Version classiqueVersion mobile

Parcours d'étudiants

 | 
Philippe Cordazzo

Partie 3 . Espaces et mobilités

Chapitre XII

Les mobilités étudiantes : ce qu’elles révèlent du système universitaire français

Myriam Baron

Texte intégral

  • 1 Le terme « mobilité » est employé ici plutôt que celui de « migration », car y sont étudiés les cha (...)
  • 2 Dernier plan important de créations de formations supérieures, U 2000 a été déployé dans la premiè (...)

1Analyser les mobilités1 des étudiants entre universités conduit à rappeler les contradictions entre un discours dominant tenu au niveau européen, qui prône la mobilité (Baron, 2012), et les comportements constatés des étudiants lors de leurs formations (Raullin et Saint-Julien, 1998 ; Grasland et de Saboulin, 1999 ; Baron, 2005). Ces comportements renvoient pour partie à la multiplication, à partir des années 1960, des lieux de formations supérieures et à l’accélération de ce processus dans les années 1990, puisque le plan U 20002 tenait explicitement compte des inégalités spatiales d’accès à l’enseignement supérieur (Brunet, 1990 ; Chapoulie et al., 2010 ; Delamarre et Lecoq, 1998 ; Frémont, 1990). Dans un contexte de mise en concurrence croissante des universités aux niveaux national et international, le départ des étudiants peut représenter un handicap pour l’attractivité des territoires (Moro, 2008 ; Perret, 2008). Néanmoins, dans la mesure où ces mêmes territoires sont en mesure d’attirer des jeunes d’autres régions ou s’ils parviennent à faire revenir ceux qui ont obtenu leurs diplômes ailleurs, cette concurrence n’est pas nécessairement un frein au développement local.

2Analyser les mobilités des étudiants entre universités conduit également à distinguer ce qui a longtemps été supposé de ce qui est effectivement observé (Baron et Berroir, 2007). Le pôle universitaire parisien n’était-il pas censé exercer sur la province une ponction puissante et sélective, s’accentuant des premières aux dernières années de formation ? Les migrations liées à l’entrée dans les grandes écoles étaient à l’origine de cette idée reçue dans la mesure où elles n’étaient pas dissociées de celles propres au système universitaire. C’était bien vite oublier que la place de l’université dans l’enseignement supérieur français est faite d’ambiguïtés et d’oppositions entre ses caractéristiques quantitatives et qualitatives. Car si les formations universitaires concernent sept étudiants sur dix, les établissements les plus sélectifs restent les grandes écoles (Dubet et al., 1994). Mais analyser les mobilités des étudiants à partir de quelles informations ? Selon quelles méthodes et pour quels résultats ? C’est à ces questions qu’il convient d’apporter des réponses.

I. Définir les mobilités étudiantes

1. À partir des informations centralisées par la DEPP

  • 3 Le code permettant d’identifier un étudiant dans le système universitaire a changé : on est passé (...)

3L’étude des liens entre les mobilités des étudiants et les caractéristiques et dynamiques des universités et des territoires qui les abritent peut être abordée de manière exhaustive grâce aux informations centralisées par la DEPP du ministère de l’Éducation nationale (Raullin et Saint-Julien, 1998 ; Baron, 2012). Ces informations regroupent les fiches de renseignements pour chaque étudiant inscrit à l’université, et cela pour chaque année universitaire. Ces matériaux sont restés sous-utilisés jusque dans les années 1990 pour plusieurs raisons. Les caractéristiques propres à chaque étudiant recouvrent des données individuelles dont l’anonymat doit être soigneusement garanti. Par ailleurs le volume important de ces données individuelles rend complexe leur manipulation. Pour chaque année universitaire, il faut en effet exploiter entre 1,5 et 2 millions d’inscriptions dans les différentes formations. En outre, du fait d’un changement de format dans le traitement de l’information individuelle3, le suivi des étudiants s’est avéré impossible pour une partie des années 1990 et a rendu très difficile, pour ne pas dire impossible, le suivi de l’information, notamment pour le codage des diplômes.

4Enfin, au-delà des difficultés à travailler sur les extractions des bases individuelles étudiantes, les caractéristiques géographiques et les aspects multidimensionnels des parcours de formation sont une préoccupation plutôt récente. Différents observatoires universitaires ont ainsi produit des études portant sur la construction des parcours étudiants dans le temps. De nombreuses recherches menées à des niveaux très fins ont concerné les effets dits « d’antennes universitaires », voire les effets « d’établissements », sur la construction des parcours étudiants (Felouzis, 2001). En revanche, rares sont celles qui se sont penchées de manière « exhaustive » sur les liens entre caractéristiques de l’environnement de formation et mobilités étudiantes.

2. À différents niveaux géographiques

5Les données individuelles étudiantes centralisées par la DEPP permettent de cerner le fait universitaire aux niveaux intra-urbain, urbain et régional. Ce corpus renferme plusieurs informations à caractère géographique. Pour tout étudiant sont recensés le lieu de résidence des parents, le code – donc, indirectement, la localisation – de l’établissement dans lequel il a préparé et obtenu le baccalauréat et le code – donc la localisation – de la « composante » de l’université dans laquelle il est inscrit. À la demande du MENSR et de la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (Datar), des bases de données « inédites » ont pu ainsi être créées aux niveaux des villes, des régions et des zones d’étude et d’aménagement du territoire (ZEAT) (cf. figure 1).

Figure 1. Sources et bases de données pour l’analyse des mobilités étudiantes entre universités

Figure 1. Sources et bases de données pour l’analyse des mobilités étudiantes entre universités

Lecture : à partir de l’information disponible pour chaque étudiant et qui comprend la localisation des formations dans lesquelles il est inscrit aux années t et t+1, peuvent être constituées, par regroupements, des matrices origines-destinations qui permettent d’étudier les mobilités étudiantes entre villes universitaires et – dans le cas de l’agglomération parisienne – entre universités. De même, à partir de l’information disponible pour chaque étudiant et qui comprend les caractéristiques de la formation suivie, peuvent être constitués, pour chaque année universitaire, des tableaux qui permettent d’analyser l’offre de formation dans les universités parisiennes et, plus largement, dans les différentes villes universitaires.

