Version classiqueVersion mobile

Parcours d'étudiants

 | 
Philippe Cordazzo

Partie 1 . Les sources des connaissances sur le monde étudiant

Chapitre III

Analyser les trajectoires en AES et en droit pour saisir les différences entre universités en Île-de-France

Leïla Frouillou et Léonard Moulin

Texte intégral

1Ce chapitre est issu du croisement de deux thèses sur les publics étudiants. La première porte sur les effets sociaux de l’introduction de frais d’inscription (Moulin, 2014), la seconde sur les mécanismes de différenciation des publics entre universités franciliennes (Frouillou, 2015a). L’enjeu ici est de montrer comment les bases de données administratives du système d’information sur le suivi des étudiants (Sise) du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) aident à saisir finement les trajectoires étudiantes, en croisant les disciplines et les universités d’inscription. Cette entrée longitudinale permet ainsi de comprendre comment les trajectoires de mobilité ou de sédentarité participent à la production d’écarts de recrutement entre les universités, que l’on peut objectiver avec l’origine sociale et le parcours scolaire des étudiants. La première section de ce chapitre détaille la construction de cette question de recherche, ou comment l’entrée longitudinale constitue une approche originale des processus de ségrégation dans l’espace universitaire francilien. Si ce travail s’appuie globalement sur le croisement de matériaux qualitatifs et quantitatifs, le propos est ensuite centré sur les bases de données Sise et les méthodes d’appariement optimal permettant de construire des typologies de trajectoires universitaires. La dernière section du chapitre expose les principaux résultats de ces analyses de séquence, puis la conclusion revient sur l’intérêt des analyses longitudinales et des méthodes mixtes.

I. Approche longitudinale et genèse de différenciations de publics entre universités

1.  Trajectoires étudiantes et différences de recrutement des universités franciliennes

  • 1 Université Panthéon Sorbonne (Paris 1) ; université Panthéon Assas (Paris 2) ; université Sorbonne (...)

2Les dix-sept universités1 franciliennes se caractérisent à la fois par des logiques concurrentielles et par des complémentarités (Baron et al., 2007), qui dessinent un fonctionnement systémique. Elles se distinguent selon plusieurs critères, comme l’offre de formation, la taille de l’établissement ou encore le poids des différents cycles d’études. Ces différences tiennent également aux publics étudiants, en fonction de l’origine sociale (catégorie socioprofessionnelle des parents par exemple) et du parcours scolaire (type de baccalauréat, redoublement ou non durant la scolarité secondaire, etc.). Ainsi, en 2011-2012, 62 % des premiers entrants en L1 en droit à Paris 2 (Panthéon-Assas) sont d’origine sociale très favorisée (selon la classification de la DEPP), contre seulement 15 % à Paris 13 (Villetaneuse) [Frouillou, 2015a].

3De nombreux facteurs expliquent ces différenciations de publics entre universités : la localisation des établissements dans une agglomération ségréguée et inégalement desservie par les transports en commun, les politiques d’établissement (communication, construction d’offres de formation distinctives, etc.) ou le fonctionnement des systèmes d’affectation à l’entrée en première année (Ravel, puis Admission post-bac [APB] à partir de 2009 et Parcoursup en 2017). L’analyse de chacun de ces mécanismes, de leur histoire et, surtout, de leur articulation permet de décrire la structuration de l’espace universitaire francilien, conjuguant l’organisation matérielle et socialement hiérarchisée de la métropole avec ses fonctionnements institutionnels, ses maillages administratifs et ses discontinuités, autrement dit avec les règles du jeu universitaire (Frouillou, 2015a). Mais cette description structurale reste insuffisante pour saisir la production des différenciations de publics entre universités. Cette étape incontournable ouvre un questionnement sur une autre échelle d’analyse, celle des étudiants et de leurs « choix » d’inscription dans l’espace francilien. Or, ce renversement du regard favorise non seulement un changement d’échelle, mais aussi, et surtout, la construction d’une approche longitudinale qui replace ces « choix » dans des trajectoires scolaires (du primaire au supérieur), lesquelles dessinent des circulations entre les secteurs de l’enseignement supérieur et permettent de replacer celui de l’université dans un système plus large. Enfin, cette approche longitudinale des publics étudiants contribue à déconstruire une lecture normative trop linéaire des parcours universitaires (Bodin et Orange, 2013).

2. « Réintroduire le temps » : les implications théoriques d’une approche longitudinale

4Le terme « trajectoire » s’inscrit dans un positionnement théorique qui, selon Passeron (1990), renvoie à deux approches longitudinales en sociologie. La perspective durkheimienne s’intéresse aux « préstructurations inégalement cristallisées qui dessinent la géographie, historiquement mobile, dans laquelle les individus doivent nécessairement inscrire leurs parcours individuels » (Passeron, 1990, p. 18). Le cadre d’analyse bourdieusien vise plutôt à « saisir la structuration des biographies à la fois comme un effet des structurations longitudinales qui se résument en amont dans l’"institution biographique" et comme le produit agrégé que l’action sociale des individus inscrit, en aval, dans le maintien ou la transformation de ces structures longitudinales » (Passeron, 1990, p. 20).

5La problématique de ce chapitre, à savoir la compréhension des mécanismes ségrégatifs au prisme des trajectoires d’études, s’inscrit dans cette seconde perspective. On considère en effet les trajectoires comme élément d’analyse des modes de reproduction sociale à l’université (en aval) et elles n’ont de sens que replacées dans des trajectoires longues, produits du système scolaire (en amont). Elles sont alors appréhendées comme la « série des positions successivement occupées par un même agent (ou un même groupe) dans un espace lui-même en devenir et soumis à d’incessantes transformations. […] Les événements biographiques se définissent comme autant de placements et de déplacements dans l’espace social, c’est-à-dire, plus précisément, dans les différents états successifs de la structure de la distribution des différentes espèces de capital qui sont en jeu dans le champ considéré » (Bourdieu, 1994, p. 88).

