Version classiqueVersion mobile

Trajectoires et origines

 | 
Cris Beauchemin
, 
Christelle Hamel
, 
Patrick Simon

Partie II. L’accès aux ressources scolaires, sociales et professionnelles

Chapitre 5

Les ressources scolaires des immigrés à la croisée des histoires migratoires et familiales

Laure Moguérou, Yaël Brinbaum et Jean-Luc Primon

Texte intégral

1La hausse du niveau scolaire des immigrés au fil des ans est régulièrement vérifiée par l’Insee à l’occasion des recensements de population (Insee, 2012). Les données de l’enquête TeO confirment ce constat : un tiers des immigrés venus au cours des dix dernières années sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur contre 12 % de ceux arrivés avant 1974 (annexe 1 sur https://teo1.site.ined.fr/​fr/​donnees_et_resultats/​tableaux-statistiques/​). Mais au-delà de cette information majeure se pose la question de l’hétérogénéité, à la fois, des situations individuelles et des qualifications entre les origines migratoires, dans un contexte où les niveaux de formation sont un élément clé de l’insertion sociale des individus. Ce chapitre étudie l’hétérogénéité des niveaux de qualification des immigrés non seulement selon leurs origines, mais aussi selon leurs caractéristiques individuelles en tirant profit de la richesse des informations contenues dans l’enquête TeO. Cette dernière permet notamment de prendre en compte la diversité des histoires migratoires individuelles (âge d’arrivée en France métropolitaine, pays et contexte de scolarisation, modes d’admission sur le territoire français) et la diversité des origines familiales (origines sociales, capitaux scolaires de la famille, langues d’usage), ce que d’autres sources de données (comme l’enquête Emploi ou les recensements de la population) n’autorisent pas.

  • 1 L’une des premières questions du module sur les trajectoires scolaires visait à faire préciser le l (...)

2Les différences de niveaux scolaires des immigrés recouvrent des disparités du point de vue des origines migratoires et géographiques : sous cet angle, toutes les migrations et tous les immigrés ne se ressemblent pas (Moguérou et al., 2010), et cela d’autant plus que les systèmes scolaires des pays d’origine sont parfois très différents du système scolaire français. L’âge à l’arrivée sur le territoire français est effectivement crucial pour analyser les niveaux scolaires acquis par les individus au sein d’un courant migratoire donné. Plus l’âge est précoce et plus les chances de détenir un diplôme, en particulier de l’enseignement supérieur, augmentent pour les personnes originaires de pays où l’enseignement supérieur est peu démocratisé. Le niveau scolaire dépend ainsi grandement du pays de scolarisation1 : 37 % des immigrés ayant réalisé toute leur formation initiale à l’étranger n’ont aucun diplôme et 19 % sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur. A contrario, ceux ayant effectué toute leur scolarité en France ne comptent plus que 21 % de non-diplômés et la même proportion de diplômés du supérieur. Enfin, les migrants venus en France en cours de scolarité détiennent le niveau scolaire le plus élevé : 46 % sont diplômés de l’enseignement supérieur (annexe 1 sur https://teo1.site.ined.fr/​fr/​donnees_et_resultats/​tableaux-statistiques/​). Ce résultat est cependant principalement dû aux migrants venus dans le but de poursuivre des études supérieures.

3La saisie du niveau scolaire selon le premier titre de séjour déclaré (lequel peut avoir été obtenu bien longtemps après la migration et concerne surtout les immigrés venus adultes), révèle aussi de fortes disparités entre les immigrés : alors que 70 % des migrants munis d’un titre étudiant sont diplômés de l’enseignement supérieur, la part des non-diplômés atteint 40 % parmi les bénéficiaires du regroupement familial et 38 % parmi les titulaires d’un titre de travail. Les conjoint-e-s de Français-e-s aussi constituent une population singulière qui se révèle être sensiblement plus diplômée que la moyenne (annexe 1 sur https://teo1.site.ined.fr/​fr/​donnees_et_resultats/​tableaux-statistiques/​). Ces observations peuvent sembler évidentes, pour autant, elles vont à l’encontre de l’image stéréotypée de l’immigré sans diplôme.

  • 2 Cette partie du chapitre porte sur les immigrés venus enfants ou adolescents et qui étaient âgés de (...)

4Dans la suite du texte, nous avons pris le parti de scinder la population migrante en sous-groupes permettant de repérer trois situations migratoires fondées sur l’âge à l’arrivée en France et le pays de scolarisation, car ces paramètres influent très fortement sur les diplômes obtenus en fin de scolarité. Sont distingués les immigrés arrivés alors qu’ils étaient enfants ou adolescents, les immigrés qui sont venus pour leurs études, les immigrés arrivés à l’âge adulte. Les caractéristiques sociodémographiques de ces trois groupes et leur répartition au sein de chaque origine sont décrites dans la première partie de ce chapitre, qui examine ensuite les parcours scolaires et les niveaux atteints par chacun de ces groupes. Le devenir scolaire du premier groupe (les jeunes nés à l’étranger mais éduqués et scolarisés en France2) est analysé en le comparant à celui des descendants d’immigrés nés en France, et à celui des personnes de la population majoritaire. Nous avons centré notre attention sur leur place au sein du système scolaire français et sur leur insertion dans les dispositifs d’accueil destinés aux élèves « primo-arrivants ». Est parallèlement analysée l’influence de l’âge sur les parcours scolaires (orientations à l’issue du collège, obtention du baccalauréat, accès à l’enseignement supérieur) et sur les diplômes obtenus au terme des études initiales.

  • 3 Il y avait, selon l’Unesco, 108 000 étudiants internationaux dans le monde en 1950 contre 2,9 milli (...)

5La deuxième partie s’intéresse aux migrants qui sont venus en France pour leurs études, c’est-à-dire qui sont arrivés au niveau du lycée (cycle long) ou pour faire des études supérieures et qui, d’après l’enquête TeO, représentent un immigré sur dix. Ces migrations pour études existent depuis fort longtemps mais elles se sont accélérées dans la période récente3. Cette mobilité reste cependant encore peu connue malgré quelques recherches récentes (Coulon et Paivandi, 2003 ; Ennafa et Paivandi, 2008 ; Mazzella, 2009 ; Erlich, 2012). À partir des données de TeO, nous établissons le portrait d’une partie de ces immigrés pour études qui, en 2008, ne sont qu’une minorité à être encore en cours de formation et dont la majorité a terminé sa formation et est restée vivre en France métropolitaine. Ce sont donc ceux qui sont restés en France, et non l’ensemble des migrants pour études dont nous décrivons le parcours.

6La dernière partie du chapitre explore les qualifications du troisième groupe, qui a fait toute sa scolarité à l’étranger (ou n’a jamais été scolarisé) et arrive après l’âge de fin de scolarité obligatoire en France. Sont analysés ici les liens entre les classements administratifs des immigrés – c’est-à-dire l’attribution des premiers titres de séjour – et les « classements scolaires » (niveaux scolaires, d’alphabétisation et de connaissance du français ; accès à la formation continue en France ; reconnaissance des diplômes acquis à l’étranger).

I. Trois types de migration qui influent sur le niveau de diplôme

7Pour mener nos analyses, nous avons construit une typologie qui s’appuie sur l’histoire scolaire et migratoire de la population immigrée et la subdivise en fonction de l’âge d’entrée en France et du pays de scolarisation.

  • 4 Une dernière catégorie est constituée de toutes les personnes ayant un autre « profil scolaire » qu (...)

8Nous distinguons ainsi trois sous-groupes4 :

  • Dans le premier, dénommé « immigrés venus enfants ou adolescents » (30 % ; N = 2429) sont inclus les immigrés arrivés avant 17 ans, qui soit ont fait toute leur scolarité en France, soit sont arrivés en cours de scolarité au niveau du primaire, du collège ou des filières courtes du second cycle du secondaire.

  • Le deuxième réunit les « immigrés pour études » (11 % ; N = 867). Il se compose des personnes arrivées à 17 ans ou plus en cours d’études dans les filières longues du second cycle du secondaire ou au niveau du supérieur.

  • La dernière catégorie rassemble les « immigrés venus adultes » (57 % ; N = 4899) arrivés après l’âge de fin de scolarité obligatoire et ayant déclaré avoir réalisé l’ensemble de leur formation initiale à l’étranger (ou n’ayant jamais été scolarisés).

9Près d’un tiers (30 %) des personnes immigrées âgées de 18 à 60 ans en 2008 sont arrivées en France en étant enfants ou adolescentes. Elles ont effectué l’essentiel de leur scolarité en France où elles ont été socialisées (tableau 1).

Tableau 1. Caractéristiques sociodémographiques des trois sous-groupes (%)

Tableau 1. Caractéristiques sociodémographiques des trois sous-groupes (%)

* Le complément à 100 % (2 %) correspond aux individus classés hors champ.
Champ : immigrés de 18 à 60 ans. Lecture : parmi les immigrés venus enfants ou adolescents, 15 % sont originaires d’Algérie.

Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.

10Relativement jeunes (44 % d’entre elles avaient entre 18 et 35 ans en 2008 et 40 % entre 36 et 50 ans), elles sont principalement originaires des pays qui ont nourri les courants migratoires les plus anciens : Europe du Sud (30 %) et Maghreb (34 %). L’importance de ces origines est la conséquence à la fois de l’ancienneté de l’implantation de ces groupes en France et d’une migration familiale nombreuse en leur sein. Chez les immigrés venus enfants ou adolescents, les procédures de regroupement familial (pour rejoindre un parent) sont ainsi surreprésentées.

11Parmi les immigrés âgés de 18 à 60 ans résidant en France en 2008, un sur dix (11 %) est venu pour poursuivre ses études, au lycée ou dans le supérieur (tableau 1). Dans ce groupe, les origines migratoires sont particulièrement diversifiées : 31 % sont issus de pays dits « autres ». On note une surreprésentation des immigrés en provenance de l’Afrique centrale et guinéenne (deux fois plus nombreux que parmi l’ensemble des immigrés) et des pays de l’Union européenne autres que ceux d’Europe du Sud (Espagne, Italie, Portugal). Cette population est relativement jeune (47 % ont moins de 36 ans) et elle compte davantage d’hommes que de femmes. Les premiers titres obtenus sont le plus souvent, et sans surprise, des visas étudiants (74 %).