6La création de ces bases de données supposait que l’on dispose d’informations à deux dates successives pour pouvoir évaluer une mobilité durant le parcours universitaire. Si l’on envisage les mobilités des étudiants comme la traduction de complémentarités et de concurrences entre établissements, ne peuvent être retenus que les étudiants présents dans les universités durant deux années successives. On ne raisonne plus alors sur les quelque 1,5 million étudiants inscrits, mais sur un peu plus de 975 000 – c’est-à-dire ceux qui ont poursuivi leurs études au sein du système universitaire métropolitain. Pour ces derniers, on est en mesure d’indiquer s’il y a eu ou non mobilité géographique en comparant les lieux d’études pour les deux années successives.

7Encore faut-il s’entendre sur ce que l’on définit comme lieux d’études. Tout au long de notre développement, on distinguera ainsi deux types d’étudiant mobile :

  • pour le premier, la mobilité correspond au passage d’une ville universitaire à une autre ville universitaire – la ville en question étant définie au sens de l’unité urbaine de l’Insee, à savoir la ville centre et les communes de l’agglomération.
  • le second a changé d’université dans la même ville, ce qui ne peut concerner que les étudiants des grandes villes universitaires : par exemple, un étudiant inscrit à l’université Pierre-et-Marie-Curie (Paris 6) puis, l’année suivante, à l’université Paris-Diderot (Paris 7), toutes deux localisées dans l’agglomération parisienne. Enfin, la mobilité ne s’accompagne pas toujours d’un changement d’établissement, quand une même université offre des lieux d’études sur plusieurs villes : la mobilité d’un étudiant de Bayonne à Pau est bien enregistrée comme telle, sans qu’il y ait inscription dans une université différente, puisque les deux centres dépendent de l’université de Pau et des pays de l’Adour. Dans ce dernier cas, c’est le changement de lieu de formation qui prime pour l’étude des mobilités géographiques même si celui-ci ne correspond pas à un changement d’institution.

II. Analyser les mobilités étudiantes

8Les flux d’étudiants les plus importants relient les grands pôles urbains et universitaires entre eux. C’est le cas entre Paris et la plupart des grandes villes universitaires de province, telles que Grenoble, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Rennes, Lille, Nancy et Strasbourg. C’est également le cas entre villes universitaires de province qui relèvent d’un même sous-ensemble régional, structuré autour de quelques grands pôles comme Bordeaux, Montpellier, Marseille, Lyon, Grenoble, Strasbourg, Nancy ou Lille. Cette analyse systématique des échanges d’étudiants entre villes universitaires confirme que deux facteurs principaux exercent une influence décisive sur le volume de ces flux : d’une part, l’importance des villes universitaires de départ et d’arrivée, dans la mesure où il existe un lien entre le nombre d’étudiants inscrits à l’université et la variété des formations proposées ; d’autre part, dans une moindre mesure, de la distance qui sépare deux pôles universitaires (quand ces pôles sont de même taille, plus ils sont proches, plus les étudiants ont de chances d’être mobiles). Ces premiers constats invitent donc à raisonner, "toutes choses égales par ailleurs", sur l’importance des pôles universitaires et des distances qui les séparent pour mettre en évidence, d’une part, des mobilités préférentielles (les flux sont plus importants que ne le laisseraient prévoir le nombre d’étudiants des villes de départ et d’arrivée et la distance entre ces villes) et, d’autre part, des sous-mobilités ou effets de barrière (les flux sont moins importants que prévu).

1. À partir de modèles d’interaction spatiale et territoriale

9Afin d’identifier les mobilités étudiantes entre villes universitaires, qu’elles soient beaucoup plus importantes ou, au contraire, beaucoup plus faibles, le choix a été fait d’utiliser des modèles d’interaction à double contrainte. À la différence des modèles d’interaction spatiale de type gravitaire qui se donnent pour seule règle de reconstituer la somme totale des flux de migrants entre les villes françaises, les modèles à double contrainte imposent la conservation de l’ensemble des marges de la matrice d’échanges. Ils supposent connus les nombres d’étudiants qui partent ou arrivent dans chaque ville. Ils ne s’intéressent donc pas à l’attractivité ou à la répulsivité globale des villes universitaires, mais aux systèmes de relations particulières qui s’établissent entre certaines d’entre elles.

10En outre, dans la mesure où l’ensemble des étudiants se compose de sous-populations qui sont à différentes étapes de leur cursus universitaire, on a choisi de traiter séparément les mobilités des étudiants engagés dans chacun des trois cycles de formation, puis de reconstituer à partir de là un comportement résultant, qui est la somme des comportements particuliers (modèle désagrégé). Même si les modèles désagrégés fournissent en général des ajustements de moins bonne qualité que le modèle agrégé (car ils portent sur des effectifs plus réduits), leur somme fournit une estimation plus juste des mobilités que le modèle agrégé.

  • 4 Fij* = ai.Oi.bj.Dj.dij-α. γAij est l’équation du modèle d’interaction spatiale et d’appartenance ré (...)