6L’étude des trajectoires individuelles a connu un essor considérable dans les années 1980, sous l’impulsion des travaux de Courgeau et Lelièvre (1986 ; 1989 ; 1990 ; 1996). L’analyse biographique a contribué à un changement de paradigme en démographie, en passant de l’étude transversale de phénomènes – fondée sur des données agrégées – à celle de leurs interactions – à partir de données individuelles –, et en considérant comme unité d’analyse non plus l’événement mais la suite d’événements qui jalonnent les parcours de vie. En prenant en compte ces parcours dans leur globalité, les démographes ont alors cherché à « démêler l’écheveau des faits, à mettre en évidence des dépendances entre les divers phénomènes et à détecter au cours du temps comment diverses caractéristiques individuelles peuvent influencer un comportement » (Courgeau et Lelièvre, 2001, p. 503). La prise en compte du temps en démographie (Samuel, 2008) permet ainsi de relier les différents événements biographiques entre eux : « on peut étudier l’itinéraire matrimonial, l’itinéraire professionnel et tenir compte des influences de l’un sur l’autre » (Antoine et Bocquier, 1995).

7Les approches longitudinales sont particulièrement intéressantes pour appréhender et comprendre les inégalités sociales reproduites par l’institution scolaire, dans la mesure où celles-ci sont cumulatives (Duru-Bellat, 2002). De fait, les analyses des parcours, des carrières et des trajectoires étudiantes (le terme variant selon le cadre d’analyse théorique sous-jacent) sont très présentes en sociologie de l’éducation. Les recherches sur l’enseignement supérieur mobilisent fréquemment l’entrée par les parcours ou les trajectoires afin d’appréhender les choix de filières, la réussite, le décrochage et l’insertion professionnelle (Beaupère et Boudesseul, 2009 ; Bernet, 2009 ; Borras et al., 2012 ; Cordazzo, 2013 ; Erlich et Verley, 2010 ; Hardouin et Moro, 2014 ; Hugrée, 2010 ; Nicourd et al., 2011 ; Orange, 2013 ; Prouteau, 2009 ; Truong, 2015). Cependant, les recherches s’appuyant sur des cohortes ou des panels d’étudiants sont encore rares, notamment en ce qui concerne les techniques d’analyse de séquences (Moulin et al., 2016), a fortiori concernant l’enseignement supérieur en Île-de-France.

3. Le terrain francilien : un système universitaire complexe

8Des travaux historiques, sociologiques et géographiques sur le paysage universitaire francilien permettent de mettre en évidence ses héritages symboliques (Giovaninetti, 2014 ; Girault et al., 2012), son offre de formation et les recrutements étudiants associés (Azéma, 2005 ; De Berny, 2005, 2008 ; Guignard-Hamon, 2005 ; Frouillou, 2015a) ainsi que son fonctionnement systémique (Baron et al., 2007). Ce dernier travail s’appuie notamment sur une analyse des mobilités interuniversitaires en Île-de-France entre deux années successives, mobilités plus généralement au cœur d’autres travaux sur les étudiants franciliens (Baron et Berroir, 2007 ; Berroir et al., 2005). À partir d’une approche longitudinale, nous en proposons une lecture complémentaire.

  • 2 Les « étudiants franciliens […] sont peu nombreux à quitter leur région pour continuer leurs études (...)

9En travaillant sur les trajectoires interuniversitaires sur plusieurs années consécutives, il est possible d’en voir les temporalités de déclenchement, mais également d’observer si les mobilités s’accompagnent de réorientations disciplinaires ou si elles s’insèrent dans une trajectoire de reprise d’études, tout en prenant en considération l’origine sociale et scolaire des étudiants. Les recherches mettent en évidence le caractère d’isolat du système universitaire francilien, ce qui en fait un terrain d’études particulièrement propice pour ce type d’analyses2. Les trajectoires des étudiants font l’objet de notes annuelles des observatoires de la vie étudiante de chaque université, mais les analyses fondées sur leurs comparaisons dans différentes universités franciliennes sont encore peu développées, hormis dans les travaux, à la fois quantitatifs et qualitatifs, menés sur des cohortes d’étudiants inscrits en AES à l’université Versailles-Saint-Quentin et à Paris 13 (Villetaneuse) [Nicourd et al., 2011 ; 2013]. Ces recherches permettent d’interroger les processus de sélection et d’homogénéisation sociale opérés par l’université dans des territoires socialement différenciés : « les étudiants [de la filière AES] les plus dépourvus des prérequis attendus par l’université [notamment les bacheliers technologiques, professionnels et ceux qui ont redoublé] ont en grande partie disparu [entre la L1 et la L3] » (Nicourd et al., 2013, p. 69).

10Au croisement de la littérature sur les trajectoires scolaires et des travaux sur les universités d’Île-de-France, il s’agit alors de comprendre les mécanismes ségrégatifs de l’espace universitaire francilien à partir des trajectoires étudiantes, et cela de deux manières. Une première hypothèse, dans la perspective des recherches de Nicourd et al. (2011, 2013), souligne le fonctionnement socialement sélectif du système universitaire, qui participe à l’homogénéisation des publics étudiants, notamment en termes de parcours scolaires. Au contraire, les concurrences entre universités pourraient se traduire par une accentuation des écarts entre les établissements, les étudiants les mieux dotés scolairement et socialement étant attirés vers ceux qui sont les mieux placés dans la hiérarchie francilienne. À travers ces deux modalités opposées, les trajectoires étudiantes constituent une clé de compréhension des différences de recrutement entre établissements. Comment les saisir à partir des données administratives ?

