Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Annexe II.

Différences de mortalité entre migrants et non migrants

p. 186-194


Texte intégral

1L’étude par génération nous a amené à aborder le problème de la mortalité différentielle des migrants et des non migrants. Divers éléments conduisent à penser qu’il y aurait eu, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, surmortalité des migrants : d’abord l’existence d’une forte surmortalité urbaine, ensuite la composition sociale des migrants par rapport à l’ensemble1.

2Enfin la baisse, très sensible, après 45 ans, dans les générations anciennes, des proportions de migrants dans une génération donnée (v. chap. II, graphiques 2 et 3) ; arrêtons-nous sur cette dernière observation.

3Trois facteurs, d’importance relative inconnue, modifient les proportions de migrants après 45 ans dans une génération donnée. Deux facteurs de baisse, surmortalité des migrants et retours au département de naissance, un facteur de hausse : les premiers changements de département après 45 ans.

4Globalement, les deux premiers facteurs l’emportent dans les générations anciennes. Par exemple, dans le groupe des générations masculines 1846-1850, la proportion de migrants passe de 248 ‰ à 197 ‰ entre 45 et 70 ans.

5Si provisoirement l’on suppose nuls :

  • la surmortalité des migrants

  • le volume des premiers changements après 45 ans,

6la baisse doit être imputée aux seuls retours au département de naissance.

7Sur 1 000 Français survivants à 70 ans dans cette génération, 248 résidaient à 45 ans hors de leur département de naissance. Si l’on s’en tient aux hypothèses précédentes, 248 moins 197, soit 51, y seraient revenus entre 45 et 70 ans, soit une proportion de 20,6 %.

8Par ailleurs, la seconde hypothèse est trop restrictive. Un certain nombre de personnes ont effectué des premiers changements de département après 45 ans.

9Si l’on conserve la première (surmortalité nulle des migrants), la proportion de 20,6 % est à considérer comme un minimum de la proportion des retours entre 45 et 70 ans dans cette génération.

10Cette valeur élevée ne suffit pas à prouver l’existence d’une surmortalité des migrants, ni surtout à fixer son niveau.

11Il reste toutefois trois raisons objectives de surmortalité des migrants : l’existence d’une surmortalité urbaine encore très élevée à la fin du XIXe siècle (voir tableau iv bis, chapitre II), la composition sociale des migrants par rapport à l’ensemble et un dernier argument non négligeable : la baisse après 45 ans dans les générations anciennes ne se produit plus dans les générations nées après 1890 où l’on observe au contraire une hausse légère après cet âge. Si l’intensité relative des premiers changements et des retours est restée constante, cette modification ne peut s’expliquer que par une réduction de la surmortalité des migrants. Elle suffirait alors à prouver son existence dans les générations anciennes.

12Nous ne disposons d’aucune étude sur les différences de mortalité entre migrants et non migrants au cours de la période étudiée.

13Pour évaluer la surmortalité des migrants à partir de la baisse observée après 45 ans, dans les générations anciennes, il faudrait connaître l’importance respective des premières migrations et des retours après cet âge.

14Nous avons utilisé certaines études sur les migrations pour tenter de porter un jugement plus objectif : une analyse de la mobilité par cohorte en France2 et les données américaines déjà utilisées au chapitre III.

Utilisation d’autres études

15L’étude de Guy Pourcher porte sur les changements de localité effectués à partir de 15 ans, par des personnes résidant en province au moment de l’enquête3. Elle donne par génération et groupe d’âges, des taux de changement de localité (ensemble des changements dans un groupe d’âges rapporté à sa population), et des taux de premier changement.

16Nous avons utilisé les données relatives à la génération la plus ancienne 1891-95. Le cumul des taux de première migration entre 15 et 45 ans donne une valeur approchée de la proportion de personnes résidant hors de leur commune de naissance à 45 ans4.

17On obtient ainsi la répartition, assez approximative d’un groupe de 1 000 personnes à 45 ans.

Tableau i

Image 10000000000002B000000089C799DA801DB4361D.jpg

18Cumulant de la même façon, mais cette fois entre 45 et 70 ans, les taux de changement de localité et les taux de première migration, on obtient :

Tableau ii. – repartition approchee

Image 10000000000002B4000000A2719338F5646A5F2B.jpg

19Cette séparation approchée des changements de commune après 45 ans ne peut être transposée directement aux changements de département dans les générations anciennes. Elle ne donne pas une séparation des retours et des migrations secondaires. En outre l’intensité de la mobilité est très différente dans les deux cas.

20Dans la mesure où une augmentation de la mobilité atteint tous les groupes d’âges, l’intensité des premiers changements après 45 ans est liée à celle des premiers changements avant cet âge.

21En revanche, l’effectif des premiers changements après 45 ans, est limité par celui des personnes qui peuvent encore effectuer un premier changement. En ce sens, ils sont d’autant moins nombreux que la mobilité a été plus élevée avant cet âge.

22Les différences d’intensité de la mobilité dans le cas de changements de commune et dans celui des changements de département (générations anciennes), rendent toute transposition difficile (v. tableau III).

