Version classiqueVersion mobile

De la sphère privée à la sphère publique

 | 
Pauline Prevost-Marcilhacy
, 
Laura de Fuccia
, 
Juliette Trey

Manuscrits, livres et imprimés

Doucet chez Rothschild

La Bibliothèque d’art et d’archéologie de 1923 à 1935

Jérôme Delatour

Entrées d'index

Géographique :

France

Chronologique :

XXe siècle

Texte intégral

  • 1 La présente étude complète la maîtrise de Marie-Édith de La Fournière, La Bibliothèque d’art et d'a (...)

1L’installation de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à l’hôtel Salomon de Rothschild, 11, rue Berryer à Paris, inaugura la riche histoire de cet hôtel au service de l’art et des artistes. « De la sphère privée à la sphère publique », c’est aussi le chemin que cette bibliothèque dut emprunter à cette époque oubliée de son passé : faire le deuil de son fondateur, mettre en forme et accroître les collections magnifiques qu’il laissait, quitter la folle épopée de ses débuts pour se couler insensiblement dans les habits d’une bibliothèque universitaire1.

Donation de Doucet et genèse de l’Institut d’art et d’archéologie (1912-1922)

  • 2 Gérard Rousset-Charny, Les Palais parisiens de la Belle Époque, Paris, Action artistique de la Vill (...)

2La Bibliothèque d’art et d’archéologie fut créée en 1906 par le couturier Jacques Doucet dans son logis du 19, rue Spontini à Paris, construit en 1904 dans le plus pur style Louis XVI2. Étendue peu à peu à une suite d’appartements loués dans la même rue, elle ouvrit au public en avril 1909, avec René-Jean (1879-1951) pour bibliothécaire.

  • 3 Doucet éleva un cénotaphe en souvenir de cet amour tragique dans le parc de son pavillon de chasse (...)
  • 4 Archives de Paris, 8D 138, no 542. Le journal de René Gimpel révèle également son nom à la date du (...)
  • 5 Marie-Laure Crosnier Leconte, Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Pari (...)

3Tenu jusqu’ici secret, l’accident qui la conduisit à déménager dans l’hôtel Salomon de Rothschild doit être conté. Depuis octobre 1908, Doucet vivait une idylle passionnée avec Mme R. L’hôtel de la rue Spontini, garni de sa magnifique collection d’art du xviiie siècle, était l’écrin de leurs amours. En 1909, ils partaient en croisière sur le Nil. Mais le 28 février 1911, Mme R. meurt brusquement, dans des circonstances sordides voire criminelles3. Les registres d’état civil de Paris conduisent à Jeanne Raimon, née Ruaud en 1867 d’un gantier et d’une modiste, rentière, décédée à son domicile 20bis rue La Boétie4. La défunte était la sœur aînée de Paul Ruaud (1882-1960), architecte décorateur inconnu, à qui Doucet allait confier la réalisation de son fameux Studio de la rue Saint-James5.

  • 6 Sylvie Maignan, « Un critique d’art parisien, René-Jean, 1879-1951 », mémoire de recherche, Paris, (...)
  • 7 René-Jean, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie », Revue de synthèse historique, 28-1, février (...)

4Passablement ébranlé, Doucet enchaîna bientôt les décisions radicales : vente de sa collection, abandon de la rue Spontini et de sa bibliothèque. Dès 1912, il s’accorde avec le vice-recteur de l’académie de Paris, Louis Liard, pour léguer sa bibliothèque à l’Université après sa mort6. René-Jean rend ce legs public en février 1914 : « Pour seconder les efforts du vice-recteur de l’Université, désireux de fonder un Institut qui soit, pour l’histoire de l’art, ce que doit être pour l’océanographie l’œuvre du prince de Monaco, le fondateur de la bibliothèque d’art et d’archéologie entrait, l’an passé [sic], en relations avec M. Liard et mettait à sa disposition la bibliothèque tout entière. C’est donc au quartier latin que, dans un avenir plus ou moins éloigné, la Bibliothèque d’art et d’archéologie viendra occuper des bâtiments élevés exprès pour elle7. »

  • 8 Marie Dormoy, Souvenirs et portraits d’amis, op. cit., p. 183.
  • 9 Edmond Pottier à René-Jean, 20 janvier 1915 (INHA, Autographes 145, 1, 1061).
  • 10 Paul Perdrizet à René-Jean, 20 et 26 mars 1917 (INHA, Autographes 144, 4, 912-913).
  • 11 Suzanne Lemas, « Éléments pour une biographie de Jacques Doucet », dans Hommage à Jacques Doucet, B (...)
  • 12 Un cas avéré est L’Après-midi d’un faune de Stéphane Mallarmé, illustré par Édouard Manet en 1876 ( (...)
  • 13 Doucet à René-Jean, 29 décembre 1917 (Sylvie Maignan, « Un critique d’art parisien, René-Jean, 1879 (...)
  • 14 François Chapon, C’était Jacques Doucet, op. cit., p. 233-235.
  • 15 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », Bulletin du bibl (...)

5La guerre vient tout bouleverser. La maison de couture de Doucet tourne au ralenti, amorçant son déclin8. Faute de chauffage et de personnel (mobilisé), la bibliothèque ferme. On parle d’une dispersion de ses collections après la guerre ; Doucet lui-même doit démentir9. En mars 1917, Paul Perdrizet lui suggère de la donner à Strasbourg une fois la ville rendue à la France10. Mais, victime de sa première crise cardiaque, pressé par des difficultés financières qui l’obligent à plusieurs ventes de dessins et de gravures11, Doucet ne peut plus attendre pour se décider. Il retire de sa bibliothèque quelques-uns de ses plus beaux livres illustrés contemporains pour alimenter la bibliothèque littéraire qu’il vient de créer12. Après la mort du vice-recteur, le 21 septembre 1917, Doucet s’entend avec son successeur, Lucien Poincaré, et « sous la main encore plus rude de la nécessité », transforme son legs post-mortem en donation de son vivant13. Le 15 décembre, il adresse une lettre de donation à l’université de Paris, avec date d’effet à compter du 1er janvier 191814 – date choisie, selon Marie Dormoy, pour échapper à la loi sur la taxe de luxe (31 décembre 1917) devant entrer en vigueur15.

  • 16 Clotilde Brière-Misme, Institut national d’histoire de l’art, ms. Bcmn 498 (9), t. 1, p. 83.

6Ne pouvant imposer comme directeur René-Jean, son bibliothécaire, car celui-ci n’est pas universitaire, Doucet désigne André Joubin pour lui succéder. Dandy, fin négociateur, cet ancien archéologue, normalien devenu directeur du musée Fabre de Montpellier, a su charmer le vieux couturier16. Jean Sineux, son ancien domestique, conserve son emploi de gardien et magasinier. La bibliothèque rouvre en 1918 avec ces deux personnes auxquelles s’adjoint, fin 1918, Clotilde Misme, recrutée comme secrétaire, mais remplissant bien vite, de fait, les fonctions d’une directrice adjointe, et véritable cheville ouvrière de la bibliothèque. Avec une nouvelle secrétaire, Melle Courtois (1920), puis une bibliothécaire, Yvonne Chulliat (1924), ce trio constitua le seul personnel permanent de la bibliothèque à l’hôtel Salomon de Rothschild.

