À cette époque, ces œuvres sont très souvent considérées comme étant d’origine japonaise. On trouve en effet, dans le catalogue de la vente Salomon de Rothschild réalisée en mars 1864, dans la catégorie « Japon », plusieurs pièces arborant un revers rouge, décrites en ces termes : « Jolie assiette en porcelaine du Japon coquille d’œuf à très riches décors dit aux sept bordures. Sujet : femme et deux enfants dans un intérieur richement meublé. Revers rouge43. » Cette attribution était soutenue par Albert Jacquemart, qui faisait à l’époque figure d’autorité dans le domaine de la porcelaine chinoise, à la suite notamment de la publication avec Edmond Le Blant (1818-1897) de son Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine44. Dans les années 1860, ce type de pièces pouvait atteindre des prix très élevés. Le catalogue rédigé par Albert Jacquemart de la vente de M. de Monville de 1866 fait état d’un lot similaire à une pièce conservée dans la collection de la baronne de Rothschild, qu’il décrit en ces termes :

  • 45 Albert Jacquemart [attribué à], Catalogue d’objets d’art et de curiosité... composant la collection (...)

Compotier à bordure quadrillée et seconde bordure à guirlande en or de tons variés rehaussés de noir ; au centre un riche sujet, une femme et ses deux enfants dans un intérieur. Pièce la plus extraordinaire en porcelaine, en ce qu’il semble que l’artiste ait voulu y réunir tous les tons et les procédés les plus variés de la céramique japonaise ; elle est d’une finesse d’exécution et d’une réussite admirable. Nous ne connaissons que deux spécimens de ce compotier : celui de la collection de Mme la baronne Salomon de Rothschild, et celui-ci. On prétend cependant qu’il en existe un troisième spécimen en Hollande45.

  • 46 Acquise par Delange, voir la note manuscrite du catalogue conservé à la Bibliothèque nationale de F (...)
  • 47 Léa Saint-Raymond, « Les ventes aux enchères d’objets asiatiques à Paris entre 1858 et 1913: statis (...)

19La pièce est adjugée à 1 315 francs46, un prix record si l’on considère, comme l’a démontré Léa Saint-Raymond, que 75 % des porcelaines chinoises vendues dans les années 1860 n’atteignaient pas des prix d’adjudication plus élevés que 180 francs47. La description correspond sans doute à une assiette à décors avec femme et enfants conservée à l’hôtel Salomon de Rothschild reproduite ci-contre (fig. 4).

4. Assiette à décor de femme et d’enfants dans un intérieur, bordure rehaussée d’or, porcelaine, d. 19,9 cm, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), Paris, Fondation des artistes, R1082.

4. Assiette à décor de femme et d’enfants dans un intérieur, bordure rehaussée d’or, porcelaine, d. 19,9 cm, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), Paris, Fondation des artistes, R1082.

© Fondation des artistes

Une pièce exceptionnelle provenant du Yuanmingyuan

  • 48 Concernant les autres pièces provenant du Yuanmingyuan, voir la note 23. Pour cette pièce en partic (...)

20La collection d’Adèle et Salomon comprend également des œuvres tout à fait exceptionnelles qui proviennent sans nul doute des collections impériales chinoises, acquises, comme nous l’avons indiqué plus haut, au cours des ventes du Yuanmingyuan. L’une de ces pièces est actuellement exposée dans la salle des curiosités alors qu’elle se trouvait dans le hall de l’hôtel Salomon de Rothschild au moment du décès de la baronne (fig. 5a et b)48.

5a. et b. Plat à marli ajouré et son revers, porcelaine yangcai 洋彩, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Qianlong 乾隆 (1735-1796), première moitié du xviiie siècle, Paris, musée du Louvre, en dépôt à Paris, Fondation des artistes, R 1382.

5a. et b. Plat à marli ajouré et son revers, porcelaine yangcai 洋彩, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Qianlong 乾隆 (1735-1796), première moitié du xviiie siècle, Paris, musée du Louvre, en dépôt à Paris, Fondation des artistes, R 1382.

© Musée du Louvre/Fondation des artistes

© Musée du Louvre/Fondation des artistes

  • 49 National Palace Museum 國立故宮博物院,The All Complete Qianlong: the Aesthetic Tastes of the Qing Emperor (...)
  • 50 Voir le plat au marli ajouré yangcai, conservé au Château de Fontainebleau, inv. F1425C.

