Version classiqueVersion mobile

Parcours d'étudiants

 | 
Philippe Cordazzo

Partie 2 . Être étudiant, devenir adulte

Chapitre VIII

Étudiants et parents. Prévalence, circonstances et incidences sur les études1

Arnaud Régnier-Loilier

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre reprend, en les complétant, un ensemble de résultats publiés en octobre 2017 dans Ove (...)

1En France, comme dans la plupart des pays développés, la maîtrise de la fécondité s’accompagne de comportements très normés concernant le calendrier de constitution d’une famille, avec un ensemble de conditions préalables que se fixent les personnes – tant sur le plan affectif que matériel – avant d’avoir un premier enfant. Il s’agit d’une part d’être installé dans une relation de couple jugée solide, d’autre part de bénéficier des ressources financières suffisantes pour accueillir l’enfant dans de bonnes conditions. Cela passe par le fait de disposer d’un emploi stable et suffisamment rémunérateur, donc d’avoir terminé ses études (Régnier-Loilier et Perron, 2015). La parentalité étudiante apparaît ainsi en France comme un « impensé social » (Gaide, 2014) et, dans les faits, elle s’avère très peu prise en compte par le système éducatif. Rien ne semble vraiment prévu dans l’organisation des études et des établissements pour prendre en considération cette situation.

2Ce contexte explique que l’annonce d’une grossesse durant les études puisse donner lieu à son interruption. Chaque année en France, près de 4 % des étudiantes avortent (Mazuy et al., 2014) et, en 2015, les étudiantes représentaient le quart des femmes ayant eu une première IVG (Mazuy et al., 2016).

3En 2016, l’OVE a réalisé deux enquêtes nationales auprès des étudiants (cf. encadré 1), qui permettent dans ce chapitre d’aborder trois questions. On s’intéressera dans un premier temps à la part d’étudiants-parents en France et à son évolution au cours des dix dernières années. Dans un deuxième temps, l’objectif sera de caractériser la population étudiante et de s’intéresser au contexte dans lequel ont lieu les grossesses. S’agit-il de grossesses survenues dans le cadre des études ou les étudiants-parents sont-ils principalement en reprise d’études ? Ces grossesses sont-elles planifiées ? Quels comportements préventifs adoptent les étudiants face au risque de grossesses non désirées ? Dans un troisième temps, ce chapitre interrogera le déroulement des études pour celles et ceux qui sont parents. Rencontrent-ils plus de difficultés à assister à certains cours, à s’intégrer ou encore à valider leurs examens ?

Encadré 1

Deux enquêtes nationales de l’OVE auprès des étudiants en 2016

L’enquête CdV

Réalisée à un rythme triennal depuis sa création en 1994, l’enquête CdV a pour objectif le recueil d’informations permettant d’éclairer les conditions de vie des étudiantes et étudiants et leurs évolutions au fil du temps. À partir d’un questionnaire autoadministré en ligne, l’édition 2016 a permis d’interroger 46 340 étudiants représentatifs des inscrits dans un établissement en Francea au titre de l’année 2015-2016.

Bien que le questionnaire soit constitué d’un socle commun de questions, afin de permettre l’étude d’évolutions sur le temps long et de garantir la comparabilité avec d’autres pays (dans le cadre du programme Eurostudent), certains aménagements ont été apportés en 2016, avec notamment l’ajout de quelques questions visant à décrire plus précisément la situation des étudiants-parents. L’enquête permet ainsi de connaître la situation du répondant à la naissance des enfants (en études, en emploi ou dans une autre situation), l’âge des enfants et leur lieu de vie durant une semaine normale de cours. Ces informations permettent d’observer le lien entre le fait d’être ou non parent et le déroulement des études (difficultés ressenties, absentéisme, sentiment d’intégration dans sa formation, validation des examens du premier semestre).

L’enquête Santé des étudiants : zoom sur la population étudiante inscrite à l’université

Bien que l’enquête CdV contienne quelques questions sur la santé des étudiants, celles-ci restent peu nombreuses et d’ordre général. Afin de mieux connaître les conditions de santé, les comportements de prévention et le renoncement aux soins dans la population étudiante, un échantillon complémentaire (disjoint de l’échantillon de l’enquête CdV) a été tiré parmi les inscrits à l’université en 2015-2016 (champ universitaire qui couvre 65 % de l’ensemble de la population étudiante). En s’appuyant sur une méthodologie calquée sur celle de l’enquête CdV (méthode d’échantillonnage, mode de passation, calendrier de collecte, taux de participation), l’enquête Santé des étudiants (ESE) a permis d’interroger 18 875 étudiants inscrits à l’université.

Parmi les différents aspects abordés dans l’enquête, un module spécifique porte sur la sexualité, la pratique contraceptive, la planification des grossesses, la prévention des grossesses non désirées et des infections sexuellement transmissibles. L’enquête Santé est utilisée ici en complément de l’enquête CdV afin de décrire plus finement les conditions de survenue des grossesses.

a. Le champ couvre les universités et les grands établissements, les sections de techniciens supérieurs, les CPGE, les écoles d’ingénieurs, de management et de la culture (soit 84 % de la population étudiante).

I. Prévalence : un étudiant sur vingt est parent

1. Une légère tendance à la baisse

4En 2016, 4,5 % de la population étudiante avait au moins un enfant, soit environ 92 000 étudiants. Le champ de l’enquête CdV ne couvrant pas l’ensemble des établissements (cf. encadré 1), on peut extrapoler à 110 000 le nombre d’étudiants-parents en France.