II. Construire une analyse de séquences à partir des données Sise décrivant les trajectoires étudiantes

1. Les données Sise du MESR

11Les données que nous utilisons dans ce chapitre résultent d’un appariement réalisé entre les bases Sise et les bases Aglaé (application de gestion du logement et de l’aide à l’étudiant) du MESR sur plusieurs années. Les bases Sise ont été obtenues auprès de la sous-direction des systèmes d’information et des études statistiques du MESR. Elles sont constituées depuis 1995, et le champ relatif aux « universités » regroupe environ deux tiers des effectifs de l’enseignement supérieur.

12Bien que les bases Sise permettent de suivre de manière très précise les trajectoires des étudiants, elles posent un important problème d’attrition. Les trajectoires d’étudiants qui sortent de la base peuvent correspondre à un arrêt des études supérieures, mais aussi à une inscription dans un établissement ne relevant pas du champ « universités » (écoles de management, d’ingénieurs, etc.) ou à une poursuite d’études dans un établissement à l’étranger. Les états correspondants à ces situations sont appelés « manquants ».

  • 3 L’algorithme de classification retenu dans ce travail est l’algorithme Ward, choisi en raison de sa (...)

13Dans ce chapitre, nous appréhendons les trajectoires étudiantes en utilisant les méthodes d’analyse de séquences (Abbott, 1990 ; 1995 ; Abbott et Hrycak, 1990 ; Lesnard et de Saint Pol, 2006 ; Robette, 2011). Ces méthodes nécessitent de coder les trajectoires étudiantes sous forme de séquences d’états (Abbott et Forrest, 1986), c’est-à-dire comme une liste ordonnée des états occupés par un étudiant – un état étant défini ici comme la conjonction d’un niveau d’études, d’une discipline et d’une université. Une fois les trajectoires étudiantes représentées sous forme de séquences d’états, nous utilisons une mesure de distance entre celles-ci afin d’en déduire une typologie des trajectoires étudiantes. La distance entre séquences se calcule comme le nombre minimal d’opérations requises pour transformer une séquence en une autre, au moyen d'opérations d’insertion, de suppression et/ou de substitution. L’utilisation de ces différentes opérations résulte d’un arbitrage entre contemporanéité des séquences et ordonnancement des états : les opérations d’insertion et de suppression déforment la structure temporelle des séquences afin de faire émerger les enchaînements d’états communs qui composent les trajectoires, alors que les opérations de substitution préservent la structure temporelle des séquences afin de comparer les éléments à position constante (Lesnard et de Saint Pol 2006 ; Robette, 2012). Dans ce chapitre, afin de préserver la structure temporelle des trajectoires étudiantes, c’est la distance de Hamming dynamique qui est employée (voir Lesnard, 2010 ; Lesnard et Kan, 2010). Comme cette mesure de distance utilise uniquement des opérations de substitution, cela permet de mettre l’accent sur la temporalité des trajectoires étudiantes afin de saisir à quel moment du parcours interviennent les éléments qui ne s’inscrivent pas dans le cadre d’une trajectoire universitaire linéaire (réorientation, changement d’établissement, sortie du système universitaire, etc.). Les coûts de substitution des états sont calculés en utilisant les taux de transition entre ces états (Rohwer et Pötter, 2005) : plus la probabilité de transition entre deux états est faible, plus le coût de substitution sera élevé (Robette et Thibault, 2008). Une fois les séquences d’états classées selon leurs distances respectives, nous utilisons un algorithme de classification3 afin de construire une typologie des trajectoires étudiantes.

2. Deux filières : droit et AES

  • 4 Une première analyse de séquences a été conduite sur l’ensemble des trajectoires étudiantes francil (...)

14L’analyse de séquences suppose de définir un nombre relativement restreint d’états. Pour croiser l’étude des cycles d’études, des universités d’inscription et des disciplines, cette dernière variable a été volontairement limitée à deux filières4, droit et AES, qui occupent des positions distinctes dans la hiérarchie disciplinaire et ayant déjà fait l’objet de plusieurs analyses sociologiques. Ces deux disciplines correspondent aux terrains d’une enquête qualitative menée auprès d’environ 60 étudiants, dont une quarantaine ont été suivis sur plusieurs années de licence (entretiens répétés). Ces étudiants sont inscrits à Paris 1 (Panthéon-Sorbonne) et Paris 8 (Vincennes-Saint-Denis). Si ce chapitre est centré sur l’analyse de séquences sur les données Sise, l’enquête permet de comprendre les typologies qui en résultent. Les conclusions s’appuient donc sur des méthodes mixtes permettant de saisir les trajectoires étudiantes.

15Les séquences d’états sont construites en croisant le type d’université d’inscription (Paris, banlieue, changement d’université à Paris/en banlieue par rapport à la première inscription), la discipline (droit, AES, réorientation) et le niveau d’études (licence et master). La distinction entre les deux types d’université résulte des contraintes techniques empêchant de conserver un trop grand nombre d’états (soit toutes les universités sans aucun regroupement). Elle doit permettre d’identifier les trajectoires centripètes ou centrifuges à destination ou au départ de Paris, afin de vérifier l’hypothèse selon laquelle les premières seraient le fait d’étudiants mieux dotés scolairement et participeraient ainsi à renforcer les écarts entre les universités parisiennes – aux publics globalement plus favorisés – et les autres. Néanmoins, cette bipartition ne doit pas être interprétée comme une opposition entre les établissements (Frouillou, 2015b). Un travail sur des séquences relativement longues (de 2007-2008 à 2011-2012, soit cinq ans) met en évidence les transitions entre licence et master. Les figures 1 et 2 présentent les typologies de séquences en droit (7 718 étudiants) et en AES (2 218 étudiants). Pour chaque groupe, les trajectoires individuelles sont représentées en ordonnée et le temps en abscisse. Les caractéristiques des étudiants sont détaillées dans les tableaux 1 et 2.

