Version classiqueVersion mobile

De la sphère privée à la sphère publique

 | 
Pauline Prevost-Marcilhacy
, 
Laura de Fuccia
, 
Juliette Trey

Perspectives internationales

L’exception anglaise ? Constance Battersea et la philanthropie artistique des Rothschild d’outre-manche

Thomas Stammers

Entrées d'index

Géographique :

Angleterre

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle

Texte intégral

Je tiens à remercier Lindsay Macnaughton, Joseph Plumb et Juliette Trey pour leur aide à la traduction en français.

  • 1 Voir Pauline Prevost-Marcilhacy, « Le mécénat envers les artistes vivants, 1906-1920 » et « Le mécé (...)

1La publication monumentale sur les Rothschild français, dirigée par Pauline Prevost-Marcilhacy, met en relief leur rôle remarquable de mécènes au cours de la IIIe République. Alphonse de Rothschild est à compter parmi les donateurs de premier rang, il légua près de deux mille œuvres d’art à environ deux cent cinquante musées de province, c’est-à-dire une bonne moitié des musées français fondés avant la Grande Guerre. L’exemple d’Alphonse illustre la tendance, chez les Rothschild, à soutenir les institutions publiques, soit par la donation d’œuvres d’art (surtout entre la fin du xixe et le début du xxe siècle), soit par les dons financiers (à partir des années 1960)1 et cela représentait, à leurs yeux, une mission sociale.

  • 2 Le don de Walter Rothschild (1868-1937) de ses collections d’histoire naturelle à Tring est fait en (...)
  • 3 James Fenton, « The Rothschild Taste », The New York Review of Books, 25 juin 2015.

2La situation en Grande-Bretagne est tout à fait différente. Il y eut assez peu de donations réalisées par la branche anglaise de la famille envers les musées à la même époque ; les deux exceptions notables sont les collections d’histoire naturelle rassemblées par Lionel Walter Rothschild à Tring (Hertfordshire) et qu’il a ouvertes au public en 1892, et, bien sûr, le Waddesdon Bequest, cédé par Ferdinand de Rothschild au British Museum en 18982. De manière générale, peu d’objets provenant des Rothschild se trouvent dans les collections publiques en Angleterre, et les maisons privées qui les hébergeaient autrefois furent souvent démolies ou défigurées, l’exemple le plus notoire étant l’abandon par le gouvernement britannique, au milieu des années 1970, de Mentmore Towers, la résidence construite en 1850 par Joseph Paxton pour Mayer Amschel de Rothschild3.

  • 4 Francis Haskell, « The British as collectors », dans Gervaise Jackson-Stops (dir.), The Treasure Ho (...)

3Comment expliquer cette divergence frappante ? On parle souvent du contraste de culture politique existant entre les deux nations, en opposant une tradition française de civisme, issue de la Révolution et qui proclamait l’art comme un patrimoine appartenant à tous les citoyens, à la tradition anglaise, où l’initiative privée et les efforts personnels [self-help] primaient et étaient mis en œuvre à une échelle plus locale. De plus, ce contraste dans la manière de considérer le patrimoine s’incarna dans des institutions différentes, comme l’a remarqué Francis Haskell : le musée municipal en France et la country house en Angleterre4. Cette différence eut des conséquences sur la manière dont les Juifs anglais et français poursuivirent leur intégration sociale et affirmèrent leur patriotisme.

4Le contraste entre ces deux pays ne suffit cependant pas à expliquer la transformation du statut de la propriété privée en Angleterre à la fin du xixe siècle. Comme l’indique Jordanna Bailkin dans son livre The Culture of Property :

  • 5 Jordanna Bailkin, The Culture of Property: The Crisis of Liberalism in Modern Britain, Chicago, Chi (...)

Le statut des objets culturels – définis par leurs traits toujours discutables d’inaliénabilité et de possession non exclusive – nous incite à réfléchir sur les liens entre la propriété et les identités politiques en Grande-Bretagne avant la Première Guerre mondiale. Selon la pensée politique de l’époque, la personne du propriétaire s’associe à la figure du gardien, du régisseur, du mandataire – c’est-à-dire du propriétaire non exclusif –, et cette évolution porte sur des questions plus vastes de citoyenneté et de participation politique5.

  • 6 Ibid., p. 15 et p. 206.

5Le crépuscule du libéralisme victorien suscita de féroces débats pour savoir qui pouvait posséder des propriétés privées (par exemple, les femmes ou les syndicats de travailleurs) et jusqu’à quel point (par exemple, les fermiers en Irlande). En refusant de concevoir la propriété comme un droit absolu et exclusif, les réformateurs mirent aussi en question le statut du patrimoine comme ressource nationale. Au tournant du nouveau siècle, la fondation de The National Art Collections Fund, en 1903, suscita le projet d’enregistrement national de toutes les œuvres d’art en Grande-Bretagne, lancé en 19106.

  • 7 Sur Constance, Lady Battersea, voir Chaim Bermant, The Cousinhood: The Anglo-Jewish Gentry, Londres (...)
  • 8 Constance Battersea, Reminiscences, Londres, Macmillan, 1922, p. 10.
  • 9 Michael Hall, « The English Rothschilds as collectors » dans Georg Heuberger (dir.), The Rothschild (...)