  • 17 François Chapon, C’était Jacques Doucet, op. cit., p. 242.
  • 18 André Joubin, « Jacques Doucet, 1843-1929 », Gazette des beaux-arts, février 1930, p. 80.
  • 19 Réunions des 21 janvier 1924 et 9 janvier 1926 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 83 (...)
  • 20 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 22 (...)
  • 21 André Joubin, « Jacques Doucet, 1843-1929 », art. cit., p. 80.

7Doucet n’a pas abandonné sa bibliothèque, comme on le lui a parfois reproché. Il s’est effacé, s’abstenant d’assister aux réunions de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, constituée en 1925, mais continua de suivre de près la vie de sa créature. Quoique réfractaire aux mondanités officielles, Doucet participe aux visites qu’en font les présidents de la République les 4 mai 1921 et 5 novembre 192417. Le 27 janvier 1923, il assiste à la réunion constitutive de l’éphémère commission administrative de la bibliothèque et y fut encore le 8 février suivant. « Il a considéré », écrit Joubin, « comme un succès personnel et comme un hommage rendu à son initiative, le transfert en 1924 de la bibliothèque à la fondation Salomon de Rothschild18. » Plus encore, malgré sa promesse dans sa lettre de donation, de n’exercer « aucune ingérence » dans l’administration de la bibliothèque, il milite jusqu’à sa mort pour une installation définitive, puis pour la réunion de ses deux bibliothèques, dans l’hôtel Salomon de Rothschild. Il continue de donner des livres, participe aux frais du Répertoire d’art et d’archéologie19 et fait encore au moins un don magnifique, mais dans la plus grande discrétion : le Cahier pour Aline de Gauguin, en 1927. Et il la visite souvent : « Il suffit aussi, pour ceux qui ont connu Jacques Doucet, de se souvenir de l’heureux sourire qui éclairait son visage quand, visiteur discret, il parcourait les salles de l’hôtel Salomon de Rothschild, émerveillé presque de la réalisation de son rêve, murmurant à ceux qui l’accompagnaient : “C’est une ruche, une véritable ruche de travail”.20 » « Il aimait y venir, en faire les honneurs, discrètement, à ses amis. Les jolies salles claires donnant sur les jardins, peuplées de lecteurs qui se servaient de ses livres, le remplissaient de joie21. »

De la mort de la baronne de Rothschild à l’inauguration de la bibliothèque (1922-1924)

Rue Michelet ou rue Berryer : bataille universitaire, première manche (1922)

  • 22 Marie-Louise Arconati Visconti au recteur, 13 mai 1922 (AN 20010498/60) ; « La Donation Arconati Vi (...)
  • 23 Dominique Morelon, « La Bibliothèque Doucet, une installation difficile », dans L’Institut d’art et (...)
  • 24 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 16 (...)
  • 25 Dominique Morelon, « La Bibliothèque Doucet, une installation difficile », art. cit., p. 108.
  • 26 Paris, 13 mars 1907 (AN, 20010498/60).
  • 27 Le recteur Paul Appell au ministre, 1er juillet 1922 (AN, AJ16 8387).

8Le 20 janvier 1920, la marquise Arconati Visconti a donné « deux millions » pour la construction d’un Institut d’histoire de l’art, qui s’élèvera rue Michelet22. Son architecte, Paul Bigot, place la bibliothèque en son centre23. Mais l’Université n’a pas d’argent pour la financer, ses loyers ont augmenté, et l’Institut n’est pas construit. L’exiguïté de la bibliothèque et sa « surveillance trop difficile » posent problème24. On envisage d’acheter l’hôtel Rodolphe Kann, 51, avenue d’Iéna25. Survient la mort de la baronne Adèle de Rothschild, le 10 mars 1922, qui lègue à l’État son hôtel et ses collections pour en faire « une maison d’art qui s’appellera “Fondation Salomon de Rothschild” »26. Chargé de l’affaire, le ministère de l’Instruction publique informe le recteur de l’académie de Paris, le 27 mai, que la direction des Beaux-Arts offre d’héberger provisoirement la bibliothèque Doucet dans l’hôtel Salomon de Rothschild27.

  • 28 Conseil de l’Université, 19 juin 1922, p. 16-17 (AN, 20010498/60).
  • 29 André Joubin au recteur, 12 juin 1922 (AN, AJ16 8387).

9Le conseil de l’Université, qui doit statuer sur cette offre, se tient le 19 juin 1922. Le doyen Ferdinand Brunot « déplore que le laboratoire de l’Institut d’histoire de l’art et d’archéologie qu’est la Bibliothèque d’art, soit séparé de l’Institut » et juge ce « cadeau… désastreux, encore une fois, pour l’Université ». Il veut au moins l’assurance « que certains enseignements pourront y être donnés ; que la maison sera considérée comme un prolongement de l’Université28 ». Le recteur expose les arguments que Joubin lui a préparés : « jusqu’ici », résume ce dernier, « les fonds nécessaires à la vie de la bibliothèque ont été exclusivement fournis par les particuliers et par l’État. L’Université n’a pas donné, depuis cinq ans, un centime ; sans doute parce qu’elle n’en a pas les moyens. Les particuliers ne donneront plus rien, et il est à craindre que, si l’Université refuse les offres de l’État, le Parlement, devant un pareil manque de bon sens, ne retire purement et simplement la subvention annuelle de 100 000 fr qu’il donne à la bibliothèque29. » Faute de solution alternative, la faculté cède, à condition que l’installation rue Berryer reste provisoire et qu’une commission administrative lui permette de contrôler la bibliothèque.

10Se sentant à l’étroit dans l’hôtel de la cité Rougemont, la Société des gens de lettres rêvait de s’installer rue Berryer. Ignorant l’arbitrage qui venait d’être rendu, Maurice Barrès plaide sa cause dans une lettre ouverte au ministre de l’Instruction publique, parue dans l’Écho de Paris du 18 octobre 1922. Trop tard !

Travaux, transfert, inauguration (juin 1922-novembre 1924)

  • 30 AN, AJ16 8406.
  • 31 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », G (...)

11L’hôtel Salomon de Rothschild avait été construit de 1874 à 1878. Émile Bois, architecte du gouvernement et de la Ville de Paris, en dresse des plans dès août 192230. « On décida », résume Joubin, « de conserver les salons du rez-de-chaussée avec les collections qu’ils contiennent, pour y recevoir les artistes et les savants français et étrangers, et de mettre le premier étage et les combles à la disposition de l'université de Paris, pour y installer la Bibliothèque d'art et d'archéologie31. »

1. Émile Bois, plan du rez-de-chaussée de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406.

1. Émile Bois, plan du rez-de-chaussée de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406.

© Jérôme Delatour

  • 32 Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387.

12Le 5 décembre, il détaille au président du conseil d’administration de la Fondation Rothschild les travaux à prévoir : « Les transformations à apporter se réduiront à de simples suppressions de cloisons, & encore en très petit nombre. Les appartements une fois vidés des meubles & objets qu’ils contiennent, le travail d’installation se réduira donc à la simple adaptation du matériel que nous possédons déjà. […] L’établissement d’un monte-charge indispensable pour le service de la bibliothèque coûtera 10 000 fr ; le service téléphonique, 5 000 ; le service d’incendie 30 000 […] En résumé, on peut admettre qu’avec une somme de 250 000 fr on installera complètement la bibliothèque & on rendra l’hôtel utilisable pour les réceptions officielles. Plus tard, il sera possible d’envisager les travaux complémentaires, tels que par exemple l’organisation d’une ou de plusieurs salles d’exposition32. »

  • 33 Victor Champier, « Hôtel de Madame Salomon de Rothschild », Revue des arts décoratifs, 12, 1891-189 (...)

