Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la sphère privée à la sphère publique

 | 
Pauline Prevost-Marcilhacy
, 
Laura de Fuccia
, 
Juliette Trey

Objets d’art et Beaux-Arts et curiosités

Les cuirs dorés des collections Rothschild dans les institutions publiques françaises

Jean-Pierre Fournet

Entrées d'index

Géographique :

France, Italie

Chronologique :

XIXe siècle

Thématique :

Cuir doré, collections, Rothschild

Texte intégral

  • 1 Sur les demeures de la famille Rothschild, voir Pauline Prevost-Marcilhacy, Les Rothschild, bâtisse (...)

1Les objets en cuir doré des collections Rothschild, conservés dans les institutions publiques françaises, sont peu nombreux. Les seuls répertoriés sont la tenture murale, toujours en place, de l’hôtel Salomon de Rothschild à Paris ; celle provenant de l’hôtel Marigny, conservée au Mobilier national ; un panneau conservé à la Villa Ephrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat1 ; et un bouclier d’apparat, naguère conservé à l’hôtel Salomon de Rothschild et actuellement au musée du Louvre. Des tentures en cuir doré ornaient aussi le château Rothschild de Boulogne-Billancourt, mais, conséquence de la dégradation progressive du château, elles sont aujourd’hui détruites et leur décor nous est inconnu.

2Ces objets sont très différents les uns des autres. Leur seul élément commun est qu’ils sont tous en cuir doré. Avant de les évoquer, il convient donc de préciser ce qu’il faut entendre par « cuir doré ». Ce sont des cuirs décoratifs apparus en Espagne, à Cordoue, à la fin du Ier millénaire. Objets d’un engouement considérable en Espagne puis dans toute l’Europe, surtout du xvie à la fin du xviiie siècle, ils ont été fabriqués dans la plupart des pays européens. Résultats d’un mode de réalisation stéréotypé, ils sont définis par leur structure univoque, constituée de six strates superposées (fig. 1). La couche la plus profonde est le support de cuir (cuir de mouton, de chèvre ou de veau). La deuxième couche est faite de colle de parchemin et elle est suivie par une troisième couche constituée de feuilles d’argent juxtaposées qui recouvrent l’ensemble de la surface du cuir. Cette couche métallique est habituellement revêtue d’une autre couche de colle destinée à prévenir l’oxydation du métal. L’avant-dernière couche est constituée par le « vernis jaune » – ou « vernis d’or » –, composé de résines végétales chauffées dans de l’huile de lin. Enfin, la dernière couche – facultative – est une couche picturale, souvent polychrome, faite de peintures à l’huile. Les cuirs dorés ne comportent donc pas d’or : c’est le vernis appliqué sur l’argent qui produit leur teinte.

1. Caractéristiques structurelles des cuirs dorés.

1. Caractéristiques structurelles des cuirs dorés.

© Jean-Pierre Fournet

3En fonction de leur morphologie externe, les cuirs dorés sont classés en deux grands groupes : les « cuirs dorés plats » et les « cuirs dorés repoussés ». Pour décorer les cuirs dorés « plats » (fig. 2), avant la pose des couleurs, les contours des motifs étaient le plus souvent portés à l’aide d’une planche d’impression en bois, sculptée et encrée. Ces cuirs plats sont fréquemment agrémentés de « ciselures » (fig. 3), empreintes qui étaient réalisées avec des poinçons appelés « petits fers ». Très différents, les cuirs dorés « repoussés » (fig. 4), apparus vers 1628 aux Pays-Bas, sont en relief. Leur fabrication requérait l’utilisation d’un moule sculpté en creux et d’une robuste presse. Toutes ces caractéristiques se retrouvent dans les cuirs dorés des collections Rothschild.

2. Panneau de cuir doré plat ciselé, xviie siècle, Italie, 116 × 91 cm, collection privée Glass Tielker.

2. Panneau de cuir doré plat ciselé, xviie siècle, Italie, 116 × 91 cm, collection privée Glass Tielker.

© Jean-Pierre Fournet

3. Exemple de motifs de ciselure sur un cuir doré plat italien, xvie siècle.

3. Exemple de motifs de ciselure sur un cuir doré plat italien, xvie siècle.

© Jean-Pierre Fournet

4. Carreau de cuir doré repoussé, c. 1670-1680, 52 × 53 cm, Kassel, Deutsches Tapetenmuseum.

4. Carreau de cuir doré repoussé, c. 1670-1680, 52 × 53 cm, Kassel, Deutsches Tapetenmuseum.

© Jean-Pierre Fournet

La tenture murale de l’hôtel Salomon de Rothschild

  • 2 Cette tenture est désormais inventoriée dans la base de données de l’INHA Les Collections Rothschil (...)

