Version classiqueVersion mobile

Parcours d'étudiants

 | 
Philippe Cordazzo

Partie 1 . Les sources des connaissances sur le monde étudiant

Chapitre IV

Trajectoires étudiantes à l’université de Ouagadougou

Philippe Cordazzo, Jean-François Kobiané et Marc Pilon

Texte intégral

1Compte tenu des choix politiques opérés au cours de la période coloniale, l’enseignement supérieur a connu un faible développement en Afrique subsaharienne avant les indépendances. Ensuite, notamment à partir du milieu des années 1960, les jeunes États africains manifestent la volonté de mettre en place des universités nationales en vue de contribuer à la formation des cadres, aussi bien pour l’administration publique que pour le secteur privé. Ainsi, au cours des deux premières décennies après les indépendances, l’enseignement supérieur public occupe une place de choix dans les politiques gouvernementales (Makosso, 2006). Ce développement est suivi, à partir du milieu des années 1980, par une période de crise des universités africaines. En effet, alors que les effectifs continuent de croître, nécessitant plus d’investissements aussi bien en matière d’infrastructures que d’encadrement, les politiques d’austérité économique mises en place durant cette période, notamment les programmes d’ajustement structurel (PAS), conduiront à une réduction drastique des budgets alloués à l’enseignement supérieur, donc à une accentuation des difficultés que connaît ce secteur de l’éducation (Unesco, 2003 ; Uemoa, 2004 ; Makosso, 2006 ; Zagré, 2007 ; Khelfaoui, 2009). En outre, avec la tendance pour une priorité à l’enseignement primaire, qui s’est renforcée depuis la conférence de Jomtien sur l’éducation pour tous (EPT), en 1990, on assiste à une réorientation des financements vers l’enseignement de base. Si cette option se justifie dans une certaine mesure, compte tenu des faibles niveaux de scolarisation en Afrique subsaharienne, elle contribue à un accroissement énorme de la demande sociale pour l’enseignement supérieur, provoquant un goulot d’étranglement dans la mesure où rien n’est prévu pour accueillir ces nouveaux arrivants.

  • 1 Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique.
  • 2 Licence-master-doctorat.

2Par ailleurs, la recherche en sciences sociales sur l’enseignement supérieur en Afrique est relativement récente, comme en témoigne la création, en 2003 seulement, par le Codesria1, de la Revue de l’enseignement supérieur en Afrique (RESA). Si ce champ de recherche suscite un intérêt croissant et se diversifie, abordant des questions telles que les réformes académiques au sein des universités africaines (la mise en place récente du système LMD2), les contenus des formations, les crises (grèves, manifestations, etc.), le financement, les conditions de vie et d’études ou l’insertion sur le marché du travail, l’intérêt porté aux parcours universitaires des étudiants et aux facteurs qui les influencent demeure très faible. Et les approches quantitatives sont quasi inexistantes.

3Le Burkina Faso n’échappe pas à ces défis, comme en témoigne l’organisation, en juin 2013, des États généraux de l’enseignement supérieur. Le plan d’action de développement de l’enseignement supérieur (PNADES) pour la période 2014-2023 qui en est issu se fixe pour objectif de « mettre à la disposition du gouvernement un référentiel de programmation, de suivi et d’évaluation des programmes et actions qui seront entrepris sur la période 2014-2023 au profit de l’enseignement supérieur pour assurer son développement quantitatif et qualitatif » (Burkina Faso, 2013, p. 31). Parmi les cinq axes stratégiques, les deux premiers portent respectivement sur le développement de l’accès et le développement de la qualité.

4Alors que l’enseignement supérieur est loin d’avoir atteint un niveau d’accès à la hauteur de la demande potentielle (population scolarisable), il connaît un rythme d’évolution très important. Le nombre d’établissements est passé de 35 à 49 entre 2004-2005 et 2007-2008, soit un taux d’accroissement annuel de 8,8 %. Cette croissance est plus forte pour les établissements privés (9,7 % au cours de la même période, contre 7,5 % pour les établissements publics).

5Les effectifs d’étudiants ont connu, au cours de la même période, une augmentation encore plus importante, passant de 27 942 à 41 779, soit une croissance moyenne annuelle de 10,6 %, qui se fait davantage en faveur de l’enseignement privé (12 % contre 10,3 % dans l’enseignement public), bien que les effectifs des étudiants y soient plus faibles. Toutefois, la part de l’université publique de Ouagadougou dans les effectifs d’étudiants demeure encore prépondérante : 83,7 % en 2007-2008.

  • 3 Grâce à un financement de l’Union européenne et à un partenariat avec les services concernés de l’u (...)

6Avec une ancienneté variable selon les pays, les services administratifs des universités procèdent à une saisie informatisée des dossiers d’inscription des étudiants, mais qui n’est conçue qu’à des fins administratives et pour alimenter les annuaires. Un récent projet de valorisation de ce type de base de données relatif à l’université de Ouagadougou3 a offert la possibilité d’analyses inédites pour la période 1995-2008 (Kobiané et Pilon, 2013). L’analyse proposée ici, qui s’appuie sur cette base de données, s’intéresse aux trajectoires de formation, observées sur une durée de six ans, de trois promotions d’étudiants entrés en première année en 2000, 2001 ou 2002 et inscrits dans les filières de niveau maîtrise, promotions qui furent parmi les premières concernées par une refondation de l’université effective pour l’année universitaire 2000-2001 – après une crise ayant donné lieu à une année blanche en 1999-2000.

7Après avoir présenté la base de données utilisée, la répartition par filière des entrants en première année et la méthodologie, nous exposerons et discuterons les résultats issus d’une analyse des trajectoires de formation. Ainsi, à partir d’une base de données administrative, en l’occurrence celle des dossiers d’inscription des étudiants dans une université africaine, ce chapitre entend illustrer le potentiel d’analyse de ces données afin de mieux documenter, d’un point de vue quantitatif, les trajectoires académiques des étudiants.

