Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la sphère privée à la sphère publique

 | 
Pauline Prevost-Marcilhacy
, 
Laura de Fuccia
, 
Juliette Trey

Manuscrits, livres et imprimés

James Édouard de Rothschild à Venise : un jeune bibliophile face à la dispersion des collections de la famille Mocenigo

Laura de Fuccia

Entrées d'index

Géographique :

France, Italie, Venise

Chronologique :

XVIIIe siècle, XIXe siècle

Texte intégral

  • 1 * Nous remercions William Barcham, Stefania Mason et Pierre Rosenberg pour les informations qu’ils (...)
  • 2  « Après avoir passé dix mois de l’année dans un labeur assidu, il prenait généralement ses vacance (...)
  • 3 Ibidem.
  • 4  Il s’agit de Tommaso (1414-1423), Pietro (1474-1476), Giovanni (1478-1485), Alvise Ier (1570-1577) (...)

1Dans sa biographie de James Édouard de Rothschild (1844-1881) (fig. 1)1, Émile Picot nous renseigne sur des séjours vénitiens prolongés du jeune baron, pendant ses vacances d’été, à l’époque où il était étudiant à la faculté de droit de Paris : « Après avoir passé dix mois de l’année dans un labeur assidu, il prenait généralement ses vacances en Italie, de préférence à Venise. » Ces souvenirs datent des années 1862-1865 ; James Édouard aurait alors profité de ces vacances vénitiennes pour visiter les « musées » et explorer les « boutiques des libraires2 ». Ce n’est que par cette même source que nous apprenons qu’il aurait acquis à cette époque les archives de la famille Mocenigo pour les sauver de la dispersion, en en faisant don, vraisemblablement dès les années 1860, à la bibliothèque de la Sorbonne à Paris. Cette acquisition, présentée par Émile Picot comme un engagement précoce de James Édouard dans la sauvegarde d’ensembles et de collections notables (« Il lui arriva plusieurs fois de sauver de la dispersion des collections précieuses3 »), livre un témoignage capital sur les intérêts du jeune James Édouard, nous renseignant par la même occasion sur la dispersion des archives d’une famille dont l’histoire est étroitement liée à celle de la Sérénissime. Les Mocenigo ont en effet occupé des charges de premier plan au sein des institutions de la République, sept des membres des diverses branches de la famille ayant même été élus doges au fil du temps, entre le xve et le xviiie siècle4.

1. Pierre Petit, James Édouard de Rothschild, 1881, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Société de géographie, SG PORTRAIT-344.

1. Pierre Petit, James Édouard de Rothschild, 1881, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Société de géographie, SG PORTRAIT-344.

© Bibliothèque nationale de France

  • 5  Nous remercions très sincèrement Jacqueline Artier, conservateur au département des Manuscrits et (...)

2Les registres de la bibliothèque de la Sorbonne étant lacunaires pour les années 1860, ce don, pourtant prestigieux, n’est pas mentionné dans ses archives où l’on ne trouve par ailleurs qu’un seul manuscrit explicitement rattaché à la famille Mocenigo5. Le récit d’Émile Picot nous a néanmoins permis d’identifier ces documents avec un ensemble de manuscrits encore conservé dans la réserve de la bibliothèque et dont la provenance était jusqu’alors considérée comme inconnue. Il s’agit d’un corpus de 81 volumes – mss. 464-545 –, de contenu à première vue cohérent par sa thématique « vénitienne », mais paradoxalement hétérogène, dès que l’on examine l’ensemble de près, par la nature des documents.

3Cet article se propose de fournir quelques pistes de réflexion et d’analyse de ce fonds, qui nous renseigne de manière inédite sur l’une des familles les plus en vue de l’histoire de la Sérénissime, mais aussi sur la sensibilité bibliophilique précoce développée par James Édouard et sur les liens que la famille Rothschild tisse avec le milieu culturel lagunaire dès la fin du xixe siècle.

  • 6  Voir Pauline Prevost-Marcilhacy, « Charlotte de Rothschild (1825-1899) et Nathaniel de Rothschild (...)
  • 7  La baronne avait orienté le goût de son fils vers la peinture de paysage grâce à son propre maître (...)
  • 8  Marie-Hélène Tesnière, « Les manuscrits de la première rédaction des œuvres de Brantôme à la Bibli (...)
  • 9 Il s’agirait d’un des premiers achats de James Édouard. Voir Catherine Faivre d’Arcier, « La biblio (...)
  • 10 Au sujet des collections universitaires antérieurement à 1870, Alban Daumas écrit en 1973 : « L’his (...)

4Fils aîné de Nathaniel (1812-1870) et de Charlotte de Rothschild (1825-1899), artiste elle-même, collectionneuse et mécène, James Édouard est très tôt introduit par sa mère tant auprès d’artistes que de la plupart des grands bibliophiles de son époque6. C’est sans doute aussi Charlotte qui l’oriente vers Venise, devenue sujet de prédilection de ses propres aquarelles dans ces mêmes années 1860, comme en témoignent les Barques à l’angle d’un canal sur la lagune de Venise (fig. 2) ou la Vue de Venise, acquise par l’État et attribuée au musée du Luxembourg en 18867. Érudit raffiné, auteur, mais aussi éditeur, James Édouard est à l’origine d’une très importante collection de livres anciens et de reliures, léguée à la Bibliothèque nationale de France par ses héritiers8. Le don à la bibliothèque de la Sorbonne, alors que le jeune juriste n’avait que 20 ans9 et qu’il n’avait pas encore intégré la banque familiale aux côtés d’Alphonse, Gustave, Edmond et Arthur de Rothschild, constitue donc l’un des premiers témoignages du mécénat de James Édouard, qui disparut précocement à l’âge de 36 ans. Il nous offre par ailleurs des informations inédites sur l’enrichissement des collections de la bibliothèque de la Sorbonne à une époque sur laquelle nous manquons presque totalement d’informations10.

2. Charlotte de Rothschild, Barques à l’angle d’un canal sur la lagune de Venise, c. 1860, aquarelle sur papier, 54 x 78 cm, La Tronche, musée Hébert, no inv. H.U.80/31.

2. Charlotte de Rothschild, Barques à l’angle d’un canal sur la lagune de Venise, c. 1860, aquarelle sur papier, 54 x 78 cm, La Tronche, musée Hébert, no inv. H.U.80/31.

