Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 3-11


Texte intégral

1A chacun des chapitres de ce cahier correspond une étude sur les migrations internes. Si ces chapitres sont parfois complémentaires, ils peuvent être lus indépendamment ; à quelques reprises, les résultats de l’un sont utilisés dans un autre ; ils sont alors rappelés brièvement de façon à éviter de se reporter nécessairement au chapitre en question.

2La conceptualisation mathématique très simple, que nous utilisons à l’occasion, ne constitue pas une fin en soi : elle est en général assortie de données numériques permettant d’estimer certaines grandeurs, de mesurer l’importance relative de divers facteurs ou encore d’éprouver la validité du modèle proposé.

3L’ensemble de ces cinq études possède néanmoins quelques lignes directrices : outre la méfiance pour la conceptualisation formelle déjà évoquée plus haut, ce travail est démographique.

4Les trois premiers chapitres étendent, et plus souvent adaptent à l’étude des migrations, des méthodes utilisées dans d’autres domaines de l’analyse démographique (Fécondité, mortalité...). Il en va de même pour certaines parties des chapitres suivants (indices du moment calculés au chapitre V).

5Le premier chapitre est d’un abord assez austère. Nous avons exposé et critiqué la méthode proposée par Friedlander et Roshier pour reconstituer les flux orientés de migrants entre circonscriptions à partir des statistiques sur le lieu de naissance.

6Le deuxième chapitre est une étude longitudinale de la mobilité depuis un siècle. En termes simples, nous avons cherché à retracer l’intensité finale de la mobilité1 dans les générations successives nées de 1816 à 1926.

7Le caractère particulier des migrations, l’absence de sources très suivies et enfin certains effets perturbateurs rendent ce chapitre un peu différent d’une étude classique par générations.

8La proportion de personnes résidant à 45 ans hors de leur département de naissance passe de 20,7 p. cent dans la génération masculine 1816-1820 à 37,5 p. cent dans la génération 1917-1921 ; soit, pour les hommes, un doublement en 120 ans environ, ou encore une augmentation de 80 p. cent en un siècle. Pour des raisons étudiées au cours de ce chapitre, l’augmentation est plus rapide pour le sexe féminin : la mobilité a doublé en 90 ans.

9La mobilité des générations nées au début du 19e siècle, celles qui avaient 25 ans vers 1840, était déjà élevée : dans ces générations, une personne sur cinq résidait à 45 ans hors de son département de naissance. Un puissant brassage de population s’est produit dès cette époque, sinon avant.

10L’étude met en évidence certains effets de génération ; la tendance séculaire à la hausse n’a rien d’un mouvement régulier. A la croissance modérée de la mobilité des générations nées avant 1866, succède une croissance presque double jusqu’aux générations 1891-95. Certaines des générations suivantes, nées après 1895, ont connu une mobilité égale, ou même moindre que celles qui les ont précédées.

11Par exemple, les générations nées de 1900 à 1910 apparaissent particulièrement peu mobiles ; arrivées à l’âge de forte mobilité après la 1e guerre mondiale, elles en ont subi les conséquences directes et indirectes : certains fils d’agriculteurs, qui en d’autres temps auraient gagné la ville, ont repris l’exploitation rendue vacante par la mort d’un père ou d’un frère ; le blocage des loyers, en freinant la construction en région parisienne, a donné un coup d’arrêt aux migrations de la province vers Paris. De façon plus générale, le recours massif à l’immigration étrangère a réduit le dépeuplement rural.

12On observe aussi une stagnation de la mobilité dans les 10 générations nées après 1917, arrivées à l’âge de forte mobilité en période de stagnation économique et de guerre.

13L’histoire de la mobilité des générations successives est marquée par les événements qu’elles ont vécus.

14Nous avons aussi utilisé, dans ce deuxième chapitre, les données assez riches, que fournissent les recensements à partir de 1896, sur la mobilité de la population active2.

15Elles mettent en évidence une très grande hétérogénéité de la population active quant à la mobilité. En 1906, la proportion de personnes résidant hors de leur département de naissance, de 21,8 p. cent pour l’ensemble de la population active (tous âges), varie de 1 à 5 entre groupes extrêmes : elle passe de 7,1 p. cent chez les agriculteurs exploitants à 36,7 p. cent pour l’ensemble des employés. Elle atteint même des valeurs un peu plus élevées dans certains groupes particuliers (activité économique x statut).