21Il s’agit d’une coupe sur pied dont le marli est percé de jours circulaires. Sur un fond d’émail fuchsia, se détachent des arabesques et des motifs ornementaux de différentes couleurs. Le tout est organisé autour d’un motif de damier central. Le revers est recouvert d’une couche d’émail turquoise avec, en son centre, la marque impériale Da Qing Qianlong nian zhi 大清乾隆年制 (littéralement : « fait pendant l’ère Qianlong des grands Qing »), ce qui nous permet, en plus du style, de dater l’œuvre du règne de Qianlong entre 1736 et 1796. La symétrie des décors, les motifs d’arabesque structurés en volutes sont des éléments d’inspiration européenne, ce qui valut à ce type de pièce le nom de yangcai, littéralement « couleurs étrangères ». En se fondant sur les Archives du Palais de l’époque Qing, la conservatrice taïwanaise Yu Peijin 余佩僅 considère que ce type de pièce à base bleu turquoise et à fond de décors couvrant d’arabesques florales apparaît entre 1742 et 174349. Ce qui contribue une fois de plus à démontrer la provenance impériale de cette pièce est la présence d’une autre quasiment identique dans le Musée chinois de l’impératrice Eugénie, musée qui rassemblait le butin « officiel » de guerre ramené du Yuanmingyuan et offert au couple impérial en 186150. Il est même probable qu’il s’agisse d’une paire, comme beaucoup d’œuvres de ce type produites pendant la période Qianlong.

  • 51 Léa Saint-Raymond, « The Yuanmingyuan Loot at Parisian Auctions in the 1860: Artefacts, Hammer Pric (...)

22La consultation des catalogues des ventes du Yuanmingyuan à Paris à partir de la base de données mise en ligne par Léa Saint-Raymond ne nous a pas permis d’identifier la vente au cours de laquelle cette œuvre a pu être acquise51. Il est néanmoins probable que la pièce fut achetée à Londres, ce qui nécessiterait de plus amples investigations.

  • 52 RAL 00/1037/123B.
  • 53 Christine Howald et Léa Saint-Raymond, « Tracking dispersal: auction sales from the Yuanmingyuan lo (...)
  • 54 Georges Vigne, « Le Legs de la baronne Salomon de Rothschild (1922) », op. cit., n° 1382.

23Le carnet de comptes de Salomon ne comporte quasiment aucune description détaillée des objets acquis52. Alors que la plupart des notes d’achat concerne des lots indistincts d’objets (tel que « curiosités », « porcelaines de Sèvres » etc.), on trouve néanmoins la mention d’un « grand plat porcelaine de Chine » acheté pour 600 francs auprès de Evans, le 4 septembre 1863. S’agirait-il de notre coupe sur pied ? Le marchand Evans, de même que Louis Auguste Alfred Beurdeley et Nicolas Joseph Malinet, c’est-à-dire tous les intermédiaires de Salomon, faisaient, en effet, partie des principaux acheteurs des ventes du Yuanmingyuan53. En 1922, l’œuvre se trouvait dans l’une des quatre grandes vitrines du hall d’entrée de l’hôtel Salomon de Rothschild54. Elle faisait partie des œuvres léguées au musée du Louvre par la baronne Adèle, avant d’être déposée à la Fondation des artistes où elle est actuellement exposée.

La porcelaine dite bencharong

24Une autre pièce de la collection mérite qu’on s’y arrête (fig. 6). Il s’agit d’une coupe sur piédouche recouverte d’émaux, d’un style très différent : sur fond d’émail rouge se déploie un décor végétal compartimenté dans des pétales de lotus concentriques, chaque motif est cerné d’or.

6. Coupe sur piédouche, porcelaine émaillée rehauts dorés de type bencharong, Chine, dynastie Qing (1644-1911), xviiie siècle, Paris, musée du Louvre, en dépôt à Paris, Fondation des artistes, R1383.

6. Coupe sur piédouche, porcelaine émaillée rehauts dorés de type bencharong, Chine, dynastie Qing (1644-1911), xviiie siècle, Paris, musée du Louvre, en dépôt à Paris, Fondation des artistes, R1383.

© Musée du Louvre/Fondation des artistes

  • 55 Albert Jacquemart, Édmond Le Blant, Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelai (...)

25Ce type de pièce est communément appelé bencharong, terme issu du sanscrit qui signifie littéralement « cinq couleurs », et correspond aux porcelaines faites en Chine pour être exportées à la cour du royaume du Siam. Ces œuvres étaient assez mal identifiées au xixsiècle. En se fondant sur les œuvres similaires visibles au musée national de la Céramique de Sèvres, Albert Jacquemart et Edmond Le Blant attribuaient ces objets à l’« Hindoustant » [sic] (fig. 7)55.

7. Jules Jacquemart, coupe en porcelaine dure, couverte d’un riche décor imitant les émaux sur cuivre, planche gravée à l’eau-forte, dans Albert Jacquemart et Edmond Le Blant, Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine, Paris, Techener, 1862, pl. XVIII, fig. 1.

7. Jules Jacquemart, coupe en porcelaine dure, couverte d’un riche décor imitant les émaux sur cuivre, planche gravée à l’eau-forte, dans Albert Jacquemart et Edmond Le Blant, Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine, Paris, Techener, 1862, pl. XVIII, fig. 1.

Décorées en Europe

26La collection de Salomon et Adèle se compose également de quelques autres pièces intéressantes dont une partie de la décoration fut ajoutée en Europe. C’est le cas d’une tasse et de sa soucoupe à décors bleu et blanc et couverte brune dite zijin 紫金 ou jiangyou 醬釉 en chinois (fig. 8).

