Version classiqueVersion mobile

Biographies d’enquêtes

 | 
GRAB (Groupe de réflexion sur l'approche biographique)

Chapitre V. L’enquête « Histoire de vie familiale, professionnelle et migratoire » en Pologne

Ewa Fratczak

Texte intégral

1. Préliminaires

1.1. Nom précis de l’enquête

1« Histoire de vie familiale, professionnelle et migratoire». Dans la langue d’origine : Polskie badanie retrospektywne 1988 « droga yciowa - biografia rodzinna, zawodowa I migracyjna ».

1.2. Problématique et objectifs

2Les principaux objectifs de l’enquête rétrospective polonaise de 1988 étaient :

  • la reconstitution des histoires familiales, professionnelles et migratoires des personnes interrogées ;

  • l’identification de la situation socio-économique de l’enquêté.

3La reconstitution de l’histoire de vie individuelle comprenant les trajectoires familiale, scolaire, professionnelle et migratoire a été faite grâce à la collecte d’informations détaillées sur les événements marquants de la vie.

4Ces événements concernaient en particulier :

  • le mariage/les mariages - jusqu’à quatre - : l’état matrimonial au moment du mariage, le mois et l’année de mariage, la catégorie du lieu de résidence avant le mariage et celle juste après le mariage, des données précises sur les éventuelles séparations ou divorces ;

  • les enfants, classés par ordre de naissance. L’information recueillie au sujet des enfants concernait : le sexe, la date et le lieu de naissance des enfants, éventuellement leur date de décès, la date et les raisons de leur départ du domicile parental, le lieu de résidence ;

  • le cursus scolaire : la date de son début, l’établissement fréquenté, le lieu de résidence à l’époque, la date de fin d’études;

  • les périodes d’activité ou d’inactivité sur le plan professionnel : pour chacune d’elles, la date de début d’activité ou d’inactivité. Des renseignements sur les conditions de vie, le groupe socio-professionnel de la personne enquêtée et le secteur économique ont été recueillis ;

  • les migrations, y compris des données sur les divers changements de résidence, la date d’arrivée dans un domicile donné, la taille du logement et la principale raison du déménagement ;

  • les événements importants dans la vie de la personne interrogée concernant sa biographie familiale, professionnelle et migratoire ;

  • les caractéristiques démographiques et socio-économiques de l’enquêté et de son conjoint, tels que : le sexe, la date et le lieu de naissance, des données sur les parents (groupe socio-professionnel, niveau d’éducation, état matrimonial, principale source de revenus, niveau de vie).

5L’information recueillie permettant de décrire la situation démographique et socio-économique actuelle des personnes interrogées s’applique :

  • au ménage, incluant la/ les source(s) de revenu(s), le nombre de personnes, la catégorie et le lieu de domicile, le type de ménage ;

  • aux transferts intergénérationnels de biens, services et argent. Les renseignements recueillis portaient sur la forme, le niveau de l’aide fournie aux enfants par les parents et vice-versa ;

  • à l’influence et l’étendue des relations;

  • aux activités des personnes qui perçoivent des pensions d’invalidité et des pensions vieillesse ;

  • à l’auto-évaluation de l’état de santé de l’enquêté et de son degré de satisfaction dans la vie.

1.3. Préparation de l’enquête

6Avant l’enquête définitive, nous avons réalisé une enquête pilote afin de tester le questionnaire et les instructions relatives à l’entretien. Cette dernière a eu lieu, en mars 1988, dans trois « voivodies » de Pologne (Varsovie, Olsztyn, Biaystok). Au cours de l’enquête préliminaire, 100 questionnaires ont été menés à bien. Le temps nécessaire à la préparation de l’enquête a été d’environ un an.

7Les expériences des autres centres de recherche et organismes ont servi à la préparation du questionnaire (instituts polonais : l’Institut de statistique et de démographie et l’Office central de statistique ; instituts étrangers : en France, l’Institut national d’études démographiques - Ined ; aux Pays-Bas, le Nidi ; en Allemagne, le Bib, l’Emind, l’Institut GmbH ; en Italie, l’Université de Pise).

1.4. Date et durée de la collecte

8En juin 1988. La collecte de l’enquête rétrospective polonaise a duré un mois.

1.5. Initiateurs de la recherche

9Les principaux instituts impliqués étaient :

  • l’Institut de statistique et de démographie ;

  • l’École d’économie de Varsovie - SGH (l’ancienne Central School of Planning and Statistics) ;

  • l’Office central de statistique.

10L’équipe de chercheurs se composait de Jerzy Z. Holzer et Ewa Fratczak, de l’Institut de statistique et de démographie et de l’École d’économie de Varsovie ainsi que de Jan Kordos et Wiesaw de l’Office central de statistique.

1.6. Univers d’étude

11La population polonaise âgée de 45 ans et plus au moment de l’enquête.

1.7. Mode de tirage et taille de l’échantillon

12L’enquête rétrospective polonaise de 1988 « Histoire de vie familiale, professionnelle et migratoire» a été réalisée à partir d’un échantillon tiré de l’enquête « budgets des ménages» au deuxieme trimestre de 1988, faite par l’Office central de statistique.

