Version classiqueVersion mobile

Biographies d’enquêtes

 | 
GRAB (Groupe de réflexion sur l'approche biographique)

Chapitre I. Une lecture comparative de 14 collectes biographiques

Philippe Antoine, Catherine Bonvalet, Daniel Courgeau, Françoise Dureau et Éva Lelièvre

Texte intégral

1Deux décennies séparent les enquêtes les plus anciennes, menées en France (« Retraités » en 1974, « Triple biographie » en 1981), des plus récentes menées en Inde et au Mexique. Dans l’intervalle, les collectes biographiques se sont multipliées, d’abord en Europe, puis à partir de la fin des années quatre-vingt en Afrique et en Amérique latine, en Asie enfin dans les années quatre-vingt-dix (voir graphique 1, page 22). En vingt ans d’expérience, l’évolution des problématiques est sensible et les innovations sont nombreuses.

2Les quatorze enquêtes décrites ici représentent un échantillon diversifié des collectes biographiques quantitatives récentes centrées sur l’étude conjuguée des trajectoires géographique, familiale et professionnelle (tableau 1). Néanmoins d’autres collectes ont été entreprises et on peut citer en particulier deux enquêtes allemande et espagnole dont les représentants ont d’ailleurs participé au Séminaire de juin 1997. Il s’agit, d’une part, de la « German life history study » (GLHS) dont la collecte initiale auprès des cohortes nées en 1929-1931, 1939-1941 et 1949-1951 avait été faite en 1981-1983 en Allemagne de l’Ouest et qui a été suivie depuis d’autres enquêtes auprès de cohortes plus récentes sur l’ensemble du territoire allemand réunifié (Mayer et Müller, 1986). D’autre part, en Espagne, l’« Encuesta sociodemogràfica » a été effectuée en 1991 auprès de 158 264 individus (voir documents de l’Instituto nacional d’estadìstica (INE), 1991).

Tableau 1. - Caractéristiques générales des enquêtes

Tableau 1. - Caractéristiques générales des enquêtes

1. Des problématiques différenciées : de l’analyse des comportements démographiques à la lecture des transformations urbaines

3Même si toutes les enquêtes ont été conçues pour recueillir les éléments de la biographie des individus enquêtés, les objectifs divergent et des différences apparaissent clairement comme le montre le tableau 2 (pp. 14-15) qui résume très succinctement les problématiques des enquêtes.

4On peut distinguer cinq grandes catégories, mais bien sûr d’autres regroupements pourraient être imaginés, tant les préoccupations selon lesquelles nous avons fait notre classification sont présentes à des degrés divers dans chaque enquête.

5La première catégorie regroupe les enquêtes dont l’objectif est avant tout méthodologique. L’enquête « Triple biographie» a permis de mettre en place les fondements de l’analyse démographique des biographies. Elle recueille en rétrospectif les trajectoires individuelles dans trois domaines (familial, professionnel et migratoire) ainsi que de nombreux éléments du passé de l’individu. Le but poursuivi est d’analyser les interactions entre ces divers éléments et l’effet de l’hétérogénéité de la population sur ces comportements. En fait, on cherche à cerner comment un événement familial ou professionnel, pour un individu donné, modifie la probabilité des autres événements de son existence.

6Cette approche constitue une avancée considérable dans la mesure où elle permet, contrairement à l’analyse démographique classique qui suppose l’indépendance des processus entre eux, de « déceler la logique interne» des comportements des individus. La biographie est alors considérée comme unphénomène évolutif complexe qui dépend à la fois des caractéristiques des individus mais également du contexte social dans lesquels ils évoluent. En faisant l’hypothèse que le comportement des individus peut être décrit comme un processus stochastique, les auteurs ont pu développer une méthodologie pour analyser le déroulement de ce processus au cours du temps et dans l’espace.

7Les enquêtes faites en Pologne et en Roumanie qui recueillent les mêmes trois trajectoires (familiale, professionnelle et migratoire), sont directement issues de l’enquête «Triple biographie». L’objectif poursuivi consiste à adapter cette enquête aux cas particuliers de la Pologne et de la Roumanie. L’enquête polonaise, par exemple, insiste sur la situation socio-économique des enquêtés (revenus, transmission inter-générationnelle, ...).

8Le deuxième groupe rassemble les enquêtes dans lesquelles les questions de méthodes sont moins centrales, l’objectif étant plus sociologique. Il s’agit de comprendre les histoires de vie, d’analyser l’ensemble du déroulement des trajectoires familiale, professionnelle et géographique. Ces enquêtes veulent contribuer à « éclairer l’histoire urbaine par une analyse des âges de la vie et du changement social : constitution et transformation des classes sociales, évolution des structures sociales, évolution des structures familiales, réseaux de sociabilité, transformation des modes de vie, de l’habitat, des rapports aux lieux, des mobilités, des pratiques de santé » (Françoise Cribier). Dans ce groupe on trouve principalement les enquêtes sur les retraités parisiens menées par l’équipe de recherche dirigée par Françoise Cribier.

9Le troisième groupe comprend les enquêtes consacrées à la migration vers la capitale, à l’enracinement des ménages à un endroit donné ainsi qu’à la migration intra-urbaine. Ce sont les enquêtes sur Paris (« Peuplement et dépeuplement de Paris »), la Toscane, Bogota et Delhi. L’objectif est bien d’étudier les pratiques résidentielles des individus, leurs stratégies d’occupation de l’espace géographique et social, les stratégies d’accession à la propriété d’une part et de voir l’effet de ces pratiques en termes de recompositions de ces territoires urbains, d’autre part.

10À l’intérieur de ce groupe, on observe des différences selon que l’accent est mis sur tel ou tel aspect de la trajectoire. Les enquêtes « Peuplement et dépeuplement de Paris » (PDP) et « Triple biographie des familles en Toscane occidentale» (TRIBIO) insistent sur la question du logement. L’évolution des critères en matière d’habitat (taille du logement, confort, localisation, statut d’occupation), le nombre de déménagements durant la période observée, l’adéquation de la taille du logement à la taille de la famille au cours du cycle de vie ainsi que les trajectoires migratoires internes à l’origine des phénomènes de péri-urbanisation constituent les points essentiels de ces recherches. Le tout resitué dans le contexte immobilier de chacun des pays.

11Même si les questions sur le logement sont très présentes dans les enquêtes sur Bogota et Delhi, leur objectif est plus large dans la mesure où elles ne se limitent pas à l’analyse des pratiques résidentielles mises en œuvre par les habitants, mais qu’elles cherchent à saisir l’impact de ces pratiques sur le développement et les recompositions de l’aire métropolitaine concernée.

12Le quatrième groupe concerne les enquêtes étudiant l’insertion urbaine dans un contexte de crise économique. Les trois enquêtes réalisées en Afrique (Dakar, Bamako, Yaoundé) s’intéressent, de façon plus ou moins approfondie, aux modalités d’insertion des migrants et des non-migrants : accès au travail, accès au logement, constitution du ménage, dynamique familiale et développement des réseaux de solidarités (familiaux ou non). Les stratégies tant démographiques qu’économiques développées par les ménages sont étudiées en liaison avec les politiques de développement urbain mises en œuvre. L’enquête de Yaoundé affiche même un objectif plus opérationnel : mettre à la disposition des décideurs et autres intervenants en développement, des informations susceptibles de les éclairer dans la gestion urbaine et à l’amélioration des conditions de vie des populations urbaines.

13Dans le cinquième groupe, on trouve des enquêtes plus spécifiques liées à des particularités bien précises. L’enquête faite au Mexique a pour objectif d’expliquer les changements démographiques qui ont lieu à Tijuana en analysant les interactions entre migrations internes et internationales, d’une part, et nuptialité, fécondité et emploi, d’autre part. Il s’agit de comprendre les processus migratoires entre le Mexique et les États-Unis et de situer leur impact sur le parcours de vie familial : avant ou après le mariage des migrants, effets de la naissance des enfants sur la migration elle-même, etc. L’enquête dans les villes pétrolières de Colombie (qui figure en annexe de l’enquête de Bogota) se déroule dans un contexte très particulier de front pionnier de peuplement. Bien que ses objectifs s’apparentent à ceux des enquêtes du troisième groupe, les conditions de sa mise en œuvre comme la particularité des rythmes (de croissance, d’activité, de rotation des travailleurs, etc.) observés marquent fortement cette collecte. Enfin, l’enquête de Noida correspond à une opération complémentaire de l’enquête de Delhi, plutôt qu’à une collecte originale indépendante.

Tableau 2. - Résumés des problématiques

Tableau 2. - Résumés des problématiques

2. Les principales caractéristiques des enquêtes

14Des objectifs de la collecte dépendent directement la définition géographique et sociale de l’univers et les choix en matière de procédure de sélection de l’échantillon. La diversité des problématiques se retrouve donc, tout à fait logiquement, dans les caractéristiques générales des enquêtes, présentées dans le tableau 1 (pp. 10-11).

Le champ géographique et social de la collecte biographique

15Sur les quatorze enquêtes, trois seulement portent sur l’ensemble d’un territoire national : France («Triple biographie »), Pologne et Roumanie ; elles ont toutes été menées en Europe. Les autres enquêtes s’intéressent aux grandes agglomérations, en particulier aux capitales : citons Paris (« Peuplement et dépeuplement de Paris »), Dakar, Bamako, Yaoundé, Delhi et Bogota. Enfin trois enquêtes concernent des villes au caractéristiques très spécifiques : une ville frontière au Mexique (Tijuana), trois villes pétrolières dans le département du Casanare en Colombie (Yopal, Aguazul et Tauramena) et le bassin d’habitat d’une ville moyenne (Pise), constitué de deux provinces : la Toscane et la province Ligure de La Spezia.

16La définition de la population concernée par le recueil biographique fait aussi apparaître des stratégies bien distinctes d’une opération à l’autre. Pour certaines enquêtes, le critère qui prime est de collecter des biographies auprès d’individus suffisamment âgés pour disposer d’une histoire déjà bien remplie, mais pas trop de façon à minimiser les erreurs de mémoire et les oublis des événements lointains. Les enquêtes « Triple biographie » en France et en Pologne portent ainsi sur des générations âgées de 45 ans à 70 ans. En Roumanie, deux générations ont été retenues : celles de 1931 et de 1951. L’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris » interroge des Parisiens âgés de 50 à 60 ans, et enfin les enquêtes auprès de retraités parisiens suivent des cohortes de façon prospective. L’unique enquête non européenne s’intéressant aux seuls adultes d’âge mûr, est l’enquête pilote de Tijuana, au Mexique : dans le but de tester justement le questionnaire dans des situations complexes, il a été décidé de ne retenir que les chefs de ménage âgés de 40 à 50 ans et leurs conjoints.

