Version classiqueVersion mobile

Biographies d’enquêtes

 | 
GRAB (Groupe de réflexion sur l'approche biographique)

Chapitre VI. L’enquête « Triple biographie des familles de la Toscane occidentale »

Marco Bottai

Texte intégral

1. Préliminaires

1.1. Nom précis de l’enquête

1«Tripla biografia dei nuclei familiari nella Toscana occidentale ». Nom abrégé : « TRIBIO ».

2L’enquête de type biographique conduite en Toscane est née sous le nom de : « Histoires des familles et histoires migratoires» (nom de code : DUBIO, comme double biographie). À la fin du questionnaire, un volet destiné à la collecte d’informations sur les carrières professionnelles a été ajouté et ainsi - du moins au niveau de la thématique - l’enquête ressemble davantage à celle menée en France (« Triple biographie »), À partir de là, pour ne pas faire comme Dumas qui a intitulé son roman « Les trois mousquetaires» et qui a découvert par la suite qu’ils étaient quatre, nous avons rebaptisé l’enquête sous le code TRIBIO, ce qui signifie triple biographie.

1.2. Problématique et objectifs

3L’idée de l’enquête a mûri peu à peu au fil du temps. Au départ, elle devait s’attacher exclusivement, ou du moins de manière prévalante, à l’analyse de l’évolution des critères des ménages en matière de logement : la taille du logement ; la qualité, c’est-à-dire doté ou non de commodités intérieures (eau, électricité, chauffage central, sanitaires, double salle de bains) et extérieures (dépendances, garage, jardin) ; la localisation (centre historique, zone urbaine, zone suburbaine ou périphérique, localité semi-urbaine, petit centre, zone rurale) ; statut d’occupation (locataire, propriétaire, utilisation gratuite).

4Le tout était pensé de façon à mettre en lumière la demande des familles et l’offre du marché du logement, à l’origine des phénomènes de suburbanisation et de contre-urbanisation.

5En fait, au début des années soixante-dix, on a observé dans le centre-nord de l’Italie une tendance à la désurbanisation qui s’est traduite non seulement par une suburbanisation, mais aussi, selon différents auteurs, par une contre-urbanisation. Ce phénomène qui, au départ, a touché principalement les régions métropolitaines, s’est étendu également aux régions urbaines de dimension moyenne, comme celles qui caractérisent le système implanté en Toscane occidentale. Dans ces régions, les mouvements pendulaires en provenance des zones péri-urbaines et non urbaines à destination des centres urbains, et liés principalement au travail ou aux études, ont augmenté parallèlement à la croissance des flux migratoires nets de direction inverse.

6D’un côté, ce constat a remis en question les théories traditionnelles sur les migrations, basées principalement sur la dynamique du marché du travail, d’un autre côté, il a favorisé l’introduction de variables explicatives liées aussi bien au cycle de vie qu’au marché locatif.

7En fait, le rapport entre le ménage et son logement, les circonstances et les raisons qui l’ont conduit à déménager, les insatisfactions, les projets et les espoirs de trouver un logement plus satisfaisant, sont quelques-unes des interrogations qui sont à la base de cette recherche.

8En Italie, la mobilité résidentielle s’inscrit dans le cadre de deux marchés relativement bloqués. Le marché du travail est caractérisé par une mobilité très limitée. Le poste de travail est garanti tout au long de la vie active. L’existence d’un taux de chômage élevé a eu pour conséquences, d’une part, que les jeunes ont de grosses difficultés à s’insérer sur le marché du travail et, d’autre part, que leur présence au sein de la famille et leur dépendance à son égard se prolongent de façon démesurée.

9En ce qui concerne le marché immobilier, le niveau des loyers a été bloqué durant une très longue période (loi sur « equo canone ») ainsi que, par conséquent, les expulsions. Le mythe de la maison individuelle, qui historiquement était déjà bien enraciné, s’est renforcé. En fait, près de 70 % des ménages italiens vivent dans une maison qui leur appartient, un pourcentage nettement plus élevé que dans la majorité des autres pays. Ce facteur va à l’encontre de la mobilité résidentielle. Dans l’étude sur le logement, cette perspective a plutôt stimulé l’analyse de données individuelles que le traitement de données agrégées et, en dernier lieu, a favorisé l’approche biographique.

