Version classiqueVersion mobile

De la sphère privée à la sphère publique

 | 
Pauline Prevost-Marcilhacy
, 
Laura de Fuccia
, 
Juliette Trey

Dessins et estampes

« Un ensemble harmonieux et instructif » : la collection de livres imprimés et de recueils d’estampes du baron Edmond de Rothschild

Victoria Fernandez

Entrées d'index

Géographique :

France

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle

Texte intégral

  • 1 Pierrette Jean-Richard (dir.), Les Incunables de la collection Edmond de Rothschild. La gravure en (...)
  • 2 Dominique Frasson-Cochet (dir.), avec la collaboration de Pierre Aquilon, Catalogues régionaux des (...)
  • 3 Isabelle de Conihout, « Les livres illustrés », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothsch (...)

1La collection de livres imprimés et de recueils de gravures d’Edmond de Rothschild est peut-être la partie la moins bien connue de l’ensemble généreusement donné en 1935 au musée du Louvre. Les premières expositions, dans les années suivant la donation, ont servi à présenter les livres les plus précieux, qui ont fait l’objet de notices succinctes. Il faut attendre 1974 pour que paraisse la première étude poussée sur les incunables xylographiques et typographiques1, faite par Pierrette Jean-Richard, puis complétée par l’analyse codicologique de Dominique Coq quarante-deux ans plus tard2. Enfin, l’article d’Isabelle de Conihout3 est revenu sur l’intérêt bibliophilique des Rothschild avant Edmond et il a notamment fait le point sur les ouvrages dont ce dernier a hérité de son père, James.

  • 4 Joseph Techener, « Vente de la bibliothèque de M. Félix Solar », dans Bulletin du bibliophile et du (...)
  • 5 L’étude d’Isabelle de Conihout, réalisée à partir de l’analyse des reliures et des ex-libris, compt (...)
  • 6 Ses dernières acquisitions de livres imprimés documentées datent de 1914, où il achète trois volume (...)

2Grâce à la description de la fameuse vente de la collection de Félix Solar de 1860, détaillée dans le Bulletin du bibliophile4, nous savons qu’Edmond s’imprégna de l’amour des livres en fréquentant les salles de ventes avec son père, l’ambiance décrite étant sans doute la plus propice à l’échange des savoirs et à la formation à la bibliophilie d’un jeune homme de 15 ans. Conseillé par des conservateurs et des experts marchands, il étoffa progressivement sa bibliothèque, qui s’enrichit d’au moins 130 volumes à la mort de son père, survenue en 18685. Il poursuivit ses achats, toujours en parfaite correspondance avec sa riche collection d’estampes, jusqu’en 19146, environ.

État des lieux suite à l’informatisation

  • 7 Marianne Grivel, « Histoire de la constitution d’un “Musée de la gravure” », dans Pauline Prevost-M (...)
  • 8 Je tiens à remercier chaleureusement Pippa Shirley, Juliet Carey et, particulièrement, Michael Shri (...)
  • 9 L 18 LR, L 58 LR, L 61 LR, L 67 LR, L 68 LR, L 73 LR, L 74 LR, L75 LR, L 77 LR, L 82 LR, L 83 LR, L (...)
  • 10 La collection compte 539 volumes reliés, dont 369 livres imprimés et 170 recueils d’estampes et vol (...)
  • 11 L 340 LR, L 387 LR, L 406 LR, L 448 LR, L 449 LR, L 450 LR

3Comme l’a signalé Marianne Grivel7, les sources qui nous permettent aujourd’hui de comprendre la formation de la collection du baron ne sont pas nombreuses, et cela vaut d’autant plus pour sa sélection d’ouvrages imprimés. Un fichier manuscrit établi par les anciens collaborateurs du baron et conservé au sein de la collection fournit des informations d’une précision inégale sur le contenu des livres et, parfois, sur l’ancien possesseur, la date et le lieu d’acquisition. Mais aucun registre d’entrées ou d’acquisitions spécifiquement dédié aux ouvrages imprimés n’a été retrouvé pour l’instant, et nous n’avons pas la certitude que le baron en ait fait tenir un par ses différents collaborateurs. Les seules preuves d’achat permettant de retracer les acquisitions faites d’août 1874 à 1914 figurent dans le deuxième et le troisième registre d’entrées des estampes. Le premier, où étaient inscrits les achats à partir d’environ 1860, est aujourd’hui introuvable8. À la lecture des autres registres, nous identifions l’immatriculation de seulement 29 livres et recueils9 parmi les 539 conservés au Louvre10. Enfin, six recueils d’estampes d’ornement figurent dans un registre supplémentaire dédié à ce genre, tenu de février 1877 à mai 188811. Cet écart entre le nombre de volumes inscrits et ceux actuellement conservés au musée nous conduit à formuler plusieurs hypothèses : le père d’Edmond lui donna les livres ne figurant pas dans les registres, c’est-à-dire la plupart de la donation faite au musée du Louvre. Les volumes qui ne sont pas inscrits dans les registres conservés à Waddesdon pourraient avoir été achetés avant 1874, date à laquelle commence le deuxième registre, ou bien le baron tenait un cahier pour les achats de livres et de recueils qui nous reste aujourd’hui inconnu. Mais pourquoi, dans ce cas, inscrire certaines acquisitions à la suite des estampes ? La seule certitude est qu’il est difficile de dresser une liste précise d’ouvrages effectivement acquis par le baron du fait du manque d’un ou de plusieurs cahiers d’entrées.

4Durant la dernière décennie (de 2008 à 2017), le département des Arts graphiques du musée du Louvre a mené une ambitieuse campagne d’informatisation, visant à une meilleure connaissance et à une plus large diffusion du fonds confié par le baron. Ce travail s’est conclu par la mise en ligne, sur l’inventaire informatisé et illustré du département, des 539 volumes qui forment la donation12.

5La méthodologie appliquée a consisté, dans un premier temps, à examiner chaque volume afin de récolter les informations relatives à l’exemplaire (éditeur, date et lieu d’édition, imprimeur, etc.) et, dans un second temps, à analyser les illustrations contenues, puisque chacune d’elles a fait l’objet d’une fiche d’inventaire rattachée au volume. L’actualisation des informations se poursuit avec l’analyse plus fine de chaque ouvrage afin d’identifier les graveurs et d’étudier les illustrations.