11Pour mieux cerner les rôles respectifs de la distance et de l’appartenance à une même région, le modèle d’interaction spatiale et d’appartenance régionale4 a été choisi, car il ajoute, à l’effet de la distance, celui de l’appartenance régionale commune et permet d’évaluer la valeur moyenne de l’effet de barrière γ que subissent les étudiants passant d’une région à une autre. Par exemple, un effet de barrière γ égal à 3,8 – comme c’est le cas pour les étudiants qui changent de ville universitaire tout en restant en premier cycle – signifie que, à distance et départs-arrivées égales pour deux villes universitaires, les flux interrégionaux sont en moyenne presque quatre fois plus faibles que les flux intra-régionaux (figure 2). De manière attendue, l’effet d’appartenance régionale décroît de plus de moitié (– 54 %) entre les mobilités étudiantes qui concernent les deux premières années du parcours universitaire (γ = 3,8) et celles qui renvoient au passage entre le deuxième et le troisième cycle (γ = 1,75). De même, le rôle dissuasif de la distance diminue de manière relativement continue. La valeur du coefficient α, qui rend compte de ce rôle dissuasif de la distance, passe ainsi de – 1,48 pour les mobilités qui concernent les deux premières années de parcours universitaire à – 0,95 pour celles qui correspondent au passage entre le deuxième et le troisième cycle, soit une baisse de près de 36 %. Ces deux baisses remarquables semblent confirmer une structuration de l’offre universitaire de formation passant d’un niveau local/régional pour les premières années de formation à un niveau national pour les dernières années. Ces diminutions du rôle de la distance et de l’effet d’appartenance régionale traduisent aussi, chez les étudiants, une connaissance plus large et plus approfondie des formations et de leurs localisations. Enfin, dans les deux cas, le frein de la distance et l’effet de barrière joué par l’appartenance régionale redeviennent plus élevés pour les mobilités concernant des étudiants qui passent de master 2 en thèse ou qui se réorientent.

Figure 2. Proximité spatiale, appartenance régionale et mobilités étudiantes

Figure 2. Proximité spatiale, appartenance régionale et mobilités étudiantes

Lecture : les deux courbes rendent compte du rôle « dissuasif » de la distance (α) et de l’effet de la limite régionale (γ) tout au long des parcours de formation des étudiants à l’université. Ces deux courbes permettent de différencier 2 parties dans ces parcours de formation. Des étudiants qui restent en premier cycle d’une année universitaire à l’autre à ceux qui passent du deuxième au troisième cycle universitaire, la distance constitue de moins en moins un frein à leurs mobilités. Il en va de même pour le franchissement de la limite régionale. Ces courbes renvoient aux comportements des étudiants, qui semblent connaître de mieux en mieux les offres de formation disponibles sur le territoire national. En revanche, pour les étudiants qui restent en troisième cycle, et plus encore pour ceux qui se réorientent vers d’autres formations et donc se réinscrivent dans des cycles inférieurs, le frein de la distance tout comme l’effet des limites régionales recommencent à jouer un rôle important. Dans ce dernier cas, on peut considérer que la mobilité de formation ou réorientation paraît incompatible avec la mobilité géographique, traduisant une volonté de suivre une nouvelle formation dans un univers devenu familier. De manière plus détaillée pour les étudiants en « réorientation », le frein de la distance égal à -1,28 et l’effet de la limite régionale égal à 3,5 permettent de mieux comprendre la manière dont la répartition de l’offre universitaire sur le territoire national joue. Le premier exposant indique que plus la distance augmente entre villes universitaires, moins les étudiants en réorientation ont de chance d’être mobiles. Le second exposant indique qu’à distance égale entre villes universitaires, les mobilités entre ces dernières sont divisées par 3,5 quand elles n’appartiennent pas à la même région.

2. En tenant compte des "contraintes" liées à l’offre de formations

12Au-delà des étudiants entrant et partant de chacune des villes universitaires, des distances qui séparent ces villes et de leurs appartenances régionales, il paraît essentiel de distinguer les mobilités étudiantes qui relèvent d’un choix préférentiel de celles qui relèvent d’une contrainte liée à une offre de formations insuffisante dans le lieu de départ. Autrement dit, il convient de différencier les mobilités qui mettent en concurrence l’offre présente dans le pôle universitaire d’origine de l’étudiant et celle proposée dans d’autres villes des mobilités qui traduisent une incompatibilité entre le choix de poursuite d’études effectué par l’étudiant et les formations proposées dans sa ville d’origine (Grasland et Saboulin, 1999 ; Baron, 2005 ; Baron, 2012). Pour chaque cycle d’études, chaque discipline ou chaque type de formation, l’offre est en effet inscrite dans un schéma territorial plus ou moins spécifique. Les contraintes à l’émigration apparaissent d’autant plus grandes que les étudiants se situent sur un segment de la formation dont l’offre est plus inégalement répartie sur le territoire et/ou peu intégrée géographiquement. La contrainte à l’émigration atteint, à des degrés variés, les différents secteurs auxquels appartiennent les disciplines. Celui des sciences est le plus concerné, car il cumule à la fois les taux d’émigration et les taux de contrainte les plus élevés. Ainsi, alors qu’il ne concentre que 27 % des étudiants non mobiles et 33 % des émigrants non contraints, il réunit à lui seul plus de la moitié des émigrants contraints (55 %). Les niveaux élevés de ces taux peuvent dépendre non seulement d’une offre géographiquement segmentée des différentes disciplines appartenant à ce secteur, mais aussi des réorientations vers d’autres disciplines extérieures. À l’inverse, les étudiants inscrits en lettres et sciences humaines apparaissent à la fois peu mobiles (taux d’émigration égal à 4 %) et relativement peu contraints à quitter leur ville universitaire d’origine (mobilité contrainte égale à 16,2 %).

13La méthode du choix révélé, retenue pour déterminer les mobilités contraintes, se fonde sur l’hypothèse que la formation effectivement suivie par un étudiant au terme de sa mobilité correspond bien à la formation souhaitée. Cette méthode postule donc que le choix de la formation universitaire précède la décision d’être mobile, c’est-à-dire qu’il peut en constituer la cause. En d’autres termes, un étudiant, qui suivait des études dans la ville A au cours de l’année universitaire t et qui se rend dans la ville B pour poursuivre ses études en t + 1, aura effectué une mobilité contrainte, si les études qu’il suit en t + 1 dans la ville B ne sont pas disponibles cette même année dans sa ville d’origine A. On considérera en effet que les études suivies en t + 1 dans la ville B constituent le choix révélé de formation de l’étudiant et que ce choix est incompatible avec l’offre de formation disponible dans la ville d’origine. Cette méthode est évidemment imparfaite, puisqu’elle privilégie a priori le choix de la formation universitaire dans la décision de bouger, négligeant les autres motivations qui ont pu conduire l’étudiant à changer de ville. Or, il peut arriver qu’un étudiant quitte sa ville d’origine pour des raisons indépendantes de sa formation et soit comptabilisé à tort comme mobile contraint, parce que la nouvelle formation qu’il suit n’existait pas dans la ville qu’il a quittée. Dans ce cas, il y a simplement coïncidence et non pas causalité entre la mobilité et la contrainte de formation. Pour résumer, l’étudiant X, inscrit dans la ville A en t a migré vers la ville B en t + 1 pour suivre une formation professionnelle de physique de deuxième cycle :

