Version classiqueVersion mobile

De la sphère privée à la sphère publique

 | 
Pauline Prevost-Marcilhacy
, 
Laura de Fuccia
, 
Juliette Trey

Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises : perspectives de recherche

Pauline Prevost-Marcilhacy

Texte intégral

1Je tiens tout d’abord à remercier vivement Éric de Chassey, directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art ; France Nerlich, directrice du département des Études et de la Recherche, et Juliette Trey, directrice adjointe du département des Études et de la Recherche, de nous avoir accueillis à l’INHA pour ce colloque prévu à l’initiative d’Ariane James-Sarrazin, aujourd’hui directrice adjointe du musée de l’Armée. Tous mes remerciements vont également à Laura de Fuccia, chef du programme de recherche « Les Rothschild dans les institutions publiques françaises » à l’INHA, dont j’assure la direction scientifique.

2C’est en 2007 qu’a débuté le vaste chantier d’étude sur l’action de la dynastie Rothschild auprès de deux cents institutions françaises. Ce travail hors norme a permis, neuf ans plus tard, en 2016, la publication des trois volumes sous ma direction, Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France, aux éditions du Louvre, de la Bibliothèque nationale de France et Somogy, grâce à une recherche collective rassemblant une équipe pluridisciplinaire internationale de cinquante-trois conservateurs et universitaires qui, chacun dans leur domaine de spécialité, ont contribué à faire de cet ouvrage une référence.

3Cette publication marque une étape importante dans la reconnaissance du mécénat exceptionnel exercé par la famille Rothschild en France, sujet essentiel, à la croisée de plusieurs domaines de recherche – l’histoire de l’art, l’histoire matérielle, l’histoire visuelle –, car leur goût a servi de référence pour le collectionnisme et le marché de l’art. Il est en très grande partie inédit car, si le nombre d’études consacrées aux collectionneurs s’est multiplié depuis trente ans, l’histoire du mécénat n’a pas bénéficié de la même attention. L’utilisation des humanités numériques s’imposait pour compléter et valoriser cette importante publication scientifique, mais surtout pour proposer une base documentaire indispensable à la recherche. Ces inventaires sont désormais accessibles sur le portail Rothschild de l’INHA1 qui recense l’ensemble des dons identifiés à ce jour et les institutions qui les détiennent.

4Comme nous l’avons souligné, la singularité du mécénat Rothschild est à la fois quantitative et institutionnelle, ce travail de fond ayant en effet permis de montrer de manière inédite et globale à la fois l’ampleur des dons, illustrant toutes les facettes prises en compte de l’antiquité à nos jours, mais aussi toutes les techniques de la connaissance artistique, et la diversité géographique. C’est en outre un sujet pluridisciplinaire, car la variété des objets est aussi à l’origine de ce colloque, étant donné qu’ils appartiennent aussi bien à l’archéologie qu’à l’histoire de l’art ou à l’ethnologie. L’originalité est également géographique, comme nous l’avons montré : la famille Rothschild, à la différence d’autres donateurs, a enrichi plus de deux cents musées et institutions françaises.

5En rédigeant des textes de synthèse et en identifiant ces milliers d’œuvres disséminées sur tout le territoire, nous avons constaté qu’elles étaient souvent inconnues du public et même des spécialistes. Nous avons jeté ensemble les premiers jalons de la mise en œuvre du portail Rothschild et surtout impulsé à plus d’un titre une véritable réflexion sur l’histoire du mécénat artistique en France. Travailler sur la famille Rothschild a présenté l’avantage d’étudier, à partir d’un observatoire prestigieux, des phénomènes à la croisée de plusieurs domaines : le collectionnisme, le marché de l’art ou encore les liens avec les musées. Leur mécénat met aussi l’accent sur la place de la communauté juive au sein de la République, les tensions entre la sphère privée et la sphère publique, le rôle des agents et des experts qui permettront le passage entre les deux, l’émulation au sein de la famille Rothschild et le rôle majeur de la branche française incarnant ce modèle européen ou encore la place des femmes dans un mécénat souvent conjugué au masculin.