16Ces variations particulièrement fortes nous ont conduit à étudier l’incidence des variations de composition de la population active, sur le niveau général de la mobilité.

17A mobilité constante par groupes socio-professionnels, la diminution progressive des effectifs des groupes à faible mobilité (population agricole) et l’importance accrue des groupes à mobilité élevée (secteur tertiaire) auraient relevé la mobilité de la population. En d’autres termes les seules variations de composition de la population active rendent compte d’une part importante, de l’ordre de la moitié, du niveau d’ensemble.

18Nous avons évalué à 50 p. cent environ en un siècle l’augmentation qui aurait résulté des seules modifications de composition de la population active3. Ce qui réduit à 30 p. cent environ l’accroissement moyen de la mobilité géographique dans un groupe socio-professionnel donné.

19Dans les groupes qui sont aujourd’hui fortement représentés dans la population active : ouvriers, employés, professions libérales, etc., les valeurs de la mobilité n’étaient pas beaucoup plus faibles qu’aujourd’hui.

20Ce résultat, qui renforce encore les conclusions données plus haut sur les valeurs élevées de la mobilité au début du 19e siècle, conduit à s’interroger sur ses causes.

21Une analyse complète supposerait, outre une connaissance approfondie de la période, une étude plus poussée. On peut néanmoins proposer quelques éléments d’explication.

22A une époque où les techniques industrielles restaient assez simples et les qualifications des travailleurs de l’industrie souvent très faibles, une moindre spécialisation rendait les migrations professionnelles plus faciles4.

23De plus les rapports contractuels (statuts du personnel, avantages divers...) étaient quasi inexistants ; il y a un siècle le lien du travailleur à son emploi était rompu plus facilement.

24Le mode d’occupation des logements peut aussi rendre compte du niveau élevé de la mobilité : la réglementation des loyers, les règles d’attribution des logements sociaux, et plus généralement la propriété du logement, limitent aujourd’hui les changements de logement dans des proportions notables et, par voie de conséquence, la mobilité à d’autres niveaux géographiques.

25Il en allait différemment il y a un siècle : la propriété immobilière était beaucoup plus concentrée qu’aujourd’hui dans les villes : la plupart des salariés devaient acquitter un loyer soumis au libre jeu du “marché”.

26Les données fragmentaires dont nous disposons permettent de penser que l’intensité des changements de logement en milieu urbain était, vers 1850, plus élevée qu’aujourd’hui.

27Surtout, le niveau élevé de la mobilité au début du 19e siècle, va à l’encontre d’une idée couramment admise mais en partie fausse. En France comme dans les autres pays d’Europe, le développement industriel n’a pas démarré brutalement mais de façon assez lente : l’industrialisation n’était nullement négligeable au 18e siècle et le terme de révolution industrielle est en grande partie impropre.

28Notons enfin que ce résultat recoupe les travaux récents, menés à l’INED, sur les migrations au cours de la seconde moitié du 18e siècle et au 19e siècle5.

29Dans l’étude transversale qui suit (chapitre III), nous avons utilisé les données des recensements sur le lieu de naissance en France.

30Nous en avons déduit une mesure des flux de changements de département, par périodes intercensitaires, en général quinquennales, de 1881 à 1962.

31A la différence du 1e chapitre, il s’agit des flux de l’ensemble des changements de département, sans que soient individualisés les départements d’origine ou de destination.

32Si sa mise en œuvre présente quelques difficultés, le principe de la méthode reste très simple. Les résultats obtenus, complémentaires de ceux de l’étude longitudinale du chapitre II, les recoupent d’assez près.

33Ils mettent en évidence l’inertie très faible des mouvement migratoires, même lorsque, comme c’est le cas ici, on procède à une mesure d’ensemble sans individualiser les circonscriptions de départ et d’arrivée. Si les flux mesurés se groupent de part et d’autre d’une tendance ascendante assez nette, les variations sont irrégulières et l’amplitude des fluctuations de l’ensemble des changements de département reste élevée. Ce résultat a des conséquences importantes sur la précision des perspectives établies dans le cadre d’unités géographiques restreintes (unités urbaines, département, région...).

34Nous avons tenté de rendre compte des fluctuations des effectifs de changements de département par périodes en les reliant à des données sur l’activité économique et plus généralement à la connaissance que nous pouvions avoir des événements qui ont marqué.