6Cette courte présentation vise à décrire les usages de la jeune génération des Rothschild anglais, qui furent les plus inspirés par ces débats et placèrent les arts sous le signe de l’utilité sociale et du bonheur public. Pourquoi leur vision libérale n’aboutit-elle pas à une culture de la donation publique ? Pour interroger ce paradoxe, l’analyse se concentre sur l’exemple de Constance de Rothschild (1843-1931), fille d’Anthony de Rothschild, qui, tout au long de sa vie, afficha une volonté politique progressiste et laissa des journaux intimes et des souvenirs – publiés en 1922 – révélateurs de l’esprit calculateur de la famille7 (fig. 1). Constance fut élevée à Paris et à Londres, où son père acquit une maison élégante sur Grosvenor Place. Selon ses souvenirs, la décoration de la maison fut confiée à des artistes français, en accord avec le goût raffiné de son père. « Parmi d’autres œuvres, il y avait une splendide peinture de Van Dyck, un cadeau de ma grand-mère maternelle [Henriette de Rothschild (1791-1866)]8. » Plus tard, son père acheta la résidence d’Aston Clinton dans le Buckinghamshire, qu’il embellit et meubla. Deux tableaux de Jean-Baptiste Greuze, ayant fait partie des collections de Dubois et Tilliard au xviiie siècle, et six scènes de genre néerlandaises, provenant de la vente de la duchesse de Berry, se trouvaient parmi les plus importants tableaux réunis par Anthony dans sa petite galerie de maîtres néerlandais, flamands et français9.

1. Alessandro Bassano, Lady Constance Battersea, 1897, tirage à partir d’un négatif sur demi-plaque de verre, Londres, National Portrait Gallery.

1. Alessandro Bassano, Lady Constance Battersea, 1897, tirage à partir d’un négatif sur demi-plaque de verre, Londres, National Portrait Gallery.

© National Portrait Gallery

7Grâce à l’éducation dispensée par sa mère, Louisa de Rothschild (1821-1910), Constance acquit un sens profond de la responsabilité envers ses proches. Dans l’hommage à sa mère qu’elle publia en 1912, Constance résume ainsi la leçon apprise :

  • 10 Louisa Montefiore Rothschild et Constance Battersea, Lady de Rothschild: Extracts from her Notebook (...)

Ma première préoccupation ne doit plus être la connaissance pour elle-même, mais de savoir faire le meilleur usage de cette connaissance afin de faire progresser le bonheur et le confort de ceux qui nous entourent10.

  • 11 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 27.
  • 12 Justin Cornelius Frost, « Mr Warren’s Photograph album: Memories of a Vanished Rothschild Estate », (...)

8Le premier bénéficiaire de cette générosité fut le village d’Aston Clinton, où elle allait souvent visiter les maisons simples des habitants. Pour son seizième anniversaire, son père répondit à son désir en fondant l’école du village, dont elle posa la première pierre11. Cette expérience fut une grande réussite et inspira la création d’une école semblable au village de Halton. De plus, la famille dota le village d’Aston Clinton de maisons ouvrières, d’une bibliothèque et de l’Anthony Hall (une salle de réunion édifiée en 1884 par Louisa en mémoire de son mari)12.

  • 13 Lloyd P. Gartner, « Anglo-Jewry and the Jewish International Traffic in Prostitution », Association (...)

9Cette charité rurale était liée à une conscience sociale s’exerçant à la capitale. Si Louisa servait comme présidente de la Jews Free School dans l’est de Londres, Constance consacrait son temps à améliorer les prisons, à combattre l’alcoolisme et à encourager l’enseignement pour les filles. En 1885, elle créa la Jewish Association for the Protection of Girls and Women (JAPWG), qui visait à mobiliser les femmes juives anglaises pour lutter contre le trafic des prostituées à l’est de Londres, suite aux vagues d’immigration, un trafic où les Juifs étaient à la fois criminels et victimes13.

  • 14 Diana Sachko-Macleod, Art and the Victorian Middle Class: Money and the Making of Cultural Identity(...)

10Cette passion pour l’activisme social trouva un écho chez le séduisant mari de Constance, Cyril Flower, homme politique du parti libéral et esthète renommé. Le père de Cyril, Philip William Flower, avait émigré en Australie dans les années 1830, où il avait fondé une entreprise lucrative d’exportation de laine, de suif et d’or, et il possédait de nombreuses propriétés commerciales dans le Surrey et à Westminster14. Cyril hérita de son père une partie du quartier de Battersea à Londres, qu’il voulut transformer en construisant des logements ouvriers. Les noms des rues, dans le quartier, qui faisaient référence à Dickens, Thackeray et Montefiore, révélaient son attachement à la philanthropie juive et son ambition d’améliorer le niveau culturel des classes laborieuses. Dans ses souvenirs, Constance constate :

  • 15 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 171.

Au début de mon mariage, je fus déçue que nous ne nous installions pas à Battersea, au milieu de la classe ouvrière. Je proposais de construire une maison d’art (a House Beautiful) dans ce quartier afin d’approcher et de mieux connaître les hommes et les femmes dont les chemins étaient si différents du mien et que, par conséquent, je comprenais si mal15.

  • 16 Ibid., p. 220.
  • 17 Giles Waterfield, « Art for the People », dans Art for the People: Culture in the Slums of Late Vic (...)