12Enfin, 57 % des immigrés âgés de 18 à 60 ans en 2008 sont arrivés « adultes » une fois leurs études terminées (ou sans avoir été scolarisés au préalable) (tableau 1). On ne note pas d’origines particulièrement saillantes parmi eux et compte tenu du poids de ce groupe dans l’ensemble des immigrés, leurs caractéristiques sont proches de celles des immigrés dans leur ensemble. Cette catégorie regroupe cependant davantage de femmes (55 %) que d’hommes (45 %). Les principaux titres d’entrée obtenus sont les titres de travail (27 %), les titres pour raisons familiales (regroupement familial : 21 % ; conjoint de Français : 16 %), puis les titres de réfugiés (10 %).

13Dans la suite du chapitre, les analyses portent sur les personnes ayant terminé leurs études, ce qui exclut 5 % des immigrés.

II. Les immigrés arrivés enfants ou adolescents dans le système scolaire français

14Les interrogations relatives à la scolarisation des « enfants d’immigrés » venus durant l’après-guerre se sont développées plutôt tardivement en France, au début des années 1970 (Zirotti, 1989). Sous cette appellation sont regroupées deux sous-populations sensiblement différentes dans leur relation à la migration : les enfants d’un ou deux parents d’immigrés nés en France, classés dans la catégorie des descendants d’immigrés dans l’enquête TeO et les immigrés venus enfants ou adolescents, avec leurs parents. Jusque dans les années 1990, ces deux populations ont généralement été confondues dans les rares études consacrées à leur devenir dans l’école. L’absence d’informations sur la nationalité et le lieu de naissance des parents permettant d’identifier les élèves nés en France de parents immigrés dans les bases administratives, telles que les panels d’élèves du ministère de l’Éducation nationale jusqu’aux années 1990 (panel 95), a longtemps limité les études statistiques les concernant (Brinbaum, Kieffer, 2005). Mais depuis, ce sont essentiellement les parcours des descendants d’immigrés qui ont été étudiés. Ainsi, selon Claire Schiff (2007), les immigrés venus enfants ou adolescents constituent aujourd’hui la part la plus méconnue de la population d’origine étrangère.

  • 5 Pour une présentation détaillée, voir Blum-Le Coat J.-Y. et Moguérou L., 2014, « Scolarisation des (...)

15Les recherches menées sur ces élèves dits « primo-arrivants » soulignent en premier lieu l’incomplétude tant quantitative que qualitative des dispositifs scolaires qui leur sont destinés (encadré 1)5. Elles s’attachent également à déterminer dans quelle mesure une arrivée en cours de scolarité constitue un obstacle à la réussite. Il ressort que l’âge à l’entrée ne constitue pas systématiquement un désavantage scolaire car il existe des effets de seuil : une arrivée avant l’âge de scolarisation obligatoire est sans effet sur les scolarités ultérieures ; tandis qu’au-delà d’un certain nombre d’années scolaires passées à l’étranger, les immigrés venus enfants ou adolescents s’avèrent plus vulnérables à la déscolarisation (Schiff, 2004) et à l’orientation dans les sections de l’éducation spécialisée (Vallet et Caille, 1996), dont on sait qu’elles sont par ailleurs « l’antichambre de l’enseignement professionnel » (Palheta, 2011).

Encadré 1. Les dispositifs d’accueil des élèves nouveaux arrivants non francophones
Dès les années 1970, la réglementation française a prévu des dispositifs destinés à accueillir, dans le système scolaire, des élèves non francophones nouvellement arrivés en France.
Ces dispositifs se sont traduits par la création des CLIN (classes d’initiation) et des CRI (classes de rattrapage intégrées) dans les écoles élémentaires et par l’organisation de la scolarité dans le secondaire, à travers notamment la création des CLA (classes d’accueil) et les MTA (modules d’accueil temporaires). Dans le second degré, les élèves ayant été peu ou pas du tout scolarisés dans leur pays d’origine intègrent une classe d’accueil pour élèves non scolarisés auparavant (CLA-NSA). En 1986, en 2002, et enfin en 2012, de nouvelles circulaires ont précisé les modalités de fonctionnement de ces structures mais ne sont pas intervenues sur les structures elles-mêmes. Sont concernés par ces mesures tous les élèves de plus de 6 ans arrivés récemment en France dont la maîtrise de la langue française ou des apprentissages scolaires est insuffisante pour intégrer immédiatement une classe du cursus ordinaire correspondant à leur âge.
Les cellules d’accueil – Centres de formation et d’information sur la scolarisation des enfants de migrants (CEFISEM), devenus en 2002, les Centres académiques pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (CASNAV) – au niveau de l’inspection académique ou du rectorat pratiquent une évaluation des savoir-faire en langue française et des compétences scolaires déjà acquises, préalablement à toute orientation et affectation dans un établissement scolaire. Les élèves sont obligatoirement inscrits dans une classe ordinaire correspondant à leur niveau. Ils y suivent les enseignements où la maîtrise de la langue française n’est pas fondamentale (EPS, arts plastiques et musique) tout en étant regroupés dans une classe spécifique (CLIN ou CLA) ou des dispositifs de soutien plus souples, comme les cours de rattrapage intégré (CRI) dans les écoles élémentaires ou les modules d’accueil temporaire (MAT) dans les collèges.
Sources : Kleinholt S., 2008, « La scolarisation des élèves nouveaux arrivants non francophones au cours de l’année scolaire 2004-2005 », DEPP, Note d’information ; circulaire n° 2012-141 du 2 octobre 2012 sur l’organisation de la scolarité des élèves allophones nouvellement arrivés.

16L’analyse qui suit porte d’abord sur la fréquentation des classes d’initiation ou d’accueil pour non-francophones, autrement dit sur les conditions d’accueil et de prise en charge de ces publics par le système scolaire français, et sur celle des classes de l’enseignement spécialisé (relatif notamment aux élèves en difficulté scolaire). Il s’agit ensuite de saisir les parcours des immigrés venus enfants ou adolescents et d’analyser leurs trajectoires dans l’école française selon l’âge à l’arrivée. Les étapes successives de la carrière scolaire (orientations à l’issue de la classe de 3e, obtention du baccalauréat, accès à l’enseignement supérieur) et les diplômes obtenus par ceux ayant achevé leur formation initiale sont comparés à ceux des descendants d’immigrés, objets du chapitre 6 de cet ouvrage. La classe d’âges retenue se limite aux personnes âgées de 18 à 35 ans qui avaient terminé leurs études initiales en 2008 (N = 817). Compte tenu des petits effectifs, les données ne peuvent être désagrégées ni par sexe ni par origine.

1. Les conditions d’accueil des immigrés arrivés enfants ou adolescents par l’école publique

a. Les dispositifs d’accueil en milieu scolaire

  • 6 À partir de 1965, à l’initiative de responsables locaux – enseignants, directeurs, inspecteurs dépa (...)
  • 7 Ces mesures n’ayant jamais fait l’objet d’évaluation de la part du ministère de l’Éducation nationa (...)

17Officialisés au début des années 19706, les dispositifs destinés aux « élèves nouvellement arrivés non francophones » (encadré 1) n’ont jamais été remis en question depuis dans leur principe sans pour autant donner pleinement satisfaction (Lorcerie, 1995 ; 2003). Du point de vue quantitatif, les besoins sont très inégalement couverts selon les académies (Fouquet-Chauprade, 2008). Au manque chronique de places s’ajoute la difficulté à anticiper les besoins en temps voulu en raison de la nature mouvante de cette population, dont une partie arrive en cours d’année en France. D’autres pratiques sont susceptibles de maintenir certains enfants hors de l’institution scolaire de manière temporaire (allongement des délais de prise en charge) ou permanente (refus de scolarisation). Elles sont liées au coût de l’accueil de ces élèves (double inscription en classe spécifique et en classe ordinaire) et à l’amalgame qui est fait entre primo-arrivants et élèves « difficiles » (Schiff, 2004). Du point de vue qualitatif, diverses critiques ont été émises7. Tout en reprenant le détail des circulaires sur l’intégration et la scolarisation des enfants dits « primo-arrivants » non francophones, Lazaridis (2001) fait apparaître les confusions et les contradictions des lois et des dispositifs.

18L’objectif de ces structures et dispositifs était initialement celui d’un transfert rapide dans le système scolaire ordinaire dans un souci de ne pas exclure ces élèves de la communauté scolaire. Or, certains enfants y ont parfois été maintenus pendant plusieurs années (Cortier, 2007). D’autres se sont trouvés orientés, dès la sortie des classes d’accueil, dans des classes équivalentes à celles des élèves en difficulté, sans nécessairement l’être eux-mêmes (Lorcerie, 2003). Mais la relégation dans des classes relevant de l’adaptation et de l’intégration scolaire peut aussi être la conséquence du manque d’articulation avec les classes ordinaires qui favorise, de fait, le retard scolaire (Meunier, 2008). Enfin, les structures destinées aux primo-arrivants ont pu être fréquentées par des élèves francophones, parfois nés en France (Lazaridis, 2001). La volonté manifeste des circulaires de 1986, de 2002 et de 2012 de restreindre l’accès des structures spécifiques aux élèves primo-arrivants (singulièrement « allophones »), ainsi que leur durée de passage dans ces structures, apparaît comme une façon de contrecarrer les phénomènes de ségrégation pouvant résulter d’une stigmatisation des élèves de ces dispositifs et d’éviter la confusion entre primo-arrivants et enfants d’immigrés nés sur le territoire français.

b. Qui a fréquenté ces classes spécifiques ?