23Les proportions pour 1 000 personnes de ceux qui sont exposés au risque de première migration sont très différentes dans les deux cas.

Tableau iii. – proportions5 (en p. cent) de personnes residant a 45 ans

Image 10000000000002B400000098A24CA4E7D3C50CBF.jpg

24Malgré toutes ces réserves, la répartition du tableau II est compatible avec un volume de retours plus élevé après 45 ans que celui des premiers changements. Ce qui ne permettrait d’imputer à la surmortalité qu’une partie de la baisse des proportions de personnes résidant hors de leur département de naissance dans les générations anciennes.

25Les données américaines utilisées au chapitre III conduisent au résultat inverse.

26Elles portent sur les changements d’état aux Etats-Unis entre 1955 et 1960. Le tableau XVII donne l’effectif des recensés résidant dans leur état de naissance et l’effectif de ceux qui résident dans un autre état au recensement de 1955.

27Le même tableau, fournit, par groupe d’âges, une décomposition des migrants entre 1955 et 1960 en trois groupes :

  • Migrants ayant quitté leur état de naissance entre 1955 et 1960.

  • Migrants ayant effectué, entre 1955 et 1960, une migration entre deux états distincts de leur état de naissance.

  • Migrants résidant en 1955 dans un état différent de leur état de naissance et revenus dans ce dernier en 1960.

28La proportion de personnes résidant à 45 ans hors de leur état de naissance, déduite du tableau XVII (chap. III), est de 63,0 %. Elle est assez voisine de celle des personnes résidant hors de leur département de naissance au même âge dans les générations 1846-1850 (75,2 %). L’intensité des changements d’état est comparable à celle des changements de département dans les générations anciennes.

29Le tableau XVII permet aussi d’évaluer l’importance respective des premiers changements d’état et celle des retours entre 45 et 70 ans.

30De 1955 à 1960 l’effectif des premiers a été plus de deux fois supérieur à celui des seconds. En suivant des groupes de générations, on aurait observé une hausse, et non une baisse, des proportions de migrants avec l’âge. Il en va de même pour les changements de département en France pour les générations récentes.

31Nous avons retenu, pour estimer la surmortalité des migrants, une solution moyenne en supposant que les premiers changements de département après 45 ans étaient aussi nombreux que les retours après cet âge dans les générations anciennes.

32Les données américaines, plus récentes, indiquent que les premiers changements sont plus nombreux. Cependant, on peut penser que les retours ont été d’autant plus nombreux, par rapport aux premiers changements, que la population rurale était plus forte par rapport à la population urbaine. Alors qu’il y avait en France, vers 1850, un citadin pour trois ruraux, il y a aujourd’hui deux citadins pour un rural.

Calcul de la surmortalité

33Nous avons calculé les valeurs de la surmortalité entre 1901 et 1911, obtenues en imputant la baisse observée par génération à une surmortalité de migrants.

34Des proportions de migrants à ces deux dates6 et des tables de mortalité 1898-1903 et 1908-1913, on déduit facilement les valeurs de la surmortalité des migrants7 par rapport à l’ensemble de la population au cours de la période 1901-1911. Elles sont données dans le tableau IV. Examinons le graphique 1, relatif au sexe masculin.

Image 100000000000023E0000015093E05F63F00F7A35.jpg

Graphique 1. – Surmortalité par âge des migrants par rapport à l’ensemble de la population (courbes I et II rapport des quotients décennaux de mortalité des migrants à ceux de l’ensemble).

Tableau iv. – surmortalite des migrants par rapport a l’ensemble de la population entre 1901 et 1911.8

Image 1000000000000444000001D4831EDBB5401E370C.jpg

35Ainsi calculées, les valeurs de la surmortalité augmenteraient de 40 à 55 ans pour diminuer ensuite. Cette forme de la courbe provient de l’hypothèse sur les retours et les premiers changements. Vers 40 ans, il est vraisemblable que les premiers changements étaient plus nombreux que les retours, ce qui conduit à une sous-estimation de la surmortalité ainsi calculée.

36Il est également vraisemblable que les retours ont été relativement groupés dans l’intervalle d’âges 50-60 ans, ce qui peut conduire à surestimer la surmortalité dans cet intervalle.

37La baisse de la surmortalité qu’on observe ensuite est normale. La surmortalité est d’autant plus forte que le niveau de la mortalité est plus faible.

38Compte tenu de ce qui précède, nous avons obtenu des valeurs rectifiées de la surmortalité indiquées sur le graphique 1 (courbe II) : surmortalité uniforme de 30 % à 55 ans, surmortalité calculée après cet âge (courbe I).

39L’écart entre ces valeurs rectifiées et les valeurs calculées ne provoque que des écarts minimes sur la surmortalité des migrants par période (tous âges) puisque la majorité des décès de migrants, près des deux tiers, ont lieu après 55 ans9.

40Lorsqu’on impute à la surmortalité des migrants la totalité de la baisse des proportions par générations entre 1901 et 1911, on est donc conduit à retenir des valeurs de 30 % jusqu’à 55 ans, qui décroissent ensuite pour devenir quasi nulles vers 75 ans.