11Cette pensée étonnante pour la fille d’un millionnaire s’explique par l’influence du Settlement Movement, qui incita plusieurs étudiants d’Oxford et de Cambridge, tels que Cyril, à vivre, pendant les années 1860, dans les quartiers populaires afin d’aborder les maux de la société urbaine. Le curé Samuel Barnett et sa femme, Henriette, se rendaient souvent à Aston Clinton et ce fut grâce à eux que « la galerie d’art de Whitechapel fut créée, dans laquelle une collection très honorable de peintures est montrée chaque année à un grand nombre de visiteurs reconnaissants16 ». La galerie de Whitechapel – le fruit des expositions temporaires dans les « Brompton Boilers » de Bethnal Green – ainsi que la South London Gallery, fondée en 1891, symbolisaient l’effort audacieux de créer un milieu propice à la culture artistique des ouvriers. La South London Gallery reçut le soutien d’un groupe de donateurs libéraux, y compris John Lubbock, Octavia Hill (cofondatrice du National Trust en 1895), Baroness Burdett-Coutts, sans oublier Cyril et Constance17.

  • 18 Giles Waterfield, The People’s Galleries: Art Museums and Exhibitions in Britain (1800-1914), New H (...)

12Ces institutions londoniennes restaient assez modestes en comparaison du nombre de musées établis dans les villes du nord du pays. Là, la philosophie morale de John Ruskin faisait écho à la volonté qu’avaient les grandes manufactures de trouver un abri permanent pour leurs collections de peinture contemporaine. Pour citer le regretté Giles Waterfield, le « new money » (les nouveaux riches) se trouvait à l’origine de ces nouveaux musées : par exemple, Frederick Mappin à Sheffield et Alexander Laing à Newcastle (tous deux brasseurs), Thomas Ferens à Hull (important commerçant), William Henry Wills à Bristol (millionnaire du tabac) ou William Lever à Liverpool (entrepreneur du savon). La plupart de ces donateurs étaient de philosophie politique libérale et pratiquaient le protestantisme ; il y avait peu de Juifs, et la contribution des aristocrates et du « old money » était modeste et très rare18.

2. Frederick Sandys, Portrait de Cyril Flower, Lord Battersea, 1877, craie sur papier, 109,8 × 74,9 cm, Norwich, Norwich Castle Museum.

2. Frederick Sandys, Portrait de Cyril Flower, Lord Battersea, 1877, craie sur papier, 109,8 × 74,9 cm, Norwich, Norwich Castle Museum.

© Norwich Castle Museum

  • 19 Diana Sachko-Macleod, Art and the Victorian Middle Class: Money and the Making of Cultural Identity (...)
  • 20 Lucy Cohen, Lady de Rothschild and her Daughters (1821-1931), Londres, John Murray, 1935, p. 172, p (...)
  • 21 Voir la notice relative au tableau Inv. N04005.

13Au lieu de s’installer parmi les ouvriers de Battersea, Constance et son mari achetèrent une belle maison en face de Marble Arch, qui s’appelait Surrey House et que Cyril rénova et élargit considérablement. Comme de nombreux collectionneurs et mécènes de l’Aesthetic Movement, Cyril était un artiste amateur, surtout dans le domaine de la photographie19. La maison incarnait l’amour de Cyril pour le voyage et l’histoire de l’art européen, avec ses décors de marbre provenant d’une chapelle démolie à Brescia et ses boiseries hollandaises du xviie siècle. Cet éloge des styles historiques se mêlait à des éléments modernes ; par contraste avec leurs cousins Rothschild d’Angleterre, Constance et Cyril étaient surtout des mécènes de l’art moderne. Le mobilier du boudoir avait été commandé à l’ébéniste et décorateur Carlo Bugatti, et Cyril soutenait aussi le peintre Frederick Sandys (fig. 2) et le sculpteur novateur Alfred Gilbert. Il était avant tout un ami intime d’Edward Burne-Jones, et ce dernier créa le tableau iconique The Golden Stairs (fig. 3) pour embellir l’escalier principal de Surrey House20. Ce décor somptueux était destiné à accueillir l’élite politique et artistique. Contrairement à ce qu’indique le cartel de l’œuvre à la Tate Britain, ce fut Constance (et non Cyril) qui donna The Golden Stairs au musée, en 1924, en souvenir de son mari21.

3. Edward Burne-Jones, The Golden Stairs, 1880, huile sur panneau, 269,2 × 116,8 cm, Londres, Tate Britain.

3. Edward Burne-Jones, The Golden Stairs, 1880, huile sur panneau, 269,2 × 116,8 cm, Londres, Tate Britain.

© Tate London, 2014

  • 22 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 196.
  • 23 Royal Amateur Art Society Exhibition: Catalogue of the Art Loan Exhibition, Surrey House, London. B (...)
  • 24 Voir la série des catalogues conservés à la National Art Library (V & A).

14Bien qu’elle fonctionnât comme un palais d’art et un noyau de sociabilité mondaine, Surrey House accueillait aussi un grand nombre d’œuvres caritatives soutenues par Constance, qui offrit un asile à l’Union of London School Teachers, l’Association of Working Girls’ Clubs, le Children’s Country Holidays Fund et le Recreative Evening Schools Association, le dernier étant né sur les lieux mêmes22. Cette résidence privée ouvrait régulièrement ses portes à des concerts et conférences publics, mais surtout à des expositions. Par exemple, l’argent récolté lors des fréquentes expositions organisées par la Royal Amateur Art Society servit à subventionner les œuvres philanthropiques au profit des femmes pauvres de l’est de Londres, comme les associations Parochial Mission Women’s Fund et East London Nursing Society23. Sous l’égide de la Royal Amateur Art Society, des expositions se déroulèrent dans les maisons londoniennes d’autres collectionneurs éminents de l’époque, notamment celles de Philip Sassoon, de Lady Leyland, du baron John Gretton et des exécuteurs testamentaires de l’homme politique libéral Julian Goldsmid24.