  • 8 Aux personnes ayant débuté leur scolarité à l’étranger puis venues en France, il était demandé de r (...)

19L’enquête TeO comporte des questions sur la fréquentation des classes pour élèves non francophones ou nouveaux arrivants et sur la fréquentation des classes de l’enseignement spécialisé8, qui permettent d’apprécier le « traitement spécial » des immigrés et descendants d’immigrés dans le système scolaire français.

  • 9 Ce dont semblent attester les taux relativement élevés de fréquentation des classes adaptées par ce (...)

20Les enfants et adolescents immigrés sont loin d’avoir tous été pris en charge à leur arrivée en France (tableau 2) : 71 % d’entre eux déclarent avoir été inscrits, dès leur arrivée en France, en classe ordinaire. Le faible taux d’inscription dans des dispositifs spécifiques (31 % chez les migrants arrivés entre 6 et 11 ans et 45 % chez ceux venus entre 12 et 16 ans) s’explique, outre le fait que certains enquêtés ont pu oublier avoir fréquenté ces structures, de deux manières. Faute de places, certains ont été inscrits dans d’autres types de classes (enseignement adapté)9. Pour la même raison ou parce qu’ils ont été jugés suffisamment à l’aise en français pour être inscrits d’emblée en classe ordinaire, d’autres n’ont pas fait l’objet d’un accompagnement spécifique.

21Pourtant seuls 20 % des immigrés arrivés enfants ou adolescents ont déclaré qu’à leur arrivée ils maîtrisaient « bien » ou « très bien » le français à l’oral et 22 % à l’écrit. Parallèlement, alors que les descendants d’immigrés (enfants nés en France) déclarent qu’ils parlaient uniquement en français avec leurs parents (38 %) ou plus souvent en français et dans une autre langue (52 %), moins de 40 % des jeunes nés à l’étranger et arrivés après 6 ans communiquaient en français avec leurs parents. En revanche, les jeunes arrivés avant 6 ans se rapprochent de ceux nés en France : 60 % déclarent que leurs parents leur parlaient en français (et 10 % d’entre eux déclarent que la communication se faisait uniquement dans cette langue). Autrement dit, une proportion bien plus conséquente d’enfants et de jeunes migrants aurait dû être prise en charge dans des dispositifs dédiés.

22Selon nos données, les classes destinées aux « primo-arrivants » semblent bien être réservées aux immigrés. Aucun descendant d’immigrés n’a fréquenté ce type de dispositifs ; mais cela pourrait être une conséquence de la formulation des questions dans l’enquête (qui désignaient ouvertement les « étrangers », « nouveaux arrivants » et « non-francophones ») ainsi qu’au public auquel elles s’adressaient (personnes arrivées en cours de scolarité en France ; rares parmi les descendants d’immigrés).

23La fréquentation des classes adaptées, qui ne sont a priori pas spécifiques aux publics immigrés, concerne 17 % des individus arrivés entre 6 et 16 ans en France (contre moins d’une personne sur 10 dans les autres sous-populations) (tableau 2). Ces écarts apparaissent d’autant plus élevés que l’arrivée en France est tardive. Ils témoignent de ce que, faute de places pour tous dans les dispositifs spécifiques, certains élèves sont placés dans les structures destinées aux élèves en très grande difficulté. Ils peuvent aussi se lire comme la matérialisation d’un traitement spécial et discriminant, sachant que les classes de l’enseignement spécialisé n’ont souvent d’autres issues que l’enseignement professionnel et/ou la déscolarisation (Palheta, 2011).

24Il apparaît enfin que fréquentation des classes d’accueil et fréquentation des dispositifs de l’enseignement spécialisé sont liées puisque 10 % à 15 % des enfants venus en cours de scolarité obligatoire ont fréquenté ces deux types de structures.

Tableau 2. Fréquentation des « classes d’accueil pour non-francophones » et des « classes d’adaptation (enseignement spécialisé) » selon l’âge et le lien à la migration (%)

Tableau 2. Fréquentation des « classes d’accueil pour non-francophones » et des « classes d’adaptation (enseignement spécialisé) » selon l’âge et le lien à la migration (%)

Champ : immigrés venus enfants ou adolescents, descendants et personnes de la population majoritaire, âgés de 18-35 ans, études terminées. Lecture : 11 % des immigrés venus en France avant l’âge de 6 ans ont fréquenté les classes d’adaptation.

Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.

2. Les trajectoires scolaires et les diplômes selon l’âge d’arrivée

25Des études récentes démentent l’idée selon laquelle une entrée tardive dans le système français constituerait invariablement un obstacle à la réussite. Les élèves primo-arrivants auraient en effet une très forte motivation scolaire (Tribalat, 1995) et entretiendraient un rapport à l’école globalement positif (Schiff, 2007). Toutefois, « les modalités d’accueil, d’évaluation et d’intégration des élèves migrants ne permettraient pas toujours de tirer profit de ces comportements » (Schiff, 2007). La question est donc de savoir dans quelle mesure l’âge d’entrée en France a une incidence sur les trajectoires scolaires effectives : orientations à l’issue de la 3e, obtention du baccalauréat, accès à l’enseignement supérieur, les diplômes obtenus ou l’absence de diplôme au terme des études initiales.

26L’orientation vers l’enseignement long (lycée général ou technologique) à l’issue de la classe de 3e concerne une majorité de jeunes de la population majoritaire (54 %), descendants d’immigrés (53 %) ou arrivés avant l’âge de début de la scolarité obligatoire en France (52 %) ; en revanche, moins de la moitié des jeunes arrivés en cours de scolarité ont suivi le même chemin (tableau 3). Ceux arrivés en cours de primaire s’avèrent un peu plus souvent dirigés vers les filières courtes et professionnelles du second cycle du secondaire que vers les filières indifférenciées (48 % versus 46 %). Ceux arrivés en cours de scolarité secondaire apparaissent particulièrement vulnérables scolairement : seuls 29 % d’entre eux ont accédé aux filières longues du secondaire et près d’un sur cinq (19 %) ont abandonné leur scolarité en cours ou en fin de 3e.

Tableau 3. Les trajectoires scolaires des immigrés venus enfants ou adolescents âgés de 18-35 ans en 2008 (%)

Tableau 3. Les trajectoires scolaires des immigrés venus enfants ou adolescents âgés de 18-35 ans en 2008 (%)

Champ : immigrés venus enfants ou adolescents, descendants d’immigrés et personnes de la population majoritaire, âgées de 18-35 ans, études terminées. Lecture : parmi les immigrés venus en France avant l’âge de 6 ans, 55 % ont obtenu leur baccalauréat.

Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.

27La part des bacheliers s’avère très inégale selon les sous-populations : 63 % des jeunes de la population majoritaire ont obtenu ce diplôme contre 55 % des descendants d’immigrés ou des immigrés arrivés avant 6 ans. Seuls un quart (27 %) des jeunes arrivés tardivement ont décroché le baccalauréat à l’issue de leurs études secondaires. Les chances d’obtenir ce diplôme s’accroissent avec une arrivée plus précoce, mais restent relativement faibles (45 %). L’accès à l’enseignement supérieur suit peu ou prou les mêmes lignes de clivage.

  • 10 Comparativement, 14 % des jeunes de la population majoritaire ont terminé leurs études avec au plus (...)

28Parmi les jeunes nés en France d’un ou deux parents immigrés comme parmi ceux nés à l’étranger venus avant l’âge de 6 ans, environ 22 % sont sans diplôme ou possèdent le brevet des collèges et disposent donc d’un niveau de formation inférieur à celui de la classe de seconde (tableau 4) ; un quart d’entre eux quittent le système scolaire avec un CAP ou un BEP ; 21 % avec un baccalauréat ; un tiers possèdent un diplôme de l’enseignement supérieur10.

29Se distinguent nettement les immigrés arrivés après 11 ans qui quittent fréquemment le système scolaire sans aucun diplôme (30 %) ou avec un diplôme peu valorisé sur le marché du travail (11 %) ; moins d’un tiers (31 %) terminent leur scolarité avec un CAP ou BEP et un peu plus d’un sur quatre avec un baccalauréat (9 %) ou un diplôme de l’enseignement supérieur (18 %). Comparativement, ceux arrivés plus jeunes (entre 6 et 11 ans) disposent encore souvent d’un niveau de formation inférieur à la classe de seconde (27 %) mais sont un peu plus fréquemment détenteurs d’un diplôme du premier cycle du secondaire (CAP-BEP : 28 % ; baccalauréat : 19 %) ou du supérieur (27 %). Une arrivée en cours de scolarité obligatoire débouche ainsi très fréquemment sur l’acquisition de diplômes professionnels courts (CAP ou BEP) et limite l’obtention du baccalauréat et a fortiori de diplômes du supérieur, mais à des degrés variables selon l’âge d’arrivée.

Tableau 4. Les diplômes obtenus en fin de formation initiale par les immigrés venus enfants ou adolescents âgés de 18-35 ans en 2008 (%)

Tableau 4. Les diplômes obtenus en fin de formation initiale par les immigrés venus enfants ou adolescents âgés de 18-35 ans en 2008 (%)

Champ : immigrés venus enfants ou adolescents, descendants et individus de la population majoritaire, âgés de 18-35 ans, études terminées. Lecture : parmi les immigrés venus en France avant l’âge de 6 ans, 13 % n’ont obtenu aucun diplôme.

Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.

  • 11 À l’inverse, la part de ceux dont l’un ou les deux parents étaient titulaires d’un diplôme de l’ens (...)
  • 12 les caractéristiques sociales des jeunes de 18 à 35 ans sont présentées en annexe 2 sur teo.site.in (...)