6La mise au jour de ces cent trente mille œuvres d’art appelait une valorisation de plus grande ampleur. En effet, si de nombreuses institutions comme le département des Arts graphiques au Louvre par le biais d’expositions régulières et la numérisation de ses collections depuis 2004 avaient mis en valeur les pièces majeures, des milliers d’œuvres modestes, insolites voire insignes avaient été parfois oubliées ou restaient méconnues. Grâce à l’engagement de la famille Rothschild, qui reçoit ici toute ma reconnaissance, celui de l’INHA et de ses partenaires, le musée du Louvre, la BnF, le service des musées de France, la Villa Ephrussi de Rothschild et la FNAGP (aujourd’hui « Fondation des artistes »), une seconde étape essentielle a été franchie avec la mise en ligne, depuis 2016, des inventaires rédigés par les conservateurs et complétés par les équipes de l’INHA, sous la direction attentive de Laura de Fuccia. Sorties de l’ombre grâce à notre publication et au portail, ces œuvres, ces curiosités appartiennent autant au champ de l’histoire de l’art qu’à celui de l’histoire matérielle.

  • 2 Le colloque a été ponctué par plusieurs évènements, un concert organisé avec Mathias Auclair, direc (...)

7Il semble évident que la publication de la trilogie Les Rothschild. Une dynastie de mécènes en France et le portail Rothschild devaient susciter de nouveaux accrochages et une mise en valeur de ces collections. L’organisation des trois journées d’études à l’INHA et, aujourd’hui, la publication de leurs actes en apporte la preuve. Elles ont permis une fructueuse collaboration internationale entre conservateurs, universitaires et chercheurs indépendants autour des collections Rothschild et ont été l’occasion de présenter un certain nombre de découvertes. À l’image du caractère encyclopédique et éclectique de ces dons, les communications ont privilégié des études de cas concernant des corpus souvent inédits et se sont organisées autour de six thématiques : « Le goût de l’Antique » (Ludovic Laugier, Pierre Bonnaure, Cécile Giroire, Philippe Sénéchal), « Les dessins et estampes » (Séverine Lepape, Victoria Fernandez, Estelle Leutrat), « Les livres et imprimés » (Jérôme Delatour, Carlo Alberto Girotto, Régis Stauder), « les Rothschild et la musique » (Rosalba Agresta, Marie-Pauline Martin et Thierry Maniguet), « Les objets d’art et curiosités » (Uta Bergmann, Jean-Pierre Fournet, Pauline d’Abrigeon, Louis Mézin, André Leclaire, Katia Schaal, Célia Fleury et Alexis Kugel) enfin « Les perspectives internationales » (Pippa Shirley et Tom Stammers)2.

8D’autres exemples de l’intérêt suscité par la publication et le portail Rothschild pourraient être évoqués. Je mentionnerai également la réouverture, après de nombreuses années, du cabinet de curiosités de l’hôtel Salomon de Rothschild, grâce à la ténacité de sa directrice Laurence Maynier. Le travail de recherche sur les différents inventaires et la reconstitution en deux dimensions, à partir des photographies du xixsiècle, menés sous la direction de Laura de Fuccia à l’INHA, ont permis d’identifier près de cinq cents œuvres d’art, qui en faisaient partie initialement, et de reconstituer virtuellement ce qui demeure le dernier témoignage parisien du goût Rothschild. La restauration et l’ouverture, prévue en 2022, de la rotonde Balzac compléteront ce quadruple mémorial dédié à Mayer Carl, Salomon et Adèle de Rothschild et Honoré de Balzac. Les trois communications présentées ici dans ce colloque (Uta Bergmann, Jean-Pierre Fournet, Pauline d’Abrigeon) témoignent du travail accompli en partie d’après cet inventaire.