  • 56 Helen Espir, European Decoration on Oriental Porcelain: 1700-1830, Londres, J. Welsh, 2005, p. 57-5 (...)
  • 57 Voir notamment, dans cette collection, les pièces PO 3377, PO 3195, PO 3196.

27Dans le monde anglo-saxon, ces pièces sont appelées Batavian ware, Batavia étant le nom du quartier général de la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales, (VOC pour Vereenigde Oostindische Compagnie), sur l’île de Java, (actuelle Jakarta). La pièce illustrée ici s’est vue en outre dotée d’un décor floral gravé en creux sur toutes les parois extérieures. Ce type de décors était effectué en Europe, au moyen d’une technique de gravure à la roue employée dans la décoration sur verre en Allemagne, notamment à Dresde, en Bohème, et en Silésie les autour des xviie et xviiisiècles56. Les collections d’Auguste le Fort à Dresde comptent de très beaux spécimens de ce type57, plus rares dans les collections françaises.

8. Tasse et soucoupe dite de Batavia, porcelaine bleu et blanc et couverte zijin 紫金, Chine, dynastie Qing (1644-1911), xviiie siècle, Paris, Fondation des artistes, R1057.

8. Tasse et soucoupe dite de Batavia, porcelaine bleu et blanc et couverte zijin 紫金, Chine, dynastie Qing (1644-1911), xviiie siècle, Paris, Fondation des artistes, R1057.

© Fondation des artistes

28Entre autres pièces partiellement décorées en Europe, une tasse et sa soucoupe présentent à divers endroits des rehauts jaunes d’émail assez maladroits (fig. 9). Il était fréquent de voir certaines pièces chinoises rehaussées d’émaux voire intégralement peintes par des ateliers d’émailleurs européens, tels qu’il en existait à Londres. Ce qui frappe ici, c’est l’endroit choisi où s’appose le rehaut, comme si l’artisan avait voulu censurer le geste licencieux du personnage masculin vers la jeune femme et, de façon à ne pas trop briser la composition d’ensemble, avait ajouté une couche supplémentaire sur les vêtements du personnage.

9. Soucoupe famille rose à décors de jeune couple, porcelaine et émaux sur couverte, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), Fondation des artistes, Paris, R1152.

9. Soucoupe famille rose à décors de jeune couple, porcelaine et émaux sur couverte, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), Fondation des artistes, Paris, R1152.

© Fondation des artistes

29Ces deux dernières pièces illustrent à leur manière les différentes réinterprétations des porcelaines chinoises en Europe.

Conclusion

  • 58 Catalogue d’une riche et importante collection d’objets d’art et curiosités, porcelaines anciennes. (...)
  • 59 Albert Jacquemart, Catalogue descriptif et raisonné des porcelaines, grès cérames, terres vernissée (...)
  • 60 Ces aquarelles montrent ici et là quelques paires de porcelaines vraisemblablement chinoises ; elle (...)

30Les sources permettant d’aborder la collection de l’hôtel Salomon de Rothschild sont inégales. Il est beaucoup plus aisé de comprendre les procédés d’acquisition de Salomon sur une période de seulement deux ans, que ceux d’Adèle sur les cinquante-huit ans qui séparent sa disparition de celle de son mari. L’étude des objets apporte des informations supplémentaires. Il paraîtrait ainsi naturel de penser que les porcelaines impériales furent acquises dans les années 1860, mais rien ne nous dit qu’elles n’ont pas été achetées au cours d’une vente plus tardive par Adèle. Malgré ce manque d’information, on constate que le fait de s’entourer des personnes les plus compétentes dans le domaine de l’art asiatique en général et de la porcelaine orientale en particulier montre que l’acquisition de ces objets ne s’est pas faite au hasard. Le choix s’exprime aussi à travers la nature des œuvres : les porcelaines de la famille rose occupent la place la plus importante de la collection. Comparée avec certaines grandes collections de porcelaines chinoises des années 1850-1860, telles que celles de la duchesse de Montebello58 ou de Madame Malinet59, la collection de Salomon et Adèle est assez peu variée. On n’y trouve que rarement de la porcelaine bleu et blanc, famille verte, céladon, rouge de cuivre, etc. Enfin, on décèle également un véritable parti pris à travers le nombre d’œuvres collectionnées. Contrairement à beaucoup d’autres collections de la seconde moitié du xixe siècle, y compris celle de James de Rothschild, les porcelaines chinoises, par leur nombre, n’occupent pas une place anecdotique. Elles n’ont pas simplement été conçues comme une décoration propre à ponctuer çà et là l’espace intérieur, comme on peut le voir sur les aquarelles du château de Ferrières peintes par Eugène Lami60.