I. Source des données

8À son entrée à l’université de Ouagadougou, chaque nouvel étudiant doit remplir un dossier administratif, actualisé annuellement tout au long de son cursus universitaire. Ce dossier comporte des informations sur son identité, sur quelques caractéristiques sociodémographiques (date et lieu de naissance, sexe, nationalité, état matrimonial, profession des parents, statut économique) et sur sa scolarité antérieure (établissement secondaire d’origine, série, mention, date et lieu d’obtention du baccalauréat), suivies d’informations relatives à son parcours universitaire (établissement d’inscription, année suivie, discipline).

  • 4 Sur le dossier d’inscription au format papier, il est prévu de renseigner la profession du père et (...)
  • 5 Il convient cependant de souligner que le montant de l’aide ou du prêt est nettement en deçà de cel (...)

9Depuis l’année universitaire 1995-1996, ces dossiers font l’objet d’une saisie informatique, mise en place par la Direction de l’administration, de l’orientation et de l’information (DAOI) et réalisée directement par les secrétaires des unités de formation et de recherche (UFR), mais qui s’avère partielle : certaines informations ne sont pas saisies (notamment la profession de la mère, l’établissement secondaire d’origine, le lieu d’obtention du baccalauréat), quand d’autres le sont de manière simplifiée (la profession du père, rebaptisée « origine sociale », n’a été saisie qu’à travers trois modalités : paysan, salarié, autre4). Le statut économique renvoie à trois modalités (boursier, non-boursier, travailleur) mais, pour les deux dernières catégories, l’obtention éventuelle d’une aide ou d’un prêt auprès du Fonds national pour l’éducation et la recherche (Foner) n’est pas prise en compte, et cette information n’a malheureusement pas pu être récupérée5.

  • 6 Cette base de données informatisée des dossiers d’inscription, anonymisée, a fait l’objet d’une pre (...)
  • 7 Les données permettent de prendre en compte les interruptions de scolarité et de distinguer ainsi l (...)

10L’attribution d’un numéro de matricule unique pour chaque étudiant, qui le suit tout au long de son parcours universitaire, permet de constituer un fichier « étudiants-années » et donc d’effectuer des suivis de cohorte (ou de promotion) d’étudiants6. Ne connaissant pas, pour chaque année universitaire, l’issue pédagogique ni les résultats aux examens, l’issue de chaque année a été reconstituée en comparant avec l’année précédente : à partir des informations sur l’année universitaire, le niveau suivi et la filière d’étude. On a codé la variable correspondante à partir des modalités suivantes : promotion, redoublement, changement de filière (réorientation), abandon7. L’abandon est défini par rapport à l’université de Ouagadougou, mais il se peut qu’une partie des étudiants concernés soient allés s’inscrire dans un autre établissement d’enseignement supérieur, notamment dans le secteur privé.

II. Les entrants en première année

1. Procédures d’orientation et d’inscription

11À l’annonce des résultats du baccalauréat, la DAOI organise une rencontre avec les nouveaux bacheliers qui a pour objet d’informer ces derniers sur les filières disponibles, les débouchés et les conditions d’accès. Des dépliants leur sont remis afin quils prennent davantage connaissance des critères d’admission pour chaque filière.

12Après la rencontre d’information, une période de dépôt des dossiers d’orientation est ouverte au mois de septembre à la suite d’un communiqué de la présidence de l’université. Les dépôts se font à la DAOI. Parallèlement, les dossiers de ceux ayant obtenu leur baccalauréat en Côte d’Ivoire sont reçus à l’ambassade du Burkina Faso à Abidjan et acheminés à la DAOI, qui procède à leur orientation en même temps que pour ceux ayant déposé leur dossier à Ouagadougou.

13Il faut noter que l’accès à certaines filières est subordonné à l’admission à un test d’entrée, notamment les filières de l’Institut burkinabé des arts et métiers (Ibam), la licence professionnelle en analyse biomédicale de l’UFR sciences de la santé (SDS) ou les filières communication et journalisme de l’UFR lettres, arts et communication (LAC), etc. L’accès aux autres filières se fait sur la base d’une orientation. L’étudiant doit faire trois choix par ordre de préférence. S’il n’est pas retenu au premier choix, il peut être retenu au deuxième ou au troisième en fonction de sa note au baccalauréat. S’il n’est retenu à aucun des trois choix, il est invité à passer à la DAOI pour s’inscrire dans l’une des filières où il reste encore des places.

14L’accès aux filières de médecine et de pharmacie se fait sur étude du dossier. Une moyenne d’au moins 12 sur 20 au baccalauréat est requise pour postuler. Les dossiers réceptionnés à la DAOI sont ensuite transmis à l’UFR SDS pour une sélection fondée sur les notes dans ces trois matières au baccalauréat : sciences de la vie et de la terre (SVT), sciences physiques et mathématiques.

15Une session d’inscription est ensuite ouverte à la DAOI, après la publication des listes d’orientation. Les inscriptions se font en deux étapes : l’inscription administrative, effectuée à la DAOI sur paiement des droits d’inscription, suivie de l’inscription pédagogique, établie au service de la scolarité de l’établissement d’enseignement.

16Les dossiers d’inscription sont transmis par la scolarité de l’UFR ou de l’institut à la DAOI pour leur saisie dans la base de données et l’attribution de numéros matricules aux étudiants, lesquels sont alors régulièrement inscrits et bénéficient du statut d’étudiant que leur confèrent les deux inscriptions administrative et pédagogique.