13La sélection de l’échantillon a fait l’objet d’un tirage aléatoire à deux degrés. Les Centres régionaux de sondage (Regional Survey Centre - RSC) constituèrent les unités primaires tirées au sort. 98 strates ont été distinguées avant de tirer au sort parmi 49 « voivodies » divisées en villes et villages. Les RSC ont été tirés systématiquement au sort à l’intérieur des différentes strates avec des probabilités de sélection proportionnelles au nombre d’habitants (modèle de Madow, aussi appelé modèle de Goodman-Kish ou de Hartley-Rao).

14Un tirage sans remise en deux étapes a été appliqué dans un deuxième temps, afin d’identifier les ménages qui seraient choisis pour l’enquête, avec des probabilités égales d’être sélectionnés. L’échantillon utilisé pendant l’enquête n’était par conséquent pas élémentaire.

15L’enquête ne retenait que les personnes âgées de 45 ans et plus, l’hypothèse sous-jacente supposant que pour cette tranche d’âges (45 ans et plus), la majorité des parcours avaient été achevés ou étaient sur le point de l’être. De plus, parmi les personnes interrogées, âgées de 45 ans et plus, on pouvait distinguer deux sous-populations : les personnes âgées de 45 à 59 ans et celles de 60 ans et plus. Aussi espérait-on que l’enquête permettrait de combler d’importantes lacunes dans le domaine des biographies individuelles et familiales, en relation avec le processus de vieillissement de la population. Il faut préciser que, si les limites d’âges sont fixées de manière conventionnelle, elles correspondent à celles le plus souvent utilisées dans les études sur le vieillissement de la population.

16L’échantillon des personnes interrogées se composait de 5 104 personnes âgées de 45 ans et plus : 2904 femmes et 2 200 hommes.

1.8. Profil des enquêteurs

17L’enquête a été conduite par des personnes expérimentées, travaillant comme instructeurs des centres de recherche sur les budgets des familles et les prix, donc, des enquêteurs qui avaient participé aux sondages systématiques sur les budgets des ménages à l’échelle nationale, dirigés par le département des recherches statistiques de l’Office central de statistique (les centres de recherche sur les budgets des familles et les prix couvrent 49 départements - « voivodies » - de l’Office central de statistique). De plus, ces personnes ont pris part à la réalisation d’enquêtes selon le système intégré des enquêtes sur les ménages, effectuées par l’Office central de statistique et l’enquête « Histoire de vie familiale, professionnelle et migratoire» était la vingtième enquête réalisée selon ce système.

18Les enquêteurs ont reçu une formation spécifique de deux fois deux jours, compte tenu de l’expérience de l’enquête pilote.

2. Description des documents d’enquête

2.1. Les documents de l’enquête

19Les principaux documents étaient :

  • le questionnaire « histoire de vie familiale, professionnelle et migratoire » comprenant 10 sections dont on trouvera la description dans la partie 2.5 (plan détaillé du questionnaire) ;

  • le rapport de l’enquêteur à partir de l’enquête sur le questionnaire ;

  • le rapport de l’enquêteur lorsque l’enquête n’a pu être effectuée (comprenant des informations détaillées sur les raisons ayant empêché de mener à bien l’enquête);

  • les instructions sur la façon de remplir le questionnaire « Histoire de vie familiale, professionnelle et migratoire» et de présenter les rapports sur les enquêtes réalisées et celles non effectuées, avec les sept suppléments incluant les codes de base - le tout comprenant 38 pages ;

  • une brochure décrivant le but de l’enquête et distribuée aux personnes interrogées au début de l’entretien.

20Les rapports des enquêteurs nous ont fourni des renseignements supplémentaires sur la passation du questionnaire.

21Tous les documents sont disponibles à l’Institut de statistique et de démographie, École d’économie de Varsovie - SGH.

2.2. Points importants soulignés durant la formation des enquêteurs

22Comme nous l’avons déjà signalé, les groupes d’enquêteurs se composaient d’instructeurs appartenant aux centres de recherche sur le budget des familles et les prix (employés de l’Office central de statistique). Au cours de la formation, qui dura 4 jours (deux sessions de 2 jours chacune), l’attention a surtout porté sur les aspects spécifiques de l’enquête (l’étude longitudinale différant des enquêtes de type transversal réalisées habituellement).

2.3. Déroulement de l’entretien

23Avant de commencer l’entretien, les enquêteurs présentent brièvement les objectifs de l’enquête à la personne interrogée qui reçoit également une brochure susceptible de la renseigner.

24Un climat de confiance doit être créé afin d’obtenir le maximum d’informations fiables. À cette fin, l’enquêteur a été encouragé à se montrer aimable et prévenant envers la personne interrogée et à l’écouter attentivement, sans manifester de hâte ni d’impatience. Si l’enquêté s’écarte de la question posée, il ne faut pas lui couper la parole mais l’inviter avec tact et compétence à répondre aux questions. Si certaines questions ne semblent pas comprises, leur contenu sera explicité et, dans le cas de questions à caractère personnel, on usera de tact et de finesse.