13Sur les plans de l’architecte, Joubin a noté l’emplacement des principales collections de la bibliothèque et apporté des modifications. Le rez-de-chaussée (fig. 1) est finalement amputé d’une partie de ses pièces, dévolues à l’appartement de fonction du directeur de la bibliothèque. Pour le créer, Joubin fait détruire l’alcôve de la chambre de la baronne, y fait percer deux fenêtres supplémentaires, transforme la salle de bains en antichambre. Du premier étage, autrefois occupé par les appartements de la fille de la baronne, Joubin fait supprimer le seul élément de décor remarquable, « l’oratoire, de style arabe, conçu pour les cérémonies du culte juif33 ». Il ôte quatre cheminées des 2e et 3e étages. Les plafonds sont renforcés pour soutenir le poids des magasins installés au 2e, sous les combles. Les travaux durent jusqu’au début d’octobre 1923.

  • 34 Paul Appell à Salomon Reinach, 30 juin 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387)
  • 35 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », a (...)
  • 36 Émile Mâle à André Joubin, 26 novembre 1922 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387)

14Le recteur autorise la bibliothèque à fermer à partir du 15 juin 1923 « pour permettre de procéder aux travaux préliminaires du déménagement »34. La longueur de la fermeture et du transfert (un an35) accentue les tensions avec l’Université et les musées. « Nous n’avons pas pu, en effet, empêcher le transfert de la bibliothèque », concédait le professeur Émile Mâle à Joubin, « mais nous espérons bien qu’elle ne restera pas trop longtemps dans ce quartier lointain – où elle ne rendra pas la centième partie des services qu’elle pourrait rendre – et qu’elle viendra bientôt prendre place dans notre institut d’art36. »

  • 37 André Joubin à Salomon Reinach, 5 mai 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).
  • 38 Salomon Reinach à Paul Appell, 29 juin 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387)

15Sommité du monde académique, Salomon Reinach s’improvise porte-parole des usagers. Devant ses critiques acerbes, Joubin doit souvent hausser le ton : « J’espère que vous ne voudrez pas compliquer notre tâche en joignant les potins du Louvre aux commérages de la Sorbonne. Il s’agit de sauver la bibliothèque & de l’empêcher de périr. J’y ai, pour ma part, tout sacrifié, à commencer par mon travail scientifique. Ne mêlez pas à une si belle entreprise les racontars qui peuvent venir à vos oreilles. J’en ai déjà un dossier copieux, & ceux que vous me communiquez ne sont sans doute pas les derniers. » Reinach l’oblige à se justifier sur son appartement de fonction : « Je n’ai point demandé à habiter l’hôtel S. de R. J’occupe rue Spontini un appartement des plus agréables que mes moyens me permettent de m’offrir, & je le quitte à regret. Mais le ministre a jugé indispensable la présence du conservateur au milieu des collections dont il a la charge. Le 1er & le 2e étages étant attribués intégralement à la bibliothèque, le rez-de-chaussée étant réservé pour les collections & les réunions, on m’a laissé quatre pièces qui restaient à l’extrémité droite de l’hôtel, & dont deux étaient en effet occupées par la testatrice37. » Mais un mois plus tard, Reinach écrit au recteur pour se faire « l’interprète des travailleurs déçus et bafoués. C’est le moment de l’année où les travailleurs sérieux et les provinciaux viennent à Paris, avec l’espoir de recueillir des informations dans les livres rares. L’an dernier, sous prétexte de vacances, la bibliothèque qui devait rester du moins accessible aux spécialistes, a été fermée rigoureusement pendant trois mois. Cette année, sous prétexte de déménagement, on la ferme complètement jusqu’en janvier 1924… Vu le classement des séries, qui est méthodique, le déménagement en bloc est une absurdité ; on crée à plaisir du désordre pour pouvoir fermer la porte à double tour. Permettez-moi d’exprimer l’opinion que tout ce qui concerne cette précieuse bibliothèque devrait être contrôlé par une petite commission de savants. Le règne du caprice et du bon plaisir y a plus qu’assez duré38. »

  • 39 André Joubin à Paul Appell, 5 septembre 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/ (...)
  • 40 AN, 20010498/60.
  • 41 Salomon Reinach à Paul Appell, 19 mai 1924 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).
  • 42 Le recteur à Paul Léon, 10 juillet 1924, brouillon (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 200 (...)

16En septembre 1923, les travaux sont en voie d’achèvement. « Je viens de passer 48 heures à Paris », écrit Joubin au recteur. « J’ai voulu m'assurer par moi-même de la marche des travaux rue Berryer. Je suis heureux de vous envoyer les nouvelles les plus favorables. Tout sera prêt pour la fin du mois & nous pourrons commencer à emménager le 1er octobre. Un très grand effort a été fait & je ne m'attendais pas à un pareil résultat. L’hôtel a été transformé, & je crois que nous pourrons présenter une installation vraiment digne de l’université de Paris39. » Le transfert commence autour du 15 octobre. Le 19 février 1924, Pol Neveux, inspecteur général des bibliothèques, note que « le transfert des collections à l’hôtel Rothschild s’effectue dans les meilleures conditions et se termine peu à peu »40. Le 19 mai, Reinach réclame la réouverture de la bibliothèque : « Les longs mois consacrés à un déménagement et à une installation que l’industrie privée eût accomplis en six semaines condamnent, une fois de plus, l’intervention et l’initiative de l’État41. » Le 10 juillet, le directeur des Beaux-Arts et le ministre de l’Instruction publique visitent les lieux42.

  • 43 AN, AJ16 8406.
  • 44 AN, 20010498/60.
  • 45 Le Bulletin de l'art ancien et moderne, 713, décembre 1924, col. 276A.

17La bibliothèque reste à peu près fermée jusqu’à son inauguration par le président de la République, Gaston Doumergue, le 5 novembre 1924 à 11 heures. L’événement a été minutieusement préparé. Du côté de la bibliothèque, une cinquantaine de journaux, généralistes ou spécialisés, ont été invités, plus 17 « critiques indépendants43 » ; Joubin a reçu ceux qui le souhaitaient le jour précédent. Du côté du rectorat, 55 invités – le conseil de l’Université, la commission de la bibliothèque et 27 autres personnalités – professeurs, administrateurs, députés, journalistes, photographes44. L’inauguration, « réunion intime, point trop solennelle, tout à fait charmante45 », est abondamment relayée par la presse.

1924-1929 : l’hôtel Salomon de Rothschild institut d’art ?

  • 46 AN, 20010498/60.
  • 47 L’Université de Paris, décembre 1924, p. 8 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/60 (...)

18Deux jours avant l’inauguration, le doyen Brunot a écrit au président de la République pour réitérer les réserves du comité des professeurs d’histoire de l’art et le conseil de l’université46. Pierre Auscher, président de la section des Lettres de l’Association générale des étudiants de Paris, déplore peu après que les étudiants, « les premiers intéressés à cette question, ont vu se dérouler cette récente manifestation à laquelle ils n'ont pas été conviés47 ».