  • contrainte de niveau 1 (cycle) : si la ville d’origine ne possède pas au moins cinq étudiants inscrits en deuxième cycle en t + 1, on considère que l’étudiant X subit une contrainte de premier niveau, puisqu’il lui est impossible de trouver une formation correspondant à son cycle d’étude actuel (même en changeant de discipline) ;
  • contrainte de niveau 2 (cycle*discipline) : si la ville d’origine comporte le cycle désiré mais pas la discipline choisie par celui-ci (moins de cinq étudiants inscrits en deuxième cycle de physique dans la ville A en t + 1), on considère que l’étudiant subit une contrainte de deuxième niveau, moins forte que la précédente. Il aurait en effet pu éventuellement poursuivre ses études dans sa ville d’origine, mais à condition de changer de discipline ;
  • contrainte de niveau 3 (cycle*discipline*formation) : si la ville d’origine comporte le cycle et la discipline choisie (au moins cinq étudiants dans une formation professionnelle de deuxième cycle de physique) mais pas le type de formation recherchée (moins de cinq étudiants dans une formation générale de deuxième cycle de physique), on considère que l’étudiant X subit une contrainte de troisième niveau, encore plus faible que la précédente. Il aurait en effet pu poursuivre ses études dans sa discipline, à condition d’accepter un type de formation différent (formation générale) de celui qu’il a effectivement choisi (formation professionnelle) ;
  • absence de contrainte : si la ville d’origine comporte en t + 1 au moins cinq étudiants dans le cycle, la discipline et la formation que l’étudiant a finalement retenue dans la ville de destination, on considère qu’il a effectué une migration non contrainte (au sens des trois critères retenus) et qu’il aurait pu poursuivre ses études dans sa ville d’origine. Sa décision de migrer résulte donc, soit d’un choix (renommée ou attrait de l’université et de la ville de destination), soit de contraintes non prises en compte par les critères utilisés (sous-discipline de la physique, formation professionnelle spécifique) ou pas nécessairement liées au parcours universitaire (logement, rapprochement de conjoint, etc.).

III. Caractériser les mobilités étudiantes

14Les méthodes mobilisées ne doivent pas faire oublier le plus important : la mobilité entre villes universitaires ne concerne que 6 à 8 % des étudiants (Raullin et Saint-Julien, 1998). Cet ordre de grandeur a été confirmé dans plusieurs travaux (Baron, 2012). Tout ceci invite à reconsidérer le statut de la mobilité géographique dans le parcours de formation universitaire, dans la mesure où elle ne touche qu’une très petite fraction de cette population.

1. En cernant la place de Paris dans le système universitaire français

15Des éléments de cadrage supplémentaires de ces mobilités étudiantes viennent à l’encontre d’idées reçues, puisque 75 % des migrations se font entre agglomérations de province et 25 % entre Paris et la province. Dans ce dernier cas, les échanges s’équilibrent, avec un léger bénéfice (environ 500 étudiants) au profit de l’agglomération parisienne. La ponction de cette dernière sur la province n’est pas aussi importante qu’on pouvait le penser, en particulier au moment du passage en troisième cycle. Près de 14 % des étudiants parisiens de troisième cycle qui poursuivent en troisième cycle partent en province, tandis que 21 % des étudiants de province rejoignent une autre ville de province et seulement 6 % se dirigent vers Paris.

16Un tel constat conduit à reconsidérer la question relative à l’équilibre des relations entre Paris et la province (Baron et Berroir, 2007). Pendant longtemps, en effet, la problématique des mobilités étudiantes s’est largement focalisée sur les rapports Paris-province, s’articulant ainsi sur une question récurrente de l’aménagement du territoire (Caro et al., 2002). Le complexe universitaire parisien était censé exercer sur la province une ponction puissante et sélective. L’absence de toute évaluation des mobilités étudiantes a pu laisser le champ libre à des points de vue faiblement étayés s’appuyant sur la connaissance d’un établissement particulier. Parmi les étudiants qui changent de ville universitaire en cours de formation, 55 % se dirigent vers un pôle plus grand, tandis que 45 % se déplacent vers un pôle de taille équivalente, voire plus petite. Ces mobilités ont des conséquences variées d’un ensemble de villes à l’autre. Tandis que, au jeu des départs et des arrivées, les villes universitaires de plus de 500 000 habitants (sauf Paris) gagnent un peu moins de 5 % d’étudiants, celles dont la population est comprise entre 200 000 et 500 000 habitants perdent plus de 6 % de leurs effectifs. Les villes de plus de 500 000 habitants paraissent donc les plus attractives, quelle que soit la taille de la ville de départ. En particulier lors d’une entrée en deuxième cycle, les étudiants qui quittent les villes de moins de 50 000 habitants se dirigent dans 80 % des cas vers des villes de plus de 500 000 habitants (figure 3).

17Quant aux étudiants franciliens, ils sont peu nombreux à quitter leur région et « préfèrent » arbitrer entre les seize universités franciliennes (Baron et Berroir, 2007 ; Baron et al., 2007). Ils sont ainsi moins de 5 % à choisir une université de province pour poursuivre leurs formations, contre 9 % qui optent pour une autre université parisienne. Le positionnement de Paris dans le paysage universitaire français esquissé par les mobilités étudiantes se dessine alors dans toute sa complexité et son originalité. Plutôt que le centre, voire le cœur du système universitaire français, la capitale et ses couronnes successives tendraient à devenir un isolat. Sa moindre attraction au profit des pôles universitaires majeurs de province peut être due à la stabilisation du processus de déconcentration des établissements sur le territoire métropolitain et, au niveau des seuls troisièmes cycles, à l’érosion continue des formations à la recherche au profit des formations dites « professionnelles ».