25La reconstitution du calendrier de vie individuel, c’est-à-dire la biographie familiale, professionnelle et migratoire, nécessite beaucoup d’attention et un engagement total des deux parties. L’enquêteur et la personne interrogée peuvent, en remplissant le questionnaire, l’entacher de faits incomplets, voire incohérents, d’oublis et de réponses erronées ou non datées. En de telles circonstances, l’enquêteur s’efforcera de déceler les liens entre les quatre domaines de la biographie de l’enquêté : familial, scolaire, professionnel et migratoire, compte tenu des interactions entre ceux-ci. Une égale importance sera accordée aux quatre trajectoires (familiale, scolaire, professionnelle et migratoire) afin d’éviter de privilégier l’une d’elles.

2.4. Interlocuteur(s) de l’enquêté

26La personne enquêtée répond aux questions en face-à-face. La présence du conjoint ou de membres de la famille pendant l’entretien est souhaitable car, très souvent, elle encourage et facilite les réponses. Les personnes interrogées peuvent se servir des documents qu’elles ont en leur possession comme les actes de naissance, les certificats de scolarité, les certificats de rapatriement, les documents concernant les migrations, les cartes d’identité qui fournissent des renseignements sur les enfants, les changements de domicile, le travail, etc.

2.5. Plan détaillé du questionnaire

27Le questionnaire de base comprenait dix sections :

  • Section I : Informations sur le ménage,

  • Section II : Histoire du mariage/des mariages,

  • Section III : Renseignements sur la personne interrogée et son conjoint,

  • Section IV : Renseignements sur les enfants,

  • Section V : Cursus scolaire,

  • Section VI : Activité professionnelle - périodes d’embauche et périodes d’inactivité entre celles-ci,

  • Section VII : Changements de domicile (migrations),

  • Section VIII : Contacts, services et aide mutuels,

  • Section IX : Ancienne activité professionnelle des retraités,

  • Section X : Événements importants dans la vie de la personne interrogée.

28Les questions rétrospectives étaient rassemblées dans les sections II, IV, V, VI et VII du questionnaire dont voici le détail :

29Section II. - Histoire des mariages (sens formel et juridique du terme)

  1. L’état matrimonial

  2. Vivez-vous en union libre ?

  3. Donnez, s’il vous plaît, des informations concernant l’histoire de vos mariages

    1. rang du mariage (1, 2, 3, 4)

    2. mois et année du mariage

    3. lieu de domicile juste après le mariage

    4. mois et année de la dissolution du mariage

    5. motif de la dissolution (la mort du conjoint, le divorce, la séparation, sans objet si le mariage est toujours en cours)

30Section IV. - Informations sur les enfants

  1. Combien d’enfants avez-vous ?

  2. Donnez-nous, s’il vous plaît, des renseignements sur chaque enfant en commençant par l’aîné. Cette question s’applique à tous les enfants :

    1. rang de l’enfant (de 1 à 10)

    2. sexe

    3. mois et année de naissance

    4. lieu de résidence de la mère avant la naissance de l’enfant

    5. pour les enfants morts, donnez la date de la mort (mois et année)

    6. l’enfant est-il le fruit d’un mariage, d’une union libre, ou d’une adoption ?

    7. rang du mariage dont l’enfant est issu (selon la section II)

    8. quand l’enfant a-t-il quitté le domicile parental ? (donner le mois et l’année)

    9. principale raison de départ du domicile parental

    10. catégorie du dernier lieu de résidence de l’enfant

    11. quand votre enfant a-t-il eu son premier travail ? (donner l’année)

31Section V. - Cursus scolaire (école, université)

  1. Date d’entrée à l’école (mois, année)

  2. Catégorie d’école

  3. Domicile

  4. Date de fin d’études (mois, année)

32Section VI. - Activité professionnelle - périodes d’embauche et périodes d’inactivité

  1. Date initiale pour chaque période d’activité ou d’inactivité sur le plan professionnel (mois, année)

  2. Niveau de vie

  3. Appartenance à un groupe socio-professionnel

  4. Secteur économique

33Section VII. - Changements de domicile (migrations)

  1. Date d’arrivée au domicile (mois, année)

  2. Catégorie du lieu de résidence

  3. Principale raison d’arrivée au domicile

34Le relevé des événements dans chacune des sections rétrospectives a été réalisé avec une grande précision, au mois et à l’année près, ce qui a permis une reconstitution détaillée de leur durée et à partir de là des variables temps. Les sections purement rétrospectives stipulaient certaines définitions : par exemple, seules les unions formelles entraient dans l’enquête.

35Précisons quelques-unes de ces définitions.