30On observe donc bien des inégalités de trajectoires scolaires et de diplômes à l’issue des études, selon l’âge de l’arrivée en France. Compte tenu du fait que l’âge d’arrivée conditionne en partie la prise en charge dans des structures dédiées et que la fréquentation des dispositifs spécifiques aux primo-arrivants et la fréquentation des classes d’adaptation scolaire sont liées, nous avons construit des modèles permettant d’identifier la part respective de ces différents facteurs dans la production des trajectoires scolaires (tableau 5). Dans la mesure où les immigrés venus enfants ou adolescents et les descendants d’immigrés ont plus souvent grandi dans des familles où les deux parents sont non diplômés que les jeunes de la population majoritaire (respectivement 57 %, 41 % et 13 %)11, et par voie de conséquence dans des milieux populaires, les modèles contrôlent l’influence des diplômes des parents et des origines sociales12. Enfin, du fait de l’importance de la maîtrise de la langue française dans le traitement spécifique dont font l’objet les immigrés arrivés enfants ou adolescents lors de leur arrivée en France, les modèles intègrent une variable dichotomique relative à l’usage du français en famille. Cet indicateur a été préféré à celui sur la maîtrise du français (oral/écrit) à l’arrivée en France, qui ne permet pas de comparer les descendants d’immigrés et les immigrés venus avant l’âge de 17 ans (seuls les seconds ayant répondu à ces questions).

Tableau 5. Modèles logit (odds ratio) relatifs à la probabilité d’avoir été orientés en 2e générale à l’issue de la 3e, d’avoir obtenu un bac, d’avoir accédé au supérieur, ou d’être sorti de l’école sans diplôme

Tableau 5. Modèles logit (odds ratio) relatifs à la probabilité d’avoir été orientés en 2e générale à l’issue de la 3e, d’avoir obtenu un bac, d’avoir accédé au supérieur, ou d’être sorti de l’école sans diplôme

Champ : immigrés venus enfants ou adolescents, descendants et individus de la population majoritaire, âgés de 18-35 ans, études terminées. Légende : significativité à : *** 1 %, ** 5 %, * 10 %. Réf. : situation de référence. Lecture : Les chances d’avoir été orienté en seconde générale après la 3e sont divisées par 0,4 pour les immigrés arrivés entre 12 et 16 ans comparativement aux descendants d’immigrés.

Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.

31Les immigrés arrivés avant l’âge de 6 ans ne se distinguent guère des descendants d’immigrés du point de vue de leurs trajectoires scolaires. Ceux arrivés entre 6 et 11 ans ont également des parcours comparables à ceux des enfants d’immigrés nés en France métropolitaine, même s’ils sont moins susceptibles d’accéder au supérieur (OR = 0,8). En revanche, une arrivée en cours de scolarité secondaire apparaît préjudiciable du point de vue scolaire : ces jeunes ont des chances moindres d’être orientés vers les filières indifférenciées en fin de 3e (OR = 0,4), d’obtenir un baccalauréat (OR = 0,3), d’accéder à l’enseignement supérieur (OR = 0,3). Le risque de sorties sans aucun diplôme est en outre trois fois plus élevé pour eux que pour les descendants d’immigrés. L’âge « tardif » à l’arrivée constitue un facteur pénalisant pour la carrière scolaire des immigrés venus enfants ou adolescents et cet effet négatif n’est pas compensé par la fréquentation des classes d’accueil (l’effet négatif se maintient quelles que soient les conditions de leur prise en charge à l’arrivée en France).

32Avoir fréquenté, au cours de la scolarité, une classe d’accueil n’a pas d’impact significatif sur les trajectoires scolaires (les parcours ultérieurs étant tout à fait comparables à ceux des individus n’ayant fréquenté que des classes ordinaires) ; sauf en ce qui concerne les sorties sans aucun diplôme : elles sont multipliées par 1,5 dès lors que les jeunes ont intégré ces dispositifs. La fréquentation des classes adaptées – relevant de l’enseignement spécialisé – s’avère en revanche extrêmement pénalisante. Ce désavantage est particulièrement marqué chez les individus n’ayant pas transité au préalable par les classes d’accueil.

33La langue parlée en famille n’exerce pas d’influence particulière sur l’accès au baccalauréat ou à l’enseignement supérieur des immigrés venus enfants ou adolescents en France, une fois pris en compte l’âge à l’arrivée en France et les parcours antérieurs. En revanche, elle conditionne légèrement l’orientation en fin de 3e en limitant l’accès aux secondes indifférenciées et, surtout, elle augmente le risque d’une sortie sans diplôme de la formation initiale. Ce résultat, relativement attendu, a été confirmé dans d’autres études (Vallet et Caille, 1996).

III. Les immigrés pour études

34Depuis plus d’une décennie se développe un système d’échanges et de libre circulation des étudiants dans l’Union européenne qui favorise les migrations pour études. À l’échelle mondiale, on observe également l’apparition d’un marché concurrentiel et d’un commerce dans le domaine de l’enseignement supérieur. Aussi, dans un contexte politique national marqué par des législations restrictives et répressives en matière d’immigration, la question de la mobilité internationale des étudiants est-elle devenue en France un enjeu contradictoire au croisement des politiques d’éducation et d’immigration.

  • 13 La notion d’étudiant étranger connaît des définitions variables selon qu’elle se réfère exclusiveme (...)

35La France a connu depuis plus de 10 ans une nette progression de la représentation des étudiants étrangers13 dans ses établissements supérieurs : en 2008-2009, les étudiants étrangers étaient au nombre de 265 400 (12 % de la population étudiante) contre 151 150 en 1990-1991, soit 9,5 % de la population étudiante (MEN, 2011).

36Après une période de stagnation largement imputable à une limitation des flux d’entrée qui s’étend des années 1980 à la première moitié des années 1990, une nouvelle croissance du nombre d’étudiants étrangers à partir de 1997 est observée. Selon l’OCDE (2011) en 2009, la France se plaçait au cinquième rang (derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et l’Allemagne) des pays de destination des étudiants internationaux, en accueillant 7 % d’entre eux. Les étudiants du continent africain (Afrique du Nord et Afrique subsaharienne) se singularisent parmi ces flux puisque les mêmes sources indiquent que la France constitue le pays de destination d’un étudiant international sur quatre (25 %) en provenance du continent africain et quasiment d’un étudiant sur deux en provenance de la seule Afrique de l’Ouest (48 %). Ensemble, les étudiants du continent africain sont plus nombreux en France qu’aux États-Unis, nation qui constitue pourtant la première destination au monde des étudiants internationaux.

  • 14 Les étudiants internationaux désignent les étudiants qui migrent à l’international pour faire leurs (...)

37Depuis la fin des années 1990, les étudiants étrangers ou internationaux14 font l’objet de statistiques plus détaillées et d’enquêtes sur leurs conditions de vie tant à l’échelon local que national (Ennafaa et Pavaindi, 2007 ; 2008). Plusieurs recherches ont également tenté d’analyser les formes de migrations pour études en direction de la France en s’intéressant aux trajectoires migratoires des étudiants étrangers (Mazzella, 2009). En revanche, les analyses du devenir de ceux qui restent dans le pays d’accueil à la fin de leur formation sont beaucoup plus rares (Math et al., 2006 ; Ménard et Papon, 2011). Or, à partir des données sur les titres de séjour de l’année 2009, l’OCDE estime à 32 % le nombre d’étudiants internationaux qui, en France, ont changé de statut administratif en quittant celui d’étudiant pour un autre statut de résidence, principalement celui de travailleur (60 %). Parmi les principaux pays de l’OCDE qui reçoivent des étudiants étrangers, la France se placerait même devant le Royaume-Uni ou l’Australie (mais derrière le Canada) pour ce qui concerne ce taux de conversion du statut migratoire.

  • 15 Il s’agit de la base de données établie à partir de l’Application de Gestion des Dossiers des Resso (...)

38Une autre source de nature administrative15 a permis de suivre la destinée des étudiants internationaux venus en France en 2002 et de connaître leur situation fin 2009 (Ménard et Papon, 2011). À cette date, 40 % des étudiants concernés sont toujours répertoriés en France : une minorité (10 %) continue d’avoir le statut d’étudiant, les titres familiaux représentent 20 % et le statut de travailleur 10 %. Les mêmes sources indiquent que les étudiants de tout le continent africain sont les plus nombreux à être restés en France : environ la moitié. Ils sont suivis par les étudiants en provenance des pays d’Europe.

39Dans l’enquête TeO, les immigrés pour études représentent 16 % de la totalité des immigrés venus adultes. S’ils ont en commun d’être entrés en France pour étudier, ils se subdivisent en une minorité d’étudiants qui poursuivent une formation initiale au moment de l’enquête (20 %) et une majorité d’anciens étudiants (80 %) qui vivent en France métropolitaine parfois depuis plusieurs décennies après y avoir terminé leurs études. Aussi l’analyse se poursuit-elle par la description des grandes caractéristiques sociales et scolaires des immigrés pour études qui poursuivent une formation en 2008, sans distinction par sexe ou origine en raison du faible effectif. Notons aussi que la photographie de cette sous-population est incomplète dans l’enquête TeO car son échantillon exclut les personnes qui logent dans des résidences universitaires, internats ou foyers. Dans la dernière sous-partie, nous décrivons la situation des immigrés pour études ayant terminé leur formation en centrant notre attention sur le niveau scolaire atteint et la situation professionnelle.

1. Les immigrés pour études dans l’enquête TeO

40La différence entre les immigrés pour études et l’ensemble des immigrés est particulièrement saillante au regard du niveau scolaire : presque 70 % des immigrés pour études possèdent un diplôme équivalent à un deuxième ou troisième cycle universitaire voire d’une grande école alors que ces niveaux d’éducation ne représentent pas plus de 20 % des immigrés en général.

41De manière générale, la migration pour études résulte de stratégies sociales d’acquisition d’un capital scolaire et symbolique, qui participent à la reproduction internationale des élites intellectuelles, politiques et économiques (Wagner, 2004 ; Niane, 1992). Pour une minorité significative, le choix des études en France a été anticipé de longue date puisque 22 % des immigrés pour études (contre 12 % en moyenne chez les immigrés) déclarent avoir effectué toute leur scolarité dans des établissements français et 19 % déclarent avoir été périodiquement scolarisés dans ces établissements. Les établissements en question ne sont pas exclusivement des lycées français localisés à l’étranger mais aussi des écoles privées qui, dans le pays d’émigration, préparent aux diplômes français. Il reste que pour une fraction des immigrés pour études, l’acquisition de diplômes supérieurs français a été organisée et programmée.