  • 25 Matt Cook, London and the Culture of Homosexuality (1885-1914), Cambridge, Cambridge University Pre (...)
  • 26 Clayre Percy et Jane Ridley (dir.), The Letters of Edwin Lutyens to his Wife Emily, Londres, Collin (...)
  • 27 Il s’agit d’une forme obsolète de « plaisance » en anglais.
  • 28 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., 1922, p. 379.

15Malgré un début prometteur dans le monde de la politique, le parcours de Cyril fut interrompu par son refus d’occuper le poste de gouverneur en Australie et par un mystérieux scandale homosexuel25. Après ce choc, le couple consacra de plus en plus de temps à une maison excentrique dans le village d’Overstrand, dans les environs de Cromer (Norfolk). Cette énorme résidence sur la côte avait pour architecte Edwin Lutyens, qui décrivit à sa femme la bonté et l’ambition de ses clients dans une lettre de 1898 (« Lord B. veut encore faire des travaux et a envie de se faire plaisir26 »). L’ami de Constance et de Cyril, John Morley, avait baptisé la demeure « The Pleasaunce27 ». Alors que Gertrude Jekyll se chargea du parc, Cyril travaillait surtout sur les jardins italiens et adopta comme devise personnelle Flores curat Deus (« Dieu prend soin des fleurs »). The Pleasaunce devint un foyer de plus pour accueillir les invités de la haute société, mais ses propriétaires décidèrent aussi d’ouvrir leur porte à la population du village, qui put ainsi profiter des courts de tennis et des pelouses de cricket28. Dans son autobiographie, E.F. Benson établit une comparaison entre cette maison fantastique (un Xanadu) et son créateur :

  • 29 E. F. Benson, Final Edition: Informal Autobiography, Londres, Longmans & Green, 1940, p. 47.

Je suis certain que, derrière ses joyeuses fanfaronnades, il y avait de la peur et une appréhension perpétuelle, et que cette splendeur était une protection contre cela. Il savait que c’était seulement une façade et, quand il est mort, on découvrit qu’il n’avait laissé qu’une montagne de dettes29.

  • 30 Klaus Weber, « Nathaniel Meyer, first Lord Rothschild. Individual Philanthropy and Community Bonds  (...)

16Comment expliquer la décision de ne pas faire don à la nation de ces bâtiments ou des collections à la mort du couple ? La première réponse à cette question doit souligner la tendance, parmi les membres de la famille, à préserver une quantité de capital pour la prochaine génération, une pratique nécessaire pour les dirigeants d’une banque. Les Rothschild anglais donateurs étaient souvent sans enfants, comme Ferdinand (1839-1898), ou ne s’étaient pas mariés, comme Walter (1868-1937). La famille poursuivait une stratégie matrimoniale qui conservait les ressources financières et le patrimoine au sein de la famille : parmi les vingt-et-un mariages organisés pour les descendants de Mayer Amschel entre 1824 et 1877, un total de quinze furent arrangés entre descendants immédiats30. Constance n’eut pas d’enfants, mais elle décida de léguer la plupart de ses richesses à ses cousins préférés, Léopold et Lionel. Ceux-ci profitèrent de la vente de Grosvenor House, qui eut lieu après la mort de Louisa de Rothschild en 1910.

  • 31 David Cannadine, The Decline and Fall of the British Aristocracy, New Haven, CT et Londres, Yale Un (...)
  • 32 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 173.

17La seconde réponse réside dans le statut social des Rothschild anglais, membres d’une aristocratie qui investissait énormément dans les terres agricoles. Les années 1870 témoignèrent des effets de la Grande Dépression en Europe, dont la baisse des valeurs des terres et des rentes. Cette crise encouragea les aristocrates, rendus vulnérables, à vendre les éléments de leurs terrains qui n’étaient pas « exclus » ou « entailed »,c’est-à-dire des biens qu’on ne pourrait pas vendre selon les lois britanniques sur l’héritage31. Après l’entrée en vigueur de la loi intitulée Settled Lands Act de 1882, de nombreux tableaux historiques et œuvres d’art apparurent sur le marché. Par exemple, grâce à sa position dans le second cabinet libéral de Gladstone, Cyril put convaincre le gouvernement d’acheter les peintures vendues par le duc de Marlborough pour la National Gallery32.

  • 33 Peter Mandler, « Art, Death and Taxes: The Taxation of Works of Art in Britain, 1796-1914 », Histor (...)

18Constance fut sévèrement attristée de voir le démembrement des domaines qu’elle connaissait depuis sa jeunesse – une crise accélérée par l’introduction des impôts de succession, dont les conséquences sont résumées par Peter Mandler33. Dans son journal, Constance répète la prophétie de Ferdinand, énoncée dans ses souvenirs intitulés Bric-à-Brac : que les tours du Waddesdon Manor même pourraient un jour tomber en ruine et que le contenu du château pourrait succomber à la spéculation.

  • 34 Voir Michael Hall (dir.), « Ferdinand de Rothschild, “Bric-à-Brac” », Apollo, vol. CLXVI, no 545, 2 (...)

Puisse-t-il être encore lointain le jour où les ronces viendront envahir les jardins, les terrasses tomber en poussière, les peintures et cabinets traverser la Manche ou l’Atlantique, et le cri mélancolique du hibou [nightjar] résonner depuis les tours désertées34 !