Périodes d’activité et d’inactivité professionnelle

36L’information sur les périodes d’activité et d’inactivité professionnelle concernait les personnes qui étaient entrées dans le monde du travail pour une période supérieure à six mois et cela même dans le cadre d’une activité qui ne constituait pas la principale occupation de l’enquêté (cas des retraités, des étudiants). Les périodes d’activité professionnelle inférieure à six mois n’étaient pas comptabilisées. Les périodes d’activité à temps partiel ont été considérées comme des périodes d’activité professionnelle.

37Les périodes d’inactivité ponctuelle de moins de six mois, sans rupture de contrat, ont été enregistrées comme des périodes d’activité professionnelle (par exemple : les départs pour raisons de santé, les formations, les vacances, etc.). Dans le cas d’une période d’activité professionnelle variable, ou de rupture dans l’activité professionnelle au cours de laquelle le statut professionnel n’avait pas été justifié, on a comptabilisé une seule période. Les périodes d’activité et d’inactivité professionnelle ont été relevées avec une précision de l’ordre de six mois. Les critères suivants ont servi de repères afin de caractériser les périodes d’activité professionnelle :

  • changement d’entreprise, changement de secteur d’activité économique ;

  • changement de groupe socio-professionnel.

Migrations ou changements du lieu de résidence

38Les changements du lieu de résidence ont été relevés avec une marge de six mois, ce qui signifie que la date inscrite en tête d’une colonne du questionnaire (section VII) correspondait à celle au début de la colonne suivante, à six mois près.

Niveau d’éducation

39Les renseignements sur le niveau d’éducation ont été validés par le certificat ou le diplôme correspondant.

Premier départ de l’enfant du domicile parental

40Le premier long séjour hors du domicile parental (durant au moins six mois) a été considéré comme la date de départ du domicile familial, même si l’enfant est retourné vivre avec sa famille par la suite. La vie en pensionnat ou collectivité au moment des études, les séjours à l’hôpital ou en sanatorium n’ont pas été interprétés comme des départs du domicile parental. Cependant, le départ pour suivre des études universitaires, trouver du travail, vivre séparément, se marier, vivre avec quelqu’un d’autre, les désaccords familiaux, le départ à l’étranger et d’autres raisons de quitter le domicile parental, comme le service militaire, ont été considérés comme un départ de l’enfant du domicile parental. Les enfants qui vivaient avec leurs parents mais géraient leur propre ménage ont été traités comme ceux qui avaient quitté le domicile parental.

2.7. Innovations

41Les principales innovations consistaient à combiner dans le questionnaire les deux enquêtes rétrospective et transversale, à introduire une approche sur le vieillissement dans les trajectoires individuelles et familiales, et à mettre à disposition un rapport de collecte pour chaque entretien réalisé ou non.

42Ajoutons qu’une grande attention a été portée à la formation des enquêteurs et au manuel d’instruction, ce qui a permis d’organiser très correctement la collecte.

3. La collecte

3.1. Déroulement de la collecte

43Le questionnaire a été rempli au cours de l’entretien en tête-à-tête. La reconstitution du calendrier de vie individuel, la collecte des événements constituant les différentes trajectoires réclamaient une attention soutenue, aussi bien de la part de l’enquêteur que de la personne interrogée. Les enquêtés ont su maintenir leur attention. Quant aux enquêteurs, ils ont tenu compte des liens existants entre les quatre biographies de la personne enquêtée (familiale, scolaire, professionnelle et migratoire) et ils ont respecté les dates des événements et leur succession dans le temps.

44Le temps moyen de passation du questionnaire était de à 68 minutes (allant de 35 à 130 minutes).

45Au moment de la réalisation de la collecte, en cas de désaccord sur la chronologie des événements, on se référait aux documents, lorsque la personne interrogée pouvait les présenter, parmi ceux-ci : des certificats de scolarité (écoles et universités), des cartes d’identité qui contiennent des renseignements sur les dates de naissance des enfants et sur les dates de changements du lieu de travail.

3.2. Taux de non-réponse

46On a enregistré 320 cas de refus, représentant 6,3 % du nombre total d’entretiens effectués. 110 refus sur 320 (34,4 %) sont la conséquence de l’impossibilité de joindre la personne à enquêter en dépit de nombreuses tentatives. En général, il s’agissait d’un départ de la personne pour raison de santé au moment de l’enquête, départ souvent lié à une hospitalisation. On a relevé 81 cas (23,3 % des refus) pour raison de déficience mentale due à une grave maladie ou, plus fréquemment, au grand âge. Les autres motifs de refus (33 cas, soit 10,3 %) relevaient de conflits qui se sont produits durant l’entretien : dans ces cas, les raisons des refus n’ont pas été communiquées.

47Les 96 cas restants (30 %) entraient dans le cadre des causes notées « autres» ou « restant».

48Compte tenu du taux relativement faible de non-réponses, on a tenté de remplacer les personnes tirées au sort qui ne pouvaient ou ne voulaient pas participer à l’enquête.

3.3. Collectes complémentaires

49Il est important de souligner que l’enquête « Histoire de vie familiale, professionnelle et migratoire», telle qu’elle a été conçue et réalisée, ne supposait pas la collecte de renseignements sur les conditions de logement et sur les revenus des personnes interrogées et des ménages. On a présumé que ces informations pouvaient être obtenues à partir de l’enquête sur le budget des ménages, réalisée par l’Office central de statistique (CSO).