5La proportion observée en France est parmi les plus faibles d’Europe. À titre de comparaison, un quart des étudiants sont parents en Norvège, un cinquième en Suède ou en Estonie (Hauschildt et al., 2015). Les différences entre pays peuvent être rapprochées des systèmes éducatifs propres à chacun. En France, les études supérieures s’inscrivent le plus souvent dans la continuité du secondaire et les reprises d’études sont peu fréquentes, tandis que le fait de se former tout au long du cycle de vie est bien plus courant dans d’autres pays, comme en Suède (Charles, 2013). La structure par âges de la population étudiante est donc très différente d’un pays à un autre.

  • 2 Certaines grossesses ont pu survenir en dehors d’une relation de couple, le père n’ayant pas néces (...)

6En France, la parentalité étudiante est plus fréquente chez les femmes (5 % des étudiantes ont au moins un enfant) que chez les hommes (3,8 %). Cet écart peut tenir à deux facteurs. Le premier est lié à l’âge, l’âge moyen à l’arrivée du premier enfant étant d’environ deux ans plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Le second tient à l’omission possible de certains enfants par les hommes2.

  • 3 Le champ de l’enquête CdV a évolué au fil des éditions afin de gagner en représentativité. Le socl (...)

7Le taux de parentalité étudiante a légèrement diminué au cours des dix dernières années. En restreignant le champ de chacune des précédentes éditions de l’enquête CdV à leur dénominateur commun3, la part des étudiants-parents est passée de 5,4 % en 2006 à 5 % en 2016. Ce léger fléchissement est davantage marqué chez les jeunes (de 0,7 % à 0,3 % chez les 16-24 ans, de 8,3 % à 5,6 % chez les 25-29 ans), quel que soit le sexe (tableau 1).

Tableau 1. Évolution de la part d’étudiants-parents en France, par sexe et par tranche d’âges (%). Ce tableau est le bon (à vérifier word/indd)

Tableau 1. Évolution de la part d’étudiants-parents en France, par sexe et par tranche d’âges (%). Ce tableau est le bon (à vérifier word/indd)

2. Plus d’étudiants-parents à l’université

  • 4 Un effet propre de la filière demeure, une fois contrôlé l’effet d’autres caractéristiques (modèle (...)

8La part d’étudiants-parents varie fortement selon les filières (figure 1). C’est en ESPE, à l’université (principalement en lettres et sciences humaines et sociales [SHS]), en santé et dans les grands établissements qu’elle est la plus élevée (supérieure à 5 %, à l’exception des femmes des grands établissements). À l’inverse, la parentalité étudiante est pour ainsi dire inexistante en STS et CPGE (inférieure à 1 %). Les écarts observés sont en grande partie (mais pas uniquement4) à relier à la structure par âges de la population étudiante inscrite dans les différentes filières. La moyenne d’âge des étudiantes et étudiants est de 19 ans en STS et CPGE, tandis qu’elle est plus élevée en ESPE (près de 27 ans en moyenne), à l’université (notamment en lettres et SHS), en santé et dans les grands établissements. La spécificité en termes d’âge de ces derniers traduit des logiques de formation différentes, avec une fréquence plus élevée de la formation continue : 28 % en ESPE, 19 % en lettres et SHS, 17 % en santé ou encore 16 % dans les grands établissements, contre 1 % en STS et CPGE. Or un étudiant sur cinq inscrits en formation continue est parent. Si l’on décompose la part d’étudiants-parents selon le contexte dans lequel ils ont accédé à ce statut de parent (« pendant les études » versus « à un autre moment » – figure 1), c’est en effet en ESPE et à l’université (notamment en lettres et SHS) que le ratio d’étudiants devenus parents en dehors des études est le plus élevé ; en revanche, en santé et dans les grands établissements, les pères sont proportionnellement plus nombreux à avoir eu leurs enfants alors qu’ils étaient en études. Cela est sans doute en partie à rapprocher de la durée moyenne de ces formations.

Figure 1. Part d’étudiants-parents (%) et âge moyen, par type de filière et par sexe

Figure 1. Part d’étudiants-parents (%) et âge moyen, par type de filière et par sexe

Champ : ensemble des étudiants. Lecture : 8 % des étudiantes inscrites en lettres et SHA sont mères (axe de gauche) ; 2,2 % d’entre elles sont devenues mères durant leurs études, contre 5,8 % qui étaient dans une autre situation (activité, etc.). L’âge moyen des étudiantes inscrites dans cette filière est de 23,5 ans (axe de droite). Source : OVE, enquête CdV de 2016.

3. Deux profils distincts d’étudiants-parents

9Les étudiants-parents se distinguent des autres par des caractéristiques spécifiques, notamment du point de vue de l’âge. Alors que la majorité des étudiants sans enfant ont entre 19 et 24 ans (22 ans en moyenne), les parents ont très majoritairement plus de 25 ans (l’âge moyen est de 40 ans pour les mères et de 38 ans pour les pères) [figure 2]. Nettement plus âgés en moyenne, les pères et les mères vivent plus souvent en couple (respectivement 78 % et 73 %) que les étudiants sans enfant (18 %).