  • 48 Lettre à Henri Focillon, 21 avril 1923, voir Dominique Morelon, « La Bibliothèque Doucet, une insta (...)
  • 49 Simon Texier, « L’Institut d’art et d’archéologie, antithèse d’une nouvelle modernité française », (...)
  • 50 Maurice Guyot, secrétaire général de l’Université, à André Joubin, 22 février 1924 (AN, AJ16 8387).
  • 51 Simon Texier, « L’Institut d’art et d’archéologie, antithèse d’une nouvelle modernité française », (...)

19La Faculté est en effet confrontée à un coup de force. D’accord avec le ministère, Doucet, Joubin et le rectorat intriguent pour maintenir durablement la bibliothèque rue Berryer. Dès le 23 décembre 1922, malgré des assurances de façade et en contradiction avec le conseil de l’Université, il a été demandé à l’architecte de l’Institut, Paul Bigot, de la supprimer de ses plans. La marquise Arconati Visconti elle-même voit cette idée d’un bon œil : « Ça économise deux étages dans mon institut de l’art48. » Le 29 juillet 1923, le doyen a refusé d’examiner ce projet, « la faculté n’admettant pas un institut d’art duquel serait exclu la bibliothèque Doucet »49. Qu’à cela ne tienne : en février 1924, le recteur a demandé à l’architecte de suspendre ses études ; on envisage « la construction rue Berryer des locaux nécessaires pour l’Institut d’art50 » ! Bigot est désemparé : « Vous semblez vouloir », écrit-il au recteur, « d’un trait de plume, annuler l’œuvre à laquelle je travaille – vous savez avec quelle ferveur – depuis trois ans et demi. À cette œuvre j’ai tout sacrifié51. »

  • 52 Ibid., p. 64.
  • 53 André Joubin à Maurice Guyot, 12 janvier 1925 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 838 (...)
  • 54 Israël au recteur, 19 janvier 1925 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).
  • 55 Maurice Guyot à André Joubin, 22 janvier 1925 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 838 (...)
  • 56 Albert à Israël, secrétaire général de la présidence du Conseil, Paris, 26 janvier 1925 (Pierrefitt (...)
  • 57 Jules Laurent, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie : ce que dit M. Paul Appell », Le Figaro, 2 (...)

20Finalement, la construction de l’Institut commence rue Michelet en mai 192452. Joubin la critique vertement. « Si au lieu de faire des trous dans les catacombes de la rue Michelet & de gaspiller son argent en moellons on pensait à la science, on aurait pu faire quelque chose d’utile. On se plaint de ne pas avoir d’argent pour acheter des bouquins, & on fait de l’architecture de prix de Rome ! Quelle folie, quelle stupidité ! Enfin, les professeurs auront un cabinet & une clef à eux. Pour les bouquins, je crois que le Larousse suffira53. » Le 17 janvier 1925, Doucet prie Joubin de faire dire au ministre de l’Instruction publique qu’il est « formellement opposé » au transfert de sa bibliothèque rue Michelet ; qu’il menace, s’il était effectué, de ne pas « compléter la donation qu’il a déjà faite par le legs de sa bibliothèque littéraire et de toute somme d’argent qui pourrait l’accompagner54 ». Le 22 janvier, le recteur fait dire à Joubin « qu’il est d’avis que la bibliothèque ne doit plus quitter la rue Berryer55 » et le 26, le ministre assure « qu’il n’a jamais été question d’enlever cette collection de l’hôtel Rothschild pour la transférer dans un autre local. M. Doucet peut être certain que le désir exprimé par lui sera respecté56 ». Fort de ce soutien, le recteur répond aux critiques dans Le Figaro du 22 février 1925. Il prétend que la bibliothèque s’adresse surtout aux étudiants avancés, ce qui rend son éloignement moins problématique, et qu'une fois l’Institut d’art achevé, « je crois bien que le conseil [de l’Université] dira alors : “la bibliothèque est bien, très bien, rue Berryer. Pourquoi n’y resterait-elle pas ?”57 ».

  • 58 Dominique Morelon, « La Bibliothèque Doucet, une installation difficile », art. cit., p. 109-111.
  • 59 AN, F17/14666 (André Chastel, La création d'un Institut national d'histoire de l'art, 1984, p. 43).
  • 60 Rose Adler, Journal, [Paris], Éditions des cendres, 2014, p. 6 ; Marie Dormoy, « La Bibliothèque li (...)
  • 61 Anne-Élisabeth Buxtorf, « Jacques Doucet et le cinéma, une ultime bibliothèque », dans Chantal Geor (...)

21La Faculté finit pourtant par l’emporter. Grâce à l’insistance d’Henri Focillon, professeur à la Sorbonne depuis 1924, malgré l’opposition persistante de Joubin et même la tiédeur de certains professeurs qui, finalement, jugeaient l’Institut trop petit pour l’accueillir, le décret de création de l’Institut, le 10 janvier 1928, incluait expressément la bibliothèque58. Par son testament du 1er juin 1929, Doucet légua sa bibliothèque littéraire « pour qu’elle soit jointe à la Bibliothèque d’art et d’archéologie rue Berryer précédemment donnée par moi à l’Université59 ». Legs accepté par l’Université mais, l’hôtel Rothschild ne pouvant contenir les 20 000 documents de la Littéraire, le recteur décida, au lendemain de la mort de Doucet (30 octobre 1929), de l’installer dans la réserve de la bibliothèque Sainte-Geneviève60. Quant à la bibliothèque cinématographique créée par Doucet en 1927, son testament omettait d’en parler, peut-être parce qu’il la considérait comme une partie de sa bibliothèque littéraire. De ce fait, sa veuve ne voulut pas la céder à l’Université, qui n’insista pas pour la récupérer61. Ainsi, le rêve caressé par Doucet de faire de l’hôtel Rothschild l’écrin de ses trois bibliothèques réunies partit définitivement en fumée.

Locaux et organisation de la bibliothèque

22Les étages de l’hôtel Salomon de Rothschild ont bien changé depuis les années 1920. L’implantation de la bibliothèque y demeure cependant bien visible, surtout au premier étage. Les anciennes salles des photographies, sur cour (fig. 4), ont conservé leurs portes d’origine ; les cellules de moine dévolues aux catalogues de ventes, à peine éclairées par un oculus, leur volume minuscule ; côté jardin, les parquets gardent la trace des cloisons abattues des salles de lecture.

Séparatisme et libre accès

  • 62 Société des amis de la bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris [ci-après : Sab (...)

23La bibliothèque était ouverte du lundi au samedi de 14 à 18 heures. Elle s’ouvrit peu à peu pendant les vacances universitaires d’août-septembre, grâce à un mécénat du collectionneur James Hyde62.

  • 63 Raymond Cogniat (« M. Doumergue inaugure la fondation Salomon de Rothschild », Comoedia, 6 novembre (...)

24L’entrée se faisait par la porte de service droite de l’hôtel, qui donnait accès sur la gauche à une pièce servant de vestiaire et de contrôle (fig. 2). De là, un escalier garni des bustes d’artistes par Bourdelle, Rodin, Falguière, Dalou, etc. autrefois commandés par Doucet pour la bibliothèque, menait à l’étage63.