3.4. Évaluation de la collecte

50Les renseignements recueillis dans «les rapports de l’enquêteur sur la réalisation de l’enquête» et « les rapports de l’enquêteur sur les enquêtes qui n’ont pas été conduites» peuvent fournir une première évaluation du matériel rassemblé. L’attitude des personnes interrogées envers la collecte apparaît à travers les chiffres suivants : 49,5 % la considèrent comme constructive, 30,5 % restent indifférents, 9,1 % la trouvent non constructive et 10,9 % n’ont pas d’opinion. 83 % des personnes enquêtées se sont montrées bienveillantes à l’égard du questionnaire tandis que seules 9 % des personnes interrogées ont adopté une attitude négative. Dans la plupart des cas, les questions n’ont provoqué aucune gêne chez les enquêtés.

51Les travaux sur l’évaluation du matériel recueilli au cours de l’enquête comprenaient :

  • la vérification du caractère représentatif de l’échantillon ;

  • l’évaluation de la précision des estimations ;

  • l’adaptation des tests classiques de cohérence et d’homogénéité x2 lorsque l’échantillon n’est pas élémentaire, ce qui était le cas (se rapporter au point 1.7 sur le mode de tirage de l’échantillon).

52Une méthode, connue dans la littérature sous le nom de « balanced repeated replications » (BRR), élaborée par P.J. McCarthy et développée par L. Kish et M.R. Frankel a été utilisée afin d’estimer la précision des résultats obtenus à partir d’un tel échantillon. L’algorithme de cette méthode, qui a servi de base à l’analyse des résultats tirés de l’enquête rétrospective polonaise de 1988, a été mis au point par le professeur Bracha de l’Institut d’économétrie de l’École d’économie de Varsovie - SGH. Les résultats obtenus ont été inclus dans le rapport sur le sujet.

53Les conclusions découlant de l’analyse diffèrent selon les cas :

  • si les caractéristiques mesurables s’appliquent à l’ensemble de la population, alors la précision des estimations était bonne et l’erreur relative oscille entre 0,3 et 1,5 % ;

  • si celles-ci ne s’appliquent qu’à des sous-populations représentant cependant plus de 10 % de la population totale, alors les erreurs relatives n’excèdent pas 3,5 % ;

  • enfin pour les situations rares : le taux d’erreur était un peu plus élevé bien qu’il n’excède pas 7 %.

54L’échantillon tiré au sort et utilisé pour l’enquête n’étant pas élémentaire, on ne pouvait appliquer les techniques classiques telles que le test de Pearson (x2) afin d’examiner les hypothèses de la cohérence de la distribution empirique avec une distribution théorique, l’identité de deux distributions empiriques, l’indépendance de deux caractéristiques similaires. L’application de telles techniques augmenterait fortement la probabilité d’erreurs de type 1. L’algorithme quelque peu modifié du test (x2), élaboré par le professeur Bracha, a été utilisé pour examiner les hypothèses mentionnées.

55L’enquête ayant été réalisée en 1988, les distributions des structures de la population d’après les caractéristiques tirées du recensement national de 1988 ont été utilisées pour l’évaluation de la cohérence de la distribution des structures. Ainsi le matériel empirique constitue-t-il une excellente source de données tout en posant les bases pour l’analyse et la vérification de nombreuses hypothèses de recherche.

4. Traitement de l’information

4.1. Traitement du questionnaire, principes et difficultés de codification

56Les premières données tirées de l’enquête ont été exploitées par l’Office central de statistique en collaboration étroite avec l’Institut de statistique et de démographie, à l’École d’économie de Varsovie. L’ensemble du procédé de codification et de contrôle a été exécuté par l’Office central de statistique. Afin de vérifier la cohérence des données du questionnaire, nous avons mis au point un programme spécial qui enregistre et contrôle la cohérence des informations. Le programme de base se composait de 200 sous-programmes chargés de s’assurer de la qualité des données.

57Dans un deuxième temps, l’Institut de statistique et de démographie recevait les données de l’Office central de statistique. Au sein de l’Institut ont été élaborés de nouveaux programmes destinés à vérifier les données et s’appuyant sur des options spécifiques pour évaluer la qualité des données par rapport au procédé des échantillons et à l’étude de la cohérence des structures et répartitions empiriques en général.

4.2. Fichiers de base de l’enquête

58L’enquête rétrospective polonaise de 1988 a un manuel d’utilisateur en version polonaise et anglaise. Les données sont disponibles aux formats TXT, DBF, SPSS et ZOO.ARCHIVE pour le programme TDA. Les données sont organisées suivant les dix sections du questionnaire.

4.3. Choix de la saisie de la variable temps

59Les variables temps n’ont pas été tout de suite entrées dans la base de données. Les bases de données comprennent les dates des événements, par exemple : la date du premier mariage - le mois et l’année - et la date de la première dissolution. L’utilisateur des bases de données peut créer des variables temps, dans le cas présent la durée du mariage.