© Musée Hébert/Département de l’Isère

Les archives Mocenigo à la bibliothèque de la Sorbonne

  • 11  Voir Charles Beaulieux, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : U (...)
  • 12 Ce décret est mentionné dans Charles Beaulieux, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques (...)
  • 13 Alban Daumas, « Les bibliothèques universitaires », art. cit. C’est à cette date que la bibliothèqu (...)
  • 14 Concernant ce legs, voir Paul Deschamp, « Manuscrits de Victor Cousin à la Sorbonne », dans Charles (...)

5Lorsqu’en 1918 ce corpus de 81 manuscrits est mentionné pour la première fois dans le catalogue général de la bibliothèque de l’Université de Paris11, il est répertorié sans distinction à la suite d’autres documents et couvre une partie non négligeable des collections alors conservées par cette institution. Celle-ci s’enrichit considérablement à partir du 1er février 1865, à la suite d’un arrêté du ministre de l’Instruction publique du 15 décembre 1864 qui lui destine une partie importante des archives de l’ancienne Université12. Au moment de son don, James Édouard entend sans doute contribuer à cette phase du développement de la bibliothèque de la Sorbonne, qui sera réglementée par l’« Instruction générale relative au service des bibliothèques universitaires » du 4 mai 1878, destinée à valoriser les universités en tant que centres d’études et de recherche à part entière13. La démarche de James Édouard se situe, y compris symboliquement, dans une lignée prestigieuse, car son don de manuscrits suit le legs capital de livres imprimés, autographes et manuscrits fait par le célèbre philosophe et bibliophile Victor Cousin (1792-1867) à la bibliothèque de la Sorbonne, en 186314.

Le corpus

  • 15 Voir par exemple le ms. 498 qui porte la mention manuscrite « Volume de 111 feuillets, 23 Mai 1912  (...)
  • 16 Marco Foscarini, Storia arcana ed altri scritti inediti di Marco Foscarini, aggiuntovi un catalogo (...)

6Nous proposons de distinguer dans ce corpus de manuscrits donnés par James Édouard deux parties, faisant abstraction de l’actuel ordre de classement du fonds qui devrait dater du début du xxe siècle15. Un premier ensemble se distingue par son rattachement à la sphère publique, relatant notamment l’histoire de la République de Venise et de ses institutions ; un second relève d’une dimension privée, liée à un certain nombre de familles de l’aristocratie vénitienne. Il n’est par ailleurs pas étonnant que ces deux aspects coexistent dans un fonds d’archives qui émanerait d’une prestigieuse famille dont l’histoire est inévitablement amenée à se confondre avec celle de la République. Dans cette perspective, nous pouvons évoquer le témoignage du noble vénitien Marco Foscarini (1696-1763), bibliothécaire de la Marciana et doge de la République entre 1762 et 1763. Dans son autobiographie, ce dernier défend la nécessité de se former à la sagesse civile et politique16 et souligne l’importance des études historiques pour les hommes voués à gérer la République, conseillant explicitement de constituer une collection d’ouvrages imprimés et de manuscrits qui puissent être utiles à ces fins. Ces archives Mocenigo pourraient donc s’apparenter à un fonds de références, de sources d’étude et de travail, ayant appartenu à une famille qui l’aurait aussi tout naturellement enrichi de documents plus strictement issus de l’histoire familiale.

L’histoire de la République de Venise, de ses institutions et de son gouvernement

  • 17 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Lettere a magistrati e reggimenti », 1725-1726, mss. 477-478  (...)
  • 18 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Amministrazione publica. Corrieri », xviie-xviiie siècle, ms. (...)
  • 19 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Supplemento al codice dell’eccelso Consiglio di Dieci », xvii (...)
  • 20 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Pratica universale del magistrato eccellentissimo delle acque (...)
  • 21 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registro di lettere publiche, scritte nel reggimento dell’ecc(...)
  • 22 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Lettere di Contarini, capitano di Verona, da 3 marzo 1617 sin (...)
  • 23 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registro di lettere a magistrati » de Bergame, 1716-1717, ms. (...)
  • 24 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registri lettere de magistrati sotto il reggimento di Giacomo (...)
  • 25 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registro di lettere di Aloise Mocenigo del suo generalato di (...)

7Une partie de ces documents retracent plus particulièrement l’histoire de la ville depuis sa fondation (ms. 464) ; d’autres sont de nature militaire (xviiie-xixe siècle, mss. 477-478, mss. 494-495, ms. 518)17, administrative18, diplomatique (ms. 531) ou juridique. Quelques-uns concernent spécifiquement le fonctionnement d’institutions de la République, telles que le Conseil des Dix19 – un comité exécutif et judiciaire créé dès 1310 – ou le Magistrat des eaux – institution créée en 1501 pour veiller à la gestion de la lagune20. D’autres, documents juridiques et correspondance administrative, concernent l’administration des villes des provinces de la Terre Ferme, appartenant alors à la République de Venise : Brescia21, Vérone22, Padoue, Bergame23, Trévise24 ou Split25. Dans ce corpus, une place importante est tout particulièrement accordée à la législation fiscale de la Sérénissime.

  • 26 Concernant Alessandro Priuli, voir Marco Barbaro, Discendenze patrizie, Venise, Biblioteca del Muse (...)
  • 27 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Mensuali dei conventi soppressi d’Italia », xviiie siècle, ms (...)

8Il est ainsi à signaler une histoire de la fiscalité écrite par le patricien Alessandro Priuli (1732-1807) intitulée Storia delle antiche gravezze, dadie, tanse di genti di arme, alloggi di cavalleria o sia ordine di banca, o sia foraggi per la milizia equestre, scritta dal N. U. e Alessandro Priuli, avvocato fiscale della serenissima Signoria (fig. 3). Ce titre porté sur le ms. 498 est significatif car cet ouvrage se révèle n’être qu’un fragment d’un recueil plus vaste, demeuré inédit, de lois fiscales couvrant une large période de l’histoire de la République, du xve au xviiie siècle, et rédigé par Alessandro Priuli26, probablement à partir de l’année 1784, date à laquelle il devient avocat fiscaliste de la République de Venise, et ce jusqu’à sa mort en 1807. Il n’est donc pas absurde d’associer au ms. 498 une suite d’autres pièces manuscrites et imprimées relatives aux « gravezze » [impôts] de Venise, notamment les mss. 499-508. Par leur manière de traiter le thème de la fiscalité et parce que classés à la suite des premiers, d’autres manuscrits pourraient en outre être rattachés au même ouvrage27 : il s’agit des mss. 509-516 – huit volumes consacrés à la fiscalité des couvents pour la période 1781-1784, dates qui correspondraient à la période d’activité de Priuli –, mais aussi, très probablement, des mss. 540-542. Ainsi, au total, au moins 19 des 81 manuscrits de la Sorbonne concernent spécifiquement la fiscalité et devraient renvoyer au recueil Priuli, désormais conservé dans un état fragmentaire.