2. Effectif et profil des nouveaux entrants

  • 8 Filières qui accueillent 92 % des nouveaux entrants en première année. Ce pourcentage oscille entre (...)
  • 9 L’université Ouaga 2, créée en 2007, regroupe à présent l’UFR sciences économiques et gestion et l’ (...)
  • 10 Actuelle UFR sciences exactes et appliquées (SEA).
  • 11 Actuelle UFR sciences de la vie et de la terre (SVT).

17À la rentrée 2000-2001, les 2 555 étudiants entrants en première année au sein des filières de niveau maîtrise8 (durée de quatre ans) se répartissent de manière très inégale, avec notamment trois disciplines qui absorbent plus de la moitié des inscrits (54,1 %) : économie (24,6 %), droit (17,1 %9) et sociologie (12,4 %). Un peu moins d’un étudiant sur cinq (18,4 %) se dirige vers les filières dites « scientifiques » : 10,1 % en mathématiques, physique, chimie ou informatique10 et 8,3 % en chimie, biochimie, biologie et géologie (CBBG11).

  • 12 La comparaison avec les deux années universitaires 2001-2002 et 2002-2003 ne révèle pas de changeme (...)

18Globalement, les filières des sciences humaines et sociales reçoivent donc un peu plus de 80 % des nouveaux entrants en première année à l’université de Ouagadougou (figure 112).

19Alors que les filles ne représentent qu’un quart des entrants en première année, ce pourcentage varie très fortement selon les filières, avec une sous-représentation féminine très marquée (moins de 10 %) dans les disciplines scientifiques. Les filières accueillant le plus de filles (entre 30 % et 50 %) relèvent de la sociologie et des langues (anglais, allemand, linguistique et lettres) [figure 2]. Cette sous-représentation est le reflet d’un accès plus faible à l’éducation pour les filles de manière générale, et en particulier à l’enseignement secondaire, malgré une amélioration importante (elles représentaient 36 % des effectifs de bacheliers en 2004 contre 25,7 % en 1999).

Figure 1. Répartition des entrants en première année selon la filière de formation, année 2000-2001

Figure 1. Répartition des entrants en première année selon la filière de formation, année 2000-2001

Champ : ensemble des entrants en première année dans les filières de niveau maîtrise (n = 2 555). Source : fichier administratif de scolarité sur les étudiants de l’université de Ouagadougou.

Figure 2. Pourcentage de filles parmi les entrants en première année dans les filières de niveau maîtrise, année 2000-2001

Figure 2. Pourcentage de filles parmi les entrants en première année dans les filières de niveau maîtrise, année 2000-2001

Champ : ensemble des entrants en première année dans les filières de niveau maîtrise (n = 2 555). Source : fichier administratif de scolarité sur les étudiants de l’université de Ouagadougou.

3. Choix des promotions

20Nous avons étudié les trajectoires de formation de trois promotions d’étudiants entrés en première année d’université en 2000, 2001 ou 2002 (n = 8 452 sur six années). Compte tenu de l’année invalidée en 1999-2000, considérer des cohortes d’avant 2000 aurait entraîné des perturbations dans l’analyse des parcours, d’où le choix porté sur des cohortes d’après la refondation de l’université de Ouagadougou, intervenue à la suite de l’année invalidée.

21Il existe plusieurs approches des trajectoires de formation. Dans d’autres analyses faites sur ces mêmes données (Kobiané et Pilon, 2013), des méthodes d’analyse de survie (estimateur de Kaplan-Meier et modèle de régression semi-paramétrique de Cox) ont été utilisées afin d’étudier le risque d’occurrence d’un certain nombre d’événements académiques tout au long du parcours de formation (premier redoublement, abandon) et les facteurs qui y sont associés. Les résultats montraient que les filles présentent un plus grand risque de connaître un redoublement et d’abandonner avant la fin du cycle ; que les étudiants dont le père est salarié ont des chances plus grandes d’abandonner avant la fin du cycle par rapport aux étudiants dont le père est paysan ; que les boursiers présentent des risques de connaître un redoublement au cours du cycle inférieurs à ceux des non-boursiers ; enfin, que les étudiants inscrits en SEA ou en SVT connaissent des risques plus élevés de connaître un redoublement ou d’abandonner. Une autre manière d’analyser ces trajectoires de formation des étudiants consiste à utiliser les outils statistiques d’analyse de séquences pour décrire des trajectoires types et les facteurs favorisant ces trajectoires.

III. Construction des trajectoires de formation

1. Le recours à l’analyse de séquences

  • 13 Pour l’analyse des séquences sur R, le package principal utilisé fut TraMineR ; pour la méthode, vo (...)

22L’appariement optimal (optimal matching) occupe une place centrale dans le corpus des méthodes descriptives d’analyse de séquences (Robette et Thibault, 2008). Il consiste, pour chaque paire de séquences, à compter le nombre minimal de modifications (substitutions, suppressions, insertions) qu’il faut faire subir à l’une des séquences pour obtenir l’autre. Pour l’appliquer, le logiciel R propose actuellement l’ensemble d’outils le plus complet et le plus puissant13. C’est donc lui qui a été utilisé ici. Les principes fondamentaux de la méthode (Billari, 2001 ; Robette, 2011) ont été suivis de la manière suivante :

  • l’unité de temps est l’année, en adéquation avec le système éducatif et la mesure de la réussite. Les trajectoires, d’une durée de six ans, sont donc composées de six situations successives (ou « états ») : départ de l’université de Ouagadougou, redoublement, redoublement et interruption, promotion, promotion et interruption, sortie d’observation ;
  • les coûts de substitution sont constants et égaux à 1, et le coût indel est fixé à 1.

23La construction de la typologie des trajectoires est fondée sur une classification ascendante hiérarchique avec critère d’agrégation de Ward.