10Ces différences suggèrent qu’une part importante d’étudiants-parents a eu ses enfants en dehors de leur formation initiale (figure 3). La proportion de parents par âges montre en effet qu’il est relativement rare d’avoir un enfant dans ce cadre. La part d’étudiants-parents est insignifiante avant 25 ans, âge où la grande majorité des étudiants sont en formation initiale, puis elle croît rapidement avec l’âge, à mesure que la part d’étudiants en formation continue s’élève. Ainsi, alors que 9 % des étudiants et 13 % des étudiantes âgés de 30 ans ont au moins un enfant, seuls 6 % ont eu leur (dernier) enfant en cours d’études (41 % des premiers et 61 % des secondes étaient alors en emploi ou inactifs). Plus l’âge augmente, plus la part d’étudiants-parents est élevée (29 % des hommes et 43 % des femmes de 35 ans), mais la part relative de dernières naissances survenues pendant les études est de plus en plus faible.

11Deux profils spécifiques d’étudiants-parents se dégagent ainsi : ceux devenus parents durant leurs études (28 % des étudiants-parents) et ceux ayant eu leur(s) enfant(s) alors qu’ils étaient dans une autre situation, par exemple en emploi ou au chômage (72 %). En définitive, si l’on ne tient compte que de la parentalité survenue dans le cadre des études, elle ne concerne que 1,2 % des étudiants interrogés en 2016 ; elle concerne 1 % des étudiants âgés de 25 ans, 6 % des étudiants de 30 ans et 11 % des quelques étudiants âgés de 35 ans (figure 3).

Figure 2. Pyramide des âges des étudiants-parents et des étudiants sans enfant (%)

Figure 2. Pyramide des âges des étudiants-parents et des étudiants sans enfant (%)

Champ : ensemble des étudiants. Lecture : 17,5 % des étudiantes sans enfant ont 20 ans.

Source : OVE, enquête CdV de 2016.

Figure 3. Part (%) d’étudiants-parents, par sexe et âge

Figure 3. Part (%) d’étudiants-parents, par sexe et âge

Note : moyennes mobiles d’ordre 5 (la répartition observée à l’âge n correspond à la moyenne pondérée par les effectifs aux âges n-2, n-1, n, n+1 et n+2).. Lecture : « Ensemble » : 29 % des étudiants de 35 ans sont pères ; « Enfant né en cours d’études » : 11 % des étudiants de 35 ans ont un enfant qu’ils ont eu durant leurs études.

Source : OVE, enquête CdV de 2016.

II. Circonstances : contexte de survenue des naissances

12Au vu de ces résultats, on pourrait être tenté de considérer la parentalité étudiante comme un microphénomène. Elle ne l’est pas pour au moins trois raisons. Premièrement, échappent à l’observation tous les étudiants qui, à l’annonce d’une grossesse, ont interrompu ou cessé leurs études (situation que l’enquête CdV ne permet pas de mesurer). À partir de données représentatives de l’ensemble de la population française, on estime en effet à 5 % les premiers enfants nés alors que la mère était étudiante et à 3 % ceux dont le père était étudiant (Régnier-Loilier et Perron, 2015). Deuxièmement, que les enfants soient nés ou non durant les études, la question de l’articulation entre vie familiale et déroulementde la formation se pose pour environ 100 000 étudiants chaque année. Troisièmement, le faible nombre de naissances survenues durant les études ne doit pas occulter le nombre élevé de grossesses interrompues volontairement, situation qui pose la question de la prévention des grossesses non désirées.

1. Les grossesses survenant durant les études, majoritairement « non souhaitées »

  • 5 On peut légitimement supposer que la part d’IVG est ici sous-estimée, ce type d’événements donnant (...)

13L’enquête Santé, réalisée au sein des universités (cf. encadré), permet de connaître différents éléments du parcours amoureux et génésique des étudiants inscrits à l’université. Parmi ceux ayant déjà eu des relations sexuelles (soit 75 % de la population étudiante), 87 % ne font part d’aucune grossesse (ou, pour les hommes, n’être à l’origine d’aucune grossesse), 8 % indiquent être parents et 5 % déclarent une grossesse mais n’avoir aucun enfant5. La figure 4 détaille ces différentes situations selon l’âge du répondant.

Figure 4. Expérience sexuelle et situation génésique des étudiants, par sexe et âge

Figure 4. Expérience sexuelle et situation génésique des étudiants, par sexe et âge

Champ : étudiants inscrits à l’université. Note : moyennes mobiles d’ordre 5 (la répartition observée à l’âge n correspond à la moyenne pondérée par les effectifs aux âges n-2, n-1, n, n+1 et n+2). Lecture : à 20 ans, 32 % des étudiants de sexe masculin n’ont jamais eu de rapports sexuels, 66 % en ont eu mais n’ont jamais été à l’origine d’une grossesse, 2 % ont été à l’origine d’une grossesse qui n’a pas donné lieu à une naissance. Source : OVE, enquête CdV de 2016

  • 6 Plusieurs réponses étaient possibles. Par exemple, beaucoup indiquent à la fois que ce n’était pas (...)

14Lorsqu’une première grossesse survient, elle est d’autant moins souhaitée que l’étudiant est jeune. Sept grossesses sur dix survenues à l’âge de 20 ans sont déclarées « pas du tout souhaitées », 11 % souhaitées « plus tard » et 14 % survenues alors que le répondant « n’y pensait pas » (figure 5). Lorsque la grossesse n’était pas souhaitée « à ce moment-là », 72 % des étudiants indiquent que ce n’était pas compatible avec leurs études, 62 % déclarent que les conditions matérielles n’étaient pas réunies et 34 % disent qu’ils n’étaient pas dans une situation de couple stable6. Finalement, seules 17 % des grossesses survenues à 20 ans donnent lieu à une naissance (figure 6). Ce n’est qu’aux âges plus élevés que les grossesses sont majoritairement « souhaitées à ce moment-là », dans des proportions proches de celles observées dans l’ensemble de la population (Régnier-Loilier, 2016), et que les IVG deviennent rares. À ces âges, il s’agit pour l’essentiel de grossesses survenues en dehors du cadre des études.