3. Alessandro Priuli, « Storia delle antiche gravezze [...] », t. I, [Venise, après 1784], Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 498.

3. Alessandro Priuli, « Storia delle antiche gravezze [...] », t. I, [Venise, après 1784], Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 498.

© Bibliothèque de la Sorbonne

  • 28 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne,  « Raccolta di leggi e pubblici documenti [...]. Articolo Prima (...)
  • 29 Je remercie Andrea Pavanello (Archivio della biblioteca del Museo Correr) pour les informations qu’ (...)
  • 30 Alessandro Priuli, Raccolta di leggi del ser.mio Maggior Consiglio, ducali dell’ecc.so Consiglio di (...)

9Car de son caractère lacunaire témoignent quelques indices. Le ms. 498, divisé en plusieurs parties, n’est par exemple manifestement qu’un troisième « chapitre » d’une première partie (« Parte Prima. Articolo terzo. Tomo primo, ab anno 1411 usque 1600 », fol. 1), suivie par d’autres parties consacrées aux lois fiscales des provinces vénitiennes28. Il suggère donc l’existence d’au moins deux chapitres précédents (un « articolo primo » et un « articolo secondo » d’une première partie) dont il n’y a pas trace à la bibliothèque de la Sorbonne, mais qui renvoient à des manuscrits aujourd’hui conservés à la bibliothèque du musée Correr à Venise qui possède un deuxième ensemble significatif de ce même recueil Priuli (mss. Correr 564-684, fig. 4)29. À ces deux ensembles, nous pouvons également désormais rattacher un autre volume de ce même recueil tout récemment acheté, en 2019, par la faculté de droit de l’université de Californie, Berkeley School of Law (fig. 5)30.

4. Alessandro Priuli, « Raccolta in proposito della pesca del pesce novello dall’anno 1314 sino all’anno 1699 » [Recueil sur la fiscalité concernant la pêche], vol. 4, t. I [Venise, après 1784], Venise, Bibliothèque Correr, ms. 564.

4. Alessandro Priuli, « Raccolta in proposito della pesca del pesce novello dall’anno 1314 sino all’anno 1699 » [Recueil sur la fiscalité concernant la pêche], vol. 4, t. I [Venise, après 1784], Venise, Bibliothèque Correr, ms. 564.

© Bibliothèque Correr

5. Alessandro Priuli, « Raccolta di leggi del ser.mo Maggior Consiglio, ducali dell’ecc. Consiglio di Dieci [...] in proposito di gravezze de mandato dominii », [Venise, après 1784], Berkeley, CA, The Robbins Collection in Civil and Religious Law, Université de la Californie, Berkeley Law.

5. Alessandro Priuli, « Raccolta di leggi del ser.mo Maggior Consiglio, ducali dell’ecc. Consiglio di Dieci [...] in proposito di gravezze de mandato dominii », [Venise, après 1784], Berkeley, CA, The Robbins Collection in Civil and Religious Law, Université de la Californie, Berkeley Law.

© Berkeley CA, Berkeley, School of Law, The Robbins Collection in Civil and Religious Law

  • 31 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 544, 1615.

10Il n’est par ailleurs pas anodin que le baron James Édouard ait porté un intérêt à ce recueil, rédigé par un avocat – Alessandro Priuli –, alors qu’il était lui-même en train de se former aux études juridiques, avant d’obtenir son diplôme à Paris en 1865. Dans cette perspective, il est également à signaler la mention d’un étonnant « agenda d’un avocat italien », datant du xviie siècle31, faisant partie du même fonds acquis à Venise par James Édouard.

Histoire(s) familiale(s)

  • 32 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Criminale » : papiers relatifs à des affaires criminelles de (...)
  • 33 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registro di lettere di Aloise Mocenigo del suo generalato di (...)

11Si certains manuscrits de ce fonds concernent l’histoire de la République, de ses institutions et de ses lois, d’autres sont clairement liés à la gouvernance de quelques familles aristocrates de la ville32, telles que les Sagredo ou les Contarini. Concernant ces manuscrits, aucun indice ne permet d’établir une provenance Mocenigo. Émile Picot reste donc la source essentielle pour en déterminer l’origine, le fonds lui-même ne possédant qu’un seul volume faisant mention explicite de cette famille33. Néanmoins, à la faveur d’une analyse plus approfondie, des liens avec la famille Mocenigo peuvent être décelés.

  • 34 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Criminale » : papiers relatifs à des affaires criminelles de (...)
  • 35 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Lettere ducali del Senato al signor Andrea Corner, provvedito (...)

12De nombreux documents concernent par exemple les familles Badoer, Morosini34 et Corner, et couvrent plusieurs siècles de leur histoire (xvie-xviiie siècle). Il s’agit essentiellement de feuilles manuscrites reliées, mais parfois aussi de pages imprimées. Or ces familles ont des liens familiaux avec les Mocenigo. Les archives conservent par exemple la correspondance d’Andrea Corner, « provveditore general da mar », avec le doge35 durant la période 1721-1724. Elles remontent alors au dogat d’Alvise III Sebastiano Mocenigo (1662-1732), élu en 1722, il ne serait donc pas étonnant de les retrouver dans les archives de la famille Mocenigo.

  • 36 Voir Linda Borean, Stefania Mason (dir.), Il collezionismo a Venezia nel Settecento, op. cit., p. 1 (...)
  • 37 À la même époque remontent également les « Conti artefici per lavori publici da primo giugno 1771 a (...)