2. Six trajectoires de formation

24L’analyse de séquences sur les 8 452 étudiants entrés à l’université de Ouagadougou entre 2000 et 2002 a permis de distinguer six trajectoires types (tableau 1 et figure 3 en annexe).

a. Des trajectoires de non-réussite

  • 14 À la suite de concours ou de tests organisés à cet effet.

25Deux premières trajectoires de sorties rapides ou immédiates de l’université (types 1 et 2) se distinguent. Elles ne sont pas uniquement des trajectoires d’échec, car elles peuvent être liées à un processus de réorientation. En effet, les étudiants concernés n’abandonnent pas nécessairement les études supérieures : ils peuvent avoir choisi de se réorienter vers un autre établissement ou cursus, comme des grandes écoles de formation de techniciens supérieurs ou d’ingénieurs14 (cas des étudiants des filières SEA ou SVT) ou des écoles de formation professionnelle dans le domaine de la santé et du social ou du commerce. Il n’est malheureusement pas possible de mesurer la part des étudiants qui se réorientent. À titre d’exemple, en France, ces trajectoires sont également fréquentes. En effet, seul un étudiant de L1 sur deux passe directement en L2, mais il n’y a que 19 % des étudiants qui sortent de l’enseignement supérieur sans diplôme (Fouquet, 2013). Ainsi, il est fréquent que ce qui apparaît comme un échec au sein d’un établissement se transforme en réussite après une réorientation, témoignant ainsi d’un parcours non linéaire.

26Le type 1 (12,4 %) concerne des jeunes ayant quitté l’université de Ouagadougou après trois ou quatre années. Ce sont des étudiants en situation d’échec à l’université, puisqu’ils ont connu une seule promotion. Les trajectoires de ce groupe sont plutôt hétérogènes, selon que la promotion est intervenue en première, deuxième, troisième ou quatrième année d’inscription :

  • redoublement la première année, promotion la deuxième année, puis abandon la troisième année ;
  • deux redoublements successifs puis abandon ;
  • promotion la première année, redoublement la deuxième année, puis abandon la troisième année ;
  • promotion la première année, deux redoublements successifs, puis abandon la quatrième année ;
  • redoublement la première année, promotion la deuxième année, redoublement la troisième année, puis abandon la quatrième année.

27Le type 2, le plus fréquent (31,2 %), concerne deux profils de jeunes qui sont partis de l’université de Ouagadougou immédiatement (au cours de la première année) ou rapidement (au cours de la deuxième année). Le premier sous-groupe est composé des étudiants en situation d’échec, qui n’ont eu aucune promotion. Ce sont, pour les deux tiers, des étudiants dits « fantômes » ou « décrocheurs » en France. Les étudiants fantômes sont inscrits à l’université, mais n’ont assisté à aucun cours ou presque. Du fait de leur absence, il est impossible de mettre en place des dispositifs de soutien pour les aider à réussir. Les étudiants décrocheurs, en revanche, sont présents une partie de l’année (voire un semestre), puis abandonnent progressivement. Il est possible de mettre en place une aide à la réussite ; malheureusement, ce sont aussi les étudiants qui utilisent le moins fréquemment les aides proposées (tuteurs, accompagnement personnalisé, etc.). Le second sous-groupe concerne des étudiants qui ont connu un échec au cours de leur première année et qui abandonnent au cours de la deuxième année.

b. Des trajectoires de réussite

28Les types 4 et 6 concernent des jeunes qui ont obtenu leur licence en trois ans. Ces derniers se distinguent par leur volonté de poursuivre des études : les étudiants du type 4 (18,4 %) arrêtent leurs études à l’université de Ouagadougou dans l’année qui suit l’obtention de leur licence, tandis que les étudiants du type 6 (6,5 %) poursuivent, mais se retrouvent très majoritairement en situation d’échec. Pour le type 4, nous ne disposons malheureusement pas d’informations sur les raisons de ce départ après un parcours de réussite : accès à un master dans une autre université au Burkina Faso ou à l’étranger, niveau d’études souhaité atteint, lassitude, difficultés financières, etc. De la même manière, il est difficile d’expliquer autant d’échecs dans la poursuite d’études chez des étudiants ayant obtenu trois promotions successives. Une explication serait la longue durée qui s’écoulerait avant la soutenance du mémoire de maîtrise. Dans l’ancien système (quatrième année), notamment en sciences sociales et humaines, il y avait deux évaluations durant l'année de maîtrise : le certificat 1 (C1), qui sanctionnait la réussite aux examens portant sur les cours magistraux ; le certificat 2 (C2), correspondant à la soutenance du mémoire. Mais, dans la pratique, les étudiants passaient plusieurs années avant de soutenir leur mémoire ; par conséquent, la quatrième année suivant leur année de licence pouvait s’apparenter à un échec.

29Les types 3 et 5 concernent des étudiants ayant obtenu leur licence de manière différée. Le type 3 (20,2 %) est composé des jeunes qui ont obtenu leur licence difficilement, en cinq ou six ans, donc avec un ou plusieurs redoublements. Le type 5 (11,3 %) vise en grande majorité des jeunes qui ont obtenu leur licence assez facilement en quatre ans et qui quittent ensuite l’université de Ouagadougou. Comme pour les types de trajectoires précédents, nous ne disposons pas d’informations suffisantes sur les raisons de ce choix.

