Version classiqueVersion mobile

Biographies d’enquêtes

 | 
GRAB (Groupe de réflexion sur l'approche biographique)

Chapitre XIII. Enquête biographique de la Frontière Nord du Mexique

Maria-Eugenia Cosío-Zavala, Gabriel Estrella, Marie-Laure Coubès et René Zenteno

Texte intégral

1. Préliminaires

1.1. Nom précis de l’enquête

1« Encuesta Biográfica de la Frontera Norte ». Nom abrégé : « EBIF ».

1.2. Problématique et objectifs

2La Frontière Nord du Mexique est un espace qui présente plusieurs caractéristiques originales :

  1. 3 000 kilomètres de long, aisément franchissables sauf sur 50 kilomètres à l’ouest, barricadés par des plaques de tôle et une forte surveillance policière nord-américaine, ce qui n’empêche pas de traverser la frontière (un tiers de ceux qui essaient de passer sont arrêtés en moyenne, mais recommencent aussitôt);

  2. une croissance récente et très accélérée des villes frontalières, de part et d’autre de la «ligne». Sur 9 millions de personnes résidant dans ces villes, 5,2 sont du côté américain et 3,8 au Mexique ;

  3. un peuplement par immigration interrégionale, avec les plus forts flux au Mexique du sud vers le nord pendant une période de plus de vingt ans. De plus, 51 % des habitants des comtés frontaliers américains sont d’origine mexicaine et 13 % sont nés au Mexique (respectivement 5 % et 1 % au niveau national des États-Unis) ;

  4. des échanges transfrontaliers importants, y compris des familles transfrontalières ou des emplois « de l’autre côté » de la frontière.

3La problématique se base sur ces constats : une région en pleine croissance migratoire, des interrelations étroites avec le pays voisin. Nous voulions donc expliquer les changements démographiques à Tijuana, en analysant les interrelations entre les migrations internes et internationales, d’une part, et la nuptialité, la fécondité et l’emploi, d’autre part. Nous voulions également décrire les processus migratoires vers Tijuana et les États-Unis et leur place dans les histoires de vie familiale : migrations avant ou après le mariage, effets de la naissance des enfants, moment du retour au Mexique, migrations de retour. Seules des enquêtes biographiques permettent de resituer ces événements les uns par rapport aux autres, alors que les observations transversales dépendent plus de phénomènes structurels.

4Objectifs particuliers à l’enquête pilote :

  1. nous familiariser avec les questionnaires biographiques, la collecte, la formation des enquêteurs, le travail de terrain, la codification, la saisie et l’analyse des histoires de vie ;

  2. évaluer les possibilités et limites d’une collecte biographique et de l’analyse d’histoires de vie par questionnaires dans un contexte urbain frontalier comme Tijuana ;

  3. mesurer le biais introduit par des événements d’une durée d’au moins un an, dans un contexte de très forte mobilité spatiale, de logement et d’emploi ;

  4. calculer le taux de non-réponse associé à une enquête de ce type.

1.3. Préparation de l’enquête

5La phase préparatoire a duré un an, depuis la discussion du questionnaire qui serait utilisé jusqu’à la fin de la collecte. Cependant, les travaux préparatoires à la problématique ont duré trois ans avant cette année-là. Il a été particulièrement long et important de dresser une bibliographie et une analyse complète sur les études démographiques, de repérer les questions non connues et de discuter des hypothèses de recherche.

6Le tableau 1 récapitule les différentes phases de la préparation proprement dite.

7La phase préparatoire à l’administration des questionnaires a duré 5 mois (mai-septembre 1996) :

  1. préparation du questionnaire à l’issue de la réunion sur les enquêtes biographiques au Credal (mai 1996) avec Daniel Courgeau, Catherine Bonvalet, Philippe Antoine, Françoise Dureau, J.A. Modenes, etc. ;

  2. impression du questionnaire en août 1996 et préparation des manuels de l’enquêteur et du guide d’entretien ;

  3. préparation des enquêtrices en septembre 1996 (deux jours).

Tableau 1. - Les différentes phases de la préparation de l’enquête

Tableau 1. - Les différentes phases de la préparation de l’enquête

8L’enquête pilote a été réalisée du 16 septembre au 14 octobre 1996. Elle porte sur un échantillon de 214 biographies.

9Toutes les informations qui suivent concernent l’enquête pilote, puisque l’enquête principale n’a pas encore été réalisée. La nouvelle enquête intitulée « Encuesta Demogràfica Retrospectiva » (« EDER ») a été effectuée à l’automne 1998, au niveau national, par l’équipe de chercheurs conjointement avec l’institut de la statistique mexicain (Inegi), à l’aide d’un nouveau questionnaire modifié et grâce à l’expérience acquise lors de l’enquête pilote.

1.4. Date et durée de la collecte

10La collecte a duré 4 semaines, du 16 septembre au 14 octobre 1996, soit une de plus que ce qui avait été prévu initialement.

1.5. Initiateurs de la recherche

11L’enquête fait partie d’un projet de recherche sur la démographie de la Frontière Nord du Mexique qui associe le Centre de recherche et de documentation de l’Amérique latine (Credal/CNRS), El Colegio de la Frontera Norte (Tijuana), la Universidad Autonóma de Baja California et le Centre de recherches populations et sociétés de l’Université de Paris X-Nanterre.

12Les principaux chercheurs sont Maria Eugenia Cosío-Zavala (Credal/ Paris X), Gabriel Estrella (UABC), René Zenteno et Marie-Laure Coubès (Colef).