31Quel regard porter sur la salle des curiosités ? Dans ses dispositions testamentaires, Adèle ne prévoit pas que les pièces qui, aujourd’hui, nous paraissent historiquement les plus importantes soient conservées dans la salle des curiosités. Dans cette salle qui pourtant porte aujourd’hui la mémoire de sa collection ainsi que celle de son époux, elle choisit d’exposer essentiellement les assiettes de la famille rose, destinées à l’exportation et en vogue au xixsiècle. Ainsi, la salle des curiosités ne doit sans doute pas être perçue comme l’écrin des pièces les plus rares de la collection, mais plutôt comme un florilège plus ou moins représentatif de ce que le couple a collectionné. L’ensemble de plats de la famille rose, déjà présent dans la collection du temps de Salomon, était sans doute plus à même de conserver la mémoire de son mari et de leur passion commune.

Remerciements

32Cette communication a aussi été rédigée dans le cadre de la rédaction de ma thèse de doctorat consacrée au thème des collections de porcelaines chinoises en France au xixe siècle et dirigée par Jean-Michel Leniaud (École pratique des hautes études) – je tiens à le remercier pour son aide précieuse. Ma profonde gratitude va aussi à Éléonore Dérisson (Fondation des artistes), à Laura de Fuccia (Institut national d’histoire de l’art) et à Pauline Prevost-Marcilhacy (université Lille 3) qui a tant œuvré pour la connaissance des collections Rothschild. Je souhaite également remercier Christine Shimizu et Agathe Jagerschmidt pour leurs conseils et leur relecture, ainsi que Jean-Baptiste Clais et Vincent Droguet pour m’avoir donné accès aux porcelaines chinoises conservée au Louvre et au Château de Fontainebleau.

Notes

1 L’inventaire et l’analyse des collections de la baronne Salomon de Rothschild et notamment de la salle des curiosités de l’hôtel Salomon de Rothschild ont été menés par les différents auteurs de la publication des trois volumes Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France et par Laura de Fuccia, dans le cadre du programme de l’INHA sur les « Collections Rothschild » dont le travail essentiel a pu identifier et localiser les pièces appartenant au cabinet, voir en particulier Pauline Prevost-Marcilhacy, « Salomon et Adèle de Rothschild », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, Paris, Louvre/BnF/Somogy, 2016, vol. II, p. 8-19.

2 Sur la collection d’objets d’Extrême-Orient de Salomon et Adèle, voir Béatrice Quette, « Objets d’art d’Extrême-Orient 1922 », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, op. cit., vol. II, p. 148-157.

3 Sur la place de l’art asiatique dans le marché de l’art parisien à cette époque, voir Léa Saint-Raymond, « Le pari des enchères : le lancement de nouveaux marchés artistiques à Paris entre les années 1830 et 1939 », thèse de doctorat sous la direction de Ségolène Le Men, Université Paris Nanterre, 2018.

4 Sur l’architecture des maisons construites par la famille Rothschild, voir Pauline Prevost-Marcilhacy, Les Rothschild, bâtisseurs et mécènes, Paris, Flammarion, 1995.

5 La disposition d’époque n’a pas été préservée jusqu’à nos jours. Beaucoup d’œuvres ont été déplacées et enlevées par rapport aux dispositions testamentaires.

6 Sur les 448 porcelaines chinoises mentionnées dans l’inventaire réalisé par Georges Vigne, 260 étaient disposées dans la salle des curiosités, les 188 restantes ont pour la plupart été vendues en 1923, voir Catalogue des objets d’art de la Chine et du Japon, céramiques des xviie, xviiie et xixsiècles, laques de la Chine et du Japon, pierres dures, bronzes et métaux divers, émaux cloisonnés..., Paris, impr. Georges Petit, 1923, et Georges Vigne, « Le Legs de la baronne Salomon de Rothschild (1922) », tapuscrit inédit, Direction des Musées de France, 2007.

7 L’inventaire de la collection de porcelaines se trouvant dans la salle des curiosités de l’hôtel Salomon de Rothschild au moment du décès de la baronne est désormais inventorié dans la base AGORHA de l’INHA, grâce au travail réalisé dans le cadre du programme « Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises » en partenariat avec la Fondation des artistes. Voir aussi, pour cette collection, les inventaires du notaire Maître Nottin, Inventaire après-décès de la baronne Salomon de Rothschild, le 25 mars 1922, avec complément d’inventaire le 5 juin 1923. Suivi de l’état descriptif et estimatif des objets mobiliers garnissant l’Hôtel de la baronne Salomon de Rothschild, 11 rue Berryer, rédigé le 29 mars [1922], Paris, 1922 (une copie de cet inventaire est conservée à la Fondation des artistes) ; Pierre Schommer, Inventaire de la donation de la baronne Salomon de Rothschild, 11 rue Berryer, Paris. Décret d’acceptation du 16 décembre 1922, [Inventaire R], Paris, 1922, et Georges Vigne, « Le Legs de la baronne Salomon de Rothschild (1922) », op. cit.