Figure 1. Typologie des trajectoires universitaires franciliennes en droit

Figure 1. Typologie des trajectoires universitaires franciliennes en droit

Champ : 7 718 étudiants inscrits pour la première fois en L1 de droit dans une université francilienne en 2007-2008. Lecture : chaque ligne représente la trajectoire d’un étudiant des années universitaires 2007-2008 à 2011-2012. Dans le premier groupe, par exemple, l’étudiant dont la trajectoire est représentée par la ligne la plus proche de l’axe des abscisses est inscrit une année en licence de droit dans une université de banlieue (2007-2008), avant de poursuivre ses études durant les quatre années suivantes (de 2008-2009 à 2011-2012) en licence dans une autre discipline et dans une université de banlieue différente de celle de sa première inscription. Source : calculs réalisés à partir des bases de données Sise « universités » (inscriptions et résultats) et Aglaé (extraction au 15 mars 2013).

Figure 2. Typologie des trajectoires universitaires franciliennes en AES

Figure 2. Typologie des trajectoires universitaires franciliennes en AES

Champ : 2 218 étudiants inscrits pour la première fois en L1 d’AES dans une université francilienne en 2007-2008. Lecture : chaque ligne représente la trajectoire d’un étudiant de l’année universitaire 2007-2008 à 2011-2012. Dans le premier groupe, par exemple, l’étudiant dont la trajectoire est représentée par la ligne la plus proche de l’axe des abscisses est inscrit une année en licence AES dans une université de banlieue (2007-2008), avant de poursuivre ses études dans cette discipline durant quatre années (de 2008-2009 à 2011-2012) dans une université de banlieue différente de celle de sa première inscription. Source : calculs réalisés à partir des bases de données Sise « universités » (inscriptions et résultats) et Aglaé (extraction au 15 mars 2013).

Tableau 1. Caractéristiques socioéconomiques des primo-entrants en L1 de droit en 2007-2008

Tableau 1. Caractéristiques socioéconomiques des primo-entrants en L1 de droit en 2007-2008

Tableau 2. Caractéristiques socioéconomiques des primo-entrants en L1 d’AES en 2007-2008

Tableau 2. Caractéristiques socioéconomiques des primo-entrants en L1 d’AES en 2007-2008

16Comme le montre le tableau 3, en premier cycle, les trajectoires interuniversitaires franciliennes sont peu fréquentes (environ 5 %) comparées aux trajectoires étudiantes qui ont lieu au sein d’une université ou d’un même regroupement d’universités (environ 40 %) et aux trajectoires de sortie du système universitaire (environ 50 %). Malgré une relative stabilité des ordres de grandeur entre les deux typologies, les sorties du système universitaire sont plus fréquentes en AES qu’en droit (62 % contre 49 %), phénomène probablement lié à la présence d’étud iants moins favorisés socialement et scolairement (voir tableaux 1 et 2). De manière symétrique, il n’existe pas de groupe de trajectoires associé à une interruption d’études en droit.

Tableau 3. Comparaison des types de trajectoires universitaires entre les deux typologies

Tableau 3. Comparaison des types de trajectoires universitaires entre les deux typologies

17Comment interpréter ces différents types de trajectoires au regard des mécanismes de différenciation des publics étudiants entre établissements franciliens ?

III. Principaux résultats

1. Les trajectoires « sédentaires » ou le maintien des écarts à l’entrée en licence

18Les trajectoires restreintes à une seule université sont prépondérantes dans notre analyse, puisqu’elles concernent 57 % des étudiants en droit entrant pour la première fois en L1 en Île-de-France en 2007-2008 et 28 % des étudiants en AES. Les disparités entre les différentes zones géographiques de l’Île-de-France et entre les filières sont visibles en comparant les tableaux 1 et 2. Ainsi, quelle que soit la typologie considérée, les étudiants inscrits à Paris (groupe 9 pour le droit, groupe 7 pour AES) sont socialement et scolairement plus favorisés que ceux inscrits en banlieue (groupes 4 et 6 pour le droit, groupe 4 pour AES). Un des résultats de cette analyse de séquences rappelle ainsi toute l’importance des écarts à l’entrée en licence, donc de la carte universitaire associant répartition des offres de formation et systèmes d’affectation en licence (Frouillou, 2016).

19Les trajectoires au sein d’un même établissement comprennent également des réorientations disciplinaires qui ne correspondent pas aux mêmes étudiants en droit et en AES, traduisant de fait la position distincte qu’occupent ces deux filières dans la hiérarchie des cursus de l’université française. Ainsi, les étudiants inscrits en droit dans une université de banlieue et qui se réorientent dans la même université (groupe 6) sont moins favorisés socialement et scolairement que ceux qui poursuivent leurs études en droit dans la même université : 31 % des étudiants du groupe 6 sont d’origine sociale défavorisée contre 17 % dans le groupe 4 ; 18 % des étudiants du groupe 6 sont des bacheliers technologiques, professionnels ou dispensés de baccalauréat, contre 13 % dans le groupe 4. L’enquête qualitative permet d’expliquer la poursuite d’études dans la même université en soulignant l’importance de la familiarité avec le lieu, les enseignants et les étudiants, comme les facilités administratives de réinscription. Centré sur l’analyse de séquences, ce chapitre fait peu de place à l’enquête par entretiens auprès des étudiants, développée et exploitée dans d’autres publications (Frouillou, 2016).