13Depuis 1992, un projet de recherche franco-mexicain « Changements démographiques à la frontière Mexique-États-Unis : Familles et marché du travail», dirigé par Maria-Eugenia Cosío-Zavala (Credal) et René Zenteno (El Colegio de la Frontera Norte), a été développé dans le cadre d’une coopération franco-mexicaine CNRS/Consejo Nacional de Cienca y Tecnologia (Conacyt). Dans le cadre de ce projet, deux thèses de doctorat en démographie ont été réalisées (Carole Brugeilles et Marie-Laure Coubès, El Colegio de la Frontera Norte), et depuis 1996, une nouvelle thèse est en cours d’élaboration (Pascal Sébille au Cemca, Centre d’études mexicaines et centraméricaines du ministère des Affaires étrangères).

14Les institutions qui ont financé l’enquête sont : El Colegio de la Frontera Norte, l’Université de Basse Californie, l’Université de Paris X-Nanterre, le Centre français sur la population et le développement (Ceped) et le Credal.

1.6. Univers d’étude

15Population résidente de Tijuana, Basse Californie ; c’est la ville la plus dynamique de la frontière qui comptait 166 000 habitants, il y a trente-sept ans, plus de 1 000 000 aujourd’hui, avec un taux annuel d’accroissement démographique d’environ 5 %.

16Populations cibles : les ménages dont les chefs avaient entre 40 et 50 ans (le questionnaire de ménage a recueilli des données sociodémographiques sur chacun des membres du ménage ainsi que sur le logement et l’équipement du ménage).

17Deuxième univers pour les histoires de vie, collectées de manière indépendante : les chefs de ménage et leurs conjoints. L’âge des chefs de ménage a été défini afin de recueillir des histoires suffisamment longues pour tester le questionnaire. Chez des sujets plus jeunes, les histoires auraient été incomplètes, et dans le cas de sujets plus âgés, des problèmes de mémoire risquaient de surgir.

1.7. Mode de tirage et taille de l’échantillon

18L’étude pilote n’avait pas d’objectifs de représentation statistique. La base d’échantillonnage est celle de l’Enquête nationale d’emploi urbain (Eneu) réalisée par l’Instituto Nacional de Estadistica Geografi’a e Informâtica de la ville de Tijuana. L’enquête emploi s’effectue de manière continue quatre fois par an. Le taux de remplacement étant de 80 % d’un trimestre à l’autre, les ménages restent donc dans l’échantillon au plus cinq trimestres. La taille de l’échantillon à Tijuana s’élève à environ 2000 ménages par trimestre.

19L’enquête emploi donne facilement les caractéristiques générales des ménages. L’Inegi a sélectionné pour nous 150 ménages dont le chef a entre 40 et 50 ans. Ces ménages représentent spatialement et socio-économiquement l’ensemble de la ville. Ils n’ont pas été sélectionnés de manière aléatoire pour l’enquête pilote mais c’est bien le cas pour l’Eneu. Pour avoir un nombre suffisamment important de femmes chef de ménage, un quota de 30 ménages, dirigés par une femme, a été spécifiquement tiré (ces 30 cas étant compris dans le total des 150 ménages sélectionnés).

1.8. Profil des enquêteurs

20Ce sont des enquêtrices professionnelles de l’équipe de l’Eneu qui ont réalisé la collecte. Étant donné la spécificité de l’information souhaitée, on a choisi des femmes comme enquêtrices ou superviseuses. Pendant la phase d’entraînement, sept femmes ont été formées et les cinq qui ont montré les meilleures dispositions pour la compréhension d’un questionnaire biographique ont été choisies comme enquêtrices et une comme superviseuse. Comme une des enquêtrices est tombée malade à la fin de la première semaine, la superviseuse l’a remplacée dès la deuxième semaine jusqu’à la fin de la collecte.

21De plus, une superviseuse générale de la collecte s’est alors chargée du contrôle du travail sur le terrain. Marie-Laure Coubès, responsable générale de la collecte, membre de l’équipe de recherche, a réalisé cette supervision qui a permis d’évaluer l’accueil fait à l’enquête, les conditions de réalisation des entretiens et les difficultés liées au questionnaire.

2. Description des documents d’enquête

2.1. Les documents de l’enquête

  • questionnaire ménage ;

  • questionnaire biographique :

  1. biographie annuelle de toute la vie,

  2. biographie mensuelle des cinq dernières années,

  • manuel de l’enquêteur pour les biographies ;

  • manuel de l’enquêteur pour l’enquête de ménage ;

  • manuel de définition des concepts.

2.2. Points importants soulignés durant la formation des enquêteurs

22La formation s’est faite en deux jours. Lors de la première journée, les formateurs ont expliqué les objectifs de l’enquête, ses méthodes et les questionnaires. Il a été demandé aux enquêtrices d’appliquer les questionnaires chez elles, auprès de personnes de leur famille, pendant la soirée ; la deuxième journée de formation a été consacrée à répondre aux questions et aux problèmes que l’application des questionnaires leur avait posés.

23L’apprentissage du questionnaire basé sur un calendrier a posé des difficultés à certaines enquêtrices. Cependant, après quelques passages d’enquêtes, cela n’a plus posé de problème, et on peut en déduire qu’une formation un peu plus longue, aurait été nécessaire pour que le calendrier soit bien compris par toutes les enquêtrices dès le début de la collecte.

24Les autres problèmes, qui dénoncent l’insuffisante formation des enquêtrices, sont apparus lors de la collecte et non durant les deux jours de formation. A posteriori on peut conclure que le temps de formation a été trop court, et qu’une formation plus longue et surtout plus orientée vers certains aspects particuliers de la collecte, aurait éliminé certaines faiblesses de cette dernière.

25La plus grande difficulté a résidé dans le fait de faire comprendre l’importance de récupérer la séquence des différents événements qui avaient lieu la même année. Il est nécessaire de prévoir un questionnaire plus adàpté à ce cas de figure, et une formation plus orientée sur cet aspect, à l’aide d’un questionnaire adéquat.

26De même la différence entre les deux histoires de vie, l’une annuelle et l’autre mensuelle, n’a pas été suffisamment expliquée durant la formation.