Figure 5. Planification de la première grossesse selon l’âge au début de la grossesse

Figure 5. Planification de la première grossesse selon l’âge au début de la grossesse

Champ : premières grossesses (étudiants inscrits à l’université). Note : moyennes mobiles d’ordre 5 (la répartition observée à l’âge n correspond à la moyenne pondérée par les effectifs aux âges n - 2, n - 1, n, n + 1 et n + 2). Lecture : 7 % des premières grossesses survenues alors que le répondant était âgé de 20 ans sont déclarées « souhaitées à ce moment-là ou plus tôt ».

Source : OVE, enquête Santé de 2016.

Figure 6. Issue de la première grossesse selon l’âge au début de la grossesse

Figure 6. Issue de la première grossesse selon l’âge au début de la grossesse

Champ : premières grossesses (étudiants inscrits à l’université). Note : moyennes mobiles d’ordre 5 (la répartition observée à l’âge n correspond à la moyenne pondérée par les effectifs aux âges n - 2, n - 1, n, n + 1 et n + 2). Lecture : 16 % des grossesses survenues alors que le répondant était âgé de 20 ans ont donné lieu à une naissance. Source : OVE, enquête Santé de 2016.

15

2. Prévention des grossesses non désirées

a. Comportements préventifs lors du premier rapport sexuel

16La part non négligeable de grossesses non désirées durant les études pose la question des comportements préventifs et contraceptifs au sein de la population étudiante et, plus généralement, chez les jeunes. L’enquête Santé de 2016 révèle que 21 % des étudiants et 17 % des étudiantes inscrits à l’université n’ont pas utilisé de préservatif lors de leur premier rapport sexuel ; 9 % des premiers et 6 % des secondes disent n’avoir rien fait pour éviter une grossesse lors de ce même rapport. Ces résultats sont proches de ceux observés dix ans plus tôt en population générale, indiquant qu’un seuil semble avoir été atteint (Bajos et Beltzer, 2008).

17Ces comportements « à risque » sont plus fréquents en bas de l’échelle sociale (tableau 2). Tous sexes confondus, 26 % des étudiants dont les parents ont de faibles revenus (inférieur à 1 500 € par mois) n’ont pas utilisé de préservatif lors de leur premier rapport sexuel, contre 16 % lorsque le revenu mensuel est de 3 500 € ou plus. Concernant la prévention d’une grossesse non désirée, la tendance est similaire : 13 % des étudiants dont les parents gagnent moins de 1 500 € par mois n’ont rien fait pour éviter une grossesse, contre 5 % lorsque le revenu mensuel est supérieur. Cette absence de comportement préventif au premier rapport est corrélée à l’arrivée plus fréquente d’une première grossesse non désirée dans les années qui suivent (17 % des étudiants n’ayant eu aucun comportement préventif sont concernés, contre 6 % chez ceux en ayant eu) et, in fine, à davantage d’interruptions volontaires de grossesse.

Tableau 2. Non-recours (%) au préservatif/à un moyen pour éviter une grossesse lors du premier rapport, selon le revenu des parents

Tableau 2. Non-recours (%) au préservatif/à un moyen pour éviter une grossesse lors du premier rapport, selon le revenu des parents

b. Contraception au moment de l’enquête et renoncement

  • 7 Plusieurs réponses étaient possibles simultanément. Même si 3 % n’utilisent que cette méthode, l’a (...)

18Au moment de l’enquête, parmi les étudiants ayant des relations sexuelles (en couple, ayant un(e) petit(e) ami(e) ou un(e) partenaire), 3 % déclarent n’utiliser aucun moyen de contraception (à l’instar de ce que l’on observe en population générale – cf. Bajos et al., 2012) et 10 % recourent – parfois en association ou en alternance avec d’autres méthodes – au retrait7, mode de contraception peu fiable. L’utilisation de la pilule arrive néanmoins en tête (55 %) devant le préservatif (34 %), ces deux méthodes étant parfois utilisées conjointement chez les jeunes (Rahib et al., 2017).

  • 8 L’écart entre hommes et femmes tient principalement à deux facteurs : lorsque deux méthodes sont u (...)

19Là encore, les comportements varient sensiblement selon le milieu social, avec un recours bien moindre aux contraceptifs les plus fiables en bas de l’échelle des revenus (figure 7). Par exemple, 44 % des étudiantes et 37 % des étudiants dont les parents ont un revenu inférieur à 1 500 € utilisent la pilule, contre respectivement 65 % et 61 % lorsque les revenus sont de 3 500 € ou plus8. Le retrait est en revanche deux fois plus fréquent en bas de l’échelle des revenus (13 % chez les moins de 1 500 €, contre 7 % chez les étudiants dont le revenu des parents est de 3 500 € ou plus).