35La liaison, peu nette de 1896 à 1911, est beaucoup plus forte au cours de l’entre-deux guerres. Les fluctuations des mouvements migratoires sont alors cohérentes avec ce que nous savons des fluctuations de la conjoncture économique et de l’immigration étrangère en France.

36Dans la mesure où les variations de l’activité industrielle correspondent à des variations de la productivité et de la population active, il existe un lien entre le niveau de l’activité industrielle6 et plus généralement urbaine (tertiaire inclus) et celui des migrations internes. L’étude complète de cette liaison relève d’un modèle plus général qui prendrait en compte la productivité, les migrations internes et externes, la durée du travail et les structures par âges des zones urbaines et rurales.

37En raison de la nature des statistiques disponibles, l’étude transversale qui constitue la première partie du chapitre III portait exclusivement sur les changements de département. Dans une seconde partie, nous avons étudié l’évolution à long terme des changements de commune et de région. L’étude est beaucoup plus sommaire car les données sont très peu nombreuses. En un siècle, la fréquence de l’ensemble des changements de commune7 a augmenté de 30 % environ, celle des migrations intra-départementales est restée quasi constante. Comme les changements de département, les changements de région ont approximativement doublé. Outre une atténuation progressive de la contrainte de distance, ces résultats, a priori assez imprévisibles, mettent en évidence l’influence déterminante de la répartition de la population sur la distribution des migrations selon les circonscriptions géographiques franchies.

38A la fin du chapitre III, nous avons établi une séparation de la mobilité en deux parts : mobilité due à une redistribution géographique des activités économiques, mobilité intrinsèque. La séparation établie est assez sommaire, elle ne permet pas de distinguer de façon précise les mouvements migratoires selon leur caractère forcé ou choisi.

39Cette distinction de nature psychologique serait sans doute impossible à établir mais la méthode pourrait être améliorée. Elle permet néanmoins de mesurer un déclin relatif de la mobilité de redistribution, beaucoup plus élevée autrefois en proportion de l’ensemble des mouvements. Elle permet aussi d’expliquer en partie le niveau élevé de la mobilité au 19e siècle.

40Notons enfin que l’importance des différences de fécondité entre départements8 justifierait l’introduction d’une troisième composante, démographique, de la mobilité : à répartition géographique constante des activités économiques, c’est-à-dire à répartition constante de la population entre départements, les différences de fécondité9 suffiraient à provoquer des mouvements qui restent à évaluer mais sont sans doute loin d’être négligeables.

41Si les fluctuations des mouvements migratoires sont importantes au niveau national lorsqu’on regroupe l’ensemble des mouvements, elles le sont a fortiori à des échelons géographiques plus restreints et notamment à celui de la ville. D’une période à l’autre le volume des départs, comme celui des arrivées est sujet à des variations très fortes.

42Les perspectives de population urbaine sont établies en reconduisant, ou en extrapolant les tendances de la période précédente. Pour la mortalité et, dans une moindre mesure pour la fécondité, les tendances ont une forte inertie. Les fluctuations des mouvements migratoires provoquent en revanche des erreurs de prévision que nous avons mesurées au chapitre IV.

43Nous avons comparé les perspectives établies, après le recensement de 1962, à partir des tendances observées depuis 1954, aux résultats du recensement de 1968. C’est donc à un terme très court, 6 ans, que nous avons évalué la précision des prévisions d’accroissement de la population.

44Les erreurs sur l’accroissement prévu en six ans sont élevées : en moyenne de l’ordre de 30 % dans les villes à croissance moyenne, ou élevée, elles atteignent 50 %, toujours en moyenne, dans les villes où la croissance prévue était plus réduite.

45La dispersion des erreurs autour de ces valeurs moyennes est également élevée. Si l’on se place dans une ville donnée, c’est-à-dire si l’on adopte le point de vue de l’utilisateur à l’échelon local, on doit être encore plus pessimiste. Dans une ville où l’accroissement prévu est moyen, l’erreur sur l’accroissement sera, dans près de 20 % des cas, supérieure à 50 % (en module, c’est-à-dire dans un sens ou dans l’autre).

46Notons cependant que dans les grandes villes, celles de plus de 200 000 habitants dont la croissance est vraisemblablement plus régulière, la précision des perspectives est nettement meilleure : dans 90 % des cas les erreurs étaient comprises entre 20 % et plus 5 %.