10Un autre élément décisif a influencé cette recherche. Jusqu’alors, la mobilité a toujours été étudiée comme un fait individuel et par conséquent, se devait d’être expliquée par des caractéristiques personnelles, comme le sexe, l’âge, l’instruction, la profession, le changement d’activité professionnelle. Et pourtant, il est rare qu’un individu migre seul ; on sait d’ailleurs qu’au sein des ménages la décision de changer de lieu de résidence se prend plutôt de façon collégiale et répond en fait à l’ensemble des exigences exprimées par ses membres. Elle est la résultante de la médiation entre les intérêts de ses divers membres, en termes de localisation. Et, de là, le choix - qui était alors innovateur - de considérer l’ensemble du ménage comme unité statistique, et non l’individu seul.

11Un objectif ultérieur de la recherche est de valoriser l’importance des déménagements à courte distance, c’est-à-dire ceux qui se déroulent à l’intérieur des limites de la commune et que les statistiques officielles ne prennent pas en compte.

12Pour les ménages constitués à partir de 1950, il est dès lors possible dereconstruire le cycle de vie et l’histoire migratoire jusqu’au moment de l’observation. Le choix de commencer leur histoire en 1950 provient des considérations suivantes : en premier lieu, nous nous sommes défiés de la mémoire des personnes interrogées à propos d’événements survenus dans un passé lointain. De plus, nous ne voulions pas alourdir le questionnaire et provoquer un phénomène de lassitude chez les personnes interrogées. Nous voulions aussi éviter que le questionnaire traite des événements qui se sont déroulés dans des périodes troublées, comme celles de la guerre et de l’immédiat après-guerre.

1.3. Préparation de l’enquête

13Si la phase préparatoire fut laborieuse, elle ne dura pas longtemps. L’idée d’une recherche sur la mobilité, au moyen d’une enquête par échantillon, est née au printemps 1983. L’objet spécifique de cette recherche portait sur le parcours des ménages en matière de logement. Dès l’été suivant, une première ébauche du questionnaire était rédigée. Simultanément, une subdivision de la région en zones typologiques était effectuée à l’aide d’une cluster analysis afin de concentrer territorialement l’échantillon tout en respectant sa représentativité.

1.4. Date et durée de la collecte

14L’enquête s’est faite en trois phases qui se sont toutes déroulées au cours du mois de mars des années 1985, 1986 et 1987 (tableau 1).

Tableau 1. - Importance de l’échantillon

Tableau 1. - Importance de l’échantillon

1.5. Initiateurs de la recherche

15La recherche est née d’une idée d’exercices pratiques destinés au cours de statistique que je donne à la faculté d’économie de l’Université de Pise et que j’ai soumise à deux collaborateurs particulièrement fiables (Paolo Caturegli et Fabio Landucci), puis à trois cohortes d’étudiants du cours qui ont adhéré de façon enthousiaste à l’initiative.

1.6. Univers d’étude

16L’univers à partir duquel l’échantillon a été extrait est constitué de ménages résidant dans le bassin de l’Université de Pise, c’est-à-dire la Toscane occidentale (province de Pise, Livourne, Grosseto, Lucques et Massa-Carrara) et la province ligure de La Spezia. Lors du recensement de 1981, on comptait dans cette région 616015 ménages pour un total de 1 786 592 habitants.

1.7. Mode de tirage et taille de l’échantillon

17L’échantillonnage s’est fait en deux étapes. Au cours de la première étape, 59 des 171 communes qui composent la région étudiée ont été sélectionnées. Le critère de stratification impliquait, qu’au sein de l’échantillon, les proportions de ménages résidant dans les 5 typologies d’insertion déterminées - centre historique (4,25 %) ; reste des centres urbains (34,42 %) ; quartiers suburbains (20,58 %) ; petits centres urbains (17,13 %) ; zones rurales (19,28 %) - devaient être respectées, aussi concentré que soit le nombre des communes dans lesquelles les entretiens devaient avoir lieu.

18Lors de la seconde étape, une extraction aléatoire était opérée de façon à fournir, aux services de l’état civil des différentes communes, la liste des chiffres aléatoires associés aux ménages à interroger. Les communes ont fourni aimablement les adresses déterminées par cette méthode.

19Grâce à cette stratification, nous avons pu nous assurer que l’échantillon des ménages était représentatif de la région étudiée en fonction d’une variable géographique qui, selon nous, pouvait avoir beaucoup d’influence sur la mobilité.

20La date d’entrée dans le ménage et, éventuellement la date de sortie, a été relevée pour tous les membres du ménage. Les informations concernant la carrière professionnelle ont été relevées pour toute la période de présence dans le ménage.