27De toute façon et sans doute à cause de la forme que revêtait la formation (il y avait la sélection des enquêtrices à la clef), ce n’est pas durant ces deux journées que les enquêtrices ont fait part librement de leurs doutes, mais lors de la collecte et de l’application « en réel » des questionnaires. La supervision de la collecte a donc dû pallier les faiblesses de la formation.

28Étant donné le caractère intime de nombreuses questions - toute la partie sur la vie familiale et sur la santé reproductive - il est très important que l’enquêtrice ait une attitude ouverte, très neutre, qui permette à la personne interrogée de raconter sa vie sans se sentir jugée. Il a fallu souligner ce point dans la mesure où plusieurs enquêtrices étaient adeptes de certains groupes religieux. Cependant, de ce point de vue, on a pu remarquer, tout au long de la collecte, un grand professionnalisme de leur part (elles étaient toutes enquêtrices de l’Inegi, Institut de statistique mexicain). On a également insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une enquête pilote et que l’on avait donc besoin de récupérer toutes les informations que donneraient les enquêtés, même si elles étaient difficiles à cerner dans le cadre du questionnaire. Les enquêtrices avaient donc des feuilles de papier libre afin de noter à part toutes les explications ou précisions, nécessaires à des situations particulières. Tous ces suppléments d’information se sont avérés fort utiles à l’heure de la codification, et pour mettre en évidence certains points non prévus dans le questionnaire et insuffisamment développés lors de la formation, comme :

  1. la séquence des différents événements survenus la même année ;

  2. la manière de classer une migration quand elle avait lieu au milieu de l’année.

2.3. Déroulement de l’entretien

29Lors du premier entretien avec une personne du ménage l’enquête ménage est appliquée. Ensuite, c’est le tour du questionnaire biographique ; les questionnaires biographiques du chef de ménage et de son conjoint sont appliqués indépendamment, le plus souvent parce que les deux personnes ne se trouvaient pas en même temps au foyer.

30Les enquêtrices étant professionnelles, il ne leur a pas été fait de recommandations spécifiques pour démarrer ou relancer l’entretien, chacune ayant une pratique relativement longue de ce genre d’enquêtes et faisant appel à ses propres habitudes pour mener à bien les entretiens.

2.4. Interlocuteurs de l’enquêteur

31Il avait été demandé aux enquêtrices de chercher à ce que l’enquêté réponde seul, par souci de discrétion par rapport à des personnes qui auraient pu se trouver gênées par certaines questions sur leur vie familiale et contraceptive ; cependant, dans les faits, la personne enquêtée était assez souvent accompagnée de parents ou de voisins.

32Le recours aux témoignages de proches a souvent été utilisé bien qu’il n’ait pas été recommandé explicitement au cours de la formation.

2.5. Plan détaillé du questionnaire

Le questionnaire ménage

33Il a pour objectif de pouvoir caractériser, du point de vue sociodémographique, les ménages dans lesquels seraient appliqués les questionnaires biographiques. Le but de ce questionnaire est de produire l’information de base, nécessaire pour connaître le contexte démographique dans lequel se situe l’échantillon sélectionné.

34Sa forme est similaire à celle des questionnaires ménage faits au Mexique. On recherche tout d’abord des caractéristiques du logement et ensuite on passe à chaque personne qui vit dans celui-ci. Dans la forme du questionnaire, chaque individu apparaît comme une ligne, les questions se déroulant en colonnes sur plusieurs pages.

35Après les données d’identification, le questionnaire comprend les parties suivantes :

  1. I. Caractéristiques du logement ;

  2. II. Nombre de résidents et de ménages ;

  3. III. Caractéristiques des membres du ménage ;

  4. IV. Temps de résidence, séjour aux États-Unis et Éducation ;

  5. V. Caractéristiques économiques ;

  6. VI. Nuptialité ;

  7. VII. Fécondité.

Le questionnaire de l’histoire de vie

36L’expérience récente dans la collecte d’histoires de vie au Mexique est pratiquement absente. Par conséquent, nous avons décidé de nous appuyer sur quelques expériences internationales. La plus importante pour nous était celle des enquêtes du Cede et de l’Orstom à Bogota sur la mobilité résidentielle (voir la contribution de Françoise Dureau et Carmen Elisa Florez, chapitre XI). Ces enquêtes présentaient deux avantages importants : leur application dans un contexte latino-américain et leur adaptation à la collecte. Le type de questionnaire utilisé par Cede et Orstom propose une matrice qui a, en ligne, les années de vie ou âges des enquêtés et, en colonne, les différents événements ou états au cours de la vie. Cette présentation permet de relier tous les événements qui concernent une personne, grâce à un calendrier commun.

37Le questionnaire biographique utilisé par l’étude pilote de l’« EBIF » comprend plusieurs parties. La première est l’histoire de vie annuelle complète, depuis la naissance jusqu’à la date de l’enquête. Toutes les questions posées dans cette partie collectent donc des « histoires » intégralement. La seconde partie est consacrée à une histoire de vie mensuelle sur les cinq dernières années. La précision temporelle est donc plus importante (le mois au lieu de l’année), mais les histoires ne sont pas intégrales, seulement depuis 1992 jusqu’à 1996. La dernière partie, la plus courte, comprend juste quelques questions, une sur les antécédents des parents de l’enquêté et l’autre sur ses parents proches.

  • 1 Pour accélérer la collecte pendant la passation du questionnaire, l’enquêteur marquait uniquement l (...)

38Dans l’histoire de vie annuelle, le calendrier des années de vie de la personne enquêtée sert de base au questionnaire et la reconstitution de celui-ci constitue la première tâche de l’enquêteur. Il comprend deux colonnes équivalentes, une pour les années civiles avec les dates des années depuis la naissance jusqu’à la date de l’entretien. La seconde colonne présente les âges, depuis l’année 0 de la naissance jusqu’à l’âge au moment de l’enquête1. Nous avons sélectionné les chefs de ménage ayant entre 40 et 50 ans.