42Les immigrés pour études appartiennent très souvent aux classes dominantes des pays d’origine. La moitié des immigrés pour études (51 %) ont deux parents titulaires du baccalauréat ou d’un diplôme du supérieur (ou d’un titre équivalent) alors que ce niveau de qualification parentale concerne 19 % de la population immigrée dans son ensemble. On constate encore que 60 % des familles des immigrés pour études appartiennent aux classes sociales moyennes ou supérieures alors que ces origines sociales ne représentent que 27 % de l’ensemble des immigrés.

2. Les immigrés en cours d’études

43Les immigrés qui poursuivent leurs études au moment de l’enquête sont relativement jeunes : presque tous ont moins de 36 ans (90 %) et la moitié a moins de 26 ans. Les hommes sont un peu plus nombreux que les femmes (53 %) mais moins représentés que dans l’ensemble des immigrés pour études (56 %). Ces étudiants (N = 147) proviennent pour 46 % du continent africain (Afrique du Nord et Afrique subsaharienne) et plus particulièrement du Maroc ou de Tunisie (16 %) ou des pays d’Afrique centrale et guinéenne (15 %). Les ressortissants des pays de l’Union européenne (hors Europe du Sud) ne sont que 11 %. Les autres groupes d’origine représentent 40 % de cette population.

  • 16 Une minorité d’entre eux – 4 % – étaient en cours d’études secondaires au moment de l’enquête.
  • 17 Dans l’enquête TeO, les spécialités de la formation en cours ou de la dernière année d’étude sont r (...)

44Le niveau d’études des immigrés en cours de formation en 2008 est élevé : 50 % possèdent un niveau de premier cycle du supérieur, 10 % du deuxième cycle et 36 % d’un niveau de troisième cycle (ou grande école)16. Ils sont engagés dans les formations de sciences humaines et de droit pour un quart d’entre eux (26 %)17, mais aussi dans les formations de mathématiques et sciences (10 %), de lettres (et arts) (15 %), d’économie et gestion (12 %), d’information et de communication (13 %) – dont l’informatique – ou dans les services aux personnes (12 %). Mais en comparaison de la population scolaire en général, les étudiants immigrés repérés par l’enquête sont surreprésentés dans les filières de sciences humaines (et droit), lettres (et arts) et dans une moindre mesure en mathématiques et sciences.

3. Les immigrés pour études restés en France

45L’autre composante des immigrés pour études est formée des anciens étudiants étrangers restés en France après leurs études : 9 % d’entre eux ont fini leur formation initiale avant les années 1980 et 25 % entre 1981 et 1991. En 2008, la moitié avait terminé leurs études depuis plus de 10 ans.

46Leur niveau d’études est très élevé, avec 76 % de diplômés de l’enseignement supérieur long (deuxième cycle et plus) et de nombreux titulaires d’un troisième cycle (tableau 6). Quelle que soit l’origine migratoire, les immigrés pour études restés en France après leur formation initiale sont nettement plus diplômés que la population immigrée dans son ensemble et même que les personnes qui ont accédé au supérieur dans la population générale (tableau 6). Ces anciens étudiants étrangers constituent une population hautement qualifiée. Des différences de niveau entre les origines migratoires sont visibles : les plus diplômés sont venus des pays de l’Union européenne avec 96 % de titres du supérieur long contre moins de la moitié parmi les immigrés d’Asie du Sud-Est (47 %).

Tableau 6. Niveau du diplôme supérieur le plus élevé des migrants venus pour études ayant terminé leur formation initiale en 2008 selon l’origine (%)

Tableau 6. Niveau du diplôme supérieur le plus élevé des migrants venus pour études ayant terminé leur formation initiale en 2008 selon l’origine (%)

Champ : immigrés pour études de 18 à 60 ans ayant terminé leurs études. En raison de la faiblesse de l’échantillon, les immigrés originaires de Turquie, d’Espagne, d’Italie et du Portugal ne figurent pas dans le tableau (à la différence du tableau 1). Lecture : 10 % des immigrés pour études restés en France ont un niveau baccalauréat à l’issue de leur formation initiale et 76 % un diplôme de niveau supérieur ou égal à Bac + 3.

Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.

Tableau 7. Spécialités des diplômes obtenus par les immigrés pour études qui avaient terminé leur formation initiale en 2008 selon le pays d’origine (%)

Tableau 7. Spécialités des diplômes obtenus par les immigrés pour études qui avaient terminé leur formation initiale en 2008 selon le pays d’origine (%)

Champ : immigrés pour études de 18 à 60 ans (hors formation initiale). En raison de la faiblesse de l’échantillon, les immigrés originaires de Turquie, d’Espagne, d’Italie ou du Portugal ne figurent pas dans le tableau (à la différence du tableau 1). Lecture : 11 % des migrants pour études restés en France ont suivi une formation en mathématiques ou sciences au cours de leurs études initiales.

Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.

47Comme pour le niveau de diplôme, les spécialités suivies diffèrent sensiblement selon les origines (tableau 7). Les immigrés africains subsahariens ont suivi plus que d’autres des spécialisations en sciences humaines et droit alors que ceux originaires du Sud-Est asiatique disposent plus fréquemment d’une formation supérieure dans les techniques de communication et d’information (26 % versus 8 %), domaine qui inclut l’informatique. En comparaison des autres migrants pour études, les immigrés de l’Union européenne installés en France ont suivi plus fréquemment les formations littéraires (Lettres et arts) ou poursuivi des études dans les services aux personnes.

48En 2008, les immigrés pour études ayant achevé leur formation sont presque tous actifs occupés (94 %). Les chômeurs ne sont que 6 %, comme dans la population générale qui a accédé au supérieur (5 %), et 42 % occupent une position de cadres ou de professions supérieures (29 % des accédants au supérieur), dont presque la moitié en tant que cadres d’entreprise (23 %). Les employés et ouvriers non qualifiés sont en proportion insignifiante. Malgré cela, on observe des différences de situation socioéconomique entre les origines migratoires : les immigrés des pays du Sahel sont trois fois plus souvent au chômage que la moyenne des anciens étudiants restés en France (15 % versus 6 %). Les personnes originaires d’Afrique subsaharienne occupent deux fois moins souvent une position professionnelle élevée que la moyenne des immigrés pour études demeurés en France (24 % versus 42 %).

49Les étudiants étrangers restés en France constituent ainsi une immigration à fort capital humain se distinguant très nettement des immigrés venus adultes après la fin de leurs études qui à l’inverse comptent un nombre important de non-diplômés.

IV. Les immigrés ayant fait toute leur scolarité à l’étranger

50Cette dernière section, consacrée aux immigrés venus après 16 ans une fois leurs études terminées ou sans avoir été scolarisés au préalable, vise à saisir à la fois leurs niveaux scolaires, d’alphabétisation et de connaissance du français (en particulier pour celles et ceux déclarant n’avoir aucun diplôme). Elle s’intéresse également au recours à la formation continue et à la reconnaissance en France des diplômes acquis à l’étranger.

  • 18 Voir le chapitre 2 de cet ouvrage.

51Ces qualifications sont rapportées aux informations sur les premiers titres de séjour obtenus. Il s’agit de déterminer dans quelle mesure les politiques, les législations et les procédures administratives, décisives dans la configuration des trajectoires des immigrés, contribuent à « construire » les populations migrantes, notamment du point de vue scolaire. En outre, nous insistons particulièrement sur les différences entre femmes et hommes. En effet, les titres de séjour ont, de toute évidence, un genre : les femmes représentent 30 % des immigrés détenteurs d’un visa de travail mais 79 % des bénéficiaires du regroupement familial. L’analyse comparée des ressources scolaires des femmes et des hommes, au sein des différents groupes de statuts administratifs, rend visibles les migrations féminines autonomes. De nombreuses recherches, y compris lorsqu’elles portent sur la féminisation des flux migratoires, continuent d’envisager les migrations des femmes dans l’ombre de leurs maris qu’elles seraient venues rejoindre. Or, les migrantes très qualifiées – nombreuses dans les jeunes générations – ne peuvent être assimilées aux migrantes « passives » de ces représentations communes18.

1. Classements institutionnels et diplômes

52Le classement des immigrés dans les différents statuts de séjour n’est pas sans lien avec le classement scolaire. C’est ce que révèle la mise en rapport du premier titre de séjour obtenu par les immigrés avec leur diplôme (tableau 8). Ainsi, les immigrés arrivés dans le cadre du regroupement familial étaient 51 % à n’avoir aucun diplôme. Ceux entrés avec un statut de réfugié ou de travailleur étaient respectivement 30 % et 40 % dans le même cas. La prise en compte du titre d’entrée sur le territoire français montre aussi que le niveau scolaire est généralement plus faible chez les immigrés venus en France rejoindre un conjoint étranger plutôt que français. On dénombre seulement 9 % de diplômés du supérieur et 51 % de non-diplômés dans l’immigration familiale (regroupement familial) contre respectivement 25 % de diplômés du supérieur et 29 % de non-diplômés chez les immigrés qui rejoignent un conjoint français.