4La tenture murale de cuir doré qui tapisse le cabinet de curiosités de l’hôtel Salomon de Rothschild est un bel exemple de cuir doré repoussé des Pays-Bas du début du xviiie siècle2. La pièce est en effet ornée, sur trois de ses murs, de tapisseries de cuir doré repoussé ; seul le mur nord en est dépourvu. Sur le mur est (fig. 5), un panneau de seize carreaux surmonte la cheminée. Sur le mur sud, deux panneaux sont disposés de part et d’autre de la porte d’entrée. L’un et l’autre sont en grande partie cachés par une vitrine, et seuls leurs six carreaux supérieurs sont bien visibles. Le dessus de la porte est occupé par un petit panneau de trois carreaux. Le dernier panneau orne le mur ouest : il est fait de la superposition de cinq rangées de quatre carreaux, mais seules les deux rangées supérieures sont visibles en raison de la présence d’une grande vitrine.

5. Tenture de cuir doré repoussé des Pays-Bas, début du xviiie siècle, Paris, hôtel Salomon de Rothschild. Mur est du cabinet de curiosités.

5. Tenture de cuir doré repoussé des Pays-Bas, début du xviiie siècle, Paris, hôtel Salomon de Rothschild. Mur est du cabinet de curiosités.

© Jean-Pierre Fournet

  • 3 Publié dans le recueil Patrons d’étoffes et de velours, vers 1712. Voir Peter Jessen, Das Ornamentw (...)
  • 4 « Veurne » en flamand, près de Dunkerque.
  • 5 Le montant du paiement était de 299 florins.
  • 6 Archives communales, Furnes, livre de comptes, 1725-1726. Voir Eloy Koldeweij, « Het gouden leer », (...)
  • 7 Voir Eloy Koldeweij, « De verschijningsvorm en patronen van het goudleer » [Les décors des cuirs do (...)

5Tous les carreaux sont identiques (fig. 6) et mesurent chacun 75 cm de haut sur 60 cm de large. Ils sont aujourd’hui solidarisés entre eux par collage, mais étaient initialement cousus les uns aux autres. Leur décor, très élégant, est caractéristique du style Louis XIV tardif : sur le fond bleu se détachent les différents motifs en relief, tous uniformément dorés. Au centre, une sorte de piédestal de forme presque tronconique, effilé dans sa partie supérieure et orné de croisillons et de rosettes, supporte un motif de palmettes : de chaque côté du piédestal sont représentées des tiges fleuries et des grappes de raisin ; au-dessus figurent deux oiseaux, vraisemblablement des aigles, qui tournent la tête vers l’extérieur. Chaque oiseau tient dans son bec et dans ses serres une branche garnie de baies. L’ensemble est entouré d’un cadre presque hexagonal, dont les bords, rectilignes ou à peine incurvés, sont faits d’une large bande striée qui s’enroule aux angles supérieurs. Les motifs périphériques des carreaux s’articulent parfaitement avec les motifs correspondants des carreaux voisins. Ce décor, communément appelé « décor aux aigles », semble avoir été inspiré par un dessin sur tissus réalisé par Daniel Marot (1661-1752) en 17123. Le décor de cette tenture peut être rapproché d’un décor comparable qui est conservé à l’hôtel de ville de Furnes4, en Belgique (fig. 7) ; or celui-ci peut être formellement attribué à l’atelier de Carolus Jacobs à Malines, puisque l’attestation du paiement5 est conservée aux archives communales de Furnes6. Compte tenu de la similitude des décors, il est logique d’attribuer les cuirs dorés de l’hôtel Salomon de Rothschild à cet atelier malinois, sans toutefois se départir d’une certaine prudence, car ce décor, d’emblée très apprécié et aujourd’hui encore souvent rencontré, a été très abondamment copié. Ainsi, au moins six variantes de cette œuvre ont été reconnues7. Les différences portant sur des détails sont tantôt aisément visibles, tantôt plus difficiles à déceler.

6. Atelier de Carolus Jacobs à Malines, carreau de la tenture de l’hôtel Salomon de Rothschild, premier quart du xviiie siècle, cuir doré repoussé, 75 × 60 cm, Paris, hôtel Salomon de Rothschild.

6. Atelier de Carolus Jacobs à Malines, carreau de la tenture de l’hôtel Salomon de Rothschild, premier quart du xviiie siècle, cuir doré repoussé, 75 × 60 cm, Paris, hôtel Salomon de Rothschild.