6L’informatisation des livres de la collection Rothschild n’a pas été sans écueil, car nous avons rencontré les difficultés liées à la singularité du don d’un ensemble de livres imprimés à un musée et, donc, celles liées à la saisie des informations des volumes reliés dans une base de données initialement conçue pour héberger des œuvres en feuilles ou en carnet d’artiste.

  • 13 Nous rappelons que la collection d’estampes en feuilles du Louvre compte environ 40 000 items.

7La donation d’une collection de livres à un musée est un choix rare, dans la mesure où ces ensembles sont accordés en règle générale aux institutions qui conservent les mêmes items, c’est-à-dire les bibliothèques. Le musée du Petit Palais partage cette particularité avec le Louvre, puisqu’en 1902 le grand collectionneur et mécène Auguste Dutuit (1812-1902) a donné à la Ville de Paris un ensemble de 20 000 œuvres, noyau fondateur de l’actuel musée. Cet important lot était riche de 12 000 estampes13 et de 789 livres imprimés et recueils de gravures, passionnément réunis par son frère, Eugène (1807-1886), savant amateur d’estampes. Au-delà de la quantité presque similaire d’exemplaires réunis par Eugène Dutuit et par le baron Edmond, il nous a semblé intéressant de comparer les collections de ces grands connaisseurs, qui partageaient un rare intérêt pour les nielles du Quattrocento, un même attrait bien connu pour l’estampe hollandaise du xviie siècle et, en particulier, pour Rembrandt ainsi que, comme nous allons le démontrer, une même volonté de réunir des livres imprimés et des recueils en plus de leur extraordinaire collection d’estampes en feuilles.

8Eugène Dutuit rappelle, dans la préface de son ouvrage de référence, le Manuel de l’amateur d’estampes, ce que doit contenir une collection d’estampes :

  • 14 Eugène Dutuit, Manuel de l’amateur d’estampes. I, Première partie, « Introduction générale », Paris (...)

« Dans l’histoire de la gravure, on ne saurait séparer les estampes isolées ou les recueils d’images des livres à gravures, où le texte joue un rôle égal ou prépondérant. Certaines manifestations de cet art ne se trouvent d’ailleurs que là, comme, par exemple, l’imagerie religieuse des livres d’heures. Une collection d’estampes sérieuse doit donc obligatoirement comprendre des livres illustrés typiques en tout genre, de manière à présenter un ensemble harmonieux et instructif14. »

9Cette introduction pourrait laisser entendre qu’Eugène Dutuit s’inspira de l’ensemble réuni par le baron pour décrire la collection exemplaire d’un passionné d’estampes, mais ce serait oublier que les deux amateurs fréquentaient les mêmes salles des ventes durant une trentaine d’années et que, donc, la constitution de leur ensemble d’œuvres est quasi contemporaine.

Les grandes catégories de la collection de livres et de recueils du baron

  • 15 [Émile Picot], Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. le Baron James de Rothschil (...)

10Le catalogue de la collection des livres du baron étant encore à rédiger, nous présentons ici un aperçu des exemplaires les plus remarquables de l’« ensemble des livres typiques en tout genre », suivant les cinq catégories et sections que le libraire parisien Édouard Rahir (1862-1924) établit dans le catalogue de la collection des manuscrits et des livres des frères Auguste et Eugène Dutuit, à savoir « Théologie », « Jurisprudence », « Sciences et arts », « Belles-Lettres » et « Histoire ». Ces divisions furent aussi utilisées par Émile Picot (1844-1918) pour la rédaction du catalogue de la bibliothèque de James Édouard de Rothschild15.

  • 16 La collection conserve quinze incunables, quatre incunables xylographiques : L 51 LR, L 52 LR, L 53 (...)
  • 17 Voir Georges Duplessis, « Essai sur la gravure dans les livres », dans Catalogue illustré des livre (...)
  • 18 Biblia Pauperum (L 52 LR), Defensorium Mariae (L 54 LR).
  • 19 Édition I/II, II état. Prix : 109 288 francs. Numéro 18278 du registre d’entrées conservé au Waddes (...)

11Un premier groupe de volumes précieux à thématique majoritairement religieuse est formé par les incunables xylographiques et typographiques16, qui suscitèrent à l’époque une vive attention parmi les bibliophiles qui suivaient attentivement les conseils du conservateur de la Bibliothèque nationale, Georges Duplessis17 (1834-1899). Au même titre que pour sa collection d’estampes, le critère de choix d’Edmond de Rothschild pour se constituer une collection d’incunables fut la rareté des exemplaires : preuves en sont les deux livrets xylographiques répertoriés aujourd’hui à moins d’une dizaine d’exemplaires18, qui reflètent sa connaissance fine des origines du livre imprimé. Alors qu’il avait pour habitude de donner des indications de prix d’achat à ne pas dépasser à ses collaborateurs, le baron fut prêt à débourser des sommes très conséquentes pour les obtenir. Tel fut le cas de l’un des fleurons de sa collection, l’Apocalypsis Johannis19 (fig. 1), livret xylographique colorié et imprimé aux Pays-Bas, entre 1466 et 1470, acquis auprès de l’éminence de la gravure sur bois, Wilhelm Ludwig Schreiber.

1. Apocalypsis Johannis, entre 1466 et 1470, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

1. Apocalypsis Johannis, entre 1466 et 1470, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

© Musée du Louvre

  • 20 Christopher de Hamel, Les Rothschild collectionneurs de manuscrits, Paris, BnF Éditions, 2004.
  • 21 François Avril, Nicole Reynaud et Dominique Cordellier (dir.), Les Enluminures du Louvre. Moyen Âge (...)
  • 22 L 228 LR.

12Pour mieux évaluer l’ampleur et l’importance de la collection de livres à sujet religieux du baron Edmond, il convient de signaler qu’au moins la moitié de sa collection de volumes manuscrits était composée de livres d’heures et de livres de prières chrétiens20. Certes, cet ensemble ne fut pas légué au musée du Louvre ; seuls nous sont parvenus 13 livres d’heures à usage divers, publiés à Paris autour de 1490-1530 par les principaux libraires et imprimeurs de l’époque, tels que Philippe Pigouchet ou Germain Hardouyn. La redécouverte, à l’occasion de l’exposition des « Enluminures du Louvre21 », du précieux Livre d’heures à l’usage de Rouen22, incunable unicum imprimé à Paris par Jacques Le Forestier et orné de treize gravures sur bois peintes, rappelle la valeur inestimable de ces délicats ouvrages aux yeux du baron.