4.4. Choix de l’unité de temps pour l’analyse

60Le temps, selon l’analyse, est envisagé comme :

  • le temps calendaire ou l’âge,

  • la durée du processus depuis son origine ou la durée de séjour dans l’état étudié.

4.5. Utilisation des méthodes d’analyse des biographies

61De nombreuses méthodes de pointe d’analyse biographique ont été utilisées au cours du travail de recherche sur les données de l’enquête. Cela n’a posé aucun problème, au contraire nous pensons avoir contribué au développement de ces méthodes.

4.6. Autres méthodes d’analyse

62Les méthodes de statistiques descriptives ainsi que les méthodes et modèles caractéristiques de l’analyse biographique ont été utilisées. Celles-ci incluaient :

  1. des méthodes et modèles non-paramétriques comprenant, entre autres :

    1. différents types de tables de survie ;

    2. des méthodes de standardisation ;

    3. les modèles à risques concurrents.

  1. les modèles paramétriques dont, parmi d’autres, les modèles de Weibull, Gompertz, les modèles exponentiels, log-normaux : les modèles courants en somme.

  2. les modèles semi-paramétriques (le modèle Cox et quelques autres).

63Les études conduites exigeaient non seulement la formulation de nouvelles hypothèses de recherche mais imposaient aussi la recherche de nouvelles solutions méthodologiques. On citera :

  1. les tests basés sur les fonctions des distributions spécifiques, mis au point afin d’examiner les modèles paramétriques (Fratczak, Jóźwiak, Paszek, 1996, pp. 51-52),

  2. les études sur la stabilité du quotient de deux fonctions d’intensité. La distribution des statistiques ainsi définies étant une distribution de Cauchy tronquée (Fratczak, Jóźwiak, Paszek, 1996, pp. 61-65).

4.7. Les utilisateurs des données

64L’équipe de recherche était dirigée par Ewa Fratczak et Barbara Paszek et se composait d’étudiants diplômés, de titulaires de doctorats et de professeurs.

65La coopération internationale n’a pas seulement consisté en projets communs mais a impliqué soit des confrontations de recherche susceptibles d’aider à résoudre les principaux problèmes, soit la constitution d’un groupe autour d’un programme adéquat.

66Frans Willekens fut la première personne à coopérer avec nous. Il nous a donné de nombreuses indications utiles. Une de nos publications (Fratczak, 1996) consacrée à l’analyse par cohorte de la fécondité comptait des tables de fécondité. Elles ont été préparées grâce à Frans Willekens et à son programme Life-Line. De nombreuses formations (comprenant cours et bourses de recherche) ont été suivies au département démographique de l’université de Stockholm sous la tutelle de Jan Hoem. Nous avons reçu de très nombreux conseils de la part de Daniel Courgeau. L’estimation des modèles semi-paramétriques avec l’utilisation du programme EVACOV, développé à l’Ined par Éva Lelièvre, a été rendue possible grâce à la participation de Marco Bottai, de l’Université de Pise, dans le cadre du projet TEMPUS. Ces dernières années, la coopération avec Hans Peter Blossfeld et Goetz Rohwer au sujet de la mise en pratique du programme TDA (Transition Data Analysis) s’est développée.

67Les résultats obtenus à partir des recherches sur l’enquête rétrospective polonaise de 1988 correspondaient, en ce qui concerne la nature des phénomènes et procédés, aux résultats des enquêtes rétrospectives française, italienne, allemande, tels qu’ils étaient présentés dans de nombreux ouvrages et articles.

5. Évaluation de l’enquête

5.1. Principaux thèmes traités et analysés

68De nombreux travaux sur l’analyse et la valorisation des résultats de la recherche ont été entrepris depuis 1989. Ces dernières années, le nombre de travaux ayant pour objet l’analyse de la base de données de l’enquête rétrospective polonaise a augmenté, et cela grâce à la possibilité d’obtenir des fonds pour la recherche auprès du Comité des études scientifiques.

69La liste des travaux établis sur la base des résultats de l’enquête (livres, articles, communications en Pologne et à l’étranger, aussi bien que des travaux non publiés sur le sujet) s’ajoute à la bibliographie (voir 7). Il est important de souligner que l’enquête rétrospective de 1988 « Histoire de vie familiale, professionnelle et migratoire» a été insérée dans un programme publié par la Fondation européenne des sciences en 1990, ce qui est la marque d’une bonne évaluation de l’enquête polonaise au plan international.

70Les principaux travaux analytiques se concentraient sur des analyses biographiques (longitudinales) et, dans une moindre mesure, sur l’utilisation de données recueillies sous forme transversale durant l’enquête.

71Il est nécessaire de rendre compte de deux grands courants de recherche au sein de nombreuses analyses biographiques.