21Dans l’ensemble, 2 002 entretiens ont été conduits. Dans la majorité des cas (1 728), ceux-ci reprenaient les histoires migratoires et les histoires ducycle familial à partir du moment de la constitution du ménage jusqu’au moment de l’observation. Pour les autres ménages (274), constitués avant 1950, la biographie collectée ne commençant qu’en 1950, on ne dispose pas d’éléments entre la formation du ménage et 1950, ce qui constitue une troncature à gauche.

22Comme l’échantillonnage est aléatoire et qu’il n’opère aucune sélection sur la date de formation du ménage, les biographies ont une longueur qui varie de 1 à 37 années.

23Parmi les ménages constitués après 1950, 1677 ont été constitués à la suite d’un mariage. Ceux-ci permettent dès lors la reconstruction de leur cycle de vie.

1.8. Profil des enquêteurs

24Au cours de trois années consécutives, dans le cadre du cours de statistiques, nous avons proposé aux étudiants, comme activité de séminaire, de participer à cette recherche et de réaliser des entretiens tout en collaborant aussi à d’autres phases de l’enquête (validation du questionnaire, saisie des données, premiers traitements). Le succès de cette enquête repose en partie sur leur enthousiasme. À cette occasion, ma conviction que les étudiants étaient les meilleurs enquêteurs que l’on puisse souhaiter, a été renforcée. Au total, 198 étudiants ont participé au travail de collecte et aux opérations de saisie.

2. Description des documents d’enquête

2.1. Les documents de l’enquête

25Le questionnaire, constitué d’un dépliant en feuille cartonnée, contient toutes les informations à caractère fixe, c’est-à-dire les données générales concernant le ménage enquêté et ses perspectives en matière de logement. À l’intérieur du dépliant, on insérait autant de fiches que de logements occupés par le ménage. On rédigeait ensuite une fiche sur le parcours professionnel de chaque membre du ménage. En conséquence, le nombre des fiches varie d’un questionnaire à l’autre.

2.2. Points importants soulignés durant la formation des enquêteurs

26Les enquêteurs ont été très fortement sensibilisés sur l’exigence de précision dans la saisie des dates des événements qui permettent d’évaluer les durées des différents parcours. Notamment, une attention toute particulière a été recommandée pour la saisie de l’événement « constitution du ménage» dans la mesure où il représentait - s’il n’était pas antérieur à 1950 - le point de départ, l’« événement-origine », de la reconstruction de l’histoire du ménage et de son trajet migratoire. Heureusement, dans la plupart des cas, cet événement coïncide avec le mariage à l’occasion duquel les époux s’installent dans un nouveau logement : il est donc facile de l’identifier et de le dater.

27Il en va autrement de l’événement « naissance du ménage » qui n’est pas toujours évident à cerner et toutes les variantes possibles ont été attentivement envisagées avec les enquêteurs. C’est ainsi que, lors de la préparation de la première phase de l’enquête, les enquêteurs ont activement participé au repérage des diverses situations pouvant donner lieu à la naissance d’un ménage, depuis l’émancipation d’un jeune adulte jusqu’à la scission du noyau familial préexistant.

28La formation des enquêteurs a duré quatre mois, avec des réunions bimensuelles, de deux heures chacune, au cours desquelles on a pu évaluer et discuter le questionnaire pilote appliqué par les enquêteurs à des ménages librement choisis.

2.3. Déroulement de l’entretien

29Chaque enquêteur avait environ une dizaine de ménages à interroger (en général pas très loin de son domicile) et avait un mois pour le faire. Il devait s’assurer qu’au jour et à l’heure prévus pour le rendez-vous (souvent en fin d’après-midi), la plupart des membres du ménage seraient présents. L’entretien devait commencer par la compilation des données d’état civil en général, puis devait se poursuivre par l’enregistrement des biographies et des projets migratoires, ce qui initialement devait être la dernière partie du questionnaire. En fait, on a observé que l’histoire des résidences successives est un thème à propos duquel les gens s’expriment volontiers et sans réticences, parce que dans la plupart des cas, il s’agit d’évoquer les étapes d’un parcours réussi. Cette inversion des thèmes a permis de vaincre les résistances et d’instaurer un bon climat de collaboration dont les enquêteurs ont pu jouir tout au long de l’entretien.

2.4. Interlocuteur(s) de l’enquêteur

30L’enquêteur devait s’adresser en premier lieu à la femme du foyer (la femme du chef de famille), étant donné que celle-ci est le plus souvent la personne qui connaît le mieux les événements familiaux, mais aussi stimuler l’implication des autres membres du ménage présents. Enfin, il devait vérifier la succession des événements et leur datation, élément crucial.