Figure 3. Concurrences entre Paris et les grandes villes de province

Figure 3. Concurrences entre Paris et les grandes villes de province

Lecture : pour l’ensemble des étudiants de province, Paris ne constitue jamais la première destination pour continuer ses études. Ils sont ainsi moins de 5 % à quitter une ville de moins de 50 000 habitants pour poursuivre leur formation à Paris. De même, ils sont 28 % à quitter une université située dans une agglomération de plus de 500 000 habitants pour une université située dans la métropole parisienne, alors qu’ils sont 33 % à quitter une université d’une ville de plus de 500 000 habitants pour une université d’une autre ville de plus de 500 000 habitants. Pour les étudiants entrant en deuxième cycle, 80 % de ceux qui quittent une ville de moins de 50 000 habitants choisissent une agglomération de plus de 500 000 habitants, mais seulement 2 % privilégient Paris. Quant aux étudiants entrant en troisième cycle, ceux inscrits l’année précédente dans une université d’une agglomération de plus de 100 000 habitants se dirigent davantage vers des établissements d’agglomérations de province de plus de 500 000 habitants (55 %) plutôt que vers Paris (13 %). De même, 57 % des étudiants des agglomérations de 200 000 à 500 000 habitants font ce choix contre 21 % pour Paris. Enfin, 38 % des étudiants des agglomérations de province de plus de 500 000 habitants choisissent une autre ville de province de taille similaire, contre 28 % qui préfèrent Paris.

2. En identifiant les zones de dépendance de province liées aux mobilités « contraintes »

18Ces éléments de cadrage seraient incomplets si n’étaient présentées les structurations spatiales et territoriales des « contraintes » qui pèsent sur les mobilités étudiantes et qui sont liées à « l’insuffisance » de l’offre de formation en un lieu. Parmi les quelque 75 000 étudiants qui changent de ville universitaire chaque année, près de 17 400 (soit 23 % du total) l’ont fait en raison d’une « inadéquation » entre offre et demande de formation universitaire. Lors de l’entrée en deuxième cycle, près de 14 % des étudiants changent de ville, dont 38 % du fait d’une inadéquation entre leur choix et l’offre de formation de leur ville de départ, mais très rarement en raison d’une réorientation. En revanche, à l’entrée en troisième cycle, le taux de mobilité est proche de 24 % et un cinquième des départs est dû à l’absence, dans la ville universitaire fréquentée, du type de formation choisi par l’étudiant. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une formation à finalité professionnelle : près de 80 % des étudiants « contraints » de changer de ville et qui entrent en troisième cycle sont inscrits en masters professionnels. Quant à l’absence du cycle d’études, il concerne un peu moins de 3 000 étudiants et s’observe de manière relativement attendue dans les petits centres universitaires. À Saint-Brieuc, Montauban, Tulle, Saint-Chély-d’Apcher et Mâcon, plus des trois quarts des étudiants partent parce que la ville ne possède pas de cycle d’études supérieur (figure 4). La contrainte imposée par la répartition géographique de l’offre disciplinaire concerne à elle seule un peu moins de 10 500 étudiants (soit 60 % des étudiants mobiles contraints). Tous les pôles universitaires sont concernés, mais à des degrés très variés. Pour près de 60 % d’entre eux, plus de la moitié des mobilités résultent d’une offre incomplète pour les cycles d’études et les disciplines. Elle est en revanche très marginale lorsqu’il s’agit de très grands pôles universitaires tels que Paris, Lyon, Toulouse, Marseille, Lille, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Grenoble ou Nancy, puisqu’elle touche moins de 5 % des émigrants.

19Quand se cumulent l’absence de cycle supérieur, de discipline et de formation, plus de 30 % des mobilités au départ des pôles du bassin parisien et de l’Ouest sont expliqués. Ailleurs sur le territoire français, 20 à 25 % des départs découlent d’une incompatibilité entre la demande de formation des étudiants et l’offre présente sur leur site universitaire. Si le poids des mobilités géographiques « contraintes » varie selon le lieu d’études, leur taux diminue lorsque le nombre d’étudiants augmente. En résumé, quand la taille d’un pôle universitaire diminue, le taux de départs s’accroît et la part des mobilités « contraintes » augmente. Se dessinent alors plusieurs types de zones de dépendance (figure 4). L’Ouest semble polarisé par Rennes (du fait des offres de formation insuffisantes à Saint-Brieuc, Vannes et – dans une moindre mesure – Quimper et Brest), puis par Nantes (qui attire les flux les plus importants d’étudiants contraints en provenance de Saint-Nazaire et de La Roche-sur-Yon), alors que le littoral méditerranéen paraît plus équilibré, entre Montpellier (où convergent les flux les plus importants d’étudiants contraints venant de Nîmes et Avignon), et Aix-Marseille (du fait des offres de formation insuffisantes à Nice, Toulon mais aussi en Avignon). L’analyse de ces mobilités appelées dans un premier temps « contraintes » a permis de souligner que les pôles universitaires de petite taille (Quimper, Saint-Brieuc et Vannes en Bretagne ; Nîmes, Avignon, Toulon pour le bassin méditerranéen) ont un solde migratoire déficitaire, tandis que les grandes métropoles universitaires (Strasbourg, Lille, Rennes, Bordeaux, Toulouse ou encore Montpellier) bénéficient d’un solde migratoire positif. Ce constat n’est pas un signe d’échec. Le fait que les étudiants se déplacent vers des centres de formation situés à des échelons de plus en plus élevés de la hiérarchie universitaire et urbaine au cours de l’avancement de leur formation n’a rien de dramatique et peut être vu comme un facteur positif, dans la mesure où il génère des transitions progressives et évite pour les étudiants une coupure trop brutale de leurs multiples attaches (environnements, famille, réseaux d’amis, etc.). Plutôt que de parler de mobilités « contraintes » – expression qui peut revêtir un caractère péjoratif –, il serait ainsi plus judicieux de les qualifier de « différées ».