© Jean-Pierre Fournet

7. Atelier de Carolus Jacobs à Malines, carreau de cuir doré repoussé, 1725, 72 × 60 cm, Furnes, hôtel de ville, Albertzall.

7. Atelier de Carolus Jacobs à Malines, carreau de cuir doré repoussé, 1725, 72 × 60 cm, Furnes, hôtel de ville, Albertzall.

© Jean-Pierre Fournet

6Les cuirs dorés de l’hôtel Salomon de Rothschild sont donc des cuirs de remploi. Leur provenance n’est pas connue avant la fin des années 1870, quand ils ont été mis en place au terme de la construction de l’hôtel. Ils représentent un rare et bel exemple de cet art décoratif luxueux, qui a charmé l’aristocratie et la grande bourgeoisie de l’Europe entière au début du xviiie siècle et qui a été opportunément remis au goût du jour dans la deuxième partie du xixe siècle, tout imprégnée d’éclectisme et de la tendance à régénérer les styles du passé. La mise en place d’un tel décor dans un cabinet de curiosités est dans la tradition de ce qui se faisait dans les grandes demeures au xviie siècle.

La tenture murale de l’hôtel Marigny

  • 8 Les notes manuscrites, datées de 1973, sont contenues dans le Dossier de restauration de l’hôtel Ma (...)

7Très différente est la tenture murale de l’hôtel Marigny. Il s’agit aussi de cuirs dorés de remploi, dont la provenance est inconnue. Ils ont été mis en place dans l’hôtel de Gustave de Rothschild au terme de sa construction, à partir de 1872. Ils y décoraient vraisemblablement le « petit salon », encore appelé « salon rouge8 », jusqu’à l’acquisition de l’hôtel par l’État en 1972, l’hôtel devenant alors dépendance du palais de l’Élysée. La tenture a été définitivement déposée en 1973 et est actuellement conservée au Mobilier national.

8Aujourd’hui, les cuirs sont très détériorés, au-delà de toute possibilité de restauration. Les carreaux sont en effet très endommagés, déformés, rigides, déchirés, lacunaires. Leurs déformations et leur raideur empêchent, pour la plupart, de les étaler à plat et donc de lire et de photographier aisément le décor. Obtenir une vue d’ensemble de cette tenture est impossible – il est tout au plus possible d’avoir une image peu lisible de carreaux isolés (fig. 8). Chaque carreau mesure 65 sur 45 cm et il est réalisé en cuir doré plat ciselé. Le décor de base de la tenture s’étend sur quatre carreaux (fig. 9), mais, en réalité, les motifs décoratifs de deux des carreaux reproduisent en miroir ceux des deux autres. Ils sont dorés sur un fond rouge lie-de-vin. La reconstitution du décor de base montre que le dessin réalisé est complexe, fait de feuilles d’acanthe et de volutes, de courbes et de contre-courbes, avec des lambrequins et des croisillons. Tous les motifs sont limités par un trait foncé et ils sont abondamment ciselés. Les empreintes des ciselures sont surtout faites de carrés et de cercles entourés de points. Les quatre carreaux qui constituent l’élément décoratif de base sont disposés en alternance, aussi bien horizontalement que verticalement. Il en résulte un décor savant qui va se répétant à l’infini. La tenture était agrémentée d’une bordure assortie, elle aussi abondamment ciselée.

8. Hôtel de Marigny, carreau de cuir doré ciselé, xviie siècle, Italie, 65 × 45 cm, Paris, Mobilier national.

8. Hôtel de Marigny, carreau de cuir doré ciselé, xviie siècle, Italie, 65 × 45 cm, Paris, Mobilier national.

© Jean-Pierre Fournet

9. Les quatre carreaux constituant le décor de base de la tenture en cuir doré de l’hôtel de Marigny, xviie siècle, Italie, 65 × 45 cm (par carreau), Paris, Mobilier national.

9. Les quatre carreaux constituant le décor de base de la tenture en cuir doré de l’hôtel de Marigny, xviie siècle, Italie, 65 × 45 cm (par carreau), Paris, Mobilier national.

© Jean-Pierre Fournet

9Cette tenture est un exemple caractéristique de cuir italien plat ciselé de la fin du xviie siècle. Elle illustre aussi le remploi de cuirs dorés anciens dans l’aménagement d’une grande demeure édifiée à la fin du xixe siècle en France.