2. Émile Bois, plan du rez-de-cour de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, détail, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406.

2. Émile Bois, plan du rez-de-cour de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, détail, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406.

© Jérôme Delatour

  • 64 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 13 (...)

25Soucieux du confort des lecteurs, Joubin modifia les plans de l’architecte pour faire des trois grandes pièces sur jardin les principales salles de lecture. Parvenu au premier étage, le lecteur passait donc côté jardin et entrait par « une salle centrale, par laquelle on accède aux autres », « réservée aux catalogues, fichiers, répertoires, ouvrages de références ». Il trouvait là un « cadre luxueux, paisible, bien fait pour le travail et le recueillement ». À « la douce impression du home » déjà présente rue Spontini, s’ajoutaient ici la lumière et la vue sur jardin : « Dans ce beau décor silencieux et clair de la rue Berryer, dans ces salles vastes et confortables où le développement des collections se trouve assuré pour longtemps, nos lecteurs ne regretteront certes pas les rez-de-chaussée étroits et tristes, bruyants et obscurs, de la rue Spontini64. »

  • 65 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », a (...)

26Les rares photographies de la bibliothèque à cette époque montrent la grande salle de lecture dans l’ancien Salon de Mademoiselle65. L’une d’elles la présente garnie de lecteurs qui s’avèrent presque exclusivement des lectrices (fig. 3).

3. « Une des salles de travail de la bibliothèque » (dans André Joubin, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », Sabaa, 1, 1929, p. 19)

3. « Une des salles de travail de la bibliothèque » (dans André Joubin, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », Sabaa, 1, 1929, p. 19)

© D.R.

27Joubin explique :

  • 66 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », a (...)

Il a fallu […] démonter les boiseries de chaque pièce l’une après l'autre pour les remonter rue Berryer. Du reste nous avons voulu garder ici une des dispositions les plus appréciées rue Spontini, la division en cabinets séparés. Au lieu d'une salle unique avec des magasins inaccessibles au public, nous avons préféré transformer en salles de travail toutes les pièces donnant sur le jardin ; ces pièces communiquent entre elles et chacune correspond, comme auparavant, à l'une des grandes divisions de l’histoire de l’art : antiquité, moyen âge, temps modernes, Extrême-Orient ; une salle centrale groupe les catalogues, fichiers et ouvrages de références. Sur la façade principale, côté cour, on trouvera réunies les collections de photographies, les cabinets d’estampes et de manuscrits ; dans les combles sont rassemblés les périodiques. Enfin, des cabinets spéciaux sont réservés à des séries importantes, par exemple les catalogues de vente (nous en possédons plus de 40 000), les catalogues de musées et de collections privées, les catalogues d’expositions, etc., etc. Je n'ignore point que ce classement topographique ne paraît pas rigoureusement conforme aux règles les plus récentes de la bibliothéconomie, et les jeunes stagiaires de l’Université, qui m’ont aidé dans le travail de classement, ne me l’ont point caché66.

  • 67 26 novembre 1922 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).
  • 68 André Joubin, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », Sabaa, 1, 1929, (...)
  • 69 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 16 (...)

28Émile Mâle lui-même avait insisté pour que ce classement fût maintenu, à cause de sa commodité67. « Je crois que les personnes qui viennent travailler chez nous apprécient l’organisation qui y a été adoptée », notait Joubin en 1929. « J’ai reçu des éloges de beaucoup d'étrangers, même de ceux qui sont le plus portés à critiquer nos institutions scientifiques. Ils m’ont souvent dit qu’ils ne possédaient chez eux rien d’équivalent68. » « Considérée par les professionnels comme fantaisiste », confirme Dormoy, « cette disposition est grandement appréciée des travailleurs [...] –  ils peuvent même explorer les rayons d’alentour, ce qui, bien souvent, leur cause le plaisir d’une découverte69. »

  • 70 André Joubin, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris, art cit., p. 20.
  • 71 Esther Welmoet Dyserinck, « Voor Vrouwen – Van ‘n modekoning en ‘n werkende vrouw », Groene Amsterd (...)
  • 72 Revue archéologique, 20, novembre-décembre 1924, p. 339.
  • 73 Commission administrative de la bibliothèque, 22 décembre 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nat (...)

29Cette disposition témoigne aussi d’une volonté de cloisonner les disciplines revendiquée par son directeur même, « de manière que l’égyptologue ne gêne pas le médiéviste, et que celui qui s’occupe de préhistoire soit séparé de celui qui étudie l’impressionnisme70 ». Cloisonnement social, également : les savants se plaçaient à proximité des collections qui leur convenaient le mieux, tandis que les étudiants étaient regroupés dans les grandes salles afin d’y être surveillés – c’est une féministe qui le remarque71. Professeurs et chercheurs ne manquaient d’ailleurs pas d’inviter les étudiants à aller travailler ailleurs, tel Reinach : « les neuf dixièmes des livres utiles de cette bibliothèque sont déjà à la Sorbonne et à l’École des beaux-arts72 ». L’idée d’utiliser « une salle de la bibliothèque, où les professeurs compétents pourraient conduire un petit groupe d’étudiants avancés pour examiner des photographies, des reproductions d’estampes, des livres rares etc.73 » semble avoir été rapidement abandonnée.

4. Émile Bois, plan du 1er étage de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, Archives nationales, AJ16 8406 (en rouge, emplacement des cotes des collections courantes).

4. Émile Bois, plan du 1er étage de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, Archives nationales, AJ16 8406 (en rouge, emplacement des cotes des collections courantes).

© Jérôme Delatour

30Même séparatisme, d’ailleurs, entre la Fondation Rothschild au rez-de-chaussée et la bibliothèque aux étages. L’accès à la bibliothèque se faisait « par la petite porte », et non par la porte principale.

  • 74 Rapport d’inspection, 19 février 1924, f. 2-3 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498 (...)

31De son côté, Pol Neveux regrettait que la distribution de l’hôtel et la « médiocrité des crédits » eussent empêché d’aménager une bibliothèque moderne : il avait fallu renoncer aux rayonnages métalliques et à l’entresolage des étages existants. « Persistons à regretter l’usage compliqué des échelles », ajoutait-il, « si fatal pour les livres, si dangereux pour le personnel – ainsi que l’accumulation de tant de matériaux combustibles dans des appartements déjà parquetés et ornés de boiseries74. »

  • 75 Esther Welmoet Dyserinck, « Voor Vrouwen – Van ‘n modekoning en ‘n werkende vrouw », art. cit.
  • 76 Dupont Wright, novembre 1925 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406) ; A. D., « Une (...)
  • 77 André Joubin, « La bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris, art. cit., p. 20.
  • 78 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 22 (...)
  • 79 Raymond Cogniat, « M. Doumergue inaugure la fondation Salomon de Rothschild », art. cit., col. 1D.
  • 80 A. D., « Une visite à la bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », art. cit., (...)
  • 81 Raymond Cogniat, « M. Doumergue inaugure la fondation Salomon de Rothschild », art. cit., col. 1D ; (...)
  • 82 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 22 (...)
  • 83 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 22 (...)
  • 84 Rapport, 19 février 1924, f. 5 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/60).