41Ces valeurs assez fortes ne sont pas exceptionnelles. Elles sont très proches de celles de la surmortalité des manœuvres par rapport à l’ensemble de la population masculine entre 1955 et 1960. Ces dernières valeurs données dans le tableau IV10, sont retracées sur le graphique 1 (courbe III).

42Cette comparaison rend plausibles les valeurs rectifiées puisqu’on peut penser que les phénomènes de surmortalité ont tendance à s’atténuer avec le temps.

43Les résultats d’une étude récente menée depuis, conduisent même à penser que les valeurs de la surmortalité ainsi calculées sont faibles. Elles sont inférieures à la surmortalité de la population urbaine par rapport à l’ensemble de la France à la fin du XIXe siècle (v. tableau IV bis du chapitre II).

Conclusion

44Nous rappellerons pour finir la démarche qui nous a conduit à retenir ces valeurs rectifiées pour les estimations de flux des migrants du chapitre III.

45Les transpositions faites à partir de données françaises et étrangères conduisent à imputer de façon assez arbitraire à la surmortalité la totalité, au minimum, de la baisse des proportions de migrants dans les générations anciennes.

46Cette imputation minimale conduit à des valeurs plausibles de la surmortalité, qui recoupent bien celles que l’on possède sur la mortalité par catégorie socio-professionnelle entre 1955 et 1960 ; nous les avons donc retenues.

47Compte tenu de la structure par âge du groupe de migrants, ces valeurs conduisent à une surmortalité (tous âges) de 18,3 % entre 1901 et 1911.

48En menant le calcul de façon analogue pour le sexe féminin, on obtient les valeurs de la surmortalité par âge données dans le tableau I, soit une surmortalité (tous âges) de 8,4 % entre 1901 et 1911.

49La surmortalité des migrants aurait donc été pour le sexe masculin de l’ordre du double de celle que nous avons calculée pour le sexe féminin.

50Cet ordre de grandeur recoupe d’autres observations : on le retrouve approximativement lorsqu’on étudie, pour chacun des deux sexes, la mortalité différentielle entre villes et campagnes ou entre régions11.

51Il nous reste maintenant à passer des valeurs retenues pour la période 1901-1911 à des valeurs de la surmortalité au cours de chaque période intercensitaire de l’intervalle 1881-1962.

52La surmortalité des migrants s’est réduite, puis très vraisemblablement inversée depuis le début du siècle ; la surmortalité urbaine a disparu, l’intensité des mouvements migratoires est aujourd’hui plus forte dans les classes sociales bénéficiant d’un plus haut niveau de vie.

Tableau v, – surmortalite des migrants en p. 1 000 (tous ages)

Image 10000000000002AE00000122BAEA05368E0323C6.jpg

53Nous avons donc supposé que la surmortalité des migrants avait décru linéairement pour s’annuler vers 1940. Le tableau V donne les valeurs de la surmortalité utilisées pour les estimations du chapitre III. La surmortalité y est mesurée par le rapport des taux quinquennaux de survie des migrants à ceux de l’ensemble de la population, donc directement utilisable pour les estimations du chapitre III.

54Nous conclurons par une mise en garde. Nous avons retenu des valeurs vraisemblables de la surmortalité des migrants qu’il faut prendre pour ce qu’elles sont : les moins mauvaises possibles compte tenu du peu de données dont on dispose12.

Notes de bas de page

1 Les études relatives aux migrations rurales montrent en effet que ce sont surtout les classes rurales marginales : petits paysans, salariés agricoles, qui ont émigré vers la ville pour y constituer la main-d’œuvre ouvrière (v. en bibliographie, ref. 1).

2 Guy Fourcher “Un essai d’analyse par cohorte de la mobilité géographique et professionnelle”. Population, mars-avril 1966.

3 Localité : commune isolée ou agglomération multicommunale.

4 Nous avons admis que les premiers changements avant 15 ans, qu’on ne peut prendre en compte dans le cumul faute de données, compensent les retours avant 45 ans.
Cette approximation accorde une importance assez grande aux retours puisque la mobilité est élevée avant 15 ans. Ceci reste sans importance pratique puisqu’une hypothèse plus faible sur les retours renforcerait les conclusions du calcul.

5 Compte tenu des retours, ces proportions fournissent des valeurs approchées par excès des proportions de personnes exposées au risque de première migration.

6 V. chapitre II, tableau III.

7 Mesurées par le rapport des quotients de mortalité des migrants à ceux de l’ensemble de la population.

8 Voir note 2 du tableau IV.

9 Période 1901-1911.

10 Valeurs déduites de l’étude de G. Calot et M. Febvay : “La mortalité selon le milieu social”, INSEE, 1965.

11 V.Y. Tugault, Eléments de démographie urbaine (la mortalité) I.N.E.D., Ministère de l’équipement, Paris 1966.

12 Les résultats d’une étude ultérieure montrent même que ces estimations sous-estiment la surmortalité des migrants dans des proportions qui peuvent être importantes.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.