Le panneau de la Villa Ephrussi de Rothschild

10À la Villa Ephrussi de Rothschild, à Saint-Jean-Cap-Ferrat, est conservé un panneau de cuir doré plat et ciselé du xviie siècle (fig. 10). Il mesure 1,15 mètre de haut sur 2,15 mètres de large. Sur un fond uniformément bleu se détache le décor doré, dont la partie centrale est constituée de trois carreaux juxtaposés et identiques, complétés par un demi-carreau au décor similaire de part et d’autre. Chaque carreau complet mesure environ 70 cm sur 42 cm. Le décor représente un enchevêtrement complexe de rinceaux fleuris superposés. Tous les motifs sont agrémentés d’une importante ciselure. À la périphérie du panneau court une bordure assortie à double décor, d’environ 23 cm de large : à l’intérieur est représentée une succession de pompons alternant avec des oves ; plus à l’extérieur, des figures de chérubins alternent avec des anses de panier, des fleurons et des rosettes.

10. Panneau de cuir doré ciselé, xviie siècle, Italie, 115 × 215 cm, Saint-Jean-Cap-Ferrat, Villa Ephrussi de Rothschild.

10. Panneau de cuir doré ciselé, xviie siècle, Italie, 115 × 215 cm, Saint-Jean-Cap-Ferrat, Villa Ephrussi de Rothschild.

© Jean-Pierre Fournet

  • 9 Voir Mara Nimmo, Mariabianca Paris et Lidia Rissotto, Cuoio dorato e dipinto. Schedatura di manufat (...)
  • 10 Voir Jean-Pierre Fournet, « Les cuirs dorés anciens en France », mémoire de recherche approfondie, (...)
  • 11 Voir Mara Nimmo, Mariabianca Paris et Lidia Rissotto, Cuoio dorato e dipinto, op. cit., p. 238, p.  (...)

11La morphologie des motifs du panneau et l’organisation du décor permettent de conclure qu’il s’agit d’un cuir doré italien du xviie siècle. Un devant d’autel au décor identique est conservé à Orvieto (Italie), au Museo dell’Opera del Duomo9. Un carreau présentant le même décor se trouve au musée des Arts décoratifs à Paris10. Il porte au revers une marque d’atelier avec les initiales « RB » inscrites dans un cercle11.

  • 12 Voir Académie de France à Rome, La Villa Médicis. V, Fonti documentarie, Rome, Académie de France à (...)
  • 13 Voir Mara Nimmo, Mariabianca Paris et Lidia Rissotto, Cuoio dorato e dipinto, op. cit., p. 53 et p. (...)

12L’usage auquel était destiné le panneau de la Villa Ephrussi de Rothschild est incertain. Ses dimensions, et plus précisément sa hauteur de 1,15 mètre, permettent d’écarter l’hypothèse d’un devant d’autel ; peut-être s’agit-il d’un simple panneau décoratif. En réalité, c’est probablement une couverture de meuble et très vraisemblablement une couverture de table ou une nappe. Des couvertures de meuble en cuir doré sont en effet très souvent mentionnées dans les inventaires des grandes demeures italiennes des xvie et xviie siècles, notamment à Rome12, sous le nom de panno (c’est-à-dire « drap, linge ou nappe »), soprapanno (« surnappe »), panno e cascate da tavola (« nappe et cascade – ou chute – de table »), coperta (« couverture » ou « recouvrement »), coperta da tavola (« couverture de table » ou « nappe »), sopracoperta (« surnappe »). Tous ces mots désignent des « pièces », « couvertures » ou « revêtements » destinés à recouvrir des meubles et surtout des tables, mais ils ne sous-entendent pas des usages strictement identiques… Ainsi en est-il pour les deux appellations voisines « coperta » et « sopracoperta » : s’agissant de cuirs dorés, coperta (comme panno) désignait une nappe posée directement sur la table ; en revanche, sopracoperta (comme soprapanno) désignait une nappe en cuir doré recouvrant une nappe en tissu qui était directement au contact de la table. Les nappes (coperta ou panno) étaient souvent entourées d’une cascate (« cascade » ou « chute »), bordure qui retombait à la verticale le long des côtés de la table, une fois la nappe étendue. Parfois, les quatre éléments d’angle (habituellement carrés) de la bordure faisaient défaut, de façon que les chutes, à ces emplacements, soient plus franches, comme c’est le cas sur une nappe de cuir damasquiné du xviie siècle conservée au musée Stibbert, à Florence13. Le panneau de cuir doré de la Villa Ephrussi de Rothschild pourrait donc très bien correspondre à ce que les inventaires romains des xvie et xviie siècles mentionnaient sous l’appellation « panno » et « cascate da tavola ». Cependant, pour une « nappe avec chute », le sens du montage de la bordure est surprenant. Son inversion avec la disposition des pompons en périphérie paraîtrait plus logique, permettant de voir les figures de chérubins à l’endroit, quand les pans de la nappe tombent verticalement.

