Version classiqueVersion mobile

De la sphère privée à la sphère publique

 | 
Pauline Prevost-Marcilhacy
, 
Laura de Fuccia
, 
Juliette Trey

Les Rothschild et la musique

Le salon musical de la famille Rothschild : autour du legs de Charlotte de Rothschild à la bibliothèque du Conservatoire

Rosalba Agresta

Entrées d'index

Géographique :

France

Chronologique :

XIXe siècle

Thématique :

Musique, mécénat, Rothschild

Texte intégral

  • 1  L’article de Charlotte de Rothschild, « The Musical Association of the Rothschild family », dans G (...)
  • 2  Le legs de Charlotte de Rothschild à la bibliothèque du Conservatoire est actuellement conservé au (...)

1Au xixe siècle, la musique fait partie des arts que cultivent les gens de goût. Partageant un caractère à la fois artistique et mondain, elle est en effet, à cette époque, un critère de distinction et de culture. Si, dans plusieurs salons du beau monde, l’art musical n’est qu’un prétexte à la sociabilité et se réduit à un simple divertissement permettant aux chanteurs d’opéra et aux virtuoses de briller, de nombreux salons sont de véritables « institutions musicales », où l’on cultive et l’on apprécie cet art avec une ferveur presque religieuse. Très peu d’études ont été consacrées, à ce jour, au mécénat musical de la famille Rothschild dans le Paris du xixe siècle1. Il est néanmoins connu que celle-ci a soutenu de nombreux compositeurs, dont Chopin, Rossini et Meyerbeer. En effet, ces musiciens fréquentaient le salon de James et Betty de Rothschild (fig. 1 et 2) et entretenaient des relations privilégiées avec leur famille, comme en témoignent les manuscrits légués à la bibliothèque du Conservatoire par Charlotte de Rothschild2, qui, tout en étant mécène comme ses parents, était également pianiste – elle a été l’élève de Frédéric Chopin – et compositrice. Cette étude se propose de présenter le mécénat musical des Rothschild ainsi que les différentes formes d’activités musicales qu’ils promurent.

1. Southworth & Hawes, Baron James Rothschild, 1845-1861, daguerréotype, Boston, Museum of Fine Arts.

1. Southworth & Hawes, Baron James Rothschild, 1845-1861, daguerréotype, Boston, Museum of Fine Arts.

2. Jean-Léon Gérôme, Portrait de la baronne Nathaniel de Rothschild, née Charlotte de Rothschild (1825-1899), 1866, huile sur bois, 49,6 × 35,8 cm, Paris, musée d'Orsay.

2. Jean-Léon Gérôme, Portrait de la baronne Nathaniel de Rothschild, née Charlotte de Rothschild (1825-1899), 1866, huile sur bois, 49,6 × 35,8 cm, Paris, musée d'Orsay.

© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay)/Hervé Lewandowski

La musique chez les Rothschild

2En juin 1836, Gioacchino Rossini s’est rendu à Francfort en compagnie du baron James de Rothschild pour être témoin au mariage de son cher ami Lionel Rothschild, le neveu de James de Rothschild. À cette occasion, Le Ménestrel a publié un article intitulé « Rossini à Francfort », qui est en réalité principalement consacré au baron James :

  • 3 [Anonyme], « Rossini à Francfort », Le Ménestrel, 3e année, no 30, 26 juin 1836, p. 1.

M. de Rothschild n’appartient point à cette classe de dilettanti fanatiques qu’un point d’orgue plonge dans des extases, qu’un bémol fait évanouir, et à qui un accord de septième donne des crises de nerfs. Comme vous et moi, M. de Rothschild adore la musique, admire les grands compositeurs, vénère le génie ; mais il a un genre de dilettantisme à lui, un dilettantisme concis, expressif, laconique, un dilettantisme qui ne craint pas la concurrence des trépignements de l’Académie royale et des bravo, brava bravi de Favart. Pour témoigner sa haute estime des artistes distingués, pour se les attacher, pour les fixer sur le sol de France, M. de Rothschild leur offre le portrait du chef d’État à plusieurs milliers d’exemplaires, autrement dire M. de Rothschild traduit son estime et son admiration en espèces monnayées. Et comment voudriez-vous qu’il en fût autrement ? Pouvez-vous exiger qu’un grand banquier, absorbé par les affaires, consume ses précieux moments en phrases laudatives, en formules d’enthousiasme, qu’il jette à l’artiste des bouffées d’interjections banales, telles que Ah !… charmant !… délirant !… sublime !… incomparable ! Non : le banquier a le sentiment des arts et la conscience du beau, mais il connaît aussi le prix du temps, le néant des phrases, et la chimère des exclamations. Le banquier répond à une cavatine par un billet de mille francs, à un duo par deux billets de mille francs, à un trio par trois billets de mille francs, à un acte d’Opéra par une inscription de rente au grand livre, et à une partition complète par une maison de campagne. Ainsi, quand M. de Rothschild ouvre son portefeuille, il en retire un syllogisme qui résume à la fois le suffrage des connaisseurs, les applaudissements de la foule et le feuilleton du journaliste […]3.

  • 4 Le Ménestrel, 57e année, no 40, 4 octobre 1891, p. 318.

3Le ton de cet article est ambigu : si l’auteur souligne l’admiration que nourrit le baron James de Rothschild pour la musique et les musiciens, il insinue, avec une pointe d’ironie, que cette admiration n’est que superficielle, car un homme d’affaires ne pourrait pas « perdre son temps » dans tout ce qui ne concerne pas ses spéculations et, surtout, il ne pourrait pas s’intéresser sérieusement à la musique. Un certain nombre d’anecdotes au sujet de différents membres de la famille Rothschild vont dans le même sens que les idées exprimées par le critique du Ménestrel. Selon une première anecdote, le compositeur allemand Ferdinand Hiller fut invité chez le baron James de Rothschild lors de son séjour à Paris, en 1830. Le baron le présenta à ses convives dans ces termes : « M. Ferdinand Hiller, de Francfort, excellent pianiste, mais n’a pas besoin de cela » – cette dernière phrase faisant allusion à l’extrême richesse de la famille de Hiller. Lorsque, quelque temps plus tard, Hiller invita à son tour le baron, il voulut lui rendre la monnaie de sa pièce et le présenta ainsi : « M. le baron de Rothschild, célèbre banquier, également mécène, mais n’a pas besoin de cela4 ! » Dans les deux cas, le jeu de mots signifie clairement que l’important n’est pas la célébrité que donne l’excellence musicale ni le goût dont on peut faire preuve dans l’appréciation de la musique, mais plutôt la richesse matérielle.

  • 5 Voir Louis Spohr’s Autobiography, Translated from the German, London, Longman, 1865, p. 78.

4Une seconde anecdote, cette fois au sujet de Nathan, le frère de James et le fondateur de la branche anglaise de la famille, est encore plus explicite. En 1820, la Philharmonic Society invita Ludwig Spohr à Londres afin qu’il dirige l’orchestre et qu’il se produise comme soliste dans les concerts de la société. C’est à cette occasion que le public anglais découvrit la musique du compositeur et lui fit un accueil très chaleureux, qui devait perdurer tout au long du xixe siècle. Dans son autobiographie, Spohr relate sa rencontre avec Nathan de Rothschild. Au lendemain de son premier concert, il lui remit une lettre de recommandation écrite par le frère de Nathan, Amschel Mayer, à son intention. Après avoir lu la lettre, Nathan lui dit : « Je vois là dans le journal (il tenait à la main un numéro du Times) que vous avez fait merveille hier au soir. » Tout en lui adressant ce compliment, il poursuivit : « Mais je n’entends rien à la musique ; ma musique à moi, la voilà, dit-il en frappant sur la poche de son gilet pour y faire sonner ses écus, on la goûte fort à la Bourse ! » En commentant cet épisode, Spohr déclara que la lettre de recommandation ne fut pas complètement inutile, car Nathan de Rothschild prit une loge entière pour son concert à bénéfice5.