32Au premier étage (fig. 4) règne le libre accès – pas de places numérotées ni demande par bulletin75. « Monsieur Jean [Sineux] will receive you, show you to a table and bring the books you wish. No red tape, such as there is at the Bibliothèque nationale, where to get you in you have to have a passport and to get out a visa. And at the Nationale there are other difficulties, for the catalogue is extremely trying to Americans76. » Les lecteurs autorisés peuvent se servir sur les rayonnages77. Le 2e étage (fig. 5) est dédié à la fin des collections courantes et aux collections à communication différée – les périodiques, une partie des collections courantes organisées en magasins fermés ; tout au fond de la bibliothèque, les documents précieux sont répartis en quatre pièces : manuscrits et autographes78, estampes anciennes et modernes79 et, enfin, rangés dans des vitrines ou des armoires grillagées et formant ce qu’on appelle déjà Réserve80, les livres d’architecture, de fêtes et d’ornements, et catalogues de ventes annotés81. En contradiction avec le plan de 1922, les livres sur le costume semblent avoir formé un cabinet à part – probablement la salle no 382. Marie Dormoy justifie l’éloignement des « pièces les plus rares, parce qu’elles ne sont communiquées qu’à un très petit nombre de lecteurs83 » ; Pol Neveux souligne à l’inverse le danger d’un local « difficile à atteindre et à évacuer […] en cas d’accident84. »

5. Émile Bois, plan du 2e étage de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406 (en rouge, emplacement des cotes).

5. Émile Bois, plan du 2e étage de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406 (en rouge, emplacement des cotes).

© Jérôme Delatour

Traitement des collections

  • 85 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », a (...)
  • 86 Les systèmes de cotation d’origine peuvent être reconstitués à partir du catalogue auteurs de la bi (...)
  • 87 Rapport de Pol Neveux, 19 février 1924, f. 5-6 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 2001049 (...)
  • 88 Rapport de André Joubin, 19 juillet 1929, f. 4-5 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 (...)
  • 89 Esther Welmoet Dyserinck, « Voor Vrouwen – Van ‘n modekoning en ‘n werkende vrouw », art. cit.
  • 90 Clotilde Brière-Misme, « Rapport sur le département des estampes et photographies d'octobre 1935 à (...)
  • 91 Rapports de André Joubin pour 1929-1930 (10 novembre 1930, f. 4), 1930-1931 (29 octobre 1931, f. 2) (...)
  • 92 Clotilde Brière-Misme, « Rapport sur le département des estampes et photographies », op. cit., f. I (...)

33Deux grands chantiers sont menés rue Berryer : le reclassement des livres et le traitement des photographies. Dans un contexte institutionnel et budgétaire difficile, Joubin n’hésite pourtant pas à faire recoter les 100 000 imprimés de la bibliothèque85 selon un système entièrement nouveau86. Cette recotation s’accompagne d’une campagne d’estampillage et d’un « remaniement » des catalogues87. Ce « grand travail de reclassement de nos collections » ne fut achevé qu’en 1928. « Maintenant », écrivait Joubin en 1929, « on peut considérer la bibliothèque comme parfaitement en ordre et outillée pour le travail scientifique. Le seul grand classement qui resterait encore à faire, c’est celui de nos collections photographiques88 ». À cette époque, la bibliothèque ne dispose plus d’un atelier photographique. Les piles de photos à traiter s’entassent sur l’ancien billard de la baronne, reconverti en table89. Afin de faire revivre « ce département abandonné, pour lequel aucun crédit n’était prévu et qui était mort en 192890 », Clotilde Brière recrute sept jeunes femmes en 1931, la plupart à titre bénévole91 . Elle relance les acquisitions, ouvre un registre d’inventaire, entreprend « un fichier définitif » des 200 000 épreuves accumulées. Traitées en priorité car « les plus demandées par les lecteurs, les plus sujettes à s’accroître », avant les photographies « de dessins et de sculptures », 40 000 photographies de peintures sont accessibles aux lecteurs en 193792.

  • 93 INHA, registres d’inventaire ; commission administrative de la BAA, 9 janvier 1926 (AN, AJ16 8387).
  • 94 André Joubin à Louis Barthou, 5 décembre 1922 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 838 (...)
  • 95 Requête du directeur de l’enseignement supérieur à Pol Neveux, 15 juillet 1930 (Pierrefitte-sur-Sei (...)
  • 96 Assemblée générale de la Sabaa, 10 décembre 1927, p. 35 (INHA, archives de la bibliothèque) ; Georg (...)
  • 97 Bibliothèque d’art et d’archéologie, Catalogue général, XIV. Périodiques, [1937].

34Sur d’autres fronts, la situation de la bibliothèque demeura précaire, faute de moyens. Presque interrompue pendant la guerre, l’acquisition de livres reprit sur un rythme quatre fois inférieur, et pour moitié grâce aux acquisitions gratuites – dons, dépôt légal, « réparations allemandes »93. Il en va de même de la majorité des acquisitions spécialisées et patrimoniales – 92 % des 19 325 photographies acquises de mars 1930 à juillet 1935, par exemple, sont issues de dons. Le Répertoire d’art et d’archéologie, « qui est l’organe de la bibliothèque, périodique d’une importance scientifique considérable94 », ne paraît que grâce à une multitude de collaborations extérieures bénévoles (bibliothécaires, conservateurs de musées, professeurs) et le concours financier de la Société des amis de la Bibliothèque. Quoique pressée de publier son catalogue95, la bibliothèque n’en trouva jamais les moyens, malgré l’engagement actif de l’un de ses principaux mécènes, Georges Wildenstein. De son ambitieux catalogue méthodique, envisagé comme une bibliographie « universelle des beaux-arts96 », ne parut que le catalogue des périodiques, publié en 193797.

Épilogue

  • 98 Suzanne Damiron, « La Bibliothèque d'art et d'archéologie (1934-1946) », Sabaa, 8, 1949, p. 3-4.
  • 99 Roger-Armand Weigert, « Les Différents emplacements du Cabinet des Estampes, 1667-1954 », Bulletin (...)

35Le 6 décembre 1933, le ministre de l’Éducation nationale ordonna le transfert de la bibliothèque dans l’Institut d’art enfin achevé. Le 13 janvier 1934, le recteur Charléty autorisa le lancement des travaux d’aménagement de la bibliothèque rue Michelet, qui durèrent jusqu’à l’été 1935. Le transfert s’effectua de septembre à octobre 193598. Quant à l’hôtel Salomon de Rothschild, il n’en avait pas fini avec les bibliothèques : délocalisé pour travaux en 1937, le cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale occupa la place laissée par la Bibliothèque d’art et d’archéologie jusqu’en 194699.