  • 23 Voir note 4.
  • 24 Historiae Biblicae, avec des illustrations de Hans Sebald Beham (no 40 de la vente) ; Bible de Para (...)
  • 25 Joseph Techener, « Vente de la bibliothèque de M. Félix Solar », art. cit., no 42 et no 65.
  • 26 L 140 LR.

13Lors de la vente précédemment mentionnée de la collection de Félix Solar23, James de Rothschild acquit un groupe de livres à thème religieux24, ensemble qu’Edmond acheta également, à deux titres près25. Ces acquisitions reflètent probablement une rivalité avec le père, mais elles révèlent surtout son goût pour la gravure sur bois exécutée à Lyon et à Francfort entre 1530 et 1560, illustrant plusieurs épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament, dont l’Apocalypse, sujet cher au baron. Les Quadrins historiques de la Bible26 (Lyon, 1533), contenant des gravures sur bois de Bernard Salomon, sont un exemple de petites bibles qui eurent un succès extraordinaire à l’époque, comme le démontrent les sept éditions publiées par Jean de Tournes en l’espace de six ans.

  • 27 Cette section contient les livres portant sur les sciences philosophiques (morale, politique, éduca (...)
  • 28 Édition des frères Giovanni et Gregorio De Gregori, Venise, 1495 (L 60 LR). Il en existe un second (...)

14C’est dans la section intitulée « Sciences et arts27 » du catalogue de Rahir que la collection des frères Dutuit et celle du baron Edmond de Rothschild trouvent leurs plus grandes divergences, puisqu’y sont décrits une cinquantaine d’exemplaires consacrés à la philosophie, aux sciences naturelles, aux mathématiques ou à l’astrologie, qui intéressèrent les amateurs rouennais, alors que ces sujets sont absents de la collection du Louvre, probablement à cause des thématiques abordées, sans correspondance avec sa collection d’estampes en feuilles. Un seul livre imprimé fait exception à l’intérieur de cette section : le Fasciculus Medicinae28 (fig. 2) de Johannes de Khetam, qui intéressa sans doute le baron en tant que premier traité de médecine, orné de gravures sur bois.

2. Fasciculus Medicinae, 1495, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

2. Fasciculus Medicinae, 1495, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

© Musée du Louvre

  • 29 Recueil d’estampes gravées d’après les tableaux du cabinet de Monseigneur le Duc de Choiseul, Paris (...)
  • 30 Les Sermons du pere Bourdalouë, Paris, Chez Rigaud, 1707 – l’une de ses premières acquisitions, fai (...)

15Les livres de beaux-arts constituent une sous-section à l’intérieur de la catégorie des « Sciences et arts », où Édouard Rahir décrit, au sein de la collection Dutuit, une quarantaine de titres aux sujets très différents (des recueils d’estampes de mode, des livres de fables, des imprimés allemands du xviiie siècle, l’Iconographie d’Antoine Van Dyck ou une série des Caprichos de Goya, pour ne citer que quelques exemples). Dans cette liste, figurent aussi deux publications qui apparaissent dans de nombreux catalogues de vente de l’époque et que le baron ne manqua pas d’acheter, bien que, vraisemblablement, il ne jugeât pas opportun de les inclure dans sa donation, comme on le voit quand on compare le registre des entrées de gravures et les volumes conservés au Louvre. Il s’agit du Recueil d’estampes gravées d’après les tableaux du cabinet de Monseigneur le Duc de Choiseul… et de la Collection de cent vingt estampes gravées d’après les Tableaux & Dessins qui composoient le Cabinet de M. Poullain…29. Nous ignorons les raisons d’un tel choix, qui est loin d’être unique30, mais il est possible qu’il réservât ces volumes comme cadeaux ou legs à des membres de sa famille.

  • 31 Quatre livres d’architecture et deux livres d’ornements furent collectionnés par les frères Dutuit (...)
  • 32 Jacques Ier Androuet du Cerceau, De Architectura, Paris, Benoît Prévost, 1559 (L 64 LR) ; recueil d (...)
  • 33 De Architectura et Fragmenta structurae veteris. Sur les historiques prestigieux, nous renvoyons à (...)

16Les 82 volumes d’architecture et les 50 livres et recueils dédiés à l’ornement indiquent clairement la place privilégiée que le baron réserva à ces deux sujets, d’autant plus que le parallèle avec la collection Dutuit, conservée aujourd’hui au Petit Palais, met particulièrement en relief les différences de goût entre ces deux amateurs d’estampes31. La collection de livres d’architecture du xvie siècle d’Edmond, composée d’une dizaine de titres, révèle la manière dont le baron se passionne pour un artiste et, au contraire, son indifférence, parfois surprenante, pour l’œuvre de certains graveurs majeurs. Nous notons ainsi l’absence du Premier Livre d’architecture et du Second Livre de perspective de Sebastiano Serlio ou de l’œuvre majeure d’Andrea Palladio, Les Quatre Livres de l’architecture. En revanche, les travaux réalisés par l’architecte, dessinateur et graveur Jacques Ier Androuet du Cerceau l’intéressèrent particulièrement, comme le prouvent les sept exemplaires légués au Louvre32, reflet probable de son penchant nationaliste, partagé d’ailleurs par Eugène Dutuit, car des quatre livres d’architecture conservés dans sa collection, trois sont du même architecte français. Parmi les volumes du baron, certains ont une provenance illustre, tel le De Architectura, ayant appartenu au notable bibliophile Jacques Auguste de Thou (1553-1617) ou la première édition des Plus Excellents Bastiments de France, en possession de Mme de Pompadour et de George III d’Angleterre33.

  • 34 L 356 LR et L 357 LR.
  • 35 L 388 LR, L 389 LR, L 390 LR.