5Au-delà de leur aspect anecdotique, ces récits témoignent de l’importance et de la valeur sociale de la musique. Les Rothschild, grands financiers, nouveaux nobles (James est fait baron en 1822), doivent s’intéresser à la musique – on attend d’eux qu’ils cultivent cet art, moyen d’affirmation sociale. Ces considérations touchent une question importante, mais pas encore suffisamment explorée dans les études musicologiques, à savoir le statut de l’art musical dans les salons. La musique est omniprésente dans les réunions mondaines. Qu’il s’agisse des salons du faubourg Saint-Germain, de ceux du faubourg Saint-Honoré, de ceux de la Chaussée d’Antin ou encore des ambassades d’Autriche et d’Angleterre, la musique y est toujours mise à l’honneur (il n’y avait que quelques salons politiques ou littéraires, où l’on n’en jouait pas). Cependant, tous les salons ne se valent pas. Si, dans les salons que l’on peut qualifier de « musicaux », la musique occupe une place centrale, son statut est beaucoup plus ambigu dans les salons mondains, où elle peut, dans certains cas, se réduire à une convenance, à un brillant divertissement, voire à un pur « accompagnement » de la conversation.

  • 6 Édouard Ferdinand de Beaumont-Vassy, Les Salons de Paris et la société parisienne sous Louis-Philip (...)

6On peut donc se demander quel était le statut de la musique dans les soirées données par James et Betty de Rothschild dans leur hôtel particulier du 19, rue Laffitte à Paris. Ce salon, l’un des plus courus de la capitale, a été décrit en 1866 par Édouard Ferdinand de Beaumont-Vassy comme « l’un des splendides hôtels de Paris », que l’on n’admire pas pour la richesse de ses ameublements mais plutôt pour les trésors artistiques qu’il renferme6. Si nous possédons plusieurs sources qui décrivent physiquement le salon des Rothschild, ses tableaux et ses objets d’art, celles qui témoignent d’activités musicales en son sein se révèlent peu nombreuses et ont souvent un caractère anecdotique. Lady Morgan – femme de lettres, elle-même salonnière et grande amatrice de musique – consacre quelques pages de son ouvrage La France en 1829 et 1830 à une soirée passée chez le baron James de Rothschild, au château de Boulogne. Tout en mentionnant la présence de Rossini, elle se concentre uniquement sur le célèbre cuisinier Antonin Carême, qu’elle a hâte de pouvoir juger :

  • 7 Lady Morgan (Sydney Owenson), La France en 1829 et 1830, traduit de l’anglais par Mlle A. Sobry, Br (...)

Une société nombreuse, composée de personnes distinguées de toutes les nations, se livrait à une causerie assez amusante, pour faire passer sans ennui le mauvais quart d’heure qui précède le dîner. […] Tout en causant avec Gérard et en attendant Rossini, je ne pouvais penser qu’à l’immortel Carême. Gérard était mon ancien ami, Rossini mon ancienne connaissance : mais leurs ouvrages m’étaient familiers […]. Mais je ne connaissais par expérience aucune des productions de Carême : j’allais être à portée de juger, comme il le dit si bien lui-même, des progrès que les facultés intellectuelles de l’illustre praticien avaient fait faire à l’art […]7.

  • 8 Boniface de Castellane, Journal du maréchal de Castellane (1804-1862), Paris, Plon, 1895, t. II, p. (...)

7De son côté, le maréchal de Castellane relate dans son journal, en date du 10 novembre 1827, un dîner chez le baron de Rothschild. La musique y est évoquée, mais seulement « en passant » : « J’ai dîné chez le fameux banquier Rothschild ; on a voulu, avant le dîner, pour l’édification du célèbre Rossini, faire chanter la petite [Charlotte] Rothschild, qui a deux ans et demi8. » Après avoir longuement décrit les convives, Castellane continue :

  • 9 Ibid., p. 201.

M. Rossini, d’une taille moyenne, assez gros, ne m’aurait pas donné, en le voyant, l’idée d’un homme de génie, si je ne l’avais pas su ; il a chanté et joué du piano. Il était à table à côté du Rothschild de Vienne, frère de James que nous possédons à Paris et père de sa femme, qui est assez jolie et très polie. Elle a bien chanté, en tremblant beaucoup ; son accent allemand est désagréable9.

  • 10 Rossini qualifie Lionel Rothschild de « mio carissimo amico » dans une lettre à Loup du 26 juin 183 (...)
  • 11 En dépit de mes recherches, je n’ai pas pu trouver de document de première main qui permette de dét (...)
  • 12 Le 12 janvier 1825, Rossini écrivit à Giuditta Pasta : « Cara Giuditta, amerei sapere se mercoldì [ (...)
  • 13 Dans une lettre non datée et connue uniquement dans une traduction en anglais, Rossini écrivit à Ci (...)
  • 14 En 1824, le baron écrivit à Giuditta Pasta : « Par un hasard malheureux, je n’ai pu me rencontrer a (...)

8Les deux sources que je viens de citer mentionnent le nom de Rossini, un musicien qui fut particulièrement lié à la famille Rothschild : comme on l’a vu, il a été témoin au mariage de Lionel, qu’il considérait comme un ami très cher (« mio carissimo amico10 ») ; il fréquentait régulièrement chez le baron James et, en fin gourmet qu’il était, il appréciait tout particulièrement la cuisine de Carême. Rossini avait même des intérêts financiers dans la banque Rothschild. En 1862, il composa une cantate pour la venue de Napoléon III au château de Ferrières11. En plus de fournir un témoignage sur ce lien avec Rossini, le journal de Castellane documente des activités musicales qui avaient lieu dans le salon de façon informelle, l’un ou plusieurs des hôtes se mettant au piano. Mais, dans l’hôtel Rothschild, on donnait également de véritables concerts privés. Ils étaient souvent organisés par Rossini lui-même, qui s’occupait d’engager des chanteurs de renom, comme Giuditta Pasta12 ou Laure Cinti-Damoreau13. Dans ce contexte, l’organisation de concerts privés dans une maison aristocratique n’est pas surprenante, puisque Rossini l’avait régulièrement fait pendant son séjour à Londres, en 1824. En revanche, il est beaucoup plus étonnant – et très significatif – que le baron de Rothschild prenne lui-même le temps de contacter les musiciens et s’occupe de l’organisation matérielle du concert14.

9L’éclat des concerts donnés par les Rothschild était tel que, malgré leur caractère privé, ils pouvaient bénéficier d’une mention dans la presse musicale. En mars 1845, Le Ménestrel parle du :

  • 15 Le Ménestrel, 12e année, no 16, 16 mars 1845, p. [2].

[…] vaste hôtel, riche sanctuaire de la fortune des États et des têtes couronnées. Je vous ai nommé l’hôtel Rothschild. Là se réalisent des fêtes splendides, royales, de véritables rêves des Mille et Une Nuits. Nulle part on ne trouverait des fêtes mieux ordonnées que chez ce haut potentat financier ; car il faut rendre cette justice à M. le baron Rothschild, qu’il ne s’est jamais prévalu de sa grande fortune pour abuser de la musique. Il en consomme juste ce qu’il en faut, et en homme de goût. Cette fois, il a réuni dans ses salons Lablache et Mme Sabatier, qui, dans le duo de Don Pasquale, ont constamment excité l’enthousiasme. Le jeune violoncelliste Jacques Offenbach a également brillé dans cette soirée15.