Figure 7. Moyen(s) contraceptif(s) utilisé(s) au moment de l’enquête (%) selon le niveau de revenu des parents, par sexe (ce graphique est le bon, à vérifier)

Figure 7. Moyen(s) contraceptif(s) utilisé(s) au moment de l’enquête (%) selon le niveau de revenu des parents, par sexe (ce graphique est le bon, à vérifier)

Champ : étudiants inscrits à l’université en relation au moment de l’enquête. Note : plusieurs réponses étaient possibles ; seuls sont présentés ici les taux d’utilisation de la pilule, du préservatif, du retrait et de la pilule du lendemain. Lecture : 37,4 % des étudiants de sexe masculin dont le revenu mensuel net des parents est inférieur à 1 500 € utilisent la pilule. Source : OVE, enquète Santé de 2016.

20Le renoncement à la contraception pour des raisons financières est également plus fréquent en bas de l’échelle des revenus. Parmi les étudiantes ayant déjà eu des rapports sexuels, 8 % de celles dont les parents ont des bas revenus (inférieurs à 1 500 € par mois) indiquent avoir déjà renoncé à se procurer un moyen de contraception au cours des douze derniers mois, pour des raisons financières, contre 3 % en haut de l’échelle des revenus (3 500 € ou plus). Par ailleurs, les étudiantes issues de milieux modestes sont proportionnellement plus nombreuses à avoir renoncé à consulter un médecin ou un gynécologue pour la contraception au cours des douze derniers mois (15 %, contre 5 % en haut de l’échelle des revenus), situation qui n’est pas sans incidence sur les choix contraceptifs (Bajos et al., 2012).

III. Incidences : la parentalité étudiante au quotidien

21La parentalité concerne environ 100 000 étudiants. Que les enfants soient nés en cours de cursus (situation assez rare) ou en dehors, leur présence peut compliquer le déroulement des études pour leurs parents.

22Parmi les parents, 82 % des étudiantes contre 64 % des étudiants déclarent résider avec leur(s) enfant(s) durant une semaine normale de cours. Cette différence traduit un double phénomène : la résidence des enfants après une séparation est plus souvent confiée à la mère ; par ailleurs, un certain nombre de grossesses surviennent hors couple (situation plus fréquente chez les étudiantes – cf. Régnier-Loilier et Wierup, 2019) et les enfants résident alors avec la mère.

23Dans la mesure où les pères résident moins souvent avec leur(s) enfant(s), on peut supposer que les conséquences de la parentalité seront moindres pour eux que pour les mères, mais aussi, plus généralement, que l’incidence de la parentalité sera moindre lorsque l’étudiant-parent ne vit pas habituellement avec son ou ses enfants durant une semaine normale de cours.

1. Le déroulement des études : interruption, assiduité et investissement dans les études

24Ces deux tendances se dessinent nettement (figure 8). En premier lieu, les parents résidant habituellement avec leur(s) enfant(s) sont proportionnellement plus nombreux à estimer que cela perturbe le bon déroulement de leurs études que lorsqu’ils ne vivent que parfois ou jamais avec eux (enfant(s) chez l’autre parent ou déjà indépendant(s)). En second lieu, les étudiantes qui résident avec leur(s) enfant(s) estiment nettement plus souvent (25 %) que leurs homologues masculins (10 %) qu’avoir un ou des enfants perturbe « beaucoup » le déroulement de leurs études.

  • 9 Plusieurs raisons étaient proposées : « Je ne parvenais pas à concilier mes études avec ma situati (...)

25Un ensemble d’informations présentes dans l’enquête permet de connaître plus précisément les difficultés rencontrées par les étudiants-parents. Tout d’abord, 14 % des étudiants et 25 % des étudiantes disent que le fait d’avoir un enfant les a conduits à interrompre leurs études pendant au moins six mois. Le nombre d’étudiants concernés ne permet pas d’aller dans le détail des raisons9, mais quelques tendances apparaissent. Les mères concernées avancent principalement le souhait de se consacrer pleinement à leur enfant ou l’impossibilité de concilier vie familiale et études, tandis que les pères évoquent principalement une nécessité d’ordre matériel (cesser les études pour travailler afin de subvenir aux besoins de l’enfant).

Figure 8. Difficultés rencontrées dans le déroulement des études (%) selon le fait de résider avec ses enfants, par sexe

Figure 8. Difficultés rencontrées dans le déroulement des études (%) selon le fait de résider avec ses enfants, par sexe

Champ : étudiants-parents. Lecture : 10,3 % des étudiants de sexe masculin résidant « tous les jours ou presque » avec leur(s) enfant(s) durant une semaine normale de cours déclarent que le fait d’avoir des enfants perturbe « beaucoup » le déroulement de leurs études. Source : OVE, enquête CdV de 2016.

26Ensuite, concernant l’implication quotidienne dans les études, les étudiants-parents se disent plus fréquemment dans l’impossibilité d’assister à certains enseignements, plus encore lorsqu’ils vivent habituellement avec leur(s) enfant(s), avec un effet plus marqué pour les mères (tableau 3) : alors que 16 % des étudiantes n’ayant pas d’enfant ne peuvent assister à l’ensemble des cours, cela concerne plus du tiers des mères. Les raisons sont, là encore, très différentes selon le sexe. Les étudiantes disent principalement que cela tient à des contraintes familiales, comme des problèmes de garde (64 %), tandis que les étudiants avancent essentiellement des raisons professionnelles (60 %). On retrouve donc, dans le contexte des études, une tendance forte à la division traditionnelle des rôles entre hommes et femmes.