13Il convient de signaler également la présence d’un ensemble de documents concernant la ville de Brescia pour des périodes spécifiques, faisant référence à l’époque où elle était administrée par le podestà Nicolò Contarini (1773-1775). Ces feuilles concernent les années où l’un des plus turbulents membres de la famille Mocenigo,  Alvise V Sebastiano, se trouvait emprisonné dans le château San Felice de Brescia pour conduite dissolue, après une carrière diplomatique prestigieuse – il fut, entre autres, ambassadeur en Espagne et en France36. Cette documentation, émanant du podestà de la ville, principale autorité politique et judiciaire locale, pourrait être liée aux problèmes judiciaires rencontrés par Alvise V, emprisonné sept ans durant. Par ailleurs, ces manuscrits renvoient également aux années du dogat d’un autre membre de la famille, Alvise IV Giovanni Mocenigo (1701-1778), élu en 176337. Il n’est donc pas déraisonnable de désigner ce fonds comme « fonds Mocenigo ».

14Les liens spécifiques entre chacun des manuscrits semblent dès lors pouvoir être restitués, encore que de manière non systématique. Il est, par exemple, impossible pour l’instant de prouver la provenance Mocenigo du recueil de la fiscalité d’Alessandro Priuli, néanmoins la présence d’un tel recueil Priuli n’aurait rien d’étonnant dans la bibliothèque d’une famille aristocratique qui pouvait naturellement trouver intérêt à cette vaste synthèse sur la fiscalité vénitienne.

15Sans le témoignage fondamental d’Émile Picot, il n’aurait été pas facile de déterminer l’origine exacte de l’ensemble de ce fonds vénitien ou les modalités de son acquisition, James Édouard n’étant pas mentionné dans les archives de la bibliothèque de la Sorbonne et la famille Mocenigo comptant par ailleurs plusieurs branches distinctes. Or pour mieux comprendre l’origine de ces fonds, il convient de retracer brièvement l’histoire de ces diverses branches.

Une provenance prestigieuse : les Mocenigo de la Casa Vecchia

16À partir du xviie siècle, les Mocenigo se partagent en deux branches principales nommées selon la localisation de leur résidence principale : celle dite de la Casa Nuova ou des Mocenigo de San Stae, et celle dite de la Casa Vecchia ou des Mocenigo de San Samuele (la branche aînée), situées respectivement dans les paroisses de San Stae et de San Samuele. C’est notamment à la branche de la Casa Vecchia de San Samuele (fig. 6) que nous nous proposons de rattacher le fonds Mocenigo de la bibliothèque de la Sorbonne.

6. Arbre généalogique de la Maison aînée des Mocenigo de San Samuele, Venise, Bibliothèque Correr, dans Marco Barbaro, « Discendenze patrizie veneziane », ms. Cicogna, 2502, fol. 119v.

6. Arbre généalogique de la Maison aînée des Mocenigo de San Samuele, Venise, Bibliothèque Correr, dans Marco Barbaro, « Discendenze patrizie veneziane », ms. Cicogna, 2502, fol. 119v.

© Bibliothèque Correr

  • 38 Linda Borean, Stefania Mason (dir.), Il collezionismo a Venezia nel Settecento, op. cit.
  • 39 Henry Lapauze, Un nouveau chapitre sur l'oeuvre de Francesco Guardi, Paris, La Renaissance de l'art (...)
  • 40 Linda Borean, Stefania Mason (dir.), Il collezionismo a Venezia nel Settecento, op. cit., p. 186.

17Cette famille de grands collectionneurs et mécènes possédait plusieurs propriétés sur le Grand Canal, décorées par les artistes les plus représentatifs de l’école vénitienne entre le xve et le xviiie siècle. Les Mocenigo de San Samuele avaient par exemple commandé à Jacopo Robusti dit le Tintoret La Vierge à l’Enfant avec le doge Alvise Mocenigo, la dogaresse Loredana Marcello et d’autres membres de la famille (fig. 7) et réuni les œuvres des maîtres les plus en vue de la lagune. Le Titien, Giorgione, Véronèse, les Bassans, Giovanni Bellini, Andrea Schiavone, Pietro Liberi, Sebastiano Ricci et Pietro Longhi étaient bien représentés dans ces prestigieuses collections auxquelles Stefania Mason a consacré une étude approfondie38. Leur palais était, entre autre, décoré d’une Aurore dispersant les nuages de Giambattista Tiepolo (Boston, Museum of Fine Arts, vers 1755-1760) et d’un cycle dédié au thème nuptial de Vénus au miroir avec des petits amours, peint par Gianantonio Guardi vers 1750-1760 et dont cinq toiles se trouvent aujourd’hui à l’ambassade d’Italie à Paris (fig. 8)39. Une aquarelle de William Henry Lake Price, datée du 4 septembre 1839 (fig. 9), nous livre un aperçu de la décoration d’une des pièces principales de ce palais vénitien, tel que James Édouard a dû la connaître quelques années plus tard. Ce palais avait, par le passé, accueilli et hébergé des personnalités illustres, telles que le philosophe Giordano Bruno, dès 1591-1592, puis la comtesse d’Arundel, Lady Mary Wortley Montagu, mais aussi Lord Byron, représenté dans l’aquarelle de Price, assis dans un salon décoré du Paradis de Domenico Tintoretto40.

7. Jacopo Robusti dit le Tintoret, La Vierge à l’Enfant avec le doge Alvise Mocenigo, la dogaresse Loredana Marcello et d’autres membres de la famille, vers 1575, huile sur toile, 216 × 416 cm, Washington, National Gallery of Art (Samuel H. Kress Collection), no inv. 1961.9.44.

7. Jacopo Robusti dit le Tintoret, La Vierge à l’Enfant avec le doge Alvise Mocenigo, la dogaresse Loredana Marcello et d’autres membres de la famille, vers 1575, huile sur toile, 216 × 416 cm, Washington, National Gallery of Art (Samuel H. Kress Collection), no inv. 1961.9.44.

© National Gallery of Art

8. Gianantonio Guardi, Amours jouant avec un paon, vers 1750-1760, Paris, Ambassade d’Italie en France.

8. Gianantonio Guardi, Amours jouant avec un paon, vers 1750-1760, Paris, Ambassade d’Italie en France.

9. William Henry Lake Price, Lord Byron au Palais Mocenigo en 1839, San Marino, CA, The Huntington Library, Art Museum and Botanical Gardens, Gilbert Davis Collection, Inv. 59.55.410, consultable ici : emuseum.huntington.org/objects/1328/lord-byron-in-the-palazzo-mocenigo-venice?ctx=45b22364-7b9a-4672-8d3b-0cba75304366&idx=0

  • 41 Voir Marco Barbaro, Discendenze patrizie, Venise, Biblioteca del Museo Correr, ms. Cicogna 2502. Il (...)
  • 42 Linda Borean, Stefania Mason (dir.), Il collezionismo a Venezia nel Settecento, op. cit.