  • 16 Il s’agit probablement d’une exécution donnée dans des cadres privés, peut-être chez les Rothschild (...)

10On est là bien loin du portrait du banquier tout épris de ses affaires qu’un autre critique avait publié dans le même journal. Ici, James de Rothschild est considéré comme mécène dans le sens le plus noble du terme, un mécène qui apprécie l’art musical à sa juste valeur. Un tel portrait est confirmé par une lettre que le baron adressa, en 1865, à la célèbre cantatrice Adelina Patti pour la féliciter d’un concert qu’elle avait donné le soir précédent16 :

Ma chère Mademoiselle Patti,

Vous m’avez tellement enchanté hier que je veux vous faire mon compliment de tout mon cœur, et vous remercier du véritable plaisir que je vous dois. Je vous sais gré tout particulièrement du choix que vous avez fait du petit air composé par ma nièce, et que votre talent fait si bien valoir ! Chose à peine croyable, votre voix semble avoir encore gagné depuis l’an dernier, à moins que ce ne soit là une illusion chaque fois renouvelée par le charme magique sous lequel on est en vous entendant. Pour contribuer à entretenir dans tout son éclat cette voix admirable, je vous envoie, ma chère demoiselle, un ananas confit que j’ai rapporté de Nice à votre intention ; et je vous prie en même temps d’agréer mes meilleurs sentiments,

Baron James de Rothschild

  • 17 Lettre conservée à Londres (The Rothschild Archive, 000/1696) et reproduite en fac-similé dans l’ar (...)

Paris, 6 mars 186517.

  • 18 Sur Charlotte de Rothschild, voir Evelyn M. Cohen, « Charlotte “Chilly” von Rothschild: mother, con (...)
  • 19 Voir Charlotte de Rothschild, « The Musical Associations of the Rothschild Family », dans Georg Heu (...)
  • 20 Le Ménestrel, 39e année no 18, 30 mars 1873, p. 143.
  • 21 Cité dans Charlotte de Rothschild, « The Musical Associations of the Rothschild Family », art. cit.(...)

11Dans cette lettre, le baron fait allusion à l’une des romances de sa nièce Hannah Mathilde von Rothschild, la fille de Charlotte dite « Chilly » de Rothschild (1807-1859) et d’Anselm Salomon von Rothschild (1803-1874), de la branche de Vienne. Dès son enfance, Hannah Mathilde a montré des aptitudes pour la musique et a été particulièrement encouragée à cultiver cet art par sa mère, elle-même férue d’art et peintre amateur18. Après avoir passé son enfance entre Vienne et Francfort, Mathilde a fait un séjour à Paris en 1847 et elle a reçu quelques leçons de Chopin19. Contrairement à ce qui était permis aux jeunes filles de la haute société, elle a continué de se consacrer à la musique après son mariage avec son cousin Wilhelm Carl, dit « Willy », de la branche de Naples (1849). Elle a publié ainsi quelques pièces pour piano, une valse pour orchestre et surtout un grand nombre de romances sur des textes de Victor Hugo, de Théophile Gautier et de Goethe. Parues sous son nom d’épouse, Willy de Rothschild, ses romances étaient très appréciées non seulement par les gens du monde fréquentant les salons, mais aussi par quelques critiques, qui sont allés jusqu’à affirmer que « la belle mélodie Appelle-moi ton âme, de la baronne Willy de Rothschild, [est] une production digne d’être signée : Schubert20 ». Bien qu’une telle opinion soit sans doute exagérée, la musique de Mathilde a joui de l’appréciation de nombre de musiciens, comme Adelina Patti qui, en 1905, a immortalisé la romance Si vous n’avez rien à me dire dans un enregistrement. Le public en était également enthousiaste : si l’on en croit une lettre de Charlotte, la femme de Lionel de Rothschild, à son fils Léopold, « cet hiver à Paris, Patti a omis de chanter la charmante Romance de la Baronne Willy et la fosse de l’Opéra s’est levée en masse en demandant “la Romance de Mme de Rothschild21” ».

  • 22 Voir Pauline Prevost-Marcilhacy, « Charlotte et Nathaniel de Rothschild », dans Pauline Prevost-Mar (...)
  • 23 Je m’appuie ici sur la chronologie des liens de Chopin avec la famille Rothschild reconstituée par (...)

12Mathilde de Rothschild n’était pas la seule musicienne de la famille. Sa cousine Charlotte, la fille de James et de Betty, avait également des penchants artistiques marqués. Si son talent s’est principalement manifesté dans le domaine des beaux-arts – elle a exposé au Salon à partir de 186422 –, elle a été une bonne pianiste amateur, s’est distinguée dans le mécénat musical et s’est même essayée à la composition. Son statut social l’empêchait de se produire en public. Elle a essentiellement cultivé la musique en privé et nous n’avons donc pas de témoignage direct sur ses dons de musicienne. Néanmoins, le fait qu’elle ait reçu des leçons de Chopin pendant plusieurs années est très significatif, on sait que le compositeur polonais était très pointilleux dans le choix de ses élèves : il en acceptait difficilement et, en aucun cas, il ne donnait des leçons à ceux qui étaient dénués de talent. Les relations qu’elle entretint avec Chopin permettent d’esquisser un portrait de la musicienne23.

  • 24 F-Pn /ms. 121. (gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550010414/f2.image)
  • 25 Lettre citée dans Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin et la baronne Nathaniel de Rothschild, op. cit., (...)
  • 26 À l’occasion de ce concert, Escudier décrit le salon des Rothschild dans ces termes : « Les salons, (...)

13Si l’on en croit une note d’Henri de Rothschild, le petit-fils de Charlotte, elle aurait commencé à étudier avec Chopin en 1840, mais le premier document attestant cet enseignement est le Tagebuch d’Anton Schindler, le biographe de Beethoven, qui, en date du 2 février 1841, indique qu’il se trouvait chez Chopin alors que Mlle de Rothschild attendait pour recevoir sa leçon. Schindler précise également que Chopin recevait d’elle l’importante somme de 50 francs pour chaque leçon. Le 17 août 1842, Charlotte épousa Nathaniel de Rothschild, son cousin de la branche anglaise : c’est très probablement à cette occasion qu’elle reçut de Chopin, peut-être comme cadeau de mariage, le manuscrit de la Valse posthume op. 69, no 1 (fig. 3), « à Mademoiselle Charlotte de Rothschild / Hommage / Paris, 1842 / F. Chopin24 ». Après le mariage, les leçons ont été brièvement suspendues, mais dès l’automne 1842, Charlotte écrivit à Chopin qu’« elle désirerait de nouveau se compter parmi ses élèves25 ». Les cours ont continué au moins jusqu’au 29 mars 1849, comme l’atteste le nom « Rothschild » dans l’agenda de poche de Chopin. Par ailleurs, plusieurs éléments indiquent que leurs relations allaient bien au-delà de celles de maître à élève. Chopin était souvent l’hôte du salon Rothschild, aussi bien pour des réunions privées qu’à l’occasion de « réceptions officielles » (par exemple, le 2 janvier 1843, il a participé au concert d’inauguration des nouveaux salons Rothschild, en jouant son Concerto en mi mineur op. 11 à quatre mains avec son élève, l’enfant prodige Carl Filtsch, qui faisait ses débuts en cette occasion26). Signalons également qu’en octobre 1847 le compositeur a été invité à passer quelques jours au château de Ferrières. Enfin, l’agenda de poche de Chopin, en date du 21 mai 1849, porte l’inscription : « Rothschildowe 1000 » : étant à cette époque déjà très malade, Chopin n’était pas en mesure de donner une série continue de leçons ; l’inscription a été donc interprétée comme le mémento d’une aide financière qu’il a reçue des Rothschild.