Calendrier

3 variables : mois de naissance, date de 1930 à 1996, âge (de 0 à 66 ans - âge du plus vieil enquêté).

39À côté du calendrier, l’histoire de vie annuelle comprend 6 thèmes de questions :

Lieux de résidence

Les lieux de résidence où l’enquêté a vécu de façon continue pendant au moins une année, durant toute sa vie.
4 variables : État, municipe, localité, Ordre (variable qui définit le numéro d’ordre de séquence de l’événement « changement de résidence » quand plusieurs événements ont lieu la même année).

Parenté dans ces lieux de résidence

Les relations de parenté que la personne enquêtée a eues avec le chef de ménage, dans toutes ses différentes résidences.
1 variable : Parenté.

Éducation

Les formations scolaires et universitaires que l’enquêté a suivies durant toute sa vie.
1 variable : scolarité.

Activité économique

Tous les emplois occupés pendant une durée d’au moins un an.
6 variables : emploi, catégorie d’activité, branche d’activité, lieu de travail, nombre d’établissements, ordre de l’événement « nouvel emploi ».

40Avant d’écrire le nom de l’activité, l’enquêteur trace une diagonale dans le coin du cadre prévu afin de noter le mois de commencement de l’emploi. Ce procédé est reproduit pour toute la partie qui suit sur la vie familiale.

Famille

Les conjoints et enfants de la personne interrogée.
5 variables pour chaque conjoint : date de naissance, date de décès, date de mariage, période de cohabitation avec l’enquêté, ordre de l’événement.
5 variables pour chaque enfant : sexe, date de naissance et de décès, date de mariage, période de cohabitation avec l’enquêté, ordre de l’événement.

Contraception

Les différentes méthodes contraceptives utilisées de façon continue pendant au moins un an.
1 variable : contraception.

41Toutes les colonnes sont remplies de la même façon : pour chaque thème, on écrit le premier état ou événement, dans l’année où il a eu lieu, puis tous les changements d’état et nouveaux événements. Le questionnaire est rempli par sections des questions et pour toutes les lignes, ce qui permet de reconstruire l’histoire de vie, thème par thème, pour chaque enquêté.

42En remplissant le questionnaire on distingue les événements des états. Pour chaque état (lieu de résidence, éducation, emploi, etc. ), on décrit la nouvelle situation de la personne à partir de la ligne de l’année et de l’âge où un événement, qui change cet état, s’est produit et ensuite un trait vertical est tracé jusqu’à la dernière année où cette situation est vécue. Chaque événement est indiqué sur la ligne qui correspond à l’année et à l’âge où il a eu lieu.

43La collecte du mois précis de chaque événement n’avait pas été prévue dans le questionnaire à l’exception des lieux de résidence. La solution trouvée a donc été de demander aux enquêtrices de rajouter une diagonale dans le carré de réponse. Lorsque le mois n’était pas connu ou lorsque la personne ne s’en souvenait plus, c’est l’ordre des événements qui a été retenu, par un nombre entouré d’un cercle, lorsque deux types d’événements se produisent la même année (nouvel emploi et mariage, etc.).

44L’objectif de l’histoire de vie mensuelle a été de recueillir une plus ample information sur les événements de la vie de l’enquêté pendant les cinq dernières années. En enregistrant les événements d’une durée minimale d’un mois, on peut repérer les emplois de courte durée, les migrations saisonnières, etc., qui ne figurent pas dans l’histoire de vie annuelle. L’apparence du questionnaire est identique, sauf que chaque ligne représente un mois pendant les cinq dernières années, depuis janvier 1992 jusqu’à octobre 1996 (date de l’enquête). Les deux premières colonnes correspondent au calendrier en mois et en années des cinq dernières années. Par contre, le calendrier est fixe et l’âge n’apparaît plus.

45Les différents thèmes abordés sont les suivants :

Lieux de résidence

Lieux de résidence dans lesquels l’enquêté a vécu pendant une durée d’au moins un mois.
3 variables : État, municipe, localité.

Formation

Tout type de formation à temps partiel, que l’enquêté a suivie, en plus de son travail (ou activités) normal(es), dans le cadre de son entreprise ou à l’extérieur, financée par son employeur ou par lui-même.
1 variable : niveau d’études.

Activité économique

Emplois occupés pendant au moins un mois.
4 variables : emploi, catégorie d’activité, branche, type de contrat, lieu de travail.

Situation particulière

Tous les événements qui n’étaient pas prévus dans les autres thèmes, mais qui ont joué une grande importance dans la vie de l’enquêté : problèmes de santé, problèmes familiaux, problèmes sociaux (incarcération, ...), etc.
1 variable restée ouverte.

Contraception

Les différents types de méthode contraceptive utilisés pendant au moins un mois.
1 variable.

Santé reproductive (pour les femmes uniquement)

Étude de chaque grossesse que l’enquêtée a vécue pendant les cinq dernières années.
4 variables : nombre de grossesses, date de conception et de fin de grossesse et produit de la grossesse, lieu d’accouchement, période d’allaitement.

46Deux thèmes de questions, sans référence au calendrier, ferment le questionnaire :

Antécédents des parents

  1. date et lieu de naissance des parents, et leur profession habituelle
    4 variables pour chaque parent

  2. nombre de frères et sœurs
    2 variables : nombre, nombre de frères plus âgés.

Parents proches

475 variables : lieu de résidence des parents et des frères et sœurs.

2.6. Définition et choix des variables temps recueillies

48Événements datés : naissance de l’enquêté (mois, année) ; naissance des conjoints, des enfants, décès des conjoints et des enfants (années).

49Pour les mariages de l’enquêté, mariages des enfants de plus de 12 ans, migrations, et emplois, les événements étaient datés seulement en années et conjugués à un relevé de durée, mesuré en années également.