19Elle plaint le sort du château Ashridge, propriété de son amie Lady Brownlow, qui

  • 35 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 53, p. 147.

reste solitaire et vide, ses trésors, comme ceux de tant d’autres résidences anglaises, offerts à la vente [stands lonely and empty, its treasures, like those of so many others of England’s stately homes, offered for sale]35.

20Malgré son patriotisme, Constance regretta vivement la décision de son cousin Alfred de donner les forêts de hêtres de Halton au gouvernement pour un usage militaire, pendant la Grande Guerre.

  • 36 Ibid., p. 43-44.

Un immense aérodrome, d’innombrables ateliers et tout l’attirail d’un très grand campement se sont imposés de tous côtés dans notre champ de vision, tandis que le vrombissement des moteurs d’avions au-dessus de nos têtes ne s’arrête quasiment jamais durant la journée36.

21Elle déplora que ces réquisitions aient abîmé la beauté des lieux, mais aussi détruit les liens traditionnels qui avaient uni les propriétaires et leurs locataires.

  • 37 Lucy Cohen, Lady de Rothschild and her Daughters (1821-1931), op. cit., p. 338.
  • 38 Ibid., p. 290.
  • 39 Giles Worsley, England’s Lost Houses: from the Archives of Country Life, Londres, Aurum, 2002, p. 1 (...)
  • 40 Lucy Cohen, Lady de Rothschild and her Daughters (1821-1931), op. cit., p. 288.

22Malgré sa fortune par héritage, Constance connut des difficultés pour maintenir en l’état ses résidences. En plus des dettes accumulées pour les rénovations architecturales et l’achat d’œuvres d’art, son journal expose ses problèmes à trouver du personnel après la guerre : « Tout est devenu extrêmement difficile et compliqué…Ai payé les gages et écouté les plaintes récurrentes des domestiques37. » Après la mort de sa mère Louisa, la résidence à Grosvenor Place fut vendue en 1909, un événement figurant dans son journal : « À Londres jusqu’au 26 novembre. Une période très fatigante, éprouvante. Presque toutes nos possessions vendues… à peu près 132 000 livres en espèces38… » Les années 1920 virent la démolition d’une quantité effarante de châteaux et de villas luxueuses, surtout des grands palais aristocratiques à Londres, dont la fonction politique était devenue superflue et dont la vente rapportait facilement de l’argent39. Après sa conversion en bibliothèque militaire pendant la Grande Guerre, où des bénévoles avaient distribué gratuitement livres et journaux aux soldats dans les tranchées (fig. 4), Surrey House disparut, et un cinéma énorme, le Regal, fut construit à la place40.

4. Comité de femmes aidant l’Armée royale de l’air, en empaquetant des rations de nourriture à Surrey House, 1918, Londres, Surrey House (inv. BL24109-002).

4. Comité de femmes aidant l’Armée royale de l’air, en empaquetant des rations de nourriture à Surrey House, 1918, Londres, Surrey House (inv. BL24109-002).

© D. R.

  • 41 « The Pleasaunce, Overstrand, Norfolk, England », The Rothschild Archive [en ligne].
  • 42 Diana Gulland, « Aston Clinton House, Buckinghamshire », The Rothschild Archive Annual Review, 2002 (...)
  • 43 Catalogue of Pictures by Old Masters and early British portraits, the Rt. Hon. Earl Stanhope, Rt. H (...)

23Quelques années plus tard, en 1936, The Pleasaunce tomba entre les mains d’une association chrétienne de maisons de vacances, qui acquit la demeure à un prix très modeste dû au risque grave d’érosion côtière41. À la mort de Louisa Lady Rothschild en 1910, les trois fils de Lionel – Nathaniel, Alfred et Leopold – héritèrent de la demeure d’Aston Clinton. Constance et Annie y demeurèrent néanmoins jusqu’en 1923, date à laquelle elles vendirent la demeure pour la maigre somme de quinze mille livres au Dr Albert Crawford, qui la convertit en école. Evelyn Waugh, directeur de l’établissement en 1925, décrivit « une maison inconcevablement laide mais un joli parc [an inconceivably ugly house but a lovely park] ». De 1959 à 1967, le conseil régional du Buckinghamshire (Buckinghamshire County Council) en devint propriétaire et procéda à sa démolition42. Il est difficile de retracer le sort des collections laissées par Constance. En ce qui concerne les catalogues de ventes d’Aston Clinton, ceux-ci sont dominés par les arts décoratifs. Son exécuteur testamentaire, Ruth Leonora Rothschild, la fille de Lionel, reçut un certain nombre de peintures. La Madone de Filippo Lippi et celle d’Antonio del Pollaiolo, qui avaient été exposées à la New Gallery en 1893-1894, apparurent lors d’une vente, portant le nom d’épouse de Ruth Leonora, Mrs Denis Gomer Berry, chez Christie’s en 193543.

  • 44 Andrew Moore et Charlotte Crawley (dir.), Family & Friends: a Regional Survey of British Portraitur (...)

24Bien que Constance fût fièrement libérale et progressiste sur le plan politique, elle n’envisagea point de léguer ses riches collections à la nation britannique. À part le tableau de Burne-Jones et une aquarelle de l’Annonciation exécutée par Burne-Jones, que Constance avait offert à Norwich Castle, en 1910, en signe de reconnaissance de ses heureuses années passées à Norfolk, la quasi-totalité de la collection fut vendue ou bien conservée au sein de la famille44. Il est fort probable que ces décisions reflétèrent l’attachement des Rothschild à la société aristocratique et terrienne. Dans ses souvenirs, Constance souligne cette différence entre sa famille et ses cousins français :

  • 45 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 80.