27Les difficultés organisationnelles que rencontrent les étudiants-parents se retrouvent également dans le temps qu’ils peuvent consacrer à leur formation et au travail personnel. Alors qu’un étudiant sans enfant sur cinq souhaiterait consacrer plus de temps à sa formation, cela concerne un étudiant-parent sur trois, sans différence marquée selon le sexe. Notons cependant que les étudiants-parents ont plus fréquemment exercé une activité rémunérée depuis le début de l’année (63 % contre 45 % des étudiants sans enfant) et, lorsque c’est le cas, celle-ci est dans un cas sur deux « très concurrente » à leurs études (contre un cas sur dix pour les étudiants sans enfant). Cette situation peut également expliquer que les étudiants-parents indiquent plus fréquemment qu’ils souhaiteraient consacrer plus de temps au travail personnel (en dehors des cours), avec cette fois une différence plus marquée entre sexes (58 % des mères contre 50 % des pères). En présence d’enfants, les mères consacrent en moyenne sensiblement plus de temps aux tâches parentales que les pères, ce qui limite le temps qu’elles peuvent consacrer aux études.

Tableau 3. Impossibilité d’assister à certains enseignements et raisons (%), par sexe et statut parental

Tableau 3. Impossibilité d’assister à certains enseignements et raisons (%), par sexe et statut parental

2. La validation du premier semestre

  • 10 L’enquête ayant eu lieu en cours d’année universitaire, la question ne portait que sur le premier (...)

28La moindre assiduité aux cours des étudiants-parents et leur moindre implication dans le travail personnel peut se traduire par une validation moins fréquente des examens. L’enquête CdV de 2016 comporte une question auto-déclarative sur la validation des examens du premier semestre10, avec un effet un peu plus marqué du côté des femmes (tableau 4). Le fait de vivre habituellement ou non avec les enfants ne semble pas corréler avec la validation du premier semestre. Une partie des écarts entre parents et non-parents s’explique par le fait que les premiers sont aussi plus souvent « non concernés » par la validation du premier semestre dans la mesure où, plus âgés, ils sont davantage inscrits dans des filières longues sans validation semestrielle, comme le doctorat.

Tableau 4. Part d’étudiants ayant validé le premier semestre (%) selon la situation parentale

Tableau 4. Part d’étudiants ayant validé le premier semestre (%) selon la situation parentale

29Néanmoins, lorsqu’on limite l’observation aux seuls étudiants concernés par la validation semestrielle, 65 % des étudiants et 64 % des étudiantes sans enfant ont validé complètement le premier semestre, contre respectivement 52 % et 50 % chez les étudiants-parents. Sachant que, pour l’ensemble des étudiants, le taux de validation est inférieur en première année (36 %) et en deuxième année (54 %), niveau où les parents sont proportionnellement moins nombreux, cela renforce encore les écarts observés.

3. Sentiment d’intégration dans le groupe d’étudiants

30La plus faible implication des parents dans leurs études s’accompagne aussi d’un moindre sentiment d’appartenance au groupe d’étudiants (figure 9) et à la vie de l’établissement dans lequel ils étudient (figure 10). Ainsi, 37 % des étudiants sans enfant se disent moyennement ou peu intégrés à leur promotion, contre près de la moitié (48 %) des parents. Ces proportions sont respectivement de 61 % et 73 % concernant le sentiment d’intégration à la vie de l’établissement. Ces différences peuvent tenir à une conjugaison de plusieurs facteurs : moindre assiduité aux cours, mais aussi écarts d’âge importants avec les autres étudiants et situation parentale, qui peuvent conduire à des centres d’intérêt différents.

Figure 9. Sentiment d’être intégré au groupe d’étudiants de la formation suivie selon le statut parental (%)

Figure 9. Sentiment d’être intégré au groupe d’étudiants de la formation suivie selon le statut parental (%)

Champ : ensemble des étudiants. Lecture : 25,5 % des étudiants-parents se sentent « tout à fait intégrés » au groupe d’étudiants de leur formation. Source : OVE, enquête CdV de 2016.

Figure 10. Sentiment d’être intégré dans la vie de l’établissement selon le statut parental (%)

Figure 10. Sentiment d’être intégré dans la vie de l’établissement selon le statut parental (%)

Champ : ensemble des étudiants. Lecture : 11 % des étudiants-parents se sentent « tout à fait intégrés » dans la vie de leur établissement. Source : OVE, enquête CdV de 2016.

Conclusion

31En France, 5 % des étudiants ont au moins un enfant. Cette proportion, faible au regard d’autres pays, s’explique d’une part par le système éducatif français, caractérisé par des reprises d’études peu fréquentes et par des comportements de fécondité très normés, « imposant » d’avoir terminé ses études avant de constituer une famille. Les grossesses survenant durant les études sont ainsi très majoritairement non désirées et se soldent le plus souvent par une IVG.

32La période estudiantine correspond pour beaucoup aux premières expériences amoureuses et sexuelles, avec des comportements préventifs qui ne sont pas toujours au rendez-vous : lors de leur premier rapport sexuel, 19 % des étudiants n’utilisent pas le préservatif et 7 % ne font rien pour éviter une grossesse. Dans un contexte où les IVG restent très nombreuses en France (220 000 en 2015), principalement entre 19 et 24 ans (Vilain, 2016), la population étudiante apparaît ainsi comme une cible à privilégier pour les campagnes d’information et l’accès à la contraception (les grands programmes nationaux d’information sur la contraception n’ont jamais ciblé en tant que tel ce public). Il demeure par ailleurs d’importantes disparités sociales, avec des comportements préventifs et une couverture contraceptive moindres en bas de l’échelle des revenus.