3. Frédéric Chopin, Valse, op. 69, no 1, 1842, 15,5 × 25,5 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, ms. 121, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550010414/f3.image

3. Frédéric Chopin, Valse, op. 69, no 1, 1842, 15,5 × 25,5 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, ms. 121, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550010414/f3.image

© BnF/Gallica

14De son côté, le compositeur portait un attachement tout particulier à Charlotte, la seule élève qui, avec Delphine Potocka, s’est vu dédier deux œuvres : la quatrième Ballade (1843) et la Valse op. 64, n° 2 en ut dièse mineur (1847). En plus de ces dédicaces, elle a reçu sept manuscrits autographes du compositeur, qu’elle a légués par voie testamentaire à la bibliothèque du Conservatoire et sur lesquels je reviendrai. Après la mort de Chopin, Charlotte est restée en contact avec le cercle de son maître. Elle a étudié la composition avec le violoncelliste Auguste Franchomme, l’un des amis français les plus proches de Chopin, et le piano avec Thomas Tellefsen, un autre élève du compositeur polonais.

15Comme ses parents, Charlotte de Rothschild donnait des soirées musicales dans son salon de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. On connaît mal ces réceptions, les quelques mentions que l’on retrouve dans la presse font penser qu’elles étaient hebdomadaires et qu’elles commençaient dès le mois de janvier. Si l’on en juge par l’entrefilet suivant, la musique n’y était pas jouée de façon informelle, mais il s’agissait de véritables concerts privés, qui pouvaient se révéler le banc d’essai de compositions inédites :

  • 27 Le Ménestrel, 16 mars 1873, 39e année, no 16, p. 126.

Très beau programme aux deux derniers samedis de Mme la baronne Nathaniel de Rothschild, excellente musicienne, comme on sait. – Faure, Bosquin, Mlles Fidès Devriès et Rosine Bloch représentaient la partie vocale. – Immense effet de Faure dans une transcription concertante de M. de Hartog sur le Paulus de Mendelssohn. – Grand succès aussi pour le Sancta Maria de Faure, chanté par Mlle Rosine Bloch, avec le violon de Garcin et l’auteur à l’orgue. Faure a aussi interprété un remarquable sonnet inédit de Périer, l’excellent violoniste-compositeur27.

16Se renouvelant d’année en année, ces manifestations étaient considérées non seulement comme très à la mode, mais aussi comme très artistiques :

La semaine dernière, Le Figaro annonçait la prochaine ouverture des somptueux et artistiques salons de la baronne Nathaniel de Rothschild, pianiste de la bonne école, à laquelle nous prêtions même les remarquables productions de sa nièce, madame la baronne Willy de Rothschild, l’auteur de la mélodie popularisée par Madame Patti : Si vous n’avez rien à me dire, et de celle si expressive : Appelle-moi ton âme, interprétée à Londres par Madame Nilsson et à Paris par Mlle Albani.

  • 28 Le Figaro, 17 janvier 1873, 20e année, 3e série, no 17, p. 3.

Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que tous les salons Rothschild se disposent à rouvrir cet hiver leurs portes dorées, et que bien d’autres s’apprêtent à suivre ce bon exemple28.

  • 29 Voir Le Gaulois, 18 mars 1884, 18e année, no 360, p. 2.

Une précision sur l’expression « tous les salons Rothschild » : outre la baronne Nathaniel, son frère Alphonse suivit l’exemple paternel et tint un salon très réputé, dont les soirées étaient agrémentées de musique par des musiciens très en vue à l’époque, comme les cantatrices Adelina Patti, Emma Albani, Christine Nilsson, le baryton Jean-Baptiste Faure et le pianiste Francis Planté. Un entrefilet publié dans Le Gaulois indique erronément qu’Alphonse de Rothschild ferma son salon « si artistiquement hospitalier, si princièrement élégant » de la rue de Monceau à la mort de la baronne Nathaniel de Rothschild, mort que le journal a annoncée en 188429, quinze ans avant la disparition de la baronne !

Le legs de Charlotte de Rothschild au Conservatoire

  • 30 Voir l’intervention de Marie-Pauline Martin et Thierry Maniguet, « Sur les collections d’instrument (...)

17Dans son testament, Charlotte de Rothschild « donne et lègue au Conservatoire de Musique de Paris tous [s]es instruments anciens de Musique ainsi que les manuscrits de Chopin et de Rossini ». Les huit instruments à cordes pincées (xviie et xviiie siècles) sont actuellement conservés au musée de la Musique30. Les manuscrits donnés au Conservatoire, dont les collections sont sous la responsabilité scientifique de la Bibliothèque nationale de France depuis la réunion des bibliothèques en 1935, ont été transférés en 1964 au département de la Musique, rue de Louvois.

18Le legs des manuscrits est entouré d’une « sorte de mystère » : on n’en retrouve aucune trace dans les archives de la bibliothèque du Conservatoire et, par conséquent, on ignore jusqu’au nombre de partitions faisant partie de ce legs. La présente reconstitution se fonde sur trois types de sources : les registres des entrées du Conservatoire, les carnets de cotes et les manuscrits musicaux eux-mêmes. En recoupant les informations – dans la plupart des cas contradictoires – qu’elles livrent, j’ai pu reconstituer les contours du legs.

  • 31 Krystyna Kobylańska, Rękopisy utworów Chopina: Katalog, Cracovie, Polskie Wydawnictwo Muzyczne, 197 (...)
  • 32 Je remercie Magdalena Oliferko pour son aide dans la traduction du texte polonais.
  • 33 Moritz Karasowski, Friedrich Chopin. Sein Leben und seine Briefe, Dresde, Ries, 1878, p. 338.
  • 34 Le legs d’Élise Gavard est encore moins documenté que celui de Charlotte de Rothschild. En effet, o (...)

19Une première indication, très succincte, est fournie par le carnet d’entrées du Conservatoire qui, sous le numéro 29450, indique « autographes de Chopin légués par M.e de Rothschild », une inscription datant du troisième trimestre 1901. Ce numéro d’entrée est présent sur sept des vingt-cinq manuscrits autographes du compositeur polonais, conservés au département de la Musique (bibliothèque-musée de l’Opéra comprise). Dans son catalogue des manuscrits des œuvres de Chopin, Krystyna Kobylańska a considéré l’autographe de la Berceuse op. 57 (conservé au département de la Musique sous la cote ms. 115) comme faisant partie du legs de Charlotte de Rothschild31. Dans la notice qu’elle a consacrée à ce manuscrit, Kobylańska a cité un extrait de l’ouvrage de Moritz Karasowski, où l’on peut lire qu’Élise Gavard, l’élève de Chopin dédicataire de la Berceuse, était la propriétaire de l’autographe de l’œuvre. Kobylańska a ajouté un commentaire à cette citation, en affirmant qu’il est difficile de déterminer si l’autographe ayant appartenu à Élise Gavard était le même manuscrit, devenu la propriété de Charlotte de Rothschild quelque temps après32. Or, rien ne prouve que le manuscrit ms. 115 ait réellement appartenu à la baronne de Rothschild. En effet, contrairement à tous les autres autographes de Chopin qu’elle a légués au Conservatoire, il ne comporte pas le numéro d’entrée 29450. Il est fort probable que l’erreur de Kobylańska dérive d’une mauvaise lecture du carnet de cotes : pour le ms. 114, la colonne « provenance » indique « legs Rothschild », tandis que, pour le document suivant, c’est-à-dire ms. 115, cette colonne est laissée vide, ce qui a pu être interprété comme une indication d’« idem ». D’autres éléments portent à croire que ce manuscrit a été légué au Conservatoire par Élise Gavard et non par la baronne de Rothschild : lorsqu’en 1888 Moritz Karasowski publia sa biographie de Chopin, il affirma qu’Élise Gavard conservait le manuscrit de la Berceuse comme le souvenir le plus cher de son professeur33. Il est improbable qu’Élise Gavard ait fait don de cette précieuse relique à Charlotte de Rothschild après 1888 : non seulement la baronne possédait déjà plusieurs manuscrits de Chopin, alors qu’Élise, elle, n’en avait que deux, mais elle ne se serait pas séparée de l’œuvre qui lui était dédicacée. Selon toute vraisemblance, le ms. 115 a donc intégré les collections du Conservatoire à travers un legs fait par Élise Gavard34.