En plus de leurs maisons dans la ville, ils possèdent tous des résidences de campagne ; mais le vrai génie pour la vie campagnarde n’appartient pas, je crois, à la nation française, et les paysans se méfient des relations avec les autres classes sociales45.

  • 46 Pauline Prevost-Marcilhacy, « Rothschild Architecture in England, France, Germany, Austria and Ital (...)

25Pauline Prevost-Marcilhacy souligne l’investissement de la branche anglaise de la famille Rothschild dans les maisons historiques, la politique rurale et la vie communale (surtout dans le Buckinghamshire), qui ne connut aucun parallèle chez leurs cousins français46. Il s’ensuit que cet attachement à la vie rurale et aux terrains agricoles influençait leur attitude envers les questions de succession. En contraste avec les industriels devenus donateurs aux musées municipaux et nationaux, les Rothschild partageaient les valeurs d’une aristocratie qui luttait pour conserver l’intégralité de son fragile patrimoine.

  • 47 Andrew Adam, Beechwoods & Bayonets, Buckingham, Barracuda Books, 1993, p. 25, p. 39.
  • 48 Le portrait par Gainsborough fut vendu à Christie’s le 5 juillet 2011 (voir Old Master & British Pa (...)

26Comme dernier exemple, considérons la place d’Alfred de Rothschild au conseil d’administration de la National Gallery de Londres. Fils de Lionel et premier directeur juif de la Banque d’Angleterre, Alfred fut décrit par Frances Greville, comtesse de Warwick, comme « un connaisseur des arts du bien-vivre ». Son château Halton, dans le style flamboyant de la Renaissance française, construit entre 1881 et 1883, était rempli de tableaux magnifiques de Pater, Watteau, Cuyp, Boucher, Romney et Gainsborough47. Alfred fit don de dix mille livres à la National Gallery pour l’acquisition des précieux tableaux provenant du château d’Earl of Radnor et, par conséquent, il lui fut rapidement offert une place au conseil. Mais à partir de ce moment, Alfred ne versa que deux sommes de cinq cents livres et ne donna après sa mort qu’un tableau de Joshua Reynolds (Lady Bamfylde), laissant le reste de sa collection à son neveu Lionel et à sa fille illégitime, Almina Wombwell. Bien qu’Alfred vécût dans l’espoir que ces biens de famille restent entre les mains de ses héritiers (par exemple, le portrait imposant de Mrs William Villebois, peint par Gainsborough48), Almina organisa rapidement un grand nombre de ventes en association avec Joseph Duveen et Michael Knoedler afin de contribuer au financement des fouilles du tombeau de Toutankhamon, dont son mari, le cinquième Earl de Carnarvon, était mécène. Andrea Poole insiste sur le fait qu’Alfred, concernant la succession de ses biens, était l’exemple typique des aristocrates anglais qui s’occupaient de primogéniture :

  • 49 Andrea Poole, Stewards of the Nation’s Art, Toronto, University of Toronto Press, 2010, p. 43-46, p (...)

Pour bien des raisons, souvent financières, les contributions de l’aristocratie terrienne édouardienne consistaient en services et rarement en art [For a variety of reasons, often financial, the Edwardian landed aristocracy’s gifts lay in service, rarely in art]49

  • 50 Antony Van Dyck, L’Abbé Scaglia vénérant la Vierge et l’Enfant, 1634-1635, National Gallery of Lond (...)
  • 51 Michael Hall, « The English Rothschilds as Collectors », art. cit., p. 276.
  • 52 Giambattista Tiepolo, L’Assomption de la Vierge, 1720-1730, Ascott House, inv. 1535125.

27Pour conclure, il apparaît que la générosité remarquable de la famille Rothschild d’Angleterre en ce qui concerne les hôpitaux, les écoles et les associations bénévoles ne se traduisait pas en philanthropie culturelle. Finalement, les Rothschild français ont été les seuls à avoir mené différentes formes de philanthropie, culturelle mais aussi sociale. Il en résulte que, hormis au British Museum, la piste des objets qui ont appartenu à la famille d’Angleterre est difficile à retrouver dans les institutions publiques ou civiques. En 1935, Anthony Gustav de Rothschild présenta à la National Gallery le tableau de L’Abbé Scaglia vénérant la Vierge et l’Enfant (fig. 5) un don en souvenir de ses anciens propriétaires, Louisa et Constance50. De manière générale, si l’on veut considérer ce qu’il reste des précieuses collections aujourd’hui, il faut visiter les country houses : non seulement Waddesdon Manor, mais aussi ce qui reste de la collection de Mentmore, conservée à Dalmeny House près d’Édimbourg, ou la résidence rustique d’Ascott, qui fut rénovée par Léopold de Rothschild et donnée au National Trust par son fils Anthony en 1947. Léopold avait hérité de vingt-huit tableaux de son père Lionel (dont seize se trouvent toujours à Ascott aujourd’hui) ; en plus des tableaux néerlandais qui provenaient de la collection Van Loon, figuraient aussi des meubles français du xviiie siècle ainsi que des porcelaines orientales ayant appartenu à son oncle, Anthony51. Ascott conserve aussi une esquisse pour le plafond de l’église Santa Maria della Fratta à San Daniele, dans le Frioul, de la main de Giambattista Tiepolo, qui appartenait autrefois à Lord et Lady Battersea52. Cependant, une ambivalence persiste : tandis que la maison d’Ascott et ses terrains appartiennent au National Trust, les œuvres d’art accrochées aux murs des pièces et des chambres appartiennent encore à la famille. Cette dualité, qui juxtapose l’accès du public et la propriété privée, symbolise l’ambiguïté historique des Rothschild anglais en tant que protecteurs des arts.