13Les conditions d’entrée du panneau à la Villa Ephrussi de Rothschild semblent inconnues. Il en est de même pour un autre objet en cuir décoré, également conservé à la Villa. Il s’agit d’un panneau de cuir plat qui mesure 72 sur 91 cm. La partie centrale est entourée d’une bordure à fond vert ornée de rinceaux fleuris dorés ; des bandes dorées limitent l’intérieur et l’extérieur de la bordure. Une frange a été ajoutée en périphérie. La partie centrale du panneau n’est pas en cuir doré. Ici aussi, il s’agit vraisemblablement d’une couverture de meuble. Certes, les motifs de la bordure sont de style Renaissance, mais la facture d’ensemble ainsi que la frange laissent penser qu’il s’agit d’une réalisation du xixe ou du début du xxe siècle. Un autre panneau avec bordure mesurant 1,57 sur 2,66 mètres, mais de facture encore très différente, datant du xviiie siècle et peut-être italien, pouvant aussi évoquer une couverture de table, est conservé au musée de Charlieu (Loire).

Le bouclier d’apparat vénitien

  • 14 Voir Céline Bonnot-Diconne et Jean-Pierre Fournet, « Study and restoration of a gilt leather veneti (...)
  • 15 Voir Marc Bascou, « Armes occidentales », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. U (...)

14Le dernier objet de cette courte série est un bouclier d’apparat vénitien de la fin du xvie siècle14 (fig. 11). Jusqu’au début des années 2000, il figurait parmi les œuvres conservées dans le cabinet de curiosités de l’hôtel Salomon de Rothschild à Paris ; il est actuellement déposé au musée du Louvre. C’était un achat précoce de Salomon de Rothschild, effectué entre 1862 et 186415. Il s’agit d’un bouclier rond et galbé, mesurant 58 cm de diamètre. Il est constitué d’une âme de bois recouverte de cuir doré sur sa face antérieure et, au revers, de cuir peint de façon neutre ; les deux poignées en cuir postérieures ont été perdues. Le décor du cuir de la face antérieure est de type islamique moyen-oriental. Le fond est de couleur vieux rouge ou lie-de-vin. Les motifs décoratifs dorés sont faits d’un enchevêtrement complexe de tiges végétales curvilignes qui traversent des feuilles et des fleurs. Au sein de cet ensemble sont disposés des médaillons dont la mise en place est très ordonnée. Le centre du bouclier est occupé par un grand médaillon doré, de forme arrondie, mais aux limites chantournées, centré par un rond noir, lui-même orné d’un cercle doré contenant une petite barre hachurée dorée. Six autres médaillons, plus petits, à fond doré et aux motifs polychromes, sont régulièrement répartis sur l’ensemble de la surface ; il en existe deux types morphologiquement différents, disposés en alternance. Six demi-médaillons sont encore placés le long de la bordure dorée périphérique, dans laquelle courent des tiges sinueuses portant des feuilles et des fleurs. Une seconde bordure, plus étroite, polychrome et ornée de motifs juxtaposés en forme de tente, double la précédente et marque la limite du bouclier. À une date non précisée, vraisemblablement au xixe siècle, un galon d’ameublement à franges avait été ajouté. Il a été supprimé lors d’une restauration récente.

11. Bouclier d’apparat en cuir doré, seconde moitié du xvie siècle, Venise, 58 cm de diamètre, conservé à l’hôtel Salomon de Rothschild jusqu’au début des années 2000, actuellement déposé à Paris, musée du Louvre.

11. Bouclier d’apparat en cuir doré, seconde moitié du xvie siècle, Venise, 58 cm de diamètre, conservé à l’hôtel Salomon de Rothschild jusqu’au début des années 2000, actuellement déposé à Paris, musée du Louvre.

© Musée du Louvre

15L’ensemble du décor, avec les feuilles et les fleurs percées par des tiges curvilignes, ainsi que la morphologie et la disposition des médaillons évoquent bien des représentations islamiques moyen-orientales et rappellent les céramiques d’Iznik ou les céramiques syriennes de la période ottomane (fig. 12).

