Version classiqueVersion mobile

Biographies d’enquêtes

 | 
GRAB (Groupe de réflexion sur l'approche biographique)

Introduction

Philippe Antoine, Catherine Bonvalet, Daniel Courgeau, Françoise Dureau et Éva Lelièvre

Texte intégral

1L’histoire de vie des personnes est un enchaînement continu d’événements de nature diverse concernant, entre autres, leur famille, leur résidence et leur profession. La complexité des phénomènes qui jouent sur les comportements démographiques et sociaux rend donc nécessaire la mise en œuvre d’outils spécifiques permettant d’appréhender les rythmes d’évolution multiples et imbriqués de ces différents phénomènes. Parmi les divers outils disponibles, l’enquête biographique permet de saisir au mieux la dynamique des processus en interaction.

2Au-delà des avancées purement méthodologiques qu’offrent les données biographiques, elles constituent souvent la source unique pour l’étude des trajectoires résidentielles, non plus isolées dans leur contexte, mais en rapport avec les évolutions familiales et professionnelles des individus.

3En démographie comme en sociologie ou en anthropologie, la volonté de relier les différents processus pour comprendre la réalité sociale n’est pas nouvelle. Elle s’inscrit dans un courant de recherche qui se situe en rupture avec une « conception couramment admise jusque dans les années soixante-dix d’un monde constitué de régularités objectives indépendantes des agents, où ceux-ci n’agissent que selon un système de règles non conscientes et transcendantes» (Leomant, 1987). Ce courant de recherche place l’individu au centre des préoccupations en lui attribuant une marge de manœuvre. Les trajectoires ne sont pas déterminées d’avance en fonction de certaines caractéristiques données, elles sont le produit complexe des histoires passées et à venir. Dans cette perspective, le monde social est - du moins pour partie - le produit des actions individuelles. En réintroduisant le temps dans l’analyse, les chercheurs se sont éloignés des modèles purement déterministes pour construire de nouveaux modèles fondés sur l’incertitude, le possible, la complexité et l’interaction entre phénomènes. Mais si les processus diachroniques peuvent être aisément appréhendés par les récits de vie, l’étude quantitative de tels processus posait problème, tant du point de vue de la conception de l’enquête que de celui de l’analyse. Là aussi le temps a joué et une vingtaine d’années séparent les premiers essais d’enquêtes rétrospectives de la mise au point des méthodes d’analyse biographique appliquées aux sciences sociales.

4En France, l’Ined s’était préoccupé, il y a plus de trente ans, de collecter des données longitudinales concernant les migrations, les changements professionnels et l’insertion urbaine. À la même époque, de l’autre côté de l’Atlantique, l’University of Texas et l’Universidad de Nuevo Leon réalisaient en 1965 l’enquête de Monterrey (Balán et al., 1973), demeurée depuis la principale référence en matière d’études sur la mobilité spatiale et sociale dans une ville latino-américaine : pionnière en matière d’approche biographique en Amérique latine, cette enquête a recueilli les trajectoires familiales, migratoires, éducatives et professionnelles de plus de 1 500 hommes résidant dans cette ville industrielle du Nord Mexique.

5En 1961, l’Ined, avec Alain Girard, Henri Bastide et Gérard Pourcher lance une grande enquête intitulée « Mobilité géographique et concentration en France : enquête en province» (Bastide et al., 1964). Cette enquête reprend en partie l’enquête sur le « Peuplement de Paris » réalisée également en 1961 (Pourcher, 1964). L’objectif de cette enquête était de pouvoir comparer la mobilité vers Paris à celle de la mobilité à l’intérieur des provinces. Pour la première fois en France, étaient recueillis, pour chaque individu, tous ses déplacements, ses changements de profession ainsi que les raisons de ces mobilités professionnelles ou géographiques.

6À partir de cette enquête Guy Pourcher analysera, le premier, la mobilité géographique des individus par génération et cherchera à saisir l’importance des changements de profession qui accompagnent le plus souvent les déplacements (Pourcher, 1966). Il estime les taux de mobilité par âge ainsi que les probabilités de faire un déplacement supplémentaire. Mais, dans le cadre de la démographie classique alors en vigueur, il ne pouvait pas envisager d’étudier les interactions entre ces phénomènes. Daniel Courgeau poursuivra ces travaux, d’abord en analysant une enquête de 1967 sur la conjoncture démographique qui comprenait une partie sur tous les changements de domicile (Courgeau, 1973), puis en organisant, en 1981, la collecte de l’enquête « Triple biographie : familiale, professionnelle et migratoire» dont l’exploitation donnera lieu au développement de l’analyse biographique (Courgeau et Lelièvre, 1989), et permettra de poser de nouvelles bases en démographie pour analyser les interactions entre phénomènes et l’hétérogénéité des populations.