18C’est dans ce même palais que le 27 février 1864 s’éteint Alvise II Mocenigo, « ultimo di casa vecchia Mocenigo41 » (dernier membre de la branche aînée des Mocenigo), le décès aboutissant à la dispersion du patrimoine familial. Nous savons que sa demeure devient par la suite la propriété du comte de Robilant42 et que ses collections d’œuvres d’art sont dispersées à la fin du xixe siècle. Il est vraisemblable que c’est à cette date décisive que James Édouard s’est porté acquéreur d’une partie des archives familiales, date qui correspondrait par ailleurs aux séjours du jeune baron à Venise. Il est aussi probable que ce même événement ait fourni à James Édouard de Rothschild l’opportunité d’autres acquisitions.

Sur le don d’un millier de pièces à la Biblioteca Marciana

  • 43 Voir note 1.

19C’est le témoignage déjà cité d’Émile Picot qui, considéré dans son intégralité, nous livre quelques indices. De manière apparemment anodine, Émile Picot juxtapose la mention du don des archives de la famille Mocenigo à la bibliothèque de la Sorbonne et celle du don d’un ensemble d’un millier de pièces à la bibliothèque Marciana de Venise : « Il lui arriva plusieurs fois de sauver de la dispersion des collections précieuses. Ce fut ainsi qu’il conserva à l’Italie un millier de pièces, presque toutes italiennes, relatives à la bataille de Lépante. Cette réunion unique est aujourd’hui une des curiosités de la Bibliothèque marcienne. Une autre fois, il se rendit acquéreur des archives de la famille Mocenigo ; il les offrit à la bibliothèque de la Sorbonne43. »

  • 44 Je remercie très sincèrement Carlo Campana et Enrico Noè pour l’aide apportée dans cette recherche (...)

20Les deux dons ne sont pas clairement liés dans le souvenir d’Émile Picot et, comme c’était déjà le cas pour les manuscrits, le don de ces pièces ne semble pas avoir laissé de trace dans les archives de la bibliothèque Marciana44. Bien que ces documents n’aient pas pu être identifiés dans les collections de cette bibliothèque et que le témoignage de Picot ne soit pas explicite sur leur provenance, il n’est pas impossible que le millier de documents acquis par James Édouard à Venise ne soit aussi lié à la famille Mocenigo.

  • 45 Voir la notice « Alvise I Mocenigo », dans Enciclopedia Treccani ; consultable ici : www.treccani.i (...)
  • 46 Sur ces monnaies, sainte Justine figurait au revers, tenant la palme du martyre, alors qu’à l’avers (...)

21Il se trouve en effet que la bataille de Lépante du 7 octobre 1571 date de l’époque du dogat d’un autre membre de la famille Mocenigo, Alvise Ier Mocenigo. Il s’agit d’une victoire historique pour les forces chrétiennes qui entendaient venir en aide à la République de Venise dans sa défense de l’île de Chypre, en se réunissant sous le nom de Sainte Ligue à l’initiative du pape Pie V. Cette ligue avait réussi à s’imposer sur la puissante marine ottomane, alors que l’Empire ottoman était en pleine expansion et que le contrôle de la Méditerranée était en jeu. Cette bataille navale – qui aura des échos dans l’Europe entière – est un événement marquant dans l’histoire de Venise et l’apogée du dogat d’Alvise Ier Mocenigo45. Pour célébrer l’anniversaire de cette victoire, tombée le jour de la fête de sainte Justine, ce doge fera même battre une nouvelle monnaie d’argent, nommée précisément « Giustina46 ». Ce même thème est aussi à rattacher à la toile du Doge Alvise Mocenigo (1507-1577) présenté au Rédempteur réalisée par Tintoret (fig. 10), destinée au palais des Doges (Sala del Collegio), où la bataille de Lépante est évoquée par la présence de bateaux en arrière-plan.

10. Jacopo Robusti dit le Tintoret, Le Doge Alvise Mocenigo (1507-1577) présenté au Rédempteur, vers 1577, huile sur toile, 97.2 x 198.1 cm, New York, Metropolitan Museum of Art, n° inv. 10.206.

10. Jacopo Robusti dit le Tintoret, Le Doge Alvise Mocenigo (1507-1577) présenté au Rédempteur, vers 1577, huile sur toile, 97.2 x 198.1 cm, New York, Metropolitan Museum of Art, n° inv. 10.206.

© Metropolitan Museum of Art, Fonds John Stewart Kennedy, 1910

  • 47 Nous remercions Isabelle Le Masne de Chermont de nous avoir signalé cette pratique qui nous a permi (...)

22De nombreux textes furent rédigés en l’honneur de cette victoire, dès 1571, et certains de leurs possesseurs ont réuni en recueils ces opuscules éphémères pour en assurer la pérennité47. Il existe plusieurs exemples d’imprimés relatifs à cet événement notamment conservés à la Bibliothèque nationale de France, à la British Library, mais aussi à la bibliothèque Marciana.

23Bien que ces dons n’aient pu encore être identifiés dans les collections de cette bibliothèque vénitienne – cet article ne présentant que les premiers résultats de notre recherche –, il est possible que l’ensemble d’un millier de pièces mentionné par Émile Picot et consacré à cet événement puisse être aussi mis en rapport avec une collection de documents sur ce thème conservée par les Mocenigo au xixe siècle, puis dispersée au moment de l’extinction du lignage en 1864, parallèlement à la dispersion des archives familiales.

24S’il n’a pas encore été possible de confirmer cette hypothèse, il convient toutefois de souligner que la démarche de James Édouard Rothschild, avec ces deux dons d’archives et de recueils de publications « éphémères », prélude à la contribution fondamentale que ses collections de livres et de manuscrits apporteront à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agit également d’une manifestation précoce de son intérêt pour la sauvegarde du patrimoine à l’échelle internationale, qui anticipe d’autres épisodes significatifs de mécénat de la part de la famille Rothschild à Venise. À partir de 1878, Sara Louise de Rothschild (1834-1924), fille d’Anselm de la branche viennoise de la famille, et son époux Raimondo Franchetti s’installeront dans le palais Cavalli-Franchetti (l’actuel Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti). Leur fils, Giorgio Franchetti, sera à l’origine de la donation à l’État italien en 1916 du palais Ca’ d’Oro et de sa destination muséale (aujourd’hui Galleria Giorgio Franchetti alla Ca’ d’Oro).