50La variable de temps et périodes retenues sont différentes entre la première et la deuxième histoire biographique. L’unité de temps est d’un an pour la résidence, l’emploi, la corésidence avec conjoints et enfants, l’utilisation de contraceptifs dans la première histoire de vie. Dans la deuxième partie du questionnaire, l’unité de temps est d’un mois pour la résidence, la formation professionnelle, l’activité économique, la contraception, la santé reproductive.

51Les périodes trop courtes, ne remplissant pas le critère de durée minimale (un an ou un mois selon le cas) ont été ignorées et n’apparaissent donc pas dans le questionnaire. Par exemple, pour une résidence de moins d’un an (dans l’histoire biographique annuelle), le lieu de résidence inscrit pour cette année est le même que celui de l’année précédente.

2.7. Innovations

52La comparaison de deux unités de durée, annuelle et mensuelle, constitue l’innovation principale. La juxtaposition des histoires annuelles et mensuelles permet une comparaison directe pour les années 1992 à 1996 de la collecte des lieux de résidence et des emplois avec une périodicité d’un an ou d’un mois.

53D’autres innovations ont été introduites dans le questionnaire national définitif :

  1. introduction d’une colonne « Ordre » pour chaque variable, afin de noter l’ordre des événements lorsque ceux-ci sont concomitants la même année ;

  2. davantage de filtres dans la formulation des questions ;

  3. questions en ligne au-dessus des colonnes et non pas dans les marges gauche et droite de chaque feuille ;

  4. meilleure présentation des lignes de vie à remplir, pour faciliter la lecture page à page.

3. La collecte

3.1. Déroulement de la collecte

54Les entretiens se sont déroulés en un seul jour ou lors de plusieurs passages, selon la disponibilité des enquêtés. La plupart du temps il n’était pas possible de rencontrer le même jour le chef de ménage et son conjoint. Aussi, le plus fréquemment, l’enquêtrice appliquait-elle le questionnaire de ménage et un questionnaire d’histoire de vie lors d’un premier passage, puis devait revenir un autre jour pour passer le deuxième questionnaire d’histoire de vie.

55L’entretien a toujours eu lieu au domicile des enquêtés. Le téléphone n’est pas assez répandu dans les quartiers populaires mexicains pour pouvoir l’utiliser dans une enquête (en outre, l’annuaire téléphonique n’est pas assez actualisé pour pouvoir servir de base de sondage).

56Assez souvent, surtout dans les zones marginales, il y avait des personnes présentes au cours des entretiens. Très souvent aussi (dans tous les quartiers) l’enquêtrice n’était pas invitée à entrer dans la maison et l’entretien se tenait sur le pas de la porte. En moyenne, une biographie durait aux alentours de 45 minutes et le questionnaire ménage 30 minutes, selon le nombre d’habitants du foyer.

3.2. Taux de non-réponse

57Sur 150 habitations visitées, 124 ménages ont accepté de répondre (9 rejets et 17 maisons inhabitées). Dans ces 124 ménages, le questionnaire d’histoire de vie a été appliqué au chef de ménage et à son conjoint :

  1. sur 124 ménages, 117 chefs de ménage ont répondu (7 refus);

  2. sur 124 ménages, 25 étaient sans conjoint, 97 conjoints ont répondu et 2 ont refusé.

58Les maisons inhabitées n’ont pas été substituées : étant donné qu’il s’agissait d’une enquête pilote, obtenir exactement le nombre de questionnaires fixé par le plan de sondage n’était pas indispensable en regard du coût additionnel que cela aurait occasionné.

59Les personnes ayant refusé de répondre ont été relancées, parfois même par la superviseuse de terrain, mais la plupart du temps, en vain.

3.3. Collectes complémentaires

60Il avait été prévu de rencontrer, dans une deuxième étape, les parents proches (frères ou sœurs) des enquêtés qui vivent en Californie (San Diego). A cette fin, le questionnaire demande à l’enquêté l’adresse précise de ses frères et sœurs, ou parents, lorsqu’ils vivent aux États-Unis. Cependant cette question est celle qui a connu le plus fort taux de non-réponse. La plupart des gens interrogés ont refusé, de façon directe ou déguisée, d’y répondre. La mise en place de la seconde collecte d’information a donc été abandonnée.

3.4. Évaluation de la collecte

61Cette étude pilote avait pour objectif de mesurer la faisabilité d’une enquête biographique rétrospective dans un contexte de forte mobilité. En choisissant Tijuana, nous avions choisi un « cas extrême» de forte mobilité (tant résidentielle que professionnelle) pour tester l’efficacité des histoires de vie dans l’appréhension de nombreux phénomènes sociodémographiques. L’idée était que, si ce type d’enquête pouvait fonctionner dans un milieu aussi mobile que Tijuana, il pourrait alors être appliqué dans n’importe quel autre endroit du pays.

62Les résultats de la collecte nous apprennent que ce type d’enquête peut fonctionner, même dans une population qui connaît de forts mouvements migratoires. Cependant, cela nécessite un travail très important de vérification et de contrôle tout au long de la collecte. La révision exhaustive de tous les questionnaires, à plusieurs reprises, apparaît indispensable, ainsi que la fiabilité d’un personnel très bien entraîné. On doit également souligner les difficultés principales suivantes : en premier lieu, les problèmes de mémoire des enquêtés. Ce problème est inhérent à toute enquête rétrospective, quel que soit l’endroit. Cependant, au Mexique, il n’est pas habituel de remplir constamment de nombreux documents administratifs qui aident à conserver en mémoire les dates précises des événements importants, et ce problème de mémoire devient aigu chez les personnes les plus âgées et surtout celles qui ont un très bas niveau scolaire. En choisissant une génération de chefs de ménage entre 40 et 50 ans, on a rencontré quelques conjoints de plus de 50 ans qui avaient oublié certaines dates ; cependant, le problème fut encore plus difficile quand les personnes enquêtées étaient analphabètes.