53Parmi les femmes venues adultes, 38 % sont sans diplôme (contre 35 % des hommes) mais une sur cinq est titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur (contre 18 % des hommes). Ces différences sont nulles, voire inversées dans les jeunes générations d’immigrés venus adultes : on compte 32 % de non-diplômés chez les immigrés, hommes et femmes, âgés de 18 à 35 ans ; 22 % des jeunes femmes sont diplômées de l’enseignement supérieur contre 17 % de leurs homologues masculins. Si les réfugiées et les femmes venues au titre du regroupement familial sont plus souvent non diplômées (respectivement 44 % et 53 %) que les hommes (30 % et 40 %) classés dans les mêmes catégories administratives (tableau 8), c’est l’inverse qui s’observe parmi les catégories des « conjoints de Français » et parmi les immigrés admis au titre de la migration professionnelle. Les conjointes de Français sont 26 % à être diplômées du supérieur contre 21 % des conjoints de Françaises. Les femmes venues pour motifs professionnels présentent des niveaux de diplôme plus élevés que les hommes (22 % sont diplômées du supérieur contre 16 % des hommes).

Tableau 8. Part des non-diplômés et des diplômés de l’enseignement supérieur selon le sexe et le premier titre obtenu (%)

Tableau 8. Part des non-diplômés et des diplômés de l’enseignement supérieur selon le sexe et le premier titre obtenu (%)

Champ : immigrés venus adultes et âgés de 18-60 ans en 2008. Lecture : 36 % des immigrés venus adultes et ayant obtenu le statut de réfugié sont sans diplôme.

Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.

2. Scolarisation et maîtrise du français des immigrés non diplômés

54L’absence de diplômes ne signifie pas toujours l’absence de scolarisation. Les personnes non scolarisées sont estimées à 9 % parmi les hommes et 24 % parmi les femmes. C’est le cas de 20 % des immigrés venus d’Afrique sahélienne contre moins de 1 % des immigrés européens et 2 % des immigrés venus des pays d’Afrique centrale et du golfe de Guinée. Les inégalités entre les sexes se retrouvent selon le type de titre de séjour : dans la population masculine les moins scolarisés sont ceux qui disposent d’un titre de travailleur (15 %) alors que dans la population féminine c’est précisément dans cette catégorie que l’on trouve le moins de personnes n’ayant jamais été scolarisées (6 %) (tableau 9).

Tableau 9. Scolarisation et maîtrise du français des non-diplômés selon le sexe et le premier titre obtenu (%)

Tableau 9. Scolarisation et maîtrise du français des non-diplômés selon le sexe et le premier titre obtenu (%)

Champ : immigrés venus adultes et âgés de 18-60 ans en 2008. Lecture : 22 % des immigrées venues adultes et ayant obtenu le statut de réfugiée n’ont jamais été scolarisées.

Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.

55L’absence de diplôme n’est pas non plus synonyme d’analphabétisme ou d’illettrisme : parmi l’ensemble des immigrés venus adultes non diplômés, près des deux tiers des hommes (61 %) et la moitié des femmes ont déclaré, selon leur propre auto-évaluation, qu’ils parlaient bien ou très bien le français à leur arrivée en France ; la moitié des hommes et 40 % des femmes étaient en outre capables de lire et écrire en français. La maîtrise du français à l’oral et à l’écrit distingue hommes et femmes, mais également les immigrés venus adultes et par ailleurs non diplômés selon leur statut : dans les deux catégories de sexe, ce sont les réfugiés et les personnes titulaires d’un titre de travail qui maîtrisent le moins le français. Dans la population féminine, plus d’une femme sur deux entrées au titre du regroupement familial maîtrise peu le français (64 %).

3. Les immigrés et la formation « tout au long de la vie »

56L’apprentissage tout au long de la vie désigne, selon la Commission européenne, « toute activité d’apprentissage entreprise à tout moment de la vie, dans le but d’améliorer les connaissances, les qualifications et les compétences, dans une perspective personnelle, civique, sociale et/ou liée à l’emploi ». C’est avec la parution en 1995 du Livre blanc de la Commission européenne « Enseigner et apprendre, vers la société cognitive », que cette recommandation fait son apparition en France. La formation tout au long de la vie est depuis devenue une composante clé de la stratégie de l’Union européenne pour la décennie 2000-2010. En France, les salariés, demandeurs d’emploi et plus largement tous les adultes qui le souhaitent doivent pouvoir bénéficier de dispositifs permettant de se former ou d’acquérir un diplôme à tout âge.

  • 19 Les auteurs rappellent que « les immigrés sont principalement concentrés sur les métiers de premier (...)

57Dans la population majoritaire, 53 % des hommes et 52 % des femmes déclarent avoir suivi une formation, un stage ou un apprentissage après leurs études initiales. Ce n’est le cas que d’un tiers des hommes et 39 % des femmes ayant migré à l’âge adulte après la fin de leur scolarité. Ces résultats rejoignent ceux d’une étude récente menée par Didier Gélot et Claude Minni (2006) montrant que, même après contrôle des caractéristiques des individus et des entreprises dans lesquelles ils travaillent19, les immigrés connaissent toujours un moindre accès à la formation continue.

58L’enquête TeO met au jour les disparités existant entre immigrés selon leur statut : près de la moitié (49 %) des femmes réfugiées ont eu accès à la formation continue (contre 39 % des hommes de statut comparable) et les conjointes de Français sont plus nombreuses (43 %) que les conjoints de Françaises (36 %) à avoir eu recours à des dispositifs entrant dans le champ de l’éducation tout au long de la vie. Parmi les immigrés ayant eu un titre de travail, les femmes ont également plus fréquemment que les hommes (37 % versus 32 %) bénéficié de ces dispositifs.

59Le cadre dans lequel s’est déroulée la formation continue varie selon le sexe et le statut des immigrés : les femmes immigrées ont davantage que leurs homologues masculins effectué ces formations à titre individuel. Avoir bénéficié d’une formation dans le cadre de l’entreprise concerne plus fréquemment les hommes que les femmes, les titulaires d’un titre de séjour obtenu au titre du travail que les bénéficiaires du regroupement familial. Les congés individuels de formation ne concernent que rarement les immigrés. Les mesures de retour à l’emploi ont davantage touché les femmes que les hommes, et davantage les réfugiés, les personnes venues pour motifs familiaux (conjoint-e-s de Français et regroupement familial) que celles ayant obtenu des visas de travail.

60Ces formations n’aboutissent que rarement à l’obtention d’un diplôme ou un titre homologué, reconnu sur le marché du travail : seulement 15 % des hommes et 12 % des femmes immigrées venus adultes contre 22 % des hommes et des femmes de la population majoritaire.

4. La reconnaissance des diplômes des immigrés

61Comme le rappelle un des derniers rapports du Haut Conseil à l’Intégration (HCI, 2012), il n’existe pas en France d’équivalence juridique entre les diplômes étrangers et les diplômes du système éducatif français, seul un niveau d’études peut être validé sur la base d’une comparaison avec le système français. Cette absence de reconnaissance des titres acquis en dehors des pays de l’Union européenne est régulièrement mise en cause par les immigrés titulaires de diplômes supérieurs et professionnels, car elle constitue une discrimination légale qui limite l’accès au marché du travail et favorise la précarisation et la dévalorisation salariale. Il y a plus d’une décennie, le rapport Brunhes révélait ainsi que l’exercice des métiers d’une trentaine de familles professionnelles du privé était soumis à la possession d’un diplôme français ou communautaire (Brunhes, 1999). En France, il n’est pas possible d’exercer le métier d’aide-soignante ou d’auxiliaire de puériculture, par exemple, avec le diplôme d’un État tiers (hors Union européenne, espace économique européen ou Suisse) ; une reprise des études pour l’obtention d’un diplôme français est nécessaire. Cette règle s’applique d’ailleurs à l’ensemble des professions paramédicales (ambulancier, infirmier, etc.) et aux autres professions dites « réglementées ».

  • 20 Quand le diplôme (de niveau supérieur au brevet des collèges, ou son équivalent dans les pays d’ori (...)

62La reconnaissance20 des diplômes des immigrés varie peu entre hommes et femmes mais reste faible (43 %) et variable selon les premiers titres de séjour obtenus : les travailleurs sont ceux qui parviennent le mieux à faire reconnaître leurs diplômes (54 % des hommes et 47 % des femmes), alors que la condition de migrant pour motifs familiaux ou de réfugiés semble moins favorable. Des écarts sont aussi notables selon les origines migratoires : les immigrés en provenance des pays d’Europe du Sud ou des autres pays de l’Union européenne sont ceux qui bénéficient le plus de cette reconnaissance (respectivement 62 % et 52 %) alors que les immigrés turcs en bénéficient peu (29 %).

Conclusion

63Aucune loi spécifique ne régit la scolarisation des élèves étrangers en France. Ils ont, depuis 1936, les mêmes droits à l’éducation que les élèves de nationalité française (Boulot et Boyzon-Fradet, 1997). Cependant, il existe depuis 1970 des dispositions réglementaires touchant une partie d’entre eux. Ces mesures ont été fortement critiquées, en raison notamment de l’amalgame qu’elles favorisent entre enfants d’immigrés nés en France et nouveaux arrivants allophones. Les données de l’enquête TeO ne confirment pas ces critiques. Nos analyses pointent cependant leur portée limitée : elles ne concernent qu’une partie des immigrés venus enfants ou adolescents (même si l’obligation de scolarisation de ces élèves dès lors qu’ils sont âgés de moins de 16 ans a été respectée) et sont associées à la fréquentation de classes relevant de l’adaptation scolaire ; avec des conséquences particulièrement néfastes sur les niveaux et titres obtenus à l’issue de la formation initiale. L’action scolaire en la matière reste très territorialisée et ne fait pas l’objet d’une véritable politique ni d’une évaluation régulière à l’échelle nationale (malgré l’existence de circulaires).

64La mobilité internationale des étudiants s’est considérablement accrue ces dernières décennies, allant de pair avec l’expansion des systèmes d’enseignement supérieur des pays en développement (Vincent-Lancrin, 2008). Depuis la fin des années 1990, les étudiants étrangers font l’objet d’enquêtes plus fréquentes que par le passé, mais les études de leur devenir social et professionnel après la formation restent rares. Esquissée à partir des données de l’enquête TeO, l’analyse des conditions d’insertion sur le marché du travail des immigrés pour études installés en France ou à l’étranger mériterait davantage d’attention.