Tableau 1. Typologie des trajectoires de formation des étudiants (promotions 2000, 2001 et 2002)

Tableau 1. Typologie des trajectoires de formation des étudiants (promotions 2000, 2001 et 2002)

30Finalement, deux trajectoires de « non-réussite » apparaissent, avec des départs immédiats ou différés de l’université de Ouagadougou (43,6 % des étudiants). À l’opposé, on observe des trajectoires de réussite avec l’obtention de la licence en trois, quatre, cinq ou six ans (56,4 % des étudiants). L’étude des trajectoires à l’échelle d’une université a pour effet d’augmenter mécaniquement la part des étudiants qui apparaissent en situation d’échec (types 1 et 2), mais qui, pour une partie non négligeable d’entre eux, sortent en réalité du champ d’observation, comme ce que l’on peut rencontrer dans les universités françaises (Fouquet, 2013). Aucune information n’est malheureusement disponible sur les raisons de ces sorties précoces de l’université de Ouagadougou, mais il est fort probable qu’elles rejoignent celles des étudiants français : orientation vers un autre établissement du supérieur (université ou école au Burkina Faso ou à l’étranger), lassitude des études, raisons financières, niveau insuffisant, entrée sur le marché de l’emploi, notamment à travers les concours de la fonction publique, etc. (Beaupère et al., 2007).

IV. Les déterminants des trajectoires de formation

31Cette partie a pour objectif d’analyser les déterminants des trajectoires de formation des étudiants. à partir d’un modèle de régression logit multinomial. La trajectoire de réussite en trois ans, puis sortie d’observation (type 4) a été prise comme référence. Ont ainsi été comparés deux à deux chacun des types de trajectoires avec la trajectoire de référence, c’est-à-dire la probabilité de connaître plutôt le type 1, 2, 3, 5 ou 6 plutôt que le type 4.

1. Connaître plus fréquemment une trajectoire de réussite

32Les caractéristiques des étudiants en situation de réussite, qui ont donc obtenu la licence en trois ans (trajectoire de référence), peuvent être résumées ainsi, à partir de statistiques descriptives :

  • les étudiants ayant obtenu leur licence en trois ans et sortis de l’université l’année suivante (type 4) sont plus fréquemment issus de la promotion 2001 (36,1 % contre 33,4 % pour l’ensemble des étudiants) et de la promotion 2002 (45 % contre 41,1 % pour l’ensemble des étudiants) [cf. tableau 2 en annexe]. Les garçons sont surreprésentés (82,8 % contre 73,8 % pour les filles) ;
  • de manière générale, ces étudiants ont connu une meilleure réussite dans leur parcours du secondaire. En effet, ils sont plus fréquemment diplômés du baccalauréat avec mention (22,3 % contre 13,2 % pour l’ensemble des étudiants), titulaires d’un baccalauréat scientifique (57,7 % contre 42,9 % pour l’ensemble des étudiants) et plus jeunes (56,8 % ont moins de 22 ans contre 43,2 % pour l’ensemble des étudiants) ;
  • les autres différences importantes sont liées à la trajectoire économique et à la filière. Les étudiants de la trajectoire de référence sont plus de deux fois plus nombreux à bénéficier d’une bourse (14,3 % contre 6,6 % pour l’ensemble des étudiants) et moins fréquemment salariés (1,6 % contre 4,2 % pour l’ensemble des étudiants). Enfin, ils sont plus fréquemment inscrits en filière droit (30,2 % contre 21,8 % pour l’ensemble des étudiants) et économie (43,5 % contre 27 % pour l’ensemble des étudiants).

33Les étudiants ayant obtenu leur licence en trois ans et qui souhaitent poursuivre leurs études (type 6) se distinguent de ceux ayant connu la trajectoire de référence par leur promotion d’appartenance, leur série du baccalauréat, leur trajectoire économique et leur filière (modèle logit, cf. tableau 2 en annexe). Ainsi, les étudiants des promotions les plus récentes ont une probabilité plus faible de connaître la trajectoire de type 6 (obtention de la licence en trois ans et poursuite d es études à l’université) plutôt que la trajectoire de type 4 (obtention de la licence en trois ans et sortie de l’université). C’est aussi le cas des étudiants diplômés d’un baccalauréat technique (odds ratio = 0,54) et des étudiants salariés (odds ratio = 0,26). Le salariat, à l’image de ce que l’on observe en France, apparaît comme un frein à la poursuite des études (Collet et al., 2017). Dans le contexte du Burkina Faso, compte tenu des difficultés d’insertion sur le marché de l’emploi, certains jeunes préfèrent tenter des concours professionnels (dans le domaine de la santé, de l’éducation et des régies financières, pour les plus courants) ; mais, plus tard, certains décident de revenir aux études (le plus souvent en sciences sociales et humaines) afin d’obtenir un diplôme qui leur sera utile pour leur promotion dans leur corps professionnel ou pour saisir d’autres opportunités.

  • 15 Dès le milieu des années 1990, le mémoire de fin d’études en année de maîtrise en économie a été r (...)

34Pour les étudiants ayant obtenu une licence en trois ans, le choix de la suite (partir de l’université ou y poursuivre ses études) dépend de la filière. Ainsi, les diplômés en lettres et arts (odds ratio = 5,19) et en sciences humaines (odds ratio = 8,14) ont une probabilité plus importante de s’inscrire dans une poursuite d’études (type 6), à l’inverse des étudiants inscrits en économie (odds ratio = 0,11). Ces résultats s’expliqueraient une fois encore par les différences de critères de réussite en fin de cycle entre les sciences sociales et humaines et l’économie. Alors que le mémoire de fin d’études était supprimé en économie dès le milieu des années 199015, il est resté en place en sciences sociales et humaines, avec soutenance devant un jury, même si les délais avant la soutenance sont en général importants (de deux à quatre ans, voire plus).