33Au final, ce sont près de 100 000 étudiants qui sont confrontés chaque année à la problématique de l’articulation entre vie familiale et études, auxquels s’ajoutent tous ceux qui, ayant interrompu leurs études à la suite d’une naissance, échappent à l’observation. Nombre d’entre eux ne peuvent assister à tous les cours et le déroulement des études s’en trouve perturbé. Leur réussite aux examens semble en pâtir, dans un système éducatif où rien ou presque n’est mis en place pour prendre en compte la situation des mères et des pères.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bajos N., Bohet A., Le Guen M., Moreau C., équipe Fécond, 2012, « La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? », Population et sociétés, 492.

Beltzer N., Bajos N., 2008, « De la contraception à la prévention : les enjeux de la négociation aux différentes étapes des trajectoires affectives et sexuelles », in N. Bajos et M. Bozon (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte/Ined/Inserm, p. 437-460.

Charles N., 2016, « Les étudiants français à la vitesse TGV. L’individualisation des parcours d’études à l’aune des cas anglais et suédois », OVE infos, 31.

Gaide A., 2014, Les temps de la maternité étudiante. Cycle de vie, temps du quotidien, mémoire de master, IEP Paris.

Hauschildt K., Gwosć C., Netz N., Mishra S., 2015, Social and Economic Conditions of Student Life in Europe: Eurostudent V 2012-2015. Synopsis of Indicators, Bielefeld, W. Bertelsmann Verlag.

Mazuy M., Barbieri M., Breton D., d’Albis H., 2016, « L’évolution démographique récente de la France : baisse de la fécondité, augmentation de la mortalité », Population, 71(3), p. 423-486.

Mazuy M., Toulemon L., Baril É., 2014, « Le nombre d’IVG est stable, mais moins de femmes y ont recours », Population, 69(3), p. 365-398.

Moreau C., Bajos N., Bouyer J., groupe Cocon, 2004, « De la confusion de langage à l’oubli : la déclaration des IVG dans les enquêtes quantitatives en population générale », Population, 59(3-4), p. 503-517.

Rahib D., Le Guen M., Lydié N., 2017, « Baromètre santé 2016. Contraception. Quatre ans après la crise de la pilule, les évolutions se poursuivent », Santé publique France ; https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/sante-sexuelle/documents/depliant-flyer/barometre-sante-2016-contraception.

Régnier-Loilier A., 2016, « La planification des naissances : mesure et facteurs associés », in A. Régnier-Loilier (dir.), Parcours de familles, Paris, Ined Éditions, coll. « Grandes Enquêtes », p. 217-238.

Régnier-Loilier A., Perron Z., 2015, “The birth of the first child”, in A. Régnier-Loilier (dir.), The Contemporary Family in France. Partnership Trajectories and Domestic Organization, Berlin/Paris, Springer/Ined, p. 69-85.

Régnier-Loilier A., Wierup L., 2019, « La monoparentalité à l’accouchement, une réalité plurielle », Revue des politiques sociales et familiales, 131.

Vilain A., 2016, « Les interruptions volontaires de grossesse en 2015 », Études et résultats, Drees, 968.

Notes

1 Ce chapitre reprend, en les complétant, un ensemble de résultats publiés en octobre 2017 dans Ove infos (n° 36), avec l’aimable autorisation de l’OVE.

2 Certaines grossesses ont pu survenir en dehors d’une relation de couple, le père n’ayant pas nécessairement été informé. En outre, en cas de séparation, l’enfant réside le plus souvent avec sa mère. Cette situation s’accompagne parfois de la rupture du lien entre le père et son enfant et peut conduire à des omissions de déclaration de ces enfants lors des enquêtes.

3 Le champ de l’enquête CdV a évolué au fil des éditions afin de gagner en représentativité. Le socle commun aux quatre dernières éditions est le suivant : universités, STS et CPGE (ministère de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, France métropolitaine).

4 Un effet propre de la filière demeure, une fois contrôlé l’effet d’autres caractéristiques (modèle de régression logistique incluant le sexe, l’âge, l’origine sociale, la situation conjugal et la filière). Résultats non présentés ici.

5 On peut légitimement supposer que la part d’IVG est ici sous-estimée, ce type d’événements donnant traditionnellement lieu à une sous-déclaration importante dans les enquêtes (Moreau et al., 2004).

6 Plusieurs réponses étaient possibles. Par exemple, beaucoup indiquent à la fois que ce n’était pas compatible avec leurs études et que les conditions matérielles n’étaient pas réunies.

7 Plusieurs réponses étaient possibles simultanément. Même si 3 % n’utilisent que cette méthode, l’alternance avec d’autres méthodes (préservatif et/ou pilule principalement) suggère néanmoins des périodes à risque de grossesses non désirées.

8 L’écart entre hommes et femmes tient principalement à deux facteurs : lorsque deux méthodes sont utilisées conjointement (pilule et préservatif principalement), chacun tend à déclarer la méthode qui « l’impacte » le plus (la pilule pour les femmes, le préservatif pour les hommes) ; en outre, les hommes ne sont pas toujours au courant que leur partenaire prend la pilule.

9 Plusieurs raisons étaient proposées : « Je ne parvenais pas à concilier mes études avec ma situation parentale », « Pour travailler afin de subvenir aux besoins de mon/mes enfant(s) », « Pour me consacrer pleinement à mon/mes enfant(s) », « Pour une autre raison ».