2.5. Plan détaillé du questionnaire

Questionnaire divisé en 5 volets :

  1. volet concernant les caractéristiques générales du ménage (année de constitution, communes de résidence, type de localité, nombre de membres au moment de l’enquête);

  2. volet concernant les membres du ménage présents et passés (sexe, lien de parenté avec le chef de ménage, année et lieu de naissance, année et motif d’entrée dans le ménage, année et motif de l’éventuelle sortie);

  3. volets (en nombre variable) concernant l’activité professionnelle de chacun des membres du ménage au moment de sa présence dans le ménage (avec date de début et de fin d’activité si celles-ci recouvrent la période au cours de laquelle la personne interrogée vivait au sein du ménage) ;

  4. volets (en nombre variable) rétrospectifs des logements occupés par le ménage au cours de son existence (localité, type de localité, année d’occupation, année d’abandon, statut d’occupation, surface, commodités) ;

  5. volet des projets en matière de logement (désiré, projeté, recherche d’un nouveau logement ? De quel type ? Où ?).

Plan détaillé du questionnaire

Volet 1. - Données d’état civil :

  • année de relevé (1985, 1986, 1987) ;

  • commune et province de la résidence actuelle (code de l’Institut national de la Statistique-Istat) ;

  • type de localité (centre historique, .... zone rurale) ;

  • année de constitution du ménage ;

  • nombre de membres dans le ménage à la date de l’enquête ;

  • ménage cohabitant ?

  • nombre des membres du ménage corésidents.

31Alors qu’à des fins fiscales, ce type de ménage peut en fait être divisé en deux ou plus, l’enquêteur doit faire référence à la situation effective et non à celle reprise dans l’état civil. C’est pour cette raison qu’aucune cohabitation n’est sortie au cours de l’échantillonnage.

Volet 2. - Cycle de vie du ménage

32Pour chaque personne qui faisait partie du ménage au moment de l’enquête ou qui en a fait partie au cours de la période qui va au-delà de 1950, on a relevé :

  • n° d’identification de la personne (Chef de famille = 1, ...) ;

  • sexe ;

  • relation de parenté avec le chef de famille ;

  • lieu de naissance (code Istat) ;

  • année de naissance ;

  • année d’entrée dans le ménage ;

  • motif à l’origine de l’entrée (naissance, mariage, ...) ;

  • année de sortie du ménage (0 = encore présente) ;

  • motif de sortie (mariage, décès, ...) ;

  • commune de résidence antérieure à l’entrée dans le ménage (code Istat).

33Au total, on a relevé des informations concernant 7 702 personnes.

Volet 3. - Biographies professionnelles

34Pour chaque activité professionnelle de chaque personne présente dans le volet précédent (2), on a relevé au cours de la période qui coïncide, en tout ou en partie, avec sa présence au sein du ménage :

  • n° d’identification de la personne (comme dans le volet 2) ;

  • secteur d’activité (agriculture, administrations publiques) ;

  • statut professionnel (entrepreneur, ..., ouvrier) ;

  • année de début d’activité ;

  • année de fin d’activité;

  • lieu de travail (code Istat) ;

  • temps moyen de transports.

Volet 4. - Biographie migratoire

35La reconstitution des logements partait de la résidence actuelle et remontait dans le temps jusqu’à l’année de constitution du ménage, mais s’arrêtait de toute façon en 1950. Pour chaque logement occupé par le ménage durant au moins une année, on a relevé :

  • commune et province (code Istat) ;

  • type de localité (centre historique, ..., zone rurale) ;

  • année d’occupation ;

  • année d’abandon (logement actuel = 0) ;

  • type d’occupation au départ (locataire, ..., propriétaire) ;

  • type d’occupation à la sortie ;

  • nombre de pièces ;

  • surface en mètres carrés ;

  • commodités (salle de bains, ..., garage) ;

  • époque de construction (après 1970, avant le XXe siècle);

  • type d’habitation (appartement dans une résidence, maison de campagne, ..., villa) ;

  • circonstances du transfert (mariage, ...) ;

  • motifs du transfert (expulsion, .... changement de travail) ;

  • canaux d’informations (agences immobilières, ..., employeur).

36Au total, nous avons récolté des informations sur 3 839 logements et sur 1837 migrations.