2. Trajectoires de sortie du système universitaire : une homogénéisation par la sélection scolaire ?

20Le second type de trajectoires majoritaires concerne les sorties du secteur universitaire, qui représentent 49 % des trajectoires en droit et 62 % en AES. Elles sont principalement le fait d’étudiants socialement et scolairement défavorisés. Ainsi, ceux inscrits en droit à Paris et qui sortent du système universitaire (groupe 3), sont plus souvent issus d’une catégorie sociale défavorisée et ils sont moins nombreux à avoir obtenu leur baccalauréat avant 19 ans et à être titulaire d’un baccalauréat général que ceux qui poursuivent leurs études de droit dans la même université parisienne. De manière identique, les étudiants qui sortent du système universitaire après une inscription, en banlieue, en droit (groupe 5) ou en AES (groupe 3) sont socialement et scolairement moins favorisés que leurs homologues poursuivant des études dans la même filière et dans la même université. Ces comparaisons confirment ce constat : « les étudiants ont d’autant plus de chances de rester cinq années consécutives dans le système universitaire français et d’y construire leur parcours de formation qu’ils sont issus de milieux culturellement favorisés et qu’ils peuvent s’appuyer sur une formation plutôt scientifique » (Baron, 2012, p. 97). Rappelons que l’élimination des étudiants de classe populaire et/ou des bacheliers technologiques et professionnels tient notamment à l’inadéquation entre les attentes professorales souvent implicites (Felouzis, 1997) et ce qu’en comprennent des étudiants peu familiers de la culture scolaire et a fortiori universitaire.

21Néanmoins, les processus de sélection sociale et scolaire ne sont pas les mêmes dans les deux disciplines. En droit, les sorties du système universitaire concernent davantage les étudiants inscrits dans une université parisienne (43 % contre 37 % pour leurs homologues inscrits en banlieue). Cette sur-sélection des universités parisiennes contribue à accentuer les écarts entre établissements. Au contraire, en AES, les sorties du système universitaire sont plus fréquentes en banlieue (67 %) qu’à Paris (46 %), ce qui conduit à une certaine homogénéisation scolaire des publics entre ces deux types d’établissements (Nicourd et al., 2013). Si l’on parle d’homogénéisation scolaire plus que sociale en AES, c’est parce que les sortants sont moins dotés scolairement que ceux qui restent, mais qu’ils ne sont cependant pas plus défavorisés socialement que ces derniers. Cette disjonction entre caractéristiques sociales et scolaires pourrait tenir à l’hétérogénéité des trajectoires de sortie du système universitaire. L’AES constituant pour beaucoup d’étudiants un choix « par défaut », le fait de ne pas se réinscrire à l’université n’est pas forcément synonyme d’échec, certains étudiants poursuivant leurs études dans d’autres champs de l’enseignement supérieur tandis que d’autres s’insèrent sur le marché du travail.

22Ainsi, bien que de nombreuses sorties correspondent sans doute à des décrochages, l’enquête qualitative souligne l’importance des réorientations dans d’autres secteurs de l’enseignement supérieur et des longues interruptions d’études universitaires. Ces trajectoires hétérogènes dessinent de ce fait des circulations : « en recouvrant sous un même terme (“décrochage”, “abandon”, “échec”, etc.) des réalités extrêmement diverses, on se condamne à ne lire les parcours étudiants qui ont le tort de ne pas être parfaitement linéaires qu’en négatif […]. Les parcours des étudiants à l’université ne se comprennent que replacés dans le système de l’enseignement supérieur tout entier. […] [les premiers cycles] constituent un espace tampon, de régulation des flux successifs de bacheliers qui agit comme un lieu à la fois d’expérimentation et de construction progressive de parcours intellectuels véritables et de maintien des hiérarchies sociales et scolaires » (Bodin et Orange, 2013, p. 111). Ces circulations peuvent également s’observer entre établissements universitaires.

3. Des trajectoires interuniversitaires minoritaires mais différenciatrices

23L’un des principaux résultats des deux typologies est de révéler la très faible part qu’occupent les trajectoires interuniversitaires franciliennes (4 % en droit et 5 % en AES). Malgré tout, participent-elles à différencier les recrutements étudiants entre universités ?

24Nous nous intéressons ici uniquement aux trajectoires interuniversitaires des étudiants en droit – celles des étudiants en AES sont difficilement isolables, car elles sont entremêlées à des trajectoires de réorientation (groupes 1 et 2) et d’interruption/reprise d’études (groupe 5). La typologie pour les étudiants en droit permet d’isoler les trajectoires interuniversitaires pour lesquelles le changement d’établissement s’opère en cours de licence. Mais lorsque ce dernier est plus tardif (à l’entrée de master, par exemple), les trajectoires de ces étudiants, bien que minoritaires, sont intégrées dans les groupes 9 (dans lequel la plupart des étudiants continuent leurs études dans la même université parisienne) et 4 (dans lequel la majorité poursuit ses études dans une université de banlieue). Enfin, les trajectoires interuniversitaires comprenant des réorientations (groupes 1 et 7) ne sont pas considérées ici, leurs implications en termes de différenciations de publics dépassant le cadre de ce chapitre.