  • 35 F-Pn /ms. 121.
  • 36 F-Pn /ms. 111 (B).
  • 37 F-Pn /ms. 114.
  • 38 F-Pn /ms. 110.
  • 39 F-Pn /ms. 119 (A) et ms. 119 (B).
  • 40 F-Pn /ms 118 et ms. 119 (A), le Nocturne se trouvant au verso de la Valse.
  • 41 Louise Dubin, « Charlotte or Chopin ? An Examination of the Primary Sources Behind Unknown Composit (...)
  • 42 Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin et la baronne Nathaniel de Rothschild, op. cit.

20Les autographes de Chopin composant le legs Rothschild sont alors les suivants : la Valse posthume op. 69, no 135, dont il a déjà été question (autographe probablement offert par Chopin à Charlotte pour son mariage) ; une copie des Valses op. 64, no 136, op. 64, no 237 (dédiée à Charlotte dans l’édition) et op. 70, no 238 ; deux copies de la Valse en la mineur sans numéro d’opus39 ; et deux copies du Nocturne en ut mineur sans numéro d’opus40. Ces deux dernières œuvres sont très particulières ; elles ont été publiées de façon posthume, très tardivement : le Nocturne, en 1938, à Varsovie par Ludwig Bronarski et la Valse, en 1955, à Paris par Suzanne et Denise Chainaye. La forme et la structure simple de ces deux pièces ont toujours embarrassé les spécialistes du compositeur, qui les ont considérées soit comme des œuvres de jeunesse traduisant une certaine inexpérience, soit comme des œuvres tardives, marquées par l’épuisement. Or, en 2012, Louise Dubin a découvert et analysé en détail deux éditions de ces pièces, publiées au xixe siècle sous le nom de la baronne de Rothschild41. En 2015, ces éditions ont été publiées en fac-similé et ultérieurement étudiées par Jean-Jacques Eigeldinger42. (fig. 4)

4. Frédéric Chopin, Valse en la mineur, sans numéro d’opus, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, ms. 119 A, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55001038v .

4. Frédéric Chopin, Valse en la mineur, sans numéro d’opus, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, ms. 119 A, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55001038v .

© BnF/Gallica

21L’édition de Quatre Pièces pour piano par la baronne Nathaniel de Rothschild, parue chez Maho vers 1860, contient, en plus du Nocturne en do mineur et de la Valse en la mineur (que l’on connaît aujourd’hui comme œuvres posthumes de Chopin), une Polka en do mineur et une Valse en fa mineur (fig. 5a et 5b). Quant à l’édition de Deux Pièces pour piano et violoncelle par la baronne Nathaniel de Rothschild, publiée par Maho en 1872 et dédiée à Auguste Franchomme, elle ne comporte que deux pièces : la Valse en la mineur, arrangée pour violoncelle et piano, et une Valse en fa mineur. Une question se pose d’emblée : Charlotte de Rothschild se serait-elle approprié le Nocturne en do mineur et la Valse en la mineur de Chopin et les aurait-elle publiées sous son nom après la mort de son maître ? Si, au contraire, ces deux compositions sont effectivement dues à la plume de Charlotte, pourquoi Chopin les aurait-il recopiées ?

  • 43 Voir Louise Dubin, « Charlotte or Chopin ? », art. cit.
  • 44 Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin et la baronne Nathaniel de Rothschild, op. cit.

22Dans son étude, Louise Dubin a analysé ces deux pièces et les a comparées à d’autres œuvres posthumes de Chopin. En s’appuyant sur les résultats de cette analyse ainsi que sur des documents retrouvés dans les archives d’Auguste Franchomme, elle a conclu que le Nocturne et la Valse résultent d’une collaboration entre Chopin et la baronne : il s’agit soit d’un exercice de composition commencé par Chopin pour que Charlotte le complète, soit d’une pièce composée par Charlotte pendant ses leçons avec Chopin. Le compositeur aurait mis la musique sur le papier pour elle, comme l’a fait Franchomme pour l’arrangement des deux pièces pour piano et violoncelle43. Jean-Jacques Eigeldinger est arrivé à des conclusions semblables, en se fondant sur l’analyse des analogies existant entre la Polka de Charlotte de Rothschild et le Nocturne en ut mineur44.

5a et b. Quatre pièces pour piano par la baronne Nathaniel de Rothschild, page de titre, Paris, J. Maho, 1860, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, VMG 6705, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8582393/f3.image.

5a et b. Quatre pièces pour piano par la baronne Nathaniel de Rothschild, page de titre, Paris, J. Maho, 1860, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, VMG 6705, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8582393/f3.image.

© BnF/Gallica

  • 45 F-Pn / ms. 1338.

23En plus des manuscrits de Chopin, le testament de Charlotte de Rothschild fait mention d’un certain nombre de manuscrits de Rossini. Le département de la Musique conserve, dans le fonds du Conservatoire, un Scherzo pour piano en la mineur, recopié sur un papier à musique richement décoré d’un pastiche de miniature médiévale représentant une joueuse de harpe face à un ange, avec l’envoi autographe (fig. 6) : « Petit Souvenir offert à Mme la baronne Charlotte Nathaniel de Rothschild par son très dévoué G. Rossini, Paris, 10 sett 184345. »

6. Gioachino Rossini, « Petit souvenir offert à Mme la baronne Charlotte Nathaniel de Rothschild par son très dévoué G. Rossini, Paris, 10 septembre 1843 », 27 × 34 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, ms. 1338, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52502175j/f5.image.

6. Gioachino Rossini, « Petit souvenir offert à Mme la baronne Charlotte Nathaniel de Rothschild par son très dévoué G. Rossini, Paris, 10 septembre 1843 », 27 × 34 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, ms. 1338, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52502175j/f5.image.

© BnF/Gallica

24Étrangement, le numéro d’entrée de ce manuscrit (*6338) est différent du numéro d’entrée inscrit sur les autographes de Chopin (29450). Le registre d’entrées ne donne aucun renseignement sur la provenance de l’autographe de Rossini. On sait néanmoins que les numéros d’entrée commençant par une étoile ont été inscrits dans les années 1920 ; on pourrait donc avancer l’hypothèse selon laquelle ce manuscrit est resté dans des cartons et a été traité par les bibliothécaires environ vingt ans après ceux de Chopin. Les choses ne sont toutefois pas aussi simples et cet autographe soulève un certain nombre de questions sur son histoire. Si, d’après le registre des entrées, sa provenance est inconnue, le carnet de cotes indique qu’il a intégré le fonds du Conservatoire à la suite du legs de Charles Malherbe. Yvonne Rokseth (1890-1948) a reporté cette information sur le carnet pour une série d’autographes de Rossini (allant de ms. 1335 jusqu’à ms. 1339) : tous ces documents comportent une estampille « Charles Malherbe », tous… sauf un : le Petit Souvenir offert à Charlotte de Rothschild (ms. 1338). Il est donc difficile de trancher, car ces deux sources – carnet de cotes et document lui-même – sont en contradiction. Néanmoins, j’aurais tendance à penser que l’absence de cachet « Malherbe » indique que ce manuscrit n’a jamais fait partie des collections rassemblées par ce collectionneur.