2. Connaître plus fréquemment une trajectoire de non-réussite ou de réussite différée

35Les résultats de la régression logistique montrent que les déterminants qui favorisent une trajectoire de non-réussite ou de réussite différée sont assez proches (cf. tableau 2 en annexe). On observe notamment un effet de promotion, d’âge, de sexe, lié au parcours dans le secondaire, à la trajectoire économique et à la filière d’appartenance. Ainsi, les étudiants issus des promotions les plus récentes ont une probabilité plus faible de connaître une trajectoire de non-réussite (départ immédiat, rapide ou différé de l’université) ou de réussite à moyen ou long terme.

a. Des différences sexuées et selon l’âge

36Les garçons ont plus fréquemment et plus rapidement que les filles des trajectoires de réussite. En effet, ils ont une probabilité plus faible de connaître une trajectoire de sortie immédiate ou rapide de l’université (odds ratio = 0,63), d’obtention de la licence en quatre ans (odds ratio = 0,76) ou d’obtention de la licence en cinq ou six ans (odds ratio = 0,54).

37Les résultats du tableau 2 montrent aussi un effet d’âge. Ainsi, plus les étudiants sont âgés et plus fréquemment ils connaissent un départ immédiat ou rapide (l’odds ratio augmente significativement avec l’âge : de 1,95 pour les jeunes âgés de 22 ans à 5,24 pour les étudiants âgés de 24 ans et plus à l’entrée à l’université). On observe le même phénomène pour la trajectoire de sortie différée (les odds ratio varient de 1,68 à 3,18), pour l’obtention de la licence en quatre ans (les odds ratio varient de 1,86 à 2,44) et pour l’obtention de la licence en cinq ou six ans (les odds ratio varient de 1,68 à 2,67). Comme l’âge d’entrée en première année d’université est connu, il est fort probable que, derrière cet effet d’âge, il faille voir un indicateur de « réussite » dans le secondaire. L’âge à l’entrée peut se lire comme le fait d’avoir obtenu son baccalauréat à l’heure ou en retard.

38Si les résultats pour l’âge convergent vers ceux observés dans les universités françaises, cela ne semble pas le cas pour le sexe. En France, les filles ont une meilleure réussite en licence (Maetz, 2016) : à la session 2015, 43 % d’entre elless ont obtenu leur licence en trois ou quatre ans (dont 31,1 % en trois ans) contre 33,2 % pour les garçons (dont 21,6 % en trois ans). À l’opposé, pour les promotions entrées à l’université de Ouagadougou au début des années 2000, les garçons ont moins de chances que les filles de connaître un départ immédiat ou rapide (odds ratio = 0,63), d’obtenir la licence en quatre ans (odds ratio = 0,76) ou en cinq ou six ans (odds ratio = 0,54).

b. L’importance du parcours dans le secondaire

39La série du baccalauréat et la mention à cet examen jouent un rôle important dans la réussite des parcours. Ainsi, les titulaires d’un baccalauréat scientifique obtiennent plus fréquemment la licence en trois ans que les titulaires d’un baccalauréat littéraire (les odds ratio pour les trajectoires de non-réussite ou d’obtention de la licence en quatre ans ou plus sont significativement inférieurs à 1). À l’inverse, les trajectoires de départ immédiat ou rapide (odds ratio = 7,61) ou différé (odds ratio = 1,97) sont plus fréquentes pour les titulaires d’un baccalauréat technique.

40L’obtention d’une mention joue aussi un rôle dans le type de trajectoire. Ainsi, les jeunes ayant obtenu une mention ont plus fréquemment une trajectoire de type 4 (obtention de la licence en trois ans avec une trajectoire de non-réussite moins fréquente ou une réussite en quatre ans ou plus) [les odds ratio varient de 0,60 à 0,65]. Comme c’est le cas dans les universités françaises, on observe que les titulaires d’un baccalauréat général (scientifique ou littéraire) et les jeunes ayant obtenu une mention ont plus fréquemment des trajectoires de réussite.

c. Un effet du statut social et du statut économique

41Comme pour les étudiants des universités françaises, l’origine sociale et le statut économique ont une influence sur les trajectoires de formation. On observe ainsi que les enfants de paysans ont de meilleurs résultats que ceux de salariés. Cela se vérifie statistiquement sur les différents modèles. On peut évidemment s’interroger sur la pertinence et l’opérationnalité de la catégorisation de la profession du père, saisie en seulement trois modalités (paysan, salarié, autre – cf. supra). Les différents travaux réalisés sur les populations scolaires montrent la difficulté de la catégorisation de la profession des parents par les enfants (Merle, 2013).

42En ce qui concerne le statut économique principal des étudiants sur l’ensemble de la trajectoire (boursier, non-boursier, salarié), les résultats montrent que les étudiants salariés quittent l’université plus fréquemment et plus rapidement que les autres. En effet, 54,4 % d’entre eux ont connu une trajectoire de départ immédiat ou rapide de l’université, contre 31,1% des étudiants non boursiers et 17,7 % des étudiants boursiers. À l’opposé, le fait d’être boursier favorise les trajectoires de réussite. Ainsi, 39,4 % des étudiants boursiers ont obtenu leur licence en trois ans, contre 17,4 % des non-boursiers et 7 % des étudiants salariés. Le salariat, à l’image de ce que l’on observe en France, est un frein à la réussite. Différents travaux ont en effet montré que, au-delà de 15 heures par semaine, l’activité salariée avait un effet négatif sur la réussite, même si le travail était en lien avec les études suivies (Galland, 2012 ; Giret, 2011).