65Les ressources scolaires des immigrés venus adultes varient selon leurs origines, leur sexe, et les classements institutionnels dont ils sont l’objet. Même faibles, les niveaux de certification des immigrés venus adultes sont sans commune mesure avec la situation qui prévaut dans les pays d’origine, particulièrement sur le continent africain (Moguérou et al., 2010) ; ce qui conforte l’idée que les immigrés représentent par rapport aux non-immigrés de la société d’origine une population sélectionnée sur le plan scolaire (Héran, 2004 ; 2007). La formation continue en France, loin d’être accessible à toute-s, ne permet pas de compenser les écarts enregistrés en formation initiale ; elle aurait même plutôt tendance à entériner les inégalités initiales (Gélot et Minni, 2006). Enfin, les classements institutionnels sont corrélés au niveau scolaire des immigrés, à leurs opportunités d’accès à la formation continue mais aussi à la reconnaissance de leurs diplômes.

66Au final, en intégrant les informations relatives à l’histoire migratoire et aux origines géographiques dans son questionnaire, l’enquête TeO permet de mettre en cause la représentation globalisante du niveau scolaire des immigrés que véhiculent les discours publics. Elle révèle ainsi l’existence d’une variété de sous-populations aux conditions scolaires très diversifiées qui composent l’ensemble de la population immigrée de France métropolitaine.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bèque M., 2009, « L’enquête Parcours et Profils des migrants. Une approche statistique originale », Revue Européenne des Migrations Internationales, 25 (1), p. 215-234.

Blum-Lecoat J.Y. etmoguérou L., 2014, « Scolarisation des immigrés et migrations pour etudes », in Blum-Le Coat J. Y et Eberhard M. (dir.) Les immigrés en France, Paris, Documentation Française, p. 109-132.

Boulot S., Boyzon-Fradet D., 1997, « La scolarisation des jeunes issus de l’immigration » in Terrail J.-P. (dir.), La scolarisation de la France. Critique, état des lieux, Paris, la Dispute, p. 53-68.

Brinbaum Y., Kieffer A., 2005, « D’une génération à l’autre. Les aspirations éducatives des familles immigrées : ambition et persévérance », Éducation et Formations, 72, p. 53-75.

Brunhes B., 1999, Les emplois du secteur privé fermés aux étrangers, Rapport remis au ministère de l’Emploi et de la Solidarité, Direction de la population et des migrations.

Cortier C., 2007, « Accueil et scolarisation des élèves allophones à l’école française », Diversité, 151, p. 145-155.

Coulon A., Paivandi S., 2003, Les étudiants étrangers en France. L’état des savoirs. Rapport pour l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), CRES, Université Paris VIII.

Ennafaa R., Paivandi S., 2008, Les étudiants étrangers en France. Enquête sur les projets, les parcours et les conditions de vie, Paris, La Documentation Française, coll. « Panorama des savoirs ».

Ennafaa R., Paivandi S., 2008, « Le non-retour des étudiants étrangers. Au-delà de la “fuite des cerveaux” », Formation Emploi, 103, p. 23-39.

Erlich, V., 2012, Les mobilités étudiantes, Paris, La Documentation française.

Fouquet-Chauprade B., 2008, « Scolarité des primo-migrants et disparités territoriales », Diversité, n° 155.

Gélot D., Minni C., 2006, « Les immigrés accèdent moins à la formation professionnelle continue », Formation emploi, 94, p. 93-109.

HCI, 2012, Intégrer dans une économie de sous emploi, Avis du HCI ; http://archives.hci.gouv.fr/IMG/pdf/AVIS_Integrer_dans_une_economie_de_sous_emploi_22102012.pdf.

Héran F., 2004, « Cinq idées reçues sur l’immigration », Population et sociétés, 397.

Héran F., 2007, Le Temps des immigrés : essai sur le destin de la population française, Paris, Le Seuil, coll. « La République des idées ».

Insee, 2005, Les immigrés en France, Insee Références.

Insee, 2012, Immigrés et descendants d’immigrés en France, Insee Références.

Kleinholt S., 2008 « La scolarisation des élèves nouveaux arrivants non francophones au cours de l’année scolaire 2004-2005 », DEPP- Note d’information.

Lazaridis M., 2001, « La scolarisation des enfants de migrants : entre intégration républicaine et mesures spécifiques », VEI Enjeux, 125, p. 198-208.

Lorcerie F., 1995, « Scolarisation des enfants d’immigrés. État des lieux et état des questions en France », Confluences, 14.

Lorcerie F., 2003, L’école et le défi ethnique. Éducation et intégration, Paris, INRP-ESF, coll. « Actions Sociales/Confrontations ».

Math A., Viprey M., Slama S., Spire A., 2006, « La fabrique d’une immigration choisie. De la carte d’étudiant au statut de travailleur étranger », La revue de l’IRES, 50 (1), p. 27-62.

Mazzella S. (dir.), 2009, La mondialisation étudiante : le Maghreb entre Nord et Sud, Paris, Karthala.

Ménard S., Papon S., 2011, « Le devenir des étudiants étrangers en France », Info-Migrations, 29. MEN, 2011, Repères et Références statistiques, ministère de l’Éducation nationale.

Meunier O., 2008, « Les approches interculturelles dans le système scolaire français : vers une ouverture de la forme scolaire à la pluralité culturelle ? », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, 3, http://socio-logos.revues.org/1962

Moguérou L, Brinbaum Y., Primon J.-L., 2010, « Niveaux de diplôme des immigrés et de leurs descendants », in Beauchemin C., Hamel C., Simon P., Trajectoires et Origines, Enquête sur la diversité des populations en France, premiers résultats, Ined, Document de travail, 168, p. 39-45.

Niane B., 1992, « Le transnational, signe d’excellence », Actes de la recherche en sciences sociales, 95, p. 13-25.

OCDE, 2011, Regards sur l’éducation, Organisation de Coopération et de Développement Économiques.

Palheta U., 2011, « Le collège divise. Appartenance de classe, trajectoires scolaires et enseignement professionnel », Sociologie, 2 (4), p. 363-386.

Perrin-Haynes J., 2008, « L’activité des immigrés en 2007 », Insee Première, 121.

Sayad A., 1977, « Les trois “âges” de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, 15, p. 59-79.

Schiff C., 2007, « La course des jeunes migrants contre les effets de seuil scolaires et législatifs », Écarts d’identité, 110, p. 4-12.

Schiff C., 2003, Non-scolarisation, déscolarisation et scolarisation partielle des migrants. Rapport de recherche financé par le Programme interministériel de recherche sur les processus de déscolarisation.

Silberman R., 2004, « Le devenir des enfants des immigrés : quelques éléments pour une vue d’ensemble », Actes du colloque Le devenir des enfants de familles défavorisées en France, Carré des sciences/ministère de la Jeunesse, de l’Éducation.

Spire A., 2009, « Contrôler et choisir. La sélection des étudiants candidats à l’émigration vers la France », in Mazzella S. (dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Paris, Karthala, p. 79-96.

Tribalat M., 1995, Faire France : une grande enquête sur les immigrés et leurs enfants, Paris, La Découverte.

Vallet L. A, Caille J.P., 1996, « Les élèves étrangers ou issus de l’immigration dans l’école et le collège français. Une étude d’ensemble », Éducation et formations, 4 (67), p. 1-153.

Vincent-Lancrin S., 2008, « Student mobility, internationalization of higher education and skilled migration », World Migration Report, Genève, International Organization for Migrations, p. 105-125.

Wagner A.C., 2007, « La place du voyage dans la formation des élites », Actes de la recherche en sciences sociales, 170.

Wihtol de Wenden C., 2010, La question migratoire au xxie siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de Sciences-Po.

Zirotti J.P., 1989, « La constitution d’un domaine de recherche : la scolarisation des enfants de travailleurs immigrés », Babylone, 6-7, p. 210-254.

Notes

1 L’une des premières questions du module sur les trajectoires scolaires visait à faire préciser le lieu de la scolarité. Les modalités de réponses proposées étaient : « Uniquement en France (y compris DOM et TOM) »/ « Uniquement à l’étranger »/ « D’abord à l’étranger puis en France »/ « D’abord en France puis à l’étranger »/ « En France et à l’étranger avec des allers-retours ».

2 Cette partie du chapitre porte sur les immigrés venus enfants ou adolescents et qui étaient âgés de 18 à 35 ans au moment de l’enquête.

3 Il y avait, selon l’Unesco, 108 000 étudiants internationaux dans le monde en 1950 contre 2,9 millions en 2006.

4 Une dernière catégorie est constituée de toutes les personnes ayant un autre « profil scolaire » que ceux identifiés ici. Ces individus (3 % ; N = 261) sont classés hors champ et ne sont pas pris en compte dans la suite des analyses.

5 Pour une présentation détaillée, voir Blum-Le Coat J.-Y. et Moguérou L., 2014, « Scolarisation des immigrés et migrations pour études », in Blum-Le Coat J. Y et Eberhard M. (dir.) Les immigrés en France, Paris, La Documentation française, p. 109-132.

6 À partir de 1965, à l’initiative de responsables locaux – enseignants, directeurs, inspecteurs départementaux de l’éducation nationale – sont opérés des regroupements d’enfants étrangers devant favoriser leur apprentissage du français. La forte concentration de familles étrangères dans certaines localités a conduit à promouvoir, sur un mode expérimental et officieux, ces pratiques scolaires. Ces dernières furent officialisées par les mesures prises par le ministère de l’Éducation nationale en 1970 (Zirotti, 1989 ; Lazaridis, 2001). La question des enseignements des langues et cultures d’origine (ELCO) est laissée de côté ici, pour une synthèse, voir Lorcerie (2000).

7 Ces mesures n’ayant jamais fait l’objet d’évaluation de la part du ministère de l’Éducation nationale, les critiques rapportées ici font suite à des études ponctuelles et localisées, conduites à l’initiative de chercheurs.