Notes

1 * Nous remercions William Barcham, Stefania Mason et Pierre Rosenberg pour les informations qu’ils ont généreusement partagées avec nous dans le cadre de cette étude. Cette recherche a été réalisée dans le cadre du programme « Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises » promu par l’INHA à partir de 2015, en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, le musée du Louvre, le Service des musées de France, la Villa Ephrussi de Rothschild et la Fondation des artistes à Paris.

 Émile Picot, « Le Baron James de Rothschild, 1844-1881 », Paris, 7 décembre 1884, dans [Émile Picot], Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. le baron James de Rothschild, Paris, D. Morgand libraire, 5 vol., 1881-1920 ; consultable ici : archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc4448f. Concernant le baron James Édouard et ses collections de manuscrits, voir aussi Henri de Rothschild, Un bibliophile d’autrefois. Le baron James Édouard de Rothschild (1844-1881), Genève, Droz, 1934 ; Christophe de Hamel, Les Rothschild collectionneurs de manuscrits, Paris, BnF, 2004, p. 92-99 ; Pauline Prevost-Marcilhacy, « James Édouard de Rothschild (1844-1881) et Thérèse de Rothschild (1847-1931) », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, 3 vol., Paris, Louvre/BnF/Somogy, 2016, vol. I, p. 282-301. Les dons des collections de James Édouard de Rothschild à la Bibliothèque nationale de France sont consultables à partir du portail du programme « Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises » à l’adresse suivante : collections.rothschild.inha.fr/fr/institutions/cartographie-des-etablissements/partenaires/paris-bibliotheque-nationale-de-france.html?search-keywords=biblioth%C3%A8que+nationale. À ce propos, voir aussi Catherine Faivre d’Arcier, « La bibliothèque de James Édouard de Rothschild (1844-1881) », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en Franceop. cit., vol. III, p. 228-263.

2  « Après avoir passé dix mois de l’année dans un labeur assidu, il prenait généralement ses vacances en Italie, de préférence à Venise et, là, il visitait les musées et fouillait les boutiques des libraires. Il lui arriva plusieurs fois de sauver de la dispersion des collections précieuses. Ce fut ainsi qu’il conserva à l’Italie un millier de pièces, presque toutes italiennes, relatives à la bataille de Lépante. Cette réunion unique est aujourd’hui une des curiosités de la Bibliothèque marcienne. Une autre fois, il se rendit acquéreur des archives de la famille Mocenigo ; il les offrit à la bibliothèque de la Sorbonne. Quand venait la fin des vacances, James reprenait ses études au jour dit. », Émile Picot, « Le Baron James de Rothschild, 1844-1881 », art. cit.

3 Ibidem.

4  Il s’agit de Tommaso (1414-1423), Pietro (1474-1476), Giovanni (1478-1485), Alvise Ier (1570-1577), Alvise II (1700-1709), Alvise III (1722-1732) Alvise IV (1763-1778). Sur cette famille et ses collections, voir notamment Stefania Mason, « Il caso Mocenigo di San Samuele », dans Linda Borean, Stefania Mason (dir.), Il collezionismo a Venezia nel Settecento, Venise, Marsilio, 2009, p. 172-191.

5  Nous remercions très sincèrement Jacqueline Artier, conservateur au département des Manuscrits et Livres anciens de la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, qui nous a renseignée et aidée dans le cadre de cette recherche.

6  Voir Pauline Prevost-Marcilhacy, « Charlotte de Rothschild (1825-1899) et Nathaniel de Rothschild (1812-1870) », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en Franceop. cit., vol. I, p. 182-234.

7  La baronne avait orienté le goût de son fils vers la peinture de paysage grâce à son propre maître Hercule Trachel (1820-1872), en séjournant au moins cinq fois dans la ville en sa compagnie. Voir ibid., vol. I, p. 184.

8  Marie-Hélène Tesnière, « Les manuscrits de la première rédaction des œuvres de Brantôme à la Bibliothèque nationale, 1903 », dans ibid., vol. I, p. 292-297 ; Mathilde Avisseau-Broustet, Dominique Hollard et Julien Olivier, « Monnaies et pierres gravées au cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, 1903-1904 », dans ibid., vol. I, p. 298-299 ; voir infra, dans le présent volume, Carlo Alberto Girotto, « La collection Rothschild et l’édition italienne de la Renaissance ».

9 Il s’agirait d’un des premiers achats de James Édouard. Voir Catherine Faivre d’Arcier, « La bibliothèque de James Édouard de Rothschild (1844-1881) » dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en Franceop. cit., vol. I, p. 283.

10 Au sujet des collections universitaires antérieurement à 1870, Alban Daumas écrit en 1973 : « L’histoire des bibliothèques françaises est peu connue, celle des bibliothèques universitaires l’est moins encore. » Voir Alban Daumas, « Les bibliothèques universitaires », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1973, no 7, p. 316-327 : bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1973-07-0316-003 (consulté en ligne en juillet 2019).

11  Voir Charles Beaulieux, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : Université de Paris et universités des départements, Paris, Plon, 1918, p. 131-137. Ce catalogue est en grande partie repris dans l’inventaire actuellement en ligne dans la base Calames.

12 Ce décret est mentionné dans Charles Beaulieux, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : Université de Paris et universités des départements, op. cit., p. IX-X ; voir « État des cartons et registres composant les archives de l’ancienne Université de Paris, retirés du Ministère de l’Instruction publique le 1er février 1865 et déposés le même jour à la bibliothèque de l’Université impériale de France, conformément à l’arrêté de M. le Ministre de l’Instruction publique en date du 15 décembre de l’année 1864 », MSAU 106.

13 Alban Daumas, « Les bibliothèques universitaires », art. cit. C’est à cette date que la bibliothèque de la Sorbonne devient officiellement bibliothèque universitaire.

14 Concernant ce legs, voir Paul Deschamp, « Manuscrits de Victor Cousin à la Sorbonne », dans Charles Beaulieux, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : Université de Paris et universités des départements, op. cit., p. 269.

15 Voir par exemple le ms. 498 qui porte la mention manuscrite « Volume de 111 feuillets, 23 Mai 1912 ».  

16 Marco Foscarini, Storia arcana ed altri scritti inediti di Marco Foscarini, aggiuntovi un catalogo dei manoscritti storici della sua collezione, Florence, Gio Pietro Vieusseux, 1843, p. X-XI.