d. Des différences marquées selon les disciplines

43Des différences de trajectoires selon les filières suivies ressortent clairement. Se distingue en premier lieu un groupe formé des étudiants inscrits en lettres et arts, en SEA ou en sciences humaines, qui ont plus fréquemment des parcours de non-réussite ou des trajectoires de réussite longue (cf. tableau 2 en annexe). Les étudiants inscrits en droit, économie ou SVT ont plus fréquemment des trajectoires de réussite, avec quelques différences. Ainsi, il faut distinguer les étudiants des filières économie ou SVT de ceux de la filière droit, puisqu’ils ont plus fréquemment que ces derniers des trajectoires de réussite en quatre ans, mais moins fréquemment des trajectoires de réussite en cinq ans ou plus. Il y a, semble-t-il, un effet lié à la spécificité de certaines filières, comme l’ont montré des analyses précédentes (Kobiané et Pilon, 2013).

e. Des différences géographiques complexes

44Les étudiants de nationalité burkinabè connaissent moins fréquemment un départ différé (odds ratio = 0,34) ou un départ immédiat ou rapide (odds ratio = 0,16) que les étudiants d’autres nationalités (cf. tableau 2 en annexe). Les différences selon le lieu de naissance s’avèrent complexes. Ainsi, les étudiants nés à Ouagadougou ont plus fréquemment des trajectoires de non-réussite (odds ratio > 1) que les étudiants nés en Côte d’Ivoire ou en milieu rural burkinabé. Ce dernier résultat renvoie à la situation des enfants de paysans, qui connaissent moins de trajectoires de non-réussite que les étudiants de père salarié. Ces résultats, qui mériteraient de plus amples investigations, pourraient s’expliquer à la fois par un effet de sélection (parviennent à l’université les « meilleurs » du monde rural) et une volonté de réussite (ainsi qu’une pression sociale) plus grande parmi eux.

Conclusion

45À l’instar de nombreux autres pays africains, le Burkina Faso présente le paradoxe d’un taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur qui reste très faible compte tenu du facteur démographique, bien que l’effectif de la population étudiante « explose », surtout depuis les années 2000, notamment au niveau des universités. La recherche sur l’enseignement supérieur reste très largement centrée sur les politiques éducatives et les mouvements étudiants. Très peu d’intérêt est porté aux parcours universitaires des étudiants, notamment via des approches quantitatives. L’exploitation, inédite, de la base informatisée des dossiers d’inscription à l’université de Ouagadougou met en lumière, en dépit des limites relatives aux données disponibles, tout le potentiel d’analyses statistiques d’une telle base.

46Les analyses réalisées dans ce chapitre, en recourant à l’appariement optimal (ou analyse des séquences), ont mis en évidence des trajectoires types dans les parcours des étudiants entrés à l’université de Ouagadougou entre 2000 et 2002 : deux trajectoires de non-réussite, deux trajectoires de réussite où les étudiants obtiennent leur licence de manière différée et deux autres trajectoires de réussite qui concernent des étudiants ayant obtenu leur licence en trois ans.

47Mieux connaître les caractéristiques de la population étudiante, pouvoir analyser les trajectoires académiques (de l’issue de la première année à l’achèvement – ou non – du parcours universitaire) et les différents facteurs qui les influencent s’avère indispensable, d’autant plus dans le contexte d’un accès croissant à l’enseignement supérieur combiné à des situations de forte croissance démographique.

48L’ensemble de ces résultats pourrait ainsi intéresser les responsables universitaires, comme aide au pilotage pour améliorer les parcours. La nature administrative de la base de données rend possible une automatisation de son exploitation annuelle, à même de produire régulièrement un certain nombre d’indicateurs relatifs à ces parcours.

49Deux voies permettraient d’enrichir sensiblement l’interprétation des résultats obtenus à partir des analyses statistiques : d’une part, l’amélioration de la saisie des informations existantes sur le dossier d’inscription ; d’autre part, la récupération des informations sur les résultats scolaires à la fin de chaque année universitaire et de celles relatives au système des aides et prêts consentis aux étudiants. Mener par ailleurs des enquêtes qualitatives, à la fois auprès des étudiants, des enseignants et des responsables universitaires, s’avère assurément nécessaire.

50Enfin, la mise en place d’enquêtes d’insertion professionnelle couplées à ces analyses de parcours académiques faciliterait la compréhension de la complexité et de la diversité des trajectoires des jeunes dans l’enseignement supérieur et après.

51Une telle démarche d’ensemble pourrait assurément être répliquée dans d’autres pays, moyennant une adaptation aux contextes nationaux et aux types de bases de données existantes, ouvrant ainsi des perspectives d’analyse comparative qui pourraient se révéler riches d’enseignements.

Annexes

Annexe 1

Tableau 2. Facteurs influençant la probabilité de ne pas obtenir la licence en 3 ans (trajectoire 4, modèle logit multinomial)

Tableau 2. Facteurs influençant la probabilité de ne pas obtenir la licence en 3 ans (trajectoire 4, modèle logit multinomial)

Annexe 2

Figure 3. Proxy des tapis de séquences les plus fréquents pour chaque trajectoire de formation

Figure 3. Proxy des tapis de séquences les plus fréquents pour chaque trajectoire de formation

Source : fichier administratif de scolarité, université de Ouagadougou. Calcul des auteurs pour l’analyse des séquences.

Bibliographie

Références bibliographiques

Beaupère N., Chalumeau L., Gury N., Hugrée C., 2007, L’abandon des études supérieures, Paris, La Documentation française, coll. « Panorama des savoirs ».

Billari, 2001, “The analysis of early life course: complex descriptions of the transition to adulthood”, Journal of Population Research, 18(2), p. 119-142.

Burkina Faso, 2013, Plan national d’action de développement de l’enseignement supérieur (PNADES) 2014-2023.

Collet X., Cordazzo P., Verley E., 2017, « Vulnérabilité économique, entre objectivation et ressentis », in S. Landrier, P. Cordazzo, C. Guégnard, Études, galères et réussites : conditions de vie et parcours à l’université, Paris, Injep/La Documentation française, p. 133-152.