17Le groupe de livres d’architecture du xviiie siècle confirme une nouvelle fois le goût d’Edmond pour cette période, puisqu’on en compte 70 volumes, contre seulement sept pour le xviie siècle. Les nombreux traités, livres et cours d’architecture révèlent un aspect de sa personnalité parfois oublié, celui d’un amoureux d’architecture et de jardins, qui fit construire, remodeler ou aménager de nombreux bâtiments suivant les créations des plus grands architectes. Ainsi, le musée du Louvre conserve plusieurs traités, dont ceux d’Augustin-Charles d’Aviler, de Germain Boffrand, de Charles-Étienne Briseux, de Jacques-François Blondel ou de Jean-François de Neufforge, mais aussi des recueils des œuvres d’architectes anglais, tels que William Chambers34, ou bien de celles de l’Augsbourgeois Salomon Kleiner35.

  • 36 Les numéros des acquisitions de certaines estampes datent des années 1860.
  • 37 4857 LR à 4864 LR.
  • 38 Recueil d’estampes L 159 LR, vente Edmond Foulc, Paris, Drouot, le 3 juin 1914, no 83.

18L’ornement occupe un chapitre à part dans la collection du Louvre, tant le sujet attira l’attention d’Edmond comme de la plupart des collectionneurs de sa génération. La même proportion valant pour les ouvrages d’architecture peut être établie entre les livres d’ornements du xvisiècle et ceux du xviiie siècle, reflétant ainsi la forte augmentation des ouvrages produits à cette période. Ici, de nouveau, un artiste sculpteur et graveur se démarque des autres : il s’agit de Pierre II Woeiriot (vers 1532-1599), dont le burin maîtrisé et précis captiva le baron, au point qu’il acquit ses œuvres tout au long de sa vie de collectionneur36. Il ne se contenta pas d’épreuves sans marges représentant des motifs de gardes d’épées37 ; son œil expert et passionné chercha aussi de belles épreuves qu’il trouva à la vente Foulc de 191438.

  • 39 Gilles Marie Oppenordt, Livre de fragments d’architectures recueillis et dessinés à Rome d’après le (...)

19La cinquantaine de recueils d’ornements du xviiie siècle complète une collection d’estampes riche d’environ 3 500 feuilles, prouvant l’exhaustivité recherchée par Edmond dans ce pan de sa collection et se démarquant aussi de la collection Dutuit, dans laquelle on ne trouve aucun titre concernant cette catégorie d’ouvrages. Les œuvres des plus grands ornemanistes du style Régence, comme Gilles Marie Oppenordt ou Juste Aurèle Meissonnier, gravées à l’eau-forte par Gabriel Huquier, figurent parmi celles que le baron eut le plus de plaisir à collectionner39.

  • 40 Bureau central des restitutions de la division Réparations. Restitution du groupe français du Conse (...)

20Les romans, les livres de linguistique et de poésie qu’Édouard Rahir range dans la section dédiée aux « Belles-Lettres », constituent probablement le point fort de la collection Dutuit. Comparativement, ce type d’ouvrages ne trouve presque pas de représentation dans la collection Edmond de Rothschild du Louvre. Ce sont néanmoins des volumes qu’un homme érudit comme le baron dut acheter et qui furent certainement offerts à des membres de sa famille, à ses enfants et notamment à sa fille, Miriam Alexandrine, passionnée de littérature, comme nous le laisse supposer la longue liste de ses livres spoliés pendant la Seconde Guerre mondiale40.

  • 41 Dante, La Divine Comédie, Florence, Niccolo di Lorenzo della Magna, 1481 (L 58 LR).

21Le baron semble donc avoir fait un choix dans sa bibliothèque, en léguant au musée les exemplaires qui étaient en rapport évident avec son amour pour la gravure sur bois et les origines du livre imprimé ; ainsi, parmi les 18 volumes conservés, nous trouvons de précieux incunables, prolongation cohérente de sa collection d’estampes en feuilles. Une des pièces maîtresses est un précieux exemplaire de la huitième édition de La Divine Comédie de Dante41, commentée par Cristoforo Landino et ornée des 19 burins de Baccio Baldini, graveur et orfèvre dont Edmond réunit la presque totalité de l’œuvre.

  • 42 Francesco Colonna, Hypnerotomachia Poliphili, Venise, Alde Manuce, 1499 (L 63 LR).
  • 43 Francesco Colonna, Le Songe de Poliphile, Paris, Chez Jacques Kerver, 1546 (L 124 LR).
  • 44 François Béroalde de Verville, Le Tableau des riches inventions, Paris, Chez Matthieu Guillemot, 16 (...)

22L’édition aldine de l’Hypnerotomachia Poliphili42, l’adaptation traduite par Jacques Martin et éditée par Jacques Kerver du Songe de Poliphile43 et Les Tableaux des riches inventions de François Béroalde de Verville44 prouvent la fine connaissance bibliophilique du baron ainsi que sa volonté de léguer au musée du Louvre un ensemble cohérent illustré de gravures sur bois.

23Les sujets historiques plurent particulièrement au baron, puisqu’on compte 85 volumes qui révèlent une nette préférence pour les imprimés illustrant la gloire de l’empereur Maximilien Ier ainsi que la belliqueuse histoire de la France au xvie siècle.

  • 45 Georges Duplessis, Les Merveilles de la gravure, Paris, Hachette et Cie, 1869, p. 173-175.
  • 46 Der Theuerdannck, Nuremberg, Johann Schönsperger, 1517 (L 146 LR) ; Der Weisskunig, Vienne, 1775  ( (...)
  • 47 Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 vol. Paris, Firmin-Didot fr (...)
  • 48 Une note manuscrite en hongrois sur le verso de la page de garde mentionne l’ancien possesseur, col (...)

24Les livres illustrés par des graveurs travaillant avec ou d’après Albrecht Dürer enrichissent et complètent l’ensemble d’estampes en feuilles de qualité exceptionnelle exécutées par des artistes de la Renaissance allemande, l’une des richesses de la collection. Edmond se laissa indéniablement guider par son goût, mais aussi par les préconisations de Georges Duplessis, qui, dans la première édition des Merveilles de la gravure45, en 1869, décrit les quatre livres les plus importants de la gravure sur bois allemande du xvie siècle46. Parmi ceux-ci figure Der Theuerdannck (fig. 3), poème chevaleresque imprimé à Nuremberg par Johann Schönsperger en 1517, où, à travers les 118 gravures sur bois réalisées pour la plupart par Hans Schäuffelein, nous suivons les aventures du chevalier Theuerdannck, alter ego de Maximilien Ier, dans sa quête pour prétendre la main de Marie de Bourgogne. Au-delà des exceptionnelles gravures, le baron fut sans doute attiré par la singularité et l’importance historique des caractères typographiques qui décorent ce magnifique exemplaire sur vélin non enluminé, choix qui peut paraître étrange de nos jours. Néanmoins, si l’on en croit Jacques-Charles Brunet, les volumes coloriés avaient « peu de prix aux yeux des amateurs47 », contrairement aux impressions sur vélin, comme le démontre la forte somme que paya le baron en 188048.

