Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Annexe III.

Précision de la méthode

p. 195-196


Texte intégral

1Elle repose sur la précision de l’ajustement des courbes de générations.

2Le problème se pose un peu différemment pour le sexe masculin et pour le sexe féminin. Pour les hommes, on dispose en effet des données sur l’âge et le lieu de naissance au recensement de 1946, qui manquent pour les femmes.

3Examinons d’abord le cas des premiers :

Générations anciennes (1816-1926)

4On dispose, pour chaque courbe de génération, de deux points connus espacés de 10 ans. On a prolongé les courbes de part et d’autre de ces points, en se guidant sur les générations voisines ; ceci de façon à obtenir, pour chaque groupe quinquennal de générations, les proportions de migrants à 45 ans.

5L’estimation des proportions est d’autant plus précise que les deux points connus pour chaque courbe, sont plus proches de la droite d’abscisse x = 45 ans.

6A cet égard, on peut donc penser que les estimations relatives aux groupes de générations nées de 1841 à 1875 sont très bonnes. L’erreur relative sur les proportions ne doit pas dépasser 0,5 %, ce qui ne retire aucune valeur aux fluctuations observées sur le graphique 3, entre un groupe quinquennal de générations et ceux qui l’encadrent.

7La précision des estimations relatives aux générations les plus anciennes, nées de 1816 à 1840, est sans doute moins bonne. Cependant, nous n’avons pas hésité à faire des extrapolations sur une durée plus longue. Il aurait été dommage de ne pas utiliser, par un souci excessif de précision, la seule information que nous possédions sur la mobilité de ces générations.

Générations récentes (1876-1926)

8Les estimations sont plutôt meilleures, puisque les points dont on dispose pour chaque génération encadrent le plus souvent l’âge de 45 ans.

9Dans les cas les moins favorables, l’un des deux points au moins est très proche de cet âge. C’est notamment le cas des deux groupes de générations les plus récentes (1917-1921 et 1922-1926), pour lesquels on ne disposait que d’un seul point d’estimation.

Sexe féminin

10Pour les générations anciennes (1816-1875), les données disponibles sont les mêmes que pour les hommes. La précision des estimations est donc du même ordre de grandeur, et très vraisemblablement meilleure puisqu’après 40 ans, la baisse des proportions de migrants, dans une génération, est environ trois fois plus faible1.

11La situation est différente pour les générations les plus récentes ; plus précisément pour les sept groupes quinquennaux de générations, nées de 1895 à 1926.

12L’absence de données, au recensement de 1946, nous a obligé à estimer des secteurs de courbes de générations, à partir d’un seul point de cette courbe.

13Cette difficulté ne condamne pas, pour autant, les estimations : pour les quatre groupes de générations les plus récentes (1906-1926), les points dont on dispose sont très proches de l’âge de 45 ans.

14L’incertitude ne subsiste que pour trois groupes de générations : 1891-1895, 1896-1900 et 1901-1905. Elle est au demeurant très faible puisque l’évolution des proportions de migrants est minime entre 45 et 65 ans.

Notes de bas de page

1 En raison d’une moindre surmortalité des migrantes.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.