5. Anthony van Dyck, L’Abbé Scaglia vénérant la Vierge et l’Enfant, 1634-1635, huile sur toile, 106,7 × 120 cm, Londres, The National Gallery, (inv. : NG4889).

5. Anthony van Dyck, L’Abbé Scaglia vénérant la Vierge et l’Enfant, 1634-1635, huile sur toile, 106,7 × 120 cm, Londres, The National Gallery, (inv. : NG4889).

© The National Gallery, 2019

Notes

1 Voir Pauline Prevost-Marcilhacy, « Le mécénat envers les artistes vivants, 1906-1920 » et « Le mécénat envers les artistes vivants en faveur des musées de région, 1895-1905 », dans Pauline Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, 3 vol., Paris, Louvre/BnF/Somogy, 2016, vol. I, p. 92-111 et p. 135-181, ainsi que le dossier thématique « Les dons offerts aux musées de région par Alphonse et Edmond de Rothschild » : collections.rothschild.inha.fr/fr/dossiers-thematiques/les-dons-offerts-au-musees-de-region-par-alphonse-et-edmond-de-rothschild.html (consulté en ligne en juillet 2019).

2 Le don de Walter Rothschild (1868-1937) de ses collections d’histoire naturelle à Tring est fait en parallèle avec les dons de la branche française au musée du Mans (voir le dossier concernant ce musée sur le portail Rothschild : collections.rothschild.inha.fr/fr/institutions/cartographie-des-etablissements/musees-de-france/le-mans-museum-d-histoire-naturelle-du-mans.html (consulté en ligne en juillet 2019). Miriam Rothschild, Walter Rothschild: The Man, the Museum and the Menagerie, Londres, Natural History Museum, 2008 ; Dora Thornton, A Rothschild Renaissance: Treasures from the Waddesdon Bequest, Londres, British Museum Press, 2015.

3 James Fenton, « The Rothschild Taste », The New York Review of Books, 25 juin 2015.

4 Francis Haskell, « The British as collectors », dans Gervaise Jackson-Stops (dir.), The Treasure Houses of Great Britain: Five Hundred Years of Patronage and Art Collecting, cat. exp. (Washington, DC, National Gallery of Art, 1985), New Haven et Londres, Yale University Press, 1985, p. 50-59.

5 Jordanna Bailkin, The Culture of Property: The Crisis of Liberalism in Modern Britain, Chicago, Chicago University Press, 2004, p. 4.

6 Ibid., p. 15 et p. 206.

7 Sur Constance, Lady Battersea, voir Chaim Bermant, The Cousinhood: The Anglo-Jewish Gentry, Londres, Eyre & Spottiswoode, 1971, p. 145-152.

8 Constance Battersea, Reminiscences, Londres, Macmillan, 1922, p. 10.

9 Michael Hall, « The English Rothschilds as collectors » dans Georg Heuberger (dir.), The Rothschilds: Essays on the History of a European family, Woodbridge, Thorbecke/Boydell & Brewer, 1994, p. 273.

10 Louisa Montefiore Rothschild et Constance Battersea, Lady de Rothschild: Extracts from her Notebooks: with a Preface by her Daughter Constance Battersea, Londres, Arthur Humphreys, 1912, p. 5.

11 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 27.

12 Justin Cornelius Frost, « Mr Warren’s Photograph album: Memories of a Vanished Rothschild Estate », The Rothschild Archive Annual Review, 2012-2013, p. 40-41.

13 Lloyd P. Gartner, « Anglo-Jewry and the Jewish International Traffic in Prostitution », Association for Jewish Studies, vol. VII, 1982, p. 129-178 ; Rachael Attwood, « Looking beyond “White Slavery”: Trafficking, the Jewish Association, and the Dangerous Politics of Migration Control in England, 1890-1910 », Anti-Trafficking Review, no 7, 2016, p. 115-138.

14 Diana Sachko-Macleod, Art and the Victorian Middle Class: Money and the Making of Cultural Identity, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 414-1415.

15 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 171.

16 Ibid., p. 220.

17 Giles Waterfield, « Art for the People », dans Art for the People: Culture in the Slums of Late Victorian Britain, cat. exp. (Londres, Dulwich Picture Gallery, 1994), Londres, Dulwich Picture Gallery, 1994, p. 38, p. 43-44, p. 52-53.

18 Giles Waterfield, The People’s Galleries: Art Museums and Exhibitions in Britain (1800-1914), New Haven et Londres, Yale University Press, 2015, p. 257, p. 260, p. 262-263.

19 Diana Sachko-Macleod, Art and the Victorian Middle Class: Money and the Making of Cultural Identity, op. cit., p. 279. La National Portrait Gallery compte 116 photographies de la société mondaine par Cyril Flower.

20 Lucy Cohen, Lady de Rothschild and her Daughters (1821-1931), Londres, John Murray, 1935, p. 172, p. 196-197 ; Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 173.

21 Voir la notice relative au tableau Inv. N04005.

22 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 196.

23 Royal Amateur Art Society Exhibition: Catalogue of the Art Loan Exhibition, Surrey House, London. By kind Permission of Lady Battersea, 19-22 March 1903, Londres, 1903 ; Daily Mail, 12 février 1903. D’autres expositions avaient eu lieu à Surrey House du 10 au 13 mars 1912 et du 24 au 26 février 1913.