3. Der Theuerdannck, 1517, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

3. Der Theuerdannck, 1517, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

© Musée du Louvre

  • 49 Recueil des Tableaux de l’Histoire de France, s.n., s.l., (L 138 LR et L 139 LR). Nous renvoyons p (...)
  • 50 Jacques Tortorel, Le Massacre de Cahors en Quercy, le 19 novembre 1561 ; Le Massacre de Montbrison, (...)
  • 51 Enrichie d’une estampe supplémentaire : La Représentation de la bataille de deux armées françaises (...)

25Edmond de Rothschild veilla à laisser au Louvre une collection riche en livres et en estampes, retraçant les événements et les figures marquantes du xvie siècle français. L’exemple le plus représentatif de son choix est formé par les Tableaux de l’Histoire de France49 (fig. 4) de Jean Perrissin et Jacques Tortorel, recueil qui représente quarante scènes des guerres de Religion, de la fin du règne d’Henri II à celui de Charles IX, selon une propagande protestante. Conservés en deux exemplaires, l’un en allemand et l’autre en français, ces livres rendent compte de sa curiosité pour l’histoire de la gravure française dans la période de transition entre la pratique de la gravure sur bois et la gravure en taille-douce. Une des particularités des Tableaux est de contenir des estampes gravées selon différentes techniques, et la comparaison des deux volumes reliés met en relief cette richesse. En effet, l’analyse montre que trois scènes50 ne furent pas gravées avec la même technique, puisque, dans l’exemplaire en français, elles furent exécutées à l’eau-forte, tandis que, dans l’édition en allemand51, il s’agit de gravures sur bois. Les différentes éditions en diverses langues traduisent la volonté des éditeurs, probablement installés à Genève, de diffuser à travers l’Europe les horreurs de la guerre.

4. La Représentation de la bataille de deux armées françaises sur le Rhône en 1570 dans Tableaux de l’Histoire de France, 1570, Paris, musée du Louvre., département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

4. La Représentation de la bataille de deux armées françaises sur le Rhône en 1570 dans Tableaux de l’Histoire de France, 1570, Paris, musée du Louvre., département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

© Musée du Louvre

  • 52 Thomas Jean Pichon, Nicolas Gobet et Jean Baptiste Patas, Le Sacre et le couronnement de Louis XVI, (...)
  • 53 Germaine Meyer-Noirel, Répertoire général des ex-libris français des origines à l’époque moderne (1 (...)
  • 54 Charles Mavelot, Nouveau Livre de chiffres qui contient en général tous les noms et surnoms entrela (...)
  • 55 Germaine Meyer-Noirel, L’Ex-Libris. Histoire, art, techniques, Paris, Picard, 1989, p. 185-190.

26La discrétion dont fit preuve Edmond à l’égard des signes d’appartenance apposés sur ses livres est révélatrice de son respect envers les ouvrages et de sa volonté de s’effacer pour mettre en avant l’objet. Le Sacre et le couronnement de Louis XVI52 est le seul exemplaire de la collection qui porte un petit ex-libris collé sur le contreplat de devant (fig. 5), visiblement méconnu de Germaine Meyer-Noirel53. Le baron fit imprimer, en lettres dorées à chaud sur le cuir rouge, un double monogramme en recto et en miroir, aux caractères fortement inspirés de l’alphabet de Charles Mavelot54, surmonté d’une couronne de baronnie et entouré d’une ceinture fermée à la façon de celle qui orne le blason de l’ordre anglais de la Jarretière. L’étonnante appropriation de ce blason par Edmond – consistant à remplacer la devise Honni soit qui mal y pense !, sur le pourtour du ruban, par ses prénom et nom – n’est pas rare pour autant, car nous connaissons des exemples similaires adoptés par d’autres familles nobles de la deuxième moitié du xixe siècle55.

5. Ex-libris du baron Edmond de Rothschild.

5. Ex-libris du baron Edmond de Rothschild.

© D.R.

  • 56 L 234 LR.
  • 57 L 95 LR et L 95 LR bis.
  • 58 Elles sont assemblées en quatre recueils : L 67 LR, L 68 LR, L 72 LR et L 88 LR.

27Tout comme d’autres notables collectionneurs de son époque, tels Jacques Doucet ou les frères Dutuit, Edmond était friand de livres illustrant les mœurs, les modes et les costumes de toutes époques. Le xvie siècle est représenté surtout par les éditions allemandes ornées de gravures sur bois de Jost Amman (Habitus praecipuorum populorum…56, Nuremberg, 1577 ; Cleri totius Romanae Ecclesiae subjecti…57, Frankfurt, 1585). Pour le xviie siècle, le baron continue avec cohérence sa collection d’estampes en feuilles d’Abraham Bosse sur les habits de la noblesse, en acquérant les gravures de mode éditées chez les Bonnart et gravées par Nicolas Arnoult, Jean Dieu de Saint-Jean, Antoine Trouvain et Jean Lepautre, pour ne citer que les plus renommés58.

  • 59 Suite d’estampes pour servir à l’histoire des mœurs et du costume des Français dans le dix-huitième (...)
  • 60 Monument du costume physique et moral de la fin du dix-huitième siècle ou Tableaux de la vie, Neuwi (...)

28Le Monument du costume (fig. 6), entreprise éditoriale due à Sigmund Freudenberg et à Jean-Michel Moreau le Jeune, publié en trois séries de douze estampes, résume à lui seul la passion du baron pour le costume et pour la scène de genre du xviiie siècle, tant admirés par les collectionneurs de son époque. Il possédait cet ensemble en deux exemplaires : l’un avec les estampes des trois suites, augmenté d’un texte de Nicolas-Edme Restif de la Bretonne59, et l’autre contenant les estampes des deux dernières suites60. De plus, il acquit, dans les mêmes années 1870, de très belles épreuves, où l’on remarque, sinon une volonté d’exhaustivité, du moins un grand plaisir à réunir les divers états d’une estampe : avant la lettre, avant le titre et de nombreux états intermédiaires avant le dernier état.