Volet 5. - Projet migratoire

  • satisfaction concernant le logement actuel ;

  • motifs d’insatisfaction ;

  • désir de changer de logement ?

  • acheter ou louer ?

  • où ? (localité et type de localité) ;

  • caractéristiques du type de logement désiré ;

  • recherche active ?

  • depuis combien de temps ?

  • canaux du marché ;

  • difficultés rencontrées.

2.6. Définition et choix des variables temps recueillies

37La datation des événements a été faite au niveau de l’année civile. En cours d’analyse, cela a entraîné quelques imprécisions inévitables, la durée séparant deux événements datés de deux années successives pouvant être inférieure à douze mois (par ex. : le mariage et la naissance d’un premier enfant). Dans le cas de deux événements enregistrés la même année et donc considérés comme simultanés, on est dans l’incapacité de connaître quel événement précède l’autre et le délai écoulé entre les deux. On a conclu, de toute façon, qu’une rétrospective qui retourne aussi loin dans le passé ne peut pas offrir un niveau de précision inattaquable.

38Les événements relevés avec des dates sont l’année de constitution du ménage, et pour chacune des personnes présentes dans le ménage à n’importe quelle période, pourvu qu’elle entre dans la période observée :

  • l’année de naissance ;

  • l’année d’entrée dans le ménage ;

  • l’année éventuelle de sortie du ménage ;

et puisque l’on connaît les motifs liés à l’entrée et à la sortie des membres du ménage (mariage, naissance, décès, émancipation, séparation, etc.) différents phénomènes peuvent être étudiés et des analyses biographiques peuvent être conduites pour différentes carrières individuelles.

39En ce qui concerne l’histoire professionnelle, les événements datés sont l’année de début et l’année de fin (si antérieure à celle de la sortie du ménage) de chaque activité professionnelle exercée par chacun des individus au cours d’une période de temps qui coïncide en tout ou en partie avec sa présence dans le ménage en observation. Par activité professionnelle, on entend une activité qui se différencie de la précédente et de la suivante en fonction d’au moins une des caractéristiques suivantes : employeur, lieu de travail, statut professionnel.

40Pour éviter d’alourdir le recueil et l’entrevue, en relevant des activités professionnelles uniquement occasionnelles, l’enquêteur ne devait pas enregistrer celle dont l’année de début coïncidait avec l’année de fin.

41De façon analogue, en ce qui concerne les logements occupés par le ménage depuis 1950 ou depuis sa constitution (si postérieure à 1950), on a relevé :

  • l’année d’entrée,

  • l’année de sortie.

42Pour ces événements aussi, la règle discriminante était de ne pas prendre en considération les logements occupés pour moins d’une année, ainsi le même programme de saisie permettait d’éliminer les logements dans lesquels le ménage s’était installé et qu’il avait quittés la même année.

2.7. Innovations

43L’enquête comporte un élément innovateur et, à ma connaissance, jusque-là inédit dans les enquêtes biographiques : l’enquêté n’est pas un individu isolé mais un groupe (le ménage).

44Certes, les informations recueillies permettent la reconstruction totale ou partielle des parcours individuels, mais le sujet - la véritable unité statistique -, c’est le ménage en tant que tel.

45Ce choix entraîne, incontestablement, des sacrifices comme celui, par exemple, de la troncature à gauche de certains parcours individuels (dans la biographie professionnelle, notamment). Néanmoins, à l’instar d’une entreprise, le ménage a sa vie propre au-delà de ce qui concerne sa propriété, sa forme juridique, son évolution productive, et on peut le considérer comme un organisme vivant essentiellement concerné par les événements qui transcendent les membres le composant.

3. La collecte

3.1. Déroulement de la collecte

46La durée des entretiens a été très variable selon l’âge de la famille, le nombre de ses membres et sa mobilité. Le questionnaire était en fait composé de parties modulaires concernant :

  • chacun des individus présents dans le ménage, au moins une année au cours de la période retenue ;

  • chacune des activités professionnelles exercées par les différents membres du ménage au cours de la période d’observation et alors qu’ils étaient toujours présents au sein du ménage ;

  • chacun des logements occupés par la famille.

47En moyenne, l’entretien a duré 52 minutes, si l’on décompte le temps de déplacement vers le domicile de la famille à interroger et les inévitables échanges de politesse.

3.2. Taux de non-réponse

48Le taux de non-réponse a été plutôt bas, du moins selon les standards italiens. Les ménages de substitution étaient peu nombreux, un peu plus de 12 %. En réalité, le taux varie selon différentes caractéristiques. Dans les zones urbaines et parmi les ménages constitués d’une seule personne, il dépasse les 20 %.