Sur les trajectoires individuelles, familiales modélisées et les comportements

72La plupart des analyses se sont concentrées sur les trajectoires des femmes. Sept ans d’analyse montrent que l’on a porté la plus grande attention sur ce que l’on entend communément par « vie familiale», en mettant l’accent sur la fécondité, les changements d’état matrimonial, les processus de formation et de dissolution de la famille. La majeure partie de l’analyse se focalisait sur l’histoire des premiers mariages et on a plusieurs fois prouvé que le modèle de formation et de dissolution de la famille en Pologne correspondait au modèle de la famille nucléaire, qui est un modèle traditionnel. Des études sur la trajectoire familiale ont aussi été réalisées en liaison avec des recherches sur le vieillissement de la population.

73L’autre trajectoire qui a exigé beaucoup d’attention et d’analyse dans l’enquête rétrospective polonaise était la trajectoire migratoire. Fréquemment, les études sur cette trajectoire étaient réalisées en relation avec la fécondité ou plus généralement avec la trajectoire familiale.

74L’analyse des parcours scolaire et professionnel ont été les thèmes les moins approfondis mais des travaux analytiques sur ce matériau sont en cours.

Sur les interactions modélisées entre événements de trajectoires différentes

75Les interactions modélisées entre événements de trajectoires différentes supposaient que la plupart des travaux analytiques qui étaient menés à partir de l’enquête rétrospective polonaise se concentraient sur l’étude des interactions entre les événements de la trajectoire familiale (basée sur l’histoire des premiers mariages) et les événements de la trajectoire migratoire. Dans ce domaine, les expériences françaises et suédoises ont servi de modèle (travaux de Daniel Courgeau et Éva Lelièvre ainsi que ceux de Jan Hoem). Les travauxse poursuivent sur les interactions entre les événements des trajectoires familiales et professionnelles et de futurs travaux seront entrepris sur l’analyse de l’interaction entre les événements des trois trajectoires (familiale, professionnelle et migratoire). Ces études d’interaction des événements étaient et sont à chaque fois précédées d’une analyse théorique approfondie et de la formulation d’hypothèses de recherche détaillées.

76En conclusion, il paraît utile d’ajouter que l’analyse ne comprenait aucune question ouverte.

5.2. Ce qui a très bien marché

77L’enquête s’est bien déroulée grâce à une bonne préparation et à son organisation rigoureuse. On en trouve la confirmation dans la parution en 1989 du premier livre s’inspirant des données et des résultats de l’enquête. Une version polonaise-anglaise avec des passages en russe a été également publiée.

5.4. Éventuelles modifications

78Dix ans ont passé depuis la réalisation de l’enquête. Les principales modifications concernent l’expansion du domaine de recherche au sein des quatre trajectoires étudiées si l’on prend en compte les phénomènes récents qui sont apparus en Pologne après la période de transformation. Cela s’applique essentiellement à la situation sur le marché du travail (trajectoires professionnelles), à différents types de migrations, à de nouvelles formes de relations familiales, « unions libres». Des études rétrospectives sur les attitudes et les comportements devraient être menées mais de telles enquêtes s’avèrent souvent difficiles « après coup ».

79Des modifications futures du questionnaire devraient inclure un changement complet de la forme, en particulier de son aspect visuel. Cependant, l’ajustement des formes et méthodes de codage et du traitement de l’information à la forme visuelle était limité et déterminé par les conditions et les exigences des sondages réalisés sous le système intégré des sondages des ménages, conduits par l’Office central de statistique.

80Quant au contenu, lié à la reconstitution des quatre biographies, les modifications et ajouts devraient inclure :

  1. la reconstitution des histoires de l’ensemble des unions, y compris les unions de fait ;

  2. l’extension des sections sur la carrière professionnelle, avec la prise en compte des phénomènes nouveaux qui sont apparus lors de la période de transformation du système, depuis 1989, en Pologne et qui enrichirait les informations recueillies ;

  3. une extension assez importante de la section « migrations».

5.6. Évaluation d’ensemble

  • 1 Il est nécessaire de souligner que l’Institut de statistique et de démographie, en liaison avec l’U (...)

81Ce fut la première grande enquête rétrospective en Pologne qui reconstituait les quatre carrières (scolaire, professionnelle, migratoire et familiale, la dernière incluant l’histoire génésique) pour chaque personne interrogée. Les données tirées de l’enquête ont servi de base à l’application de différents types de méthodes d’analyse, parmi lesquelles les méthodes d’analyse biographique. L’expérience acquise au cours de cette enquête a été utile à la réalisation d’autres enquêtes rétrospectives1.

82L’enquête a atteint tous ses objectifs. Ce fut une expérience de recherche importante pour l’ensemble de l’équipe qui a réalisé l’étude. Grâce à cette enquête ainsi qu’à la suivante « Enquête sur la famille et la fécondité », les histoires familiale, scolaire, professionnelle et migratoire des Polonais ont pu être reconstruites depuis le début du siècle. Les renseignements recueillis au cours de l’enquête sont des données uniques. Avant de commencer l’enquête, nous redoutions que la reconstitution des migrations pendant la période des rapatriements d’après-guerre en Pologne soit un sujet difficile, voire délicat. Nos craintes ne se sont toutefois pas concrétisées. Nous n’avons en général pas rencontré de problème insurmontable.