  • 46 Voir Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin et la baronne Nathaniel de Rothschild, op. cit., p. 34.
  • 47 F-Pn / ms. 387.

25Il existe, dans le fonds du Conservatoire au département de la Musique de la BnF, un deuxième document de la main de Rossini que l’on a rattaché au legs Rothschild46. Il s’agit d’un double feuillet renfermant une Valse en mi bémol, avec l’inscription « à Mad.lle Charlotte de Rothschild47 ». Toutefois, ce manuscrit ne faisait aucunement partie du legs Rothschild : il est entré au Conservatoire grâce au legs de Charles Malherbe, comme le montrent clairement les estampilles présentes sur le document et mentionnant le nom du collectionneur.

  • 48 Cette œuvre n’est pas recensée dans le catalogue thématique des œuvres de Rossini par Philip Gosset (...)

26J’ai également retrouvé un troisième document que l’on peut mettre en relation avec Rossini : il s’agit d’une copie d’une pièce ne comportant ni de titre ni de nom d’auteur, mais qui est qualifiée de Tarentelle inédite et attribuée à Rossini (ms. 8623) sur la page de titre par Julien Tiersot48. Ce manuscrit, dont le numéro d’entrée (*6338) correspond à celui de l’autographe du Scherzo en la mineur offert par Rossini à Charlotte de Rothschild, est entré dans les collections de la bibliothèque du Conservatoire en même temps que ce dernier et faisait probablement partie du legs de la baronne de Rothschild.

  • 49 François-Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique(...)

27En plus des pièces de Chopin et de Rossini, j’ai pu retrouver un manuscrit de la main de Johann Baptist Cramer, intitulé Ricordo di Napoli et daté du 3 septembre 1838. Charlotte de Rothschild a presque certainement reçu ce manuscrit du compositeur qui, d’après François-Joseph Fétis, vécut à Paris entre 1832 et 184549. La mention figurant sur le carnet de cotes est intrigante, car cet autographe est considéré comme « don Rothschild » et non comme un legs. Aucun élément matériel ne permet de rapprocher ce manuscrit des autres légués par Charlotte de Rothschild (il ne comporte pas de numéro d’entrée ni d’autre indication de provenance). Néanmoins, il faisait certainement partie du legs, car un entrefilet, paru le 10 décembre 1899 dans Le Ménestrel, mentionne le nom de Cramer aux côtés de ceux de Chopin et de Rossini :

  • 50 Le Ménestrel, 10 décembre 1899, 65e année, no 50, p. 399.

La baronne Nathaniel de Rothschild a légué quelques souvenirs au Conservatoire de musique. La bibliothèque a eu pour sa part plusieurs pièces autographes de Chopin, un grand morceau de piano signé de Rossini, ainsi que diverses pièces pour le piano de la main de Cramer. De son côté le musée du Conservatoire s’est enrichi de sept instruments anciens très précieux, des mandolines, des mandores et deux splendides archiluths50.

28Publié sous forme anonyme, cet entrefilet est assez précis pour laisser penser que c’était un bibliothécaire du Conservatoire ou, dans tous les cas, une personne qui lui était proche qui a demandé à l’éditeur Heugel d’insérer cette nouvelle dans son journal. Si cette hypothèse confère à l’entrefilet une forme d’autorité, je n’ai pas pu confirmer l’existence de plusieurs pièces pour piano de la main de Cramer dans le legs Rothschild. En effet, aucune autre source manuscrite des œuvres du compositeur conservée dans le fonds du Conservatoire (autographes et copies) ne peut être rattachée à la famille Rothschild.

29En plus des autographes, j’ai pu retrouver un certain nombre de copies manuscrites qui faisaient sans doute partie du lot « manuscrits de Chopin » mentionnés dans le testament. On peut ainsi dénombrer :

  • deux copies de la Berceuse :

      • la première (D 10810) ne comporte pas les deux premières mesures d’ostinato à la main gauche que Chopin ajouta en vue de la publication et reproduit ainsi la version rejetée de l’œuvre, telle qu’elle figure dans l’autographe ayant appartenu à Élise Gavard ;

        • 51 La présence de ces deux copies de la Berceuse dans le legs Rothschild me semble une confirmation ul (...)

        la seconde (D 10809) (fig. 7) est incomplète : elle ne comporte que les 42 premières mesures et reproduit la version finale de l’œuvre, telle qu’elle a été publiée par le compositeur. Il ne s’agit cependant pas d’une copie de l’édition française ; au contraire, elle partage certaines caractéristiques graphiques avec l’autographe, notamment l’absence de liaisons dans l’accompagnement de la main gauche et la position des hampes qui, à partir de la mesure 39, ne sont pas redoublées pour faire ressortir la mélodie51 ;

    • 52 Ce manuscrit comporte, au verso et écrite d’une autre main, une copie « Mazourka de Chlopicki » de (...)

    une copie de la Marche funèbre op. 72, no 2 (D 10807)52 ;

    • 53 Cette copie ne comprend que les mélodies suivantes : no 16 Piosnka litewska (texte de L. Osiński), (...)

    une copie partielle des Mélodies polonaises op. 74 (D 10813)53.

7. Frédéric Chopin, Berceuse (copie), 1844-1880, 28 × 22 cm, Paris, Bibliothèque nationale France, département de la Musique, D 10809, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55000834r .

7. Frédéric Chopin, Berceuse (copie), 1844-1880, 28 × 22 cm, Paris, Bibliothèque nationale France, département de la Musique, D 10809, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55000834r .

© BnF/Gallica

30Deux de ces manuscrits – à savoir la copie incomplète de la Berceuse et la Valse op. 70, no 1 – portent le même numéro d’entrée que les autographes de Chopin légués au Conservatoire par la baronne. Bien que ce numéro ne soit pas présent sur tous ces documents, il est certain qu’ils faisaient partie d’un lot unique. En effet, toutes ces copies se ressemblent : d’après l’analyse graphologique des clefs et des altérations, on peut affirmer qu’ils ont été écrits par une seule et même personne.

  • 54 Marche funèbre op. 72, no 2 parut en 1855 chez Meissonnier ; Mélodies polonaises parut en 1879 chez (...)

31J’ai initialement émis l’hypothèse que cette personne était Charlotte de Rothschild elle-même : l’écriture (en particulier celle des copies de la Berceuse) ressemble étonnamment à celle de Chopin et il est connu que les élèves du compositeur polonais avaient la fâcheuse tendance à adopter par mimétisme une écriture similaire à celle de leur maître. Après tout, il ne serait pas étrange que la baronne, qui était restée proche du cercle de Chopin, recopie de sa propre main des œuvres posthumes comme la Marche funèbre ou les Mélodies polonaises, c’est-à-dire des pièces qui n’ont été publiées que très tardivement en France54. Néanmoins, cette hypothèse n’a pas pu être validée. En effet, lorsqu’on compare l’envoi autographe de Charlotte de Rothschild à Auguste Franchomme, présent sur la couverture des Quatre Pièces pour piano (VMG 6705), avec le texte de la copie des Mélodies polonaises, plusieurs différences émergent entre les deux graphies. Le copiste ne peut donc pas être identifié avec Charlotte de Rothschild. Toutefois, ces copies, réalisées par une seule et même personne qui faisait probablement partie de l’entourage de la baronne, lui ont appartenu, comme le confirme le numéro d’entrée présent sur certaines d’entre elles.