3.3. Collectes complémentaires

49Les questions concernant les futures perspectives en matière de logement sont d’une certaine façon complémentaires à l’enquête triple biographie : aspirations en termes de qualité, d’espace, de localisation du futur logement ; les motivations ; les projets; la recherche sur le marché ; les canaux d’information.

50En fait, cette partie de l’enquête fait partie du questionnaire initial qui voulait mettre en évidence les mécanismes de localisation des logements, et en particulier, les déterminants de la suburbanisation et contre-urbanisation, notamment à travers le rapport entre la demande des ménages et l’offre du marché immobilier et locatif.

3.4. Évaluation de la collecte

51Un contrôle de compatibilité et de cohérence a été effectué uniquement en ce qui concerne la datation des événements. Dans deux ou trois questionnaires, par exemple, un membre de la famille a été enregistré dans le ménage à une date antérieure à sa date de naissance. Dans 118 cas (5,9 %), des données douteuses ont été découvertes. Celles-ci ont été corrigées après qu’un nouveau contact ait été établi téléphoniquement. Dans le cas où ce n’était pas possible, on a interrogé une personne de substitution dans la même commune.

52Parfois, il a été difficile de faire comprendre à la personne interrogée le critère qui détermine l’événement à l’origine de la « constitution du ménage ».

53De façon presque unanime, les enquêteurs ont déclaré être certains de la véracité et de l’exhaustivité des informations contenues dans les volets 1, 4 et 5.

54Au niveau de la compilation du volet, ils ont relevé quelques incertitudes concernant les dates (en particulier, celles de sortie) des membres qui ne faisaient plus partie du ménage au moment de l’entretien. Ils soupçonnent aussi l’oubli de l’un ou l’autre de ces membres.

55Le volet 3 relatif aux biographies professionnelles est sûrement le moins réussi. Il plaisait moins aux personnes interrogées, il était plus difficile à reconstruire et aussi plus indiscret. À la suite d’une première collecte, on a décidé de l’insérer à la fin de l’entretien, mais cette décision n’a pas amélioré la crédibilité.

4. Traitement de l’information

4.1. Traitement du questionnaire, principes et difficultés de codification

56Dans le questionnaire, il n’y avait pas de questions ouvertes et cela a simplifié nettement la codification. Quelques problèmes se sont posés pour l’identification de la réponse à certaines questions. Par exemple, le type de localité (il n’a pas toujours été facile de délimiter le centre historique par rapport au reste de la ville, ou celui-ci de la zone suburbaine), le statut professionnel (la distinction entre employé et ouvrier est particulièrement floue), le type de logement (comment par exemple, classifier une maison de campagne rénovée qui ressemble à une petite villa indépendante).

57Pour le reste, les codes étaient déjà spécifiés dans la case de réponse du questionnaire. La saisie a été effectuée en « couple » - l’enquêteur et un de mes collaborateurs - et à ce stade, cela a permis de réduire les erreurs à un niveau négligeable.

4.2. Fichiers de base de l’enquête

58Le fichier de base, à partir duquel des fichiers allégés à format fixe ne contenant que des informations circonstanciées sont extraits lors des différents traitements, est un fichier formé d’un premier enregistrement consacré aux informations générales sur le ménage enquêté et aux données sur ses perspectives de logement. Il s’agit de toutes les informations contenues dans les volets 1 et 5 intégrées sous la forme de trois chiffres qui indiquent respectivement le nombre de membres du ménage, le nombre d’activités professionnelles enregistrées et celui des logements occupés. Pour chacune de ces séries d’informations, un enregistrement suit et donc : un pour chaque personne qui fait ou a fait partie du ménage, un pour chaque activité professionnelle exercée durant son appartenance au ménage, un pour chaque logement occupé. Chacun de ces quatre types d’enregistrement a son propre format fixe, mais le nombre d’enregistrements relatif à chaque ménage enquêté reste, bien sûr, variable.

4.3. Choix de la saisie de la variable temps

  • 1 J. Duchêne, 1985, Un test de fiabilité des enquêtes rétrospectives « Biographie familiale, professi (...)