9Le partenariat entre l’INHA et l’Académie des beaux-arts a permis, grâce à Louis Mézin, directeur de la Villa Ephrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat, de mettre en ligne la majorité des dons de la baronne Ephrussi de Rothschild (environ trois mille objets), à partir des inventaires effectués par Philippe Malgouyres, Esther Moench, Ulrich Leben, Guillaume Seret, dans le cadre de nos trois volumes.

10Mais bien d’autres exemples seraient à citer comme celui récent du musée Petiet à Limoux qui, en 2018, a sorti de ces réserves des médailles de Chaplain envoyées par Alphonse de Rothschild ou celui, plus spectaculaire, organisé à la fondation Bemberg à Toulouse en 2018, qui présentait la collection de tête de morts léguée en 1926 par la baronne Henri de Rothschild au musée des Arts décoratifs, jusqu’ici en réserve. Le projet d’exposition sur les collections de pipes et de boîtes d’allumettes léguées à la bibliothèque de Grasse (ici étudiées par André Leclair) et celles conservées au manoir de Waddesdon (Pippa Shirley) est un autre exemple de ce mécénat européen et montre bien l’intérêt d’une étude placée dans une perspective internationale.

11Nous sommes aujourd’hui à un tournant : la numérisation des inventaires sera quasiment achevée fin 2019, mais l’inventaire déjà numérisé des collections Rothschild a aussi fait émerger de nouvelles possibilités de valorisation. D’autres projets pourraient être pris en compte : par exemple, la présentation au public, en réalité augmentée, du cabinet de curiosités et de ses collections, celles actuellement présentées ou celles déposées dans des institutions françaises provenant de l’ancien hôtel Salomon de Rothschild, aujourd’hui ouvert au public. Cela permettrait de mieux faire connaître ces œuvres, également par le biais d’une exposition virtuelle, et de proposer de nouveaux modes d’exploitation des objets du patrimoine.

  • 3 Je prépare une communication sur ce sujet dans le cadre du colloque international organisé par la c (...)

12Un autre projet pourrait être celui de reconstituer l’éphémère « musée Rothschild » créé par le baron Alphonse au musée de Cannes en 1898 : ce sont, en effet, plus d’une centaine d’œuvres (peintures, objets d’art et d’art graphique, sculptures, photographies) ; elles témoignent de l’originalité de cette politique culturelle décentralisatrice dont Alphonse de Rothschild est à l’origine, en marge du rôle de l’administration des Beaux-Arts, et qui fut poursuivie par son frère Edmond et sa sœur Charlotte. Enfin les collections scientifiques léguées par la famille Rothschild, qui n’avaient pas été prises en compte dans le cadre de la publication de 2016, représentent aussi un immense champ d’étude3. Là encore, la mise en perspective avec les collections scientifiques anglaises, notamment celle de Walter de Rothschild à Tring en Angleterre, s’impose.

13L’approfondissement des recherches a montré la nécessité de ne pas réduire l’étude de ce mécénat à la France, mais d’étudier les échanges avec les institutions de manière plus large dans le contexte de l’internationalisation de la collection et du mécénat. Il s’agit de considérer ce phénomène sous un double aspect : d’une part, à travers l’examen des dons effectués par plusieurs membres de la branche française, qui ont doté des institutions muséales étrangères. J’en veux pour exemple James Édouard de Rothschild, dont les legs se partagent entre la bibliothèque Marciana à Venise et la bibliothèque de la Sorbonne, comme le démontre ici Laura de Fuccia, mais aussi la baronne Salomon de Rothschild qui à la fois enrichit le musée de Francfort et lègue son hôtel rue Berryer et ses collections parisiennes à la France pour en faire une maison d’art.