25En droit, les trajectoires interuniversitaires des étudiants sont de deux types : de la banlieue à Paris (groupe 8) ou de Paris vers la banlieue (groupe 2). Le tableau 1 montre que les étudiants du groupe 8 ont des caractéristiques très proches de ceux qui poursuivent en droit dans leur université parisienne d’origine (groupe 9). De la même manière, les étudiants qui continuent en droit dans une autre université après avoir été inscrits majoritairement dans une université parisienne (groupe 2) ont un profil social et scolaire proche de ceux qui continuent en droit dans leur université de banlieue d’origine (groupe 4). Ces résultats montrent ainsi qu’un ajustement social et scolaire s’opère à travers les trajectoires interuniversitaires, participant à différencier les publics entre universités.

26Les entretiens avec les étudiants permettent de saisir les motifs de ces mobilités interuniversitaires, qu’il s’agisse du prestige associé à certains établissements, au mode de vie étudiant parisien ou encore à des spécialisations de l’offre de formation. Au-delà, l’enquête révèle le rôle du capital scolaire des étudiants (notamment à travers la sélection de leur dossier par l’établissement demandé), ainsi que de leurs capitaux économiques (possibilité de déménager) et sociaux (liens familiaux et amicaux). Les analyses de séquences montrent que ce sont les étudiants les mieux dotés scolairement et socialement qui connaissent des trajectoires interuniversitaires vers Paris (et inversement), ce que confirme l’enquête. Cette dynamique ne se résume cependant pas à une attraction des étudiants les mieux dotés vers les universités parisiennes, certaines trajectoires témoignant des circulations et complémentarités entre universités parisiennes ou entre universités de banlieue. De manière plus générale, le suivi qualitatif des étudiants montre que leur connaissance du paysage universitaire, francilien comme national, s’étoffe au fil du temps. Cela traduit une certaine construction de capital scolaire en cours d’études qui permet de développer de nouvelles stratégies faisant jouer, notamment, des mobilités.

Conclusion

27L’utilisation des méthodes d’analyse de séquences a permis de définir quatre grands types de trajectoires universitaires. Les trajectoires « sédentaires » contribuent à conserver les écarts observés à l’entrée en L1 entre les différentes universités. Un deuxième type de trajectoires, les plus fréquentes, celles de sortie du système universitaire, contribue à les homogénéiser. On observe cependant des différences en fonction de la place occupée par les filières dans la hiérarchie disciplinaire, l’homogénéisation des publics étudiants concernant avant tout l’AES. Enfin, les trajectoires interuniversitaires, dont l’analyse de séquences souligne la place minoritaire, contribuent à un accroissement des écarts entre universités à travers un réajustement social et scolaire des étudiants entre universités. L’utilisation d’un matériau qualitatif permet ici d’expliciter les facteurs de mobilité entre universités mais aussi et surtout de souligner la diversité de ces trajectoires. Elles traduisent alors toute la finesse des hiérarchies universitaires franciliennes, changeantes selon la discipline et le niveau d’études considéré, et qui ne se limitent pas à une opposition binaire Paris/banlieue.

28Enfin, l’analyse de séquences comme l’enquête auprès des étudiants a permis de révéler l’existence d’un dernier type de trajectoires minoritaires : les trajectoires d’expérimentation, qui se construisent autour de plusieurs interruptions, reprises d’études, changements d’établissements et/ou de filières. L’analyse de ces dernières, à partir du matériau qualitatif, constitue un prolongement de ce travail à même de révéler toute l’importance des temporalités dans la construction des trajectoires étudiantes, lesquelles ne peuvent se comprendre qu’au regard de trajectoires sociales (événements familiaux, parcours scolaire antérieur, vie professionnelle, etc.).

Bibliographie

Références bibliographiques

Abbott A., 1990, “A primer on sequence methods”, Organization Science, 1(4), p. 375-392.

Abbott A., 1995, “Sequence analysis: new methods for old ideas”, Annual Review of Sociology, 21, p. 93-113.

Abbott A., Forrest J., 1986, “Optimal matching methods for historical sequences”, Journal of Interdisciplinary History, 16(3), p. 471-494.

Abbott A., Hrycak A., 1990, “Measuring resemblance in sequence data: an optimal matching analysis of musicians’ careers”, American Journal of Sociology, 96(1), p. 144-185.

Antoine P., Bocquier P., 1995, « L’apport de l’analyse des biographies aux sciences sociales », Chroniques du Sud, 14, p. 109-117.

Azéma A., 2005, « Les universités d’Île-de-France : une exception ? », Les Cahiers de l’IAURIF, 143, p. 58-66.

Baron M., 2012, Mises en espace des sociétés de la connaissance par les universités et les mobilités étudiantes, habilitation à diriger des recherches, université Paris 7-Diderot.

Baron M., Berroir S., 2007, « Paris et le système universitaire français : mythe et réalités », Annales de géographie, 655, p. 227-246.

Baron M., Berroir S., Cattan N., Lesecq G., Saint-Julien T., 2007, « Des universités en concurrence », in T. Saint-Julien, R. Le Goix (dir.), La métropole parisienne : centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin, p. 65-88.

Beaupère N., Boudesseul G., 2009, Sortir sans diplôme de l’université : comprendre les parcours d’étudiants « décrocheurs », Paris, La Documentation française.

Bernet E., 2009, « Antennes universitaires : quels effets sur les parcours étudiants ? », Carrefours de l’éducation, 27, p. 131-152.

Berny C. (de), 2005, « Les équipements universitaires en Île-de-France : services de proximité et pôles de développement économique et social », Les Cahiers de l’IAURIF, 143, p. 7-13.