6. Recommandations

831. Les enquêtes rétrospectives sont tout à fait particulières. Elles fournissent des informations pour de nombreux travaux de recherche. Par conséquent, elles doivent être capables de prendre en compte les comportements nouveaux.

842. Le succès des enquêtes rétrospectives dépend de :

85• Une bonne préparation et organisation de l’enquête (la formulation exacte des hypothèses et objectifs de recherche, les définitions et notions de base, le domaine de recherche de l’enquête).

86• La préparation adéquate des documents sur lesquels s’appuie l’enquête : un questionnaire moderne dont les données sont entrées sur ordinateur portable, ce qui permet d’examiner la cohérence des réponses, les relations, les faits et événements au cours de l’entretien et de se référer, pour les enquêteurs, aux instructions et aux documents de formation.

87• La qualité de l’équipe composée d’enquêteurs expérimentés qui contribuent, par leur compétence personnelle, à la qualité des documents recueillis. L’enquête doit se faire sous la forme d’un entretien en tête-à-tête en incitant l’enquêté à avoir recours à tous les documents disponibles.

88• La coopération internationale visant à l’échange des expériences est fortement conseillée et une recherche mutuelle, s’appuyant sur un ou plusieurs questionnaires similaires, est recommandable.

89• Chaque enquête rétrospective devrait, autant que possible, se servir des précédentes enquêtes du même genre, se perfectionner en ce qui concerne l’organisation et approfondir l’aspect scientifique de l’enquête (recueil des phénomènes nouveaux et nouvelles méthodologies).

90• L’expérience polonaise montre qu’il est préférable d’élaborer le questionnaire de telle sorte que l’examen des biographies soit accompagné de questions concernant la situation actuelle des personnes interrogées, c’est-à-dire réaliser une enquête à la fois rétrospective et transversale.

Bibliographie

7. Bibliographie

Fratczak E., 1989, Life Course (Family Occupational and Migratory Biography), SGPiS-GUS, Varsovie.

Fratczak E., 1991, Marital status life tables for selected female cohorts. Evidence from Polish retrospective survey 1988, Sudia Demografiezne, n° 3.

Fratczak E., 1993, Ageing family and individual life course. Micro approaches, in E. Fratczak (éd.), Population Ageing in Poland. Selected Aspects, Cicred, Paris, INIA, Malte, pp. 81-92.

Fratczak E., 1994, Retrospective survey as a source of data for event history analysis in demography, Rozwoj demografii polskiej 1918-1993, PTD, GUS, Varsovie.

Fratczak E., 1996a, Cohort analysis of fertility based on the Results of Polish Rétrospective Survey 1988, Life Course-Family, Occupational and Migratory Biography, PTD, Varsovie.

Fratczak E., 1996b, Family and fertility careers of Polish females. A semi-parametric and life table approach, Polish Population Review, n° 9, Varsovie.

Fratczak E., Józwiak J., Paszek B., 1996, Applications of Event History Analysis in Demography. Nonparametric and Semiparametric Analysis of Data front Polish Retrospective Survey 1988 (in Polish), SGH, Varsovie.

Fratczak E., Paszek B., 1991, Selected example of applications methods of life course and family life course based on the results of Polish Retrospective Survey 1988, in E. Fratczak, J. Jóźwiak, B. Paszek (eds), Methodology of Studies on Individual and Family Life Cycle. Selected aspects (in Polish), Monografie i Opracowania, 23/341, ISiD SGPiS, Varsovie.

Fratczak E., Paszek B., 1994, An examination of family and migration career correlation. An application of the nonparametric analysis methods to the results of the restrospective study-life course (family, occupational and migratory biography) 1988, Polish Population Review, n° 5, Varsovie.

Notes

1 Il est nécessaire de souligner que l’Institut de statistique et de démographie, en liaison avec l’United Nations Fund for Population Activities (UNFPA), a mené à bien, en 1991, au sein d’un projet international « Enquête sur la famille et la fécondité » dirigé par le bureau des activités de la population des Nations unies à Genève, une autre enquête rétrospective qui touchait 8 544 personnes âgées de 18 à 49 ans. Comme l’enquête réalisée en 1988, elle associait des particularités des enquêtes rétrospective et transversale. Dans la partie rétrospective, comme dans l’enquête de 1988, les parcours des autres carrières ont été reconstitués. Les personnes de l’enquête rétrospective de 1988 étaient âgées de 45 ans et plus tandis que l’enquête de 1991 s’adressait aux personnes de 18 à 49 ans. Grâce à ces deux enquêtes, la Pologne fait partie des pays ayant conduit des enquêtes rétrospectives de grande envergure en démographie. Ces données empiriques uniques peuvent être utilisées pour l’application théorique et pratique des méthodes d’analyse des biographies.

Auteur

Institute of Statistics and Demography, Warsaw School of Economics - SGH.

© Ined Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search