17Toutes les autres enquêtes conduites dans les pays en développement ne concernent pas exclusivement des personnes d’âge mûr. En Afrique, où les enquêtes mettent l’accent sur les répercussions de la crise économique sur le comportement des jeunes générations, l’échantillon comprend aussi bien des jeunes de 25 ans que des personnes de 60 ans. En Colombie et en Inde, toute personne âgée de plus de 18 ans est susceptible d’être enquêtée, le contrôle de la composition par âge de l’échantillon biographique étant assuré par un système de quota. L’enquête toscane constitue un cas à part, la condition ne portant pas sur l’âge, mais sur l’année de formation du ménage.

La sélection de l’échantillon

18La réalisation d’une enquête quantitative réclame un soin particulier dans la constitution de l’échantillon et les conséquences des décisions prises en la matière ne sauraient être sous-estimées : au-delà de la seule question de représentativité de l’univers d’étude, c’est en effet le champ des analyses possibles qui est déterminé par les caractéristiques de l’échantillon et le plan de sondage mis en œuvre pour sa sélection.

19Dans près de la moitié des collectes, le recensement constitue la base de sondage («Triple biographie», « Peuplement et dépeuplement de Paris », Dakar, Bamako, Yaoundé). Pour les autres, la base de sondage varie selon les données disponibles et le thème de la recherche : enquête « Budget des ménages » en Pologne ; fichiers administratifs en France pour les enquêtes de Françoise Cribier (fichiers de retraités de la Caisse nationale vieillesse), en Roumanie (fichiers de population des inspectorats départementaux de la police) et en Inde (listes électorales). Quant à l’enquête de Bogota, elle utilise une image satellite SPOT et des cartes : permettant de s’affranchir des limites des bases de sondage plus traditionnelles et de maîtriser la distribution géographique de l’échantillon, cette solution s’inscrit complètement dans la problématique de l’étude, centrée sur la dynamique d’une aire métropolitaine du Sud en pleine mutation.

  • 1 Dans les différents pays, les notions de ménage-logement ne sont pas strictement identiques sans pa (...)

20À partir des ces diverses bases de sondage, la sélection des individus concernés par la collecte biographique se fait la plupart du temps selon un plan de sondage stratifié à trois degrés, avec quelques adaptations aux spécificités de chaque terrain : sélection d’unités spatiales (communes, quartiers, îlots), tirage de logements ou de ménages1, puis sélection à l’intérieur du ménage des individus. Ce dernier degré du sondage est mené en appliquant la méthode Kish (cf. note 1, p. 61), ou bien une stratification selon l’âge (trois générations dans les enquêtes africaines et colombiennes), le sexe, ou d’autres critères comme la position dans le ménage, le lieu de naissance (Bogota) ou la situation professionnelle (villes du Casanare).

21Comme pour toute enquête quantitative, la taille des échantillons doit être élevée si l’on veut obtenir une certaine précision, des résultats significatifs et une représentativité de la population étudiée. La taille moyenne des échantillons biographiques se situe autour de 2500 personnes, mais les écarts en la matière sont grands, en fonction de l’univers d’étude et des moyens financiers et matériels dont disposaient les réalisateurs de la collecte. Les enquêtes d’envergure nationale menées en France et en Pologne avec le soutien des Instituts statistiques de ces pays portent sur près de 5 000 personnes, tandis que celle de Roumanie concerne 1 200 personnes. Dans le cas des enquêtes locales, où l’univers d’étude correspond à une ville, ce sont généralement 1 000 à 2000 individus qui font l’objet du recueil biographique.

Tableau 3. - Collectes complémentaires

Tableau 3. - Collectes complémentaires

La place de la collecte biographique dans le système d’observation

22Le plus souvent, la collecte biographique, qui concerne dans toutes les enquêtes (à l’exception de Delhi) les événements familiaux, professionnels et migratoires, s’inscrit dans une observation plurielle des réalités socio-démographiques : comme le montre le tableau 3 (pp. 18-19), de nombreuses enquêtes décrites dans cet ouvrage se sont accompagnées d’opérations de collecte complémentaires.

23Seules quatre enquêtes n’ont donné lieu à aucune enquête complémentaire : l’enquête de Pologne, l’enquête Toscane, l’enquête pilote de Tijuana au Mexique et l’enquête de Yaoundé, réalisée dans le cadre d’une formation de démographes. L’enquête « Triple biographie» a donné lieu à une enquête complémentaire, l’enquête « Triple biographie bis», qui s’inscrit dans des préoccupations méthodologiques : il s’agissait d’évaluer la fiabilité de l’enquête rétrospective dans un pays disposant d’un registre de population, la Belgique.

24Un deuxième groupe d’enquêtes biographiques comporte des collectes complémentaires sous forme de récits de vie ou d’entretiens semi-directifs approfondissant certains thèmes de l’enquête biographique : enquêtes « Retraités» de 1984, « Peuplement et dépeuplement de Paris », Roumanie, Dakar et Bamako. Dans un souci de représentativité de l’approche anthropologique, les chercheurs ont conduit ces entretiens auprès de sous-échantillons de personnes déjà interrogées lors de l’enquête biographique. Seule l’enquête roumaine a dû déroger, involontairement, à cette pratique.

25Enfin, troisième cas de figure : les enquêtes biographiques s’insérant dans un système d’investigation comportant d’autres enquêtes démo-statistiques ou qualitatives et l’utilisation de documents ou fichiers d’origine administrative. Les enquêtes « Retraités » de 1972, Colombie (Bogota et villes du Casanare) et Inde (Delhi, Noida) appartiennent à cette catégorie, où la collecte biographique est une composante du système. Contrairement aux cas précédents, la compréhension des biographies individuelles ne constitue pas forcément l’objet principal du système d’enquêtes : en Colombie comme en Inde, l’objectif énoncé est d’étudier les dynamiques urbaines en analysant les trajectoires résidentielles.

26Les caractéristiques de ces collectes complémentaires, résumées dans le tableau 3 font apparaître qu’elles sont toutes simultanées ou postérieures à l’enquête biographique : on peut pourtant se demander s’il ne serait pas intéressant de procéder à des entretiens approfondis au stade de la conception du questionnaire biographique. Dans deux cas (les enquêtes auprès des retraités parisiens et l’enquête de Bogota), la collecte complémentaire constitue un deuxième passage auprès de l’échantillon ayant fait l’objet antérieurement de la collecte biographique : l’articulation d’approches rétrospective et prospective ouvrant de nouveaux champs d’analyse, il importe de tirer des enseignements précis de ces expériences, tant sur le plan des difficultés de mise en œuvre que de leurs apports à la connaissance des pratiques de mobilité.

27Enfin, certaines collectes complémentaires, telles que celles menées en Colombie et en Inde, visent à recueillir des données contextuelles. Ces enquêtes s’inscrivent clairement dans une problématique mettant en relation le niveau micro des pratiques de mobilité des individus et des groupes familiaux, et le niveau macro des transformations urbaines et des acteurs institutionnels et non institutionnels intervenant dans la production et la transformation des espaces urbains. Outre les questions soulevées par l’analyse conjointe d’informations de différente nature (quantitative et qualitative), cette approche pose le problème de l’articulation des différents niveaux appréhendés (les individus, les familles, le quartier, l’agglomération) et des différentes temporalités en jeu.

28L’enquête mexicaine, où une collecte complémentaire devait être menée auprès des frères et sœurs émigrés à San Diego, aux États-Unis, soulève une question importante : la faisabilité d’une collecte multi-localisée, à une époque où les systèmes multipolaires deviennent un modèle résidentiel de plus en plus fréquent dans les pays du Sud comme du Nord. L’importance des informations sur la parentèle non corésidente n’est plus à démontrer : l’enquête de Monterrey a ouvert la voie dès les années soixante (Balàn et al., 1973) etc’est ce même principe d’introduction dans la matrice biographique de questions relatives aux parents non corésidents qui a été repris dans les enquêtes biographiques réalisées en Colombie et en Inde (avec d’ailleurs certains problèmes dans ce dernier cas pour obtenir l’information concernant les parents ou les beaux-parents décédés). Le fort taux de non-réponse à la question sur l’adresse des frères et sœurs émigrés a contraint à abandonner, au Mexique, la collecte complémentaire initialement prévue auprès des membres de la famille vivant hors du logement enquêté. Néanmoins, l’évolution des pratiques résidentielles rend nécessaire d’approfondir la réflexion pour progresser dans la voie d’une observation démographique multi-localisée.

3. La conception du questionnaire

Le mode de recueil de l’information biographique : questionnaire à modules et questionnaire matriciel

29Le principe du questionnaire biographique est de distinguer et dater les épisodes des différentes dimensions de la vie d’une personne : familiale, professionnelle, résidentielle, le plus souvent. Dans la conception du questionnaire, le souci majeur est de simplifier et rationaliser la tâche des enquêteurs dans une collecte aussi complexe, où les mêmes questions se répètent aux différentes étapes de la vie de l’individu, et de façon à ce que l’enquêté puisse se remémorer au mieux les événements et leur séquence. Les diverses solutions proposées visent le même but, et l’on observe au fil des enquêtes une amélioration des possibilités de mise en relation des différents calendriers. En effet, très rapidement, il est apparu indispensable de relier le maximum de calendriers entre eux en les mettant en parallèle, afin que l’enquêté puisse se remémorer au mieux les événements qui sont liés entre eux : migration lors d’un changement professionnel, changement de logement lié à l’accroissement de la taille du ménage, etc.

Graphique 1. - Les familles d’enquêtes selon leur date de réalisation et le mode de recueil de l’information biographique

Graphique 1. - Les familles d’enquêtes selon leur date de réalisation et le mode de recueil de l’information biographique

30Depuis le questionnaire de l’enquête « Triple biographie » en 1981, la conception des questionnaires biographiques a connu des inflexions sensibles, correspondant à des innovations majeures introduites dans l’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris » (1986), celle de Dakar (1989) et celle de Bogota (1992). Les différentes innovations sont reprises d’un questionnaire à l’autre et les enquêtes nouvelles en cours en 1998, tant à Antananarivo (Madagascar) qu’en France et au Mexique, utilisent des questionnaires améliorés par rapport à leurs prédécesseurs. On peut ainsi distinguer trois grandes familles de questionnaires biographiques (graphique 1).