6. Le Coucher dans Suite d’estampes pour servir à l’histoire des mœurs et du costume des Français…, 1775, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

6. Le Coucher dans Suite d’estampes pour servir à l’histoire des mœurs et du costume des Français…, 1775, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

© Musée du Louvre

29Ces catégories de classement, employées pour la collection Dutuit, se révèlent bien restrictives pour la collection du baron, tant la multiplicité de ses centres d’intérêt est grande et échappe à des sections trop strictement cloisonnées. Où classer, par exemple, la riche collection des recueils de caricatures politiques révolutionnaires, complémentaires de la vingtaine de recueils d’estampes historiques de la même période ? Ces témoignages historiques subjectifs et biaisés plurent particulièrement au baron et constituent une catégorie à part entière dans sa bibliothèque.

  • 61 Soncino, Giovanni Antonio Bindoni, 1557 et 1559 (L 144 LR).
  • 62 Rachel Boak, « La collection de dentelles de la baronne Edmond James de Rothschild au musée des Art (...)

30D’autres ouvrages, comme le livre de modèles pour broderies et dentelles intitulé Ricchezze delle bellissime et virtuosissime Donne61 (fig. 7), l’intéressèrent sans doute à plus d’un titre : les motifs décoratifs se révèlent de véritables ornements, sujet qui passionna le baron ; aussi, la technique – d’une grande complexité – de la gravure des grilles sur bois pour des modèles textiles éveilla forcément sa curiosité ; enfin, ce livre devait être indispensable dans la bibliothèque des Rothschild, car Adélaïde éprouvait une véritable admiration pour les dentelles62.

7. Ricchezze delle bellisime et virtuosissime donne, 1557 et 1559, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

7. Ricchezze delle bellisime et virtuosissime donne, 1557 et 1559, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.

© Musée du Louvre

31Ce rapide panorama des principales catégories de livres réunis par Edmond est loin d’être complet et ne souhaite que donner un premier aperçu de sa riche collection de livres imprimés.

32Un premier constat, en guise de conclusion, concerne la quantité relativement peu importante de volumes donnés au musée du Louvre, si nous la comparons aux bibliothèques données à d’autres institutions publiques par d’illustres bibliophiles de la famille Rothschild, comme son neveu James Édouard ou son frère Salomon (au moins 2 558 et 1 700 volumes, respectivement). Ni l’étendue ni la typologie des livres réunis par Edmond ne semblent comparables à celles des différents membres de sa famille ; en revanche, sa collection présente davantage de similitudes de taille avec la celle des frères Dutuit, comme nous l’avons vu. Aussi, il nous semble légitime de nous interroger sur l’ampleur originelle de la bibliothèque du baron, car l’ensemble conservé aujourd’hui au Louvre semble correspondre à une sélection réfléchie et cohérente à l’intérieur d’une collection plus large.

  • 63 La Piedra gloriosa o de la estatua de Nebuchadnesar, con muchas y diversas authoridades de la S. S. (...)

33Par ailleurs, il nous paraît important de signaler que la collection de livres imprimés et de recueils du baron ne vise pas l’exhaustivité, même en ce qui concerne les artistes qu’il admirait particulièrement, comme Abraham Bosse, dont il acquit de très belles et nombreuses estampes en feuilles, mais aucun des traités de perspective. De même, l’enthousiasme du baron pour l’œuvre de Rembrandt, partagé par les frères Dutuit, ne le poussa pas à posséder son seul livre illustré, La Piedra gloriosa63.

34Les exemplaires de sa bibliothèque confirment les convergences entre sa collection de livres imprimés et celle d’estampes en feuilles. Ils démontrent une claire préférence pour les origines de l’estampe, le xvie et le xviiie siècle et a contrario son goût moins prononcé pour le xviie siècle, période pour laquelle il réunit à peine quatre-vingts ouvrages. Finalement, la priorité du baron n’aura pas été la recherche d’exemplaires précieux aux reliures soignées, puisque la grande majorité des volumes fut réassemblée à son goût par les relieurs attitrés de la famille, comme Hippolyte Duru, Charles-François Capé ou bien A. Motte, qui ennoblissaient ainsi les ouvrages « harmonieux et instructifs ».

Notes

1 Pierrette Jean-Richard (dir.), Les Incunables de la collection Edmond de Rothschild. La gravure en relief sur bois et sur métal, cat. exp., Xe exposition de la collection Edmond de Rothschild (Paris, Musée du Louvre, 1974), Paris, Éditions des Musées nationaux, 1974, p. 32-44.

2 Dominique Frasson-Cochet (dir.), avec la collaboration de Pierre Aquilon, Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, vol. XX, Genève, Droz, 2016.

3 Isabelle de Conihout, « Les livres illustrés », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, 3 vol., Paris, Louvre/BnF/Somogy, 2016, vol. III, p. 172-191.

4 Joseph Techener, « Vente de la bibliothèque de M. Félix Solar », dans Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, Paris, Chez J. Techener, 1861, p. 145-158.

5 L’étude d’Isabelle de Conihout, réalisée à partir de l’analyse des reliures et des ex-libris, comptabilise un certain nombre d’ouvrages qui entrèrent en possession du baron seulement au décès de sa mère, Betty Salomon de Rothschild, en 1886. Les doubles conservés dans les collections du Louvre proviendraient ainsi de cette donation.

6 Ses dernières acquisitions de livres imprimés documentées datent de 1914, où il achète trois volumes de gravures d’ornement : Œuvres d’orfèvrerie à l’usage des églises par J. F. Forty, 1780 (L 77 LR) ; Recueil d’estampes d’après les plus beaux Tableaux et d’après les plus beaux Dessins…, 1763 (L 236 LR) ; et un recueil de huit estampes d’ornement de Pierre II Woeiriot (L 159 LR).

7 Marianne Grivel, « Histoire de la constitution d’un “Musée de la gravure” », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, op. cit., vol. III, p. 10-45.

8 Je tiens à remercier chaleureusement Pippa Shirley, Juliet Carey et, particulièrement, Michael Shrive pour avoir rendu possible la consultation des registres conservés dans la bibliothèque du Waddesdon Manor.