12. Carreau de bordure en céramique, xvie siècle, Iznik, 11 × 25 cm, Paris, musée du Louvre.

12. Carreau de bordure en céramique, xvie siècle, Iznik, 11 × 25 cm, Paris, musée du Louvre.

© Musée du Louvre

  • 16 Voir Stefano Carboni (dir.), Venise et l’Orient (828-1797), cat. exp. (Paris, Institut du monde ara (...)
  • 17 Voir Anna Contadini, « “Cuoridoro”. Tecnica e decorazione di cuoi dorati veneziani e italiani con i (...)

16Des boucliers d’apparat au décor identique ou voisin sont conservés dans plusieurs musées et collections, notamment au palais des Doges à Venise16, au musée Stibbert à Florence, au musée Poldi-Pezzoli à Milan, au Palazzo Venezia à Rome, au Metropolitan Museum à New York, au Victoria and Albert Museum à Londres, à la tour de Londres, au Musée allemand du cuir d’Offenbach ou encore au Musée des armes anciennes de Dresde. Le musée Carolino-Augusteum de Salzbourg en possède aussi plusieurs exemplaires : ils avaient été commandés à Venise par le prince-évêque de Salzbourg17, Wolf Dietrich von Raitenau, qui détint sa charge épiscopale de 1587 à 1612, ce qui corrobore l’origine et la datation proposées pour ces œuvres. L’exemplaire de la collection Salomon de Rothschild est le seul répertorié en France.

  • 18 Id., ibid., p. 231-251 ; id., « Artistic Contacts: Current Scholarship and Future Tasks », dans Cha (...)
  • 19 Ibid., loc. cit.
  • 20 Voir Ernst J. Grube, « Le “laque” vénitien et la reliure au XVIe siècle », dans Stefano Carboni (di (...)
  • 21 « [...] alla turchesca [...] », dans la formulation italienne, par exemple dans l’inventaire du pal (...)
  • 22 Achat 1995 ; MAO 958. Voir aussi Sophie Makariou (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Pa (...)

17Tous ces boucliers d’apparat vénitiens à décor islamique moyen-oriental sont très semblables18. La similitude de leur décor avec celui d’objets authentiquement moyen-orientaux a pu mettre en doute, pendant un temps, l’attribution vénitienne de ces objets, si bien que l’on en a proposé une origine ottomane, turque notamment, ou syrienne. En réalité, ces boucliers sont bien des fabrications vénitiennes, car la technique des cuirs dorés était routinière et bien ancrée à Venise, alors qu’elle n’a jamais été pratiquée au Moyen-Orient19 ; de plus, les boucliers ronds et galbés sont de forme typiquement occidentale et non orientale ; enfin, il est établi que les boucliers de Salzbourg ont été commandés à Venise par le prince-évêque20. De surcroît, des objets d’usage courant en cuir doré, comme des pichets ou des gobelets, ont été décrits dans des inventaires de la même époque comme étant décorés « à la turque21 » ; une chope en cuir doré de ce type, très vraisemblablement vénitienne elle aussi, est conservée au département des Arts de l’Islam au Louvre22.

18Parmi l’ensemble des cuirs dorés italiens du xvie siècle, les boucliers d’apparat vénitiens représentent donc un ensemble iconographique tout à fait à part. Ils illustrent l’importance des influences islamiques moyen-orientales qui se sont manifestées à Venise au xvie siècle ainsi que celle des échanges économiques et culturels qui existaient alors entre Venise et les pays de l’Est méditerranéen.

  • 23 Voir Jean-Pierre Fournet, « Une exceptionnelle tenture de cuir doré conservée à Paris : Le Triomphe (...)

19Ces quatre objets des collections Rothschild sont certes très différents les uns des autres, mais ils ont en commun d’être en cuir doré et d’avoir été remis en valeur presque simultanément, dans la seconde partie du xixe siècle, par divers membres de la famille Rothschild. Ils doivent être rapprochés de la tenture italienne du xviie siècle que Charlotte de Rothschild avait fait installer, vers 1875, à l’abbaye des Vaux-de-Cernay (aujourd’hui propriété d’une entreprise hôtelière privée) et surtout de la célèbre tenture en cuir doré des Pays-Bas du xviie siècle, représentant le cortège de David victorieux23, que James de Rothschild fit installer au château de Ferrières, à la fin des années 1860, et qui est toujours propriété de la famille.

20Tous ces décors représentent en réalité des moments particuliers de la longue histoire des cuirs dorés, histoire qui, presque tombée dans l’oubli aujourd’hui, fut brillante pendant plusieurs siècles.