17 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Lettere a magistrati e reggimenti », 1725-1726, mss. 477-478 ; « Lettres écrites par la direction du génie, à Ferrare », « alla municipalita centrale del Basso Po », « al ministro [francese] della Guerra », etc., du « 17 piovoso » au « 21 fruttidoro, anno 9o », xixe siècle, mss. 494-495 ; « Piano istruttivo, generale ed analitico, dei prezzi d’ogni genere di fabbricazione per service ai lavori di casermaggio nella piazza di Ferrara. Parte prima. Ferrara, 1807 », ms. 496 ; « Affari dei reggimenti » de Venise : correspondance et pièces administratives, manuscrites et imprimées, xviie-xviiie siècle, mss. 519-520 ; [Rubbi] « Copia lettere » militaires de Venise, « Registri intrapresi nel 1802, assumendo il servizio il capitano Rubbi », 1802-1803, mss. 521-527 ; « Lettere di Contarini, capitano di Verona, da 3 marzo 1617 sino 26 febraio 1618 », xviie siècle, ms. 518 ; « Registro di lettere publiche del reggimento dell’ illmo et eccmo signor Nicolò Contarini, capitanio e V. podestà di Padova, negl’ anni 1704, 1705, 1706 », ms. 470.

18 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Amministrazione publica. Corrieri », xviie-xviiie siècle, ms.  517.

19 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Supplemento al codice dell’eccelso Consiglio di Dieci », xviiie siècle, ms.  466.

20 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Pratica universale del magistrato eccellentissimo delle acque [in Venezia], divisa in tre libri ; nel primo si tratta della laguna e sue parti ; nel secondo de Lidi, et Fiumare, et nel terzo degl’ordini et regole principiando dall’erettione del magistrato. Fatica di d. Antonio Piscina » [1656], ms.  467. Un exemplaire de ce manuscrit était conservé dans la bibliothèque des Foscarini et se trouve actuellement à la bibliothèque Correr (Correr 554), voir Marco Foscarini, Storia arcana ed altri scritti inediti di Marco Foscarini, aggiuntovi un catalogo dei manoscritti storici della sua collezione, op. cit., p. 428, ms. no 6570.

21 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registro di lettere publiche, scritte nel reggimento dell’eccmo signor Marino Tiepolo, capitanio di Bressa, principiato a 4 Xbre 1650 sino per tutto agosto 1652 », 1650-1652, ms. 474 ; « Lettere publiche da Brescia », xviiie siècle, mss. 475-476; « Registro di lettere de rappresentanti et magistrati » de Brescia, 1733, xviiie siècle, ms. 479 ; « Cariche straordinarie. Lettres adressées au provéditeur général de Brescia, 1733-1734 », xviiie siècle, ms. 480 ; « Registro di lettere eccelentissimo Senato reggimento eccelentissimo Nicolò Contarini 3o podestà » (Brescia, 1773-1775), xviiie siècle, ms. 481.

22 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Lettere di Contarini, capitano di Verona, da 3 marzo 1617 sino 26 febraio 1618 », 1617-1618, ms. 518.

23 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registro di lettere a magistrati » de Bergame, 1716-1717, ms. 493.

24 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registri lettere de magistrati sotto il reggimento di Giacomo Badoer, podestà e capitanio di Treviso », xviiie siècle, mss. 482-492.

25 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registro di lettere di Aloise Mocenigo del suo generalato di Dalmazia », 1716-1718, ms. 472.

26 Concernant Alessandro Priuli, voir Marco Barbaro, Discendenze patrizie, Venise, Biblioteca del Museo Correr, ms. Cicogna 2503 fol. 156-157.

27 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Mensuali dei conventi soppressi d’Italia », xviiie siècle, mss. 509-516.

28 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne,  « Raccolta di leggi e pubblici documenti [...]. Articolo Prima. Parte seconda, Tomo Primo, ab anno 1500 usque 1600 », « Articolo Primo. Parte Seconda. Tomo Secondo ab Anno 1600 usque 1700 », « Articolo Prima. Parte seconda. Tomo Terzo, ab anno 17000 usque 1789 », ms. 498, fol. 34, 65, 81.

29 Je remercie Andrea Pavanello (Archivio della biblioteca del Museo Correr) pour les informations qu’il a mises à notre disposition au sujet du fonds Mocenigo du Museo Correr. La bibliothèque d’Alessandro Priuli a été partiellement achetée par Teodoro Correr (1750-1830).

30 Alessandro Priuli, Raccolta di leggi del ser.mio Maggior Consiglio, ducali dell’ecc.so Consiglio di Dieci […] in proposito di gravezze de mandato domini, unita dal N. U. S. Alessandro Priuli, avv.to Fiscale della S.ma Sig.ria. Ab anno 1411 uque ad annum 1790, [Venise, vers 1790]. Je remercie Leo Cadogan (Leo Cadogan Rare Books de Londres) et Jennifer K. Nelson (The Robbins Collection in Civil and Religious Law, UC Berkeley School of Law) qui nous ont renseignée sur ce volume.

31 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 544, 1615.

32 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Criminale » : papiers relatifs à des affaires criminelles de Venise, recueillis par Badoer, 1509-1793, ms. 528 ; 530-531 ; « Armamento di Pietro Badoer, capitanio delle galeazze », 1690-1796, ms. 529 ; « Procès soutenus par la famille Badoer », 1797, ms. 530-533 ; « Papiers relatifs aux familles Morosini et Badoer », XVIIIe siècle, mss. 534-539.

33 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Registro di lettere di Aloise Mocenigo del suo generalato di Dalmazia », 1716-1718, ms.  472.

34 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Criminale » : papiers relatifs à des affaires criminelles de Venise, recueillis par Badoer, 1509-1793, mss. 528 ; 530-531 ; « Armamento di Pietro Badoer, capitanio delle galeazze », 1690-1796, ms. 529 ; « Procès soutenus par la famille Badoer », 1797, mss. 530-533 ; « Papiers relatifs aux familles Morosini et Badoer », xviiie siècle, mss. 534-539.

35 Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, « Lettere ducali del Senato al signor Andrea Corner, provveditore general da mar », 1721-1724, ms. 471.