7Depuis 1961, le cadre théorique et les méthodes statistiques ont beaucoup progressé et les enquêtes biographiques se sont multipliées à travers le monde. En effet, à la suite de l’enquête « Triple biographie», une véritable génération d’enquêtes quantitatives dans des pays développés et en voie de développement a vu le jour. Chacune de ces collectes a mis en place des questionnements particuliers dans des contextes différents et a donné lieu à des innovations et des tests spécifiques.

  • 1 Rencontre internationale «L’apport des collectes biographiques pour la connaissance de la mobilité  (...)

8L’objectif de cet ouvrage est de confronter les expériences de collecte biographique réalisées dans des pays différents et d’en faire un bilan. Ce bilan devrait permettre de progresser dans le recueil de données susceptibles d’améliorer la connaissance des comportements individuels, en particulier dans le domaine de la mobilité. Il est le fruit des présentations et des discussions qui ont eu lieu lors d’un séminaire en juin 19971.

  • 2 Philippe Antoine, Catherine Bonvalet, Daniel Courgeau, Françoise Dureau, Éva Lelièvre.

9Cet ouvrage présente, en termes directement comparables, quatorze expériences de collecte biographiques faites entre 1974 et 1997 dans divers pays du Nord (France, Roumanie, Pologne, Italie) mais aussi du Sud (en Afrique : Mali, Cameroun, Sénégal ; en Amérique latine : Colombie, Mexique ; en Asie : Inde) avec des objectifs et des moyens divers. Les organisateurs2, pour faciliter la comparaison des diverses collectes, ont élaboré un questionnaire Biographie de votre collecte auquel les responsables d’enquête ont répondu. À l’aide de ce questionnaire (ci-après), les responsables de ces enquêtes décrivent le cheminement théorique et pratique qui a présidé à chacune de ces expériences, puis dressent un bilan de la collecte et émettent des recommandations.

10Leurs réponses constituent les chapitres de cet ouvrage. Afin d’assurer un maximum de cohérence, les organisateurs ont proposé, dans un premier chapitre, une lecture comparative et transversale de ces contributions. Il s’agit donc d’une synthèse détaillée des collectes biographiques qui constituent un courant majeur dans les enquêtes quantitatives de ces vingt dernières années. Ce bilan permet de les confronter et de discuter des nouvelles avancées nécessaires dans le domaine.

