Version classiqueVersion mobile

Biographies d’enquêtes

 | 
GRAB (Groupe de réflexion sur l'approche biographique)

Avant-propos à la réédition

Éva Lelièvre

Texte intégral

1Dix années après sa publication, les éditions de l’Ined rééditent Biographies d’enquêtes, premier ouvrage du Groupe de Réflexion sur l’Approche Biographique (Grab) qui présentait de façon comparative un bilan de 14 collectes biographiques effectuées dans le monde de 1974 à 1997. Organisé en chapitres structurés de façon identique, la forme de cet ouvrage facilite la lecture transversale thématique. On peut ainsi, pour chaque enquête, immédiatement parcourir le plan détaillé des questionnaires (section 2.5 de chaque chapitre), le déroulement de chaque collecte (section 3.1 de chaque chapitre), les collectes complémentaires - en particulier les opérations qualitatives (section 3.3) — ou encore le choix de l’unité de temps pour la saisie (section 4.3) et pour l’analyse (section 4.4). Réunis initialement lors d’un séminaire sur « l’apport des collectes biographiques pour la connaissance de la mobilité spatiale », les responsables des différentes enquêtes étaient intéressés à collecter des trajectoires résidentielles et étudier la mobilité spatiale, ce qui a conditionné le choix des collectes retenues. Au moment où les collectes visant à recueillir des données « longitudinales » se multiplient, qu’en est-il des enquêtes biographiques ?

2En démographie, l’observation quantitative des parcours de vie individuels a débuté par des recueils de simples histoires génésiques, puis s’est généralisée à la collecte de véritables parcours complexes. À la notion de cycle de vie, élaborée alors que l’observation disponible était essentiellement agrégée et transversale s’est substitué le concept de parcours biographique nécessitant des enquêtes spécifiques. Collecter des parcours individuels conjuguant des trajectoires de nature différente (familiale, résidentielle, professionnelle, etc.) constitue la spécificité des enquêtes biographiques.

  • 1 Du fait de la complexité des appariements à faire et du grand nombre de censures dans les parcours (...)

3Leur recueil doit-il être rétrospectif ou prospectif ? Le débat reste d’actualité. Au-delà de la discussion « rodée » des avantages et limites des deux procédures (coût et attrition versus problèmes de mémoire), l’exploitation des données des panels ou des systèmes de suivi démographique (SSD) révèle que la reconstitution, théoriquement réalisable, d’un échantillon de parcours individuels est rarement entreprise1. En définitive, les analyses produites sont souvent agrégées et s’apparentent plus à l’étude d’un processus au sein d’une cohorte qu’à des analyses biographiques. Notons enfin qu’il est malencontreux que « longitudinal » soit parfois employé pour désigner des opérations de collecte prospective, alors que le recueil de données longitudinales peut s’effectuer de façon rétrospective et que, y compris lors d’un suivi, l’information est collectée rétrospectivement, mais sur de courtes périodes (celles qui s’écoulent entre deux passages successifs).

Où en sont les collectes par rapport aux perspectives annoncées en 1999 ?

4Dans le chapitre final de cet ouvrage réédité, les défis étaient présentés principalement en termes de réflexion sur le temps, sur la précision du recueil et sur le passage des biographies individuelles à celles de groupes d’individus en lien avec l’évolution du contexte. L’un des constats majeurs est la propagation, dans le domaine des enquêtes, du terme biographique au détriment, quelquefois, de sa spécificité, toute collecte longitudinale n’étant pas forcément biographique. Néanmoins, force est de constater que les avantages à disposer de l’observation de trajectoires individuelles, plus fournies que de simples histoires génésiques et au-delà du champ des études de la mobilité spatiale, ont convaincu. Les offices de statistique s’en sont inspirés pour piloter de nombreuses opérations en France (enquête Histoire de vie de l’Insee, par exemple) comme en Europe (enquêtes Fertility and Family Surveys, Génération and Gender Studies, etc.).

  • 2 États flous et trajectoires complexes : observation, modélisation, interprétation, 2006, Grab, P. A (...)

5De son côté, le Grab fonctionnant comme un réseau de chercheurs de différentes disciplines (démographie, géographie, sociologie, etc.) a poursuivi ses travaux et produit, en 2006, un autre ouvrage2, sur l’expérience accumulée de plus de 25 enquêtes biographiques réalisées en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Cet ouvrage apporte un premier jalon à deux des défis identifiés en 1999 : celui du traitement du temps et de la « précision » de l’information. Dans cette entreprise émerge un constat important : la capacité de la démarche biographique à prendre en compte les perceptions. En effet, plutôt que de rester sur le constat, souvent négatif, que le récit produit en est « entaché », les auteurs pointent la possibilité de confrontation des faits aux perceptions que ces collectes peuvent procurer. Cette nouvelle opportunité constitue un avantage important. La question des liens entre approches qualitative et quantitative est également discutée de façon systématique et théorisée.

  • 3 Voir par exemple : Axinn W G., Barber J. S., Ghimire D. J., 1997, « The neighbourhood history calen (...)

6Concernant le passage de l’individu au groupe et au contexte des trajectoires individuelles, lui-même en évolution, d’autres collectes ont été réalisées depuis, visant à dépasser le recueil d’informations strictement individuelles sur le couple, l’entourage ou le contexte urbain, villageois et communautaire3. Du point de vue de la collecte dont il s’agit ici, un courant fortement ancré dans le rapprochement ethno-anthropologie et démographie nord-américain (émergence du courant Mixed Methods et création de sa revue en janvier 2007) et issu de collectes faites au Népal dans le champ de la fécondité-contraception, a développé des outils similaires (Life History Calendars), à partir des aimées 1990.

7Enfin, parmi les travaux en cours du Groupe de Réflexion sur l’Approche Biographique (Grab), portant sur le traitement des trajectoires d’entités au-delà de l’individu, le réseau a entamé la réflexion sur le traitement des biographies liées, non indépendantes. Qu’il s’agisse de conjoints, des parents et des enfants, des membres d’un même groupe, des individus et de leur contexte, la prise en compte des liens entre des parcours non indépendants les uns des autres, de plusieurs individus ou d’individus évoluant avec leur environnement, nécessite d’innover sur le plan du recueil des données et des méthodes d’analyse.

Notes

1 Du fait de la complexité des appariements à faire et du grand nombre de censures dans les parcours individuels ainsi reconstitués dues à l’attrition des panels, voir Bringé A. et Laurent R., 2005, Reconstituer des histoires individuelles à partir de données de suivi démographique, Paris, Ceped.

2 États flous et trajectoires complexes : observation, modélisation, interprétation, 2006, Grab, P. Antoine et É. Lelièvre (dir), Paris, Ined/Ceped, coll. « Méthodes et Savoirs », 5.

3 Voir par exemple : Axinn W G., Barber J. S., Ghimire D. J., 1997, « The neighbourhood history calendar: A data collection method designed for multilevel modelling », Sociological Methodology, 27, pp.355-392; Lelièvre E., Vivier G., 2001 : « Evaluation d’une collecte à la croisée du quantitatif et du qualitatif : l’enquête Biographies et entourage », Population, 56(6), pp. 1043-1074 ; Schoumaker B., Dabire H. B, Gnoumou-Thiombiano B., 2006, « Collecter des biographies contextuelles pour étudier les déterminants des comportements démographiques - L’expérience d’une enquête au Burkina Faso », Population-F, 61(1-2), pp. 77-105.

© Ined Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search