21La réunion de ces quatre œuvres en cuir doré, toutes maintenant dans des institutions publiques françaises, possède une double résonance : elle rappelle la gloire passée de ces superbes décors qui ont enchanté la plupart des grandes demeures de l’Europe, surtout du xvie à la fin du xviiie siècle ; elle est, par ailleurs, une claire illustration du mouvement de retour vers le passé qui s’est exprimé dans la seconde moitié du xixe siècle, avec la remise au goût du jour de styles et de décors anciens, chers aux adeptes de l’éclectisme.

Notes

1 Sur les demeures de la famille Rothschild, voir Pauline Prevost-Marcilhacy, Les Rothschild, bâtisseurs et mécènes, Paris, Flammarion, 1995.

2 Cette tenture est désormais inventoriée dans la base de données de l’INHA Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises, disponible via Agorha, avec l’ensemble des pièces qui étaient conservées au moment du décès de la baronne Adèle de Rothschild, en 1922, dans le cabinet des curiosités de l’hôtel Salomon de Rothschild. Voir Laura de Fuccia et Jean-Pierre Fournet, « Pays-Bas, vers 1710, “Quatre grands panneaux de cuir doré repoussé et dessus de porte” », dans Agorha, Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises, Paris, Institut national d’histoire de l’art, 2016 [en ligne] : agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/003229549 Sur le goût de Salomon et d’Adèle de Rothschild, voir Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, 3 vol., Paris, Louvre/BnF /Somogy, 2016, vol. II, p. 8-179.

3 Publié dans le recueil Patrons d’étoffes et de velours, vers 1712. Voir Peter Jessen, Das Ornamentwerk des Daniel Marot, Berlin, Ernst Wasmuth, 1892.

4 « Veurne » en flamand, près de Dunkerque.

5 Le montant du paiement était de 299 florins.

6 Archives communales, Furnes, livre de comptes, 1725-1726. Voir Eloy Koldeweij, « Het gouden leer », Monumenten en Landschappen (Bruxelles), no 6, novembre-décembre 1992, p. 31, note 57.

7 Voir Eloy Koldeweij, « De verschijningsvorm en patronen van het goudleer » [Les décors des cuirs dorés], dans Frits Scholten (dir.), Goudleer Kinkarakawa. De geschiedenis van het Nederlands goudleer en zijn invloed in Japan [Les cuirs dorés. L’histoire des cuirs dorés néerlandais et leur influence au Japon], cat. exp. (La Haye, Haags Historisch Museum, 1989 ; Groningen, Groninger Museum, 1989), Zwolle, Waanders, 1989, p. 59.

8 Les notes manuscrites, datées de 1973, sont contenues dans le Dossier de restauration de l’hôtel Marigny, conservé au Mobilier national.

9 Voir Mara Nimmo, Mariabianca Paris et Lidia Rissotto, Cuoio dorato e dipinto. Schedatura di manufatti. Repertorio die punzoni, Roma, Istituto Centrale per il Restauro, 2008, p. 55 et p. 72, dossier 12, fig. 123 ; p. 234-235, pl. VIId.

10 Voir Jean-Pierre Fournet, « Les cuirs dorés anciens en France », mémoire de recherche approfondie, Paris, École du Louvre, 2004, t. VI, p. 906.

11 Voir Mara Nimmo, Mariabianca Paris et Lidia Rissotto, Cuoio dorato e dipinto, op. cit., p. 238, p. 286 ; pl. XVI i.

12 Voir Académie de France à Rome, La Villa Médicis. V, Fonti documentarie, Rome, Académie de France à Rome, 2010, p. 44 ; Céline Bonnot-Diconne, « Method of use and importance of gilt leather in three Italian palaces during the 16th and 17th century through the study of inventories », dans Céline Bonnot-Diconne, Carole Dignard, Jutta Göpfrich (dir.), 10th Interim Meeting of ICOM-CC, actes de colloque (Offenbach, 2012), Offenbach, DLM-Deutsches Ledermuseum/Schuhmuseum, 2013, p. 17, tableau 1 ; p. 19, tableau 2 ; p. 20-21, tableau 4. L’inventaire du palais Ricci-Sacchetti de 1561 à Rome mentionne 13 nappes en cuir doré. L’inventaire de la Villa Médicis de 1588 mentionne 37 nappes et couvertures de table en cuir doré, alors que l’inventaire du palais Farnèse de 1644 en mentionne 38.

13 Voir Mara Nimmo, Mariabianca Paris et Lidia Rissotto, Cuoio dorato e dipinto, op. cit., p. 53 et p. 80, dossier 213, fig. 110.