  • 100 29 octobre 1931 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

36Ainsi se referma, pour la Bibliothèque d’art et d’archéologie, une heureuse parenthèse. Certes, le discret combat mené par Doucet pour faire de l’hôtel Rothschild l’écrin de ses trois bibliothèques, réunies en institut d’art, n’aboutit pas. Du moins les craintes émises par les universitaires, du fait de son éloignement du Quartier Latin, se révélèrent infondées. Le rapport d’André Joubin pour l’année universitaire 1930-1931 en témoigne : la fréquentation « a augmenté dans de telles proportions que j’ai dû prendre des mesures pour diminuer le nombre des lecteurs. Nous étions surtout envahis par de jeunes étudiants, ou étudiantes de l’École du Louvre, qui veulent préparer ici leurs examens et qui, certains jours, occupaient toutes les places disponibles100 ». À l’hôtel Salomon de Rothschild, la bibliothèque opéra sa mue universitaire, tout en conservant beaucoup de ses traits d’institution privée. La foule des collaborateurs-chercheurs de ses débuts, qui faisait d’elle un laboratoire, avait certes disparu ; mais son magasinier était toujours l’ancien domestique de Doucet et son directeur comme sa bibliothécaire, toujours des historiens de l’art. De nouveau logée dans les enfilades de pièces d’une maison particulière, disposition contraire à une bibliothèque moderne, elle offrait une proximité avec les livres et un confort plébiscités par son public. Son activité demeurait essentiellement tributaire du mécénat et du bénévolat d’une petite communauté de passionnés.

Notes

1 La présente étude complète la maîtrise de Marie-Édith de La Fournière, La Bibliothèque d’art et d'archéologie de l'université de Paris, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1995, p. 21-43 et passim.

2 Gérard Rousset-Charny, Les Palais parisiens de la Belle Époque, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1990, p. 160-163.

3 Doucet éleva un cénotaphe en souvenir de cet amour tragique dans le parc de son pavillon de chasse de Nouan-le-Fuzelier, qui porte ces deux dates (Anne-Marie Peylhard, « De Jacques Doucet aux Angladon-Dubrujeaud, les origines d’un musée d’Avignon », dans Chantal Georgel (dir.), Jacques Doucet collectionneur et mécène, Paris, Les Arts décoratifs/Institut national d’histoire de l’art, 2016, p. 232). Officiellement victime d’un accident de chasse, Mme R. aurait succombé, selon l’entourage de Doucet, sous les coups de son mari Jean-Marie-Albert Raimon (1862-après 1935), négociant en soieries. Celui-ci la trompait avec une vedette des cafés-concerts, Marie-Louise Fages, dite la « Jolie Fagette » (1879-après 1924), avec qui il se mit en ménage (Paul Léautaud, Journal littéraire, Paris, Mercure de France, 1986, t. 2, p. 420 ; Marie Dormoy, Souvenirs et portraits d’amis, Paris, Mercure de France, 1963, p. 194-196 ; François Chapon, C’était Jacques Doucet, Paris, Fayard, 2006, p. 116).

4 Archives de Paris, 8D 138, no 542. Le journal de René Gimpel révèle également son nom à la date du 16 février 1918 (Journal d’un collectionneur, Paris, Hermann, 2011, p. 15-16).

5 Marie-Laure Crosnier Leconte, Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968), INHA (agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00283152) ; François Chapon, C’était Jacques Doucet, op. cit., p. 510.

6 Sylvie Maignan, « Un critique d’art parisien, René-Jean, 1879-1951 », mémoire de recherche, Paris, École du Louvre, 1979, p. 115-116 ; François Chapon, C’était Jacques Doucet, op. cit., p. 234.

7 René-Jean, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie », Revue de synthèse historique, 28-1, février 1914, p. 168.

8 Marie Dormoy, Souvenirs et portraits d’amis, op. cit., p. 183.

9 Edmond Pottier à René-Jean, 20 janvier 1915 (INHA, Autographes 145, 1, 1061).

10 Paul Perdrizet à René-Jean, 20 et 26 mars 1917 (INHA, Autographes 144, 4, 912-913).

11 Suzanne Lemas, « Éléments pour une biographie de Jacques Doucet », dans Hommage à Jacques Doucet, Bulletin du bibliophile, 1 (1980), p. 16-17 ; France L’Heureux, « La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet : lieu de mémoire du surréalisme ? », mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec, 2008, p. 48.

12 Un cas avéré est L’Après-midi d’un faune de Stéphane Mallarmé, illustré par Édouard Manet en 1876 (Bibliothèque littéraire, E IV 12) ; à l'entrée « Mallarmé » de l’ancien catalogue auteurs de la bibliothèque, la cote de ce livre est gommée et surchargée de la mention : « repris par M. Doucet en 1917 ».

13 Doucet à René-Jean, 29 décembre 1917 (Sylvie Maignan, « Un critique d’art parisien, René-Jean, 1879-1951 », op. cit., p. 116).

14 François Chapon, C’était Jacques Doucet, op. cit., p. 233-235.

15 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », Bulletin du bibliophile, 1930, p. 131-132 ; Marie Dormoy, Souvenirs et portraits d’amis, op. cit., p. 199.

16 Clotilde Brière-Misme, Institut national d’histoire de l’art, ms. Bcmn 498 (9), t. 1, p. 83.

17 François Chapon, C’était Jacques Doucet, op. cit., p. 242.

18 André Joubin, « Jacques Doucet, 1843-1929 », Gazette des beaux-arts, février 1930, p. 80.

19 Réunions des 21 janvier 1924 et 9 janvier 1926 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

20 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 229.

21 André Joubin, « Jacques Doucet, 1843-1929 », art. cit., p. 80.

22 Marie-Louise Arconati Visconti au recteur, 13 mai 1922 (AN 20010498/60) ; « La Donation Arconati Visconti », Le Bulletin de l'art ancien et moderne, 636, 10 février 1920, p. 17-18 ; Simon Texier, « L’Institut d’art et d’archéologie, antithèse d’une nouvelle modernité française », dans L’Institut d’art et d’archéologie. Paris 1932, Paris, Picard, 2005, p. 47.

23 Dominique Morelon, « La Bibliothèque Doucet, une installation difficile », dans L’Institut d’art et d’archéologie. Paris 1932, op. cit., p. 108.

24 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 166.

25 Dominique Morelon, « La Bibliothèque Doucet, une installation difficile », art. cit., p. 108.

26 Paris, 13 mars 1907 (AN, 20010498/60).

27 Le recteur Paul Appell au ministre, 1er juillet 1922 (AN, AJ16 8387).

28 Conseil de l’Université, 19 juin 1922, p. 16-17 (AN, 20010498/60).

29 André Joubin au recteur, 12 juin 1922 (AN, AJ16 8387).

30 AN, AJ16 8406.

31 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », Gazette des beaux-arts, 10, décembre 1924, p. 318.

32 Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387.

33 Victor Champier, « Hôtel de Madame Salomon de Rothschild », Revue des arts décoratifs, 12, 1891-1892, p. 75.

34 Paul Appell à Salomon Reinach, 30 juin 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

35 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », art. cit., p. 322-323.

36 Émile Mâle à André Joubin, 26 novembre 1922 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

37 André Joubin à Salomon Reinach, 5 mai 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

38 Salomon Reinach à Paul Appell, 29 juin 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

39 André Joubin à Paul Appell, 5 septembre 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/60).

40 AN, 20010498/60.

41 Salomon Reinach à Paul Appell, 19 mai 1924 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

42 Le recteur à Paul Léon, 10 juillet 1924, brouillon (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/60).

43 AN, AJ16 8406.

44 AN, 20010498/60.

45 Le Bulletin de l'art ancien et moderne, 713, décembre 1924, col. 276A.

46 AN, 20010498/60.

47 L’Université de Paris, décembre 1924, p. 8 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/60).

48 Lettre à Henri Focillon, 21 avril 1923, voir Dominique Morelon, « La Bibliothèque Doucet, une installation difficile », art. cit., p. 109.