Fouquet S., 2013, Réussite et échec en premier cycle, Note d’information, 13-10, MESR/DGESIP/DGRI/SIES.

Galland O., 2012, « Revenus étudiants : ces fortes disparités liées à la diversité des parcours », Jeunesses : études et synthèses, 11.

Giret J.-F., 2011, « L’activité rémunérée des étudiants », in O. Galland, É. Verley, N. Vourc’h (dir.), Les mondes étudiants. Enquête Conditions de vie 2010, Paris, La Documentation française, coll. « Études et recherche », p. 207-216.

Khelfaoui H., 2009, « Le processus de Bologne en Afrique : globalisation ou retour à la “situation coloniale” ? », JHEA/RESA, 7 (1-2), p. 1-20.

Kobiané J.-F., Pilon M., 2013, Parcours académiques des étudiants de l’université de Ouagadougou, Ouagadougou, Presses universitaires de Ouagadougou.

Makosso B., 2006, « La crise de l’enseignement supérieur en Afrique francophone : une analyse pour les cas du Burkina Faso, du Cameroun, du Congo et de la Côte d’Ivoire », JHERA/RESA, 4(1), p 69-86.

Maetz I., 2016, « Parcours et réussite aux diplômes universitaires : les indicateurs de la session 2015 », Note flash, 15, MENESR/SIES.

Merle P., 2013, « La catégorie socio-professionnelle des parents dans les fiches administratives des élèves », Socio-logos, 8 ; http://journals.openedition.org/socio-logos/2719.

Robette N., Thibault N., 2008, « Analyse harmonique qualitative ou méthodes d’appariement optimal ? Une analyse exploratoire des trajectoires professionnelles », Population, (4)63, p. 621-646.

Robette N., 2011, Explorer et décrire les parcours de vie : les typologies de trajectoires, Ceped, coll. « Les clefs pour ».

Robette N., 2012, « L’analyse de séquences : une introduction avec le logiciel R et le package TraMineR » ; http://quanti.hypotheses.org/686.

Studer M., 2012, « Le manuel de la librairie WeightedCluster », in Étude des inégalités de genre en début de carrière académique à l’aide de méthodes innovatrices d’analyse de données séquentielles, thèse de doctorat, faculté des sciences économiques et sociales, université de Genève, p. 74-96.

Unesco, 2003, Genre et éducation pour tous : le pari de l’égalité. Rapport mondial de suivi sur l’EPT, Paris, Unesco.

Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), 2004, Pour une nouvelle vision de l’enseignement supérieur : intégration, pertinence et qualité, rapport d’études.

Zagré A., 2007, Regard sur l’enseignement supérieur au Burkina Faso, Ougadougou, Presses universitaires de Ougadougou.

Notes

1 Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique.

2 Licence-master-doctorat.

3 Grâce à un financement de l’Union européenne et à un partenariat avec les services concernés de l’université de Ouagadougou et du ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique.

4 Sur le dossier d’inscription au format papier, il est prévu de renseigner la profession du père et de la mère, sans catégorisation prédéfinie. C’est au moment de la conception de la saisie informatique des dossiers qu’il a été décidé, d’une part de ne pas saisir la profession de la mère, d’autre part de ne retenir pour le père que ces trois modalités.

5 Il convient cependant de souligner que le montant de l’aide ou du prêt est nettement en deçà de celui de la bourse.

6 Cette base de données informatisée des dossiers d’inscription, anonymisée, a fait l’objet d’une première exploitation (Kobiané et Pilon, 2013).

7 Les données permettent de prendre en compte les interruptions de scolarité et de distinguer ainsi les redoublements et changements de filières après interruption ; mais ces deux cas de figure s’avèrent assez rares, représentant l’un et l’autre moins de 1 % des issues chaque année.

8 Filières qui accueillent 92 % des nouveaux entrants en première année. Ce pourcentage oscille entre 84 % et 95 % au cours des années 2000.

9 L’université Ouaga 2, créée en 2007, regroupe à présent l’UFR sciences économiques et gestion et l’UFR sciences politiques et juridiques.

10 Actuelle UFR sciences exactes et appliquées (SEA).

11 Actuelle UFR sciences de la vie et de la terre (SVT).

12 La comparaison avec les deux années universitaires 2001-2002 et 2002-2003 ne révèle pas de changement sensible.

13 Pour l’analyse des séquences sur R, le package principal utilisé fut TraMineR ; pour la méthode, voir Robette, 2012, et Studer, 2012.

14 À la suite de concours ou de tests organisés à cet effet.

15 Dès le milieu des années 1990, le mémoire de fin d’études en année de maîtrise en économie a été remplacé par un rapport à déposer sans soutenance devant un jury.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des entrants en première année selon la filière de formation, année 2000-2001
Crédits Champ : ensemble des entrants en première année dans les filières de niveau maîtrise (n = 2 555). Source : fichier administratif de scolarité sur les étudiants de l’université de Ouagadougou.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Figure 2. Pourcentage de filles parmi les entrants en première année dans les filières de niveau maîtrise, année 2000-2001
Crédits Champ : ensemble des entrants en première année dans les filières de niveau maîtrise (n = 2 555). Source : fichier administratif de scolarité sur les étudiants de l’université de Ouagadougou.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau 1. Typologie des trajectoires de formation des étudiants (promotions 2000, 2001 et 2002)
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Tableau 2. Facteurs influençant la probabilité de ne pas obtenir la licence en 3 ans (trajectoire 4, modèle logit multinomial)
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12697/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Tableau 2. suite
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12697/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Figure 3. Proxy des tapis de séquences les plus fréquents pour chaque trajectoire de formation
Crédits Source : fichier administratif de scolarité, université de Ouagadougou. Calcul des auteurs pour l’analyse des séquences.
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12697/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Ined Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search