59Je n’ai aucun regret d’avoir décidé de me contenter du niveau de précision de l’année, même si cela augmente les situations d’apparente contemporanéité des événements. Du reste, comme l’a déjà démontré J. Duchêne1, quand on sollicite la mémoire à propos d’événements lointains, il est souvent difficile de se rappeler en quelle année un événement est survenu. De toute façon, la structure du questionnaire a empêché de vérifier, durant l’entretien, la coïncidence des dates pour en préciser éventuellement la succession.

4.4. Choix de l’unité de temps pour l’analyse

60Dans les analyses, l’unité de temps est de nouveau l’année. Naturellement, les dates de calendrier ont été transformées en âge ou temps d’attente de l’événement, en calculant la différence par rapport à la date d’un événement déterminé comme origine. Ainsi, lorsque l’on soustrait l’année du changement de logement de l’année de constitution du ménage, on a l’âge du ménage quand l’événement est survenu et quand on soustrait l’année d’entrée dans le logement de l’année de sortie, on obtient la durée de la résidence dans ce lieu.

4.5. Utilisation des méthodes d’analyse des biographies

61Au départ et durant la majeure partie de l’analyse, les programmes ROOT.RAT (pour les analyses non paramétriques) et EVACOV.FOR (pour les analyses semi-paramétriques) écrits par Éva Lelièvre ont été utilisés. Par la suite, le « package TDA de Goetz Rohwer » s’est avéré commode et fonctionnel, même s’il n’est pas applicable à tous les types de données biographiques. À la fin, nous avons utilisé STATA qui, malgré quelques limites formelles dans la restitution graphique, s’est montré facile à utiliser et flexible dans l’analyse.

4.6. Autres méthodes d’analyse

62Les analyses descriptives ont été conduites, principalement, dans le but de répondre aux questions qui avaient suscité la recherche, c’est-à-dire les questions sur les projets migratoires et le logement, les stratégies mises en place qui en découlent, les canaux de marché utilisés.

63Ensuite, des simulations de parcours en matière de logement ont été effectuées au moyen d’analyses de type markovien. La simulation concernant l’évolution du statut d’occupation du logement s’est avérée extrêmement intéressante car elle met en évidence une forte tendance à l’accès à la propriété. De même, le cycle de vie familial dans ses phases d’expansion et de contraction dimensionnelles a été simulé.

4.7. Les utilisateurs des données

64Principalement moi. À partir de cette enquête, trois articles en italien et un en anglais ont été publiés. Puis, des aspects plus spécifiques ont été traités à travers une petite dizaine de thèses « de laurea ».

4.8. Confrontation avec d’autres enquêtes biographiques

65La confrontation avec les résultats d’autres enquêtes biographiques est évidente et inévitable, surtout grâce aux nombreux travaux particulièrement stimulants de Daniel Courgeau et Éva Lelièvre. Cependant, il faut reconnaître avec un peu de regret que ces confrontations ont été occasionnelles et non systématiques.

5. Évaluation de l’enquête

5.1. Principaux thèmes traités et analysés

66Le thème prévalent est la mobilité, analysable à partir des données TRIBIO, comme une propension à changer de logement plutôt que de changer de commune de résidence. La migration a été mise en relation avec d’autres événements et d’autres caractéristiques relatives à la trajectoire migratoire et aussi avec d’autres parcours au cours de l’existence.

67L’unité d’analyse est toujours le ménage, mais lorsque les données le permettent, des analyses individuelles sont également menées.

68Parmi ces analyses, nous pouvons citer les relations entre migrations et fécondité ; celles entre migrations et logement ; celles entre migrations et activité professionnelle des membres du ménage ; l’étude du processus de dés urbanisation ; l’analyse des migrations et cycle de vie du ménage ; et enfin des travaux sur les risques et les précautions à prendre lors des analyses biographiques.

5.2. Ce qui a très bien marché

69Les informations concernant l’histoire des logements sont, à mon avis, de très bonne qualité. À ce propos, deux décisions se sont avérées particulièrement pertinentes : celle de s’intéresser aux logements occupés plutôt qu’aux migrations et celle de conduire la reconstitution de la trajectoire résidentielle à partir du logement où s’est déroulée l’entrevue.

70Le cycle de vie du ménage a été lui aussi bien documenté. Dans ce cas, la reconstruction a démarré à partir du moment de la constitution. Cet événement était facile à identifier et à dater dans le cas le plus fréquent, c’est-à-dire lors du mariage de deux personnes provenant de leur propre ménage parental. Dans d’autres cas, il y a eu quelques hésitations.