8 Aux personnes ayant débuté leur scolarité à l’étranger puis venues en France, il était demandé de renseigner la classe dans laquelle elles avaient été inscrites. La liste incluait les « classes de l’enseignement adapté (type SES, SEGPA, EREA, UPI) ou de préapprentissage (CPA, CPPN, CLIPA) » ainsi que les « classes d’accueil spécifiques pour les étrangers ». Aux personnes arrivées en France en cours de scolarité obligatoire n’ayant pas d’emblée répondu avoir fréquenté l’un ou l’autre de ces dispositifs, il était demandé d’indiquer si « à leur arrivée, elles étaient allées dans une classe spéciale ou si elles avaient suivi des cours ou classes spécifiques pour les élèves non francophones ou nouveaux arrivants ». Enfin, à l’ensemble des répondants, on demandait de préciser si « au cours de leur scolarité primaire ou secondaire, ils avaient fréquenté une classe spécifique ou adaptée comme une classe de transition, d’adaptation, une CPPN, une SEGPA ».

9 Ce dont semblent attester les taux relativement élevés de fréquentation des classes adaptées par ces publics scolaires (cf. infra).

10 Comparativement, 14 % des jeunes de la population majoritaire ont terminé leurs études avec au plus le diplôme du brevet des collèges, 23 % avec un diplôme de type CAP-BEP, 23 % avec un baccalauréat et 40 % avec un diplôme de l’enseignement supérieur.

11 À l’inverse, la part de ceux dont l’un ou les deux parents étaient titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur est légèrement plus élevée parmi les immigrés venus enfants ou adolescents (19 %) que parmi les descendants d’immigrés (13 %) et sensiblement équivalente à celle qui prévaut chez les jeunes de la population majoritaire (22 %).

12 les caractéristiques sociales des jeunes de 18 à 35 ans sont présentées en annexe 2 sur teo.site.ined. fr/annexes).

13 La notion d’étudiant étranger connaît des définitions variables selon qu’elle se réfère exclusivement à la nationalité étrangère ou qu’elle prend en compte l’origine nationale du diplôme ouvrant l’accès à l’enseignement supérieur. Dans le deuxième cas de figure, les étudiants étrangers peuvent être définis comme les étudiants de nationalité étrangère non titulaires d’un baccalauréat français.

14 Les étudiants internationaux désignent les étudiants qui migrent à l’international pour faire leurs études ; le critère ici est moins celui de la nationalité que de la mobilité.

15 Il s’agit de la base de données établie à partir de l’Application de Gestion des Dossiers des Ressortissants étrangers en France (AGDREF).

16 Une minorité d’entre eux – 4 % – étaient en cours d’études secondaires au moment de l’enquête.

17 Dans l’enquête TeO, les spécialités de la formation en cours ou de la dernière année d’étude sont renseignées puis codées à l’aide de la Nomenclature des spécialités de formation (NSF) de l’Insee (1994). Cette classification comporte plusieurs niveaux. Nous utilisons la classification en 17 postes : http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/irweb/fqp03/dd/doc/pdf/fqp03_nsf.pdf

18 Voir le chapitre 2 de cet ouvrage.

19 Les auteurs rappellent que « les immigrés sont principalement concentrés sur les métiers de premiers niveaux de qualification (ouvriers, employés) les moins susceptibles d’être associés à une formation en cours de carrière ; qu’ils sont également fortement représentés dans les secteurs traditionnellement peu formateurs tels que la construction ou les services aux particuliers ; qu’enfin, ils occupent plus souvent des emplois temporaires ou à temps partiel moins concernés par la formation que les emplois stables » (Gélot et Minni, 2006, p. 95).

20 Quand le diplôme (de niveau supérieur au brevet des collèges, ou son équivalent dans les pays d’origine) a été obtenu à l’étranger, l’on faisait préciser si celui-ci « était officiellement reconnu en France ».

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Caractéristiques sociodémographiques des trois sous-groupes (%)
Légende * Le complément à 100 % (2 %) correspond aux individus classés hors champ.Champ : immigrés de 18 à 60 ans. Lecture : parmi les immigrés venus enfants ou adolescents, 15 % sont originaires d’Algérie.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 2. Fréquentation des « classes d’accueil pour non-francophones » et des « classes d’adaptation (enseignement spécialisé) » selon l’âge et le lien à la migration (%)
Légende Champ : immigrés venus enfants ou adolescents, descendants et personnes de la population majoritaire, âgés de 18-35 ans, études terminées. Lecture : 11 % des immigrés venus en France avant l’âge de 6 ans ont fréquenté les classes d’adaptation.
Crédits Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 3. Les trajectoires scolaires des immigrés venus enfants ou adolescents âgés de 18-35 ans en 2008 (%)
Légende Champ : immigrés venus enfants ou adolescents, descendants d’immigrés et personnes de la population majoritaire, âgées de 18-35 ans, études terminées. Lecture : parmi les immigrés venus en France avant l’âge de 6 ans, 55 % ont obtenu leur baccalauréat.
Crédits Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 4. Les diplômes obtenus en fin de formation initiale par les immigrés venus enfants ou adolescents âgés de 18-35 ans en 2008 (%)
Légende Champ : immigrés venus enfants ou adolescents, descendants et individus de la population majoritaire, âgés de 18-35 ans, études terminées. Lecture : parmi les immigrés venus en France avant l’âge de 6 ans, 13 % n’ont obtenu aucun diplôme.
Crédits Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 5. Modèles logit (odds ratio) relatifs à la probabilité d’avoir été orientés en 2e générale à l’issue de la 3e, d’avoir obtenu un bac, d’avoir accédé au supérieur, ou d’être sorti de l’école sans diplôme
Légende Champ : immigrés venus enfants ou adolescents, descendants et individus de la population majoritaire, âgés de 18-35 ans, études terminées. Légende : significativité à : *** 1 %, ** 5 %, * 10 %. Réf. : situation de référence. Lecture : Les chances d’avoir été orienté en seconde générale après la 3e sont divisées par 0,4 pour les immigrés arrivés entre 12 et 16 ans comparativement aux descendants d’immigrés.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 6. Niveau du diplôme supérieur le plus élevé des migrants venus pour études ayant terminé leur formation initiale en 2008 selon l’origine (%)
Légende Champ : immigrés pour études de 18 à 60 ans ayant terminé leurs études. En raison de la faiblesse de l’échantillon, les immigrés originaires de Turquie, d’Espagne, d’Italie et du Portugal ne figurent pas dans le tableau (à la différence du tableau 1). Lecture : 10 % des immigrés pour études restés en France ont un niveau baccalauréat à l’issue de leur formation initiale et 76 % un diplôme de niveau supérieur ou égal à Bac + 3.
Crédits Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/831/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 7. Spécialités des diplômes obtenus par les immigrés pour études qui avaient terminé leur formation initiale en 2008 selon le pays d’origine (%)
Légende Champ : immigrés pour études de 18 à 60 ans (hors formation initiale). En raison de la faiblesse de l’échantillon, les immigrés originaires de Turquie, d’Espagne, d’Italie ou du Portugal ne figurent pas dans le tableau (à la différence du tableau 1). Lecture : 11 % des migrants pour études restés en France ont suivi une formation en mathématiques ou sciences au cours de leurs études initiales.
Crédits Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/831/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 8. Part des non-diplômés et des diplômés de l’enseignement supérieur selon le sexe et le premier titre obtenu (%)
Légende Champ : immigrés venus adultes et âgés de 18-60 ans en 2008. Lecture : 36 % des immigrés venus adultes et ayant obtenu le statut de réfugié sont sans diplôme.
Crédits Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/831/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 9. Scolarisation et maîtrise du français des non-diplômés selon le sexe et le premier titre obtenu (%)
Légende Champ : immigrés venus adultes et âgés de 18-60 ans en 2008. Lecture : 22 % des immigrées venues adultes et ayant obtenu le statut de réfugiée n’ont jamais été scolarisées.
Crédits Source : enquête TeO, Ined-Insee, 2008.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/831/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteurs

Laure Moguérou est sociodémographe, maîtresse de conférences à l’université Paris-Ouest Nanterre-La Défense au sein du département des sciences de l’éducation depuis 2008, chercheure au CRESPPA-GTM (UMR CNRS Paris-Ouest/ Paris 8) depuis 2014. Ses recherches récentes ont porté sur, d’une part, l’impact des dynamiques familiales (taille et composition par âge et par sexe des fratries ; histoire migratoire des parents) sur les mobilisations scolaires des parents immigrés et les trajectoires scolaires de leurs enfants et, d’autre part, sur les processus d’autonomisation et d’entrée en vie adulte des jeunes descendant-e-s d’immigré-e-s, dans une perspective articulant effets de sexe, de classe et d’origine. Elle s’intéresse également aux interrelations entre systèmes de genre et scolarisation des filles et des femmes.

Yaël Brinbaum, sociologue, maître de conférences à l’université de Bourgogne, est chercheure en détachement au Centre d’études de l’emploi, associée à l’Ined et à l’Iredu. Ses recherches portent sur les trajectoires scolaires et professionnelles des descendants d’immigrés dans une perspective comparative internationale. Elle travaille sur les inégalités d’éducation, les mobilisations scolaires des familles immigrées et leurs relations à l’école, l’insertion professionnelle et la qualité de l’emploi des descendants d’immigrés, les discriminations à l’école et sur le marché du travail. Elle a coordonné avec Anthony Heath une recherche comparative sur les inégalités d’éducation selon les origines migratoires.

Jean-Luc Primon est sociologue et enseigne en tant que maître de conférences au Département de sociologie de l’université de Nice Sophia Antipolis (UNS). Depuis plusieurs années, il est chercheur permanent à l’unité mixte de recherche « Migrations et Société » (URMIS). Ses recherches portent sur les parcours scolaires, la transition entre les études et l’emploi, les discriminations et le racisme. Il a participé au groupe de travail chargé de la préparation et de l’exploitation de l’enquête TeO.

© Ined Éditions, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search