La vie de Lucette
Afin d’illustrer les trois types de collecte, l’histoire d’une enquêtée fictive a été recueillie avec trois questionnaires, au prix de petites adaptations : on fait les trois enquêtes en 1989 et l’agglomération « Dakar/Pikine » est remplacée par la « Région parisienne » (figures 1, 2 et 3, ci-après).
L’enquêtée est née en mars 1965, à Rennes, d’un père né en 1944 et d’une mère née en 1947. Pendant toute sa jeunesse, elle réside avec ses parents dans un appartement en propriété situé près de la Mairie. Après trois années de maternelle, elle rentre en CP en 1971 ; elle arrête ses études en 1980 après avoir redoublé. Elle commence à travailler en février 1981 comme caissière à temps complet dans un dépôt de pain de la banlieue de Rennes.
En mai 1982, elle emménage avec Marcel (né en 1960), avec lequel elle s’installe, toujours dans le même quartier de Rennes, dans le logement de fonction de celui-ci. Ils se marient en juin 1983.
Elle est licenciée de son emploi en décembre 1982, ce qui lui convient car elle est enceinte et comptait s’arrêter de toute façon. Son premier enfant (Lucien) naît en mars 1983 ; elle aura ensuite une fille (Geneviève), en août 1986.
Ils « montent » à Paris en février 1984, à la mutation de son époux, où ils louent un 2 pièces (dans le 12e arrondissement). L’héritage reçu suite au décès accidentel de ses parents en novembre 1985 leur permet d’envisager d’acheter un logement : c’est ainsi, qu’en février 1987, ils s’installent à Montreuil (quartier de la Boissière), dans un pavillon de 4 pièces.
En septembre 1989, elle reprend un emploi, alors que son fils aîné, âgé de 6 ans entre à l’école primaire, et sa fille en maternelle : emploi de caissière à temps partiel dans un supermarché qu’elle occupe toujours au moment de l’enquête.

Figure 1. - Un exemple de questionnaire séquentiel à modules : l’enquête « Triple biographie »

Figure 1. - Un exemple de questionnaire séquentiel à modules : l’enquête « Triple biographie »

Figure 2. - Un exemple de questionnaire séquentiel à modules avec fiche de datation AGEVEN : l’enquête Dakar

Figure 2. - Un exemple de questionnaire séquentiel à modules avec fiche de datation AGEVEN : l’enquête Dakar

Nota : Ne figurent page 27 que les premières questions des modules 4, 5 et 6 du questionnaire de l’enquête Dakar/Pikine que l’on a adapté pour recueillir la biographie de Lucette dont la trajectoire migratoire la conduit de Rennes à la Région parisienne.

Figure 3. - Un exemple de questionnaire matriciel : l’enquête Bogota

Figure 3. - Un exemple de questionnaire matriciel : l’enquête Bogota

31Les questionnaires séquentiels à modules ont été utilisés dans les pays occidentaux, où les principaux événements peuvent être datés par recours à des documents administratifs ou autres. Pour chaque module, une série de colonnes permettent de décrire les différents étapes de la trajectoire ; dans chacune des colonnes sont portées les réponses aux questions concernant l’étape (voir figure 1, pp. 24-25 : la trajectoire résidentielle dans l’enquête «Triple biographie »). Un rabat portant la date des principaux événements familiaux permet à l’enquêteur de s’y reporter tout au long de l’entretien. Le premier questionnaire de ce genre est celui de l’enquête « Triple biographie » ; cherchant à créer et à adapter des concepts nouveaux dans leurs pays respectifs, les enquêtes de Pologne et de Roumanie se rattachent à cette génération. L’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris » et celle de Toscane en sont des proches parents. Le questionnaire « Peuplement et dépeuplement de Paris » perfectionne d’ailleurs nettement le système de rabat proposé par « Triple biographie», en créant un système de découpe permettant un rabat « dégradé » ; il innove également en essayant de saisir l’évolution de la composition du ménage au cours du cycle de vie de l’individu.

32Dans les questionnaires séquentiels à modules utilisés en Afrique, il a été nécessaire d’adapter le questionnaire « Triple biographie » à un contexte culturel nouveau, où l’état civil est relativement absent et la notion de temps différente. D’où le recours à une fiche nommée AGEVEN, destinée à repérer et classer les événements dans le temps. Naissances, décès, changements de situation matrimoniale, carrière professionnelle et changements de lieux de résidence sont notés sur cette fiche graduée selon l’âge et la date (voir figure 2, pp. 26-27 : la trajectoire résidentielle dans l’enquête Dakar). Les utilisateurs de la fiche AGEVEN remplissent celle-ci au cours d’une conversation libre, puis renseignent ensuite le questionnaire biographique module par module. Trois enquêtes urbaines appartiennent à cette cohorte : Dakar, Bamako et Yaoundé.

33Enfin, les enquêtes menées en Amérique latine et en Asie procèdent au recueil de données biographiques sous forme matricielle : toutes les informations biographiques (événements et états) sont datées, décrites et mises en relation à travers le calendrier commun qui structure deux matrices, l’une relative à l’individu, l’autre à sa parentèle (voir figure 3, pp. 28-29 : la trajectoire migratoire dans l’enquête Bogota). Tirant parti de l’expérience réalisée en Amérique latine (enquêtes Mobilité à Monterrey et à Quito (Dureau, 1988), « Transition démographique en Colombie » (Florez, 1990)), les auteurs de l’enquête Bogota ont généralisé ce principe, déjà ancien, de questionnaire matriciel, à l’ensemble des événements survenus à la personne et certains de ceux vécus par ses proches parents. Après Bogota, les enquêtes des villes pétrolières du Casanare en Colombie, de Noida en Inde et de Tijuana au Mexique relèvent de cette méthode.

34Au-delà de préoccupations « techniques » visant à optimiser la collecte des événements et épisodes de la vie d’une personne, les diverses familles de questionnaires donnent une place différente à l’information biographique. Dans l’enquête de Bogota, les auteurs (Françoise Dureau et Carmen Elisa Florez) ont ainsi « volontairement réduit la collecte biographique aux seules données factuelles (événements et variables décrivant un état) ». Le questionnaire matriciel a l’avantage de combiner dans un même calendrier non seulement les événements familiaux, professionnels et migratoires, mais également les événements survenus à des personnes apparentées. C’est là une condition importante pour un recueil complet et bien daté des divers événements et une avancée dans le recueil de biographies plus complexes, telles que celles de l’entourage de l’individu. L’autre type de questionnaire, par modules, permet par contre de développer plus de questions spécifiques relatives à la caractérisation d’une période, au contexte et aux raisons des événements et autres changements d’état.

Les thèmes abordés dans le questionnaire biographique

35Qu’ils suivent une présentation par modules ou matricielle, la plupart des questionnaires sont organisés par thème. Mais, tandis que le déroulement de l’entretien, à l’aide des questionnaires par modules, suit systématiquement une série de questions ordonnées selon une séquence prédéfinie (celle prévue dans les modules du questionnaire), le remplissage d’un questionnaire matriciel s’appuie sur un entretien semi-structuré, où l’ordre des thèmes est aussi fonction du discours de l’individu interrogé : les enquêteurs notent d’abord les événements les mieux connus par la personne, exploitent immédiatement les réponses relatives aux événements liés se rapportant à différentes colonnes de la matrice, etc.

36Le tableau 4 (pp. 32-33) récapitule les thèmes traités par chacune des enquêtes, en distinguant l’information faisant l’objet d’un recueil biographique (trajectoire complète), des autres informations ne portant que sur un moment particulier de la vie des individus.

37On constate en premier lieu une forte unité dans toutes les enquêtes, tant celles réalisées dans les pays en développement que celles menées dans les pays développés, qui ont saisi, pour la plupart, les trois séquences d’événements familiaux, professionnels et migratoires. Le cursus scolaire, absent de la plupart des enquêtes européennes, fait l’objet d’un recueil biographique dans les enquêtas menées en Amérique latine, en Asie, et dans la dernière des enquêtes africaines (Yaoundé).

38En fonction de la problématique de la recherche et du contexte local, certains aspects sont plus développés : la question du logement dans l’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris » ou celle de Toscane, les itinéraires et systèmes résidentiels dans les questionnaires appliqués en Colombie et en Inde, la vie matrimoniale en Pologne et dans les enquêtes africaines, et le travail domestique des femmes à Yaoundé.

39Plusieurs enquêtes se démarquent de la démarche biographique classique, limitée au recueil des événements vécus par l’individu, et procèdent à la collecte d’informations concernant le conjoint (vie matrimoniale du conjoint à Yaoundé), les personnes qui ont cohabité avec l’individu (Toscane) ou des parents directs (Bogota, villes du Casanare, Noida et Mexique), la forme la plus aboutie de cette démarche se rencontrant dans l’enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris » où l’on collecte l’évolution de la composition du ménage tout au long de la trajectoire de l’enquêté.

Tableau 4. - Les thèmes abordés dans le questionnaire

Tableau 4. - Les thèmes abordés dans le questionnaire

4. Le traitement du temps

40Les concepts sous-jacents de l’analyse biographique vont façonner le traitement du temps dans les enquêtes. Il importe donc de dépasser le simple problème d’observation et de mesure lorsque l’on doit discuter et faire le point sur les variables mesurant la durée (Lelièvre, 1999).

  • 2 Quelle est la distance prise en compte ? Celle-ci peut être définie de diverses façons : en kilomèt (...)
  • 3 Quelle est la durée minimale de séjour en un lieu, nécessaire pour qu’on considère qu’un changement (...)

41Une échelle de temps est non seulement nécessaire à la datation, mais sert également à définir des durées minimales qui sélectionnent les « périodes » soit d’activité soit de résidence. En effet, une partie des événements dont on dispose sont facilement repérables et datés de façon assez précise comme les naissances, les décès et tous les actes documentés officiellement ; la plupart des événements qui jalonnent la trajectoire des individus et que l’on étudie en interaction dans une approche biographique sont bien moins aisés à identifier, car leur définition requiert plus d’un critère. Pour les événements qui ont trait à la mobilité géographique, ils sont définis selon un critère spatial2 et un critère temporel3.