Berny C. (de), 2008, Les étudiants franciliens inscrits en université : origine sociale, cursus et modes de vie, rapport d’étude de l’IAU ; https://www.cge.asso.fr/wp-content/uploads/2017/06/enquete-insertion-cge-2019.pdf.

Berroir S., Cattan N., Saint-Julien T., 2005, « La mobilité des étudiants entre les universités franciliennes », Les Cahiers de l’IAURIF, 143, p. 76-84.

Borras I., Épiphane D., Lemistre P., Ryk G., 2012, Étudier en licence : parcours et insertion, Marseille, Céreq, coll. « Relief ».

Bodin R., Orange S., 2013, L’université n’est pas en crise : les transformations de l’enseignement supérieur, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Bourdieu P., 1994, Raisons pratiques : sur la théorie de l’action, Paris, Éditions du Seuil.

Cordazzo P., 2013, Parcours étudiants : de la formation à l’insertion professionnelle, habilitation à diriger les recherches, université Montesquieu-Bordeaux IV.

Courgeau D., Lelièvre É., 1986, « Nuptialité et agriculture », Population, 41(2), p. 303-326.

Courgeau D., Lelièvre É., 1989, Analyse démographique des biographies, Paris, Ined, coll. « Manuel ».

Courgeau D., Lelièvre É., 1990, « L’approche biographique en démographie », Revue française de sociologie, 31(1), p. 55-74.

Courgeau D., Lelièvre É., 1996, « Changement de paradigme en démographie », Population, 51(3), p. 645-654.

Courgeau D., Lelièvre É., 2001, « L’analyse démographique des biographies », in G. Caselli, J. Vallin, G. Wunsch (dir.), Démographie : analyse et synthèse I. La dynamique des populations, Paris, Ined, coll. « Les Manuels ».

Duru-Bellat M., 2002, Les inégalités sociales à l’école : genèse et mythes, Paris, PUF.

Erlich V., Verley É., 2010, « Une relecture sociologique des parcours des étudiants français : entre segmentation et professionnalisation », Éducation et Sociétés, 26, p. 71-88.

Felouzis G., 1997, « Les étudiants et la sélection universitaire », Revue française de pédagogie, 119(1), p. 91-106.

Frouillou L., 2015a, Les mécanismes d’une ségrégation universitaire francilienne : carte universitaire et sens du placement étudiant, thèse de doctorat, université Paris 1-Panthéon-Sorbonne.

Frouillou L., 2015b, « Déconstruire l’opposition Paris/banlieue : une approche par la géographie des universités. Entretien avec Daniel Florentin », Urbanités ; http://www.revue-urbanites.fr/deconstruire-lopposition-parisbanlieue-une-approche-par-la-geographie-des-universites.

Frouillou L., 2016, « Admission post-bac : un “libre choix” sous contrainte algorithmique. La production spatiale des inégalités par l’affectation informatique des étudiants du supérieur », dossier « Liberté-égalité-computer », Justice spatiale/Spatial Justice, 10 ; https://www.jssj.org/article/admission-post-bac-un-libre-choix-sous-contrainte-algorithmique.

Frouillou L., Moulin L., 2019, « Les trajectoires socialement et spatialement différenciées des étudiants franciliens, Formation Emploi, 145 », p. 7-28.

Giovaninetti M., 2014, « Les implantations universitaires en Seine-Saint-Denis, 1967-1981 : tensions et contradictions politiques et structurelles », Espaces et Sociétés, 159(4), p. 77-94.

Girault J., Lescure J.-C., Vadelorge L., 2012, Paris XIII : histoire d’une université en banlieue (1970-2010), Paris, Berg International.

Guignard-Hamon C., 2005, « Les étudiants et leurs universités en Île-de-France : un champ social contrasté », Les Cahiers de l’IAURIF, 143, p. 67-75.

Hardouin M., Moro B., 2014, « Étudiants en ville, étudiants entre les villes. Analyse des mobilités de formation des étudiants et de leurs pratiques spatiales dans la cité. Le cas de la Bretagne », Norois, 230, p. 73-88.

Hugrée C., 2010, L’échappée belle : parcours scolaires et cheminements professionnels des étudiants d’origine populaire diplômés de l’université (1970-2010), thèse de doctorat, université de Nantes.

Lesnard L., 2010, “Setting cost in optimal matching to uncover contemporaneous socio-temporal patterns”, Sociological Methods and Research, 38(3), p. 389-419.

Lesnard L., Kan M., 2010 “Investigating scheduling of work: a two stage optimal matching analysis of workdays and workweeks”, Journal of the Royal Statistical Society: Series A (Statistics in Society), 174(2), p. 349-368.

Lesnard L., Saint Pol T. (de), 2006, « Introduction aux méthodes d’appariement optimal (Optimal Matching Analysis) », Bulletin de méthodologie sociologique, 90, p. 5-25.

Moulin L., 2014, Frais d’inscription dans l’enseignement supérieur : enjeux, limites et perspectives, thèse de doctorat, université Paris 13-Sorbonne Paris Cité.

Moulin L., Flacher D., Harari-Kermadec H., 2016, “Tuition fees and social segregation: lessons from a natural experiment at the university of Paris 9-Dauphine”, Applied Economics, 48(40), p. 3861-3876.

Nicourd S., Samuel O., Vilter S., 2011, « Les inégalités territoriales à l’université : effets sur les parcours des étudiants d’origine populaire », Revue française de pédagogie, 176(3), p. 27-40.

Nicourd S., Samuel O., Vilter S., 2013, « L’impact des ségrégations territoriales et universitaires sur les parcours étudiants : la filière AES », Formation emploi, 120(4), 57-74.

Orange S., 2013, « Interroger le choix des études supérieures », Genèses, 89(4), p. 112-127.