63Ce problème de mémoire a été particulièrement important dans la collecte des dates précises des événements. Pour résoudre d’avance le problème de concomitance de certains événements, on demandait la date précise de chaque événement, en année et en mois. Cependant cette exigence de précision a été fort difficile à satisfaire pour de nombreux enquêtés. De plus, en mettant l’accent sur la date précise des événements et non sur leur séquence, on a perdu de l’information. Plus que le mois précis de l’événement, c’est la séquence des différents événements qui est nécessaire pour connaître la relation causale ; or cette séquence est sûrement plus facile à mémoriser que des dates précises. Cette mauvaise (ou insuffisante) récupération de la séquence des différents événements est la principale faiblesse du questionnaire, qui a donc été revu sur cet aspect.

64Une autre difficulté de la collecte, directement liée à la conception du questionnaire, réside dans la juxtaposition de deux biographies (annuelle et mensuelle). L’information collectée dans la seconde semble de moins bonne qualité, par lassitude des enquêtés, et aussi parce que la différence avec la première histoire de vie n’a pas toujours été bien perçue, par les enquêtés ou même par les enquêtrices. Dans beaucoup de cas, la biographie des cinq dernières années n’est apparue que comme une répétition de la première, alors qu’il s’agissait de rechercher les événements de moindre durée, les situations de résidence ou de travail irrégulières, instables ou intermittentes. Cette confusion découle, assurément, de la faiblesse de la formation des enquêtrices. De plus, la juxtaposition des deux types de biographies affecte l’ensemble du questionnaire qui apparaît particulièrement long, n’incitant pas les enquêtrices à consacrer beaucoup de temps à chaque question.

65En conclusion et à propos des deux histoires de vie (annuelle et mensuelle), la faiblesse du nombre d’événements courts et multiples que connaissent de petites sous-populations durant une même année, nous a incités à supprimer le questionnaire mensuel dans la nouvelle version du questionnaire (national). La multiplicité de résidence dans une même année de vie représente moins de 0,5 % des casl C’est donc négligeable, même à Tijuana.

4. Traitement de l’information

4.1. Traitement du questionnaire, principes et difficultés de codification

66Le questionnaire ménage prévoit la codification de l’information au moment de la collecte.

67Pour le questionnaire biographique, après l’entretien, le questionnaire est relu une première fois par la responsable de la supervision (appartenant à l’équipe de chercheurs) en présence de l’enquêtrice. En cas de contradiction dans l’information collectée ou de manque de clarté ou d’insuffisance, l’enquêtrice doit retourner au logement sélectionné pour corriger ou compléter l’information. Le questionnaire est ensuite revu par la responsable de supervision.

68La codification a été faite par des employées de l’Inegi ayant une expérience en codification d’enquêtes (de fait, deux des enquêtrices). La supervision de la codification a été réalisée par la responsable de la supervision du travail de terrain de l’équipe des chercheurs.

69Le questionnaire biographique comprend deux formes de codification. La première pour les questions ouvertes, très peu nombreuses, la majorité des questions étant précodifiées. Les questions ouvertes concernent les lieux de résidence (État, municipe, localité), les emplois et les branches d’activité. La question sur les situations spéciales a été étudiée séparément et ne figure pas dans la base de données.

70La seconde codification a consisté à remplir toutes les années vides, sans événement, par exemple les premières années avant la scolarisation, pour le thème « Scolarité », les années sans travail, pour « Activité économique», etc. Pendant l’enquête, les seules années codifiées ont été celles où un événement s’était produit et aussi celles qui marquaient un relevé de durée, lorsque le questionnaire, par un trait vertical, marquait le maintien d’un état donné. Après l’enquête, toutes les années sans événement ont été codées par un zéro (0).

71Plutôt que de coder les mois des événements, c’est seulement l’ordre de séquence qui a été retenu lorsque deux types d’événements différents avaient lieu la même année (mariage et nouvel emploi, déménagement et naissance d’un enfant,...). De nouvelles variables ont donc été créées, appelées ORDEN, qui apparaissent pour chaque thème de question/champ d’événement : une variable d’ordre pour les lieux de résidence, une pour l’activité économique, une pour chaque conjoint et une pour chaque enfant. En l’absence d’événements concomitants la même année, toutes ces variables sont codées 0.

72C’est lors de la codification que certains points ont été précisés. Il n’était pas toujours clair dans l’énoncé du questionnaire si, pour le mariage par exemple, l’événement était seulement daté (codifié l’année du mariage) ou aussi associé à une durée (toutes les années pendant lesquelles la personne reste mariée). Pour la future enquête nationale, il est prévu des codes différents pour les événements datés et ceux associés à une durée (par exemple, U (Union) pour l’année du mariage et EU pour les années de vie maritale).

73La codification des emplois a dû être modifiée. Certains changements de situation auraient été éliminés, par exemple un changement d’emploi dans la même catégorie, selon la méthode de codification prévue. Il a fallu insérer un nombre supplémentaire au code des emplois pour décrire l’ordre des emplois dans la vie professionnelle.

74En ce qui concerne l’histoire scolaire, un nouveau code a été prévu pour les années qui suivent les périodes de scolarité : le premier chiffre définit l’état « ne plus suivre d’études » et le second définit le niveau d’études obtenu.

4.2. Fichiers de base de l’enquête

75La saisie de l’information du questionnaire de ménage a été réalisée avec Data Entry de SPSS, alors que pour la saisie du questionnaire biographique, on a utilisé le programme EXCEL étant donné le faible nombre d’histoires de vie à saisir. Cependant, la saisie des histoires de vie a été très laborieuse à superviser. Il est évident qu’il faut un programme spécial de saisie du questionnaire biographique. Celui-ci est en cours de réalisation pour le questionnaire définitif à partir d’une programmation propre avec le logiciel Fox Pro.