14Le cas le plus spectaculaire reste cependant la collection d’art graphique d’Edmond de Rothschild. En effet, la plupart des gravures et livres illustrés sont allés au musée du Louvre, mais un exceptionnel ensemble de dessins d’ornement et d’architecture des xviiie et xixe siècles a rejoint les collections du Waddesdon Manor, grâce à son fils James, comme le montre ici Séverine Lepape. Dans un autre domaine, la très importante collection d’objets ethnographiques d’Alix de Rothschild est partagée aujourd’hui entre le musée du quai Branly (autrefois au musée de l’Homme) et le musée d’Israël à Jérusalem.

15Cette pratique exemplaire de mécénat doit s’inscrire dans une démarche comparative à la fois diachronique et géographique. Les Rothschild étaient des Européens avant l’heure dans leurs affaires et par leurs liens familiaux très étroits, qui sont une des composantes de leur identité, il serait donc tentant d’inclure dans le portail les donations d’autres branches de la famille, que ce soit à Francfort, celles d’Anselm Salomon ou d’Hannah Louise de Rothschild, ou encore à Genève, celles d’Edmond de Rothschild.

16Les relations entre les branches françaises et anglaises nous semblent à ce titre particulièrement dignes d’intérêt. Il est utile de rappeler à cette occasion l’importance des collections de Ferdinand de Rothschild léguées en 1898 au British Museum et remarquablement étudiées en 2015 par Dora Thronton ; celles du Waddesdon Manor données au National Trust en 1957, mises en valeur par les très nombreux volumes publiés à l’initiative de Dorothy de Rothschild, ou encore celles d’Antony de Rothschild, à Ascott, données en 1950 au National Trust et dont nous parle ici Tom Stammers.

17Les transferts culturels et les circulations internationales constituent un domaine d’investigation qui concerne de nombreuses disciplines. Le portail Rothschild, qui a permis de présenter les outils rassemblant des données éparses, pourrait jouer un rôle majeur dans ces nouvelles approches liées à l’internationalisation des collections, en s’appuyant sur l’expertise technique des nombreux universitaires et conservateurs ayant déjà pris part à ce projet, et sur le centre des Archives Rothschild à Londres qui développe de longue date de nombreuses passerelles avec les chercheurs.

18Enfin, tous mes remerciements vont bien sûr aux intervenants qui, par la qualité de leurs recherches et leurs communications, ont permis la réussite de ce colloque ainsi qu’aux membres du Comité scientifique (Cécile Colonna, Laura de Fuccia, Isabelle Le Masne de Chermont, Séverine Lepape et Juliette Trey) qui ont assuré la difficile tâche de relecture des actes, et enfin au service des éditions de l’INHA aidé par Maryse Bideault (Cloé Brosseau, Marianne Dautrey, Étienne Diemert, Anne-Cécile Schreiner et Quentin Viricel) qui a permis de réaliser cette publication.

Notes

1 Depuis 2016, ce portail est accessible à l’adresse suivante : collections.rothschild.inha.fr.

2 Le colloque a été ponctué par plusieurs évènements, un concert organisé avec Mathias Auclair, directeur du département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France, et Marie-Pauline Martin, directrice du musée de la Musique, conservateur à la Cité de la musique/Philharmonie de Paris, ainsi qu’une visite du cabinet de curiosités de la Fondation des artistes. Voir la mise en ligne du colloque : youtube.com/playlist?list=PLsl8NWzVv6T2FmSTnUzGgmGRoVqC66Ffa.

3 Je prépare une communication sur ce sujet dans le cadre du colloque international organisé par la chancellerie des universités de Paris et la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (2019), sur « Patrimoine, philanthropie et mécénat. xxe-xxie siècles ». Certains naturalia sont déjà mis en ligne sur le portail : les objets donnés au musée du Mans et ceux donnés au Musée africain, à la Fondation Gourgaud, à l’Île d’Aix voir : collections.rothschild.inha.fr/frinstiutions/cartographie-des-etablissements/musees-de-france/lemans-museum-d’histoire-naturelle-du-mans.

© Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search