9 L 18 LR, L 58 LR, L 61 LR, L 67 LR, L 68 LR, L 73 LR, L 74 LR, L75 LR, L 77 LR, L 82 LR, L 83 LR, L 84 LR, L 130 bis LR, L 146 LR, L 155 LR, L 157 LR, L 159 LR, L 87 LR, L 213 LR, L 232 LR, L 236 LR, L 268 LR, L 278 LR, L 280 LR, L 294 LR, L 437 LR, L 438 LR, L 439 LR, L 445 LR.

10 La collection compte 539 volumes reliés, dont 369 livres imprimés et 170 recueils d’estampes et volumes reliés consacrés à l’œuvre gravée d’un artiste. Parmi ces derniers, 40 exemplaires sont composés d’estampes de petit format, achetées séparément ou par lot. L’œuvre gravée en petit format d’artistes comme Hans Brosamer ou Franz Brun était destinée à « faire un volume », mais ce projet ne se concrétisa jamais.

11 L 340 LR, L 387 LR, L 406 LR, L 448 LR, L 449 LR, L 450 LR

12 Consultable sur le portail Internet du musée : arts-graphiques.louvre.fr/

13 Nous rappelons que la collection d’estampes en feuilles du Louvre compte environ 40 000 items.

14 Eugène Dutuit, Manuel de l’amateur d’estampes. I, Première partie, « Introduction générale », Paris, A. Lévy, 1884, p. III.

15 [Émile Picot], Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. le Baron James de Rothschild, 5 vol., Paris, D. Morgand libraire, 1884-1920.

16 La collection conserve quinze incunables, quatre incunables xylographiques : L 51 LR, L 52 LR, L 53 LR, L 54 LR et onze incunables typographiques : L 55 LR, L 56 LR, L 57LR, L 58 LR, L 59 LR, L 60 LR, L 62 LR, L 63 LR, L 220 LR, L 221 LR et L 228 LR.

17 Voir Georges Duplessis, « Essai sur la gravure dans les livres », dans Catalogue illustré des livres précieux, manuscrits et imprimés, faisant partie de la bibliothèque de M. Ambroise Firmin-Didot, Paris, Firmin-Didot et Cie, 1879, p. X.

18 Biblia Pauperum (L 52 LR), Defensorium Mariae (L 54 LR).

19 Édition I/II, II état. Prix : 109 288 francs. Numéro 18278 du registre d’entrées conservé au Waddesdon Manor (L 51 LR).

20 Christopher de Hamel, Les Rothschild collectionneurs de manuscrits, Paris, BnF Éditions, 2004.

21 François Avril, Nicole Reynaud et Dominique Cordellier (dir.), Les Enluminures du Louvre. Moyen Âge et Renaissance, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 2011), Paris, Louvre/Hazan, 2011, no 120, p. 226-227.

22 L 228 LR.

23 Voir note 4.

24 Historiae Biblicae, avec des illustrations de Hans Sebald Beham (no 40 de la vente) ; Bible de Paradin (no 41) ; Quatrains de la Bible (no 42) ; Les Figures de la Bible, avec des illustrations de Virgil Solis (no 43) ; Figures du Nouveau Testament de Jean de Tournes (no 54) ; Figures de l’Apocalypse de Groulleau (no 56) ; Icones Catechesos (no 64) ; Meditationi della Passione (no 65).

25 Joseph Techener, « Vente de la bibliothèque de M. Félix Solar », art. cit., no 42 et no 65.

26 L 140 LR.

27 Cette section contient les livres portant sur les sciences philosophiques (morale, politique, éducation des princes) ; les sciences naturelles (histoire naturelle ; médecine) ; les sciences mathématiques (arithmétique, géométrie ; art militaire ; astrologie, sciences occultes) ; les beaux-arts (peinture, généralités, galeries ; gravures, généralités, recueils d’’estampes ; architecture ; catalogue de tableaux, de meubles et d’objets d’art ; biographies d’artistes) ; les arts mécaniques et métiers divers (céramique, orfèvrerie et bijouterie ; travaux à l’aiguille ; art culinaire) ; les exercices gymnastiques (équitation, danse et chasse).

28 Édition des frères Giovanni et Gregorio De Gregori, Venise, 1495 (L 60 LR). Il en existe un second exemplaire édité en 1522 (L 61 LR).

29 Recueil d’estampes gravées d’après les tableaux du cabinet de Monseigneur le Duc de Choiseul, Paris, Basan, 1771 et Collection de cent-vingt estampes, gravées d’après les tableaux & dessins qui composoient le cabinet de M. Poullain, Receveur Général des Domaines du Roi, décédé en 1780 ; Précédée d’un Abrégé historique de la Vie des Auteurs qui la composent ; Dédiée a M. Le Comte d’Orsay, Paris, Basan et Poignant, 1781. No 16352 et no 16353 du registre III des entrées de gravures.

30 Les Sermons du pere Bourdalouë, Paris, Chez Rigaud, 1707 – l’une de ses premières acquisitions, faite à la vente Félix Solar de 1860 (no 197) – et les Vues remarquables des montagnes de la Suisse, gravées par Charles Melchior Descourtis (no 14719 du registre II des entrées de gravures) sont également absents des rayons de la collection du Louvre.

31 Quatre livres d’architecture et deux livres d’ornements furent collectionnés par les frères Dutuit (numéros du catalogue d’Édouard Rahir : 185, 186, 187, 188, 200 et 201).

32 Jacques Ier Androuet du Cerceau, De Architectura, Paris, Benoît Prévost, 1559 (L 64 LR) ; recueil de Meubles et entrelacs, vers 1565-1570 (L 65 LR) ; Fragmenta structurae veteris, Orléans, 1550 (L 66 LR) ; De Architectura, Paris, Benoît Prévost, 1559 (L 241 LR) ; recueil de Grotesques, vers 1550 (L 242 LR) ; Les Plus Excellents Bastiments de France, deux exemplaires, Paris, s.n., 1576-1579 (L 243 LR, L 244 LR).

33 De Architectura et Fragmenta structurae veteris. Sur les historiques prestigieux, nous renvoyons à l’article d’Isabelle de Conihout, « Les livres illustrés », art. cit.