76La « EBIF » comprend cinq bases de données :

  1. caractéristiques des logements ;

  2. caractéristiques des membres du ménage ;

  3. histoire de vie annuelle ;

  4. histoire de vie mensuelle pour les cinq dernières années ;

  5. antécédents socio-économiques des ascendants et des proches parents.

4.3. Choix de la saisie de la variable temps

77La saisie de la variable temps est directement liée à la forme de cette variable dans la collecte. C’est-à-dire que le calendrier des années vécues a été saisi directement, date et année apparaissent comme deux variables, et l’année vécue est l’unité d’analyse. Pour l’histoire mensuelle, une autre base de données a été construite sur le même modèle, le mois vécu étant l’unité d’analyse.

4.5. Utilisation des méthodes d’analyse des biographies

78L’analyse des résultats de l’enquête n’a pas été très poussée puisqu’il s’agit d’une enquête pilote (avec un échantillon réduit et non aléatoire) dont l’objectif principal était de tester la méthodologie d’enquête et le questionnaire, en vue de la préparation et de la réalisation d’une enquête représentative au niveau national pour le Mexique (la « EDER », qui est née des résultats de l’expérience « EBIF », a un questionnaire modifié, et a été appliquée en octobre 1998, dans le cadre d’un accord entre l’équipe de chercheurs et l’Inegi mexicain).

79Les fonctions de séjour de deux variables ont été étudiées : l’âge à la première migration et l’âge au premier emploi, à partir de l’analyse des tables de séjour et l’estimateur de la fonction de séjour Kaplan-Meier.

4.6. Autres méthodes d’analyse

80Un autre type d’analyse a été réalisé pour mesurer le biais de l’échelle annuelle dans la mesure de la migration par rapport à une échelle mensuelle (comparaison des nombres moyens de migrations et durées moyennes de séjour).

4.7. Les utilisateurs des données

81Ces données n’ont guère été diffusées au-delà des chercheurs de l’équipe.

4.8. Confrontation avec d’autres enquêtes biographiques

82Les résultats n’ont pas été confrontés avec ceux d’autres enquêtes biographiques.

5. Évaluation de l’enquête

83Notre évaluation ne peut concerner que le questionnaire et la collecte puisque (comme nous l’avons expliqué précédemment) l’analyse des données collectées n’a pas été poussée plus loin.

5.1. Principaux thèmes traités et analysés

84Il n’y a pas le cœur du questionnaire et à côté, des questions annexes ou superflues, mais trois « histoires de vie» principales, égales en importance : l’histoire migratoire, l’histoire professionnelle et l’histoire familiale.

85Il y avait une question ouverte dans le questionnaire quantitatif, la question sur les situations spéciales (maladies, problèmes familiaux ou sociaux, etc.) qui avaient perturbé les enquêtés. Cette question a été saisie à part.

5.3. Ce qui s’avère être des erreurs et les éventuelles modifications

86Parmi les principaux défauts, on peut rappeler que l’ordre des événements n’était pas explicitement prévu, et le mauvais effet de la juxtaposition des deux histoires de vie. Ces deux points (essentiels, les autres étant de moindre importance) ont été corrigés dans la nouvelle version du questionnaire. C’est important de le souligner puisque, selon nous, il s’agit d’une grande amélioration entre la version pilote et la version générale, ce qui démontre bien l’intérêt de l’enquête pilote.

87Il n’était pas prévu de travailler sur l’histoire des parents des enquêtés ; on demandait seulement la date de naissance des deux parents et leur profession pendant l’enfance de l’enquêté. Au cours de la collecte on s’est rendu compte que, souvent, la date de décès des parents avait beaucoup d’importance : elle apparaissait comme un moment-clé qui avait provoqué des ruptures de tous ordres (familiales, professionnelles, de changement de résidence) et était donc un facteur différenciateur entre les histoires de vie. C’est pourquoi on a prévu de rajouter dans le nouveau questionnaire, de façon plus précise, les questions relatives à la corésidence avec les parents et les dates de leur éventuel décès.

5.6. Évaluation

88En général, nous estimons que les objectifs de l’enquête pilote sont atteints correctement.

89Tout d’abord, le questionnaire a pu être appliqué sans difficultés majeures dans les ménages choisis. Les enquêtrices et les enquêtés ont participé sans réserves à la collecte, plutôt bien accueillie. Dans l’ensemble, les questions ont toutes été bien acceptées et on y a bien répondu. Il est donc possible de faire de la collecte de biographies au Mexique, y compris dans une ville frontière comme Tijuana et le questionnaire a bien fonctionné, malgré ses faiblesses énumérées précédemment. L’Inegi l’a d’ailleurs bien évalué et est prêt à l’appliquer partout, au niveau national. Toutefois, il faut modifier et améliorer la formation des enquêteurs et des superviseurs de terrain.

90En ce qui concerne la forte mobilité de Tijuana, elle n’a pas été un obstacle, sur la base de résidences d’une durée minimale d’un an. Il semble que nous ayons peu d’omissions des mouvements importants des individus dans leur vie. Pas d’incohérences notoires non plus.

91Le problème de multiplicité de résidences durant une même année de vie (= durée de résidence inférieure à un an) se révèle très minime et justifie l’utilisation de la biographie annuelle.

92Les taux de non-réponses sont faibles sur la base des 609 personnes des questionnaires ménage : une seule personne d’âge inconnu ; trois personnes sans État de naissance ; une seule personne sans municipe de naissance ; 2 personnes sans statut d’activité. Le revenu de 14 personnes est inconnu ; 15 personnes ne savent pas leur âge à la première union (5,4 %) et 11 ne peuvent préciser le rang de leur union ; 6 ignorent l’année de naissance du dernier enfant, 9 le mois de naissance du dernier enfant. Les personnes du ménage connaissent mieux la résidence et le travail des autres membres du ménage que leur nuptialité et fécondité dans le détail, mais on n’enregistre pas de non-réponses sur le nombre d’enfants.