42Dans le cas où l’échéance est sans ambiguïté, la décision du chercheur semble ne consister qu’à choisir l’unité à retenir pour le recueil et l’analyse (l’année, le mois, le jour, par exemple). Pour les événements concernant la mobilité, le choix de l’unité retenue se double du choix de la période de référence (voir tableau 5). Quatre cas se présentent :

  1. dans certaines enquêtes, bien que le recueil se fasse au mois, la période de référence est de six mois ou une année (enquêtes « Triple biographie», « Peuplement et dépeuplement de Paris », et les enquêtes africaines) : tout changement de logement est enregistré, s’il est précédé d’une résidence d’au moins six mois ou un an dans le lieu quitté. On a affaire ici à deux critères simples, mais non homogènes : l’horloge est plus précise que les périodes de référence ;

  2. d’autres collectes ont opté pour une horloge moins précise que les périodes de références : c’est le cas des enquêtes à Delhi et en Roumanie où la période de référence est de six mois et l’horloge est l’année. Cela conduit à des problèmes de codification quand deux périodes de six mois (éligibles) se succèdent la même année calendaire ;

  3. les enquêtes auprès des « Retraités parisiens», comme celles conduites en Italie, en Colombie et au Mexique ont un critère homogène pour la période de référence et l’horloge : l’année ;

  4. enfin, certains recueils peuvent se faire sur des critères plus complexes (enquêtes de Bogota et Delhi) : au cours de la période d’un an précédant l’enquête, elles enregistrent tous les changements de logement, pourvu que le lieu cité ait été, sur l’ensemble de la période, occupé au moins trente jours, pas forcément consécutifs.

Tableau 5. - Traitement du temps

Tableau 5. - Traitement du temps

43Les questionnements qui sous-tendent les analyses dans ces deux derniers cas sont différents et cela souligne bien l’importance accordée par les chercheurs à « penser le temps» en amont de l’analyse, lors de la collecte biographique.

44Cela conduit à évoquer un dernier point : lors d’une collecte biographique, dans la mesure où l’objectif est de confronter les événements des différents domaines, on ne saurait avoir une horloge par domaine. Se pose donc le problème de l’horloge commune. Très souvent, toutes les informations sont collectées de la même façon et le chercheur, lors de l’analyse, reconstruit ses échelles bon an, mal an. Une autre démarche consiste parfois à collecter un des parcours (génésique, professionnel...) dans un détail minutieux et seulement quelques étapes du reste de la trajectoire. On l’aura compris, une telle pratique ne permet pas une véritable analyse biographique. Ainsi, dans la mesure où il importe de collecter avec précision l’enchaînement des séquences d’événements, il semble opportun d’ajuster le recueil de l’ensemble des échéances, en se « calant» sur un des types d’événements.

45Cela nous conduit à rappeler que les données biographiques quantitatives sont le produit de la confrontation d’une trajectoire dont les repères ont été choisis par le chercheur (formalisés dans le questionnaire) à une biographie dont la structuration individuelle peut s’être faite sur une autre série « d’époques ». Or, une trop grande diversité des domaines abordés multiplie les ajustements entre processus de rythmes différents. Les difficultés à conjuguer un questionnement des histoires contraceptive et migratoire (enquête au Mexique), résultent non seulement de la trop grande différence des rythmes propres à chacune de ces histoires, mais également du fait que, pour les enquêtés, leur confrontation ne présente pas de relation évidente. Le propre d’une collecte biographique est l’intégration de plusieurs domaines dont les événements sont dépendants les uns des autres, cette intégration créant justement le temps de l’analyse. Il ne s’agit donc pas de juxtaposer un maximum de chronologies temporelles, mais de mettre en relation des événements liés entre eux.

46À l’analyse, cette recherche du temps pertinent de la biographie est illustrée par deux expériences, les enquêtes auprès des « Retraités parisiens» et à Bogota. Les unes proposent une analyse faite sur des « couples» avant/après un événement de référence, les autres proposent d’utiliser, pour caractériser les pratiques résidentielles au cours de l’année précédant l’enquête, des variables construites dites « système de résidence» qui combinent densité de résidence (fréquence), rythme d’occupation et nombre de logements fréquentés.

47Il reste à argumenter la dissociation entre l’unité de recueil et la période de référence. Une période de référence moins précise que l’horloge pose problème et doit être évitée. La question se pose également de savoir comment les enquêtés, qui ne datent pas précisément (on le sait), évaluent ces durées que le questionnaire impose. Chaque épisode comporte en principe une date de début et une date de fin, mais parfois seule la date de début de période est saisie dans la mesure où l’on estime qu’une période se termine quand la suivante commence. Or, selon les critères donnés, les périodes ne s’enchaînent pas nécessairement les unes à la suite des autres, il peut rester des périodes intermédiaires dont la nature reste indéterminée : cumul de petites activités, hébergements successifs ou simultanés, etc. Des risques de lissage des événements par le questionnaire biographique subsistent. Aucune solution totalement satisfaisante n’est encore donnée à ce problème.

48Des imperfections demeurent encore dans les différents systèmes de datation, en particulier en ce qui concerne les changements de statut au cours d’une même période de résidence, d’activité, voire d’union. Certains questionnaires essaient toutefois de les prendre en compte, comme celui de Toscane pour l’activité ou celui de Yaoundé pour la polygamie en cours d’union. Cependant la datation d’un changement de statut à l’intérieur d’une même période reste plus délicate.

49Le concepteur de l’enquête Toscane (Marco Bottai) souligne que vouloir une datation inférieure à l’année est illusoire, mais il soulève le problème de la simultanéité des événements qui ont lieu la même année. Ce problème se pose dans toutes les enquêtes, même lorsque la datation en mois est recherchée car tous les événements ne sont pas datés avec ce degré de précision. Plusieurs enquêtes recourent à un système de classement relatif des événements entre eux quand ils ont lieu la même année (par exemple Dakar ou Mexique).

5. La collecte

La formation des enquêteurs

50Dans ces enquêtes biographiques réputées « délicates », la sélection et la formation des enquêteurs ont fait l’objet d’un soin particulier, quels que soient leur profil et leur nombre, très variables selon les cas. En effet, si certains chercheurs ont pu bénéficier de toute la logistique de leur institution, en particulier d’un service d’enquêtes et d’informatique et de la participation d’une centaine d’enquêteurs professionnels, d’autres ont réalisé la collecte grâce à leurs étudiants et à d’autres chercheurs, ce qui d’ailleurs ne préjuge pas du tout de la qualité des résultats. Dans le cadre d’enquêtes biographiques nécessitant une démarche particulière avec laquelle les enquêteurs professionnels, plus habitués aux enquêtes transversales, ne sont pas familiers, les étudiants peuvent même se révéler « les meilleurs enquêteurs que l’on puisse souhaiter », comme le remarque Marco Bottai.

51L’attention des enquêteurs a été particulièrement attirée sur trois types de problèmes :

52- la datation des événements et leur mise en ordre surtout quand les événements ont lieu la même année (Dakar, « Triple biographie », Mexique, Yaoundé, Bamako, Roumanie) ;

53- la localisation précise des résidences successives (« Triple biographie», Delhi, Bogota, villes du Casanare, Bamako) ;

54- la description de l’activité professionnelle (Delhi, Bogota, villes du Casanare, Yaoundé, Bamako).

55Certaines recommandations sont propres à une enquête comme la recension exhaustive des différentes étapes migratoires (Delhi) ; la saisie des liens de parenté (Bamako) ; la définition des membres du ménage (Bogota, villes du Casanare, Delhi) ; le changement de statut matrimonial (Yaoundé) ; le classement d’une migration quand elle a lieu au milieu d’une année (Mexique).

56Plusieurs enquêtes ont des moyens particuliers pour localiser des événements dans le temps, et il a fallu former les enquêteurs à l’utilisation d’outils spécifiques (fiche AGEVEN, par exemple). Mais, dans l’ensemble, les réticences et les objections des enquêteurs à la démarche biographique ont été rapidement surmontées, soit durant la formation soit au tout début de la collecte.

57Les rappels, classiques, de déontologie d’enquête ont fait l’objet de recommandations particulières liées au contexte délicat de certaines enquêtes : inviter les enquêteurs à faire preuve de tolérance et de neutralité (Inde, Mexique), insister sur l’absence d’implications politiques du questionnaire (Roumanie), ainsi que sur le caractère confidentiel et le strict usage scientifique des informations (Colombie).

Le déroulement de l’entretien

58Dans plus de la moitié des collectes (et dans toutes celles réalisées dans les pays en développement), l’enquête est composée d’un volet ménage et d’un volet biographique, mais la collecte a été effectuée quasi systématiquement en un seul entretien, avec d’éventuelles visites ultérieures pour informations complémentaires (tableau 6, pp. 40-41). Lorsque l’enquête ménage et l’enquête biographique ont été décalées dans le temps (Dakar), des phénomènes de déperdition d’échantillon entre les deux enquêtes ont pu se produire. Afin d’éviter les forts taux de déperdition que l’enquête de Dakar avait rencontrés en raison de la longueur de cet intervalle, l’équipe de Bamako a opté pour une procédure permettant de réduire ce laps de temps : saisie immédiate (dans la soirée) des 12 variables du questionnaire ménage nécessaires à la constitution de la base de sondage, sélection des personnes éligibles pour le questionnaire biographique et, dès le lendemain matin, remise aux enquêteurs de la liste des personnes sélectionnées. La solution adoptée pour la sélection de ces individus conditionne directement ce taux de déperdition : de 26% dans l’enquête de Dakar, il passe à environ 10% dans l’enquête de Bamako. Adopter une procédure permettant une sélection immédiate des personnes interrogées semble une condition nécessaire pour éviter tout biais d’échantillonnage.

59Les entretiens sont généralement réalisés au domicile de la personne interrogée. Une seule enquête échappe à la règle du contact direct : l’enquête « Retraités », où le courrier et le téléphone ont aussi été utilisés. Cette expérience conduit à une évaluation très positive du téléphone, dont les avantages sont signalés par Françoise Cribier : la possibilité de fractionner les entretiens avec des personnes difficiles à joindre ou ne pouvant pas être mobilisées pour un long entretien ; l’opportunité de corriger et compléter des questionnaires incomplets, ainsi que de poser un certain nombre de questions supplémentaires ; enfin, une plus grande liberté que dans un entretien en face à face pour aborder des questions délicates. L’enquête auprès des « Retraités parisiens» correspond, rappelons-le, au suivi d’un panel et non à l’application d’un questionnaire biographique reposant sur le recueil des événements sous forme matricielle. Quels que soient les avantages mis en évidence dans l’enquête « Retraités », on peut se demander si l’usage du téléphone ne remettrait pas en cause les avantages offerts par l’élaboration progressive et contrôlée par l’enquêté de sa biographie, lorsque celui-ci peut avoir un regard permanent sur le questionnaire matriciel ou la fiche AGEVEN.