47Même si des améliorations de détail peuvent être apportées à la méthode de prévision, l’imprécision des perspectives est, en très grande partie, inhérente aux fluctuations de la croissance urbaine. Leur imprécision ne les condamne pas pour autant, d’abord parce qu’elles sont plus réalistes que certains schémas qui relèveraient de l’utopie pure s’ils n’avaient pas une fonction sociale très précise. Ensuite parce qu’elles permettent d’évaluer la vraisemblance de perspectives établies à l’échelon local, qui, dans la mesure où le montant des crédits alloués est lié aux effectifs de population, tendent souvent à surestimer les accroissements prévus. Si leur précision est médiocre à l’échelon de la ville, elle est en général meilleure, notamment à un terme assez court, pour des regroupements plus vastes, par classe de taille par exemple. Les perspectives conservent à ce titre un intérêt comme modèles d’évolution d’une population. Même si l’on sait que les tendances prolongées, ne se maintiendront sans doute pas, ou pas intégralement, elles permettent de décrire les situations que l’on observerait dans l’hypothèse d’un maintien de ces tendances.

48Le chapitre V fournit enfin quelques éléments sur la mobilité au cours des deux périodes 1954-62 et 1962-68, et surtout sur son évolution d’une période à l’autre.

49Nous y avons calculé des nombres moyens de changements de commune, département et région entre âges et au cours de la vie, dans les conditions de mobilité observées au cours de la période.

50Le calcul de ces valeurs, comparables à une espérance de vie ou à un taux de reproduction, pose, dans le cas des migrations, certains problèmes particuliers ; alors que les décès et les naissances sont enregistrés par l’état civil, la mesure des migrations au recensement conduit à certaines omissions10 et à une imprécision non négligeable sur l’âge exact à la migration.

51Il est possible de remédier, au moins en partie, à ces insuffisances statistiques, en encadrant les résultats moyens dans une fourchette assez étroite. Dans les conditions de mobilité observées de 1962 à 1968, les Français effectueraient, en moyenne, 2,87 changements de commune et 0,75 changements de région.

52La mobilité est également très liée à la taille des localités : plus une localité est grande et moins l’intensité des départs et des arrivées y est forte ; en d’autres termes, moins le renouvellement de la population y est rapide.

53Les différences sont importantes : avant 45 ans, les taux d’émigration et d’immigration sont deux à quatre fois plus élevés dans les petites villes que dans l’agglomération parisienne. Les autres classes occupent des situations intermédiaires.

54L’interprétation de ces résultats impliquerait une analyse plus poussée : il est possible que dans les petites villes aient lieu de nombreux échanges avec des zones très proches, à des distances de l’ordre de celles d’un changement de quartier, ou de commune, à l’intérieur de l’agglomération parisienne. Ceci est d’autant plus vraisemblable que le rapport de la zone d’influence d’une ville à sa population augmente avec la taille de la ville.

55Il est vraisemblable, aussi, que ceci n’explique pas tout. Les émigrants partent chercher ailleurs ce qu’ils ne peuvent trouver sur place, le plus souvent un emploi ; ils sont d’autant plus nombreux, en valeur relative, que le nombre et la variété des emplois offerts est plus réduite, c’est-à-dire que la taille de la ville est plus faible. Les emplois quittés par les émigrants sont repris par des immigrants.

56Nous conclurons cette introduction en rapprochant les résultats épars dans plusieurs chapitres sur l’évolution à long terme de la mobilité mesurée par les changements de département et les tendances récentes étudiées à la fin du chapitre V.

57L’évolution à long terme de la mobilité jusqu’à la dernière guerre est assez lente. L’étude longitudinale du chapitre II conduit à une période de doublement de l’ordre d’un siècle.

58L’étude transversale du chapitre III, qui porte sur la période plus courte et surtout plus particulière 1881-1936, conduit à un doublement de l’intensité de la mobilité en 130 ans environ.

59Ces résultats ne mesurent pas seulement une évolution des comportements. Ils caractérisent beaucoup moins bien une attitude de la population quant à la mobilité que l’évolution de l’espérance de vie à la naissance ne caractérise son état sanitaire.

60A mobilité constante par groupes socio-professionnels, l’augmentation de la mobilité aurait été moins élevée, un peu inférieure à 50 %, en un siècle.

61A l’inverse et pour autant qu’on puisse la mesurer, la part de la mobilité forcée, due à des changements de localisation des activités économiques, a fortement décru. A localisation constante, l’augmentation de la mobilité aurait été plus rapide.