8 Pour l’inventaire après décès de Salomon, voir Paris, Archives nationales MC/ET/CXVIII 1091, 2 nov., 1864 ; pour celui d’Adèle, l’auteur s’appuie sur l’inventaire de Georges Vigne, « Le Legs de la baronne Salomon de Rothschild (1922) », op. cit., lui-même basé sur l’inventaire après décès dactylographié conservé aux Archives nationales, Archives des musées nationaux, gestion des musées de France, 20150044/72, Legs de la baronne Salomon de Rothschild,16 déc. 1922.

9 Ce nombre se base sur tous les objets désignés comme de la porcelaine chinoise dans l’inventaire. Or nous le verrons plus tard, les porcelaines chinoises et japonaises étaient encore souvent confondues au xixesiècle. L’huissier n’ayant recensé que cinq pièces japonaises, il ne semble pas pour autant qu’il se soit encombré de faire une véritable distinction entre les deux, attribuant la majeure partie des objets à la Chine.

10 Ce carnet de comptes a été découvert et identifié par Pauline Prevost-Marcilhacy aux Archives Rothschild à Londres dans Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, op. cit., vol. II, n. 55, Londres, Archives Rothschild, RAL 00/1037/123B : objets d’art achetés par le baron Salomon de Rothschild de 1862 à 1864. Sur les intermédiaires de Salomon de Rothschild en général, voir Pauline Prevost-Marcilhacy, « Salomon et Adèle de Rothschild », dans id. (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, op. cit., vol. II, p.12.

11 Le montant des sommes versées par Salomon de Rothschild pour chacun de ces intermédiaires correspond, pour Nicolas Joseph Malinet à 58 108,45 f., pour le Baron de Monville à 52 354 f. et pour Alfred Beurdeley à 80 815 f., RAL 00/1037/123B.

12 À ne pas confondre avec son homonyme et contemporain Hippolyte Boissel de Monville ( ? - 1863), botaniste, grand amateur de cactus et maire de Montville entre 1831 et 1847, voir Alain Poulin, Montville : son histoire, Montville, Marie de Montville, 1988, p. 22. Je remercie Maryse Bideault pour ses indications concernant la biographie de Monville.

13 Manuel Charpy, « Le Théâtre des objets. Espaces privés, culture matérielle et identité sociale. Paris, 1830-1914 », thèse de doctorat sous la direction de Jean-Luc Pinol, Université de Tours, 2010, p. 525.

14 Archives de Paris, D.48E3 57, procès-verbal de la vente de M. de Monville, 1866.

15 Albert Jacquemart [attribué à], Catalogue d’objets d’art et de curiosité... composant la collection de M. de Monville, Paris, impr. de Pillet fils aîné, 12-13 février, 1866, p. 3.

16 Camille Mestdagh, « La dynastie Beurdeley (1818-1895) : de la boutique à l'atelier. Une histoire du commerce des curiosités et de la fabrication d'objets d'art au xixe siècle », thèse de doctorat d'histoire de l’art, universités UBFC et Lyon 2 Lumière, 2019. Voir également les études pionnières de Bernard Dorival, « De la tabletterie à la collection d’œuvres d’art. La “saga” Beurdeley (1814-1919) », Bulletin de la Société d’histoire de l’art français, 20 mai 1989, p. 191-237.

17 Camille Mestdagh, « Ameublement et luxe au temps de l’éclectisme : le commerce et l’œuvre des Beurdeley », dans Natacha Coquery et Alain Bonnet (éd.), Le Commerce du luxe. Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours, Paris, Mare & Martin, 2015, p. 282.

18 Paris, Archives de Paris, acte de décès, AD 075EC/V4E/06247/0069.

19 C’est à Charles Pillet que l’on doit la plupart des informations sur la vie de Malinet, dans son avant-propos au catalogue de la deuxième vente après décès de la collection Malinet en 1887. Voir Catalogue d’estampes anciennes principalement de l’école française du xviiie siècle, portraits et eaux-fortes modernes, composant la collection de feu M. Malinet…, Paris, Typ. Pillet et Dumoulin, 2 février, 1887.

20 Catalogue d’une riche et importante collection d’objets d’art et curiosités, porcelaines anciennes... dont les ventes successives auront lieu après décès de Mme la Maréchale Lannes, duchesse de Montebello..., Paris, imp. de Maulde et Renou, 3-5 mars, 1856.

21 Catalogue d’estampes anciennes principalement de l’école française du xviiie siècle, portraits et eaux-fortes modernes, composant la collection de feu M. Malinet…, op. cit., p. V.