Carte 1. Mobilités, réseaux et hiérarchies entre pôles universitaires de province

Carte 1. Mobilités, réseaux et hiérarchies entre pôles universitaires de province

Lecture : sur la plus grande carte sont représentés tous les flux qui concernent plus de 25 étudiants « contraints » de changer de ville pour poursuivre leur formation universitaire. Plus le trait est épais et foncé, plus le nombre d’étudiants concernés est important. Sans grande surprise, les flux qui concernent plus de 100 étudiants sont tous dirigés vers les grands pôles universitaires (Lille, Rennes, Bordeaux, Toulouse et Lyon, pour les principales). Ceux de moins de 50 étudiants permettent d’identifier les liens qui peuvent exister entre « systèmes universitaires » organisés à partir d’un grand pôle universitaire : c’est le cas entre Nancy et Lille, entre Rennes et Caen, mais aussi entre Rennes et Nantes, ou encore entre Nantes et Bordeaux. Sur la plus petite carte sont représentés les bilans ou soldes liés aux départs et aux arrivées d’étudiants « contraints » par les offres de formation universitaires. Compte-tenu de l’orientation des principaux flux d’étudiants « contraints », les plus grands pôles universitaires sont caractérisés par les soldes positifs les plus importants : d’abord Lille, Montpellier et Toulouse, puis Bordeaux, Rennes, Lyon et Aix-Marseille. À l’inverse, on repère des soldes négatifs importants à Nîmes, Valence, Saint-Brieuc ou encore Quimper.

Conclusion

20L’attitude des étudiants face à la mobilité est d’autant plus intéressante qu’elle se démarque de la tendance enregistrée pour l’ensemble de la population française (Baccaïni, 2001). Départs de la métropole parisienne, recherche d’une meilleure qualité de vie, héliotropisme sont autant de traductions de l’intensification des migrations et de l’augmentation des distances parcourues d’un recensement à l’autre (Baccaïni, 1993). Au-delà des différences de comportements entre les étudiants et le reste de la population face à la distance à franchir, les axes des mobilités préférentielles comme ceux correspondant aux effets de barrières sont remarquablement similaires (Raullin et Saint-Julien, 1998 ; Baron, 2005). Quand les étudiants franciliens semblent « ignorer » les universités du bassin parisien, ils ne font que calquer leurs comportements sur l’ensemble de la population. Il en va de même pour les étudiants rennais ou toulousains quand ils privilégient l’agglomération parisienne pour poursuivre leur formation universitaire. Ces différents constats plaident pour une absence de spécificité des mobilités étudiantes.

  • 5 Il s’agit des quatre Comue du centre de la métropole parisienne (Hesam avec Paris 1 ; Sorbonne-Par (...)

21Inversement, les mobilités étudiantes entre universités parisiennes ne font que souligner l’incapacité des pouvoirs publics à penser la spécificité de l’Île-de-France (Baron, 2012 ; Baron, Vadelorge, 2015). L’éclatement de l’université parisienne à partir de 1970, comme les huit regroupements actuels dénommés communautés d’universités et d’établissements (Comue5), dans lesquels sont intégrées les seize universités franciliennes à partir du milieu des années 2000, contribuent à diviser ce système régional. Lors de leur mise en place, ces regroupements ne correspondaient en effet ni aux pratiques des étudiants et des enseignants (Baron et al., 2007 ; Berroir et al., 2005), ni aux pratiques de recherche (Berroir et al., 2009), qui s’effectuent selon des logiques réticulaires dépassant les regroupements actuels. Autant de constats qui conduisent à penser une autre restructuration du système universitaire francilien. Pourquoi ne pas opter pour la mise en réseau de ces seize établissements ?

22Les mobilités étudiantes entre pôles universitaires nationaux méritent enfin d’être intégrées dans la « mise en concurrence » des mobilités de formation. Si la notion de concurrence peut paraître excessive, il s’agit d’appréhender les conséquences des mobilités « encouragées » dans le cadre des licences et des masters – tels que les semestres ou les années Erasmus passés dans des universités européennes avec lesquelles il existe un partenariat – sur les mobilités « révélées » entre villes universitaires, voire entre universités d’une grande agglomération comme Paris. Or, jusqu’à maintenant, les mobilités effectuées dans le cadre de programmes Erasmus ou autres n’ont pas été intégrées dans les renseignements relatifs aux étudiants, que la DEPP centralise. Il est donc impossible d’articuler ces deux formes de mobilité, donc d’analyser leurs complémentarités diront les uns, leurs concurrences diront les autres, mais aussi leurs concordances ou leur indépendance.

Bibliographie

Références bibliographiques

Baccaïni B., 1993, « Régions attractives et régions répulsives entre 1982 et 1990 : comparaison de la période 1975-1982 et spécificité des différentes classes d’âge », Population, 48(6), p. 1791-1812.

Baccaïni B., 2001, « Les migrations en France entre 1990 et 1999 : les régions de l’Ouest de plus en plus attractives », Insee Première, 758.

Baron M., 2005, « Les migrations étudiantes dans le système universitaire français au début des années 1990 », Revue d’économie régionale et urbaine, 2, p. 281-300.

Baron M., Berroir S., 2007, « Paris et le système universitaire français : mythe et réalités », Annales de géographie, 655, p. 3-22.

Baron M., Berroir S., Cattan N., Lesecq G., Saint-Julien T., 2007, « Des universités en concurrence », in T. Saint-Julien, R. Le Goix (dir.), 2007, La métropole parisienne. Centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », p. 65-87.

Baron M., 2012, Mises en espace des sociétés de la connaissance par les universités et les mobilités étudiantes, mémoire d’habilitation à diriger des recherches en géographie, université Paris-Diderot (Paris-7).

Baron M., Vadelorge L., 2015, « Les universités parisiennes dans la tourmente des regroupements », Métropolitiques ; https://www.metropolitiques.eu/Les-universites-parisiennes-dans.html.