62Si la redistribution de la population provoque une partie des mouvements migratoires, sa répartition a une influence sur l’intensité de la mobilité ; la modification à long terme de la répartition de la population explique en partie les différences observées entre l’évolution, très lente, des changements de commune intra-départementaux et celle, beaucoup plus rapide, des changements de département.

63En définitive, si l’on peut établir des mesures quantitatives de l’évolution à long terme de la mobilité, il semble très difficile de donner une mesure qui isole les habitudes et les comportements de la population.

64En revanche, depuis la dernière guerre, s’est produit un changement très net du taux d’accroissement de la mobilité. Il est difficile d’en situer le début avec exactitude : la période de l’immédiat après-guerre (1946-54) se situe déjà au-dessus de la tendance à long terme qui précède la guerre.

65Quoi qu’il en soit, le changement de rythme est important. Depuis 20 ans au moins l’intensité des mouvements migratoires double en 30 ans à peine. Si l’évolution de la composition de la population active et celle de la répartition de la population sont rapides, elles n’expliquent qu’une part assez faible du changement observé.

66Cette augmentation très rapide va à l’encontre d’idées admises et diffusées par certains aménageurs et pseudo-sociologues qui déplorent, à longueur d’articles ou d’émissions, la mobilité trop faible de la population française.

67L’observation des faits montre que, dans ce domaine, les Français sont de moins en moins malthusiens. S’il reste de nombreux obstacles à la mobilité géographique et professionnelle, il vaut mieux les étudier sérieusement que d’émettre des jugements de valeur qui relèvent de la condamnation simpliste.

68Enfin la mobilité est loin d’être une fin en soi : dans certaines catégories socio-professionnelles où le travail est très pénible et répétitif (manœuvres, ouvriers spécialisés, personnel de service...), la mobilité professionnelle est particulièrement élevée.

69Signalons enfin que, compte tenu de la rareté des sources statistiques, nous avons dû procéder à des estimations fréquentes. Certaines d’entre elles, au reste rares11, reposent sur des hypothèses un peu fortes ou comportent certains coups de pouce.

70Les études sur les migrations sont encore peu nombreuses ; nous donnons, dans la conclusion très brève de cahier, quelques sujets d’étude auxquels nous avons pu penser au cours de ce travail.

71L’annexe IV donne un inventaire des sources françaises sur le lieu de naissance. Ce sont les seules que nous possédions sur les migrations avant le recensement de 1962 qui comportait une question spéciale sur les migrations12.

*

**

72Ces cinq études n’auraient pas été menées à terme sans le travail de L. Sergent, qui a effectué une grande partie des calculs et de F. Goasdoué qui en a assuré la frappe.

73Elles ont bénéficié de discussions avec Y. Peron, D. Courgeau et A. Nizard, qui se sont poursuivies au fil des mois et des années, et des conseils de M. L. Henry.

74Je remercie aussi tous ceux qui, à la lecture du manuscrit, m’ont aidé de leurs critiques, suggestions et conseils.

Notes de bas de page

1 Mobilité cumulée jusqu’à 45 ans.

2 Par activité économique et statut.

3 Sous réserve que les résultats établis pour la période 1906-1962 puissent être étendus à la période précédente ; ce qui est hautement probable car les variations de composition de la population active sont régulières en longue période.

4 S’il était plus facile de quitter son emploi, il était aussi plus facile d’en trouver un autre dans la même localité, ou à une distance moins grande. Une spécialisation professionnelle moins poussée permettait une mobilité géographique plus élevée mais ne l’entraînait pas nécessairement.

5 Références bibliographiques (1), (5) et (19).

6 A durée du travail constante

7 Ensemble des changements de commune : changements de département + migrations intra-départementales.

8 La fécondité varie du simple au double entre départements extrêmes.

9 Les différences de mortalité sont beaucoup plus faibles.

10 Ce problème est discuté, sinon résolu de façon entièrement satisfaisante, en annexe VIII.

11 Certaines estimations du chapitre III (2e partie). Il doit exister un certain rapport entre la qualité des sources statistiques, l’intérêt des résultats obtenus et le gain de précision à attendre d’une amélioration des estimations. En pratique, un souci de précision excessif, voire pathologique, ne modifierait guère les résultats.

12 A notre connaissance, la question sur les migrations posée au recensement de 1954 n’a pas été exploitée.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.