22 Ibid.

23 Le terme de Palais d’Été utilisé depuis le xixe siècle en Occident porte à confusion, à la fois parce que le Yuanmingyuan n’est pas un palais isolé mais un vaste espace de jardins et de résidences palatiales, parce qu’il ne s’agit pas d’une résidence d’été mais bien d’un des principaux lieux de pouvoir avec la Cité interdite à la fin de la dynastie des Qing (1644-1914), mais aussi et surtout parce qu’il est confondu avec le « nouveau » palais d’été, construit par l’impératrice Cixi 慈禧太后 sur le modèle et à proximité de l’ancien à partir de 1886. Ce dernier est connu en chinois sous le nom de Yiheyuan 頤和園. Voir Young-Tsu Wong, Paradise lost : the Imperial Garden: Yuanming Yuan, Honolulu, University of Hawai’i Press, 2001.

24 Léa Saint-Raymond, « Les collectionneurs d’art asiatique à Paris : une analyse socio-économique », dans Marie Laureillard et Cléa Patin (dir.), À la croisée de collections d'art entre Asie et Occident. Du xixe siècle à nos jours, Paris, Hémisphères Editions, Maisonneuve & Larose nouvelles éditions, 2019, p.229-247. .

25 Catalogues des ventes concernées : Lugt nos 26468, 26514, 26551, 26559, 26597, 26610, 26712, 26744, 26760, 26779, 27022, 27058, 27118, 27149, 27232, 31333 ; voir Christine Howald et Léa Saint-Raymond, « Tracking Dispersal: Auction Sales from the Yuanmingyuan Loot in Paris in the 1860s », Journal for art market studies, 2018, no 2, p. 6.

26 Le musée du Louvre conserve ainsi deux chandeliers, un portant la marque Qianlong 乾隆, et l’autre Daoguang 道光 au revers, ainsi qu’un vase aux lèvres évasées sur lequel est inscrit en caractères sigillaires Da Qing Qianlong nian zhi 大清乾隆年製 (littéralement « fait pendant l’ère Qianlong des grands Qing »), la Fondation des artistes conserve seulement une pièce de provenance impériale décrite plus bas.

27 Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes, op. cit., vol. II, p. 11-12 ; Salomon vend une partie de sa collection deux mois avant sa mort le 18 et le 19 mars 1864 à l’Hôtel Drouot, voir Objets d’art et de haute curiosité, Imp. Pillet fils ainé, Paris, 1864.

28 Albert Charles Jacques Jacquemart, après une formation artistique rentre à l’Administration centrale des douanes, au ministère des Finances, où il officie toute sa vie. Il fut néanmoins très impliqué dans les milieux artistiques, contribuant régulièrement à la Gazette des Beaux-Arts, il œuvra pour la reconnaissance des céramiques au rang d’œuvres d’art. Il est particulièrement connu pour avoir mis au point, avec Edmond Le Blant, le système taxonomique des familles dont sont issus les termes « famille rose » et « famille verte », voir Pauline d’Abrigeon, « Albert Jacquemart (1808-1875) and his Work on Chinese Ceramics », Transactions of Oriental Ceramic Society, n° 83, 2020, à paraître.

29 Note datée du 26 mai 1864, « à Jacquemart pour soins donnés à la confection d’un catalogue de la collection d’objets d’art 1200 », voir RAL 00/1037/123 B.

30 Lettre de la baronne Salomon de Rothschild à Jules Jacquemart, Paris, 26 novembre 1875, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, fonds Jacques-Doucet, autographe 094, dossier 06, 85367-85369. Le catalogue inachevé transmis par Jules Jacquemart à Adèle de Rothschild n’a, à ce jour, pas été retrouvé.

31 Il réalise les catalogues des objets d’art de M. Daigremont (1861), de Mme Malinet (1862), de M. Ch. De Férol (1863), M. de Monville (1866), de M. l’amiral Page (1867), de Mme Beaven (1869), de M. Séchan (1875).

32 Albert Jacquemart, « Introduction » au Catalogue descriptif et raisonné des porcelaines, grès cérames, terres vernissées, laques de la Chine, du Japon, de l'Inde et de la Perse composant la collection de Madame Malinet, Paris, impr. de Renou et Maulde, 1862, n. p.

33 Par deux fois, Albert Jacquemart a publié à propos la collection Rothschild : Albert Jacquemart, « Les collections d’art », Paris. Guide par les principaux écrivains et artistes de la France (Première partie : La science et l’art), Paris, A. Lacroix Verboeckhoven, 1867, p. 551-556, et ses notices dans Édouard Lièvre (dir.), Les Collections célèbres d’œuvres d’art, Paris, Goupil, 1866. Pourtant, aucune de ces publications n’évoque la collection de porcelaines chinoises. Jacquemart décrit plutôt les objets chinois en émail cloisonné. Peut-être le catalogue devait-il compléter ces deux publications ? À moins que Jacquemart n’ait pas estimé la collection de Salomon de Rothschild au point de s’y attarder dans le détail ?

34 Ce constat se base sur l’étude des collections du Louvre et de la Maison des Artistes. L’étude approfondie de la collection de porcelaines d’exportation du musée du Louvre a fait l’objet d’un mémoire de recherche par Julie Defretin, « La datation de la porcelaine « coquille d’œuf » d’exportation du musée du Louvre », sous la direction de Jean-Baptiste Clais et de Bing Zhao, Paris, École du Louvre, 2019.