Berroir S., Cattan N., Saint-Julien T., 2005, « La mobilité des étudiants entre les universités franciliennes », Les Cahiers de l’IAURIF, 143, p. 76-84.

Berroir S., Cattan N., Saint-Julien T., 2009, « Les masters en réseau : vers de nouvelles territorialités de l’enseignement supérieur en France », L’espace géographique, 38(1), p. 43-58.

Brunet R., 1990, « L’université, la ville et la région », L’espace géographique, XIX-XX(3), p. 212-213.

Caro P., Dard O., Daumas J.-C. (dir.), 2002, La politique d’aménagement du territoire. Racines, logiques et résultats, Rennes, Pur, coll. « Espace et Territoires ».

Chapoulie J.-M., Fridenson P., Prost A., 2010, « Jalons pour une histoire sociale de la science et des établissements d’enseignement supérieur en France depuis 1945 », Le mouvement social, 233, p. 3-12.

Delamarre A., Lecocq M.-C. (dir.), 1998, Développement universitaire et développement territorial. L’impact du plan U2000 (1990-1995), Paris, La Documentation française/Datar.

Dubet F., Filâtre D., Merrien F.-X., Sauvage A., Vince A., 1994, Universités et villes, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et entreprises ».

Felouzis G., 2001, « Les délocalisations universitaires et la démocratisation de l’enseignement supérieur : entrer, étudier, réussir à l’université », Revue française de pédagogie, 136, p. 53-63.

Frémont A., 1990, « L’aménagement du territoire universitaire français », L’espace géographique, XIX-XX(3), p. 193-202.

Grasland C., Saboulin (de) M. (dir.), 1999, Les migrations étudiantes contraintes. Les déterminants individuels de la migration non contrainte, convention de recherche CNRS/MENRT, n° 98-378.

Moro S., 2008, « Une Bretagne toujours plus diplômée malgré de nombreux départs de jeunes », Octant, 111, p. 8-12.

Perret C., 2008, « Les régions françaises face aux migrations des diplômés de l’enseignement supérieur entrant sur le marché du travail », Annales de géographie, 662, p. 62-84.

Raullin E., Saint-Julien T. (dir.), 1998, La mobilité géographique des étudiants des universités, convention de recherche CNRS-MENRT/CNRS-Datar, n° 50-1362.

Notes

1 Le terme « mobilité » est employé ici plutôt que celui de « migration », car y sont étudiés les changements de lieu de formation et non de résidence en lien avec les changements d’universités dans lesquelles les étudiants s’inscrivent. Ce sont plutôt les attractivités différentielles des lieux de formation qui sont en partie analysées plutôt que les attractivités résidentielles en rapport avec les formations universitaires proposées. D’après les informations qui ont pu être traitées, il n’y a aucun moyen de savoir si le changement de lieu de formation entraîne nécessairement celui de résidence. C’est pourquoi n’ont pu être formulées que des hypothèses liant temps de transport routier et probabilités de changement de résidence. Le seuil de 2 heures entre deux villes universitaires a été retenu : en deçà, les étudiants ont le choix de changer de lieu de résidence ; au-delà, ils se voient plutôt contraints de migrer (Grasland et Saboulin, 1999).

2 Dernier plan important de créations de formations supérieures, U 2000 a été déployé dans la première moitié des années 1990 par Lionel Jospin, alors ministre de l’Éducation nationale, qui mandata Armand Frémont – professeur de géographie de l’université de Caen puis recteur de l’académie de Grenoble. Il fait suite à la décision prise par Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Éducation nationale au début des années 1980, de conduire 80 % d’une classe d’âges au niveau du baccalauréat, considéré encore aujourd’hui comme le premier diplôme universitaire, donnant accès de droit à l’université. Il a donné lieu à la multiplication et au déploiement des formations supérieures sur le territoire français, en particulier les Sections de Techniciens Supérieurs (STS) dans les lycées, les départements d’Instituts Universitaires de Technologie (IUT) – les deux délivrant le diplôme de technicien supérieur reconnu dans les conventions collectives. Ce plan a permis la reconnaissance d’antennes universitaires dites « sauvages », ouvertes au cours des années 1980 sans concertation avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, mais aussi l’ouverture de nombreux premiers cycles (les deux premières années de l’actuelle licence), de formations universitaires hors les principales villes universitaires, notamment dans les secteurs des Lettres, Langues et Sciences Humaines. Enfin, ce plan a permis la création d’universités dans les villes nouvelles franciliennes (Evry, Marne-la-Vallée, Cergy-Pontoise, Saint-Quentin-en-Yvelines) et entre plusieurs villes de province (Université du Littoral-Côte d’Opale, Université de Bretagne-Sud).

3 Le code permettant d’identifier un étudiant dans le système universitaire a changé : on est passé du code INSEE à l’identifiant national étudiant (INE). En outre, durant l’année universitaire 1994-1995, le format de ce code s’est fait selon la norme Sise (cf. figure 1 et chapitre III).

4 Fij* = ai.Oi.bj.Dj.dij-α. γAij est l’équation du modèle d’interaction spatiale et d’appartenance régionale, avec :

Fij* : flux estimé entre les villes i et j ;

Oi : nombre d’étudiants ayant quitté la ville i à l’année t ;

Dj : nombre d’étudiants arrivés dans la ville j à l’année t+1 :

dij : distance à vol d’oiseau entre les villes i et j ;

ai, bj : vecteurs de paramètres assurant la conservation des origines et des destinations ;

α : paramètre à estimer reflétant le frein imposé par la distance entre les villes i et j aux déplacements entre ces deux villes ;

Aij = 1 si les villes i et j sont localisées dans la même région et Aij = 0 si tel n’est pas le cas ;

γ : paramètre à estimer reflétant l’effet de barrière dû au franchissement de la limite/ frontière régionale.