10 L’enquête ayant eu lieu en cours d’année universitaire, la question ne portait que sur le premier semestre : « Quel a été le bilan de vos examens du 1er semestre de cette année 2015-2016 ? » Un appariement de l’enquête CdV avec les données du ministère (base Sise) permettrait une bien meilleure évaluation des liens entre les conditions de vie des étudiants et la réussite mais, malheureusement, cela n’est toujours pas possible à ce jour.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Évolution de la part d’étudiants-parents en France, par sexe et par tranche d’âges (%). Ce tableau est le bon (à vérifier word/indd)
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 1. Part d’étudiants-parents (%) et âge moyen, par type de filière et par sexe
Légende Champ : ensemble des étudiants. Lecture : 8 % des étudiantes inscrites en lettres et SHA sont mères (axe de gauche) ; 2,2 % d’entre elles sont devenues mères durant leurs études, contre 5,8 % qui étaient dans une autre situation (activité, etc.). L’âge moyen des étudiantes inscrites dans cette filière est de 23,5 ans (axe de droite). Source : OVE, enquête CdV de 2016.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 2. Pyramide des âges des étudiants-parents et des étudiants sans enfant (%)
Légende Champ : ensemble des étudiants. Lecture : 17,5 % des étudiantes sans enfant ont 20 ans.
Crédits Source : OVE, enquête CdV de 2016.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 3. Part (%) d’étudiants-parents, par sexe et âge
Légende Note : moyennes mobiles d’ordre 5 (la répartition observée à l’âge n correspond à la moyenne pondérée par les effectifs aux âges n-2, n-1, n, n+1 et n+2).. Lecture : « Ensemble » : 29 % des étudiants de 35 ans sont pères ; « Enfant né en cours d’études » : 11 % des étudiants de 35 ans ont un enfant qu’ils ont eu durant leurs études.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 4. Expérience sexuelle et situation génésique des étudiants, par sexe et âge
Légende Champ : étudiants inscrits à l’université. Note : moyennes mobiles d’ordre 5 (la répartition observée à l’âge n correspond à la moyenne pondérée par les effectifs aux âges n-2, n-1, n, n+1 et n+2). Lecture : à 20 ans, 32 % des étudiants de sexe masculin n’ont jamais eu de rapports sexuels, 66 % en ont eu mais n’ont jamais été à l’origine d’une grossesse, 2 % ont été à l’origine d’une grossesse qui n’a pas donné lieu à une naissance. Source : OVE, enquête CdV de 2016
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 5. Planification de la première grossesse selon l’âge au début de la grossesse
Légende Champ : premières grossesses (étudiants inscrits à l’université). Note : moyennes mobiles d’ordre 5 (la répartition observée à l’âge n correspond à la moyenne pondérée par les effectifs aux âges n - 2, n - 1, n, n + 1 et n + 2). Lecture : 7 % des premières grossesses survenues alors que le répondant était âgé de 20 ans sont déclarées « souhaitées à ce moment-là ou plus tôt ».
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 6. Issue de la première grossesse selon l’âge au début de la grossesse
Légende Champ : premières grossesses (étudiants inscrits à l’université). Note : moyennes mobiles d’ordre 5 (la répartition observée à l’âge n correspond à la moyenne pondérée par les effectifs aux âges n - 2, n - 1, n, n + 1 et n + 2). Lecture : 16 % des grossesses survenues alors que le répondant était âgé de 20 ans ont donné lieu à une naissance. Source : OVE, enquête Santé de 2016.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau 2. Non-recours (%) au préservatif/à un moyen pour éviter une grossesse lors du premier rapport, selon le revenu des parents
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Figure 7. Moyen(s) contraceptif(s) utilisé(s) au moment de l’enquête (%) selon le niveau de revenu des parents, par sexe (ce graphique est le bon, à vérifier)
Légende Champ : étudiants inscrits à l’université en relation au moment de l’enquête. Note : plusieurs réponses étaient possibles ; seuls sont présentés ici les taux d’utilisation de la pilule, du préservatif, du retrait et de la pilule du lendemain. Lecture : 37,4 % des étudiants de sexe masculin dont le revenu mensuel net des parents est inférieur à 1 500 € utilisent la pilule. Source : OVE, enquète Santé de 2016.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 8. Difficultés rencontrées dans le déroulement des études (%) selon le fait de résider avec ses enfants, par sexe
Légende Champ : étudiants-parents. Lecture : 10,3 % des étudiants de sexe masculin résidant « tous les jours ou presque » avec leur(s) enfant(s) durant une semaine normale de cours déclarent que le fait d’avoir des enfants perturbe « beaucoup » le déroulement de leurs études. Source : OVE, enquête CdV de 2016.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 3. Impossibilité d’assister à certains enseignements et raisons (%), par sexe et statut parental
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Tableau 4. Part d’étudiants ayant validé le premier semestre (%) selon la situation parentale
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 9. Sentiment d’être intégré au groupe d’étudiants de la formation suivie selon le statut parental (%)
Légende Champ : ensemble des étudiants. Lecture : 25,5 % des étudiants-parents se sentent « tout à fait intégrés » au groupe d’étudiants de leur formation. Source : OVE, enquête CdV de 2016.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 10. Sentiment d’être intégré dans la vie de l’établissement selon le statut parental (%)
Légende Champ : ensemble des étudiants. Lecture : 11 % des étudiants-parents se sentent « tout à fait intégrés » dans la vie de leur établissement. Source : OVE, enquête CdV de 2016.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12722/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Ined Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search