Passeron J.-C., 1990, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, 31(1), p. 3‑22.

Prouteau D., 2009, Parcours et réussite en licence des inscrits en L1 en 2004, note d’information du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 09.23.

Robette N., 2011, Explorer et décrire les parcours de vie : les typologies de trajectoires, Paris, Ceped, coll. « Les Clefs pour… ».

Robette N., 2016, « Du prosélytisme à la sécularisation. Le processus de diffusion de l’Optimal Matching Analysis », in D. Demazière, M. Jouvenet (dir.), Andrew Abbott et l’héritage de l’école de Chicago, Paris, Éditions de l’EHESS, 2, p.173-194.

Robette N., Thibault N., 2008, « L’analyse exploratoire de trajectoires professionnelles : analyse harmonique qualitative ou appariement optimal ? », Population, 64(3), p. 621-646.

Rohwer G., Pötter U., 2005, TDA User’s Manual, Software, Bochum, Ruhr-Universität.

Samuel O., 2008, « Les démographes et le temps », Temporalités, 8 ; http://journals.openedition.org/temporalites/113 ; DOI : 10.4000/temporalites.113.

Studer M., 2012, Étude des inégalités de genre en début de carrière académique à l’aide de méthodes innovatrices d’analyse de données séquentielles, thèse de doctorat, université de Genève.

Truong F., 2015, « De la Zep aux ECTS. Les carrières étudiantes des lycéens de Seine-Saint-Denis », in G. Courty (dir.), La mobilité dans le système scolaire : une solution pour la réussite et la démocratisation ?, Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 73-92.

Notes

1 Université Panthéon Sorbonne (Paris 1) ; université Panthéon Assas (Paris 2) ; université Sorbonne Nouvelle (Paris 3) ; université Paris Sorbonne (Paris 4) ; université Paris Descartes (Paris 5) ; université Pierre-et-Marie-Curie (Paris 6) ; université Paris Diderot (Paris 7) ; université Vincennes Saint-Denis (Paris 8) ; université Paris Dauphine (Paris 9) ; université Paris Nanterre (Paris 10) ; université Paris-Sud (Paris 11) ; université Paris-Est- Créteil-Val-de-Marne (Paris 12) ; université Paris-Nord (Paris 13) ; université d’Évry Val d’Essonne ; université de Cergy-Pontoise ; université Paris-Est- Marne-la-Vallée ; université Versailles- Saint-Quentin-en-Yvelines. Précisons que l’université Paris 9 a le statut de Grand Établissement depuis 2004 et que les universités Paris 4 et Paris 6 ont fusionné pour donner naissance à Sorbonne-Université en 2018.

2 Les « étudiants franciliens […] sont peu nombreux à quitter leur région pour continuer leurs études et “préfèrent” plutôt arbitrer entre les 17 universités franciliennes. Ils sont ainsi moins de 5 % à choisir une université de province pour poursuivre leurs formations » (Baron, 2012, p. 65).

3 L’algorithme de classification retenu dans ce travail est l’algorithme Ward, choisi en raison de sa pertinence statistique, c’est-à-dire de ses résultats à différentes mesures de qualité (cf. Studer, 2012 pour une présentation des mesures de qualité utilisées ici). Le détail des calculs est disponible auprès des auteurs.

4 Une première analyse de séquences a été conduite sur l’ensemble des trajectoires étudiantes franciliennes. Ne sont présentées ici que les analyses détaillées sur deux disciplines, mais les ordres de grandeur des types de trajectoires identifiés plus loin sont cohérents pour les deux typologies.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Typologie des trajectoires universitaires franciliennes en droit
Crédits Champ : 7 718 étudiants inscrits pour la première fois en L1 de droit dans une université francilienne en 2007-2008. Lecture : chaque ligne représente la trajectoire d’un étudiant des années universitaires 2007-2008 à 2011-2012. Dans le premier groupe, par exemple, l’étudiant dont la trajectoire est représentée par la ligne la plus proche de l’axe des abscisses est inscrit une année en licence de droit dans une université de banlieue (2007-2008), avant de poursuivre ses études durant les quatre années suivantes (de 2008-2009 à 2011-2012) en licence dans une autre discipline et dans une université de banlieue différente de celle de sa première inscription. Source : calculs réalisés à partir des bases de données Sise « universités » (inscriptions et résultats) et Aglaé (extraction au 15 mars 2013).
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 2. Typologie des trajectoires universitaires franciliennes en AES
Crédits Champ : 2 218 étudiants inscrits pour la première fois en L1 d’AES dans une université francilienne en 2007-2008. Lecture : chaque ligne représente la trajectoire d’un étudiant de l’année universitaire 2007-2008 à 2011-2012. Dans le premier groupe, par exemple, l’étudiant dont la trajectoire est représentée par la ligne la plus proche de l’axe des abscisses est inscrit une année en licence AES dans une université de banlieue (2007-2008), avant de poursuivre ses études dans cette discipline durant quatre années (de 2008-2009 à 2011-2012) dans une université de banlieue différente de celle de sa première inscription. Source : calculs réalisés à partir des bases de données Sise « universités » (inscriptions et résultats) et Aglaé (extraction au 15 mars 2013).
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12692/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Tableau 1. Caractéristiques socioéconomiques des primo-entrants en L1 de droit en 2007-2008
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12692/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Tableau 2. Caractéristiques socioéconomiques des primo-entrants en L1 d’AES en 2007-2008
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12692/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Tableau 3. Comparaison des types de trajectoires universitaires entre les deux typologies
URL http://books.openedition.org/ined/docannexe/image/12692/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Ined Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search