34 L 356 LR et L 357 LR.

35 L 388 LR, L 389 LR, L 390 LR.

36 Les numéros des acquisitions de certaines estampes datent des années 1860.

37 4857 LR à 4864 LR.

38 Recueil d’estampes L 159 LR, vente Edmond Foulc, Paris, Drouot, le 3 juin 1914, no 83.

39 Gilles Marie Oppenordt, Livre de fragments d’architectures recueillis et dessinés à Rome d’après les plus beaux monuments, Paris, Huquier, 1745 (L 433 LR) ; recueil de l’œuvre de Gabriel Huquier, Livre d’orfèvrerie, s.d. (L 417 LR).

40 Bureau central des restitutions de la division Réparations. Restitution du groupe français du Conseil de contrôle, Répertoire des biens spoliés en France durant la guerre 1939-1945, t. VII, vol. 14, Archives, manuscrits et livres rares, 1948.

41 Dante, La Divine Comédie, Florence, Niccolo di Lorenzo della Magna, 1481 (L 58 LR).

42 Francesco Colonna, Hypnerotomachia Poliphili, Venise, Alde Manuce, 1499 (L 63 LR).

43 Francesco Colonna, Le Songe de Poliphile, Paris, Chez Jacques Kerver, 1546 (L 124 LR).

44 François Béroalde de Verville, Le Tableau des riches inventions, Paris, Chez Matthieu Guillemot, 1600 (L 164 LR).

45 Georges Duplessis, Les Merveilles de la gravure, Paris, Hachette et Cie, 1869, p. 173-175.

46 Der Theuerdannck, Nuremberg, Johann Schönsperger, 1517 (L 146 LR) ; Der Weisskunig, Vienne, 1775  (L 192 LR) ; l’exemplaire du Triomphe de Maximilien Ie est conservé en feuilles ; les Saints et saintes de la famille impériale, Vienne, 1799 (absent de la collection).

47 Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 vol. Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865, t. IV, p. 443-444.

48 Une note manuscrite en hongrois sur le verso de la page de garde mentionne l’ancien possesseur, collectionneur d’art et bibliophile hongrois Miklós Jankovic (1772-1846). Cet exemplaire (L 146 LR) fut vendu le 12 janvier 1852 pour 200 florins à un « acheteur étranger » (le comte de Sauvage ?), à qui le baron l’acheta en avril 1880, pour 14 520 francs

49 Recueil des Tableaux de l’Histoire de France, s.n., s.l., (L 138 LR et L 139 LR). Nous renvoyons pour ce sujet au livre de Philip Benedict, Graphic History: the Wars, Massacres and Troubles of Tortorel and Perrissin, Genève, Librairie Droz, 2007.

50 Jacques Tortorel, Le Massacre de Cahors en Quercy, le 19 novembre 1561 ; Le Massacre de Montbrison, dans le Forez, juillet 1562 et La Première Charge de la bataille de Dreux, où Monsieur le connétable fut pris le 19 décembre 1562. En tout, douze scènes furent gravées sur deux supports.

51 Enrichie d’une estampe supplémentaire : La Représentation de la bataille de deux armées françaises sur le Rhône en 1570.

52 Thomas Jean Pichon, Nicolas Gobet et Jean Baptiste Patas, Le Sacre et le couronnement de Louis XVI, Paris, chez Charles Emmanuel Patas et Emmanuel Vente, 1775 (L 464 LR).

53 Germaine Meyer-Noirel, Répertoire général des ex-libris français des origines à l’époque moderne (1496-1920), 20 vols. et 3 vols. de supplément, [Tomblaine], éd. Germaine Meyer-Noirel, 1983-2011.

54 Charles Mavelot, Nouveau Livre de chiffres qui contient en général tous les noms et surnoms entrelassez par alphabet, ouvrage utile et nécessaire aux peintres, sculpteurs, graveurs et autres…, Paris, Chez Mavelot, 1680 (L 181 LR).

55 Germaine Meyer-Noirel, L’Ex-Libris. Histoire, art, techniques, Paris, Picard, 1989, p. 185-190.

56 L 234 LR.

57 L 95 LR et L 95 LR bis.

58 Elles sont assemblées en quatre recueils : L 67 LR, L 68 LR, L 72 LR et L 88 LR.

59 Suite d’estampes pour servir à l’histoire des mœurs et du costume des Français dans le dix-huitième siècle, Chez Prault, Paris, 1775 ; Seconde suite d’estampes, pour servir à l’histoire des modes et du costume en France dans le dix-huitième siècle, Paris, Chez Prault, 1776 ; Troisième suite d’estampes, Paris, Chez Prault, 1783 (L 87 LR).

60 Monument du costume physique et moral de la fin du dix-huitième siècle ou Tableaux de la vie, Neuwied-sur-le-Rhin, 1789, (L 86 LR)

61 Soncino, Giovanni Antonio Bindoni, 1557 et 1559 (L 144 LR).

62 Rachel Boak, « La collection de dentelles de la baronne Edmond James de Rothschild au musée des Arts décoratifs », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, op. cit., vol. III, p. 211-217.

63 La Piedra gloriosa o de la estatua de Nebuchadnesar, con muchas y diversas authoridades de la S. S. y antiguos sabios, Amsterdam, 1655. En revanche, nous comptons dans la collection une très rare épreuve des quatre estampes qui illustrent le livre, imprimées sur une seule feuille (2352 LR).

Table des illustrations

Titre 1. Apocalypsis Johannis, entre 1466 et 1470, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.
Crédits © Musée du Louvre
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Titre 2. Fasciculus Medicinae, 1495, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.
Crédits © Musée du Louvre
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre 3. Der Theuerdannck, 1517, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.
Crédits © Musée du Louvre
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre 4. La Représentation de la bataille de deux armées françaises sur le Rhône en 1570 dans Tableaux de l’Histoire de France, 1570, Paris, musée du Louvre., département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.
Crédits © Musée du Louvre
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11301/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre 5. Ex-libris du baron Edmond de Rothschild.
Crédits © D.R.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11301/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 6. Le Coucher dans Suite d’estampes pour servir à l’histoire des mœurs et du costume des Français…, 1775, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.
Crédits © Musée du Louvre
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11301/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre 7. Ricchezze delle bellisime et virtuosissime donne, 1557 et 1559, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild.
Crédits © Musée du Louvre
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11301/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search