24 Voir la série des catalogues conservés à la National Art Library (V & A).

25 Matt Cook, London and the Culture of Homosexuality (1885-1914), Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 68, p. 74.

26 Clayre Percy et Jane Ridley (dir.), The Letters of Edwin Lutyens to his Wife Emily, Londres, Collins, 1985, p. 65 [13 oct. 1898].

27 Il s’agit d’une forme obsolète de « plaisance » en anglais.

28 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., 1922, p. 379.

29 E. F. Benson, Final Edition: Informal Autobiography, Londres, Longmans & Green, 1940, p. 47.

30 Klaus Weber, « Nathaniel Meyer, first Lord Rothschild. Individual Philanthropy and Community Bonds », dans Peter Mandler, David Cesarini (dir.), Great Philanthropists: Wealth and Charity in the Modern World (1815-1945), Portland, Vallentine Mitchell, 2017, p. 17.

31 David Cannadine, The Decline and Fall of the British Aristocracy, New Haven, CT et Londres, Yale University Press, 1990 ; Peter Mandler, The Fall and Rise of the Stately Home, New Haven, CT et Londres, Yale University Press, 1997.

32 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 173.

33 Peter Mandler, « Art, Death and Taxes: The Taxation of Works of Art in Britain, 1796-1914 », Historical Research, vol. LXXIV, no 185, 2001, p. 271-297.

34 Voir Michael Hall (dir.), « Ferdinand de Rothschild, “Bric-à-Brac” », Apollo, vol. CLXVI, no 545, 2007, p. 50-77.

35 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 53, p. 147.

36 Ibid., p. 43-44.

37 Lucy Cohen, Lady de Rothschild and her Daughters (1821-1931), op. cit., p. 338.

38 Ibid., p. 290.

39 Giles Worsley, England’s Lost Houses: from the Archives of Country Life, Londres, Aurum, 2002, p. 12.

40 Lucy Cohen, Lady de Rothschild and her Daughters (1821-1931), op. cit., p. 288.

41 « The Pleasaunce, Overstrand, Norfolk, England », The Rothschild Archive [en ligne].

42 Diana Gulland, « Aston Clinton House, Buckinghamshire », The Rothschild Archive Annual Review, 2002-2003, p. 36.

43 Catalogue of Pictures by Old Masters and early British portraits, the Rt. Hon. Earl Stanhope, Rt. Hon. Earl Grey, Mrs Denis Gomer Berry, Sir Harold Clayton Bart, Mrs. D. H. Luttrell, Madame Paravicini and others, on Friday May 31st 1935, Londres, Christie Manson & Woods, 1935, p. 7. Je remercie Silvia Davoli pour son aide dans mes recherches sur la dispersion de ces collections.

44 Andrew Moore et Charlotte Crawley (dir.), Family & Friends: a Regional Survey of British Portraiture, cat. exp. (Norwich, Norwich Castle Museum, 1992), Londres, Stationery Office Books, 1992, p. 162.

45 Constance Battersea, Reminiscences, op. cit., p. 80.

46 Pauline Prevost-Marcilhacy, « Rothschild Architecture in England, France, Germany, Austria and Italy », dans Georg Heuberger (dir.), The Rothschilds: Essays on the History of a European Family, op. cit., p. 249-250.

47 Andrew Adam, Beechwoods & Bayonets, Buckingham, Barracuda Books, 1993, p. 25, p. 39.

48 Le portrait par Gainsborough fut vendu à Christie’s le 5 juillet 2011 (voir Old Master & British Paintings Evening Sale : lot 10).

49 Andrea Poole, Stewards of the Nation’s Art, Toronto, University of Toronto Press, 2010, p. 43-46, p. 56 ; Michael Hall, « The English Rothschilds as Collectors », art. cit., p. 282-283.

50 Antony Van Dyck, L’Abbé Scaglia vénérant la Vierge et l’Enfant, 1634-1635, National Gallery of London, inv. NG 4889.

51 Michael Hall, « The English Rothschilds as Collectors », art. cit., p. 276.

52 Giambattista Tiepolo, L’Assomption de la Vierge, 1720-1730, Ascott House, inv. 1535125.

Table des illustrations

Titre 1. Alessandro Bassano, Lady Constance Battersea, 1897, tirage à partir d’un négatif sur demi-plaque de verre, Londres, National Portrait Gallery.
Crédits © National Portrait Gallery
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre 2. Frederick Sandys, Portrait de Cyril Flower, Lord Battersea, 1877, craie sur papier, 109,8 × 74,9 cm, Norwich, Norwich Castle Museum.
Crédits © Norwich Castle Museum
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre 3. Edward Burne-Jones, The Golden Stairs, 1880, huile sur panneau, 269,2 × 116,8 cm, Londres, Tate Britain.
Crédits © Tate London, 2014
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre 4. Comité de femmes aidant l’Armée royale de l’air, en empaquetant des rations de nourriture à Surrey House, 1918, Londres, Surrey House (inv. BL24109-002).
Crédits © D. R.
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11212/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre 5. Anthony van Dyck, L’Abbé Scaglia vénérant la Vierge et l’Enfant, 1634-1635, huile sur toile, 106,7 × 120 cm, Londres, The National Gallery, (inv. : NG4889).
Crédits © The National Gallery, 2019
URL http://books.openedition.org/inha/docannexe/image/11212/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k

Auteur

Thomas Stammers est professeur assistant en histoire culturelle européenne et moderne à l’université de Durham

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search