6. Recommandations

93Les principales recommandations qu’on peut tirer de cette enquête sont :

94• Utiliser des questions assez simples mais bien ciblées.

95• Utiliser la même unité de temps tout au long du questionnaire : par exemple ne pas mélanger des questions s’appliquant à une durée annuelle avec celles reposant sur une base mensuelle, ou encore, ne pas utiliser des périodes de références différentes pour chaque thème.

96• Au cours du questionnaire, ne pas mélanger la perspective transversale avec la perspective longitudinale. C’est-à-dire ne pas couper le processus de reconstitution des événements avec des interférences à propos de la situation actuelle.

97La reconstitution de l’histoire de vie est plus simple pour les enquêtés si l’on commence toujours par le premier événement vécu (en relation avec le thème étudié) et si l’on déroule les événements suivants jusqu’au dernier (l’événement actuel). Le fait de questionner les enquêtés sur différents thèmes les uns après les autres ne leur pose pas de difficultés particulières si, pour chaque thème, on reproduit ce même processus de collecte de l’information : la reconstitution par l’individu de sa biographie dans l’ordre où il l’a vécue.

98En revanche, le bouleversement de cette chronologie (par exemple en posant des questions une fois à partir du début de l’histoire biographique puis ensuite en partant de la situation actuelle pour aller à reculons) risque de provoquer des confusions et de rendre les réponses difficiles pour l’enquêté.

Bibliographie

7. Bibliographie

Pour l’instant, il n’y a aucune publication sur la « EBIF». Cependant des publications existent déjà sur l’ensemble du projet sur la base des recensements et autres enquêtes (Eneu, Enadid, Encuesta sociodemogrâfica de Baja California).

Nous donnons ci-après quelques publications du Projet : « Cambios e Interrelaciones Demográficas en la Frontera Mexico-Estados Unidos : Familias y Mercados de Trabajo » :

Brugeilles C. et Delaunay D., 1993, Los espacios de la fecundidad en el norte de México, in M.E. Cosío-Zavala (éd.), Changements démographiques à la frontière Mexique-Etats-Unis, Document de Recherche du Credal, n° 221, asp cnrs/Orstom.

Brugeilles C. et Lestage F., 1994, Des couples et des enfants dans un contexte binational : choix reproductifs et stratégies éducatives à Tijuana (Basse Californie, Mexique), Trace, n° 26, pp. 23-33.

Cosío-Zavala M.E., 1993, Las encuestas de migración en México : proposiciones anatícas, in M.E. Cosío-Zavala (éd.), Changements démographiques à la frontière Mexique-Etats-Unis, Document de Recherche du Credal, n° 221, ASP CNRS/Orstom.

Cosío-Zavala M.E., 1994, Algunos resultados del censo de población de 1990 : las dimensiones regionales de la transición de la fecundidad en México, Trace, n° 26, pp. 34-41.

Cosío-Zavala M.E., 1995, Quelques résultats du recensement de population de 1990 : dimensions régionales de la transition de la fécondité au Mexique, in P. Gondard et J. Revel-Mouroz (éds), La frontière Mexique-États-Unis, Paris, Credal, pp. 139-154.

Cosío-Zavala M.E., 1995, Las encuestas de migración en México : proposiciones anatícas, in : Las nuevas formas de movilidad de las poblaciones urbanas en América Latina, Memorias del Taller Cede-Orstom, Documento Cede 097, Bogota, pp. 153-160.

Coubès M., 1992, Geografía de la población económicamente activa en el norte de México, in : Memorias del Segundo Taller de Evaluacion Externa de Colef, Tijuana, Colef.

Coubès M., 1993, Les revenus de la population active occupée en 1990. Différences entre hommes et femmes dans le Nord du Mexique, in M.E. Cosío-Zavala (éd.), Changements démographiques à la frontière Mexique-États-Unis, Document de Recherche du Credal, n° 221, asp CNRS/-Orstom.

Ham R., 1993, La population d’origine mexicaine aux États-Unis et ses interrelations démographiques avec la frontière nord du Mexique, in M.E. Cosío-Zavala (éd.), Changements démographiques à la frontière Mexique-États-Unis, Document de Recherche du Credal, n° 221, asp CNRS/Orstom.

Ojeda N., 1995, Las usuarias de la planificación familiar en el IMSS de Tijuana, in P. Gondard et J. Revel-Mouroz (éd.), La frontière Mexique-États-Unis, Paris, Credal.

Ojeda N., 1995, Salud Materno-Infantil entre la Población Trabajadora en Tijuana : Un Estudio de Caso, Estudios Demogrâficos y Urbanos, 10(3), pp. 651-686.

Zenteno R., Cosío-Zavala M.E., Coubès M. et Estrella G., 1997, L’enquête biographique de la frontière nord du Mexique. Apports et biais de l’échelle du temps de l’enregistrement des événements, communication au Séminaire L’Apport des collectes biographiques pour la connaissance de la mobilité, Paris, Ined.

Zenteno R., 1995, Del Rancho de la Tía Juana a Tijuana : Una Breve Historia de Desarrollo y Población en la Frontera Norte de México, Estudios Demográficos y Urbanos, 10(1), pp. 105-132.

Notes

1 Pour accélérer la collecte pendant la passation du questionnaire, l’enquêteur marquait uniquement les dates qui correspondaient à des âges de 10 en 10 : 0, 10, 20, 30, etc.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. - Les différentes phases de la préparation de l’enquête
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteurs

Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine - Credal/Paris X.

Université autonome de Basse Californie - Uabc.

Colegio de la Frontera Norte - Colef.

© Ined Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search