5 Il s’agit des quatre Comue du centre de la métropole parisienne (Hesam avec Paris 1 ; Sorbonne-Paris-Cité avec Paris 3, Paris 5, Paris 7 et Paris 13 ; Sorbonne Université avec Paris 4 et Paris 6 ; Paris Sciences et Lettres sans université), auxquelles s’ajoutent quatre ComUE plutôt en périphérie (Paris-Lumières avec Paris 10 Nanterre et Paris 8 Vincennes-Saint-Denis ; Paris Est avec Marne-la-Vallée et Créteil ; Saclay avec Orsay ; Paris-Seine avec Versailles-Saint-Quentin et Cergy-Pontoise). Ces huit Comue représentent près du tiers des vingt-cinq Comue définies sur l’ensemble du territoire national (cf. http://www.cpu.fr/actualite/regroupements-universitaires-25-grands-ensembles-pour-viser-lexcellence/).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Sources et bases de données pour l’analyse des mobilités étudiantes entre universités
Légende Lecture : à partir de l’information disponible pour chaque étudiant et qui comprend la localisation des formations dans lesquelles il est inscrit aux années t et t+1, peuvent être constituées, par regroupements, des matrices origines-destinations qui permettent d’étudier les mobilités étudiantes entre villes universitaires et – dans le cas de l’agglomération parisienne – entre universités. De même, à partir de l’information disponible pour chaque étudiant et qui comprend les caractéristiques de la formation suivie, peuvent être constitués, pour chaque année universitaire, des tableaux qui permettent d’analyser l’offre de formation dans les universités parisiennes et, plus largement, dans les différentes villes universitaires.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 2. Proximité spatiale, appartenance régionale et mobilités étudiantes
Légende Lecture : les deux courbes rendent compte du rôle « dissuasif » de la distance (α) et de l’effet de la limite régionale (γ) tout au long des parcours de formation des étudiants à l’université. Ces deux courbes permettent de différencier 2 parties dans ces parcours de formation. Des étudiants qui restent en premier cycle d’une année universitaire à l’autre à ceux qui passent du deuxième au troisième cycle universitaire, la distance constitue de moins en moins un frein à leurs mobilités. Il en va de même pour le franchissement de la limite régionale. Ces courbes renvoient aux comportements des étudiants, qui semblent connaître de mieux en mieux les offres de formation disponibles sur le territoire national. En revanche, pour les étudiants qui restent en troisième cycle, et plus encore pour ceux qui se réorientent vers d’autres formations et donc se réinscrivent dans des cycles inférieurs, le frein de la distance tout comme l’effet des limites régionales recommencent à jouer un rôle important. Dans ce dernier cas, on peut considérer que la mobilité de formation ou réorientation paraît incompatible avec la mobilité géographique, traduisant une volonté de suivre une nouvelle formation dans un univers devenu familier. De manière plus détaillée pour les étudiants en « réorientation », le frein de la distance égal à -1,28 et l’effet de la limite régionale égal à 3,5 permettent de mieux comprendre la manière dont la répartition de l’offre universitaire sur le territoire national joue. Le premier exposant indique que plus la distance augmente entre villes universitaires, moins les étudiants en réorientation ont de chance d’être mobiles. Le second exposant indique qu’à distance égale entre villes universitaires, les mobilités entre ces dernières sont divisées par 3,5 quand elles n’appartiennent pas à la même région.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 3. Concurrences entre Paris et les grandes villes de province
Légende Lecture : pour l’ensemble des étudiants de province, Paris ne constitue jamais la première destination pour continuer ses études. Ils sont ainsi moins de 5 % à quitter une ville de moins de 50 000 habitants pour poursuivre leur formation à Paris. De même, ils sont 28 % à quitter une université située dans une agglomération de plus de 500 000 habitants pour une université située dans la métropole parisienne, alors qu’ils sont 33 % à quitter une université d’une ville de plus de 500 000 habitants pour une université d’une autre ville de plus de 500 000 habitants. Pour les étudiants entrant en deuxième cycle, 80 % de ceux qui quittent une ville de moins de 50 000 habitants choisissent une agglomération de plus de 500 000 habitants, mais seulement 2 % privilégient Paris. Quant aux étudiants entrant en troisième cycle, ceux inscrits l’année précédente dans une université d’une agglomération de plus de 100 000 habitants se dirigent davantage vers des établissements d’agglomérations de province de plus de 500 000 habitants (55 %) plutôt que vers Paris (13 %). De même, 57 % des étudiants des agglomérations de 200 000 à 500 000 habitants font ce choix contre 21 % pour Paris. Enfin, 38 % des étudiants des agglomérations de province de plus de 500 000 habitants choisissent une autre ville de province de taille similaire, contre 28 % qui préfèrent Paris.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Carte 1. Mobilités, réseaux et hiérarchies entre pôles universitaires de province
Légende Lecture : sur la plus grande carte sont représentés tous les flux qui concernent plus de 25 étudiants « contraints » de changer de ville pour poursuivre leur formation universitaire. Plus le trait est épais et foncé, plus le nombre d’étudiants concernés est important. Sans grande surprise, les flux qui concernent plus de 100 étudiants sont tous dirigés vers les grands pôles universitaires (Lille, Rennes, Bordeaux, Toulouse et Lyon, pour les principales). Ceux de moins de 50 étudiants permettent d’identifier les liens qui peuvent exister entre « systèmes universitaires » organisés à partir d’un grand pôle universitaire : c’est le cas entre Nancy et Lille, entre Rennes et Caen, mais aussi entre Rennes et Nantes, ou encore entre Nantes et Bordeaux. Sur la plus petite carte sont représentés les bilans ou soldes liés aux départs et aux arrivées d’étudiants « contraints » par les offres de formation universitaires. Compte-tenu de l’orientation des principaux flux d’étudiants « contraints », les plus grands pôles universitaires sont caractérisés par les soldes positifs les plus importants : d’abord Lille, Montpellier et Toulouse, puis Bordeaux, Rennes, Lyon et Aix-Marseille. À l’inverse, on repère des soldes négatifs importants à Nîmes, Valence, Saint-Brieuc ou encore Quimper.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 401k

© Ined Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search