35 On trouve notamment illustré, Le Récit de la ballade au pip a琵琶記 ex. : R 1121, La Romance au Pavillon de l’Ouest 西廂記 ex. : R1092, des scènes de rassemblement tirées sans doute du Roman des Trois Royaume 三國演義 ou de Au bord de l’Eau 水滸傳 ex. : R 1103.

36 La couleur rose, obtenue à partir de l’or est rendue opaque par l’adjonction d’oxyde d’étain à la frite.

37 Les œuvres faites pour l’exportation étaient souvent peintes à Canton (actuelle Guangzhou) : le corps de la pièce en porcelaine blanche était produit à Jingdezhen puis la pièce était acheminée vers le port de Canton où mouillaient les vaisseaux étrangers. On trouve sur certaines pièces l’inscription Lingnan huizhi 嶺南繪者, littéralement « un peintre de Lingnan », Lingnan étant l’un des noms de Canton, voir le plat à émaux de la National Gallery of Art de Washington, collection Widener, 1942.9.557, reproduit dans Virginia Bower et National Gallery of Art (éd.), Decorative arts. Far Eastern Ceramics and Paintings, Persian and Indian Rugs and Carpets, Washington D.C., National Gallery of Art, 1998, vol. II, p. 235.

38 Selon Margaret Medley cela devait permettre d’opacifier la porcelaine rendue trop translucide du fait de l’extrême finesse des parois, voir Margaret Medley, The Chinese Potter: À Practical History of Chinese Ceramics, Oxford, Phaidon, 1976, p. 247.

39 David Sanctuary Howard, Chinese Armorial Porcelain, Londres, Faber and Faber, 1974, vol. I, p. 217, 232.

40 Maître Nottin [notaire], Inventaire après-décès de la baronne Salomon de Rothschild, le 25 mars 1922, avec complément d'inventaire le 5 juin 1923. Suivi de l'état descriptif et estimatif des objets mobiliers garnissant l'Hôtel de la baronne Salomon de Rothschild, 11 rue Berryer, rédigé le 29 mars [1922], fol. 70, sans n° [salle des curiosités, vitrine de gauche] : « Soixante-six assiettes en porcelaine de Chine, décors variés de personnages, fleurs, oiseaux, etc… prisées six mille six cents francs » ; « Soixante-six assiettes en porcelaine de Chine », voir : https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/003229371 (consulté en octobre 2019).

41 Voir par exemple la représentation du cabinet d’Alexandre Du Sommerard peinte par Louis-Vincent Fouquet (1803-1863) en 1836, huile sur toile conservée au musée des Arts décoratifs, Paris, où l’on voit une collection de porcelaines japonaises xviiisiècle côtoyer des œuvres de Palissy dans un vaisselier.

42 À propos du retour en grâce de ce type d’objet en Grande Bretagne voir : Stacey Pierson, Collectors, Collections and Museums: the Field of Chinese Ceramics in Britain, 1560-1960, Oxford/New York, P. Lang, 2007. En France, les collections les plus connues faisant état de ce goût pour les porcelaines émaillées sont celles d’Albert Jacquemart, de Paul Gasnault (1828-1898), aujourd’hui conservées au Musée national de la céramique Adrien Dubouché, et surtout celle d’Ernest Grandidier (1833-1912) conservée au Musée national des arts asiatiques - Guimet.

43 Objets d’art et de haute curiosité, Paris, 18-19 mars, 1864, lot 33, p. 10.

44 Albert Jacquemart, Edmond Le Blant, Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine…, Paris, J. Techener, 1862.Dans cet ouvrage les auteurs classent ce type de pièce tantôt dans la catégorie des familles roses du Japon, tantôt dans celle des porcelaines japonaises à décor de « mandarin ».

45 Albert Jacquemart [attribué à], Catalogue d’objets d’art et de curiosité... composant la collection de M. de Monville, op. cit., 1866, p. 30, lot 190.

46 Acquise par Delange, voir la note manuscrite du catalogue conservé à la Bibliothèque nationale de France, cote 8-V-8201 (260).

47 Léa Saint-Raymond, « Les ventes aux enchères d’objets asiatiques à Paris entre 1858 et 1913: statistiques et listes des principaux acheteurs », Harvard Dataverse, V1, 2016. http://dx.doi.org/10.7910/DVN/G96SRI(consulté le 10 décembre 2019). Voir dans l’onglet intitulé « prix » qui correspond au « prix au-dessous duquel ont été adjugés 75% des objets asiatiques », les porcelaines asiatiques sont vendues majoritairement en dessous de 184,5 f. en 1858, en dessous de 101,5 f. en 1862, en dessous de 121 f. en 1867, en dessous de 187,5 f. en 1868 et en dessous de 179 f. en 1873.