60D’une enquête à l’autre, des recommandations apparemment contradictoires sont données aux enquêteurs concernant l’interlocuteur de l’enquêteur. Par exemple, à Dakar comme au Mexique, on recommande que, dans la mesure du possible, l’enquêteur mène l’interview en tête à tête avec la personne enquêtée (qui n’est pas forcément le chef de ménage), étant donné le caractère confidentiel de certaines questions. Notons d’ailleurs, qu’à Dakar, seulement 65% des entrevues ont pu se dérouler en aparté. À l’inverse, dans des enquêtes comme « Triple biographie» ou celle de Toscane, il était recommandé à l’enquêteur de permettre au conjoint (en particulier l’épouse, dépositaire de l’histoire familiale selon les concepteurs de l’enquête) ou à tout membre du ménage d’assister à l’interview pour aider l’enquêté à se remémorer des événements et les dater correctement. Dans l’enquête « Retraités », on recommande, lorsque les deux conjoints sont présents, de laisser parler davantage la personne enquêtée. Ces recommandations sont fonction du contexte culturel, et surtout de la diversité des situations matrimoniales. En fait, l’enquête recouvre une partie de la vie commune avec l’actuel conjoint, mais couvre également une partie de la vie que le conjoint peut ignorer. C’est particulièrement le cas lorsque la mobilité matrimoniale est importante ou que des situations de polygamie existent.

61La durée des entretiens est une question souvent évoquée à propos des enquêtes biographiques. Effectivement, la complexité de l’information recueillie nécessite des entretiens relativement longs, dont la moyenne se situe autour d’une heure. Deux enquêtes se distinguent par une durée sensiblement plus importante, supérieure à une heure et demie : « Retraités » de 1975, et « Peuplement et dépeuplement de Paris ». Les entretiens les plus courts correspondent à des questionnaires où la collecte biographique ne comprend aucune question sur le contexte ou la raison des événements consignés dans la matrice biographique. Les grandeurs moyennes recouvrent, bien évidemment, des situations très contrastées : la durée des entretiens varie largement en fonction de la taille du ménage (en cas de volet ménage), de l’âge et de l’agilité intellectuelle de la personne interrogée, ainsi que de la complexité de la biographie de cette dernière.

Tableau 6. - Déroulement de la collecte

Tableau 6. - Déroulement de la collecte

62Un fait significatif mérite d’être relevé : le petit nombre d’abandons en cours d’entretien, malgré la longueur de celui-ci, ce qui peut être interprété comme un signe de bonne acceptation du questionnaire. Toutefois, ne faut-il pas craindre une lassitude des personnes interrogées affectant la qualité de la collecte ? Et, comme le relèvent à juste titre plusieurs auteurs, la fatigue et la lassitude touchent aussi les enquêteurs. On a trop souvent tendance à l’oublier : les difficultés d’application du questionnaire biographique ne sont pas le fait des seuls enquêtés.

Une très bonne acceptation du recueil biographique par les enquêtés

63Les taux de non-réponse, au sens de « refus de réponse», sont généralement comparables à ceux observés dans d’autres types d’enquêtes réalisées auprès des mêmes populations (tableau 6). Révélatrice d’une bonne acceptation des collectes biographiques, cette situation peut aussi être interprétée comme la conséquence d’une plus grande efficacité des équipes de collecte réunies pour les enquêtes biographiques : la sélection et la formation des enquêteurs font l’objet, nous l’avons vu, d’un soin particulier dans ces enquêtes.

64L’expérience montre que, même dans des contextes de très forte mobilité (Tijuana au Mexique, villes du Casanare en Colombie) ou de situation locale délicate (Roumanie, Colombie, etc.), il est possible de réaliser une collecte biographique. Ce type d’enquête nécessite une bonne collaboration des enquêtés. Celle-ci est généralement obtenue : c’est véritablement l’interaction entre l’enquêteur et l’enquêté qui permet la reconstruction de la biographie, dans un processus « d’élaboration subjective de la présentation par l’individu de son parcours, à travers la sélection des événements proposés et les précisions apportées » (enquête en Roumanie).

65Hormis la remémoration d’événements douloureux ou les questions relatives à certains membres de la famille sur lesquels les enquêtés hésitent à donner des informations (par exemple, l’ex-conjoint dans le cas d’un divorce, ou, en Inde, les membres de la belle-famille), la collecte biographique est très bien acceptée par les personnes interrogées : c’est ainsi qu’une enquêtrice de Bogota a décidé de commencer l’entretien par cette partie du questionnaire. Dans l’ensemble, l’accueil est favorable, le questionnaire biographique suscitant l’intérêt des personnes interrogées : c’est leur vie qu’on leur demande de résumer, et ils ont une satisfaction particulière à la voir reconstruite sur une matrice biographique (Bogota, Dakar). Marco Bottai souligne également l’intérêt des enquêtés pour un questionnaire qui, dans l’ensemble, les valorise : il leur permet d’évoquer leur ascension sociale. Certains chercheurs accordent même une fonction « thérapeutique » à cet exercice dans les contextes difficiles (Colombie, Roumanie), au-delà de sa fonction sociale de reconstruction de l’histoire (Roumanie). De façon plus générale, il faut bien être conscient que cet exercice de reconstruction biographique est un moment fort.

66Enfin, comme dans toute enquête, l’enquêté dévoile ce qu’il désire. Le caractère de mise en relation des processus réduit les incohérences. Néanmoins c’est un récit de vie, un témoignage que l’on collecte, avec ses limites et ses rationalisations a posteriori.

6. Traitement et analyse de l’information collectée

Le circuit du questionnaire : de la collecte aux traitements informatiques

67Les procédures de relecture, codification et saisie des questionnaires, la forme des fichiers de base de l’enquête et les programmes utilisés pour l’analyse (tableau 7), montrent des variations importantes dues à l’environnement, d’une part (collecte en collaboration avec un Institut national de statistique ou totalement prise en charge par l’équipe de recherche) et à la diffusion des logiciels disponibles, d’autre part (ce qui dépend de la génération de l’enquête et du réseau scientifique des auteurs).

68Néanmoins, quelle que soit la diversité des contextes et des populations d’étude des enquêtes biographiques analysées dans cet ouvrage, un certain nombre de conclusions sont partagées par l’ensemble des chercheurs.

69La convergence des points de vue conduit à énoncer sans ambiguïté les règles qui suivent :

  • la nécessité d’une relecture et d’un contrôle immédiats des questionnaires afin de pouvoir compléter sans attendre (par téléphone ou par une visite supplémentaire) les données incomplètes ou incohérentes ;

  • l’importance des informations notées en marge des questionnaires par les enquêteurs, sur demande de l’enquêté ou de leur propre initiative : au-delà de leur utilité pour le contrôle des questionnaires, ces informations jouent un rôle essentiel dans l’interprétation des situations rencontrées au cours des enquêtes ;

  • la longueur de la phase des contrôles de contenu et de cohérence de l’information collectée et de correction des fichiers;

  • l’importance de l’implication des chercheurs durant toutes les phases de travail (collecte, contrôle, corrections).

70L’ensemble des chercheurs s’accordent à souligner le caractère très exigeant de la collecte biographique, comparativement à d’autres techniques de collecte. Comment satisfaire ces exigences dans des enquêtes d’envergure nationale ou internationale, tel est le défi que posent les objectifs assignés à certaines enquêtes biographiques.

L’analyse et l’usage des données

71Pour ce qui est de l’usage des données, il apparaît que dans la totalité des expériences reportées ici, l’analyse a été exclusivement le fait des chercheurs et des étudiants doctorants associés. Hormis l’enquête de Bogota dont les fichiers ont été transmis aux services de planification de la ville, les données des autres enquêtes n’ont pas été diffusées pour l’usage des commanditaires et la raison (que l’on retrouve souvent en filigrane dans les évaluations faites par chaque équipe) est la complexité d’analyse de telles données, leur richesse déconcertant les usagers moins rodés à des outils qui sont toujours « de pointe ». Cela amène certains auteurs aux réflexions suivantes :

« J’estime que nous sommes en deçà de l’utilisation potentielle de telles données. On peut dire que l’effort énorme qui a été développé pour produire ces données et acquérir les compétences nécessaires pour les traiter de façon adéquate, pouvait et devait produire davantage, avoir une application et une diffusion plus larges » (Marco Bottai).

Tableau 7. - Traitement de l’information collectée

Tableau 7. - Traitement de l’information collectée

72Pourtant, les méthodes d’analyse statistique mobilisables pour exploiter des données biographiques sont diverses, le tableau 6 le montre bien : si dans les années quatre-vingt l’analyse de ces enquêtes reposait essentiellement sur les méthodes d’analyse biographique, l’enquête « Triple biographie » ayant justement permis de développer ces techniques, on note une diversification sensible des méthodes employées au fil du temps. L’analyse des données, les régressions, la statistique textuelle sont de plus en plus largement mobilisées pour l’analyse des enquêtes biographiques ; à partir des données de l’enquête de Bogota, une équipe a développé des méthodes d’analyse typologique de trajectoires.

73La « rusticité » apparente de certaines analyses et de certains indicateurs conduit malheureusement trop souvent à déprécier les solutions les plus simples, au profit d’un usage exclusif de techniques d’analyse plus sophistiquées. Pourtant, même avec des traitements statistiques simples (au sens mathématique, ce qui ne préjuge pas de la lourdeur de certaines opérations de gestion de fichier qu’ils requièrent), les données biographiques se révèlent très précieuses. Plusieurs auteurs insistent sur la pertinence des indicateurs longitudinaux, comme de ceux calculés à un moment donné dans une génération que seule une enquête biographique permet d’obtenir (« Peuplement et dépeuplement de Paris », Dakar, Bogota). À Bogota, les indicateurs descriptifs simples

« se sont révélés particulièrement significatifs et ont joué un rôle tout à fait essentiel dans la connaissance et la compréhension des logiques résidentielles » (Françoise Dureau et Carmen Elisa Florez).

74C’est bien en termes de complémentarité que la question du choix des méthodes d’analyse doit être envisagée ; les méthodes exploratoires, descriptives auront toujours leur place en amont des analyses de risque. Les décisions en matière de choix de méthodes dépendent bien sûr de la problématique de la recherche, elles auront aussi un impact important sur l’usage qui pourra être fait des résultats, comme le notent Philippe Antoine et Philippe Bocquier :

« On devrait développer l’analyse exploratoire à l’aide d’indices transversaux et longitudinaux simples, car pour l’instant on manque de résultats facilement compréhensibles pour un large public. »

75L’expérience toute récente dans les villes du Casanare confirme tout à fait ce point de vue : les indicateurs simples calculés à partir des données biographiques ont joué un rôle central dans la transmission des résultats auprès des services de planification et conduit à leur usage, immédiat, dans la définition des plans de développement municipaux.

La confrontation des résultats

76La confrontation des résultats avec ceux d’autres enquêtes biographiques a été entreprise par tous, mais de manière différente.

