Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

p. 1-2


Texte intégral

1 Pour imparfaite qu’elle soit encore, la prévision est une des applications essentielles de la démographie ; tant qu’elle reste à l’échelon national, elle peut se contenter de dire combien d’hommes vivront dans tel pays dans cinq, dix ou quinze ans ; mais pour être vraiment utile, elle doit encore indiquer où, dans quelles régions, quelles villes, seront ces hommes.

2 Il faut pour cela disposer de données sur les migrations et les analyser pour y découvrir le minimum de permanence qui permette de prolonger dans le futur les évolutions observées.

3 Le manque fréquent de données, la variabilité à court terme des migrations internationales comme des migrations internes ont longtemps détourné les démographes d’introduire les migrations dans les perspectives ; il y a seulement vingt ans elles n ’y figuraient pas encore.

4 La France paraissait à cet égard particulièrement mal placée : à la différence de nombre de pays voisins, on n’y enregistrait pas les changements de résidence et les migrations internes semblaient, à première vue, hors d’atteinte.

5 Il a fallu, par nécessité, observer les migrations par une autre voie, le recensement, où l’on peut demander où habitait chaque personne recensée lors du précédent recensement.

6 On ne saurait, toutefois, se contenter d’observer un phénomène démographique sur quelques années. Objet de connaissance, il faut l’étudier dans son évolution en liaison, si possible, avec d’autres évolutions.

7 Cette nécessité de longues séries d’observations est renforcée lorsqu’on cherche des permanences dans un phénomène instable à court terme, comme les migrations.

8 Il faut donc étudier le passé, en particulier les cent ou cent cinquante dernières années, marquées par l’industrialisation et la perte progressive d’importance de l’agriculture dans l’éventail des activités économiques.

9 Cette étude se heurte, pour les migrations plus que pour tout autre phénomène démographique, au manque de statistiques. Obstacle apparemment insurmontable. Il suffit parfois, cependant, de maigres données bien analysées pour suppléer, dans une assez large mesure, à ce défaut.

10Pour les migrations, ces données sont les statistiques sur le lieu de naissance, tirées d’un renseignement collecté depuis fort longtemps dans les recensements. Y. Tugault a réussi à en tirer le meilleur parti, grâce à beaucoup de travail et beaucoup de savoir-faire.

11 Ces études du passé, indispensables, précèdent une étude sur les fluctuations des migrations et la précision des perspectives de populations des villes, depuis 1954, et une étude des tendances récentes de la mobilité. L’auteur s’y interroge, en particulier, sur la valeur des perspectives avec migrations, à terme relativement court, question d’importance à laquelle on ne peut donner une réponse utile sans étude du long terme et des tendances. C’est là qu’est l’unité de cet ouvrage.

12 A l’habileté du statisticien aux prises avec un matériel rebelle s’ajoutent, dans ce livre, la clarté et la simplicité d’expression. A une époque où l’on prône l’interdisciplinarité, il faut limiter au minimum l’emploi du jargon propre à chaque discipline ; la langue courante est la seule qui soit commune à tous ; quand elle est, de surcroît, bien écrite on a le maximum de chances d’être entendu.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.