36 Voir Linda Borean, Stefania Mason (dir.), Il collezionismo a Venezia nel Settecento, op. cit., p. 183-184 ; Michela Martini, « Spigolature d’arte e di costume dall’archivio Mocenigo : Giandomenico Tiepolo testimone nel processo contro Alvise V Sebastiano », Arte in Friuli Arte a Trieste, 20, 2000, p. 97-102.

37 À la même époque remontent également les « Conti artefici per lavori publici da primo giugno 1771 a tutto maggio 1772 » (« Comptes originaux, acquittés, des travaux faits au palais de l’ambassade de Venise à Rome »), 1771-1772, ms. 497.

38 Linda Borean, Stefania Mason (dir.), Il collezionismo a Venezia nel Settecento, op. cit.

39 Henry Lapauze, Un nouveau chapitre sur l'oeuvre de Francesco Guardi, Paris, La Renaissance de l'art français et des industries de luxe, 1922, p. 20-24 ; Maria Teresa Caracciolo, « La sala da pranzo del Guardi : cinque tele di Gian Antonio Guardi », dans E. Gentile Ortona, M. Caracciolo, M. Tavella (dir.), L’Ambasciata d’Italia a Parigi. Hôtel de la Rochefoucauld-Doudeauville, Milan, Skira, 2009, p. 157-163.

40 Linda Borean, Stefania Mason (dir.), Il collezionismo a Venezia nel Settecento, op. cit., p. 186.

41 Voir Marco Barbaro, Discendenze patrizie, Venise, Biblioteca del Museo Correr, ms. Cicogna 2502. Il s’agit d’un homonyme par rapport au doge Alvise II Mocenigo (1628-1709), élu en 1700. Le prénom Alvise est par ailleurs récurrent chez les Mocenigo, voir l’arbre généalogique de la branche de San Samuele, fig. 5.

42 Linda Borean, Stefania Mason (dir.), Il collezionismo a Venezia nel Settecento, op. cit.

43 Voir note 1.

44 Je remercie très sincèrement Carlo Campana et Enrico Noè pour l’aide apportée dans cette recherche (communication écrite, 2015).

45 Voir la notice « Alvise I Mocenigo », dans Enciclopedia Treccani ; consultable ici : www.treccani.it/enciclopedia/alvise-i-mocenigo/.

46 Sur ces monnaies, sainte Justine figurait au revers, tenant la palme du martyre, alors qu’à l’avers, le doge était montré recevant un étendard de la main de saint Marc, le saint protecteur de la Sérénissime. Giuseppe Castellani, « Giustina », dans Enciclopedia italiana, 1933 : consultable ici : www.treccani.it/enciclopedia/giustina_res-e0e0724e-b6ac-11df-9cd8-d5ce3506d72e/. La « Giustina » sera battue en pièces de la valeur de 40, 80, 124 et 160 sous.

47 Nous remercions Isabelle Le Masne de Chermont de nous avoir signalé cette pratique qui nous a permis de préciser le contenu de ce don. Voir aussi Sylvie Favalier, « Lépante : la fabrication d’une gloire vénitienne », dans Agnès Morini (éd.), L’histoire mise en œuvres. Fresques, collages, trompe-l’œil : des modalités de « fictionnalisation » de l’histoire dans les arts et la littérature italienne, actes du colloque (Saint-Étienne, 2 et 3 mai 2000), Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, 2001, p. 217-231 ; Simona Mammana, Lepanto. Rime per la Vittoria sul Turco, Regesto (1571-1573) e studio critico, Roma, Bulzoni, 2007 ; Cecilia Gibellini, L'immagine di Lepanto. La celebrazione della vittoria nella letteratura e nell'arte veneziana, Venise, Marsilio, 2008, p. 47-49, 193.

Table des illustrations

Titre 1. Pierre Petit, James Édouard de Rothschild, 1881, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Société de géographie, SG PORTRAIT-344.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre 2. Charlotte de Rothschild, Barques à l’angle d’un canal sur la lagune de Venise, c. 1860, aquarelle sur papier, 54 x 78 cm, La Tronche, musée Hébert, no inv. H.U.80/31.
Crédits © Musée Hébert/Département de l’Isère
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11332/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8M
Titre 3. Alessandro Priuli, « Storia delle antiche gravezze [...] », t. I, [Venise, après 1784], Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 498.
Crédits © Bibliothèque de la Sorbonne
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11332/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre 4. Alessandro Priuli, « Raccolta in proposito della pesca del pesce novello dall’anno 1314 sino all’anno 1699 » [Recueil sur la fiscalité concernant la pêche], vol. 4, t. I [Venise, après 1784], Venise, Bibliothèque Correr, ms. 564.
Crédits © Bibliothèque Correr
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11332/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 5. Alessandro Priuli, « Raccolta di leggi del ser.mo Maggior Consiglio, ducali dell’ecc. Consiglio di Dieci [...] in proposito di gravezze de mandato dominii », [Venise, après 1784], Berkeley, CA, The Robbins Collection in Civil and Religious Law, Université de la Californie, Berkeley Law.
Crédits © Berkeley CA, Berkeley, School of Law, The Robbins Collection in Civil and Religious Law
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11332/img-5.png
Fichier image/png, 4,0M
Titre 6. Arbre généalogique de la Maison aînée des Mocenigo de San Samuele, Venise, Bibliothèque Correr, dans Marco Barbaro, « Discendenze patrizie veneziane », ms. Cicogna, 2502, fol. 119v.
Crédits © Bibliothèque Correr
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11332/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre 7. Jacopo Robusti dit le Tintoret, La Vierge à l’Enfant avec le doge Alvise Mocenigo, la dogaresse Loredana Marcello et d’autres membres de la famille, vers 1575, huile sur toile, 216 × 416 cm, Washington, National Gallery of Art (Samuel H. Kress Collection), no inv. 1961.9.44.
Crédits © National Gallery of Art
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11332/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 8. Gianantonio Guardi, Amours jouant avec un paon, vers 1750-1760, Paris, Ambassade d’Italie en France.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11332/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
Titre 10. Jacopo Robusti dit le Tintoret, Le Doge Alvise Mocenigo (1507-1577) présenté au Rédempteur, vers 1577, huile sur toile, 97.2 x 198.1 cm, New York, Metropolitan Museum of Art, n° inv. 10.206.
Crédits © Metropolitan Museum of Art, Fonds John Stewart Kennedy, 1910
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11332/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access