77En effet, dans un processus de production de connaissance, tous ont confronté leurs résultats à ceux plus couramment disponibles et tirés d’autres sources. Néanmoins, on assiste, dans certains cas, à des collaborations originales : ainsi en Afrique de l’Ouest (une expérience répétée en 1998 à Madagascar) les enquêtes « Mobilité et insertion urbaine» (Dakar, Bamako, Yaoundé) permettent de dépasser les conclusions monographiques en adoptant la même grille d’analyse. De même, les enquêtes Bogota et Delhi partagent les objectifs d’un même programme de recherche. Ici, au-delà des comparaisons internationales, il s’agit d’explorer dans deux contextes différents l’ensemble des formes de mobilités contribuant aux transformations des métropoles. Les expériences européennes se sont également prêtées à la comparaison de résultats, et dans le cas français, disposant de données nationales et de celles collectées dans la capitale pour les mêmes générations, on a pu compléter la précision des résultats sur les Parisiens en comblant les lacunes et les troncatures des informations parisiennes par leur cadrage national.

78En conclusion, la combinaison des expériences permet non seulement de tirer profit des réussites et échecs d’une précédente collecte, mais également une mise en perspective des résultats renforçant leur portée.

7. Évaluation et recommandations

79Dans les conclusions tirées des expériences de collecte, les évaluations faites par les chercheurs ayant eu la responsabilité des enquêtes ne peuvent être interprétées qu’au regard d’un certain nombre de données « contextuelles » :

  • les caractéristiques de la population enquêtée (âge, complexité des trajectoires) ;

  • les objectifs du recueil biographique (nombre et type de trajectoires recueillies) ;

  • la précision requise dans la datation et les périodes de référence considérées pour les étapes des différentes trajectoires.

Problèmes d’omissions et de mémoire

80Quand elles existent, les omissions ne doivent pas être systématiquement imputées à des problèmes de mémoire. Françoise Cribier souligne justement qu’on évoque souvent des problèmes de mémoire pour la population retraitée qu’elle suit et qui est très âgée :

« les lacunes, venues de difficultés à répondre, semblent moins souvent liées à des problèmes de mémoire qu’au désir de masquer un événement de la vie personnelle ou professionnelle dont on ne souhaite pas parler, ou encore de l’ignorance dans laquelle sont les sujets : ainsi près de la moitié des personnes les moins instruites ignorent le métier précis de leurs enfants. »

  • 4 À cet égard, l’évaluation des thèmes analysés et la distinction entre l’information constituant le (...)

81Il importe aussi de bien distinguer, d’une part, l’omission d’événements ou d’états et, d’autre part, la qualité de l’information décrivant cet état. Une moindre exigence de précision n’est pas forcément le gage d’une réduction du nombre d’omissions. Un exemple permet d’illustrer notre propos. Pour les dates, une moindre exigence de datation permet de conserver des événements dont la datation n’est pas connue précisément : on peut ainsi recueillir l’ordre des événements au sein de l’année, alors que le mois précis de survenue des événements est inconnu. En revanche, pour les lieux, on ne gagnerait pas beaucoup à être moins exigeant en précision spatiale : en demandant, par exemple, la région de résidence plutôt que le nom précis du lieu d’habitation. Or, le lieu de résidence est en général connu précisément par la personne concernée et l’on risque même de gêner l’enquêté en exigeant une information qui ne lui est pas « naturelle ». On pourrait multiplier les exemples de ce type. La leçon - certes plus simple à énoncer qu’à mettre en pratique - est d’évaluer systématiquement pour quelles raisons on désire collecter une information4, et de se rapprocher au maximum de l’information dont dispose la personne interrogée même s’il s’agit plus souvent d’une représentation que d’un fait objectif.

82Tout à fait logiquement, les problèmes de mémoire sont plus importants pour des populations âgées, de bas niveau scolaire, moins fréquemment soumises à l’exercice de datation des événements ; ainsi, la situation est bien différente en Colombie, où la population est amenée constamment à remplir des documents administratifs, et au Mexique où cet exercice est peu fréquent. Delhi représente une situation extrême, où un quart de la population âgée de 7 ans et plus est analphabète en 1991 :

« pour de nombreuses personnes enquêtées, les âges et les dates restent des notions très approximatives » (Dupont et Tingal, 1996).

83En Inde comme en Afrique, l’usage de calendriers historiques et religieux s’impose (Véronique Dupont et Richard Marcoux).

84L’enquête « 3Bbis » réalisée en Belgique, pays où existent des registres de population, permet de constater que, bien que la qualité des informations recueillies par des enquêtes rétrospectives soit loin d’être parfaite, les résultats d’une analyse biographique de ces événements ne sont guère altérés par cette imperfection. Ces tests pratiqués par D. Courgeau (1991) apportent donc des informations précieuses sur la fiabilité des enquêtes biographiques et l’impact des erreurs de collecte sur les analyses biographiques. Il a ainsi été démontré que les difficultés, pour reconstituer une chronologie cohérente, sont les mêmes chez les hommes et chez les femmes, mais que les omissions d’événements sont légèrement plus fréquentes chez les hommes et que la présence du conjoint pendant l’entretien biographique améliore sensiblement l’information recueillie. Au-delà de cette expérience, un constat s’impose : dans les collectes présentées ici, la succession dans le temps des événements est correctement remémorée, mais les instants précis de survenue sont plus délicats à obtenir de façon rétrospective (Auriat, 1996).

85Il paraît nécessaire de pousser les recherches sur la mémoire des événements passés. Ainsi, est-ce que les erreurs de datation d’événements entraînent seulement une augmentation de l’écart type des estimations, ou au contraire des biais plus importants ? Est-ce que les oublis touchent des événements forts de la biographie ou au contraire des événements secondaires ?

86Des travaux supplémentaires sur d’autres types d’événements (changements professionnels, par exemple) semblent nécessaires dans les pays développés et des travaux similaires sont à entreprendre dans les pays en développement. La possibilité de confronter les données d’enquêtes aux diverses sources administratives permet une évaluation de leur qualité. On doit cependant reconnaître les difficultés à trouver un financement pour des enquêtes méthodologiques, en vue de mesurer la qualité des informations biographiques recueillies.

87Certaines conclusions de ces tests se trouvent bien confirmées par les enquêtes biographiques menées dans d’autres régions du monde et présentées ici :

  • les dates des événements familiaux sont toujours les mieux mémorisées ;

  • les erreurs de datation ne modifient pas ou changent peu l’ordre logique dans lequel se produisent les événements ;

  • la mise en relation des différentes biographies tend à améliorer la fiabilité de chacune d’elles ;

  • le recueil chronologique d’une trajectoire est nettement plus fiable que les réponses à des questions sur la datation d’événements passés isolés : la séquence des événements est mieux connue que leur date précise. Plutôt que de rechercher une datation méticuleuse et perdre les événements pour lesquels on ne dispose pas de la date précise, il importe d’abord d’obtenir la séquence correcte des événements.

Évaluation du mode de recueil de l’information biographique

88Pour le recueil de l’information biographique, les procédures ont largement varié en fonction des enquêtes, comme l’a montré le chapitre consacré à la conception des questionnaires. Un bilan peut être dressé au vu des enseignements tirés par les chercheurs de leur expérience.

89Tout d’abord, il paraît indispensable de relier le maximum de calendriers entre eux en les mettant en parallèle, de façon à ce que l’enquêté puisse se remémorer au mieux les événements qui sont liés entre eux : migration lors d’un changement professionnel, changement de logement lié à l’accroissement de la taille du ménage, etc. Les diverses solutions proposées visent le même but, et l’on observe une amélioration de ces possibilités lors des enquêtes plus récentes. Alors que l’enquête « Triple biographie » reliait mobilité professionnelle et mobilité géographique, en s’aidant du rappel du calendrier familial, la grille utilisée à Bogota met en relation non seulement les événements familiaux, professionnels et migratoires, mais également des événements survenus à divers membres des ménages dans lesquels l’enquêté a vécu. C’est là une condition importante pour un recueil complet et bien daté des divers événements et une avancée dans le recueil de biographies plus complexes, telles que celles de l’« entourage » de l’individu.

  • 5 Perte d’information relative à des événements antérieurs.

90Les difficultés rencontrées dans plusieurs collectes montrent que la date de début du recueil biographique doit être définie sans ambiguïté. Ainsi dans certaines enquêtes la suite des changements de logements n’est saisie de façon détaillée qu’à partir d’un événement initial : départ de chez les parents (enquête « Peuplement et dépeuplement de Paris »), arrivée dans la ville étudiée (Dakar), formation du ménage (Italie). Il apparaît qu’un tel événement initial se révèle difficile à saisir avec précision, entraînant un flou préjudiciable à l’exploitation. Cela introduit également des troncatures à gauche5 dans l’histoire, recueillie :lorsque l’on cherche à étudier les interactions entre la mobilité et d’autres événements, il devient impossible de traiter de telles données sans faire des hypothèses très restrictives. Il semble donc préférable d’interroger l’individu sur toute sa vie migratoire, y compris sur les migrations liées aux déplacements de ses parents, pour pouvoir utiliser cette biographie de façon correcte.

91De même, dans certains cas, on n’enregistre pas tous les changements professionnels. Ainsi certaines enquêtes ne retiennent que la date de prise du premier emploi et celle du dernier changement d’activité. Un tel choix va à nouveau poser des problèmes de définition, mais surtout d’analyse de ces données.

92En premier lieu, il est difficile de définir de façon précise le premier emploi : l’activité d’un individu commence souvent par des activités temporaires, d’essai, etc. Il en résulte que sa définition dépend fortement de l’appréciation de l’enquêté : une activité temporaire qui conduit à une embauche définitive peut facilement être considérée comme un premier travail, alors que si elle conduit à une période de chômage, elle ne sera pas considérée comme un premier travail.

93En second lieu, il est difficile d’analyser de façon biographique un dernier changement d’activité. Il s’agit en fait d’un intervalle ouvert à la date de l’enquête, dont la signification est très différente selon la durée écoulée depuis ce changement. De plus, un tel intervalle est impossible à analyser correctement sans faire des hypothèses fortes, le plus souvent non vérifiables (Hoem, 1985).

94Il faut également souligner le rôle très important joué par le recueil sous forme quasiment graphique de la biographie, utilisé pour les enquêtes d’Afrique, celles de Colombie, et celles de Tijuana et de Noida. L’usage d’une fiche récapitulant l’ensemble des biographies permet de mettre en relation permanente les différentes biographies ; ce type de fiche optimise la procédure de recueil de l’information par rapport aux réponses fournies par la personne et à son raisonnement pour dater les événements. Enfin, les différentes expériences montrent que les fiches biographiques sont très bien acceptées par les personnes interrogées, qui bénéficient ainsi d’une vision de leur biographie au fur et à mesure de son élaboration, dont elles veulent même parfois conserver une copie (Dakar).