49 Simon Texier, « L’Institut d’art et d’archéologie, antithèse d’une nouvelle modernité française », art. cit., p. 61.

50 Maurice Guyot, secrétaire général de l’Université, à André Joubin, 22 février 1924 (AN, AJ16 8387).

51 Simon Texier, « L’Institut d’art et d’archéologie, antithèse d’une nouvelle modernité française », art. cit., p. 63.

52 Ibid., p. 64.

53 André Joubin à Maurice Guyot, 12 janvier 1925 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

54 Israël au recteur, 19 janvier 1925 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

55 Maurice Guyot à André Joubin, 22 janvier 1925 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

56 Albert à Israël, secrétaire général de la présidence du Conseil, Paris, 26 janvier 1925 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

57 Jules Laurent, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie : ce que dit M. Paul Appell », Le Figaro, 22 février 1925, col. 2C.

58 Dominique Morelon, « La Bibliothèque Doucet, une installation difficile », art. cit., p. 109-111.

59 AN, F17/14666 (André Chastel, La création d'un Institut national d'histoire de l'art, 1984, p. 43).

60 Rose Adler, Journal, [Paris], Éditions des cendres, 2014, p. 6 ; Marie Dormoy, « La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet », dans Annales de l’université de Paris, 1, janvier-février 1938, p. 59 ; France L’Heureux, « La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet : lieu de mémoire du surréalisme ? », op. cit., p. 99. Son transfert eut lieu en 1932.

61 Anne-Élisabeth Buxtorf, « Jacques Doucet et le cinéma, une ultime bibliothèque », dans Chantal Georgel (dir.), Jacques Doucet collectionneur et mécène, op. cit., 2016, p. 226-229.

62 Société des amis de la bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris [ci-après : Sabaa], 2,1929, p. 27, 3,1930, p. 35 et 5,1931, p. 34.

63 Raymond Cogniat (« M. Doumergue inaugure la fondation Salomon de Rothschild », Comoedia, 6 novembre 1924, col. 1D) omet de préciser s’il s’agit du petit escalier de service ou du grand escalier d’honneur.

64 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 130, 134, 167 ; rapport de Pol Neveux, 19 février 1924, f. 6 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/60).

65 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », art. cit., p. 323 ; Excelsior, 6 novembre 1924, p. 6 ; fig. 3.

66 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », art. cit., p. 322-323.

67 26 novembre 1922 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

68 André Joubin, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », Sabaa, 1, 1929, p. 20.

69 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 167.

70 André Joubin, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris, art cit., p. 20.

71 Esther Welmoet Dyserinck, « Voor Vrouwen – Van ‘n modekoning en ‘n werkende vrouw », Groene Amsterdammer, 23 juillet 1927 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406).

72 Revue archéologique, 20, novembre-décembre 1924, p. 339.

73 Commission administrative de la bibliothèque, 22 décembre 1923 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

74 Rapport d’inspection, 19 février 1924, f. 2-3 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/60).

75 Esther Welmoet Dyserinck, « Voor Vrouwen – Van ‘n modekoning en ‘n werkende vrouw », art. cit.

76 Dupont Wright, novembre 1925 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406) ; A. D., « Une visite à la bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », dans L’Information universitaire, 146 (9 mai 1925), col. 1B.

77 André Joubin, « La bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris, art. cit., p. 20.

78 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 228.

79 Raymond Cogniat, « M. Doumergue inaugure la fondation Salomon de Rothschild », art. cit., col. 1D.

80 A. D., « Une visite à la bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », art. cit., col. 1C.

81 Raymond Cogniat, « M. Doumergue inaugure la fondation Salomon de Rothschild », art. cit., col. 1D ; Esther Welmoet Dyserinck, « Voor Vrouwen – Van ‘n modekoning en ‘n werkende vrouw », art. cit.

82 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 227 ; Raymond Cogniat, « M. Doumergue inaugure la fondation Salomon de Rothschild », art. cit., col. 1D.

83 Marie Dormoy, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie fondation Jacques Doucet », art. cit., p. 224.

84 Rapport, 19 février 1924, f. 5 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/60).

85 André Joubin, « La Fondation Salomon de Rothschild : I, la Bibliothèque d’art et d’archéologie », art. cit., p. 322.

86 Les systèmes de cotation d’origine peuvent être reconstitués à partir du catalogue auteurs de la bibliothèque et des observations faites sur certains livres.

87 Rapport de Pol Neveux, 19 février 1924, f. 5-6 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 20010498/60).

88 Rapport de André Joubin, 19 juillet 1929, f. 4-5 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

89 Esther Welmoet Dyserinck, « Voor Vrouwen – Van ‘n modekoning en ‘n werkende vrouw », art. cit.

90 Clotilde Brière-Misme, « Rapport sur le département des estampes et photographies d'octobre 1935 à octobre 1937 », [1937] (INHA, archives de la bibliothèque). Clotilde Brière a régulièrement rendu compte de l’activité du département dans le bulletin de la Sabaa (3 (1930), p. 3-11 ; 4 (1930), p. 11-14 ; 6 (1932), p. 15-18).

91 Rapports de André Joubin pour 1929-1930 (10 novembre 1930, f. 4), 1930-1931 (29 octobre 1931, f. 2) et 1931-1932 (15 octobre 1932, f. 4) (AN, AJ16 8387).

92 Clotilde Brière-Misme, « Rapport sur le département des estampes et photographies », op. cit., f. II.

93 INHA, registres d’inventaire ; commission administrative de la BAA, 9 janvier 1926 (AN, AJ16 8387).

94 André Joubin à Louis Barthou, 5 décembre 1922 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

95 Requête du directeur de l’enseignement supérieur à Pol Neveux, 15 juillet 1930 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

96 Assemblée générale de la Sabaa, 10 décembre 1927, p. 35 (INHA, archives de la bibliothèque) ; Georges Wildenstein, « Le Catalogue de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », dans Sabaa, 3, 1930, p. 18-20.

97 Bibliothèque d’art et d’archéologie, Catalogue général, XIV. Périodiques, [1937].

98 Suzanne Damiron, « La Bibliothèque d'art et d'archéologie (1934-1946) », Sabaa, 8, 1949, p. 3-4.

99 Roger-Armand Weigert, « Les Différents emplacements du Cabinet des Estampes, 1667-1954 », Bulletin d'informations de l'ABF 16, 1955, p. 217.

100 29 octobre 1931 (Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8387).

Table des illustrations

Titre 1. Émile Bois, plan du rez-de-chaussée de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406.
Crédits © Jérôme Delatour
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre 2. Émile Bois, plan du rez-de-cour de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, détail, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406.
Crédits © Jérôme Delatour
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre 3. « Une des salles de travail de la bibliothèque » (dans André Joubin, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », Sabaa, 1, 1929, p. 19)
Crédits © D.R.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre 4. Émile Bois, plan du 1er étage de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, Archives nationales, AJ16 8406 (en rouge, emplacement des cotes des collections courantes).
Crédits © Jérôme Delatour
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre 5. Émile Bois, plan du 2e étage de l’hôtel Salomon de Rothschild, 1922, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, AJ16 8406 (en rouge, emplacement des cotes).
Crédits © Jérôme Delatour
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11317/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search