  • 55 B-Br /ms. II 4118 Mus Fétis 3646.

32J’aimerais conclure en signalant un dernier manuscrit (D 10814). Bien qu’il ne porte pas de mention de provenance, il est écrit de la même main que les autres copies faisant partie du legs de la baronne de Rothschild. Lorsque ce lot de documents (D 10809-10814) a été catalogué dans les années 1950, les bibliothécaires ont eu des hésitations au sujet du dernier feuillet : dans le carnet de cotes, on retrouve le nom de Chopin, accompagné d’un point d’interrogation, mais aussi l’indication « esquisse anonyme ?? ». Cette pièce a une structure très rudimentaire et se caractérise par la simplicité de l’écriture mélodique et, surtout, harmonique ainsi que par une grossièreté dans l’accompagnement : il va sans dire que ce n’est certainement pas une œuvre de Chopin. Il ne s’agit pas non plus d’une composition de Charlotte de Rothschild : j’ai retrouvé une autre copie de cette pièce à la Bibliothèque royale de Belgique, dans un recueil rassemblant de la musique espagnole et ayant appartenu à François-Joseph Fétis55. Grâce à ce recueil, j’ai pu mettre un titre sur le feuillet anonyme D 10814 : El Jaleo de Jerez para piano. Ce dernier document laisse donc supposer que la collection musicale de Charlotte de Rothschild ne se limitait pas aux seules pièces de Chopin ou à celles d’autres compositeurs ayant fréquenté sa famille, dont Rossini et Cramer, mais qu’elle était plus vaste que ce que nous connaissons aujourd’hui. Pour des raisons évidentes, la baronne a décidé de faire don au Conservatoire des manuscrits autographes des grands compositeurs, même si certaines copies manuscrites se sont glissées dans son legs.

Notes

1  L’article de Charlotte de Rothschild, « The Musical Association of the Rothschild family », dans Georg Heuberger (dir.), The Rothschilds: Essays on the History of a European Family, Woodbridge, Thorbecke/Boydell & Brewer, 1994, p. 287-296, aborde l’importance qu’avait la musique pour la famille Rothschild.

2  Le legs de Charlotte de Rothschild à la bibliothèque du Conservatoire est actuellement conservé au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France.

3 [Anonyme], « Rossini à Francfort », Le Ménestrel, 3e année, no 30, 26 juin 1836, p. 1.

4 Le Ménestrel, 57e année, no 40, 4 octobre 1891, p. 318.

5 Voir Louis Spohr’s Autobiography, Translated from the German, London, Longman, 1865, p. 78.

6 Édouard Ferdinand de Beaumont-Vassy, Les Salons de Paris et la société parisienne sous Louis-Philippe Ier, Paris, Sartorius, 1866, p. 328-331. Sur l’hôtel de la rue Laffitte, voir Pauline Prevost-Marcilhacy, Les Rothschild, bâtisseurs et mécènes, Paris, Flammarion, 1995 ; et Pauline Prevost-Marcilhacy, « Un hôtel au goût du jour », Gazette des beaux-arts, juillet-août 1994, p. 245-264.

7 Lady Morgan (Sydney Owenson), La France en 1829 et 1830, traduit de l’anglais par Mlle A. Sobry, Bruxelles, P. Meline, 1831, p. 133-135.

8 Boniface de Castellane, Journal du maréchal de Castellane (1804-1862), Paris, Plon, 1895, t. II, p. 200.

9 Ibid., p. 201.

10 Rossini qualifie Lionel Rothschild de « mio carissimo amico » dans une lettre à Loup du 26 juin 1836, citée dans Giuseppe Raidiciotti, Gioacchino Rossini, Vita documentata Opere et influenza du l’arte, Tivoli, Arti Grafiche Majella di Aldo Chicca, 1928, t. II, p. 193.

11 En dépit de mes recherches, je n’ai pas pu trouver de document de première main qui permette de détailler ultérieurement les relations que Rossini a eues avec les Rothschild.

12 Le 12 janvier 1825, Rossini écrivit à Giuditta Pasta : « Cara Giuditta, amerei sapere se mercoldì [sic] 12. Genajo Potete venire ad’un concerto in casa del Barone Rodchild [sic]. Colgo questa occasione per dirmi vos[tr]o Candido Estimatore. G. Rossini », voir Bruno Cagli et Sergio Ragni (dir.), Gioachino Rossini. Lettere e Documenti. Vol. II, 21 marzo 1822-11 ottobre 1826, Pesaro, Fondazione Rossini, 1996, p. 308-309.

13 Dans une lettre non datée et connue uniquement dans une traduction en anglais, Rossini écrivit à Cinti : « Next Sunday, the 21th of this month, there will be a concert at Baron Rothschild’s and I should be so happy to procure for the company the pleasure of hearing you. If you are free and accept my invitation, please be so good as to reply, giving me a time when I may come to see you so that we can agree on the choice of the singers and on the music for the programme […] », lettre citée dans Bruno Cagli et Sergio Ragni (dir.), Gioachino Rossini. Lettere e Documenti, op. cit., t. II, p. 308-309.

14 En 1824, le baron écrivit à Giuditta Pasta : « Par un hasard malheureux, je n’ai pu me rencontrer avec Mr. Bénédict ce matin. Veuillez bien me dire si le petit concert chez nous aura lieu Lundi, et si vous voulez que je passe chez vous demain pour pouvoir en parler plus en détail, et à quelle heure. Je puis venir quand vous voudrez, puisque je ne monterai pas à cheval. », lettre citée dans Maria Giulini Ferranti, Giuditta Pasta e i suoi tempi, Milan, Cromotipia Ettore Sormani, 1935, p. 57.

15 Le Ménestrel, 12e année, no 16, 16 mars 1845, p. [2].

16 Il s’agit probablement d’une exécution donnée dans des cadres privés, peut-être chez les Rothschild, car la presse ne mentionne aucune prestation publique d’Adelina Patti pendant la première semaine de mars 1865.

17 Lettre conservée à Londres (The Rothschild Archive, 000/1696) et reproduite en fac-similé dans l’article de Claude Collard, « La vie en société des Rothschild », dans Claude Collard et Melanie Aspey (dir.), Les Rothschild en France au xixe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2012, p. 103.

18 Sur Charlotte de Rothschild, voir Evelyn M. Cohen, « Charlotte “Chilly” von Rothschild: mother, connoisseur, and artist », The Rothschild Archive Review of the Year April 2012 to March 2013, p. 29-36, voir : rothschildarchive.org/materials/review_2012_2013_complete_pdf_reduced.pdf (consulté le 10 novembre 2018).

19 Voir Charlotte de Rothschild, « The Musical Associations of the Rothschild Family », dans Georg Heuberger (dir.), The Rothschilds. Essays on the History of a European Family, Woobridge, Boydell Press, 1994, p. 292.

20 Le Ménestrel, 39e année no 18, 30 mars 1873, p. 143.

21 Cité dans Charlotte de Rothschild, « The Musical Associations of the Rothschild Family », art. cit., p. 293.

22 Voir Pauline Prevost-Marcilhacy, « Charlotte et Nathaniel de Rothschild », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, 3 vol., Paris, Louvre/BnF/Somogy, 2016, vol. I, p. 184-199.