5.3. Ce qui s’avère être des erreurs

71La première chose que je voudrais modifier est la fermeture, en 1950, de la reconstruction des événements. Je choisirais alors entre l’alternative suivante. Ou je récolterai des informations, même sommaires, sur la période comprise entre la date de constitution du ménage et 1950, au minimum, les dates des changements de résidence au cours de cette période. Ou bien, je soustrairai, dans l’échantillon les ménages constitués avant cette date. En fait, plusieurs des analyses déjà réalisées conseillent de se baser uniquement sur les biographies fermées à gauche. Par ailleurs, j’ai déjà manifesté mon désappointement à propos des biographies professionnelles. Après avoir tenté au cours des enquêtes successives d’améliorer le rendement, je suis convaincu que le questionnaire était trop lourd et mettait à rude épreuve la patience de nombreuses personnes interrogées. Dès lors, il était inévitable que l’intérêt et l’attention des répondants se soient relâchés lorsqu’ils ont dû répondre aux derniers volets du questionnaire. Si je devais répéter l’enquête, je conserverais uniquement la vérification des dates de changement de poste de travail et éventuellement la localisation correspondante.

5.4. Éventuelles modifications

72Si cette enquête était à refaire, la principale modification que j’y apporterais concerne la sélection de l’échantillon des ménages à interroger. Dans l’enquête « TRIBIO », l’extraction totalement aléatoire de l’univers des ménages, résidant dans les communes sélectionnées, servait surtout à des analyses transversales sur les problèmes et les mécanismes du marché immobilier. Étant maintenant davantage intéressé par l’analyse biographique, je choisirais de restreindre l’univers d’études à quelques cohortes de ménages ou, en tout cas, d’en exclure les ménages constitués depuis trop longtemps (par exemple, avant 1950) ou trop récents pour apporter une contribution appréciable en termes d’analyse biographique.

5.6. Évaluation d’ensemble

73De façon générale, la qualité et la quantité des données récoltées sont satisfaisantes. En revanche, l’organisation des fichiers d’information - composés pour chaque ménage d’un nombre variable d’enregistrements à format fixe - s’est révélée compliquée à exploiter. De même, l’exploitation et les résultats de l’enquête peuvent paraître décevants en regard de l’énorme effort déployé pour produire des données ou acquérir les compétences nécessaires à leur traitement : cette enquête mériterait d’autres prolongements et, en particulier, de connaître des applications et une diffusion plus larges.

6. Recommandations

74Une première suggestion d’ordre général doit être faite (celle-ci d’ailleurs s’impose quel que soit le type d’enquête) sur l’importance de faire une sélection très sévère des variables à inclure, avant même de commencer à rédiger le questionnaire. En effet, un questionnaire trop long en termes de nombre de questions et de durée d’entretien risque de nuire à la qualité des informations recueillies.

75Dans une enquête rétrospective biographique, je recommanderais de choisir quelques cohortes d’individus, ou comme dans « TRIBIO » quelques promotions de ménage, de façon à ce que les indicateurs ne se résument pas à une moyenne des comportements calculés sur des périodes trop variables et trop éloignées dans le temps.

76Un dernier conseil concerne l’utilisation des résultats. Très fréquemment, les financements de la recherche proviennent d’un monde non académique, aussi est-il nécessaire de procurer aux commanditaires des résultats intelligibles et applicables. Applications, simulations et projections ne doivent donc pas être négligées au cours de l’analyse des données recueillies.

77Les analyses biographiques, que l’on peut désormais mettre en œuvre de plus en plus facilement grâce au développement de logiciels conviviaux, exigent néanmoins un engagement méthodologique. Mais il faut savoir ne pas s’étourdir de méthodologie et faire l’effort de vulgariser les résultats obtenus.

Bibliographie

7. Bibliographie

Bottai M., 1988, Ciclo di vita familiare e biografie migratorie e professionali, Dip. di Statistica e Mat. appl. all’Ec, Report n° 22, Pisa.

Bottai M., 1990, Storie familiari e storie migratorie : un’indagine in Italia, in A. Bonaguidi (éd.), Prospettive metodologiche nello studio della mobilità della popolazione, Pacini, Pisa.

Bottai M., 1996, Migratory careers. An application and some suggestions, Proceedings of EAPS-IUSSP 3rd European Population Conference, Milano.

Notes

1 J. Duchêne, 1985, Un test de fiabilité des enquêtes rétrospectives « Biographie familiale, professionnelle et migratoire », Chaire Quetelet : Migrations internes, Louvain la Neuve.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. - Importance de l’échantillon
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6608/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

Auteur

© Ined Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search