Biographies d’enquêtes
Un bilan de 20 ans de collectes biographiques dans le monde
BIOGRAPHIE DE VOTRE COLLECTE
Renseignements concernant le déroulement et l’évaluation de la collecte
1. Préliminaires
1.1. Nom précis de l’enquête (et nom abrégé) dans la langue d’origine :
1.2. Problématique et objectifs :
1.3. Sous quelle forme s’est faite la préparation de l’enquête : (durée de la phase
préparatoire, enquête(s) pilote(s), dates, tailles des échantillons, entretiens qualitatifs...) :
1.4. Date et durée de la collecte :
1.5. Initiateurs de la recherche (équipe de recherche, ministère, collectivité...) :
1.6. Univers d’étude (population spécifique, définition géographique) :
1.7. Mode de tirage et taille de l’échantillon (nombre de degrés du sondage,
stratification éventuelle, procédures de sélection des ménages et des individus dans le ménage...) :
1.8. Profil des enquêteurs (chercheurs, étudiants, enquêteurs professionnels éventuellement sous-traitance) :
2. Description des documents d’enquête
2.1. Lister et décrire les documents d’enquête spécifiques (rabats, découpes, etc.). Où peut-on consulter ces documents ?
2.2. Quels sont les principaux points sur lesquels l’attention des enquêteurs a
été attirée durant la formation ? Quelle fut sa durée ? Quelles furent les difficultés rencontrées dans la formation des enquêteurs ?
2.3. Déroulement de l’entretien : par quoi commence-t-on ? Y a-t-il des préalables au questionnaire ? Quelles furent les recommandations faites aux enquêteurs pour démarrer, relancer l’entretien ?
2.4. Interlocuteur(s) de l’enquêteur : l’enquêté doit-il répondre seul ? Favorise t-on le recours à des documents, aux témoignages des proches ?
2.5. Plan détaillé du questionnaire, plus particulièrement du volet biographique :
liste des thèmes abordés en précisant les « histoires » recueillies intégralement et le degré de précision temporelle du recueil des événements.
2.6. Définition et choix de la ou des variables temps recueillies :
— y a t-il des événements datés (mariage, par ex., avec quelle précision ?) conjugués à un relevé de durée (d’une même précision ou d’une autre) ? — la variable de temps ou les périodes retenues sont-elles les mêmes dans tout le questionnaire biographique ?
— comment définissez-vous les périodes de résidence ? quelle durée minimale (période de référence) imposez-vous pour les retenir ?
— comment définissez-vous les périodes d’activité ? quelle durée minimale (période de référence) imposez-vous pour les retenir ?
— comment recueillez-vous les périodes transitoires ? que faites-vous des discontinuités et des périodes « trop » courtes, c’est-à-dire ne remplissant pas le critère de durée minimale ?
2.7. Quelles innovations pensez-vous avoir introduites dans votre questionnaire ou dans les documents d’enquête ?
3. La collecte
3.1. Déroulement de la collecte : un ou plusieurs entretiens ? entretien direct
ou par téléphone ? personnes présentes durant l’entretien ? durée des entretiens ?
3.2. Taux de non-réponse et mode de substitution si la personne sélectionnée ne peut être enquêtée ?
3.3. Collectes complémentaires : pour chacune des opérations de collecte complémentaires, préciser :
— les objectifs et le type de données recueillies : tests de fiabilité de l’enquête biographique, ou informations complémentaires (individuelles ? ou contextuelles ?)
— la population visée
— le mode de sélection de l’échantillon (s’agit-il d’un sous-échantillon de l’enquête biographique ?)
— la nature de la collecte complémentaire : enquête (statistique ou qualitative) ? exploitation de sources documentaires ou fichiers ?
— méthodes utilisées pour l’analyse de ces données, en relation avec celles de l’enquête biographique ?
3.4. Évaluation de la collecte :
— cohérence de la biographie et problèmes de mémoire (selon le type d’individu enquêté et le type d’information biographique)
 — difficultés rencontrées et solutions adoptées pour les surmonter
— conclusions sur la technique de recueil (matrice, grille, module, etc.) de l’information biographique adoptée pour l’enquête
4. Traitement de l’information
4.1. Quel est le «circuit du questionnaire » depuis l’entretien (relecture, codification, saisie) et qui l’assure? Principes et difficultés de codification : 4.2. Sous quelle forme se présente(nt) le(s) fichier(s) de base de l’enquête ? Comment sont saisies les échéances des différentes trajectoires ?
4.3. Choix de la saisie de la variable temps (modifications éventuelles par rapport à la collecte) :
4.4. Choix de l’unité de temps pour l’analyse, comment traite-t-on le temps ?
4.5. Avez-vous utilisé des méthodes d’analyse des biographies, d’analyse de durée ? Si oui, avez-vous rencontré des difficultés ? Si non, pour quelles raisons ?
4.6. Quelles autres analyses avez-vous appliquées aux données biographiques ? 4.7. Qui a travaillé sur les données (chercheurs, doctorants, commanditaires) ?
4.8. Avez-vous confronté vos résultats avec ceux d’autres enquêtes biographiques ?
5. Votre évaluation de l’enquête
5.1. Principaux thèmes analysés/traités :
— quel est le cœur du questionnaire, quel est le superflu ?
— aviez-vous des questions ouvertes dans le questionnaire quantitatif ? Comment les avez-vous analysées ?
5.2. Ce qui a très bien marché :
5.3. Ce qui s’avère être des erreurs. Y a t-il des informations qui vous ont manquées ?
5.4. Les modifications que vous apporteriez :
5.5. Pouvez-vous évaluer les innovations que vous avez introduites ?
5.6. Évaluation :
— par rapport à vos objectifs,
— par rapport à l’analyse de la mobilité, 
— y a t-il des informations que seule votre enquête peut donner ?
6. Recommandations
À l’issue de votre expérience, quelles sont vos recommandations pour la conduite d’une enquête biographique ?
7. Bibliographie
Citer 10 références accessibles (s’il existe des publications en d’autres langues citez-les en surplus de cette liste).

Notes

1 Rencontre internationale «L’apport des collectes biographiques pour la connaissance de la mobilité », 12-13 juin 1997 à Paris, organisé par l’Ined, l’Orstom (ird) et le Réseau socio-économie de l’habitat.

2 Philippe Antoine, Catherine Bonvalet, Daniel Courgeau, Françoise Dureau, Éva Lelièvre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/6563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Auteurs

© Ined Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search