23 Je m’appuie ici sur la chronologie des liens de Chopin avec la famille Rothschild reconstituée par Jean-Jacques Eigeldinger (voir Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin et la baronne Nathaniel de Rothschild. Nocturne en ut mineur et valse en la mineur sans numéro d’opus. Problèmes d’attribution. Mazurka op. posth. 67 no 4 (Manuscrit Rothschild), Varsovie, Narodowy Instytut Fryderyka Chopina, [2015], p. 34-35).

24 F-Pn /ms. 121. (gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550010414/f2.image)

25 Lettre citée dans Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin et la baronne Nathaniel de Rothschild, op. cit., p. 35.

26 À l’occasion de ce concert, Escudier décrit le salon des Rothschild dans ces termes : « Les salons, cette année, se sont ouverts de bonne heure. Que de fêtes charmantes nous allons avoir cet hiver, à en juger par les soirées brillantes qui se sont données cette semaine. Et d’abord c’est M. de Rostchild [sic], l’illustre potentat de la banque, qui a illuminé le premier son palais. Voyez ! À ces portes de cristal, à ces tentures royales, à ces peintures merveilleuses, à cet ameublement tout revêtu d’or, à cet éclat magique qui partout vous étourdit, ne vous croiriez-vous pas endormi dans un monde d’illusions ? Il n’y a que les rois et les princes qui puissent étaler un luxe aussi féérique ; et toutes ces femmes qui brillent par la beauté et par la richesse, regardez-les sourire de bonheur », La France musicale, 15 janvier 1843, 6e année, no 8, p. 20.

27 Le Ménestrel, 16 mars 1873, 39e année, no 16, p. 126.

28 Le Figaro, 17 janvier 1873, 20e année, 3e série, no 17, p. 3.

29 Voir Le Gaulois, 18 mars 1884, 18e année, no 360, p. 2.

30 Voir l’intervention de Marie-Pauline Martin et Thierry Maniguet, « Sur les collections d’instruments des Rothschild », au colloque « De la sphère privée à la sphère publique », le 4 décembre 2018 : www.youtube.com/watch?v=l7qkzcy0-BQ.

31 Krystyna Kobylańska, Rękopisy utworów Chopina: Katalog, Cracovie, Polskie Wydawnictwo Muzyczne, 1977, t. I, p. 311-312.

32 Je remercie Magdalena Oliferko pour son aide dans la traduction du texte polonais.

33 Moritz Karasowski, Friedrich Chopin. Sein Leben und seine Briefe, Dresde, Ries, 1878, p. 338.

34 Le legs d’Élise Gavard est encore moins documenté que celui de Charlotte de Rothschild. En effet, on n’en trouve aucune mention dans les archives de la bibliothèque du Conservatoire, ni dans les carnets de cotes, ni dans les registres des entrées. Néanmoins, la dédicace inscrite sur une feuille séparée de toute partition : « À Mademoiselle Élise Gavard // son vieux professeur et ami // Chopin » (ms. 123) porte la mention de la main de Jean-Baptiste Weckerlin : « Legué au Conservatoire par Mlle Gavard ». Cette dédicace accompagnait soit l’autographe de la Valse op. 70, no 2 (ms. 117), soit celui de la Berceuse (ms. 115).

35 F-Pn /ms. 121.

36 F-Pn /ms. 111 (B).

37 F-Pn /ms. 114.

38 F-Pn /ms. 110.

39 F-Pn /ms. 119 (A) et ms. 119 (B).

40 F-Pn /ms 118 et ms. 119 (A), le Nocturne se trouvant au verso de la Valse.

41 Louise Dubin, « Charlotte or Chopin ? An Examination of the Primary Sources Behind Unknown Compositions Published by the Baroness Charlotte Nathaniel de Rothschild Which Were Later Published as Posthumous Works of Fryderyk Chopin », dans Mark Cruse et Catherine Montfort-Howard (dir.), Women in French studies: Select essays from Women in French International Conference (Tempe, Arizona, 2012), Women in French, 2014, p. 143-157.

42 Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin et la baronne Nathaniel de Rothschild, op. cit.

43 Voir Louise Dubin, « Charlotte or Chopin ? », art. cit.

44 Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin et la baronne Nathaniel de Rothschild, op. cit.

45 F-Pn / ms. 1338.

46 Voir Jean-Jacques Eigeldinger, Chopin et la baronne Nathaniel de Rothschild, op. cit., p. 34.

47 F-Pn / ms. 387.

48 Cette œuvre n’est pas recensée dans le catalogue thématique des œuvres de Rossini par Philip Gossett, voir Philip Gossett, « Catalogo delle opere », dans Luigi Rognoni, Gioacchino Rossini, Torino, ERI, 1968, p. 439-503.

49 François-Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, deuxième édition, Paris, Firmin-Didot, 1861, t. II, p. 385.

50 Le Ménestrel, 10 décembre 1899, 65e année, no 50, p. 399.

51 La présence de ces deux copies de la Berceuse dans le legs Rothschild me semble une confirmation ultérieure du fait que l’autographe de l’œuvre n’appartenait pas à la baronne mais plutôt à Élise Gavard : pour aucun autre des manuscrits autographes qu’elle a reçus de Chopin, Charlotte de Rothschild ne possédait de copie.

52 Ce manuscrit comporte, au verso et écrite d’une autre main, une copie « Mazourka de Chlopicki » de Karol Kurpiński, datée du 23 novembre 1849.

53 Cette copie ne comprend que les mélodies suivantes : no 16 Piosnka litewska (texte de L. Osiński), no 14 Pierścień (texte de S. Witwicki), no 12 Moja pieszczotka (texte de A. Mickiewicz), no 8 Śliczny chłopiec (texte de B. Zaleski), no 4 Hulanka (texte de S. Witwicki), no 6 Precz z moich oczu (texte d’A. Mickiewicz) et une autre copie du no 14 Pierścień (texte de S. Witwicki).

54 Marche funèbre op. 72, no 2 parut en 1855 chez Meissonnier ; Mélodies polonaises parut en 1879 chez Hamelle.

55 B-Br /ms. II 4118 Mus Fétis 3646.

Table des illustrations

Titre 1. Southworth & Hawes, Baron James Rothschild, 1845-1861, daguerréotype, Boston, Museum of Fine Arts.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11351/img-1.png
Fichier image/png, 664k
Titre 2. Jean-Léon Gérôme, Portrait de la baronne Nathaniel de Rothschild, née Charlotte de Rothschild (1825-1899), 1866, huile sur bois, 49,6 × 35,8 cm, Paris, musée d'Orsay.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay)/Hervé Lewandowski
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11351/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre 3. Frédéric Chopin, Valse, op. 69, no 1, 1842, 15,5 × 25,5 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, ms. 121, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550010414/f3.image
Crédits © BnF/Gallica
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11351/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 4. Frédéric Chopin, Valse en la mineur, sans numéro d’opus, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, ms. 119 A, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55001038v .
Crédits © BnF/Gallica
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11351/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 5a et b. Quatre pièces pour piano par la baronne Nathaniel de Rothschild, page de titre, Paris, J. Maho, 1860, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, VMG 6705, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8582393/f3.image.
Crédits © BnF/Gallica
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11351/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Crédits © BnF/Gallica
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11351/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre 6. Gioachino Rossini, « Petit souvenir offert à Mme la baronne Charlotte Nathaniel de Rothschild par son très dévoué G. Rossini, Paris, 10 septembre 1843 », 27 × 34 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, ms. 1338, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52502175j/f5.image.
Crédits © BnF/Gallica
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11351/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre 7. Frédéric Chopin, Berceuse (copie), 1844-1880, 28 × 22 cm, Paris, Bibliothèque nationale France, département de la Musique, D 10809, consultable en ligne sur Gallica : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55000834r .
Crédits © BnF/Gallica
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11351/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 342k

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search