48 Concernant les autres pièces provenant du Yuanmingyuan, voir la note 23. Pour cette pièce en particulier et sa localisation, voir Georges Vigne, « Le Legs de la baronne Salomon de Rothschild (1922) », op. cit., n° 1382.

49 National Palace Museum 國立故宮博物院,The All Complete Qianlong: the Aesthetic Tastes of the Qing Emperor Gaozong 十全乾隆 : 清高宗的藝術品味,Taipei, National Palace Museum, 2013, p. 226-227.

50 Voir le plat au marli ajouré yangcai, conservé au Château de Fontainebleau, inv. F1425C.

51 Léa Saint-Raymond, « The Yuanmingyuan Loot at Parisian Auctions in the 1860: Artefacts, Hammer Prices, Sellers and Purchasers », Harvard Dataverse, V1, 2018, https://doi.org/10.7910/DVN/0COI5J (consulté le 1er décembre 2018).

52 RAL 00/1037/123B.

53 Christine Howald et Léa Saint-Raymond, « Tracking dispersal: auction sales from the Yuanmingyuan loot in Paris in the 1860s », art. cit., p. 14, fig. 7.

54 Georges Vigne, « Le Legs de la baronne Salomon de Rothschild (1922) », op. cit., n° 1382.

55 Albert Jacquemart, Édmond Le Blant, Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine…,, op. cit., p. 375

56 Helen Espir, European Decoration on Oriental Porcelain: 1700-1830, Londres, J. Welsh, 2005, p. 57-56.

57 Voir notamment, dans cette collection, les pièces PO 3377, PO 3195, PO 3196.

58 Catalogue d’une riche et importante collection d’objets d’art et curiosités, porcelaines anciennes... dont les ventes successives auront lieu après décès de Mme la Maréchale Lannes, duchesse de Montebello. En son hôtel à Paris, rue de Varennes, 73..., Paris, imp. de Maulde et Renou, 2 février-31 mars 1857, 1856.

59 Albert Jacquemart, Catalogue descriptif et raisonné des porcelaines, grès cérames, terres vernissées, laques de la Chine, du Japon, de l’Inde et de la Perse composant la collection de Madame Malinet, op. cit., 1862.

60 Ces aquarelles montrent ici et là quelques paires de porcelaines vraisemblablement chinoises ; elles sont pour la plupart montées et ornent les rebords des cheminées, certaines sont monumentales et occupent un espace sur un socle, voir Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild, bâtisseurs et mécènes, op. cit., p. 106-109.

Table des illustrations

Titre 1a. et b. Plat de la famille rose et son revers, porcelaine, d. 20,8 cm, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), première moitié du xviiie siècle, Paris, Fondation des artistes, R 1070.
Crédits © Fondation des artistes
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Crédits © Fondation des artistes
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre 2. Plat famille rose, porcelaine et émaux sur couverte, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), première moitié du xviiisiècle, Paris, Fondation des artistes, R1112.
Crédits © Fondation des artistes
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre 3a. et b. A. Gary, vitrines de gauche et vitrine de droite du cabinet de curiosités, hôtel Salomon de Rothschild, 11, rue Berryer, Paris, c. 1880, Paris, Bibliothèque historique de la ville de Paris.
Crédits © BVHP
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Crédits © BVHP
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre 4. Assiette à décor de femme et d’enfants dans un intérieur, bordure rehaussée d’or, porcelaine, d. 19,9 cm, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), Paris, Fondation des artistes, R1082.
Crédits © Fondation des artistes
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre 5a. et b. Plat à marli ajouré et son revers, porcelaine yangcai 洋彩, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Qianlong 乾隆 (1735-1796), première moitié du xviiie siècle, Paris, musée du Louvre, en dépôt à Paris, Fondation des artistes, R 1382.
Crédits © Musée du Louvre/Fondation des artistes
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Crédits © Musée du Louvre/Fondation des artistes
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 857k
Titre 6. Coupe sur piédouche, porcelaine émaillée rehauts dorés de type bencharong, Chine, dynastie Qing (1644-1911), xviiie siècle, Paris, musée du Louvre, en dépôt à Paris, Fondation des artistes, R1383.
Crédits © Musée du Louvre/Fondation des artistes
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre 7. Jules Jacquemart, coupe en porcelaine dure, couverte d’un riche décor imitant les émaux sur cuivre, planche gravée à l’eau-forte, dans Albert Jacquemart et Edmond Le Blant, Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine, Paris, Techener, 1862, pl. XVIII, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre 8. Tasse et soucoupe dite de Batavia, porcelaine bleu et blanc et couverte zijin 紫金, Chine, dynastie Qing (1644-1911), xviiie siècle, Paris, Fondation des artistes, R1057.
Crédits © Fondation des artistes
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre 9. Soucoupe famille rose à décors de jeune couple, porcelaine et émaux sur couverte, Chine, dynastie Qing (1644-1911), époque Yongzheng 雍正 (1723-1736), Fondation des artistes, Paris, R1152.
Crédits © Fondation des artistes
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11377/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 404k

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search