95Lorsque la collecte biographique repose intégralement sur le remplissage d’une matrice, comme c’est le cas dans les enquêtes du type de celle menée à Bogota, la solution graphique permet de ne pas être enfermé dans un recueil séquentiel prédéfini, thématique ou chronologique : les colonnes de la matrice sont renseignées sans ordre préétabli, en fonction de l’information énoncée par la personne interrogée. La fréquence des « retours en arrière» signalée pour l’enquête « Triple biographie » est moins pénalisante dans le cas des collectes sous forme matricielle que dans le cas des collectes avec questionnaire séquentiel. On peut d’ailleurs s’interroger sur les conséquences de l’introduction d’éventuelles questions complémentaires sur les différents événements (contextes et raisons des changements résidentiels et professionnels, par exemple) : n’auraient-elles pas pour effet de rompre la logique de ce système de recueil de l’information, proche de l’entretien semi-directif ?

96De nombreux responsables de collectes biographiques insistent sur l’importance des informations notées en marge du questionnaire ou de la matrice biographique : à la demande des personnes interrogées ou de leur propre initiative, les enquêteurs notent souvent des précisions à propos d’une situation complexe que les catégories et questions proposées ne suffisent pas à restituer (« Peuplement et dépeuplement de Paris », Roumanie, Colombie). Conserver à cette fin des espaces vierges sur le questionnaire permet de comprendre des situations qui seraient apparues incohérentes et de ne pas perdre ces informations souvent très riches pour l’analyse.

97- Les éventuelles redondances dans la collecte, avec des variations dans la précision de la variable temps au sein du volet biographique posent des problèmes importants : ainsi, dans l’enquête de Tijuana, la juxtaposition de deux biographies, avec une échelle de temps variable (d’abord la vie complète de l’individu décrite par année, puis les cinq dernières années décrites par mois) s’est avérée inapplicable.

98Néanmoins, il est intéressant de rapprocher cette expérience mexicaine de celle des enquêtes réalisées en Colombie et en Inde, où un chapitre du volet « Personnes du ménage », appliqué avant le volet biographique, est consacré au recueil des systèmes de résidence (et des systèmes d’emploi, dans l’enquête villes du Casanare). L’efficacité de la solution retenue dans ces enquêtes (séquence des modules du questionnaire et procédure graphique conçue pour capter ces systèmes) montre qu’un « zoom » (au sens de l’augmentation de la précision temporelle par rapport à celle du module biographique) est possible, dans la mesure où :

  • il ne porte que sur une période courte et récente (l’année écoulée) ;

  • il précède le recueil biographique ;

  • et il est réservé à l’appréhension des situations (de travail ou de résidence) irrégulières, instables ou intermittentes que vivent certaines personnes au moment de l’enquête (avec une question permettant de filtrer les personnes correspondant à ce cas de figure).

99Dans ces conditions, il est alors possible d’observer finement les pratiques pluri-résidentielles, de plus en plus fréquentes, d’analyser l’articulation des différentes formes de mobilité spatiale et de travailler sur des questions telles que le « lien entre le progrès des résidences multiples et le recul actuel de la migration de retraite» (Françoise Cribier).

100Certains responsables des enquêtes insistent d’ailleurs sur la difficulté de saisir et de traiter les changements de statuts à l’intérieur d’un même logement ou d’une même entreprise. En effet, le cadre rigide des périodes de logement ou de l’emploi représentées dans le questionnaire par une colonne ne permet pas de reconstituer facilement toute la dynamique des statuts résidentiels et professionnels. Il en est de même pour la multiactivité.

101- Une certaine prudence est nécessaire dans l’analyse des raisons invoquées par les enquêtés eux-mêmes pour qualifier les différentes transitions. En effet, les questions sur les motifs de changement d’emploi ou de logement risquent de donner des raisons reconstruites a posteriori par l’enquêté masquant ainsi les raisons réelles de ces changements. Les réponses à ces questions sont souvent très « convenues » et rationalisent le passé. Il en est de même pour les raisons de localisation du logement où l’influence de la famille est souvent occultée. Il semble donc préférable de relier les événements entre eux à l’aide des différentes histoires familiales, migratoires et professionnelles et de recenser les lieux de résidence des membres de la parenté si l’on veut étudier le regroupement familial dans l’espace urbain.

102- Enfin, certaines expériences conduisent à émettre des réserves sur la faisabilité, dans certains contextes, du recueil d’une biographie de tous les corésidents de l’enquêté dans chaque logement occupé (objectif abandonné après les enquêtes pilotes à Bogota et Noida) et d’une biographie relative aux revenus (Noida). Pour ce qui est de la composition des divers ménages dans lesquels l’individu a vécu, celle-ci est généralement correctement enregistrée. Cependant ne plus suivre un ménage lorsque l’enquêté l’a quitté, comme cela se fait dans la plupart des enquêtes, fait perdre une information importante, car certains membres de ce ménage peuvent continuer à avoir une influence sur la biographie de l’enquêté (Lelièvre, Bonvalet et Bry, 1997).

103De même, la faisabilité d’un recueil longitudinal des revenus est impossible mais le revenu constituant une variable déterminante, certains auteurs recommandent de lui substituer un indicateur synthétique de niveau socio-économique. Pour analyser la biographie professionnelle détaillée et comprendre la mobilité d’un individu, il semble important, plus que le niveau exact de son revenu à un moment donné, d’avoir une idée de l’évolution, à la hausse ou à la baisse, de son revenu lors d’un changement d’étape (de résidence et/ou d’emploi) (enquête indienne).

Quelques recommandations supplémentaires

104À la lumière de ces expériences, plusieurs recommandations peuvent être émises. Bien entendu ces dernières doivent être interprétées au regard de la problématique poursuivie, du terrain choisi et des particularités contextuelles. La collecte biographique, comme nous l’avons vu, est un exercice lourd qui demande un investissement très important en temps, en moyens matériels et aussi financiers. Il est donc nécessaire de s’assurer dès le départ que ce genre d’enquêtes correspond bien aux objectifs de la recherche et d’établir le questionnaire en fonction de ces derniers.

105- Hors de la biographie familiale, professionnelle et migratoire, d’autres suivis sont possibles, mais semblent plus difficiles à réaliser. Deux obstacles ici ont été identifiés par les équipes ayant fait de telles tentatives (dans le domaine de la santé en particulier, à Bamako et au Mexique). Bien que le souci d’exhaustivité sous-tende les expériences biographiques, on ne peut multiplier les domaines d’investigation. En effet, outre le coût excessif de telles opérations, la cohérence du récit et l’implication de l’enquêté dépendent de sa perception des objectifs de l’enquête. Si ceux-ci sont trop diversifiés, l’impression de « touche-à-tout » nuit au témoignage et lasse l’enquêté. D’autre part, la nécessaire mise en regard des différents calendriers proscrit que des processus dont le rythme est trop différent soient conjointement collectés.

106- Le contrôle permanent des différentes étapes par les chercheurs responsables de l’enquête est une des conditions indispensables à la réussite de la collecte. Une délégation complète des tâches peut avoir des conséquences qu’il sera difficile de rattraper par la suite. À tout moment, les chercheurs sont amenés à prendre des décisions qu’eux seuls peuvent assumer en fonction des objectifs de l’enquête. De ces choix dépendent la qualité de l’information et donc de l’analyse. Cela nécessite par conséquent une implication directe à chacune des étapes, en particulier dans la formation des enquêteurs, qui doit être intensive, dans la relecture et le contrôle immédiat des questionnaires ainsi que dans la phase de test de cohérence de l’information et de correction des fichiers. Tout l’effort de conception du questionnaire peut se trouver annulé si les étapes de formation, contrôle et saisie ne sont pas rigoureusement suivies. La plupart des responsables des enquêtes insistent sur ce point. Le recueil des biographies est un exercice difficile que l’on doit maîtriser en supervisant toutes les étapes.

107- La conception du questionnaire demande un soin particulier, notamment dans sa fabrication matérielle avec le système de rabat, de découpes spécifiques... Il s’agit d’aider le plus possible l’enquêteur et l’enquêté dans la reconstitution des différentes trajectoires étudiées en s’appuyant sur ces événements clés dont la date est connue de la personne interviewée. En fait comme le soulignent les chercheurs de Bogota, il faut, dans la conception du mode de recueil des données biographiques, se rapprocher au maximum du regard que l’individu interrogé a sur lui-même. En ce sens, les solutions graphiques s’avèrent particulièrement efficaces puisqu’elles permettent de se libérer de l’ordre séquentiel prédéfini par le chercheur en termes thématiques ou chronologiques pour tous les individus de l’échantillon. Une autre manière de se libérer du cadre rigide imposé par le chercheur est de prévoir, dans la fabrication du questionnaire, des espaces blancs pour permettre à l’enquêteur de noter les renseignements ou explications données spontanément par la personne interviewée.

108Pour aider ce travail de reconstruction, les responsables d’enquête préconisent tous de recueillir des trajectoires complètes en commençant par des événements bien remémorés et en essayant de conjuguer les différentes trajectoires résidentielles, professionnelles et domestiques. Pour cela il convient de grouper toutes les questions biographiques ensemble (recueil des trajets résidentiels, professionnels, familiaux) sans les entrecouper de questions d’ordre transversal. Il faut également respecter tout au long du questionnaire l’unité de temps, ne pas utiliser des périodes de référence différentes pour chaque thème abordé sans, néanmoins, négliger les périodes intermédiaires. Enfin, il s’agit de trouver les marqueurs appropriés au contexte pour bien situer dans le temps l’enchaînement des périodes.

109- Il est important de ne pas surcharger le questionnaire, en particulier de questions d’opinions, ou d’informations non datées. La durée de l’entretien est importante, il est donc nécessaire de bien sélectionner les questions non biographiques et de ne retenir que celles qui peuvent apporter un éclairage sur les trajectoires. Pour certains chercheurs, il convient de « s’en tenir au biographique pour les enquêtes biographiques» , pour d’autres il faut donner une place suffisante aux données de contexte relatives à l’enquêté, mais également aux autres membres du ménage et aux proches. Ces informations, ainsi que des questions ouvertes, peuvent être précieuses pour comprendre l’ensemble de la trajectoire en particulier le processus migratoire. En fait, tout dépend de l’objectif poursuivi : les chercheurs qui développent une problématique plus large comme les enquêtes de Bogota et Delhi, dans lesquelles l’analyse des trajectoires migratoires et résidentielles est un des moyens d’analyser les transformations urbaines, ont intérêt à compléter les données biographiques par des données contextuelles. Enregistrer la passation du questionnaire permet de se donner les moyens d’une évaluation qualitative des biographies recueillies afin d’en relever les manques et les limites, mais également les points forts. Les entretiens approfondis sont très utiles et fournissent un éclairage différent dans la mesure où ils complètent le recueil biographique.