14 Voir Céline Bonnot-Diconne et Jean-Pierre Fournet, « Study and restoration of a gilt leather venetian shield », Interim meeting of ICOM-CC, actes de colloque (Athènes, 2004), Sturge/Lulu, 2007, p. 40.

15 Voir Marc Bascou, « Armes occidentales », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, op. cit., vol. II, p. 102-104.

16 Voir Stefano Carboni (dir.), Venise et l’Orient (828-1797), cat. exp. (Paris, Institut du monde arabe, 2006-2007), Paris, Gallimard, 2006, p. 99 et p. 233-236.

17 Voir Anna Contadini, « “Cuoridoro”. Tecnica e decorazione di cuoi dorati veneziani e italiani con influssi islamici », dans Ernst Grube (dir.), Atti del primo simposio internazionale sull’ arte veneziana e l’arte islamica, Venise, L’Altra Riva, 1989, p. 241-242, n. 40.

18 Id., ibid., p. 231-251 ; id., « Artistic Contacts: Current Scholarship and Future Tasks », dans Charles Burnett et Anna Contadini, Islam and the Italian Renaissance, Londres, Warburg Institute, 1999, p. 1-60.

19 Ibid., loc. cit.

20 Voir Ernst J. Grube, « Le “laque” vénitien et la reliure au XVIe siècle », dans Stefano Carboni (dir.), Venise et l’Orient (828-1797), op. cit., p. 336, note 140.

21 « [...] alla turchesca [...] », dans la formulation italienne, par exemple dans l’inventaire du palais Farnèse de 1644 à Rome. Voir Bertrand Jestaz, Le Palais Farnèse. III, 3, L’Inventaire du palais et des propriétés Farnèse à Rome en 1644, Rome, École Française de Rome, 1994, p. 82, no 1758 ; Céline Bonnot-Diconne, « Method of use and importance of gilt leather in three Italian palaces during the 16th and 17th century through the study of inventories », art. cit., p. 20.

22 Achat 1995 ; MAO 958. Voir aussi Sophie Makariou (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Paris, Louvre/Hazan, 2012, p. 367-368.

23 Voir Jean-Pierre Fournet, « Une exceptionnelle tenture de cuir doré conservée à Paris : Le Triomphe de David victorieux », L’Estampille. L’objet d’art, no 413, 2006, p. 76-79.

Table des illustrations

Titre 1. Caractéristiques structurelles des cuirs dorés.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 2. Panneau de cuir doré plat ciselé, xviie siècle, Italie, 116 × 91 cm, collection privée Glass Tielker.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 3. Exemple de motifs de ciselure sur un cuir doré plat italien, xvie siècle.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 865k
Titre 4. Carreau de cuir doré repoussé, c. 1670-1680, 52 × 53 cm, Kassel, Deutsches Tapetenmuseum.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre 5. Tenture de cuir doré repoussé des Pays-Bas, début du xviiie siècle, Paris, hôtel Salomon de Rothschild. Mur est du cabinet de curiosités.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 6. Atelier de Carolus Jacobs à Malines, carreau de la tenture de l’hôtel Salomon de Rothschild, premier quart du xviiie siècle, cuir doré repoussé, 75 × 60 cm, Paris, hôtel Salomon de Rothschild.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 7. Atelier de Carolus Jacobs à Malines, carreau de cuir doré repoussé, 1725, 72 × 60 cm, Furnes, hôtel de ville, Albertzall.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 8. Hôtel de Marigny, carreau de cuir doré ciselé, xviie siècle, Italie, 65 × 45 cm, Paris, Mobilier national.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 9. Les quatre carreaux constituant le décor de base de la tenture en cuir doré de l’hôtel de Marigny, xviie siècle, Italie, 65 × 45 cm (par carreau), Paris, Mobilier national.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre 10. Panneau de cuir doré ciselé, xviie siècle, Italie, 115 × 215 cm, Saint-Jean-Cap-Ferrat, Villa Ephrussi de Rothschild.
Crédits © Jean-Pierre Fournet
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre 11. Bouclier d’apparat en cuir doré, seconde moitié du xvie siècle, Venise, 58 cm de diamètre, conservé à l’hôtel Salomon de Rothschild jusqu’au début des années 2000, actuellement déposé à Paris, musée du Louvre.
Crédits © Musée du Louvre
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Titre 12. Carreau de bordure en céramique, xvie siècle, Iznik, 11 × 25 cm, Paris, musée du Louvre.
Crédits © Musée du Louvre
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11371/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
Chargement PDF du livre
PDF du chapitre

Open access