110Enfin, lors de l’analyse, il ne faut pas hésiter à utiliser différentes méthodes d’analyse, les plus variées possible. Les méthodes ne s’opposent pas, mais au contraire se complètent car chacune permet d’apporter un regard différent sur les données. Il est souhaitable de commencer par construire des indicateurs simples que seules ces données permettent de calculer (nombre moyen de logements habités, d’emplois occupés, de mises en union...). Les méthodes d’analyse descriptive, d’analyse de données, les régressions permettent au chercheur de s’approprier rapidement ces données en lui apportant une connaissance approfondie du corpus. Cette dernière sera très utile pour l’interprétation des résultats de l’analyse biographique.

En conclusion

111Au-delà des différences qui existent entre les problématiques et les objectifs de chacune des enquêtes biographiques présentées ici, on voit apparaître une grande unité dans ces diverses expériences. Elles permettent, en premier lieu, de dépasser l’approche des enquêtes ou des recensements, qui ne fournissent que des instantanés éliminant le temps, pour faire place à une vue continue de la vie des enquêtés, considérée comme un processus dynamique. En introduisant les divers événements de la vie familiale, professionnelle, d’éducation, etc., ces enquêtes permettent de mieux comprendre la mobilité spatiale, sociale et matrimoniale. Elles sont de loin préférables aux données transversales de recensement, qui ne fournissent, pour expliquer une migration antérieure, que des caractéristiques à la date du recensement, pour des groupes d’individus présents dans une commune, une région. Une telle approche agrégée peut conduire à des biais importants, dus à l’erreur écologique (Courgeau et Baccaïni, 1997). Le fait que les données de recensement soient recueillies après la migration peut également conduire à des imputations erronées : l’état dans lequel se trouve l’individu au recensement, chômeur par exemple, peut être directement déterminé par la migration. Ce n’est qu’en replaçant les diverses migrations dans le cours de la vie d’un individu que l’on peut échapper à ces pièges, et effectuer une analyse correcte du processus migratoire.

112Elle pose cependant le problème du contenu précis de ces enquêtes, car il n’est pas envisageable de recueillir l’ensemble de la biographie ; cet ensemble peut-il d’ailleurs être défini ? Des tentatives dans ce sens conduisent à multiplier divers types de collectes et d’entretiens approfondis en un véritable système d’observation, de façon à déceler les événements les plus marquants ou ceux qui sont destinés à le devenir ; il y a également la possibilité de faire des enquêtes prospectives, comme celle sur les retraités parisiens. Elles permettent un recueil beaucoup plus détaillé, puisqu’il s’agit d’événements survenus lors d’une courte période (souvent un an), et beaucoup plus précis, puisqu’il s’agit d’événements récents. En revanche, cela conduit à un long délai avant de pouvoir réaliser l’analyse et à des risques importants de perte d’enquêtés, par déménagement, par lassitude, etc.

113Bien que cette approche soit initialement individuelle (micro), elle permet de réintégrer la société dont l’individu fait partie en introduisant des caractéristiques et des comportements agrégés (macro). Ainsi les comportements individuels peuvent être reliés à des caractéristiques générales du marché du travail, de la politique urbaine et de celle du logement, etc. Ces caractéristiques peuvent être obtenues soit en agrégeant les comportements individuels d’une zone donnée, soit en posant dans l’enquête des questions précises sur les diverses zones dans lesquelles l’individu a vécu.

114Cette approche permet enfin de rapprocher la démographie des autres sciences sociales : anthropologie, économie, géographie humaine, sociologie, etc. En effet l’objet d’analyse devient le même (la biographie), bien que les diverses approches soient différentes d’un point de vue méthodologique. Chaque science sociale garde toujours les méthodes spécifiques qui fondent son originalité, mais certaines méthodologies vont devenir communes à ces diverses sciences, permettant un nouveau dialogue. On voit d’ailleurs apparaître dans certaines des collectes présentées ici, la réalisation simultanée d’enquêtes démostatistiques (démographie), d’entretiens approfondis (sociologie, anthropologie), de recueil des caractéristiques des diverses zones (géographie humaine), qui permettent d’aller encore plus loin dans le rapprochement entre sciences sociales.

Bibliographie

Références

Auriat N., 1996, Les défaillances de la mémoire humaine, cahier n° 136, Travaux et Documents, Paris, Ined, 204 p.

Balán J., Browning H.L., Jelin E., 1973, Men in a Developing Society. Géographic Mobility in Monterrey, Mexico. Austin, University of Texas Press, Latin American monographs, 30, 384 p.

Bastide H., Girard A., Pourcher G., 1964, Mobilité géographique et concentration urbaine. Une enquête en Province, Population, 2, pp. 579-607.

Courgeau D., 1973, Migrants et migrations, Population, 1, pp. 95-129.

Courgeau D., 1991, Analyse des données biographiques erronées, Population 1, pp. 89-104.

Courgeau D., Baccaïni B., 1997, Analyse multi-niveaux en sciences sociales, Population, 4, pp. 831-864.

Courgeau D., Lelièvre É., 1989, Analyse démographique des biographies, coll. Manuels de l’Ined, Puf, 268 p.

Courgeau D., Lelièvre É., 1992, Event History Analysis in Demography, Clarendon Press, Oxford University Press, 226 p.

Dupont V., Tingal D., 1996, Residential and economic practices of pavement dwellers in Old Delhi. Communication présentée à la 14e Conférence européenne sur les Etudes modernes sur l’Asie du Sud, Copenhague, 21- 24 août 1996, 33 p.

Dureau F., 1988, À propos de l’analyse des systèmes résidentiels. Présentation de l’enquête Migrations réalisée à Quito (Équateur) en décembre 1987, in : Migrations, changements sociaux et développement, Paris, 1991, Orstom, Collection colloques et séminaires, pp. 61-82.

Florez C.E., 1990, La transición demográfica en Colombia. Efectos en la formación de la familia. Bogota, ed. Uniandes, Universidad de las Naciones Unidas, 242 p.

Hoem, J., 1985, Weighting, misclassification, and other issues in the analysis of survey samples of life histories, in Heckman et Singer (eds), Longitudinal Analysis of Labour Market Data, Cambridge Univ. Press.

Instituto Nacional de Estadistica, 1991, Encuesta Sociodemográfica. Proyecto, Madrid, INE.

Lelièvre É., 1999, Âges, trajectoire biographique, analyse de durée, chapitre I.9, in Leridon et Sauvain-Dugerdil (éds), L’âge, entre culture et nature, en 2 volumes, à paraître, IUESP.

Lelièvre É., Bonvalet C. et Bry X., 1997, Analyse biographique des groupes, les avancées d’une recherche en cours, n° spécial : Nouvelles approches méthodologiques en démographie, Population, 4, pp. 803-830.

Lelièvre É., Bonvalet C. et Bry X., 1998, Event history analysis of groups. The findings of an on-going research project, Special issue : New Methodological Approaches in the Social Sciences, Population. An English Selection, 10-1, pp. 11-38.

Leomant C., 1987, Introduction, in : Histoires de vies, histoires de familles, trajectoires sociales, Annales de Vaucresson, n° 26, Criv, pp. 11-16.

Mayer K.U., Müller W., 1986, The State and the structure of the life course, in Sørensen, Weinert et Sherrod (eds), Human Development and the Life Course : Multidisciplinary Perspectives. Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum.

Pourcher G., 1964, Le peuplement de Paris. Origine régionale. Composition sociale. Attitudes et motivations, cahier n° 43, Travaux et Documents, Paris, Ined, 310 p.

Pourcher G., 1966, Un essai d’analyse par cohorte de la mobilité géographique et professionnelle, Population, 2, pp. 356-378.

Notes

1 Dans les différents pays, les notions de ménage-logement ne sont pas strictement identiques sans parler des concessions en Afrique. À ce stade, on ne peut que renvoyer aux biographies d’enquête de chaque pays.

2 Quelle est la distance prise en compte ? Celle-ci peut être définie de diverses façons : en kilomètres, en référence à des limites administratives - commune, région, pays -, en référence au lieu de départ et d’arrivée - résidence/école, résidence/travail. Elle peut changer selon la partie de la trajectoire. Ainsi, dans l’enquête de Delhi, on retient les changements de localité pour les migrations hors Delhi et, dès que la personne arrive à Delhi, ce sont tous ses changements de logements qui sont retenus (moyennant une durée d’occupation minimale de six mois dans les deux cas).

3 Quelle est la durée minimale de séjour en un lieu, nécessaire pour qu’on considère qu’un changement de lieu soit une migration ? On peut envisager tous les changements de logement, seulement ceux qui sont précédés d’un séjour de six mois, d’un an, ceux où les individus ont résidé au moins trente jours, pas nécessairement consécutifs durant une période d’observation donnée, etc.

4 À cet égard, l’évaluation des thèmes analysés et la distinction entre l’information constituant le cœur du questionnaire et celle considérée comme superflue en partie V des biographies d’enquête est particulièrement instructive.

5 Perte d’information relative à des événements antérieurs.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. - Caractéristiques générales des enquêtes
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Tableau 2. - Résumés des problématiques
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 3. - Collectes complémentaires
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Graphique 1. - Les familles d’enquêtes selon leur date de réalisation et le mode de recueil de l’information biographique
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 1. - Un exemple de questionnaire séquentiel à modules : l’enquête « Triple biographie »
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 2. - Un exemple de questionnaire séquentiel à modules avec fiche de datation AGEVEN : l’enquête Dakar
Légende Nota : Ne figurent page 27 que les premières questions des modules 4, 5 et 6 du questionnaire de l’enquête Dakar/Pikine que l’on a adapté pour recueillir la biographie de Lucette dont la trajectoire migratoire la conduit de Rennes à la Région parisienne.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Figure 3. - Un exemple de questionnaire matriciel : l’enquête Bogota
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Tableau 4. - Les thèmes abordés dans le questionnaire
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Tableau 5. - Traitement du temps
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau 6. - Déroulement de la collecte
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Tableau 7. - Traitement de l’information collectée
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6568/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteurs

© Ined Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search